Pourquoi le Chiffre d’Affaires ne veut rien dire en Bourse ?

Le Chiffre d’Affaires est souvent l’un des indicateurs que l’on regarde en premier en tant qu’investisseur en bourse. Idéalement, nous recherchons un Chiffre d’Affaires qui est en croissance régulière tout en évitant les courbes en montagnes russes.

Toutefois, beaucoup d’investisseurs estiment que si la croissance du Chiffre d’Affaires est trop faible et lente, c’est qu’il ne s’agit pas d’une bonne entreprise dans laquelle investir.

Mais le Chiffre d’Affaires n’est que la partie visible de l’iceberg. La réalité de la santé de l’entreprise peut être entièrement différente de ce qui nous est dit par le Chiffre d’Affaire. Autrement dit, si un Chiffre d’Affaires n’a qu’une croissance de 2% par an, cela ne veut pas dire que les bénéfices, le cours de l’action ou que les dividendes n’ont également qu’une croissance de 2% par an ou moins.

C’est toute cette nuance que je t’explique dans cette vidéo et qui est très importante en tant qu’investisseur en bourse orienté sur les dividendes.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💻 Formation de 4 vidéos offertes : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Rejoins une formation de 4 vidéos (15-20 minutes chacune) 100% gratuites au sujet de l’investissement en bourse dans des actions à dividendes.

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent. Libre à toi de t’inspirer ou non de mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 116 vidéos, 30 heures de formation et 13 bonus !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

📝 Télécharge la liste des « Dividend Kings » : https://clubmillionnaire.fr/kings

✔︎ Recevez immédiatement la liste de ces 31 entreprises qui ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite, à la solidité extrême et aux performances enviées par leurs concurrentes. 🇫🇷 Nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Pourquoi le Chiffre d’Affaires ne veut rien dire en Bourse ?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenus dans cette nouvelle vidéo dans laquelle on va parler de chiffres d’affaires.

Quand on investit dans une entreprise en Bourse, évidemment, c’est une des premières choses qu’on va aller regarder : son chiffre d’affaires. On va savoir si le chiffre d’affaires, il est plutôt croissant, stable, en décroissance.

Et en tant qu’investisseur, on recherche évidemment une entreprise dont le chiffre d’affaires est croissant. On veut que ça ressemble à quelque chose comme ça, par exemple, que ça monte régulièrement et progressivement.

Donc, on ne cherche surtout pas quelque chose qui ressemblerait à ça, par exemple, en décroissance, ou même quelque chose qui sera un petit peu en montagnes russes (un coup ça monte et un coup, ça descend, un coup ça monte, un coup ça descend, un coup ça monte).

Non, on veut vraiment quelque chose de progressif et régulier. C’est idéalement ce qu’on recherche en tant qu’investisseur.

Aujourd’hui, un des réflexes, malheureusement, que beaucoup de personnes ont – et c’est pour ça que dans cette vidéo, je vais te montrer pourquoi le chiffre d’affaires n’est pas aussi important que ça et pourquoi en fait finalement, ce que tu peux lire frontalement sur un chiffre d’affaires, ce n’est pas forcément la réalité du terrain de cette entreprise – aujourd’hui, c’est parce que beaucoup d’entrepreneurs et d’investisseurs, plutôt d’investisseurs, se disent : « Si le chiffre d’affaires, il augmente, alors, ça veut dire que l’entreprise, elle se porte bien et qu’on peut y aller. »

C’est relativement classique, et c’est plus ou moins vrai.

Pourquoi je dis que c’est plus ou moins vrai ? Parce qu’évidemment, un chiffre d’affaires, c’est comme son nom l’indique : un chiffre d’affaires. ça ne représente pas ce qui se passe réellement à la fin, et combien d’argent il reste, quelles sont les marges qui ont été réalisées.

Parce que sur un même chiffre d’affaires, la marge peut être totalement différente. Si on va faire différentes choses – et c’est ce dont on va parler dans cette vidéo – qui vont optimiser ou au contraire dégrader les coûts, les marges et l’optimisation de comment fonctionne l’entreprise, évidemment, un même chiffre d’affaires ne veut pas dire la même chose, et à la fin, il peut ne pas du tout rester la même somme d’argent.

Pour certaines entreprises, il va rester beaucoup d’argent, des grosses marges. Et pour d’autres entreprises, il ne va rien rester, elles vont perdre de l’argent.

Donc c’est pour ça qu’un chiffre d’affaires qui est en croissance régulière et progressif, c’est évidemment très intéressant, mais ça ne veut pas tout dire Ce n’est encore une fois que la partie visible de l’iceberg.

Donc pour ça, ce que je propose, c’est qu’on fasse un exemple très concret d’une entreprise qui s’appelle 3M. Donc c’est une entreprise sur le marché américain que tu connais peut-être. Voilà.

Si je te montre le logo, peut-être que ça te parle un petit peu plus. Voilà, c’est une société dans le secteur industriel qui commercialise beaucoup de produits qui sont utilisés au quotidien, que ça soit aussi bien à la maison, au bureau, dans les écoles, dans les hôpitaux.

Et je vais tout de suite te parler du post-it, comme tu peux le voir ici, ou de la marque Scotch dont tu as dû te servir à l’école ou dans un bureau. C’est cette société qui commercialise ça.

Donc cette entreprise, elle a énormément de brevets. Elle a plus de 100000 brevets, donc c’est énorme. C’est une très très grosse entreprise qui a une capitalisation – je crois – d’à peu près 80 milliards. Si on regarde dans Google, on est à 81,94 milliards à l’heure où on tourne cette vidéo.

Donc tu vois, c’est une très très grosse entreprise. Et ce que je te propose, c’est qu’on regarde un petit peu ensemble, qu’on fasse une petite analyse fondamentale, alors un début d’analyse fondamentale, puisqu’évidemment, on ne va pas pouvoir tout regarder, et ce n’est pas le but ici. 

Je regarde, moi, personnellement, à peu près 25 à 30 indicateurs avant d’investir dans des entreprises. Et là, on ne va regarder seulement que 4 ou 5 pour t’expliquer ce que j’ai envie de te démontrer, si mon tableur ne fait pas de caprices. Okay ?

Donc on va d’abord regarder le chiffre d’affaires. Evidemment. C’est ce dont je te parle aujourd’hui, donc on va regarder ça.

Pour ça, on va aller sur le site Macrotrends pour aller faire de la data, pour aller récupérer de la data sur les entreprises. Donc là, je vais taper le nom de l’entreprise 3M. Son ticker qui l’identifie : 3M.

Et on va aller dans la partie « revenus », « chiffres d’affaires ». Et on va regarder entre 2013 et 2021. 

Donc ce qui est bien avec ce site, c’est qu’on a vraiment l’historique – tu vois – jusqu’à 2010, jusqu’à 2021. C’est parfait.

Et en fait, ce qu’on voit, c’est que fin 2013 (31/12/2013, ici), on était à 30,87 milliards de chiffres d’affaires. Okay ?

Ce que je te propose, c’est qu’on note. 

Et le CA en 2021, il était donc, si on va ici au 31/12/2021, à 35,36 milliards. Okay ?

Je vais vraiment prendre le temps de tout te noter, comme ça, ça va être clair. Okay ?

Quand on fait le calcul de ce que ça a donné sur les 8 dernières années, la croissance, je l’ai calculée avant pour que ce soit plus rapide, on voit qu’on est à 1,7% par an de croissance.

Donc là, tu te dis : « La croissance du chiffre d’affaires sur les 8 dernières années, ce n’est pas phénoménal ». On est sur quelque chose de vraiment très limité : 1,7% de croissance par an de chiffre d’affaires, ce n’est pas énorme. Okay ?

Maintenant, ce que je te propose, c’est qu’on aille voir les bénéfices. Donc on va retourner sur notre petit site ici. 

Les bénéfices. On va aller sur « Net Income ». C’est reparti pour fin 2013 (31/12/2013). On était donc à 4,7 milliards, on va dire… 4,66 milliards. Et les bénéfices en 2021 (31/12/2021), on est à 5,92 milliards.

Donc là également, je t’ai calculé la croissance. On est sur +3% par an de croissance des bénéfices.

Donc là déjà, première remarque qu’on se faire, c’est se dire : « C’est bizarre. La croissance des bénéfices, elle est supérieure à la croissance du chiffre d’affaires. »

Donc c’est bizarre, puisque je ne fais pas plus de chiffre d’affaires, et pourtant je fais plus de bénéfices.

C’est tout à fait normal en fait. Ça veut dire qu’on a eu quelque chose de plus efficace. Il y a eu plus d’efficacité dans la façon dont a été utilisé l’argent, et finalement, la marge, elle a été plus élevée.

Et en fait, quand on regarde la marge – je l’ai récupérée – on voit que la marge, elle est passée sur cette période-là de 15,1% à 16,7%. 

Donc voilà, ça s’explique. Il y a plus de bénéfices, une croissance des bénéfices qui est supérieure parce que la marge, elle a été supérieure. On a mieux utilisé son argent, donc finalement, à la fin, il y a plus de bénéfices.

Okay ?

Maintenant, ce que je te propose de regarder, c’est ce qu’on appelle le BNA, en français, le bénéfice net par action, ou en anglais, le EPS (Earning per share). C’est la même chose. C’est simplement que ça s’appelle différemment en anglais et en français. C’est normal. Okay ?

Donc en 2013, c’est reparti. EPS. Fin 2013 (31/12/2013), on était à 6,72$. C’est-à-dire qu’une action a généré 6,72$ de bénéfices. Okay ?

Et fin 2021 (31/12/2021), on est à 10,12. Donc une action a généré 10,12$ de bénéfices par action.

Donc en fait, généralement, ce qu’on fait, c’est qu’on reprend les bénéfices ici et qu’on les divise par le nombre d’actions qui est en circulation de l’entreprise, qui nous permet de déterminer ce EPS (ce earning per share) ou ce dividende par action.

Ça nous permet d’avoir quelque chose d’un petit peu plus précis, notamment parce qu’aujourd’hui, les entreprises, elles n’ont pas toujours le même nombre d’actions en circulation.

On a peut-être déjà entendu parler, mais il y a des entreprises qui rachètent leurs actions pour augmenter la valeur de leurs parts, de leurs actions. Et il y a aussi des entreprises qui émettent de nouvelles actions, notamment dans le secteur de l’immobilier par exemple, pour financer de nouvelles acquisitions, de nouveaux projets, etc.

Donc le nombre d’actions qu’une entreprise a en circulation à un temps T n’est jamais le même, il évolue. C’est pour ça qu’on ne se contente pas uniquement de regarder les bénéfices, mais dans tous les rapports comptables, tu verras tout le temps la notion de EPS ou de BNA, parce qu’on doit regarder précisément par action quel a été le bénéfice généré.

Donc c’est pour ça que là, on fait cet exercice de regarder quel est l’EPS, comment il a évolué.

Et donc là, ce qu’on peut voir, c’est que la croissance, elle est de 5,3% par an de croissance. Okay ?

Donc là aussi, on peut voir que la croissance de l’EPS, du Earning per share, elle est supérieure à la croissance des bénéfices qui étaient de 3%. Et pourquoi ?

C’est tout simplement parce que je viens de te l’expliquer à l’instant. Il y a eu des rachats d’actions. L’entreprise 3M a décidé de racheter ses propres actions sur le marché parce qu’elle a sûrement estimé que c’était un bon moment de racheter ses propres actions à un bon prix.

Et donc, elle limite le nombre d’actions en circulation. Et donc, elle augmente la valeur de ces actions, pour tous ses actionnaires.

Okay ?

Si ça ne te paraît pas très clair, n’hésite pas à aller voir la barre de description ci-dessous. J’ai écrit un livre de 704 pages dans lequel je te parle en long, en large et en travers de l’investissement en Bourse dans les actions à dividendes, et tout ce que je suis en train de t’expliquer.

On parle justement de tous ces ratios financiers, de tous ces indicateurs, du chiffre d’affaires, des bénéfices, du BNA, du rachat d’actions, de l’émission d’actions, bref de tout ça.

Tout est dans la barre de description. Okay ?

Et donc cette entreprise – je crois qu’on peut même le voir ici sur le site – voilà, share outstanding, on peut voir précisément combien il y a d’actions en circulation. On peut voir que fin 2013 au 31/12/2013, il y avait 694 millions, et fin 2021, au 31/12/2021, on est à 585 millions. 

Donc c’est pour ça, l’entreprise a racheté des actions, ce qui fait que l’EPS, il est évidemment plus élevé parce qu’encore une fois, tu prends les bénéfices que tu divises par le nombre d’actions. Si le nombre d’actions au dénominateur, il est inférieur, évidemment, ça va venir augmenter le résultat total, donc l’EPS.

Okay ?

ça, c’est vraiment la base des mathématiques : dénominateur, nominateur. S’il y en a un qui est plus élevé, un qui est plus bas, ça fait évoluer évidemment le résultat final. Okay ?

Donc j’espère que c’est bien clair pour ça.

Et dernière chose qu’on va regarder ensemble, c’est ici, les dividendes, puisque ça, c’est également très important en tant qu’investisseur qui recherche le revenu via le dividende.

Le dividende en 2013, je te l’ai récupéré pour gagner du temps, il était de 2,54$ par action. Et les dividendes en 2021, ils étaient de 5,92$, ce qui fait une croissance de 11,2% par an. Et ça, c’est quand même plus sympathique.

Donc là aussi, la croissance des dividendes, elle est supérieure à la croissance des bénéfices nets par action, de l’EPS ici. Là, on pourrait se dire : « C’est bizarre. Les dividendes ont augmenté plus vite que les bénéfices réellement réalisés par l’entreprise par action ».

Qu’est-ce que ça veut dire ? Tout simplement parce qu’ici, le payout ratio (le pourcentage des bénéfices qui a été versé par l’entreprise à ses actionnaires), il a été augmenté, parce qu’il est passé de 38% en 2013 à 58% en 2021.

Okay ?

Donc finalement, si l’entreprise, elle augmente son payout ratio et qu’elle décide de verser plus de bénéfices à ses actionnaires sous forme de dividendes, évidemment, la croissance du dividende ici, c’est logique qu’elle soit plus élevée que la croissance du bénéfice net par action.

Donc j’espère que tout ça, c’est bien clair.

Et en fait, là on peut se dire : « Le chiffre d’affaires, il n’a pas énormément augmenté, ce n’est pas une entreprise dans laquelle je devrais investir, parce que regarde, le chiffre d’affaires, il a une croissance beaucoup trop lente ».

Quand on creuse et qu’on regarde un petit peu tous les indicateurs imbriqués entre eux, puisqu’on voit que les bénéfices, c’est la conclusion du chiffre d’affaires, l’EPS c’est la conclusion des bénéfices, et on va dire que le dividende, c’est la conclusion de l’EPS.

Donc finalement, quand on regarde un petit peu tout ça, comment c’est imbriqué, on se rend compte que oui, le chiffre d’affaires n’a pas énormément augmenté, mais les bénéfices ont augmenté. Ils ont en tout cas une plus grosse croissance parce qu’il y a une marge qui a été augmentée.

On a optimisé les coûts de l’entreprise. Ensuite, on peut voir que l’EPS a augmenté parce qu’il y a eu un programme de rachats d’actions en parallèle. 

Et en plus de ça, on peut voir que les dividendes ont été augmentés parce qu’on est passés d’un payout ratio qui était honnêtement à 38%, très conservateur, à un payout ratio aujourd’hui de 58%, ce qui est encore très correct.

58%, honnêtement, ça veut dire qu’il y a encore beaucoup de marge de manoeuvre à l’entreprise pour continuer d’augmenter ses dividendes, notamment via l’augmentation de son payout ratio qui est un des moyens d’augmenter les dividendes à ses actionnaires, en plus de l’augmentation des bénéfices, en plus de l’augmentation des marges, en plus de potentielles acquisitions etc.

Donc c’est pour ça qu’encore une fois, il ne faut pas regarder que la partie visible de l’iceberg qui est potentiellement le chiffre d’affaires, qui ne veut pas tout dire, puisque quand on regarde en dessous, on voit qu’il se passe beaucoup de choses.

Donc beaucoup d’investisseurs, malheureusement, font un tri très radical en ne regardant que le chiffre d’affaires. Il ne faut pas s’arrêter à ça surtout sur des entreprises telles que 3M. On l’a vu, ce sont vraiment des mastodontes. Il y a plus de 100000 brevets, ça vaut 80 milliards en Bourse.

Une petite optimisation des coûts ou une petite optimisation des marges sur ce type d’entreprise, ça représente immédiatement beaucoup d’argent.

Et en fait, ce genre d’entreprises, je les aime beaucoup parce que ce sont des mastodontes. Elles sont solides en Bourse. Cela fait longtemps qu’elles versent des dividendes. Elles sont là depuis très longtemps. Tu vois, ça a été créé en 1902. Ce n’est pas une entreprise qui a été créé il y a 3 ans.

Et ce sont vraiment des entreprises très solides grâce à leurs fondamentaux, et dont les dividendes, souvent, ne font qu’augmenter.

Je crois que 3M, ça doit être un « Dividend King ». Ça fait plus de 50 ans que le dividende est augmenté. Je ne sais plus précisément combien d’années, là, en tête, mais je sais que c’est un « Dividend King », et c’est vraiment très solide.

Et pour moi, elle va encore continuer d’augmenter ses dividendes pendant longtemps, parce que c’est une entreprise qui a prouvé qu’elle pouvait traverser des récessions tout en continuant d’augmenter ses dividendes, puisqu’évidemment, sur les 50 dernières années, minimum, elle a évidemment connu des crises, cette entreprise.

Alors, quand je vous parle de 3M, évidemment, depuis le début de cette vidéo, je ne suis pas en train de vous dire : « Achetez cette action, elle est magnifique, elle est super belle ».

On a évidemment regardé ici que 3 à 4 critères. On n’a regardé que les chiffres d’affaires, les bénéfices et les dividendes. 

Il faut évidemment regarder les capitaux propres, la dette, ce que ça donne, comment elle utilise son argent etc. Il y a plein d’autres critères.

Je t’ai dit, j’en regarde 25 à 30 que tu pourras découvrir d’ailleurs ci-dessous dans la barre de description via les différentes ressources, mais en tout cas, ce type d’entreprise vaut le coup que tu les regardes, parce que moi, c’est vraiment ce que j’adore.

Il y a vraiment tout. Tout est combiné. Il y a du rachat d’actions. Donc ça augmente la valeur de mes actions. Il y a du dividende, donc ça me verse du cash. En plus de ça, l’entreprise cherche à optimiser ses coûts et les optimise, potentiellement soit en étant maligne, via des effets d’échelle.

Parce que ce type d’entreprise, quand ça pèse 80 milliards, il y a évidemment des effets d’échelle. Ou alors, via des acquisitions, via des nouveaux brevets, via le développement de nouveaux produits, avec de la R&D (de la recherche et développement), etc.

Donc les amis, voilà ce que j’avais à vous dire concernant le chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires n’est pas si important que ça. On veut évidemment qu’il soit en croissance régulière comme on l’a vu ici.

Mais allez voir un peu plus loin avant d’éjecter une entreprise, parce que ce qui peut se passer en sous-jacent peut être extrêmement intéressant. Et une entreprise, telle que celle-ci, quand on voit comment ça se passe, moi je trouve que c’est vraiment très intéressant.

Voilà les amis, dites-moi s’il y a la moindre question dans les commentaires ci-dessous. Je me ferais un plaisir d’y répondre.

Partage cette vidéo à tes amis qui sont investisseurs. N’oublie pas le petit pouce bleu. Et évidemment lis bien la barre de description, puisqu’il y a du livre, il y a de la formation gratuite et payante, il y a du service mensuel dans lequel je te partage tous les mois mes positions en Bourse.

Bref, il y a pas mal de ressources pour toi si tu souhaites investir dans des actions en Bourse qui versent évidemment des dividendes.

Je te remercie, et je te dis à une prochaine. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.