MON BILAN DE 3 MOIS DE VOYAGES (INDE, KUWAIT, JAPON, …)

Me voilà de retour de 3 mois de voyages et il est l’heure de faire le bilan.

Pourquoi je voyage autant ? Qu’est-ce que ça m’apporte ?

Comment faire en sorte de pouvoir être libre et d’aller où on veut, quand on veut avec qui on veut sans (trop) se soucier de l’argent qu’on dépense ?

Gros bilan dans cette vidéo de mes 3 mois de voyages au Japon, en Corée, Thaïlande, Inde, Kuwait et bien d’autres…

#Voyager #RaphaelCarteni #Millionnaire

 

MON BILAN DE 3 MOIS DE VOYAGES (INDE, KUWAIT, JAPON, …)

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Les amis, me voilà de retour après 3 mois de voyages un petit peu partout dans le monde, et je te pose la question d’entrée de jeu sur cette vidéo : Est-ce que ça t’intéresserait que je te fasse un petit peu plus de vidéos de voyages, puisque j’ai reçu ce genre de remarque sur Instagram ?

Il y a quelqu’un qui me disait : « Raphaël, déjà je kiffe de te suivre sur Instagram ». Si tu ne me suis pas sur Instagram, va dans la barre de description ; tu vas pouvoir trouver tout ça, pour que je te partage en temps réel mon quotidien d’entrepreneur.

Et j’ai beaucoup de remarques sur Instagram de personnes qui me disaient : « Raph, c’est stylé de te suivre au quotidien dans tes voyages. De 1°) ça me motive, et puis 2°) ça me fait découvrir en même temps le monde. »

Donc première question d’office : Est-ce que ça t’intéresserait que je te fasse des vidéos pour la chaîne YouTube quand je suis en voyage, ou que je te parle un petit peu plus de voyages sur la chaîne YouTube, puisque je pense personnellement que les voyages, c’est quelque chose qui façonne un homme, qui donne beaucoup d’idées ?

C’est pour cette raison que je voyage énormément et que j’ai des objectifs également dans tout ce qui concerne les voyages.

Généralement, on parle beaucoup d’argent dans cette chaîne YouTube. On parle d’objectifs financiers : je veux atteindre X€ d’immobilier, je veux atteindre X€ de chiffres d’affaires, je veux atteindre X€ de revenus passifs ou de choses comme ça.

On parle beaucoup beaucoup d’argent. Mais voilà, il n’y a pas forcément que des goals, des objectifs financiers. Il y a également des objectifs de vie qui sont un petit peu plus annexes, qui ne sont pas beaucoup moins importants.

Et voilà, je fais partie de ceux qui pensent que voyager, c’est quelque chose en tout cas qui t’aide à grandir, à te découvrir, à trouver de nouvelles idées. Et en fait, c’est même vertueux avec l’entrepreneuriat et l’investissement, puisqu’en allant voir le bout du monde, comment les gens se comportent, ou comment ils pensent, ça peut te donner beaucoup d’idées.

C’est sans parler des gens que tu vas rencontrer, du réseau, des opportunités. Bref, moi, je sais que ça m’a déjà énormément apporté dans ma vie et dans mon business, et je sais que ça va continuer de m’apporter énormément.

Donc dis-moi dans les commentaires ci-dessous s’il y a des choses qui t’intéressent, que je parle un petit peu plus de voyages, ou si tu t’en bats littéralement la race.

Tu as le droit le dire. Tu peux me dire ci-dessous : « Raphaël, je m’en fous de savoir où tu vas et ce que tu fais. Parle-moi juste d’immobiliers, de marchés financiers, de business, d’investissements et de rien d’autre. »

Donc voilà, ton avis compte entièrement. Et je serais très curieux de savoir ce que tu en penses.

Dans cette vidéo, je vais quand même te parler de ces 3 mois de voyages, de ce qui s’est passé, des aventures, de ce que j’ai appris, de comment j’ai grandi. Donc écoute, je vais me mettre à l’aise.

Je vais mettre les pieds sur le bureau. Paf ! Et je vais te parler un petit peu de ce qui a pu se passer pendant ces 3 mois parce qu’il y a eu de la mietteuserie.

Pendant ce voyage, je vais te raconter, il s’est passé des choses assez folles, puisque je suis arrivé lors de ma première étape, je suis parti fin octobre et je suis revenu fin janvier.

Donc je suis parti pile 3 mois, à peu près. Ma première étape a été Taïwan. En fait, je suis allé sur Google Flights, et j’ai vu un vol aller simple pour Taïwan qui n’était pas trop cher, et je me suis dit : « Allez, boum, on ne réfléchit pas ! »

En fait, il faut savoir comment je voyage. Personnellement, je ne sais jamais où je veux aller, ni quand, ni où, ni où je vais dormir. En fait, je vais sur Google Flights ou Skyscanner, je regarde les vols, je regarde où je ne suis pas allé, je regarde où il y a des vols qui sont corrects, au niveau du prix et des conditions de voyage.

