Pourquoi le TRADING est DANGEREUX ?

Dans cette nouvelle vidéo, je t’explique pourquoi le trading est quelque chose qui peut devenir très dangereux.

Après avoir analysé les résultats de l’étude suivante de la PNAS : « Extraneous factors in judicial decisions » (https://www.pnas.org/content/108/17/6889), ceci a une nouvelle fois confirmé pourquoi le trading est si dangereux et difficile pour beaucoup d’investisseurs.

Ce n’est pas un hasard si les chiffres de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) sont inquiétants quand il s’agit de recenser les pertes subies par les particuliers.

Je t’explique dans cette vidéo quelle est mon approche pour éviter de se faire plumer en prenant de mauvaises décisions.

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Trading #Danger #Dividendes

 

Pourquoi le TRADING est DANGEREUX ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Okay les amis. Bienvenus dans cette nouvelle vidéo, dans laquelle je vais vous dire pourquoi je pense, moi, personnellement, que le trading « c’est de la merde ».

On me voit déjà dès le début de la vidéo, je polarise les choses. Il y a ceux qui vont se dire « Okay, pourquoi Raph pense que c’est de la merde ? » et ceux qui se considèrent connards dans les commentaires : « le trading si tu trouves que c’est de la merde, c’est que tu ne sais pas gagner de l’argent avec. »

Donc, peu importe ce que tu penses un petit peu, laisse-moi revenir un peu sur mes propos, sur pourquoi je pense que le trading n’est pas forcement de la merde, mais quelque chose de beaucoup plus dur et beaucoup trop surestimé.

On va dire que les gens sous-estiment la complexité de ce que ça représente de trader. Parce que le trading, il faut qu’il y ait un timing, un moment où tu rentres et un moment où tu sors, et que ces deux moments soient suffisamment bons pour que tu puisses gagner de l’argent et ne pas en perdre.

Et en fait je me base sur une étude américaine de la PNAS, c’est l’Académie Nationale des Sciences aux Etats-Unis qui a fait une étude, donc du coup très sérieuse, qui avait pour objectif d’établir quels étaient les facteurs de décision externes qui pouvaient influencer les décisions.

Donc ce qu’ils ont fait, c’est qu’ils se sont rendus en fait dans un tribunal où il y a des juges. Les juges, en fait, ce sont des personnes qui ont une décision impartiale basée uniquement sur des faits et non pas sur des facteurs externes telle que la fatigue, tel que le moment où la décision est prise ou des choses comme ça.

Et ce qui s’est passé, c’est que la journée ils l’ont divisée en 3 segments, on va dire : un premier segment de décision, puis une pause, puis un deuxième segment de décision, puis une pause et une dernière, un troisième segment de décision dans la journée.

Et ce qui s’est passé, c’est qu’on s’est rendu compte que, juste avant les pauses, l’impartialité des juges, le niveau de fatigue descendait à 0% quasiment. Et que juste après une pause, ce niveau remontait à 65%.

Ce qui s’est tristement passé, c’est qu’on s’est rendu compte que les décisions favorables des juges passaient de 0% à 65% juste après une pause.

C’est-à-dire qu’avant une pause, le pourcentage de décision favorable descendait quasiment à 0%, ce qui veut bien dire que les décisions que prennent les juges sont fortement impactées par leur niveau de fatigue, et non pas forcément vis-à-vis des faits qui sont exposés devant eux.

Et ça, c’est inquiétant parce que ça veut dire qu’aujourd’hui si un prisonnier ou s’il y a un procès ou je ne sais quoi, par exemple vous-même, on va prendre l’exemple de vous-même ou pourquoi pas du mien, et que vous passez juste avant une pause ou en fin de journée, et bien vous avez beaucoup moins de chance d’avoir un avis favorable, ou une issue favorable sur votre problème, sur votre procès, que si vous passez en tout début de journée ou juste après une pause où là on est à peu près à 65%de décision favorable.

Donc qu’est-ce qu’il y a à retenir de tout ça, et quelle est l’analogie entre le trading et la Bourse ?

Déjà on comprend aisément une chose, c’est que la loi n’est pas forcément établie en fonction des faits mais bien précis ou quelque chose comme ça, mais en fonction de la fatigue des juges.

Encore une fois les juges sont censés être impartiaux, c’est censé être des hommes de loi qui sont justes et honnêtes, mais on se rend compte qu’ils sont influencés par la fatigue physique, psychologique etc etc …

Donc on comprend également que le plus on prend de décisions, et le plus on est amené à être moins juste dans ses décisions. Ça vous paraît entièrement logique jusqu’à présent d’après les résultats de l’analyse. On est d’accord ?

Et c’est donc justement là que je dis que le trading c’est de la merde, en tout cas c’est dur et c’est difficile, parce que le trading implique qu’il faille savoir quand acheter l’action, quelle action acheter, quand l’acheter, quand la revendre etc…

Il y a des tas de critères qui sont directement orientés principalement sur le temps, qui, en fonction de ce temps, vont influencer totalement les résultats de votre trading.

Et quand on parle de trader, toutes ces questions de ce que j’achète, pour combien, quand, quand est-ce-que je revends, quand est-ce-que j’achète, ce ne sont pas des questions secondaires, ce sont des questions principales, et c’est super important quand on parle d’investir.

Et toutes ces décisions, ça vous prend de l’énergie mentale qui, au fur et à mesure, c’est pire.

D’autant plus que si vous ne prenez pas de pause, ce qui vous arrive chez beaucoup de traders qui, au final, doivent enchaîner parfois certaines heures à l’ouverture des marchés, ils n’ont pas forcément le temps de prendre des pauses ou certains tradent en parallèle d’un métier en même temps que leur métier.

Voilà, il y a des traders, qui, aujourd’hui qui ne sont forcément pas professionnels et font ça de façon totalement amateur. C’est ce qui représente la majorité des particuliers qui vont trader quand ils peuvent en fonction des heures d’ouverture des marchés.

Donc leur énergie mentale n’est vraiment pas au maximum et on comprend aisément que le risque de faire des erreurs de décision au niveau des timings est extrêmement compliqué.

Si tu as lu la célèbre biographie de Warren Buffett, le célèbre, le fameux qu’on cite tout le temps, « L’Effet Boule de Neige », dans sa biographie. Si tu ne l’as pas lu, je te le recommande fortement.

Warren Buffett, à un moment de son livre, de sa biographie, dit quelque chose qui est similaire au fait, de voilà, qu’on prend une feuille avec 20 tickets et 20 cases. Et que ces 20 cases représentent seulement 20 opportunités d’investissement que l’on va faire à l’échelle de sa vie.

C’est-à-dire que Warren Buffett estime que quand on prend une décision pour investir dans une société, c’est une décision sur 20 sur le nombre total qu’on va faire dans sa vie. Donc voilà l’exemple est peut-être un peu erroné aujourd’hui parce que 20 décisions d’investissement dans une vie, c’est relativement peu, mais l’exemple est là.

C’est que le moins de décisions vous prenez et de meilleures qualités, ces décisions, normalement, devraient être parce qu’il n’y a pas de place pour le hasard, la précipitation ou à chercher un timing particulier.

C’est pour ça que la stratégie des dividendes, je reviens toujours à la même conclusion, qu’elle est la plus simple parce qu’on garde les choses très très simples. Il n’y a aucun timing.

Les gens suppriment l’aléa du timing qui est de se dire : « Je rentre quand ? Je sors quand ? J’encaisse quand ? »

Tout ça, on s’en fout dans les dividendes puisque notre objectif premier est d’encaisser des dividendes.

Donc, à partir du moment où on a analysé l’action, qu’on est d’accord sur les critères que cette société nous présente sur 5 à 10 années en termes d’indicateurs-clés, des critères-clés que vous avez-vous-même établis auparavant.

A partir du moment où vous êtes d’accord, vous avez épluché les comptes de résultats, les bilans comptables et bien, on achète.

L’idée, c’est de conserver à vie ses actions sans se dire qu’on va devoir revendre pour encaisser nos plus-values parce que sinon, je ne sais pas quoi, je ne sais pas qui.

Non, le dividende, s’il est stable, il n’y a aucune raison qu’il bouge. Alors encore une fois, ce n’est pas une idée fixe dans le temps, c’est-à-dire que potentiellement on va être amené à devoir revendre des actions, parce que le dividende ne nous correspond plus.

Mais l’idée est qu’on n’ait pas, tous les jours, à passer des ordres en Bourse.

Aujourd’hui, il y a des traders qui vont passer plus d’ordres en une heure que je ne vais personnellement en passer ma vie entière en termes de stratégie boursière parce que comme j’achète une action, c’est déjà un, deux ou trois ordres au grand maximum par mois.

Et quand je l’achète, je la conserve à vie. Je ne pense même pas à la revendre sauf s’il y a un problème.

Donc, c’est pour ça, encore une fois, que je dis que le trading c’est de la merde parce que ça prend énormément de temps, c’est source de stress, on ne va pas se mentir, parce qu’il faut être là aux heures d’ouverture des marchés.

Il faut sans cesse analyser les choses pour savoir quand acheter, quand revendre. On peut devenir accro, malheureusement, il y a plein de gens qui deviennent addict à ça. C’est une forme d’addiction, on va dire.

Il y a des gens qui vieillissent avant l’âge, qui ont des cheveux blonds avant l’âge. Ce n’est vraiment pas une approche, on va dire passive. Ce n’est pas une ‘’approche investisseur’’.

Selon moi, c’est vraiment une approche active et qui fatigue et qui, par exemple, on ne peut pas tenir sur 30,40 ou 50 ans.

Moi, aujourd’hui, j’ai 26 ans et je ne peux pas faire du trading pendant 40 ans. Quand j’investis dans les dividendes, mon action, elle va travailler pour moi pendant 40 ans, pendant 50 ans et je ne suis pas derrière à me dire « Qu’est-ce-qui se passe ? »

Je ne regarde même pas les cours, j’encaisse les dividendes et c’est tout.

Et également il y a quelque chose qui ressort très souvent, c’est que les gens me disent : « Raph, mais oui, si je n’ai pas d’argent pour investir en Bourse, comment tu veux que je puisse investir sur des dividendes ou même ce que tu veux ? »

Et ça, c’est une erreur que beaucoup de gens font, ce qu’on se dit qu’il faut beaucoup d’argent pour investir en Bourse. Je l’ai déjà dit plein de fois, mais la puissance du temps par rapport au capital que vous avez à disposition est beaucoup plus important que le capital en lui-même, d’autant plus si vous êtes jeune.

Aujourd’hui, si vous avez par exemple 260 000€ de capital, 260 000€ à 7% de dividendes, je ne parle que de dividendes et 7%, c’est ce que j’ai aujourd’hui donc ce n’est pas déconnant ; et bien, vous gênerez à peu près 1 516€ par mois de dividendes.

Je n’ai pas fait de dette, je ne suis pas fou comme ça mais je l’ai calculé avant. Et on voit qu’avec 1 516€ par mois de dividendes, on peut aisément vivre par exemple dans un pays d’Asie du Sud Est. Pas forcément en France, on peut vivre en France avec 1 516 € par mois mais pas comme à Hawaï, on est d’accord là-dessus.

Mais il y a des pays dans le monde, plein de pays qui sont agréables dans lesquels on peut vivre avec 1 516€ par mois de dividendes.

Alors, vous vous dites peut-être : « Oui mais Raph, c’est quand même 260 000 € ». Oui et non. 260 000€, c’est le prix d’un appartement aujourd’hui dans une grande ville de province.

Je ne parle même pas de Paris. Donc, peut-être qu’aujourd’hui, vous avez 40 ans, 50 ans, vous avez 1 appartement ou 2, une résidence secondaire, un locatif qui est déjà payé ou je n’en sais rien.

Vous pourriez potentiellement le revendre à des biens pour mettre dans des dividendes et encaisser 1 500 par mois de façon totalement facile. Sinon être jeune, 20 ans, et que vous commencez à mettre tous les mois un petit montant, il y a fort à parier que vous arriviez rapidement également à ce genre de dividendes.

Encore une fois, je parle du dividende simplement qui tombe sur le capital investi, mais il ne faut pas oublier le réinvestissement des dividendes, la plus-value de votre portefeuille en Bourse, qui font que tout ça accélère cet effet boule de neige comme a décidé Warren Buffett, et donc performances sur les marchés financiers.

Bref, je pourrai vraiment en parler longtemps. Mais l’idée de cette vidéo, c’était que… Attention, le trading n’est pas si rose qu’on peut nous le faire croire.

Regardez les statistiques de l’AMF : elles sont assez effarantes en termes de pertes pour les particuliers. Alors que les dividendes, stratégiques, qu’on parle beaucoup moins, parce que beaucoup plus longues à mettre en place et pour avoir des résultats réellement, on va dire, pas concrets, mais significatifs.

C’est une stratégie, qui, si vous vous laissez du temps, va vous rapporter certainement bien plus que ce que vous aviez pu investir en faisant du trading avec tous les risques et le stress que ça comporte.

Bref, attention encore une fois à vos décisions. Votre cerveau, c’est une très belle machine mais elle est également très délicate.

On ne se rend pas compte des facteurs externes, psychologiques, la fatigue etc…sur vos décisions quand on parle d’investir. Et quand on investit, on doit à tout prix limiter les risques externes pour faire en sorte que votre investissement rapporte ce qu’il doit rapporter.

Bref, si tu as kiffé la vidéo, n’hésite pas à mettre un petit ‘’J’aime’’. En tout cas, ça fait toujours plaisir. Abonne-toi à la chaîne YouTube si tu veux voir d’autres vidéos.

Dis-moi dans les commentaires ce que tu en as pensé. Et si investir dans les dividendes, c’est quelque chose qui t’intéresse, n’hésite pas à lire dans la barre de description puisque j’ai sûrement quelque chose qui pourrait t’intéresser qui s’appelle « le Club Dividendes ».

Je ne t’en dis pas plus du tout. Tu cliques le lien sur la barre de description, tu découvres tout ça, tu me poses tes questions si tu en as, et ce sera un grand plaisir de pouvoir t’accompagner dans tes investissements dans les actions a dividendes.

A très vite. Ciao, ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *