Pourquoi les dividendes ne sont pas si rentables que ça

Dans cette vidéo, je réagis à un article que l’on m’a envoyé par email en me disant que les dividendes ne seraient finalement pas si rentables que ça…

C’est un argument que j’ai régulièrement de la part des détracteurs anti-dividendes. Nous lisons ensemble cet article et je te dis ce qui est, selon moi, vrai et faux.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre “La magie des dividendes” : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation “La magie des dividendes” : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c​

#Dividendes​ #Bourse​ #Investir

Pourquoi les dividendes ne sont pas si rentables que ça

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Bienvenue sur cette nouvelle vidéo dans laquelle je vais répondre à la question de Baptiste : « Comme convenu par message Instagram, voilà l’article sur lequel j’aimerais ton avis. »

Donc, Baptiste il m’a linké un lien que je n’ai pas encore ouvert pour être totalement transparent avec vous. Alors je connais ce site parce c’est quand même quelque chose de très connu comme site.

Donc, je le connaissais mais je ne pense pas avoir lu cette lettre.

Et il me dit : « Ça parle de dividendes, comme quoi c’est pas si rentable que ça. Qu’est-ce que t’en penses ? »

Donc ça c’est un argument que j’ai régulièrement de la part des détracteurs anti-dividendes qui vont trouver pas mal d’arguments pour dire : « Ah oui, mais les dividendes ceci, mais les dividendes ça. »

Bref, clairement ce que je fais c’est que je les redirige vers mon livre « La Magie des Dividendes » de 704 pages dans lequel j’explique noir sur blanc pourquoi cette stratégie d’actions à dividendes, c’est une stratégie qui a déjà le mieux performé depuis 1802. Je n’ai pas dit mille neuf cent, 1802, toutes classes d’actifs confondues et bref.

Il y a énormément d’arguments en faveur de l’investissement dans les actions à dividendes. Voilà il y a 704 pages dans ce livre. Ce n’est pas pour rien. J’ai mis 9 mois, même presque un an à l’écrire. Et il y a énormément de choses. Tu peux le retrouver dans la barre de description.

Et je vais me faire un plaisir de lire cet article et de le décortiquer avec vous pour qu’on voit ensemble si cet article il a raison.

Et je vais être totalement transparent avec vous s’il y a des points sur lesquels et bien il a raison et sur lesquels bien forcément c’est un petit inconvénient sur les dividendes. Je vais vous le dire très clairement parce que bien évidemment ce n’est pas une stratégie parfaite, sans inconvénient, mais l’avantage c’est que je vais le décortiquer avec vous d’une façon totalement neutre.

Alors : « La Lettre n°135 Octobre 2015. » Super. « Actualités : Le versement des dividendes enrichit-il les actionnaires ? » Très bien.

« Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, nous a fait l’honneur d’utiliser des données publiées par la Lettre Vernimmen.net dans… » Ok, donc ça on s’en fout.

« En effet, le journal Le Monde est allé vérifier les chiffres de Philippe Martinez et a bien constaté que La Lettre Vernimmen.net… » Okay donc ça c’est des constats. On s’en fout un petit peu.

« Dividendes et rachats d’actions au sein du CAC. » Donc on parle du marché français. Donc déjà c’est  intéressant.

« Entre 2003 et 2014… » Okay.

« On passera sur le fait que si, au lieu de choisir l’année 2009, Philippe Martinez avait retenu (…) la progression n’aurait été… » Bon, là on fait des constats. On fait des débats un peu inutiles. On ne parle pas de stratégie d’investissement. Okay.

« Non, le vrai sujet est l’erreur fréquemment faite d’assimiler versement de dividendes et enrichissement des actionnaires. Rien n’est plus faux. » Intéressant.

« On peut le voir de trois façons. Par un raisonnement par l’absurde : Si on s’enrichit en percevant des dividendes, on devrait s’appauvrir en n’en recevant pas. Et les actionnaires de Google ou de Critéo, groupes qui n’ont jamais versé de dividendes, devraient être fort à plaindre. Pourtant leur cours de bourse a monté respectivement… et de 17%… » Okay.

« Et la valeur de leurs capitaux propres est un multiple de 5 fois leurs capitaux propres comptables apportés par les actionnaires. C’est donc tout sauf un appauvrissement pour les actionnaires ! »

Donc là, comme ils disent, c’est un raisonnement par l’absurde parce que voilà. Dire que parce qu’une entreprise ne verse pas de dividendes signifie qu’on ne gagne pas d’argent, c’est totalement débile. Il n’y a pas que les dividendes pour dire que, pour gagner de l’argent en bourse.

Et évidemment l’évolution comme ici on le cite, l’évolution du cours de l’action est donc les plus-values latentes qu’on peut encaisser par l’évolution de l’entreprise et de sa solidité financière. Donc ça, pour l’instant, pas terrible.

« Par l’observation : Quand une entreprise verse un dividende à ses actionnaires, la valeur de son action baisse mécaniquement d’autant comme l’illustre le dividende exceptionnel de Lagardère en 2014. » Donc ça, je suis entièrement d’accord.

« Pour les petits dividendes, il faut peut-être une loupe pour observer la baisse des cours qui peut-être masquée par les variations quotidiennes, mais elle est bien réelle. » Donc ça c’est exactement quelque chose d’intéressant.

C’est vrai. Il faut savoir que quand une entreprise, par exemple, qui vaut 100€ verse un dividende 1€, et bien le cours de l’action va être ajusté et passer à 99€, simplement pour refléter cet euro qui est déduit de la trésorerie de l’entreprise.

Finalement l’entreprise elle vient de sortir 1€ de dividende pour son actionnaire, donc elle vaut moins l’entreprise parce qu’elle a moins de cash dans ses réserves, dans sa trésorerie, donc l’action passe mécaniquement à 99€. Elle a été déduite du dividende qui a été versé.

Donc ça c’est une réalité. Et c’est souvent un argument qui est utilisé par les gens qui disent que qu’on on a un métier dans les dividendes, finalement on ne gagne pas d’argent puisque ce qu’on a touché en dividende a été déduit du cours de l’action.

Je suis d’accord et je pense même que dans mon livre j’en parle justement suite à une euh… Je crois voilà, Pascal Query en parlait… Tac tac tac, voilà !

« Pascal Query, co-auteur du livre « Finance d’entreprise » du célèbre économiste français Pierre Vernimmen… » Voilà. Coïncidence, les amis ?

«…a très justement dit ceci concernant le versement du dividende : « Le versement d’un dividende ne vous enrichit pas plus que le retrait de billets à un distributeur ne vous enrichit ! Vous avez simplement transformé en liquide une partie de votre patrimoine. » » Donc c’est exactement ce que je viens de vous dire.

Mais il y a quand même une nuance à retenir dans tout ça parce que là vous êtes peut-être en train de vous dire : « Bah putain Raph, je ne savais pas ça. Du coup, comment finalement on gagne de l’argent quand on investit dans les stratégies d’actions à 10 ans ? »

Il y a plusieurs choses à retenir. C’est que sur le court terme, en effet, le dividende qui est versé aux actionnaires vient réduire le cours de l’action.

Mais par exemple si on regarde sur les sites comme dividend.com, on peut voir sur ce site des statistiques qui montrent combien de temps une entreprise mets pour revenir à son cours d’avant le versement du dividende lorsqu’elle a versé un dividende.

Et si j’arrive à me connecter sur ce site. Alors je ne sais pas pourquoi ça lague. Je suis actuellement en Macédoine du Nord à Skpoje. La connexion n’est pas terrible, mais on va essayer de s’en sortir. Alors je vais retirer peut-être ce VPN qui nous fait ralentir tout ça et on va rafraichir la page.

Tac tac. Alors, est-ce que vous m’entendez encore les amis ? Ouais, je pense que oui. J’espère.

Ok, on est reparti. Donc parlons de si on va sur l’action… Alors, le site ne marche pas. Qu’est-ce qu’on va prendre comme action ? On va prendre une action qui versent des dividendes et qui est connue. Allez, Walmart. Walmart ! Allez, s’il-vous-plaît fonctionnez !

Qu’est-ce que c’est lent. Qu’est-ce que c’est lent. Qu’est-ce que c’est lent. Je ne sais pas pourquoi. D’habitude c’est extrêmement rapide. On va essayer de cliquer sur « Search. »

C’est du direct les amis. Je vous avais dit j’ai rien préparé sur cette vidéo. On le fait au feeling, en découvrant l’article. On va taper directement dans Google. Des fois c’est un peu plus rapide. Tac.

C’est particulièrement lent je pense que c’est parce que j’enregistre en même temps cette vidéo. Ce qui va nous ressortir le site dividend.com tout de suite. Oui, ici. Tac.   

Bon bref les amis. Le temps que ça charge, la première chose à retenir c’est que généralement… Voilà, super. C’est quand je commence à reparler que ça fonctionne. C’est complètement buggé. C’est complètement buggé.

Bon bref, l’idée est là. C’est qu’on va quand même au site « Dividend capture average days for stock recovery. » Là ça vous dit le nombre de jours qu’il faut à l’action pour revenir à son cours d’avant versement du dividende.

Donc là vous voyez qu’il ne faut même pas un jour. Il faut 0,3 jour. 0,3 jour, 0,2 jour pour que l’action vienne à son cours d’avant versement du dividende.

Donc ça c’est un faux argument parce que même si sur l’instant T, quand on a un dividende qui est versé  aux actionnaires, et bien l’action va être réduit du dividende qui a été versé aux actionnaires, on se rend compte que généralement il ne faut pas très longtemps pour que l’action revienne à son cours d’avant dividendes.

Là on voit que pour Walmart, c’est 0,2, 0,3 jour. Dès fois c’est quelques jours. Dès fois c’est une, deux, trois semaines. Ça dépend des entreprises bien évidemment mais ça ne dure jamais très longtemps.

Parce qu’il faut retenir une chose c’est qu’une entreprise qui peut verser un dividende, c’est une entreprise qui a d’éprouver sa capacité à être un leader sur son marché, à pouvoir gagner de l’argent, à faire des bénéfices et avoir le luxe de pouvoir verser des dividendes à ses actionnaires.

Croyez-moi, toutes les entreprises n’ont pas ce luxe de pouvoir verser des dividendes à leurs actionnaires. Certaines décident de ne pas verser des dividendes parce que c’est leur politique. Elles ne veulent pas le faire.

Mais d’autres ne versent pas de dividendes à leurs actionnaires tout simplement parce qu’elles sont dans l’incapacité de le faire parce qu’elles ne peuvent pas financièrement. Quand elles regardent leurs chiffres, leurs bénéfices, leurs marges, etc., elles sont dans l’incapacité de le faire si elles veulent continuer de survivre.

Donc, croyez-moi que les entreprises qui versent des dividendes sont des entreprises solides et qui génère beaucoup généralement de bénéfices et qui reviennent très rapidement à leurs cours d’avant versement du dividende.

Donc ça, en effet, c’est une réalité. Mais il faut retenir qu’une entreprise c’est quelque chose qui vit, qui génère des bénéfices et qui en fait, vous en tant qu’actionnaire, vous êtes là pour toucher une partie des bénéfices.

Donc une entreprise c’est vivant, ça génère toujours des bénéfices, jour après jour, et donc en tant qu’actionnaire et bien vous touchez une partie de ces bénéfices.

Donc j’espère que c’est bien clair ce point-là. Mais même si c’est la réalité, finalement ce n’est pas une raison qui explique qu’un actionnaire qui touche des dividendes ne s’enrichit pas.

Il va s’enrichir par le dividende, par les dividendes qui vont être versés jour après jour, année après année, parce que si sur l’instant T encore une fois le cours il baisse, et bien voilà, sur 10 ans, imaginons une entreprise qui a 10% de rentabilité, sur 10 ans vous avez touché 100% du cours d’une action.

Alors, on laisse de côté tout ce qui est frais, fiscalité, et ce n’est pas pour autant que votre action elle vaut zéro parce que l’action elle va continuer de vivre, etc. Donc bien évidemment qu’on s’enrichit via l’intermédiaire du dividende.

Ensuite : « Par le raisonnement : En effet l’entreprise qui verse un dividende se sépare d’un de ses actifs (de la trésorerie.) » Exactement, c’est ce qu’on vient de dire à l’instant. « Il est donc logique que la valeur des capitaux propres baisse d’autant… » Exactement.

« …puisque l’entreprise en tant qu’entité s’est appauvrie du fait du versement d’une partie de sa trésorerie sous forme de dividende à ses actionnaires. » Exactement. C’est ce qu’on vient de dire à l’instant.

« Autrement dit, au même moment où un virement représentatif du dividende arrive sur le compte en banque de l’actionnaire, qui enrichit celui-ci, l’actionnaire s’appauvrit du même montant par la baisse de la valeur de ses actions. » Ce qu’on vient de dire.

« Au total, en termes de valeur, le dividende est neutre pour lui… » D’accord. Comme on l’a dit ici dans le livre avec Pascal Query qui dit que c’est comme un retrait de cash au distributeur. C’est exactement la même chose. Vous avez pris 100€au distributeur de billets et vous avez 100€ de moins sur votre compte en banque, mais simplement rendu plus liquide votre « patrimoine », lorsque vous avez touché des dividendes plutôt que de les conserver dans le prix des actions. Okay, on est d’accord avec ça.

« …ce qui est logique puisque la société dont il détient une partie du capital lui transfère une partie de sa trésorerie. C’est donc pour lui poche gauche poche droit. Il n’y a pas d’enrichissement possible ou de rémunération nette de ce fait. » Alors je ne suis pas d’accord sur la dernière phrase. On vient de le démontrer un instant.

« C’est là où fondamentalement le dividende diffère du salaire, mis à tort sur un même pied d’égalité par la vulgate marxiste. » Okay, très bien. Moi, je ne suis pas du genre à avoir utiliser des termes compliqués. Vous me connaissez, ou pas mais j’adore démystifier à mort les concepts très simples, les vulgariser, et quand je vois des vocabulaires comme ça, voilà, ça me fait rire, ça, bref.

 « Heureusement pour les salariés que nous sommes, à chaque fois que notre salaire mensuel est viré, nous ne nous appauvrissons pas immédiatement du même montant par ailleurs ! » Okay. Comparer un salaire à un dividende ce n’est quand même pas la même chose.

« Si le dividende n’enrichit pas l’actionnaire, qu’est ce qui l’enrichit ? » Voilà, un salaire et un dividende ce n’est quand même pas la même chose, dans le sens où un salaire c’est un contrat est directement passé entre finalement une entreprise et un salarié, tout simplement.

Il y a un contrat, un contrat on va dire d’employé-employeur. Comment on appelle ça ? Il y a un contrat de travail tout simplement, un contrat de travail.

Alors qu’un dividende qui est versé un actionnaire, un actionnaire n’a aucun contrat avec l’entreprise. L’actionnaire c’est celui qui est payé en dernier sous réserve de bonne exécution de tous les contrats : donc contrat de travail, contrat de vente avec les clients, contrat avec les fournisseurs.

Donc comparer un salaire et un dividende pour moi, ce n’est pas vraiment quelque chose qui est possible. Pas du tout.

« Le résultat net. » Okay. « A cette aune, nous avons regardé la progression des résultats du CAC 40 entre 2005 et 2013. Pourquoi 2005 ? Parce que c’est une année assez éloignée maintenant (il faut laisser du temps au temps), moyenne entre les bas de 2002 et 2003 et les hauts de 2007 et 2008. Pourquoi 2013 ? Parce que c’est la dernière année que nous avons étudiée pour les bénéfices, qui donnent lieu à dividende en 2014, dernière année complète à ce jour. »

«… résultat net cumulé de 70 Md€… 2013… » OK. « …soit un recul de 7%. »

« Et on n’oubliera pas que par construction les membres du CAC 40 regroupent les meilleurs élèves de la classe à quelques exceptions près. Que dire alors du reste des entreprises françaises ? A côtés de brillantes progressions des résultats… » Okay. «… on a des effondrements spectaculaires… » Okay. Très bien, très bien. Donc quelle est la conclusion de ça ?  Donc on a tout le tableau.

Moi, déjà, ce que je note c’est qu’on parle du marché français qui est quand même bien connu pour être bien moins performant que le marché américain.

Aujourd’hui si vous voulez de la performance en Bourse, en plus-value mais surtout en dividende, et bien c’est le marché américain là-dessus. Il n’y a pas photo.

Donc déjà l’étude parle du CAC 40. Je vais être assez d’accord. Bien évidemment que le marché français, le CAC 40, n’a jamais été connu pour ses performances extraordinaires.

Ensuite l’étude, elle est faite entre 2005 et 2013, huit années ça reste relativement court pour tirer des conclusions sur un marché.

Tout à l’heure je vous parlais, je crois dans la vidéo, du fait que les actions est le meilleur actif depuis 1802. On parle de plus de 200 ans. Là, ça commence à parler.

Parler de huit ans d’études ça me parait vraiment court, et justement dans ce livre à chaque fois que je vous ai cité des études parce que ce livre, voilà, porte sur beaucoup, beaucoup de ressources. D’ailleurs je les ais citées à la fin du livre ici. Vous pouvez les voir.

Et bien j’ai toujours fait en sorte d’avoir des études qui sont relativement longues, plusieurs dizaines d’années, des décennies, de façon à ce qu’on puisse tirer des vraies conclusions. Parce que tirer des conclusions sur une année, deux années, trois années, cinq années, dix années, c’est relativement court sur les marchés financiers.

Donc le CAC 40, le problème c’est que c’est un indice qui est beaucoup plus jeune puisque le CAC 40 il a été créé, si je ne dis pas de bêtises, dans les années 80.

Donc tirer des conclusions sur un indice qui a… voilà, « Créé en 1987… » Donc ça fait à peine 40 ans. C’est un petit peu juste juste encore.

Donc bref, la conclusion c’est quoi ? « Et les investisseurs ne s’y trompent pas, eux qui… »

« Nous n’aurons pas la facétie de faire remarquer à Monsieur Martinez, comparant ce qui est comparable, c’est-à-dire l’enrichissement des uns (les salaires) avec… L’opposition du capital au travail… » Voilà, je ne sais pas pourquoi on compare les deux. « …fait partie des dogmes heureusement tombés en désuétude comme le démontrent tous les jours les entreprises les plus performantes. »

« Rappelons enfin qu’une bonne politique de dividendes se juge à l’aune du taux de rentabilité marginal des investissements, et qui si une entreprise n’a plus d’opportunités d’investissements rentable, il ne sert à rien d’investir pour investir. Ce serait un gaspillage d’une denrée rare, l’argent, qui pourrait être beaucoup mieux utilisé ailleurs, dans d’autres entreprises ou dans d’autres secteurs, par exemple dans l’innovation et la croissance future comme nous le rappellent les jeunes pousses qui se créent tous les jours. Il lui vaut mieux donc distribuer ces liquidités excédentaires comme vient de le comprendre Google qui annonce un programme inaugural de rachats d’actions pour 5 Md$. »

« Ni totem, ni tabou, le dividende participe à une réallocation seine, via le système financier, des capitaux propres au sein de l’économie, de ceux qui n’en ont plus besoin au profit de ceux qui en ont besoin. »

Je suis assez d’accord sur cette conclusion. C’est que le dividende finalement, quand vous touchez un dividende de l’entreprise X, ce n’est pas une raison forcément pour les réinvestir dans cette même entreprise X en rachetant plus d’actions dans cette même entreprise.

L’avantage des dividendes c’est que le dividende que vous touchez, vous pouvez faire le choix de le réinvestir dans une autre entreprise, cotée en Bourse, ou même ailleurs. Comme ici, on le laisse imaginer dans des jeunes pousses ici qui se créent tous les jours, donc des start-ups par exemple ou encore une fois, si vous voulez, de l’immobilier, des matières premières, des cryptomonnaies, ce que vous voulez.

Donc en fait finalement, les dividendes on peut également le voir comme une liquidité de notre patrimoine qui vous permet de toucher une partie des bénéfices de l’entreprise et en même temps de réinvestir ces bénéfices, donc les dividendes, dans d’autres projets qui vous tiennent, vous, à cœur.

Et en effet, il y quelque chose d’intéressant également dans cette conclusion, c’est que généralement les entreprises qui versent ces dividendes, ce n’est pas les start-up. Les start-up n’ont pas ce luxe de pouvoir verser des dividendes. Elles ont justement besoin de prouver qu’elles sont viables, qu’elles gagnent de l’argent.

Et bien généralement, les entreprises qui versent des dividendes sont des entreprises qui ont démontré leur capacité à être très solides : leader dans les marchés, qui font beaucoup de bénéfices, qui sont installés de façon mondiale, qui sont des multinationales, et qui ont déjà réalisés la grosse majorité de leurs investissements, qui réalisent parfois encore des acquisitions, mais qui ont beaucoup d’argent et pas forcément les moyens de dépenser tout cet argent.

Et une des raisons pour lesquelles l’entreprise décide de verser des dividendes, c’est quelle ce dit que tout cet argent, et bien, plutôt que de le stocker, stocker, stocker, stocker, c’est peut-être plus intéressant de le verser à ses actionnaires qui eux pourront l’investir ailleurs et en faire ce qu’ils en veulent.

Faire circuler l’argent, puisque qu’encore une fois je le rappelle, une économie est saine seulement quand son argent circule. Quand il est stocké dans des comptes et des biens, c’est le meilleur moyen pour paralyser une économie. Et une économie qui est zen, c’est quand l’argent circule.

Donc voilà, cet article qui est terminé. Là c’est la fin de l’article, là c’est autre chose. Ben voilà, il y a des points intéressants et puis il y a des choses qui selon moi, ne sont pas viables à comparer ou je ne suis pas d’accord, voilà tout simplement.

Donc, mais ce que je retiens c’est qu’on parle surtout du marché français et que le marché français, comme je vous l’ai dit, n’est historiquement pas connu pour être un bon marché pour l’investissement en Bourse.

Voilà les amis, dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous. N’hésitez pas si vous avez des questions sur lesquelles vous voulez que je vous apporte mon point de vue d’investisseur à dividendes.

Je vous rappelle que ça fait plusieurs années que j’investis sur des actions à dividendes. Pour récupérer mon livre, dans la barre de description, un livre de 704 pages sur les actions à dividendes. Je vous partage de A à Z toute ma stratégie de comment j’ai investi plus de 350.000€ dans cette stratégie d’actions à dividendes. Et également vous pouvez retrouver tout un tas de ressources dans la barre de description.

Voilà, les amis ! N’hésitez pas à lâcher un petit pouce bleu, à mettre un… A vous abonner à la chaine You Tube tout simplement et je vous dis à très très vite.

Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *