Pourquoi vous devez visiter le Kirghizistan ?

Si tu me suis un peu sur les réseaux sociaux, tu as du me voir passer beaucoup de temps au Kirghizistan ces derniers mois. En effet, j’y suis arrivé il y a un peu plus d’un an par hasard.

J’étais en Géorgie, à Tbilissi, et en regardant où je pouvais me rendre après, je suis tombé sur un vol direct Tbilissi-Bishkek. Je me suis dit : pourquoi pas ?! J’y suis allé en attendant rien du tout de ce pays.

Ce qui allait se produire après a dépassé tout ce que mon imaginaire aurait pu imaginer…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💻 Formation de 4 vidéos offertes : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Rejoins une formation de 4 vidéos (15-20 minutes chacune) 100% gratuites au sujet de l’investissement en bourse dans des actions à dividendes.

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent. Libre à toi de t’inspirer ou non de mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 116 vidéos, 30 heures de formation et 13 bonus !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

📝 Télécharge la liste des « Dividend Kings » : https://clubmillionnaire.fr/kings

✔︎ Recevez immédiatement la liste de ces 31 entreprises qui ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite, à la solidité extrême et aux performances enviées par leurs concurrentes. 🇫🇷 Nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Pourquoi vous devez visiter le Kirghizistan ?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, ça y est. C’est mon dernier jour au Kirghizistan, malheureusement, un pays que j’ai extrêmement adoré.

Donc ce que je te propose, c’est qu’on se retrouve dans mon appartement qui est juste ici dans ce bâtiment au dernier étage, et que je te fasse un petit peu la conclusion de pourquoi j’ai tant aimé le Kirghizistan, ce pays, quels sont les arguments en faveur et contre, et qu’on parle un petit peu de tout ça.

Je peux déjà vous dire, les frérots, que cette cour d’immeubles va me manquer. Je l’ai vue une paire de fois ces 4 derniers mois, et je m’y sentais bien.

Avec ce bon vieil ascenseur soviétique, les amis, qui doit être là depuis bien longtemps, qui est très très lent pour monter au 9ème étage, c’est juste la cata. On s’y fait. Moi, maintenant, je ne m’en rends même plus compte, mais super lent pour arriver au 9ème étage.

La porte met aussi du temps à s’ouvrir. Et ensuite, il faut terminer à pied, puisque je ne suis pas au 9ème, je suis au tout dernier étage, le 10ème. Donc on doit terminer à pied pour arriver tout en haut.

On a une petite vue sur… Ce n’est pas top de ce côté-là. Mais de l’autre côté, on a une vue plutôt sympathique sur les montagnes. Je fais ça rarement. Je ne sais pas si ça rendra bien sur la GoPro.

Donc là, c’est le bazar. J’ai laissé toutes les fenêtres ouvertes en partant. Cet appartement va me manquer vraiment aussi. Et là, j’ai les rideaux qui sont coincés à la fenêtre. Ce n’est pas bien. Ce n’est pas bien. La caution va sauter bêtement.

Et voilà, on a la belle vue sur Bichkek. Les montagnes tout au fond, je ne sais pas si tu les vois là. Le pic des montagnes est bloqué là dans les nuages, mais sympathique. La mairie en bleu, là bas, la philarmonie ici, quelques bâtiments soviétiques là-bas. Voilà, c’est sympathique.

J’ai commencé à sortir la valise, et à préparer un petit peu tout ça, puisque c’est la fin de mon périple ici au Kirghizistan. J’y ai passé, je crois, sur la dernière année, presque 8 mois sur 12. C’est énormément de temps. Je ne pensais moi-même pas y passer autant de temps.

Et on va se poser ici sur le canapé – c’est mes derniers instants – pour te dire pourquoi j’ai tant aimé le Kirghizistan, pourquoi potentiellement tu pourrais venir ici et le visiter également. C’est vrai qu’il y a très très peu de touristes.

Alors, évidemment, le but, ce n’est pas de ramener tout le monde ici. J’aime bien ce genre d’endroit dans la planète qui sont préservés, où il n’y a pas de touristos dans tous les sens, où tu n’as pas de gros Anglais, d’Espagnols, Français, tout ce que tu veux, qui viennent foutre le bazar.

Non. Ici, il n’y a aucun touriste. Franchement, je n’ai jamais croisé de touriste européen ou américain, et c’est tant mieux puisqu’on se sent vraiment dans une belle immersion.

Et en fait, le Kirghizistan, écoute, moi je n’y suis pas arrivé pour quelque chose de particulier ici. En fait, j’y suis vraiment venu en tant que gros touriste, justement, qui aime découvrir le monde et voyager.

Et j’étais en Géorgie, à Tbilisi, et j’ai regardé – comme toujours je le fais – les vols, qu’est-ce qu’il y a, qu’est-ce est bien desservi rapidement (2-3 heures de vol), pas trop cher, en direct. Et j’ai vu qu’il y avait une ligne en plein été Tbilisi-Bichkek.

Je me suis dit : « Bichkek ? Je ne connais pas. Capitale du… ? Kirghizistan » Comme beaucoup d’entre vous, personne ne le connait. Et je me suis dit : « Moi, j’ai envie de voir tout sur cette planète. Je fonce, il fait beau, c’est l’été. » Je vois qu’il fait 30° à Bichkek. « On va aller voir ça. »

J’étais tout seul. J’ai pris ma valise, et on y est arrivés.

Et en fait, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Evidemment, moi je suis arrivé dans un pays que je ne connaissais pas non plus. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, et il faisait super beau. Il y avait des parcs, il y avait beaucoup de gens dehors. Les gens se baladaient.

Je ne savais pas trop quoi penser au début. J’étais assez surpris. Je ne m’attendais pas à ça. Mais en même temps, je ne m’attendais à rien. Bref, j’étais très neutre, très malléable dans mon esprit sur ce que j’allais pouvoir découvrir, mais je suis tout de suite quand même tombé sous le charme de ce côté ex-URSS.

Alors, encore une fois, si tu me connais, si tu me vois depuis un petit moment sur les réseaux, tu sais très bien que je suis attiré par tout ce qui est ex-URSS. Et tout de suite, les bâtiments –  je ne sais pas si tu le vois un petit peu de ma fenêtre ici mais je te l’ai montré en début de vidéo – c’est très ex-URSS.

Déjà, ces gros blocs d’habitation, comme tu le vois, super longs. Alors là, c’est un immeuble de rapport. Il y a 500 lots, frérot. C’est immense.

Ces bâtiments, comme ça, ex-URSS, c’est la mairie là-bas. Là, tu vois un autre bâtiment ici, les marchés, les bâtiments, les voitures, les bouches de métro, même les petites tomettes là, les tomettes au sol là.

Bref, tout est très ex-URSS. Et moi, c’est ce que j’adore. Donc là, je suis vraiment tombé sous le charme de ça. Les mosaiques d’antan qu’on peut retrouver dans certains endroits de Bichkek. J’ai beaucoup aimé.

Et ce qui m’a en fait surtout très très vite frappé dans ce pays, mais dès mes premiers jours, ça a été la gentillesse extrême des gens.

Evidemment, à ce moment-là, il y a un an, je ne parlais vraiment pas bien russe, voire très très peu. Je commençais d’apprendre le russe depuis 2 mois, donc à part les trucs de base (bonjour, merci, s’il vous plait, je veux ci, je veux ça), je n’ai pas trop parlé.

Donc évidemment, les locaux ont très très vite compris que je n’étais pas un local. Et étant donné que je t’ai dit qu’il y a très très peu de touristes ici, très vite ils ont été curieux. Ils ont voulu me parler. Ils ont essayé de me parler. Et c’est super intéressant.

Et en fait, j’ai découvert une gentillesse extrême et inégalée que je n’ai jamais vu dans ce monde. C’est-à-dire que très sincèrement, c’est une gentillesse qui vient du cœur.

Par exemple, je n’ai rien contre les Marocains, mais si tu vas au Maroc, ils vont être gentils, les Marocains, mais parce qu’ils veulent souvent te vendre quelque chose. On ne va pas se mentir. Et il y a plein d’endroits sur Terre, les gens vont être gentils avec toi parce qu’ils ont quelque chose à te vendre.

Tu vois ce que je veux dire ?

C’est comme ça. C’est le business. Il faut survivre. Il faut vendre. Mais ici, au Kirghizistan, les gens ont été très gentils avec moi, mais pas du tout pour vendre. Par curiosité, par gentillesse. Et au début, je trouvais ça surprenant.

Puisque je prenais un taxi. Le mec, il me dit : « Vas-y, prends mon WhatsApp. Si tu as un souci, tu m’appelles. Je t’aiderai, il y a pas de souci ». Ok, c’est cool. Merci.

Un mec que je rencontre au restaurant, « Vas-y, prends mon WhatsApp. Si tu veux, ce week-end, on va à la montagne avec ma copine et ses amis. Tu peux te joindre à nous. »

Moi, dans ma tête, en tant que Français, je me dis : « Ce mec, c’est un fou. Il veut m’égorger. Il a vu que j’étais un Européen, un Français. Il va m’emmener dans la montagne. Personne ne saura que je suis là. Il n’y aura pas de réseau. Il va me prendre tout mon blé. Il va peut-être me tuer. Je ne sais pas ce qu’il va faire avec moi. »

Les scénarios de mec paranoïaque, de film d’horreur. Parce que malheureusement, en Europe, on a toujours un petit peu tendance à se méfier de son prochain, alors que le mec, c’était purement par gentillesse et par volonté de me montrer en fait son patrimoine culturel, et ses jolies montagnes du Kirghizistan, tu vois ?

Et plein de fois, il y a eu des situations comme ça. On m’a proposé plein de choses, et au début, je ne comprenais pas. « Si tu veux, viens on va fumer du shishah ensemble. Viens on va faire ci, viens on va faire ça. Prends mon WhatsApp. » Plein, plein, plein de gens.

Et au début, je ne comprenais vraiment pas.

Et en fait, j’ai appris, et j’ai compris en fait, tout simplement, que les Kirghizes étaient super gentils. Donc ça, de tous les pays que j’ai fait sur cette planète Terre – j’ai fait 90 pays à l’heure où je te fais cette vidéo – les Kirghizes sont selon moi le peuple le plus gentil et franchement le plus aidant.

Et d’ailleurs, c’est un peuple qui s’entraide énormément. Ils sont vraiment très solidaires. Ils se parlent tous entre eux, ils s’aident entre eux. Et ça, c’est vraiment très très appréciable.

Qu’est-ce que je vais te dire d’autre ?

Je vais te dire très très simplement dans cette vidéo ce que j’ai aimé et ce que je n’ai pas aimé, parce qu’évidemment, je n’ai pas tout aimé.

Alors, il y a beaucoup de gens qui me disent : « Raph, je te vois beaucoup au Kirghizistan. Est-ce que ça veut dire que l’Estonie, c’est terminé ? Est-ce que ton expatriation en Estonie, elle est terminée ? »

Non. Je suis toujours officiellement expatrié en Estonie, à Tallinn. Il n’y a aucun souci là-dessus. Mon expatriation n’est pas du tout remise en cause. Encore une fois, on ne va pas parler de fiscalité, de conventions fiscales entre les 2 pays que sont la France et l’Estonie, qu’est-ce qui détermine ta résidence fiscale. Ce n’est pas cette vidéo-là.

Je suis bel et bien encore expatrié en Estonie, à Tallinn. Il n’y a aucun souci là-dessus. Et c’est vrai que j’ai pensé, à un moment ou un autre, de m’installer plus ou moins ici à Bichkek, au Kirghizistan.

Je ne le ferai pas parce qu’il y a plusieurs raisons qui me font dire que ce n’est pas forcément une bonne idée, mais ça m’a donné beaucoup d’idées, et surtout, ça m’a ouvert l’esprit sur beaucoup de choses, et sur ce que je veux encore plus dans ma vie. Et je vais t’en parler un petit peu plus dans cette vidéo.

Donc non, je ne viendrai pas m’expatrier ici.

Qu’est-ce que j’ai aimé ?

Le côté ex-URSS. Evidemment, je t’en reparle. J’adore tous les pays ex-URSS. Et dans ma vie, je sais que dans le futur, je vivrai dans un de ces pays ex-URSS. Il y a 15 républiques d’ex-URSS, et mes pays favoris parmi ces pays sont donc la Russie, la Biélorussie, et le Kirghizistan.

Donc on verra, mais il y a de fortes chances que ça finisse dans ces pays-là.

Donc ça, c’est ce que j’ai beaucoup aimé. Evidemment, ça parle russe ici, et ça parle le russe et le kirghize. Donc j’ai pu pratiquer mon russe ici. Donc c’est excellent. J’ai beaucoup progressé.

Ce que j’ai beaucoup aimé, ce sont les vraies valeurs, et les vraies traditions. Il y a un vrai respect de la famille. Il y a un vrai respect des anciens. Il y a un vrai respect des femmes ici. Il y a un vrai respect de tout, des choses, des valeurs qu’on perd en Europe.

Et ça, je trouve ça tellement dommage. Ici, j’étais surpris d’entendre des histoires de respect de la femme, de filles, comment elles se préservent. Ce n’est pas des « salopes ». Excusez-moi le terme, mais vrai qu’on a un petit peu une décadence en Europe ou en Amérique où on voit, ou on entend des histoires. Et ça devient totalement normal.

Il suffit d’ouvrir aujourd’hui Tik Tok et de voir des gamines qui sont à peine majeures à tenir des propos qui sont juste… « où est ton respect envers toi-même ? » En fait, il n’y en a plus.

Donc je trouve ça vraiment dommage. Et ici, le respect de la famille et des anciens, il est encore présent. Et c’est ça que j’aime beaucoup. Je te l’avais déjà dit dans d’autres vidéos sur mon ressenti sur Minsk en Biélorussie. Il y a un vrai respect, il y a des vraies valeurs, il y a des vraies traditions, il y a la famille.

Bref, c’est vraiment appréciable dans un monde où on a l’impression que tout ça se perd.

Donc ça, j’aime beaucoup aussi ici. Comme je te l’ai dit, ils sont également très attachants. Ils sont simples. En fait, ce sont des gens simples. Ils n’ont pas grand-chose. Ils n’ont même rien du tout. C’est un des pays les plus pauvres au monde.

Leur salaire, c’est quoi ? C’est 150, 200, 300€ par mois. Ils vivent très simplement. Il leur en faut peu. Et ça, c’est très appréciable dans un monde où on court toujours aussi vers la richesse, le plus, le plus, le plus.

Etre ici, c’est un vrai retour aux bases. C’est-à-dire que voilà, est-ce que ta villa avec 15 chambres, c’est nécessaire ? Est-ce que la Ferrari et la Rolls, c’est nécessaire ? Est-ce que finalement, une balade dans un parc avec des gens que tu apprécies, ce n’est peut-être pas mieux ? Vraiment des trucs très très simples, tu vois ?

Donc ça, j’ai bien aimé ces valeurs qui m’ont mis les pieds sur terre, un petit peu, dans un monde où on se concurrence toujours pour le plus, le plus, le plus. C’est bien. C’est stimulant mais des fois, on pète les plombs.

Donc voilà. Le pouvoir d’achat, pour moi, évidemment, je l’ai également fortement adoré, puisqu’étant un des pays les plus pauvres au monde, ici, je suis un roi. C’est-à-dire que franchement, je ne dépense rien in fine, à la fin du mois, et pourtant, j’ai vécu très très bien comparé à eux.

Donc tu peux prendre un taxi pour 1$, tu manges pour 5-6-7€, très bien dans les cafés. Honnêtement, il faut venir ici pour comprendre ce que c’est. Je t’avais dit qu’à Minsk, en Biélorussie, c’était très peu cher, mais ici, j’ai encore repété les plombs. C’est extrêmement peu cher, et tu peux manger pour 1 ou 2€, 5-6€ c’est déjà dans des cafés etc, un peu plus plus.

Donc franchement, ici, c’est juste insolent. Tu vis très très bien, donc voilà. Quand tu es un mec comme moi qui gagne beaucoup plus d’argent que la moyenne, qui a optimisé son imposition en étant expatrié, et qui, en plus, vit et dépense son argent dans des pays où ça ne coûte rien, honnêtement, ce qui te reste à la fin du mois, c’est comme si tu n’avais pas touché à ce que tu avais gagné.

C’est vraiment insolent.

Donc voilà. Les infrastructures ici, écoute, il y a tout ce qu’il faut, mais il ne faut pas regarder les détails. C’est-à-dire que si tu veux des beaux trottoirs, des belles routes, ils font des rénovations. En ce moment, ils en font pas mal.

Mais voilà, les bâtiments, les infiltrations, les peintures, les finitions, les joints, il ne faut pas être regardant, mais ça fait le taf. Ça tient la route. Il y a de l’eau chaude. Il y a l’internet. Il y a des routes avec du goudron.

Des fois, on me dit : « Mais Raph, ça ressemble à quoi, ton pays ? C’est des charrettes ? C’est des chemins de terre ? » Non, non. Il y a tout ce qu’il faut. Ne vous inquiétez pas. Il y a des hôtels 5 étoiles. Il y a des beaux cafés. Il y a des restaurants qui coûtent cher. Il y a des mecs qui ont beaucoup d’argent.

Voilà, c’est une société à part entière, mais dans sa globalité, beaucoup plus pauvre, évidemment.

Ce que j’aime beaucoup aussi, c’est le fait qu’il n’y a aucune insécurité. Très sincèrement, à 3h du mat’, je marche dans la rue. Je rencontre un groupe de 4 Kirghizes. Je sais qu’il ne va rien se passer.

Honnêtement, il y a très très peu de gens. Je ne dis pas qu’on est dans le monde des bisounours ici. Evidemment que si je traîne dans les mauvais quartiers, seul à 4h du matin, et que je croise un groupe de 5 mecs locaux qui n’aiment pas ma gueule, ça peut mal se passer.

Mais en France, j’ai une quasi-certitude qu’à 100% ça se passera mal. Ici, allez, 2% de chances ? D’autant plus que j’ai la bonne gueule. C’est-à-dire que moi je suis facilement ici intégré. Beaucoup de gens pensent que je suis Russe ou Kirghize, ou un mec de ces pays là.

Donc il n’y a aucun souci là-dessus, d’autant plus que je parle un peu russe maintenant. Donc voilà, il n’y a aucune insécurité, et c’est fortement appréciable, à l’heure où se balader à Paris un peu trop tard la nuit, c’est se demander si ça va bien se passer, aussi bien en tant qu’homme que femme. Donc c’est relativement pénible.

 Donc voilà. J’aime beaucoup aussi leur mentalité fataliste. Ça veut dire qu’ici, ils sont fatalistes, notamment sur la mort. C’est-à-dire qu’ils considèrent que si tu meurs ici, c’est que tu donnes tes années de vie aux plus jeunes, à ceux qui viennent de naître.

Il y a un vrai accompagnement des « anciens » dans leur fin de vie. Il n’y a pas tous ces délires de maisons de retraite, ou en tout cas, c’est très très rare. Ils les accompagnent, et puis quand ils meurent, ils ne vont pas chialer leurs morts pendant 50 ans.

Voilà, c’est la vie. C’est comme ça. Ils sont fatalistes. Et ils se disent que les années de vie de cette personne décédée vont être données aux plus jeunes, aux enfants. Donc c’est plutôt joli, et j’aime bien ça.

Et c’est notamment quelque chose qui s’est ressenti pendant la pandémie du coronavirus où ici, ils ont eu un mini-confinement de 2-3 mois au tout début, mais il y a eu que ça en fait. Par la suite, il n’y a jamais eu rien d’autre parce déjà, ce n’est pas viable pour leur économie. Si les mecs ne bossent pas, ils ne mangent pas.

Donc ce n’est pas viable pour ce genre d’économie. Tous les pays pauvres, malheureusement, ils ne peuvent pas respecter ce confinement. Alors, je dis « malheureusement », encore faut-il que ça ait eu un intérêt quelconque sanitairement parlant, mais ça c’est un autre débat.

Mais en tout cas, ils n’ont rien fait du tout pour ça, parce qu’ils sont assez fatalistes. Ils disent : « Bon voilà, si j’ai le virus, je meurs, c’est comme ça. Ça devait arriver. C’est comme ça ».

Et au final, ils n’ont fait aucune obligation de vaccins. 15% seulement des gens ont été vaccinés. Il y a eu très très peu. Les mecs, ils n’ont jamais reconfiné. Ils n’ont jamais imposé des masques. Ils n’ont jamais imposé tout ce qu’on a pu nous imposer en Europe. Et ici, il n’y a pas eu plus de catastrophe qu’ailleurs.

Alors, on ne parle jamais du Kirghizistan dans les médias, comme exemple sanitaire pour cette pandémie. Ça n’intéresse personne, mais en tout cas, quand on voit ce qui se passe dans les rues, il y a encore beaucoup de vieux. De ce que j’ai pu échanger avec les locaux, tout le monde m’a dit : « Le coronavirus, ça n’existe pas ici au Kirghizistan. C’est n’importe quoi. »

Enfin, tous très sceptiques. Et au final, tout se passe plutôt pas mal ici. Donc ça, c’est un sujet dont plus personne ne parle aujourd’hui, mais qui a été intéressant de voir sur place comment ça se passait. Et c’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai passé beaucoup de temps ici.

C’est que personne ne m’emmerdait. Je suis arrivé ici. Je faisais ma vie, les taxis, les cafés, les bars, les boites de nuit. On était tous collés-serrés les uns sur les autres pendant qu’en France, tout le monde s’éloignait à 15m loin de l’autre. Et tout se passait bien.

Donc plutôt sympathique là-dessus.

Qu’est-ce que j’aime beaucoup ici aussi ?

Donc je te l’ai dit, la mentalité des gens, des femmes, et puis voilà, énormément d’entraide entre les gens. Voilà.

Donc ça, c’est un petit peu pour tout ce que j’aime. Maintenant, qu’est-ce que j’ai un peu moins aimé ? La pollution en hiver et la météo.

Donc la pollution en hiver. Il faut savoir que c’est un des pays les plus pollués au monde, puisque je ne sais pas si tu l’as capté un petit peu sur ce que je t’ai montré sur la vidéo, mais en fait, la capitale Bichkek, est entourée de montagnes que tu peux voir au fond, et là, on voit déjà un petit peu le côté trouble.

Alors, il faut savoir que c’est l’été. Et là, on arrive sur l’été. Donc c’est vraiment pas pollué, l’été. Mais l’hiver, c’est une catastrophe puisque les voitures polluent. Première chose. Il n’y a pas toutes ces normes sur les voitures. Ici, tu fais ce que tu veux.

C’est un pays où tu fais ce que tu veux. On t’emmerdera sur rien du tout, et si on t’emmerde, tu donnes un petit billet et on ne t’emmerde plus.

Donc les voitures, évidemment, il n’y a aucune norme. Et les habitations et le chauffage, il n’y a aucune norme. Je pense qu’ici, on chauffe encore avec des choses qu’on n’utiliserait plus du tout en Europe et en France, comme le charbon etc.

Donc ça crée une pollution monstre. Et si tu regardes sur internet, la pollution au Kirghizistan et à Bichkek, c’est une catastrophe. On te dit même, et j’ai entendu des gens me dire : « Ne cours pas l’hiver ici, parce que c’est extrêmement pollué. Il ne faut pas rester dehors. Prends un taxi, rentre chez toi. »

Enfin, ce n’est vraiment pas bon du tout. Et ça, c’est vraiment pas top, parce que vivre dans un pays où tu sais que tes poumons, ils prennent cher, et où tu le sens, quand tu rentres chez toi, tu pues. Mais tu pues une odeur de pollution dégueulasse. Où tu sens que tu respires mal.

Moi, l’hiver, je sens que je respirais mal quand je marchais un petit peu trop vite dans la rue ou trop longtemps. Donc voilà, c’est quand même pas terrible.

Donc ça, c’est le plus gros point noir de Bichkek.

Pour moi, c’est excellent l’été. Il fait très beau. 30-40°, c’est très chaud. C’est super agréable. Par contre, l’hiver, il va faire très très froid, de la neige, et cette grosse pollution. Donc l’avantage qu’on a encore des vraies saisons ici, c’est agréable, mais l’hiver, c’est quand même compliqué là-dessus, c’est déprimant. Il fait nuit, il neige, il fait froid, la pollution, pas terrible.

Donc les véhicules, comme je te disais, c’est pollué. C’est les vieux véhicules, des véhicules que tu ne vois plus du tout en France : les vieilles Merco, les vieilles Audi. Ce sont des modèles vraiment vintage.

C’est vraiment super agréable de voir ça ici. Je trouve que ça replonge dans l’ancien temps. Des modèles qu’on n’a même pas connus quand moi j’étais petit. Les vieilles Lada évidemment… tout ce que tu veux. C’est excellent là-dessus.

Alors un des points faibles aussi – qui n’en est pas un pour moi – c’est la corruption. Ça veut dire qu’il y a énormément de corruption. Le gouvernement fait tout pour limiter cette corruption, mais ici, c’est un pays où quand tu as de l’argent, tu fais ce que tu veux, et vraiment tout ce que tu veux.

Donc je sais que j’ai plein d’amis qui ont acheté leurs diplômes universitaires. Quand tu te fais arrêter sur la route, tu files un billet et tu n’as plus de problèmes. En cas d’accident… Je pense faire construire une maison, une baraque ou des réno… Voilà.

Tout se fait ici à la corruption, même si tu voulais un vaccin pour le coronavirus. Tout. Tu peux faire tout ici. Donc ça, je sais que c’est en train de changer parce qu’évidemment, ils veulent avancer dans le bon sens, et les politiques essaient de faire en sorte que ça avance dans le bon sens.

Mais je sais que c’est quand même encore quelque chose de très présent. Il suffit de prendre ici la route en voiture et de se faire arrêter pour un excès de vitesse. Le policier va te dire : « 2 possibilités. Soit je te note l’amende et ça va être tel prix, 10€. Soit tu me donnes tout de suite 2-3€ en fresh, et puis je n’ai rien vu, je n’ai rien entendu, et tu repars. »

Donc ça, ça m’est arrivé plein de fois personnellement, ou avec des taxis, et c’est toujours comme ça. Okay ?

Egalement, ce qu’il faut savoir, et c’est un point faible, c’est que quand même pour les locaux, c’est dur pour eux. C’est-à-dire qu’il y a 6 millions de Kirghizes, je crois, d’habitants du Kirghizistan, et il y en a un million qui sont en Russie pour aller travailler, parce que c’est dur pour eux de vivre ici.

Donc ils vont faire plus d’argent en Russie dans le but de revenir plus tard avec l’argent qu’ils auront fait en Russie.

Donc c’est quand même dur pour les locaux. Il n’y a pas de pauvreté apparente extrême. C’est-à-dire qu’évidemment, il y a quand même des SDF qui sont shootés à la vodka et tout ce que tu veux. Tu as des babouchkas qui vendent des fleurs et des vieux livres à la sortie des souterrains.

Evidemment, tu as des gens qui galèrent. Et sincèrement, j’ai échangé avec des taxis qui m’ont dit : « Je gagne 50€ par mois ». Je dis : « Mais comment tu fais ? Moi, c’est impossible. » Si tu me donnes 50€ à Bichkek, mais je ne peux rien faire. Enfin, c’est impossible.

Il me dit : « On survit. Et voilà, on ne profite pas, on ne vit pas. On survit, et c’est dur. »

Donc voilà, il y a beaucoup de gens qui gagnent 200€ par mois, 300€ par mois, avec qui j’ai pu échanger. Et c’est compliqué. Donc ici, ils vivent tous en famille. Il n’y a pas forcément de loyer à payer.

Après, ils mangent quoi ? Ils mangent du pain. Tu sais, les gros pains ronds kirghizes. Ils mangent des fruits. Ils mangent des trucs simples en fait. Mais ce n’est quand même pas la vie de rêve pour eux.

Donc ça, c’est vrai que c’est très confortable pour moi en tant qu’Européen, Français qui a plein d’argent, de vivre ici. C’est facile mais il y a quand même une pauvreté, et c’est quand même pas top tout ça, même s’ils s’entraident énormément entre eux.

Aussi, point faible, c’est qu’il y a peu de choses à faire dans le pays. On ne va pas se mentir. Il y a quand même des choses à faire, mais c’est un pays qui est mal desservi. C’est ça que je voulais te dire.

C’est-à-dire que de l’aéroport de Bichkek, tu ne vas pas dans beaucoup d’endroits. Tu vas à Moscou. Tu vas à Novosibirsk en Russie. Tu vas à Istanbul en Turquie. Tu vas à Dubaï. Tu vas aux Maldives (ça c’est drôle !) et tu vas en Egypte. Voilà, ce sont les destinations phares un peu de tous les pays d’ex-URSS. C’est un peu partout.

Et c’est tout. Il n’y a pas grand-chose à faire. Et dans le pays, tu peux faire des excursions dans les montagnes qui sont magnifiques. Les putains de montagnes kirghizes, c’est vraiment quelque chose à voir. Le lac d’Issyk-Kul, il est également magnifique.

Mais ce sont des routes qui ne sont pas forcément très très belles. Ça dépend des endroits mais pas forcément très très belles, donc un peu compliqué à emprunter. L’hiver parfois, tu n’y vas pas du tout. C’est impossible.

Tout le monde te dit : « N’y vas pas l’hiver. C’est le coup à mourir presque ». Je rigole à moitié. Donc voilà, il n’y a pas grand-chose à faire. Il faut rester à Bichkek. Et Bichkek, c’est une petite ville. On ne va pas se mentir. C’est gros carré, un gros rectangle. Tu as des parallèles et des perpendiculaires.

Et c’est un tout petit centre-ville, donc il n’y a pas grand-chose à faire. Même moi, parfois je me dis : « Comment j’ai fait pour rester 8 mois ici ? » Parce qu’il n’y a littéralement rien à faire. Et j’ai rencontré 2-3 Français ici qui m’ont dit : « Je ne sais pas pourquoi Bichkek, il n’y a rien à faire, mais j’ai kiffé, ça me manque, j’ai envie de revenir. »

J’ai un pote qui est venu me voir, et il m’a dit ça. J’ai rencontré un Français qui est prof de Français par tout hasard. Il m’a dit : « Putain, je suis parti bosser à Kuala Lumpur, en Malaisie, parce que j’ai eu un contrat. Bichkek me manque, je ne sais pas pourquoi. Il n’y a rien à faire, mais ça me manque, les locaux. »

Et en fait, il y a un fait qui est étrange avec cette ville, c’était que je le redis, il n’y a rien à faire, mais on s’y attache.

Donc franchement, je ne sais pas pourquoi c’est comme ça.

Donc voilà ce que je voulais te dire concernant Bichkek.

Honnêtement, moi comme je te disais, je vais rendre cet appartement ici, parce que voilà, ça fait 8 mois, et j’ai des choses à faire en Europe, à continuer. J’ai d’autres projets à aller faire. Mais je pense que je reviendrai évidemment ici à Bichkek, parce que j’aime énormément ce pays d’ex-URSS.

De toute façon, mon plan à terme, c’est quand même d’obtenir un passeport d’un ex-pays d’URSS pour pouvoir avoir des facilités pour vivre et me rendre en Russie sans avoir à faire ces visas en continuité.

Donc je sais que le passeport kirghize n’est pas forcément très compliqué à avoir. Il suffit de vivre 5 ans dans le pays, de parler la langue russe, et de pouvoir prouver une source de revenus et de respecter la loi.

Donc c’est plutôt très très simple. Il y a juste les 5 ans à faire, mais qui doivent être plus ou moins souples puisque voilà, je ne vais pas rentrer dans les détails, pour m’être renseigné. Je te l’ai dit. Si tu as suivi la vidéo jusqu’ici, tu as compris qu’il y a moyen de s’arranger dans ce genre de pays.

Et également, ils sont en cours sur une citoyenneté économique. Alors, je ne sais pas où ça en est, mais il y avait des discussions en cours pour que tu puisses balancer un 100K dans un fonds pour que le Kirghizistan puisse en fait payer sa dette externe, et tu pourras avoir ta résidence et ton droit de citoyenneté ici.

C’est ce qu’on appelle en fait une citoyenneté économique. J’ai pu t’en parler dans le passé, dans d’autres vidéos, où tu as des pays qui te proposent ces citoyennetés en échange d’investissements dans le pays, que ce soit dans des fonds, dans de l’immobilier, dans des entreprises, des choses comme ça.

Donc à voir si ça se fait, mais mon idée, en tout cas, c’est de réussir à avoir un passeport soit du Kirghizistan, soit de Moldavie où tu as une citoyenneté économique moyennant 200000-300000€.

Donc voilà. On verra ce que l’avenir me réserve. Mais j’aimerais bien également diversifier d’un point de vue passeport. J’ai déjà le passeport français et italien. Et si je peux en avoir un hors Europe et dans un pays d’ex-URSS, ça m’arrangerait énormément pour mes besoins futurs.

Donc on verra comment on se débrouille, mais on réfléchit à tout ça. Et évidemment, on va continuer d’apprendre le russe.

Voilà, les amis en tout cas pour le Kirghizistan. Un petit pincement au cœur quand même de quitter ce pays que j’aime tant. Je sais que je reviendrai évidemment. Je ne peux que vous amener évidemment à visiter ce pays ne serait-ce que pour une ou 2 semaines. Je sais que Pékin Express a pas mal démocratisé ce pays.

Venez ici l’été. C’est très sympa. Les montagnes, le lac, la capitale Bichkek qui est vraiment une ou 2 semaines à tuer facilement, avec beaucoup de plaisir.

Evidemment, je n’ai pas envie que beaucoup de gens viennent ici. J’ai envie encore que ce soit préservé. C’est ce qui fait tout le charme de ce pays, avoir un pays préservé du tourisme de masse, parce que je pense quand même que le tourisme de masse, même si ça rapporte beaucoup d’argent, ça détruit quand même un petit peu l’âme d’un pays.

Donc voilà les amis. Dites-moi ce que vous pensez de Bichkek, si vous êtes déjà venus, si ça vous attire, si ça ne vous attire pas.

Honnêtement, je n’ai pas réussi à convaincre beaucoup de gens de venir me rendre visite ici. Donc voilà, les amis.

Petit pouce bleu si vous avez aimé cette vidéo. Partagez-la à vos amis qui aiment voyager, qui sont investisseurs, entrepreneurs ou curieux tout simplement. Abonne-toi à la chaîne YouTube pour les prochaines vidéos, et je te dis à très très vite.

Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.