Pourquoi j’arrête d’investir dans l’immobilier

L’immobilier est l’investissement préféré des français et de loin.

Et pourtant, par rapport au temps passé et ce qu’il génère, il n’est pas du tout le plus rentable.

Je t’explique dans cette vidéo pourquoi j’ai décidé d’arrêter définitivement d’investir dans l’immobilier en France après avoir investi dans une quinzaine de lots en passant par le meublé étudiant, la location saisonnière, la colocation, le parking, la maison ou encore l’immeuble de rapport.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Pourquoi j’arrête d’investir dans l’immobilier?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

J’arrête l’immobilier.

Les amis, l’heure est grave aujourd’hui. Dans cette vidéo, je vais t’expliquer pourquoi de mon côté, je rends les armes. Terminé, l’immobilier.

Je ne vais pas dire que j’ai fait mon temps. On dirait que ça veut dire que j’ai fait une carrière de 55 ans dans ce secteur. Pas du tout.

Mais l’immobilier, pour moi en tout cas, c’est terminé pour un petit moment. Et je vais t’expliquer pourquoi dans cette vidéo.

Quels sont les différents arguments qui m’ont amené à cette réflexion et qui me font dire que je vais faire une sacrée pause sur l’immobilier et passer un petit peu à autre chose ?

Donc voilà. Le fruit de cette vidéo, ce n’est tout simplement pas sur des arguments relativement classiques qu’on peut voir beaucoup en ce moment.

Beaucoup disent : « Les prix du mètre carré, c’est beaucoup trop cher. C’est trop haut. C’est en bulle. Il faut arrêter d’investir. Il faut même revendre son patrimoine pour acheter quand ça va péter. »

Non, ce n’est pas ça, l’argument.

« C’est devenu beaucoup trop dur d’emprunter aujourd’hui. Les banques nous demandent toujours plus. Il faut mettre de l’apport aujourd’hui. Quel scandale ! »

Non, non. Ce n’est pas non plus ça.

C’est normal de mettre de l’apport. Aujourd’hui, il y a une grosse mode sur internet, de dire : « On met zéro centime d’apport sur son projet. »

Je n’ai jamais trouvé ça bien, puisqu’au bout d’un moment, tu ne peux pas investir dans un projet à 100000€, 200000€, 300000€, 500000€ et mettre zéro centime.

Il faut un minimum montrer que tu es engagé dans tes projets, et que tu mets tes propres ronds. Parce que personnellement, moi je ne vais pas m’associer avec quelqu’un qui ne met pas un seul centime et qui ne veut surtout pas mettre un seul centime dans son projet.

Et un banquier, c’est quelqu’un qui est associé avec vous indirectement. C’est quelqu’un qui va être partenaire et qui sponsorise votre projet. Donc pour moi, c’est normal de mettre de l’apport.

Ce n’est pas ce genre de raison que je vais vous évoquer dans cette vidéo-là et qui me fait dire qu’aujourd’hui, j’ai envie d’arrêter l’immobilier.

 

Donc j’ai préparé des petites notes pour ne rien oublier. On est d’ailleurs ici – je ne te l’ai pas dit – sur un de mes chantiers. Voilà.

Donc je fais de l’immobilier. Je ne te dis pas que j’arrête de faire de l’immobilier. C’est quelque chose que je n’ai jamais fait.

Je fais vraiment de l’immobilier. On est ici sur un immeuble de rapport en plein centre-ville de Reims, donc on est ici dans les combles qu’on est en train d’aménager.

On fait une création de lots ici, pour créer donc un T3 avec une chambre là-bas, un coin cuisine ici, la salle de bains ici, que tu peux voir ici avec le WC séparé, une autre chambre ici, et puis ici l’espace de vie, le salon.

Donc il faut encore un peu s’imaginer. Tout n’a pas fini d’être isolé, plaqué, etc. Et voilà, ce n’est pas encore terminé tout simplement.

Et en bas, on a également 4 autres lots qui sont en pleine rénovation. Je ne vais pas te faire la visite de l’immeuble entièrement, puisque je l’ai déjà fait sur d’autres vidéos que tu peux retrouver sur cette chaîne YouTube.

Donc voilà, l’immobilier, c’est quelque chose que je fais. Moi, j’ai touché un petit peu à tout. J’ai fait énormément d’immobilier.

Aujourd’hui, je dois avoir à peu près un patrimoine d’1,5 million d’euros en immobilier. Et j’ai fait un peu de tout. J’ai fait de la colocation, j’ai fait de la location saisonnière, du studio étudiant, du parking, de la maison, de l’immeuble de rapport.

J’ai de la rénovation, de la création de lots. On a touché un petit peu à tout. C’est très sympathique, l’immobilier.

C’est très concret, comme on dit : « On le touche. C’est tangible. On peut toucher les murs. » Mais c’est ça qui est vraiment très appréciable.

Comme sur un projet ici, on peut voir les choses évoluer. Vous n’avez pas vu comment c’était avant, mais voilà, c’était une surface brute, un plateau.

Et quand ça évolue, quand ça change d’aspect, c’est très sympathique.

Mais aujourd’hui, je vais t’évoquer les différentes raisons qui font que j’ai envie un petit peu d’arrêter l’immobilier.

Alors, ce n’est pas forcément dans un ordre d’importance spéciale, mais je vais toutes te les citer.

La première chose, c’est le temps d’acquisition qui est beaucoup beaucoup trop long. C’est-à-dire que quand tu compares à plein plein d’autres pays aujourd’hui dans le monde entier, avec des systèmes qui sont safe.

Puisque pour beaucoup de personnes également, ça veut dire que si on peut acquérir très vite un bien, c’est que c’est peut-être le Far West, qu’il n’y a pas de cadastre, qu’il n’y a pas de registre, qu’il n’y a pas de notaire, qu’il n’y a pas d’avocat, ou de chose comme ça.

Non, non. En France, c’est un des seuls pays où malheureusement, le temps d’acquisition est aussi long, minimum 2 mois quand on achète cash, et 3 mois, voire plus quand on sollicite un crédit.

Donc c’est beaucoup trop long à l’heure où dans certains pays, on peut acheter en une journée, en une semaine.

Je vais prendre l’exemple de l’Estonie où on peut acheter en une semaine, grosso modo. Un de mes artisans qui a investi en Colombie, je crois qu’il avait acheté un bien en 2 ou 3 jours lors de ses vacances.

Il y était allé en vacances, il a de la famille là-bas, et en revenant, il m’a dit : « J’ai acheté un appart là-bas. » J’ai dit : « Tu as eu le temps ? » Il a dit : « Oui ».

Okay. Ce n’est pas la France.

Donc voilà, les temps d’acquisition sont beaucoup trop longs parce que – ça va un peu rebondir sur le deuxième argument qui est que les plannings des artisans également sont beaucoup trop longs.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui, même si tu as des gens que tu connais, même s’il y a des artisans que tu connais, c’est-à-dire que leurs plannings ne sont pas extensibles. Ils ont tout comme toi 24 heures dans la journée.

Et ils ont des obligations envers d’autres clients. Tu n’es pas leur seul client.

Donc aujourd’hui, même si tu les connais très bien, si tu leur dis : « Je te paie plus », même si tu leur dis tout ce que tu veux pour essayer de les faire craquer, aujourd’hui, ils n’ont pas que toi.

Et donc aujourd’hui, tu as des artisans, d’autant plus avec la crise du coronavirus…

(Je vais allumer la lumière, je vais aller ici).

D’autant plus avec la crise du coronavirus, ils ont des plannings mais qui sont plein à craquer. C’est-à-dire qu’on ne te parle pas de 1 mois, 2 mois, 3 mois.

On te parle de 6 mois, 8 mois, 10 mois, 1 an, 1 an et demi, et même 2 ans. C’est juste la folie.

Donc comment tu veux faire un projet, surtout quand tu as beaucoup de travaux… Alors tu vois dans cet immeuble, ça c’est le lot qui est le moins à toucher.

Les autres lots sont fermés. Je ne vais pas les ouvrir. Mais dans cet immeuble, on met 180000€ de travaux.

Donc voilà, tu vois quand tu mets 180000€ de travaux, et que tu as sollicité un crédit à la banque, etc… – encore une fois, si tu veux tous les chiffres, je les ai mis dans une autre vidéo – tu as envie que ça aille vite et que les timings ne soient pas dans tous les sens rallongés parce que c’est compliqué pour tout le monde.

Donc même si tu négocies des différés à la banque de 1 an, de 2 ans, de 3 ans, tu te rends compte que tu peux très facilement les atteindre, et sans forcément avoir le temps de terminer, soit forcément sans avoir eu le temps d’encaisser tes loyers sans crédit en face.

Donc les délais sont juste faramineux en ce moment, et ça, c’est relativement pénible.

Egalement le coût des matériaux. Qui dit « coronavirus »… Le coronavirus a été une conséquence des plannings des artisans. Tous les travaux déjà ont été décalés pour certains, les chantiers ont été décalés pour certains.

Beaucoup de personnes ont voulu faire des travaux parce qu’elles ont passé beaucoup plus de temps chez elles.

Beaucoup de personnes ont également investi. Donc il y a des travaux à réaliser. Il y a beaucoup de gens. Il y a eu beaucoup de transactions en 2021. Les notaires vont sortir les chiffres bientôt.

Il y a énormément de transactions qui ont eu lieu en 2021. C’est une année record.

Donc voilà, il y a eu beaucoup de carnets de commandes pour les artisans. Tant mieux pour eux, mais quand on est investisseur, c’est un peu plus pénible.

Egalement, le coût des matériaux qui, comme je te le disais, a donc augmenté avec le coronavirus, les chaînes de production qui ont été stoppées ou ralenties, les pénuries de matériaux. Une inflation qui se fait ressentir dans tout ce qui est bois, tout ce qui est câble, tout en fait.

C’est très compliqué. Les commandes de cuisines, c’est long. Les pièces, c’est long. Bref, une galère.

Donc ça, on va dire que c’est épisodique. Ce n’est pas forcément quelque chose qui est long terme, qui s’inscrit sur le long terme comme étant une tendance normale. Mais en tout cas, pour 2022 et 2023, je pense que ça va continuer à être encore très compliqué.

Donc il y a ce premier ensemble de points, on va dire.

Deuxième chose, c’est qu’on va entrer dans une tendance qui est quand même plus globale et plus long terme, par exemple, quelque chose qui est assez localisée dans le temps, vis-à-vis des évènements. C’est la rentabilité de l’immobilier.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui, l’immobilier, évidemment que c’est rentable. Evidemment qu’on peut faire beaucoup d’argent avec l’immobilier, surtout si on fait des stratégies agressives, si je parle de location saisonnière, si je parle d’opérations de marchands de biens, d’achat-revente, si on parle de promotion, si on parle de créations de lots, si on parle de divisions de biens, immeubles de rapports.

Voilà. Tout ça. On peut gagner beaucoup d’argent. Ce projet-là est très intéressant.

D’ailleurs, c’est un très bel immeuble dans le centre-ville de Reims plutôt patrimonial qui peut très bien se valoriser, à l’heure où le mètre carré ne fait que monter, où tous les Parisiens, autour de Paris, puisqu’ici on est à 45 mn en train de Paris – font monter les prix.

Et à l’heure où j’entends les notaires me dire certaines ventes qu’ils ont fait passer dans la ville de Reims avec des prix au mètre carré qui sont déconnants, cet immeuble, il va prendre de la valeur. C’est indéniable.

On voit toutes les promotions de neufs qui sont en train de se faire par des gros promoteurs locaux ou nationaux comme Bouygues Immobilier, etc.

Ça va prendre de la valeur. On peut gagner de l’argent dans l’immobilier. Il n’y a aucun doute là-dessus.

J’ai gagné beaucoup d’argent dans l’immobilier. Bon, « beaucoup », tout est relatif. Mais j’ai gagné quand même pas mal d’argent dans l’immobilier. C’est ça qui m’a permis également de me lancer dans l’indépendance financière.

J’ai commencé avec l’immobilier. Tout au début, j’ai fait des prêts étudiants pour investir dans l’immobilier. J’en ai fait deux. J’ai acheté un studio que j’ai mis en location à des étudiants, puis un T2 que j’ai mis en location saisonnière.

Voilà, avec 25% de rentabilité, j’ai fait mes premiers milliers clairement dans l’immobilier. Et ça m’a lancé aujourd’hui pour me permettre de faire d’autres projets par la suite. Et ça, jamais je n’oublierai.

Mais voilà, aujourd’hui, je trouve que c’est clairement pas assez rentable par rapport à d’autres choses que je peux faire aujourd’hui.

Je pense notamment aux investissements en Bourse qui sont sûrement beaucoup plus rentables et surtout beaucoup plus passifs, parce que pour l’immobilier, il faut toujours être là.

C’est-à-dire qu’on ne peut pas être très mobile avec de l’immobilier.

Aujourd’hui, si je suis en France sur ce chantier actuellement depuis 1 mois, alors que je suis résident fiscal en Estonie, c’est tout simplement à cause de l’immobilier.

Evidemment, je suis en partie ici pour ma famille que je suis venu rendre visite, et mes amis. Mais je serais déjà parti si je n’avais pas ce chantier immobilier, parce que ça fait plus d’un mois que je suis là, en France, pour ce chantier.

Mais la France, ça m’emmerde. La France, je n’aime plus y passer du temps. Je n’aime pas du tout y vivre. C’est un pays – je ne vais pas dire que je déteste – mais que je n’aime pas du tout.

Je ne me sens pas bien ici. Et plus je passe de temps en France, et moins je me sens motivé, moins j’ai d’énergie, moins j’ai de volonté, moins je suis en forme, très clairement.

Donc là, aujourd’hui, l’immobilier, ça prend du temps. On ne peut pas être flexible de son temps comme on veut avec l’immobilier. Il faut être là pour les chantiers, il faut être là pour les visites.

Il faut être là pour gérer les locataires. Il faut être là pour trouver un nouveau bien. Il faut être là pour les financements avec la banque. Il faut être là quasiment à toutes les étapes.

On peut évidemment déléguer. Ce n’est pas à moi qu’on va dire : « Délègue, Raphaël ». Moi, j’adore déléguer. Moins j’en fais, mieux c’est. Et j’adore les process. Et j’adore faire en sorte que ça tourne tout seul.

Mais voilà, un chantier comme ici… Oui, j’aurais pu prendre quelqu’un qui vient gérer le chantier à ma place, mais j’ai envie d’être là, parce que déjà, j’aime un minimum ce que je vois devant moi.

Je vois le projet évoluer et ça me fait très plaisir. C’est gratifiant. Mais voilà, il y a un moment où je trouve que ça prend trop de temps par rapport à la rentabilité que ça peut apporter, notamment par rapport à la Bourse, aux cryptomonnaies.

(En 2021, si tu n’investis pas dans les cryptomonnaies, tu fais une grosse bêtise.)

Ou par rapport à d’autres actifs ou d’autres activités que je peux avoir aujourd’hui. Donc, c’est la rentabilité également.

Du coup, j’ai également viré tous mes Airbnb. Je t’ai dit que j’avais plusieurs Airbnb. Je viens de liquider le dernier la semaine dernière, en signant un contrat de location ce soir pour une location long terme sur mes appartements Airbnb.

C’est terminé. Je ne veux plus gérer ça quand je suis à l’étranger, en Asie centrale, en Estonie.

Dès qu’il y a une urgence, je trouve toujours une solution avec la famille et les amis, mais ça me fait chier de les embêter, et moi, ça me fait chier d’être à l’autre bout de la planète et d’être « stressé » pour une location Airbnb.

Alors, je ne suis pas stressé. Il n’y a pas mort d’homme. Tout va toujours très bien se passer. Au pire des cas, au pire du pire, on reloge le client.

Mais c’est toujours pénible d’avoir à gérer quelque chose à l’autre bout du monde, surtout pour 400€ ou 500€. Aujourd’hui, je n’ai pas envie de me bouger et de me faire chier pour 500€, très clairement.

Quoi d’autre que je ne t’ai pas dit ?

Marre des locataires.

On parle de 500€ etc, mais marre des locataires également qui sont parfois un peu chiants. C’est-à-dire on ne va pas se mentir. Les locataires, aujourd’hui, la gestion, tout ce qui est gestion en fait.

Et là aussi, tu vas me dire : « Ouais, mais Raph, ça il faut déléguer. Comment ça, tu ne délègues pas ? »

J’ai des biens qui sont évidemment délégués en agence. Pas la totalité mais la majorité. Et même quand c’est délégué en agence, on se fait emmerder, parce qu’on te demande : « Mr Carteni, est-ce que vous validez l’intervention sur ça ? »

« Oui, je valide. Pas de souci. » Et ça peut aller très très vite sur un email. Sauf que l’artisan n’est pas passé, donc les locataires se plaignent, les locataires se plaignent à la personne qui gère le bien : l’agence immobilière.

L’agence immobilière ne répond pas, d’après les locataires. Ensuite, il y a l’agence immobilière au téléphone : « Ah, moi je ne comprends pas. Vos locataires, je leur ai répondu. Je leur ai envoyé quelqu’un. C’est eux qui sont un peu bizarres. »

Tu rappelles le locataire. Le locataire a eu ton numéro, tu ne sais pas trop comment. Ça m’est arrivé plusieurs fois.

Donc ça, ce sont des choses aussi pénibles. Un locataire qui t’appelle : « Ma fenêtre, il y a un petit courant d’air… et mon eau chaude… » Blablabla…

Il faut gérer tout ça. Moi ça me fait chier. Clairement, je n’ai pas la patience pour ce genre de chose. Et même quand c’est en agence, on se fait parfois « emmerder ».

Alors, ce n’est pas méchant quand je dis ça. Alors pourquoi je dis ça ?

Parce qu’en plus de ça, beaucoup de mes locataires ou mes partenaires dans l’immobilier me connaissent à cause ou grâce à mon activité sur internet : des artisans, des locataires qui, lorsque je les rencontre, me font des piques, me font comprendre qu’ils ont vu mes activités sur internet et me connaissent.

Et ça aussi, c’est un peu pénible parce que je ne vois pas ça comme étant « gratifiant ». Je vois plutôt ça comme étant une épine dans le pied, parce que tout de suite, ils s’imaginent potentiellement des choses que je n’ai pas envie qu’ils s’imaginent.

Forcément, quand son site internet s’appelle « Clubmillionnaire », quand on te voit voyager à l’autre bout du monde toute l’année, ou quand on te voit je ne sais où avec une Porsche, les gens font très vite des raccourcis.

Donc ce n’est pas quelque chose qui peut forcément t’aider dans l’immobilier. J’en ai discuté avec beaucoup de personnes sur l’investissement immobilier.

Quand tu fais une activité sur internet et que tu investis dans l’immobilier, ce n’est pas forcément toujours aidant parce que les vendeurs ne veulent plus te vendre, les banquiers voilà, les artisans, ils te font des devis plus chers, les locataires s’imaginent que tu es un riche propriétaire donc ils te font chier.

Dans l’immobilier, je pense que ce n’est pas un secteur dans lequel il faut montrer que tu en as ou que tu es là parce que ça ne peut pas forcément t’aider.

Donc il y a également tout cela aujourd’hui. Comme je te disais plus ou moins également, je ne ressens plus le besoin. C’est-à-dire que l’immobilier, ça m’a lancé aujourd’hui et j’en suis gratifiant à 3000%.

Mais aujourd’hui, je n’ai plus besoin de l’immobilier pour vivre. Ça me génère évidemment des loyers confortables chaque mois, mais aujourd’hui, je n’ai plus besoin que de ça pour vivre, contrairement au tout début où je ne vivais que de l’immobilier à 100%, de mes locations saisonnières etc.

Mais aujourd’hui, c’est clairement plus calme. J’ai plein de sources de revenus sur internet, la Bourse, les cryptos, les start-ups, l’affiliation, plein de choses.

Donc clairement, l’immobilier n’est plus aussi important pour moi qu’auparavant.

Qu’est-ce que je ne t’ai pas dit ?

Très important. J’aurais dû le dire dès le début. Facilement taxable. Facilement taxable !

A l’heure où les gouvernements donnent de l’argent à tout le monde comme si c’était gratuit, c’était facile, à l’heure où l’argent ne vaut plus rien, à l’heure de la crise du coronavirus également, de la crise sanitaire, il y a beaucoup d’argent qui a été donné, et il y a beaucoup d’argent qui va devoir être récupéré quelque part.

On le voit déjà. On en parle beaucoup. Oui, on en parle beaucoup.

Il va falloir récupérer cet argent à un moment ou à un autre. Et comment on récupère cet argent-là ? C’est en taxant les citoyens.

On est d’accord ? C’est relativement assez simple à comprendre comme schéma. Et aujourd’hui, surtout, on peut les taper facilement.

Les ultra-riches qui ont des patrimoines financiers et mobiliers liquides, c’est très compliqué, parce qu’eux, ils ont toujours une longueur d’avance. Ils vont toujours aller déplacer leurs capitaux là où c’est moins taxé ou pas du tout taxé.

Okay ?

Par contre, les propriétaires immobiliers, eux, ce sont les plus faciles à aller attraper dans le sens où ils ont un patrimoine qui est immobile.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui, ma poutre, elle est en France. Je ne vais pas l’amener avec moi en Estonie. Je ne vais pas l’amener avec moi en Colombie. Je ne vais pas l’amener avec moi en Thaïlande.

Je ne vais pas l’amener avec moi où tu veux. Elle est là, et c’est facilement taxable. C’est territorial, l’immobilier.

C’est-à-dire que les taxes foncières, quand tu t’expatries, tu continues de les payer.

On me pose souvent la question : « Mais Raph, comment ça se passe quand tu es expatrié en Estonie ? Est-ce que tu ne paies vraiment plus d’impôts pour l’immobilier ? Comment ça se passe ? »

Non, il n’y a pas de magie les gars. C’est territorial, donc les taxes foncières, on les paie, les CFE, on les paie, les CRL on les paie.

Les impôts sur les revenus, tu les paies. Si tu as une SCI à l’IS, tu paies l’IS. Bref, tu vois ? Sur tes bénéfices.

Donc il n’y a pas de magie.

Et donc aujourd’hui, c’est facilement taxable, l’immobilier. Tu ne prends pas ton patrimoine avec toi, et tu ne t’en vas pas avec.

Contrairement à tes cryptomonnaies, contrairement à tes actions, contrairement à tes participations dans des sociétés, contrairement à tout ça.

Donc c’est pour ça qu’aujourd’hui, je vais ralentir mes investissements en France parce que déjà, on est dans un monde qui va être encore – je ne sais pas vers quoi on se dirige – mais de plus en plus taxé.

On parle beaucoup de choses au Canada, en Belgique, en Allemagne, sur les propriétaires immobiliers. Je te laisse te renseigner sur internet. C’est assez – pas inquiétant mais il fallait s’y attendre.

Mais ça ne sent pas bon, on va dire au niveau taxation.

Donc ça, c’est la première chose. Et surtout, j’ai envie aussi d’arrêter de développer mes intérêts économiques en France, puisqu’en tant qu’expatrié, même si je détiens tous ces patrimoines ici, cet immeuble via des sociétés, donc ce n’est pas directement moi, j’ai quand même envie de réduire mes intérêts économiques en France.

Je n’ai plus rien aujourd’hui en France à part 2-3 comptes en banque et de l’immobilier, et ma famille. On peut dire que ce sont les seuls intérêts économiques qui me relient à ce pays aujourd’hui.

La famille, je ne vais pas la tuer pour dire : « Je n’ai plus d’intérêt économique aux yeux du fisc français. »

Par contre, mes comptes en banque et l’immobilier, c’est quelque chose qui, potentiellement un jour, pourraient être vus par le fisc français comme étant de trop gros intérêts économiques, et il pourrait peut-être m’embêter.

Donc tout l’immobilier, disons 90% via des sociétés, donc il n’y aucun souci là-dessus. Je ne suis pas le gérant directement. Donc il n’y a pas de souci, je ne suis qu’associé.

Et mes comptes en banques, c’est parce qu’elles sont simplement reliées à des crédits immobiliers, donc c’est pour ça qu’ils sont ouverts, mais dès que sera remboursé, ça sera fermé.

Donc aujourd’hui, j’ai envie d’arrêter de développer mes intérêts économiques en France. Et puis surtout, je pense que j’en ai fait assez en France.

Il faut aujourd’hui diversifier. J’ai de l’immobilier en France, et j’ai envie d’avoir des actifs ailleurs.

J’ai beaucoup de choses aux Etats-Unis via les start-ups et les actions en Bourse.

J’aimerais aujourd’hui développer pourquoi pas de l’immobilier en Estonie ou ailleurs, en tout cas dans d’autres pays pour réduire mes intérêts économiques et ne pas tout centraliser dans un pays pour lequel je ne vais pas dire que je n’ai plus d’espoir mais en tout cas pour lequel je pense que j’ai assez fait.

Donc voilà, de rénover en immobilier ou même via mon activité, etc. J’ai envie d’aller faire d’autres choses ailleurs. Donc c’est aussi une raison importante pour moi d’arrêter que d’investir en France.

Donc si on résume, c’est vraiment vis-à-vis de la taxation future pour moi, qui va être délicate, puisqu’on ne peut pas prendre avec soi. Tant qu’on y pense par rapport à l’argent qu’on peut gagner, pour que la ration n’est plus intéressante, en tout cas pour moi.

Clairement pas. Et par rapport au temps que ça prend à faire.

Donc voilà, les amis. Je pense que je vous ai tout dit. Je vous ai vraiment parlé sans langue de bois, c’est-à-dire que je vous ai vraiment donné des arguments qui me concernent très directement, qui ne sont pas forcément des arguments qui vont te concerner toi, directement.

Mais au moins, tu auras le panorama global, le pourquoi je pense ainsi, et pourquoi je souhaite arrêter l’immobilier, en tout cas, momentanément.

Quand je dis « momentanément », je pense que c’est au moins pour 5 ans. En tout cas, je parle du marché français.

Voilà les amis. Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous, vis-à-vis de tous les arguments que je viens de te citer.

Est-ce que tu es plutôt d’accord avec moi ? Est-ce que tu n’es pas d’accord ?

Comment tu vois les choses, toi, dans l’immobilier, sur le marché français dans le futur. Est-ce que tu investis en France ? Pourquoi ? Quels sont tes arguments ? Comment tu vois les choses ?

Je suis curieux de savoir. Lançons les débats. Lançons les échanges dans les commentaires ci-dessous.

N’hésite pas à partager cette vidéo YouTube également avec tes amis à toi qui seraient investisseurs immobiliers.

C’est toujours intéressant d’échanger sur ce sujet, parce qu’investir, c’est un truc qui se fait sur le long terme. Et donc il faut toujours avoir une vision long terme et savoir vers quoi on va.

En tout cas, il faut essayer d’imaginer le mieux possible vers quoi on va.

Like cette vidéo si ce n’est pas déjà fait. Abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait non plus.

Lis bien la barre de description. Il y a beaucoup de choses qui pourraient t’intéresser, notamment sur l’investissement en Bourse. Beaucoup d’investisseurs immobiliers ne font que de l’immobilier et c’est quelque chose que j’ai beaucoup de fois remarqué.

Et il faut encore une fois diversifier. C’est très important. Et une des façons de diversifier son cash-flow immobilier, c’est en l’investissant en Bourse, dans des actifs financiers qui sont plus rentables que l’immobilier et qui sont surtout beaucoup plus mobiles que l’immobilier.

Donc tout est dans la barre de description. Tu pourras trouver beaucoup de ressources, dont un livre de 704 pages au sujet de l’investissement en Bourse dans les actions à dividendes où je t’explique de A à Z ma stratégie d’investissement.

Tu auras aussi de la formation vidéo, du service, du séminaire. Bref, il y a beaucoup de choses. C’est à toi de jouer.

Je te dis à très très vite. Ciao, ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.