Le but, ce n’est pas non plus de me réveiller à 3h du mat ou de faire 7 escales. Le but, c’est que ce soit quand même assez cool. Et j’y vais, et ensuite je découvre.

Donc le truc, c’est que j’ai fait de plus en plus de pays. Donc forcément, au bout d’un moment, ça peut être un peu plus compliqué. Mais je vois comment je réagis en tout cas.

Skycanner, et voilà, on va là où je ne suis jamais allé.

Donc j’ai commencé par Taïwan par pur hasard. Et je ne vais pas te mentir. Je n’ai pas forcément aimé l’ambiance de Taïwan.

Beaucoup m’ont dit : « C’est une Chine moderne ». Je ne suis jamais allé en Chine, donc on ne peut pas non plus comparer. Mais j’ai déjà fait Hong Kong et Macao et je veux bien croire que Taïwan, c’est le même délire quoi. C’est un peu moins cool que Hong Kong et Macao, bien que Hong Kong maintenant, c’est devenu compliqué.

En tout cas, je n’ai pas du tout aimé Taïwan. Pour le coup, j’ai quand même rencontré un entrepreneur là-bas qui s’appelait Ludo. Donc Ludo, je ne sais pas si tu vois cette vidéo, mais en tout cas, dédicace à toi.

C’était très sympa avec Ludo. Il s’est expatrié là-bas suite à la rencontre en fait d’une femme à Taïwan, donc c’est souvent les femmes qui font qu’on change le parcours de vie.

Et c’est très intéressant, ce qu’il fait Ludo. Le but, ce n’est pas de parler de sa situation et de sa vie, mais en tout cas, c’est un entrepreneur vraiment intéressant que j’ai rencontré là-bas. On a pu aller boire quelques verres et se balader dans la ville.

Et c’était vraiment très très sympa. Donc Ludo, si tu vois cette vidéo, c’est super cool qu’on ait pu se rencontrer. Et rencontrer des gens comme ça, c’est la force aussi d’Instagram. Je vous rencontre dans plusieurs pays.

C’est que je pourrais penser que vous êtes principalement en France, et je me rends compte que partout où je vais, quasiment, vous êtes là. C’est incroyable et c’est puissant puisque vous avez une expérience de terrain dans un autre pays. Et ça, je trouve ça magnifique. 

Tu vas voir que tout au long de ce voyage que je vais te raconter, j’ai rencontré également d’autres entrepreneurs dans d’autres pays.

Donc voilà. Taïwan, je passe rapidement parce que je n’ai pas forcément kiffé.

Ensuite, j’ai fait Taïwan-Japon. Je suis arrivé à Osaka – Japon. Tout le monde en parle. Peut-être que tu fais partie de ces gens-là qui trouvent que le Japon, c’est énorme et que tu as envie de visiter ce pays-là.

Moi, je sais que j’ai beaucoup d’amis qui me disent : « Je rêve d’aller au Japon. J’ai hâte d’aller au Japon » parce qu’ils kiffent toute la culture autour des mangas, des jeux vidéos, des animes, de l’électronique, tous ces trucs-là, tout ce que j’ai du mal à cerner et à comprendre.

Personnellement, je n’ai jamais adhéré à ce genre de culture de délire. Donc je ne vais pas te mentir. Japon, je n’ai pas kiffé plus que ça non plus. Et Osaka est loin d’être la meilleure ville, visiblement. Il paraît que Tokyo, c’est quand même quelque chose.

Je retournerai au Japon juste pour aller voir Tokyo et Kyoto, parce que ça a l’air d’être vraiment ouf. Mais voilà, Osaka, je n’ai pas kiffé.

Je suis quand même allé à Nara, où j’ai pu me balader dans une ville où tu as tous les cerfs en liberté. Tu as également pu voir ça sur Instagram. C’est assez marrant. Tu as des milliers de cerfs qui sont en liberté, et ils ne sont vraiment pas effarouchés.

Tu peux faire des selfies avec eux comme tu le vois en ce moment. Et c’était vraiment très très beau.

Donc au Japon, j’ai également rencontré des entrepreneurs : un entrepreneur en e-commerce. Malheureusement, je ne me rappelle plus de son prénom. Je me suis torturé le cerveau pendant cette vidéo. Je n’arrive pas à me rappeler.

Encore une fois, si tu vois cette vidéo, je te fais une grosse dédicace. C’était super sympa d’aller manger des petits sushis avec toi dans le quartier de Shinsekai… Je ne me rappelle pas. Bref, c’était un truc comme ça. Je ne m’en rappelle plus. C’est trop compliqué.

Donc voilà. Donc tu comprends que ça ne commence pas très bien. Japon, Taïwan, content d’avoir vu mais pas le gros kif, pas les endroits où j’ai forcément envie de retourner tout de suite.

Par contre, ensuite, je suis allé en Corée du Sud, après le Japon en me disant : « Je n’ai jamais fait. Je vais aller voir. » Mais tu sais, la Corée du Sud, on n’en parle jamais en France. Ce n’est pas un pays dont on entend beaucoup parler.

On sait qu’il y a Samsung là-bas, mais à part ça, les Coréens, ce n’est pas quelque chose dont on entend parler au quotidien, à part pour la Corée du Nord potentiellement où c’est un peu plus le bazar.

Et figure-toi que la Corée du Sud… Je suis allé à Séoul, un endroit où je pensais rester une semaine, 10 jours, pour faire ce que j’avais à faire dans la capitale, puisque moi j’adore découvrir les capitales.

Je ne suis pas forcément le plus campagnard du monde. Ça me fait un peu chier d’aller dans les campagnes des pays. J’adore l’ambiance capitale : c’est dynamique, ça bouge.

Donc beaucoup me diront : « Ah, mais Raph, tu n’as vu que la capitale du pays, c’est que tu n’as rien vu. » Oui et non.

Alors, il y a des pays où je vais voir la country side, et il y a des pays où je vais voir la capitale. Encore une fois, je voyage comme j’ai envie. Ce ne sont pas les gens qui vont faire mon voyage.

Mais figurez-vous quand même que la Corée du Sud et Séoul, ça a été un putain de coup de coeur. Je n’aurais jamais pensé dire ça, mais je te le dis tout de suite, tout le voyage, c’était l’endroit que j’ai le plus kiffé.

Et là, tout de suite maintenant, j’ai déjà envie de retourner à Séoul parce que j’ai kiffé l’énergie, j’ai kiffé les gens. Les gens, ils sont beaux aussi bien les femmes que les hommes.

Je ne te parle pas d’attirance sexuelle. Détends-toi. Je te parle du style. Ils ont un style unique qui est trop classe.

Les femmes, mec, elles sont vraiment jolies. Moi qui ai parlé tout le temps des femmes de l’Est, des grandes blondes. Franchement, les Coréennes m’ont tapé dans l’œil, comme on dit.

Elles sont super jolies, je trouve. Donc bonne énergie, bonne ambiance. La nourriture, encore une fois, c’est la nourriture de type asiatique. Ce n’est pas ce que j’aime le plus. Mais malgré tout, j’ai quand même réussi à me retrouver, donc c’est plutôt sympa.

La taille de ville, c’est immense. Il y a plein de choses à faire. Je ne sais même pas comment décrire précisément mon expérience à Séoul, mais j’ai extrêmement kiffé.

J’ai pu rencontrer des locaux également. Donc c’était super sympa. Ils ont une énorme culture autour de la nourriture. Ils ont plein de codes sociaux en fait.

J’y ai également rencontré Vincent. Vincent, je sais qu’il regarde quelques unes de mes vidéos, donc si tu regardes cette vidéo, Vincent, franchement, ça a été un plaisir immense de te rencontrer et de te parler.

Vincent, c’est un trader, on va dire, pour faire simple, pour ne pas non plus parler de la vie des gens puisque ce n’est pas le but, mais c’est un trader expatrié à Séoul. Et on a pu parler de plein de choses, de business, d’économie et d’investissements, et c’était vraiment très sympa.

Il m’a également parlé de la culture en Corée du Sud, qui est particulière. C’est-à-dire que quand tu arrives en Corée du Sud, il y a plein de codes. C’est-à-dire que quand tu ne sais pas comment ça se passe, tu peux très vite – pas forcément être perdu – mais faire des petites gaffes.

Il y a des comportements à avoir et des codes à développer. C’est super intéressant. Par exemple, quand tu veux à boire de l’alcool – les Coréens adorent boire de l’alcool, ils ont plein d’alcools différents (le soju, le makkoli…).

Le rite : tu sers d’abord l’aîné. Ensuite, tu dois servir d’une façon particulière. Bref, plein de trucs. Et c’est vraiment très très drôle et très appréciable. Donc j’ai vraiment kiffé la Corée du Sud, et je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner.

Franchement, j’ai kiffé et je vous recommande fortement d’y aller.

Ensuite, je suis allé au Vietnam pour me rapprocher, on va dire, de l’Asie du Sud-est, comme la Thaïlande, le Cambodge, etc. puisque je voulais visiter un petit peu ce côté là.

Et j’ai fait une étape à Da Nang, puisqu’il y avait un vol. Je n’avais jamais fait Da Nang au Vietnam, puisque j’avais déjà fait Ho Chi Minh il y a 2 ans, mais pas Da Nang ni Hanoi.

Donc j’ai fait que Da Nang cette fois-ci, et je n’ai vraiment pas kiffé. Il ne faisait pas beau. Il n’y avait pas de grosse ambiance. Je suis vite parti parce que je n’ai pas kiffé.

Du coup, direction le Cambodge que je n’ai jamais fait. Phnom Penh et Kampot (Kampot ville au sud) où cette fois-ci je suis donc allé explorer la country side. Et là, j’ai kiffé l’ambiance du Cambodge.

Je ne sais pas pourquoi mais c’est très poor, mais j’ai bien kiffé. J’ai bien rencontré des locaux à la capitale à Phnom Penh. J’ai pu manger sur les petits marchés la nourriture qu’on te sert dans des trucs… Voilà, l’inspecteur d’hygiène serait en sueur s’il avait visité le marché.

Mais franchement, j’ai bien kiffé. A Kampot, j’ai rencontré également – pas des locaux mais des gens qui voyageaient comme moi : un Français et un Belge en fait. Donc c’était cool. On parlait en français entre nous.

On s’est loués des scoots et puis on a chillé dans la country side. C’était super cool sur la côté, et la plage, et tout. Donc ça, c’était vraiment très sympa. Et j’adorais le Cambodge aussi.

C’est un pays qui est très très sympa, mais alors très sale. J’ai beaucoup de mes tee-shirts blancs là qui en ont pris pour leur grade, puisque là-bas, ce sont des routes pleines de poussière, enfin, de la terre, mais de la terre orange.

Tu vois ce que je veux dire ? La terre orange, ça colle à mort.

Je me rappelle le soir où je revenais de balade en scooter avec les potes, et on avait la peau toute orange, à tel point que même les locaux qui vendaient sur le marché de la bouffe me disaient : « Ah mais quoi ? »

Je lui disais : « J’ai mis du fond de teint. » C’est comme si on a mis du gros fond de teint.

Tu as des routes qui sont pas toutes en goudron, et qui sont du coup très sales, qui font de la poussière. Tu en as plein dans les yeux, ça pique, tu respires de la poussière. Ce n’est pas forcément très agréable, mais c’est authentique, et c’est ce qu’on recherche quand on voyage également, donc ça j’ai kiffé.

Ensuite, je suis allé en Thaïlande puisqu’on ne va pas en Asie sans aller en Thaïlande. La Thaïlande, c’est la base. Bien que rassure-toi, j’étais un petit peu déçu parce que je n’ai pas retrouvé la Thaïlande que j’avais vu il y a 2 ans.

Il y a 2 ans, j’avais un excellent souvenir sur plein de points : les gens, le prix, les choses à faire… Plein de trucs comme ça.

Et là, j’ai trouvé que les gens étaient moins cool. Alors, peut-être que c’est parce que je revenais du Cambodge, où pour le coup, les gens ne font que te sourire, ils te parlent, super gentils, adorables. Ça m’a marqué. J’étais assez choqué.

Et en Thaïlande, les gens, quand je suis venu en Thaïlande, je me suis dit : « Putain, ils font la gueule ici. » D’autant plus que le baht prend de la valeur, et nous, on perd du pouvoir d’achat. Donc on y perd en tant que touriste.

Et je me suis moins bien amusé à Bangkok qu’autrefois où je suis venu. J’étais un petit peu déçu là-dessus.

C’est pour ça que je suis allé au Laos pour visiter ce pays. J’avais fortement hésité à aller au Laos. Je m’étais dit : « J’y vais ? J’y vais pas ? » C’était un petit peu galère d’y aller. Ça ne m’arrangeait pas de ouf, mais je me suis dit : « Bon vas-y. On va aller voir au Laos ce qui s’y passe ».

C’est là où – tu as dû voir peut-être ma vidéo sur la chaîne YouTube où je perds – si seulement j’avais seulement perdu mon passeport, j’aurais été responsable.

Mais on me vole mon sac qui contient mes 2 passeports français et italien, toutes mes cartes de crédit, ma carte de résidence estonienne, mon MacBook, mon disque dur, de l’argent. Bref, on me vole tout.

J’étais sur un vélo, en train de faire du vélo tranquillement, et il y a un scooter qui arrive et qui me tire mon sac comme ça.

Je ne vais pas te faire l’histoire parce que j’en ai fait une vidéo complète.

Mais je me retrouve sans passeport dans un pays où il y a énormément de corruption, et où au bout d’une tournée à me balader entre les différents postes de police, parce que bien évidemment, on me baladait de police en police, je n’avais pas avancé d’un poil, et où je commençais à me dire : « Je vais rester longtemps ici. »

Même l’ambassade ne savait pas comment me renseigner. Enfin, je sentais que plus j’avançais et plus ça puait. Fort heureusement, un mec a retrouvé juste à côté de l’ambassade de Thaïlande une petite pochette noire avec dedans mes 2 passeports et mes cartes de crédit.

Donc ça a pu me permettre de partir du pays rapidement. Même si toutes mes cartes de crédit avaient été en opposition, donc j’avais quand même pas d’argent. Donc ça, c’était délicat. Mais heureusement, grâce au réseau etc., j’ai pu retourner en Thaïlande où j’ai fait le Nouvel An.

Là-bas, j’ai rejoint des amis entrepreneurs qui ont pu me dépanner de l’argent etc. Donc voilà, encore une fois, aujourd’hui, si tu n’as pas d’argent à l’autre bout du monde, c’est facile : on t’envoie des Western Union.

D’ailleurs, je vous remercie encore une fois, tous ceux qui avaient voulu m’envoyer des Western Union. Vous avez été des dizaines et des dizaines à vouloir m’envoyer 100 balles, 150 balles par Western Union.

J’aurais pu repartir avec 5K ou 10K en cash. Franchement, merci à vous les gars d’être une communauté géniale.

Ça m’a fait plaisir de recevoir ces petits messages sur Instagram, parce que ça prouve qu’au-delà de toute la relation qu’on peut avoir sur les réseaux sociaux, il y a quand même un petit peu d’humain dans tout ça. Donc c’est cool.

Donc voilà, je suis retourné en Thaïlande, du coup, sain et sauf avec mes passeports, sans argent, et on a fêté la nouvelle année dans un putain de cave. On est allés bouffer dans un resto 5 étoiles, un bon petit truc avec 8 ou 9 plats.

Ensuite, on a terminé la soirée dans un immense penthouse, tout en haut de Saint-Régis. Je ne sais pas si tu connais Saint-Régis. C’est un appartement à 30000$ par mois de loyer, avec piscine sur le toit… Je te laisse imaginer ce que ça peut être.

C’est un appartement en fait, un penthouse, une maison dans un immeuble. Je ne sais même pas comment te décrire le truc. Du pur luxe, on va dire. Voilà.

Donc on a vraiment bien chillé. C’était très sympa. Donc c’est marrant de se dire que je suis passé il y a 3-4 jours sans passeports et sans argent à bouffer avec l’argent que l’hôtel m’a donné. La nana de l’hôtel m’a donné 10€ pour que j’aille bouffer sur le marché du riz, je ne sais pas quoi, et me payer de l’eau.

A 3-4 jours après, je me retrouve tout en haut du Saint-Régis, un des penthouses sûrement les plus chers de Bangkok, à kiffer la vue de malade.

Encore une fois, la vie est assez folle et assez magique.

Bref, du coup, je n’ai plus d’argent, mais je me décide quand même d’aller en Inde avec un pote qui est mon « sponsor financier » puisqu’il paie tout pour moi, et ensuite, je lui fais des virements. Et on kiffe l’Inde.

L’Inde, c’est marquant de ouf parce que si tu n’es jamais allé en Inde, tu ne pourrais pas savoir. Je ne pourrais même pas te retransférer avec des mots puisque c’est marquant. Il y a un rapport à la mort qui est très différent. Tout est peu cher.

Les Indiens sont très gentils mais à la fois très gênants. C’est-à-dire qu’il y a des scènes où ils vont rester plantés devant toi à te regarder, et toi, tu ne sais pas quoi faire. Tu ne sais pas quoi leur dire. Ils vont te regarder. Ils vont te regarder manger, ils vont te regarder vivre, ils vont te regarder faire les choses, et c’est bizarre.

Mais pourtant, ils sont très très gentils et serviables. Je ne sais pas quoi te dire. C’est vraiment extrêmement pollué. C’est-à-dire qu’on est allés à New Delhi. C’est l’état d’urgence sanitaire là-bas.

Tu ne vois pas à 10m devant toi. Ce n’est pas parce qu’il y a du brouillard. C’est parce qu’il y a des nappes de pollution. Donc tu respires de la merde. Je me rappelle que les premiers jours où on est sortis dehors, on est sortis à peine une demi-heure, une heure, on était tous les deux pas bien.

On avait la tête qui tournait. On ne se sentait pas bien. On devait aller se réfugier à l’intérieur ou à l’hôtel parce que on sentait qu’on allait faire un petit malaise.

Il y a de la pollution sonore et il y a de la pollution particulaire. Il y a de la pollution visuelle. Il y a des trucs partout. On est tout le temps sollicité. On nous regarde tout le temps. Donc ça prend énormément d’énergie. Et ça fatigue.

Je me rappelle, il y a des jours entiers où on ne sortait pas, ou simplement une heure parce qu’il fallait qu’on s’acclimate au climat de l’Inde pour vraiment se sentir un petit peu à l’aise.

Les gens des fois ne nous calculaient pas du tout – on était vraiment les seuls Blancs dans toute l’Inde et on n’a jamais croisé d’autre Blanc à part 2 ou 3 fois. Parfois, on traversait tout droit des rues entières remplies d’Indiens, et donc des fois, on ne nous calculait pas du tout.

Dès fois, c’était tout l’inverse : on nous demandait tout le temps des selfies. On a fait plein plein plein de selfies, des choses comme ça. C’était vraiment très sympa.

On est allés à Jaipur. On est allés à Agra, pour voir le Taj Mahal. J’étais déçu par le Taj Mahal. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus majestueux. On est allés à New Delhi : très très pollué.

On est allés à Pondichéry, on est allés à Chennai. Bref, on a fait le nord et le sud. C’était vraiment très sympa. J’en garde un souvenir magnifique.

De là à dire que j’y retournerai dès demain, pas forcément, mais j’y retournerai avec grand plaisir pour visiter le reste de l’Inde qui est un pays immense avec beaucoup de très bonnes nourritures. Le butter chicken, mec, malgré le fait que ce soit très spicy, c’est magnifique, c’est très très bon.

Bref, on a quand même kiffé.

Suite à ça, on a commencé à se délocaliser vers l’ouest, vers l’Europe pour rentrer doucement mais sûrement.

Donc on est allés au Koweït, puisqu’encore une fois, un vol. On s’est dit : « On va aller où ? » On est en Inde, et on va sur Skyscanner, et on voit qu’il y a un vol pour le Koweït, tout droit. « Allez, boum, Koweït. »

Koweït, très content d’avoir vu. C’était il y a 20 ou 30 ans un petit village de pêcheurs. Ils n’avaient rien jusqu’à ce qu’ils découvrent du pétrole. Début 1990, ils se font envahir par l’Irak. Ensuite, terminé et ils se développent.

Donc ce n’est pas du tout comme Dubaï, c’est-à-dire que c’est beaucoup plus petit et beaucoup plus calme, beaucoup plus musulman. C’est-à-dire qu’il y a zéro goutte d’alcool. Tu ne pourras trouver de l’alcool nulle part et en boire.

Je ne te conseille pas d’en boire parce que la seule façon d’en boire, c’est dans des circuits un petit peu illégaux. Et c’est de l’alcool de mauvaise qualité, à mon avis, donc je te déconseille de faire ça.

Donc c’est très musulman. Toutes les femmes sont en burqa et tous les hommes ont l’habit traditionnel, la robe blanche et puis le voile blanc. C’est super classe, je trouve. J’ai l’impression que tout le monde pèse 3 milliards quand tu les vois dans la rue.

Les gens, ils sont beaux. Ils sont classes également. Il y a de l’argent – on le sent – au Koweït. Il y a des grosses tours, mais pour autant, ce n’est pas l’énergie de Dubaï.

On va dire que Dubaï se voile un peu la face, c’est-à-dire que c’est soi-disant musulman, mais pour autant, tu as l’alcool à tous les coins de rue, tu as les gros hôtels où il y a les grosses soirées, tu as les grosses beach parties, tu as les pool parties.

Tu as plein de trucs comme ça, donc c’est très différent et ça n’a rien à voir avec Dubaï. Pour autant, j’ai kiffé pendant 3-4 jours, mais au bout de 3-4 jours, je pense que tu as fait le tour largement de la ville, et c’est terminé.

Donc à voir mais ce n’est pas la grosse grosse folie.

Et ensuite, de Koweït, on est allés pour la dernière destination vers l’Egypte, puisqu’encore une fois, il y avait un vol vers l’Egypte.

On ne l’a jamais fait tous les deux donc on s’est dit : « Pourquoi ne pas y aller ? » On a atterri à Louksor.

Crois-moi, entre le Koweït et Louksor, on n’a jamais eu autant de contrôles, c’est-à-dire que c’était incroyable. Et apparemment, c’est parce qu’il y a eu des attentats en Egypte avec des origines du Koweït. Donc c’est pour ça qu’il y a eu énormément de contrôles et ça s’est renforcé.

Bref, l’Egypte, que te dire sur l’Egypte ? Beaucoup de gens ont l’air effrayés d’aller en Egypte. Alors, okay, il faut faire attention, et on a fait attention. Mais on n’a pas senti d’insécurité du tout, c’est-à-dire que dans les rues en effet, il y a des chars, il y a des militaires à tous les coins de rue.

Partout, partout, il y a plein de militaires avec des AK47 dans les mains. Donc ça peut faire un petit effet… Moi, ça ne me fait rien simplement parce que j’ai vu plein de pays où il y a plein de gens armés que ce soit la République Dominicaine, que ce soit au Liban.

Partout, j’ai vu des gens armés dans les rues. Donc ça ne me choque plus vraiment. Mais c’est sûr que ça peut faire quelque chose aux gens.

En tout cas, on a été très déçus par Louksor. On peut seulement voir des trucs de ouf au niveau des pyramides, des sphinx, des fondations, de tout ça quoi. C’est pour ça, l’Egypte, quand même. Et j’étais très déçu.

Les entrées ont coûté très cher pour vraiment peu de choses. On n’a pas vu des trucs de malade, tu vois ? Je pensais voir des gros sphinx, des grosses pyramides. On n’a rien vu de tout ça.

Et également, on est allés à Hurghada après. Là-bas, c’est beaucoup plus balnéaire. Tu vois ? Mais on est restés planqués à l’hôtel. On ne va pas se mentir. C’était la fin du voyage.

On est restés planqués à l’hôtel au Marriott, au chaud. On n’a pas bougé. On a chillé là-bas. On sentait qu’il n’y avait pas grand-chose à faire à Hurghada, tout simplement parce qu’ils ont subi les attentats qu’il y a eu.

Il n’y avait pas de touristes. C’était en mode ville fantôme très triste. C’était un petit peu dommage. Ce n’est pas forcément la haute saison, mais quand même on sentait qu’il y avait un petit truc en moins que d’habitude.

Donc voilà. D’autant plus que les Egyptiens – je ne vais pas te mentir – pour moi, ils ont la palme. Je ne sais pas s’il y a des Egyptiens qui m’écoutent, mais ils ont la palme des plus gros forceurs du game.

Jusqu’à présent, je pensais que c’étaient soit les Marocains et les Algériens. Donc là, je vais créer des débats dans les commentaires. Mais ils sont quand même forts dans l’art du forçage dans le game. On ne va pas se mentir.

Mais les Egyptiens, en tout cas, vous ne battez pas les Marocains et les Algériens. Les Egyptiens sont au dessus. C’est-à-dire qu’ils sont lourds. Ils te courent après, ils ne te lâchent pas.

Tu as beau leur dire : « Non, non, non ». Ils ne te lâchent pas. Ils font toujours les mêmes blagues, les mêmes remarques. Ils ont toujours les mêmes accroches. Ils ont toujours les mêmes approches.

Mec, c’est tellement pénible à la fin. Alors, pas tous. Il ne faut pas tout mettre dans le même panier, mais franchement, 90 % des Egyptiens qui nous ont abordés étaient relous, mais vraiment.

Quand c’est une fois, le premier jour, dès que tu rentres dans le jeu, c’est la première fois et tu ne sais pas comment ça se passe. C’est marrant, tu vois ?

Mais quand tu es au troisième, quatrième, cinquième jour, et que c’est toujours les mêmes accroches, les mêmes approches, les mêmes blagues, et que le mec, à la fin, il ne veut que te vendre, il n’est pas là pour faire copain-copain.

Il est juste là pour t’upsell son truc de merde. A la fin, tu en as marre. Il n’y a que des trucs d’affiliation là-bas.

Il te vend d’abord sa course à cheval ou en taxi. Après, c’est : « Viens, viens chez mon copain, il y a un bon restaurant là-bas. Viens chez mon copain, il a un bon marché. Regarde, regarde. Ne fais que regarder. »

Et à la fin, tu as envie de rentrer en taxi et lui dire : « Ecoute, ne me parle pas. Tu conduis et je m’en fous de ce que tu as à me dire. »

C’est triste mais on en arrive limite à là. Donc bref, c’est quand même sympa l’Egypte mais un peu d’amertume. J’étais très déçu sur ce qu’on a vu et les locaux. Donc voilà, mais on a très très bien mangé par contre.

Donc voilà. Fin des 3 mois. L’Egypte, c’était le dernier pays. Donc voilà. Et c’était vraiment très enrichissant. J’ai vraiment grandi sur ce voyage, encore une fois.

Et c’est ça qui est assez ouf, c’est qu’à chaque fois que je pars en voyage, j’ai l’impression que ça va être facile, que j’ai déjà beaucoup voyagé.

Donc je me dis que ça va passer comme une lettre à la poste. A chaque fois, on est challengé : de nouvelles situations à résoudre, des nouveaux problèmes à résoudre, des nouveaux challenges. Enfin, des trucs comme ça, ce qui fait qu’on grandit.

On rencontre des locaux, une nouvelle culture, des nouvelles nourritures, de nouveaux alcools, de nouveaux paysages, de nouvelles façons de penser. Et ça, c’est puissant.

Et pour autant, pendant ces 3 mois de voyages, je n’ai jamais gagné autant d’argent que pendant ces 3 mois de voyages, puisque sur la fin d’année 2019, et début 2020, j’ai fait de bons chiffres globalement dans toutes mes activités.

Donc ça, ça fait super plaisir. Tout est en croissance, et c’est plutôt même de la bonne croissance. Donc ça fait super plaisir comme quoi.

Voilà, je pensais qu’il était difficile de voyager. Je disais, il y a quelques mois que voyager et construire un business, c’était compliqué parce que forcément, on ne pouvait pas être à 100 % sur les deux, ce qui est vrai.

Finalement, là, j’ai un petit peu le contre-exemple qui fait que j’ai jamais gagné autant d’argent alors que j’ai voyagé pendant 3 mois non stop.

Donc voilà. Bien évidemment, quand tu es à 100 % sur un truc, tu le fais beaucoup mieux. Evidemment, je ne retire pas ce que j’ai pu dire il y a quelques mois, et c’est entièrement vrai.

Mais la preuve est qu’il est quand même possible d’allier les deux, de chiller et de voyager, de découvrir des choses tout en gagnant de l’argent de façon relativement confortable.

Donc l’idée, elle est là. D’autant plus que ce voyage, je ne suis pas toute la journée dehors. Je « bosse », tu vois ? J’ai mon ordi, j’ai Internet. Je bosse. Je crée des choses, et j’ai plus d’idées.

J’ai plus d’inspiration, je pense, parce que j’ai un décor différent. Je rencontre des gens différents, donc ça me donne plus d’idées.

Et encore une fois, rencontrer des gens différents, généralement, ça te donne un point de vue différent sur ce que tu fais également, parce qu’en parlant à ces gens-là, potentiellement, ils vont te faire des réflexions ou des remarques que tu n’as pas forcément dans ton environnement, ton petit cocon familial en France ou Estonie.

Et ça te fait penser à d’autres choses à implémenter.

Donc voilà. Ça fait 20 minutes que je parle déjà. Donc je ne vais pas parler plus longtemps.

N’hésite pas à me poser des questions dans les commentaires ci-dessous. Je sais qu’il y a certains qui me posent des fois des questions pratiques voyages : où est-ce que je dors à l’hôtel, comment je voyage, comment je fais pour rencontrer du monde…

Je ne sais même pas les questions que vous pouvez vraiment vous poser. C’est vrai que pour moi maintenant, on en parlait avec un ami qui lui aussi a déjà pas mal voyagé.

On se disait : « C’est vrai que mine de rien, on ne se rend pas compte, mais on a développé pas mal de skills de voyages », puisqu’il y a plein de situations où on sait comment réagir, on sait quoi faire, par exemples les arnaques, les négociations sur les prix.

Il y aura plein de gens qui diraient oui sur plein de choses ou qui ne penseraient même pas à comparer, ou à rentrer dans le débat, ou à contredire le gars, alors que nous, maintenant, on est des bourrins.

C’est-à-dire que le mec, il arrive avec un prix. Boum ! On le divise par 3 ou par 4, que ce soit en Egypte où c’est plus ou moins classique que ailleurs.

En fait, il y a plein de hacks et d’astuces pour payer beaucoup moins cher. Je sais que moi, il y a des hôtels que je ne paie pas. Il y a plein d’astuces de voyages, il y a plein de trucs comme ça que tu peux négogier.

Et c’est vraiment vraiment puissant. Quand tu te mets à voyager en fait, tu développes un sixième sens, c’est ça ? Et ça t’aide énormément.

Bref, dis-moi dans les commentaires ce que tu en as pensé en tout cas. Dis-moi, pose-moi tes questions. Réagis. Ça fait toujours plaisir.

Pose-moi un petit Like. Dis-moi si tu es entrepreneur. Dis-moi si tu es investisseur. Dis-moi si tu es salarié. Je sais que beaucoup de gens m’ont également dit : « Raph, tu as de la chance de voyager autant. »

Encore une fois, ce n’est pas de la chance. Si je peux voyager autant chaque année, c’est parce que j’ai mis en place des choses qui me permettent de voyager.

Encore une fois, je n’ai rien volé. Tout ça, je l’ai construit de mes propres mains, et toi aussi, tu peux bien évidemment devenir indépendant financièrement et pouvoir voyager autant si tu travailles intelligemment.

Donc encore une fois, si tu es salarié, tu ne pourras jamais faire ça.

Si tu te mets à mettre en place des systèmes et à créer des systèmes automatisés, et à gagner de l’argent plusieurs fois pour ce que tu as mis en place une fois, comme investir dans l’immobilier ou les marchés financiers, ou créer des business et des systèmes automatisés, tu pourras potentiellement aspirer à ce genre de qualité de vie qui est fortement appréciable.

Donc voilà. Bref, pose-moi tes questions dans les commentaires. Passe une bonne journée et une bonne soirée. Pose un petit Like. Abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait.

Et je te dis à très très vite avec de nouvelles aventures. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *