Propriétaire à 18 ans avec un CDD à 1000€/mois ! Et VOUS ?

4

Salut à tous !

Aujourd’hui, je suis à… Angers ! Dans cette vidéo, on rencontre Pierre. Mais qui est Pierre ? Pierre n’est pas -encore- un gros investisseur immobilier mais il a TOUT compris puisqu’à 17 ans, il voulait déjà investir dans l’immobilier et être propriétaire. Il a pas attendu bien longtemps avant de passer à l’action puisque dès qu’il a eu 18 ans, il a acheté un appartement pour le louer.

Autant vous dire que je ne me fais pas de soucis pour Pierre et qu’il sera très prochainement indépendant financièrement et millionnaire !

Propriétaire à 18 ans avec un CDD à 1000€/mois ! Et VOUS ?

https://www.youtube.com/watch?v=Ze9RDgprSKo

formation-8-strategies

Retranscription texte de la vidéo :

Salut à tous, je me trouve aujourd’hui à Angers en compagnie de Pierre. Dans cette vidéo avec Pierre, on va parler de comment il a réussi à investir à seulement 18 ans dans l’immobilier sur Angers. Vous allez tout découvrir, restez bien avec nous, à tout de suite !

Raph : Salut à tous, salut Pierre !

Pierre : Ca va ?

Raph : Tu vas bien ?

Pierre : Ouais, super !

Raph : Donc comme je disais au tout début, je me trouve à Angers dans un petit appartement que j’ai loué sur Airbnb pour vous présenter Pierre. Donc Pierre, il est chaud, à 18 ans, il a déjà investi dans l’immobilier à l’heure où beaucoup de mecs de 18 ans pensent vraiment à autre chose donc on va voir un petit peu ce qu’il s’est passé dans la tête de Pierre et surtout comment il a fait à 18 ans. Donc Pierre, est-ce que tu peux te présenter un petit peu pour tout le monde, nous dire qui tu es, ce que tu fais dans la vie ?

Pierre : Ouais ! Donc bonjour, je m’appelle Pierre, j’ai aujourd’hui 20 ans, je suis en apprentissage en boulangerie, j’ai acheté un appartement à 18 ans, je suis de Chateaubriand entre Nantes-Rennes-Angers, dans le centre.

Raph : Et donc tu as investi à 18 ans ?

Pierre : Voilà, j’ai investi dans mon premier appartement à 18 ans.

Raph : Alors tout à l’heure au bar tu me disais que tu as commencé à travailler assez jeune en boulangerie, qu’est-ce qui s’est passé, ça a été quoi le processus pour te dire à 18 ans « je veux investir ». Tu m’as dit qu’à 17 ans, tu avais déjà eu cette petite graine dans la tête finalement, tu as dis quoi à tes parents, explique nous l’histoire brièvement !

Pierre : En gros, c’est par l’intermédiaire d’un ami qui est aujourd’hui aussi investisseur et qui m’a parlé de l’investissement immobilier un petit peu au départ en me disant en gros qu’acheter un appartement ou le louer, finalement, ça changeait pas grand chose.

Raph : Ca revenait au même niveau prix à payer.

Pierre : Voilà, ça revenait au même mais bon, on remboursait en plus du capital. Et, du coup finalement, j’ai pensé à rechercher un petit peu là-dessus sur Internet, je suis tombé sur Olivier Seban et puis, de fil en aiguille, j’ai cherché, j’ai regardé, j’ai regardé, je me suis formé et puis à 18 ans, 1 an et demi après en gros, j’ai acheté mon premier bien immobilier, un appartement.

Raph : Tout à l’heure, tu me disais, à 17 ans, qu’est-ce que tu as dit à tes parents ? A 17 ans, souvent, on demande aux parents si on peut aller sortir avec les potes, manger un kebab ou boire une bière, n’importe ! Toi, qu’est-ce que tu as dit à tes parents à 17 ans ?

Pierre : A 17 ans, j’ai dit à mon père « bon bah, je veux acheter un appartement, je veux investir dans l’immobilier » et puis au départ, c’était une réponse un petit peu dans le flou en mode « oui euh… ».

Raph : En mode « qu’est-ce qu’il me raconte ? ».

Pierre : Il faisait pas trop attention et c’est vraiment lorsque j’ai eu 18 ans que mes parents ont bien vu que c’était du concret et que ça me tenait vraiment à cœur d’investir dans l’immobilier dès l’âge de 18 ans.

Raph : Ouais, c’était pas une parole en l’air !

Pierre : Voilà, c’était un objectif et c’est toujours un objectif d’ailleurs.

Raph : Alors pourquoi à 17 ans ou même à 18 ans, on a l’envie de se faire « chier » à investir dans l’immobilier, enfin, ce n’est pas ce qui nous occupe le plus normalement l’esprit à cet âge là, c’est quoi ton objectif long terme, dans la vie tout court ? Y’a quoi derrière ?

Pierre : Moi l’objectif clairement, c’est l’indépendance financière, c‘est pouvoir vivre de mes rentes immobilières en gros et pouvoir profiter de ma vie librement pour voyager, pour profiter de la vie tout simplement.

Raph : Faire ce que tu veux, quand tu veux, où tu veux !

Pierre : Et puis commencer à 18 ans, je pense que on peut pas faire beaucoup mieux.

Raph : Après à 17 ans, t’as pas le droit de toute façon !

Pierre : Ouais ! C’est surtout que j’ai vraiment eu envie de faire les choses et puis de me lancer pour pouvoir atteindre cet objectif là qui est l’indépendance financière !

Raph : Parce que c’est vrai qu’en commençant à 18 ans, t’as toute la vie devant toi, tu vas avoir une puissance de frappe qui va être phénoménale si tu continues sur cette lignée parce que c’est vrai que du coup, tu étais en boulangerie, ça doit être super épuisant, fatiguant et peut-être que la perspective de faire ça toute la vie t’a pas forcément non plus emballé ?

Pierre : Aussi oui ! De toute façon, j’ai toujours su depuis que j’ai commencé la boulangerie que je ne ferais pas ça toute ma vie si tu veux !

Raph : Ca allait seulement être une étape !

Pierre : Ouais, que c’était en gros une étape et que c’était pas une fin en soi d’être boulanger. Ou alors d’avoir une entreprise prospère mais c’était pas une fin en soi d’être ouvrier-boulanger jusqu’à 60 ans quoi !

Raph : Ouais, je vois ! Alors du coup, à 18 ans, comment on fait pour convaincre la banque quand on est jeune, qu’on est souvent un peu bête à cet âge là, comment on fait pour convaincre la banque de nous faire un prêt pour un projet sérieux dans l’immobilier ? Comment t’es arrivé pour voir ta banquière (ou ton banquier) ?

Pierre : Alors déjà, il faut montrer à son banquier qu’on est sérieux, qu’on connaît les choses, qu’on arrive pas là les mains dans les poches, dans le vide sans aucune connaissance, sans rien.

Raph : Donc attitude professionnelle.

Pierre : Voilà, c’est être pro directement avec son banquier et puis de lui montrer que t’en sais au moins que lui.

Raph : Et comment t’as fait pour en savoir au moins autant qu’elle ?

Pierre : Bah faut apprendre, il faut faire des formations.

Raph : Tu t’es formé en amont quoi.

Pierre : Ouais voilà, il faut regarder des vidéos, des articles sur Internet, sur du blogging, sur ClubMillionnaire par exemple.

Raph : Hehe, merci pour la petite pub, c’était pas prévu.

Pierre : Non mais voilà, il faut apprendre, apprendre, apprendre et puis ensuite, la banquière ou le banquier, moi c’était une banquière, elle voit que t’as les connaissances, elle voit que tu sais ce que tu fais et donc forcément, voilà, c’est beaucoup plus facile. Après il faut aussi avoir un compte propre. A 18 ans, c’est vrai que c’est un petit peu compliqué. Moi j’avais déjà un salaire donc ça allait mais avoir un compte propre, un petit peu d’épargne sans pour autant les utiliser dans l’emprunt.

Raph : Dans le projet, ouais.
Pierre : Voilà, je les ai pas mis dedans, j’ai fait un emprunt à 110%.

Raph : Emprunt à 110%, tranquille, ça passe ou t’as du négocier ?

Pierre : Non, non, ça passait. Après elle a du passer par la caisse régionale parce qu’elle ne pouvait pas en tant qu’apprentie, il fallait qu’elle passe absolument par la caisse régionale.

Raph : Son pouvoir de délégation n’était pas suffisant pour t’accorder ce dossier.

Pierre : En fait, ce n’était pas au niveau du montant mais surtout vis-à-vis du mec qu’elle avait en face.

Raph : Du profil.

Pierre : Voilà, du profil !

Raph : T’avais un profil atypique pour eux finalement.

Pierre : Bah un petit peu je pense !

Raph : Ouais ! Mais en quoi il était atypique pour eux finalement ? Parce que t’avais un salaire, t’avais ton taf, pourquoi il était atypique ?

Pierre : C’est l’apprentissage, c’est le CDD, c’est le fait de ne pas avoir de contrat long-terme. Moi, quand j’ai demandé le projet, 2 ans après, j’avais plus rien quoi.

Raph : Oui voilà, parce que ce qu’on a pas dit au tout début, c’est que c’était pas un CDI mais un CDD.

Pierre : Un CDD ouais !

Raph : Donc un statut précaire pour les banques normalement.

Pierre : Voilà, aujourd’hui, honnêtement, je suis à 1000€/mois net honnêtement, je suis en dessous le SMIC ;

Raph : Donc t’es arrivé avec un CDD à 18 ans mais parce que t’avais une attitude professionnelle, des comptes propres sans découvert, sans conneries dessus, parce que t’avais un peu d’épargne parce que t’étais sérieux et avec un projet viable aussi.

Pierre : Un projet viable bien sûr. Le projet, il ne faut pas se créer un endettement, il faut proposer directement un autofinancement, que ce soit clair, que ce soit faisable pour la banquière pour que ce soit viable.

Raph : Pour la rassurer !

Pierre : Pour la rassurer, ouais !

Raph : Ton projet, il a quoi comme chiffres ? Il a du cashflow positif ? C’est quoi comme type de produits ?

Pierre : Alors c’est un studio en T1 bis, c’est un appartement T1 bis sur Angers dans une résidence des années 90.

Raph : Donc destiné aux étudiants ?

Pierre : Voilà, c’est destiné principalement aux étudiants. J’ai acheté 62 000€ tout compris avec l’acte notarié et tout ça. 57 000€ net vendeur. Et donc avec une possibilité de location comme je te disais tout à l’heure de 430-440€.

Raph : Et vis-à-vis de ta mensualité, qu’est-ce que ça nous donne tout ça ?

Pierre : Je suis à 293€ de mensualité donc après en déduisant la taxe foncière, les charges de copro, la CSG, les impôts, tout ça, j’arrive sur de l’autofinancement voir même si je loue à 450€ un petit cashflow de 10€ pour rassurer.

Raph : Donc c’est parfait. Qu’est-ce que tu dirais surtout à tous les gens qui aujourd’hui pensent ne pas pouvoir avoir de financement auprès des banques, qui pensent que leurs statuts sont précaires ? Moi je connais beaucoup d’étudiants, en CDD, en intérim, c’est pas les meilleurs statuts, ça on est d’accord, je pense que tu vas me rejoindre là-dessus mais qu’est-ce qu’on peut leur dire à ces gens là pour leur prouver que c’est possible comme tu l’as fait toi et comme d’autres personnes que j’ai interviewé avant, toi l’ont fait, qu’est-ce que tu leur dirais ?

Pierre : Il faut apprendre !

Raph : Il faut apprendre ouais !

Pierre : Il faut beaucoup apprendre, voilà, moi j’ai mis 1 an et demi, vraiment, à apprendre les choses pour être sûr et arriver devant la banquière et être vraiment carré, droit dans ses baskets. Il faut vraiment montrer qu’on sait les choses et, pour ça, il faut apprendre, il faut s’entourer surtout.

Raph : C’est très important !

Pierre : S’entourer, c’est très important. Que ce soit des personnes qui sont dans le métier comme des agents immobiliers, des courtiers, des banquiers mais aussi des personnes qui investissent, des personnes qui ont déjà fait les choses et avoir des exemples qui peuvent te porter vers le haut.

Raph : C’est ça la grosse force de frappe, c’est vraiment qui on connaît et qui va nous booster.

Pierre : Ouais, l’entourage, c’est énorme !

Raph : Le BON entourage ouais !

Pierre : On ne peut pas arriver tout seul à faire de grandes choses, on peut acheter 1, 2, 3 studios mais on arrivera jamais à acheter 20 studios tout seul, il faut s’entourer, il faut vraiment s’entourer.

Raph : Donc si on doit retenir 2 choses, c’est : se former et ne pas oublier que tout ça, c’est un process. Vous n’allez rien avoir du jour au lendemain, ça je pense que tu n’as rien eu du jour au lendemain non plus toi.

Pierre : Ah, ça, c’est sûr !

Raph : C’est un process, c’est long, souvent les gens ne voient que les résultats, on en parlait un petit peu au bar, c’est vrai que les gens disent toujours « tu as eu de la chance », ils ne voient que le résultat final en se disant « mais comment t’as fait ? » mais y’a un gros process avant qui prend du temps, des mois et des mois mais qui vaut le coupe je pense !

Pierre : Bah au final, ça vaut le coup parce que quand j’ai eu l’accord de crédit, même moi, ça m’a paru banal mais avec le recul, en fait, c’est énorme quand même !

Raph : Et première banque du premier coup ou t’en as fait plusieurs ?

Pierre : Ouais, c’était ma banque !

Raph : C’est ta banque qui t’a suivi ! Pour une fois, la fidélité paie alors !

Pierre : Bah ouais parce que je suis allé voir un courtier aussi en parallèle et lui le courtier m’a dit « écoutez, vu votre statut aujourd’hui, je ne peux pas trouver mieux, votre banque elle vous suit, allez-y, foncez ».

Raph : Ouais, c’est clair et je pense que t’as pas réfléchi là-dessus !

Pierre : Non, je n’ai pas été trop tatillon là-dessus si tu veux !

Raph : Tu m’étonnes !

Pierre : J’avais déjà un accord de prêt, c’était énorme !

Raph : C’était ouf, c’était magique ! Du coup, pour toi aujourd’hui, la suite c’est quoi ? Le futur, comment il se profile pour toi ?

Pierre : Le futur… je vais arrêté la boulangerie.

Raph : Ca c’est bon, c’est fini !

Pierre : Non mais c’est réfléchi depuis maintenant 2-3 ans quand même.

Raph : C’était une étape comme tu as dit !

Pierre : Ouais et donc je vais crée mon entreprise, je vais m’installer en tant que mandataire immobilier.

Raph : Sur Angers ?

Pierre : Euh non, sur le secteur de Chateaubriand du coup où j’habite depuis tout petit, où mes parents habitent.

Raph : Ok !

Pierre : Sur le secteur de Chateaubriand entre Nantes/Rennes/Angers.

Raph : Donc si vous avez besoin, il est là Pierre !

Pierre : Y’a pas de soucis ! Et donc du coup, m’installer en tant que mandataire immobilier.

Raph : Et puis par la suite continuer à réinvestir.

Pierre : Voilà, après 1 an de bilan qu’il va falloir, la banque va m’obliger, je continuerais à réinvestir jusqu’à acquérir l’indépendance financière quoi.

Raph : Avant quel âge, l’objectif, le but ?

Pierre : 35 ans, c’est bien !

Raph : 35 ans ? Ok !

Pierre : Je me suis fixé 35 ans !

Raph : On se retrouve d’ici là pour voir un petit peu comment t’as évolué alors !

Pierre : Bah j’espère !

Raph : Un dernier mot pour tous les jeunes qui nous regardent, pour les motiver, pour leur dire que c’est possible, et moins jeunes aussi !?

Pierre : Ouais, bah, faites les choses !

Raph : J’aime bien ça, faites les choses ! Il faut juste le faire et y’a des résultats qui arrivent.

Pierre : C’est ça, il y a une phrase d’Olivier Seban qui me plait beaucoup, c’est « on a jamais rien sans rien » et il faut le faire !

Raph : Il faut se bouger le cul quoi !

Pierre : Voilà, il faut se bouger !

Raph : Bon, c’est top ! Sur ce Pierre, je te remercie pour tout ça, ces petits conseils et on se dit à très bientôt !

Pierre : Oui, à très bientôt !

Raph : A très bientôt, ciao !

Pierre : Salut !

Etes-vous propriétaire ? Avez-vous déjà commencé à investir ? Si oui, à quel âge avez-vous commencé à le faire ? Si non, qu’est-ce que vous attendez ou qu’est-ce qui vous bloque ? 🙂

4 Responses

  1. Eric

    La valeur n’attend pas le nombre des années !
    Studio étudiant dans un immeuble des années 90 🙂 🙂
    Excellent choix !

    Bravo Pierre 🙂

    Répondre
  2. Gérald Bouillaud

    C’est tout à fait louable cela, il y a des personnes qui ont vraiment beaucoup de chance. On lui souhaite le meilleur et surtout ce vent favorable tout le temps. Ca fait carrément envie ça, moi j’ai 45 ans et je n’ai pu monter ma boîte que vers 40 ans et encore je galère pour la maintenir à flot.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *