Pourquoi perd-t-on de l’argent quand on fait du trading à court terme ?

Vous êtes-vous déjà demandé d’où vient l’argent que gagnent les traders chevronnés ? Quoi que puissent en dire les spots publicitaires faisant l’apologie du trading, la grande majorité des traders ne performent pas positivement le marché et finissent par essuyer de lourdes pertes.

En réalité, il s’agit d’un fait inhérent à l’existence même du marché. Même si quelques-uns se démarquent du lot avec des gains au-dessus de la moyenne, le reste des traders continuera à acheter et vendre au mauvais moment. Mais pourquoi les traders perdent-ils de l’argent et pourquoi ce sera toujours le cas ? 

Quand on a besoin que tout le monde achète pour créer de la valeur

L’une des toutes premières réalités qu’il faudra garder à l’esprit en tout temps est que la plupart des traders à court terme perdront de l’argent peu importe les stratégies employées pour se positionner sur le marché. 

Quand bien même ils maîtriseraient par cœur toutes les règles à respecter pour réussir un trade, la majorité d’entre eux continuera à échouer. 

En effet, le fossé entre la théorie et la pratique peut être énorme. On pourrait presque parler de fatalité, mais il y a pourtant des explications logiques à cet état de choses.

Pour comprendre le pourquoi de cette hécatombe, il est judicieux d’observer d’un peu plus près l’évolution des cours sur le marché ainsi que tenir compte du nombre de personnes qui intervient au moment où le cours d’un actif est en passe de passer un cap. Car c’est généralement à ces moments-là que les pertes massives se produisent.

Quand une frénésie d’achat s’installe sur un marché, il est difficile de voir le mouvement pour ce qu’il est : quelque chose qui passera ! En bourse, tout finit par passer et c’est encore plus vrai quand il est question de trading à court terme. Mais sur le coup, les traders voient d’autres personnes acheter, ce qui leur fait penser que s’ils achètent maintenant, d’autres personnes en feront de même. Chaque fois que vous effectuez un achat spéculatif, vous le faites parce que vous pensez que d’autres personnes achèteront après vous, faisant monter le cours de l’actif. 

La loi de l’offre et de la demande

Les prix n’augmentent que si le nombre de ceux qui souhaitent acheter dépasse celui des vendeurs potentiels. C’est la célèbre loi de l’offre et de la demande. Bien que les supposés experts s’empressent de faire toutes sortes d’analyses et de prévisions sur les prix.  En substance, tout ce que fait un day trader, c’est parier qu’une masse de personnes achètera ou vendra. Le volet humain prime donc, et ce sont ces mêmes gens qui provoquent des schémas récurrents et autres figures chartistes, facilement reconnaissables sur les marchés financiers.

Le problème est que fatalement, il n’y a plus personne pour acheter à partir d’un moment donné. Et c’est à partir de là que ça se gâte pour les dernières vagues de personnes ayant acheté. Du coup, vous vous retrouvez avec un titre acheté à prix d’or sans personne à qui le vendre.

La ruée vers l’or ou plutôt le précipice

les actions privilégiés

Étant donné le fait qu’ils ne disposent pas de véritables outils et compétences d’analyse pour prévoir de façon plus ou moins certaine l’intérêt futur d’un titre, la plupart des gens ne s’impliquent que près du sommet. C’est-à-dire quand il n’y a plus une véritable croissance en perspective. Par exemple, une action est en hausse depuis 2 ans et à mesure qu’elle atteint son pic, de plus en plus de gens la découvrent. Mais au début, il n’y a qu’un nombre limité de personnes qui se soucient de cette action et qui sont prêtes à l’acheter. Dès lors que les gens ont été hypés et ont acheté massivement, les actionnaires des premières heures se mettent à vendre.

Et puisque de moins en moins de personnes souhaitent désormais posséder ce titre, le fait que les premiers arrivants commencent à se déposséder de leurs actifs provoque chez le reste un sentiment de panique. Il s’en suit alors un effet domino qui pousse les autres à vendre rapidement afin de couvrir leurs positions ou tout au moins limiter les pertes en capital.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’à partir du moment où tout le monde parle d’un investissement, la fenêtre d’achat pour être rentable est généralement déjà passée. Malheureusement, les mouvements de masse sont ce qu’ils sont et en dépit du fait que tout le monde le sache, ce schéma se reproduit inlassablement. L’un des derniers en date est le cas de la célèbre crypto-monnaie Bitcoin. Et ce ne sont pas ceux qui en ont acheté fin décembre 2017 qui diront le contraire. Après avoir atteint un pic à 20.000$ à ce moment,  la crypto-monnaie a vu son cours chuter drastiquement pour atteindre les 9.500$ au moment où j’écris ce texte. Certes, de façon globale, le Bitcoin est un actif exceptionnel qui est passé de quelques centimes à près de 10.000$ aujourd’hui en 10 années environ. Mais cela n’occulte pas le fait que dans la foulée de nombreux traders ont dû jeter l’éponge en chemin.

La même analogie peut être faite sur le marché des actions. Même si un graphique à long terme du marché boursier montre que le prix des actions augmente, rappelez-vous que la plupart des traders se ruine parce qu’ils achètent près des pics et vendent près des fonds. De plus, ces graphiques à long terme du marché boursier, comme l’indice S&P 500, n’incluent pas les actions qui ont fait faillite ou qui ont connu des moments difficiles. Le S&P 500 ne comprend que les meilleures entreprises. Si une entreprise commence à perdre de l’argent, elle est supprimée de l’indice et n’a donc aucun effet négatif sur celui-ci. 

L’influence du cadre social

les moutons en bourse

Les traders qui réussissent trouvent quelque chose qui fonctionne et s’y tiennent, sans laisser les autres les éloigner de leur stratégie. Il s’agit là d’un point important expliquant pourquoi la majorité des traders perdent de l’argent en masse. 

Lorsque tout ce que vous entendez de vos amis et des médias est à quel point cet actif se porte bien, ou à quel point cet actif se porte mal, il est difficile de prendre une position contraire. En tant qu’être humain, nous avons tendance à adopter par défaut ce que nous entendons le plus souvent.

Si vous faites un pari contre tout le monde et que vous vous trompez, vos amis se moqueront de vous ou vous vous sentirez penaud. Vous éprouvez des regrets d’avoir manqué une opportunité pendant que d’autres en profitent (même temporairement).

Il est très facile de dire “je suivrai la foule et je sortirai avant tout le monde”. Mais dans les faits, il sera assez difficile de donner suite à cette philosophie. Tout le monde dans la foule pense cela. Ce sont d’ailleurs ces millions d’individualités qui finissent par former les mouvements de masse. De plus, une fois que les gens commencent à vendre, il devient très compliqué de sortir au cours actuel du titre. Puisque les acheteurs se font désirer, il vous faudra baisser votre prix en dessous de celui qui est affiché pour le titre pour pouvoir sortir rapidement. Il vous faudra baisser encore et encore à mesure que le cours chute. Tout le monde ne peut pas s’en sortir à bon compte. Seuls les plus rapides et les plus expérimentés sortent généralement avant que de vrais dommages ne soient causés.

Dans une quête de changement individuel, la majorité de la société finit par changer ensemble, évoluant vers des désirs similaires. Par conséquent, peu importe leur philosophie, la plupart des traders finissent inexorablement dans une foule.

Un impitoyable jeu de chiffres

Certains traders parviennent à surperformer régulièrement le marché. De nombreux autres par contre (et les débutants surtout) arrivent sur les marchés avec une poignée de billets et les perdent. Il y a un flux constant et continu de ces personnes. Et ce sont eux qui malheureusement nourrissent les gros traders qui réussissent. 

Pour que les histoires glorieuses du style un tel trader a réussi à réaliser un bénéfice de 100%, 500% ou même 2000% (que ce soit en un jour, un an ou plusieurs années), de nombreux autres doivent perdre leur chemise (ou renoncer à leurs bénéfices).

Pour qu’un day trader gagne 6 000 000$ en un an, cela signifie qu’environ 120 personnes ont perdu 50 000$ chacun ou ont abandonné 50 000$ chacun en profit potentiel. Ou 1 200 personnes ont perdu 5 000$. Il s’agit d’un exemple simplifié, mais il fournit une perspective rarement prise en compte. Pour que quelqu’un gagne, quelqu’un d’autre doit perdre ou renoncer à ses bénéfices.

Les gros retours qui attirent les gens en masse sur les marchés sont ironiquement ceux qui créent les grosses pertes chez les autres.

Conclusion

Ce qu’il faut retenir du trading à court terme, c’est que ces gains journaliers mirobolants ne sont en réalité directement rattachés à aucune activité de production économique. Personne ne saurait donc vous garantir leur pérennité, et si quelqu’un le fait, sachez juste qu’il vous vend du rêve. Dans ce monde, ce sont les plus gros qui gagnent le plus et les plus petits ne servent qu’à les nourrir. 

Par ailleurs, le trading en lui-même reste une activité extrêmement chronophage et qui demande des niveaux élevés de concentration. Ce n’est pas pour rien que les amphétamines et autres excitants sévissent autant sur des centres d’affaires tels que Wall Street. Tout investisseur qui vise une rentabilité durable et une bonne qualité de vie par la même occasion ne devrait même pas y songer. La meilleure approche reste l’investissement dans les actions des sociétés qui ont à cœur de rémunérer leurs investisseurs. En rejoignant le Club Dividendes, vous découvrirez comment vous constituer un solide portefeuille d’actions avec plus de 5% net de rentabilité mensuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *