Mes impressions après 2 semaines en Russie

En tant que passionné des pays d’ex-URSS et ayant visité 11 des 15 républiques d’ex-URSS, il était plus qu’évident que je visite la Russie.

C’est désormais chose faite puisque j’ai pu m’y rendre 2 semaines afin de visiter Moscou et Saint-Pétersbourg. J’attendais beaucoup de la Russie que j’ai idéalisé pendant de nombreuses années comme étant l’endroit regroupant le plus de points forts dans ce que je recherche au quotidien (et par rapport aux 89 pays que j’avais visité auparavant).

Mon risque, c’était d’être déçu et d’avoir eu de trop grosses attentes… Je te partage dans cette vidéo ce que j’ai aimé mais ce que j’ai aussi moins aimé…

Je te partagerais également une petite histoire au 2ème jour de mon séjour qui m’a valu l’arrivée d’une ambulance à mon hôtel et une piqure sur les fesses…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💻 Formation de 4 vidéos offertes : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Rejoins une formation de 4 vidéos (15-20 minutes chacune) 100% gratuites au sujet de l’investissement en bourse dans des actions à dividendes.

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent. Libre à toi de t’inspirer ou non de mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 116 vidéos, 30 heures de formation et 13 bonus !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

📝 Télécharge la liste des « Dividend Kings » : https://clubmillionnaire.fr/kings

✔︎ Recevez immédiatement la liste de ces 31 entreprises qui ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite, à la solidité extrême et aux performances enviées par leurs concurrentes. 🇫🇷 Nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Mes impressions après 2 semaines en Russie

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo qui va changer un peu du cadre habituel puisque je vais te partager mes impressions sur la Russie.

Là, je suis en direct du Kirghizistan. Je suis fraîchement revenu. Ça a été un petit peu ma base ces derniers mois. Et tu sais, si tu me suis depuis un petit moment, moi je suis vraiment très attiré par tout ce qui est russophone, la Russie, et tous les pays d’ex-URSS.

Et là aussi, j’ai envie de dire que c’est un petit peu le Saint-Graal pour tout fan des pays d’ex-URSSS. Je suis allé dans tous les pays d’ex-URSS sauf l’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Turkménistan. Tu vois, la Russie, je l’ai quasiment fait en dernière, mais j’ai réussi à y aller.

Donc je vais pouvoir te dire un peu quelles sont mes impressions, puisqu’évidemment, j’en attendais énormément de ce pays. J’avais envie de le visiter depuis longtemps.

Je ne sais même pas pourquoi moi-même je ne suis pas allé précédemment, puisqu’étant expatrié en Estonie, finalement, la Russie est juste à côté. Donc c’était plutôt relativement facile d’y aller. Mais bref, je n’y étais pas encore allé.

Et avec le contexte actuel, tu le sais tout comme moi, c’était de plus en plus compliqué potentiellement de s’y rendre. Et je vais t’expliquer un petit peu quelle a été la démarche et quelles ont été mes impressions un petit peu sur la Russie.

Alors, tout d’abord, évidemment, tous ceux qui vont parler dans les commentaires de : « Oui, Raph, tu sponsorises l’économie russe, oui Raph, c’est pas bien la Russie, le grand méchant », bref, on n’est pas là pour faire des débats politiques et de tout ce qui se passe en ce moment.

Ce n’est pas mon cœur d’expertise, ni même l’envie que j’ai de parler de ça sur cette chaîne YouTube. Je te partage simplement aujourd’hui mon amour du voyage, mon amour des autres cultures, mon envie de voyager, et mon attirance pour tout ce qui est pays russophone et toute cette culture.

Donc s’il vous plait, ne mélangez pas tout. Ça n’a rien à voir. Okay ?

Donc comment ça s’est passé pour obtenir le visa ?

Ça a été finalement relativement simple. J’ai eu peur au tout début que ça soit compliqué parce qu’évidemment, on entend beaucoup de choses sur le fait que ce soit compliqué de se rendre en Russie etc.

Alors, finalement, le fait que je sois au Kirghizistan, un pays d’ex-URSS, ça a été plutôt simple. Je me suis tout simplement rendu à l’ambassade de Russie. J’ai fait mon petit papier, mon petit document, mes petites paperasses comme il faut faire pour ce genre de visa, puisqu’avec ce pays, la Russie, il faut faire un visa.

Donc voilà, il y a du Cerfa, il y a des photos à fournir, il y a un paiement de 60 ou 70$ à fournir. Il y avait quoi d’autre ?

Il y avait 2-3 bêtises, une attestation d’assurance, des choses comme ça, que j’ai fourni au consulat de Russie, et ils m’ont délivré le visa le lendemain.

Je suis allé à 14-15h, et le lendemain à 11h, je le récupère, donc c’est extrêmement rapide et efficace, tout comme j’aime.

J’ai eu peur sur le billet d’avion puisqu’évidemment, étant donné que tout ce qui est Visa et Mastercard, c’est banni, et que je n’ai que des Visa et des Mastercard, je n’ai pas pu payer mon billet d’avion en ligne sur internet, comme on le fait classiquement en 2022.

Donc ce qui s’est passé, c’est que j’ai dû me rendre dans une agence à l’ancienne, tout petit bureau éclaté au sol à Bishkek pour pouvoir payer mon avion en liquide, puisque c’était ma seule solution. Donc j’ai eu un document me disant : « Tu décolles demain, ton vol retour sera à cette heure-là ». Vraiment à l’ancienne, tu vois ?

Et j’ai réussi quand même à obtenir mon billet.

Il a fallu également avoir un test PCR. Donc tu vois, il y a quand même plusieurs embûches qui te font dire : « Voilà, c’est compliqué d’y aller », entre le visa, le billet d’avion à payer, etc. Ce n’était pas facile mais en fait, ce n’était que des petites étapes chiantes mais pas difficiles à faire.

En plus de ça, il a fallu prévoir le cash, puisqu’évidemment, mes CB sur place n’allaient pas marcher. Donc j’ai dû prévoir… Je ne sais plus combien j’ai prévu mais je suis allé dévaliser les distributeurs automatiques, puisqu’étant limité à 80€ par retrait ici à Bishkek – ce qui est beaucoup pour eux mais rien pour moi – finalement j’ai dû faire des dizaines de retraits, je crois entre 25 et 30 retraits pour pouvoir prévoir suffisamment de cash.

Donc évidemment ici au Kirghizistan, j’ai retiré la devise locale, le Som pour le convertir en Roubles dans un exchange, ici, un bureau encore une fois dégueulasse pour avoir des Roubles russes.

Donc tu vois, je perds déjà de l’argent sur tous les côtés, puisque les retraits ATM, ils étaient évidemment payants. Tout compte fait 25, donc X25. Ensuite la conversion du Som kirghize au Rouble, évidemment, ce n’est pas gratuit. Le billet d’avion qui était payé en cash.

Bref, déjà là, tu sens que sur tous les postes, en fait, je paie, je paie, je paie. Puisqu’évidemment, le visa, il était payant, les photos d’identité, elles étaient payantes, les photocopies étaient payantes. Tout est payant. Okay ?

Donc je ne vais pas te dire que c’était impossible, mais ce n’était pas évident de s’y rendre.

Le billet d’avion, il n’y a pas eu de souci. J’ai fait mon test PCR, tout était bon. Je me suis rendu en Russie.

Alors, j’ai quand même eu peur sur le billet d’avion puisqu’il y a des sites ou des compagnies aériennes qui disaient que si tu n’es pas résident du pays d’où tu venais (donc moi le Kirghizistan) je ne pouvais pas entrer en Russie.

Pareil pour l’Ouzbékistan, pareil pour la Biélorussie.

Il y a eu une règle comme ça qui est apparue sur des sites de compagnies aériennes. Et quand je suis allé acheter mon billet d’avion au bureau pour le payer en fresh, on ne m’en a pas parlé, donc c’était le stress jusqu’au dernier moment.

Mais écoute, finalement, quand je suis allé à l’aéroport, c’est passé comme une lettre à la poste. Ils m’ont dit : « C’est bien, tu as ci, tu as ça, c’est bon. Vas-y, c’est bon. Pas de souci. » L’immigration russe, à l’arrivée, aucun souci. Bam, bam, tamponnage, c’est bon. Aucun souci.

Et en fait, ce qui est marrant, c’est que je suis arrivé le 9 mai, donc le jour de la victoire de la Seconde Guerre Mondiale. Donc toute la ville de Moscou était bloquée. Tu sais, il y avait des grands défilés militaires, avec le discours de Poutine, etc.

Donc tout était bloqué. C’était super intéressant de voir ça. Et tous les Russes qui défilaient dans les rues, dans les grands boulevards, la place Rouge, avec les photos de leurs ancêtres morts qui ont fait la guerre. C’est vraiment quelque chose de très patriotique.

Je me suis dit : « Putain, on n’a pas ça en France, cet esprit patriotique ! » Je pense que tu es d’accord avec moi. J’ai régulièrement des gens qui me disent dans les commentaires ou en privé : « Raph, tu es toujours plus patriotique vis-à-vis de ce que t’a offert la France, vis-à-vis de ton expatriation, vis-à-vis du fait que tu prônes des investissements à l’étranger. »

Oui, mais il faut peut-être se poser les bonnes questions. Pourquoi on est si peu patriotiques en France ? C’est vrai. Je n’ai pas forcément la réponse, mais je pose en tout cas la question ouverte.

Donc c’était intéressant de voir ça le 9 mai en arrivant. Mais malheureusement pour moi, le 10 mai, je souffre d’une intoxication alimentaire. Donc ça veut dire que j’ai mangé…

Alors entre le mec qui frotte les carreaux devant moi et ce mauvais bruit d’oiseau artificiel qui sort d’une enceinte, j’espère que tu m’entends bien, frérot.

Le 10 mai, comme je te disais, mauvaise intoxication alimentaire. J’ai mangé une pasta carbonara en plein cœur de Moscou, et dis-toi que le soir-même, je suis en PLS. Vraiment, cette vidéo, c’est une story time, je te raconte tout.

A tel point qu’à 18-19h, je ne suis pas bien. Je suis ballonné. Je me suis dit : « Bon, ça va passer. Ça arrive, je suis fatigué. » Mais vers 23h-minuit, je commence à vomir, à chier (alors je te le fais sans filtre), vraiment à un tel point que ça se répète, ça se répète, ça se répète 5-6 fois de suite.

Je suis fatigué, je suis épuisé, je suis asséché. Et je commence même à perdre connaissance.

Donc étant seul dans ma chambre d’hôtel, je préviens la réception qui m’appelle directement une ambulance. Donc moi, ce n’est pas ce que j’ai demandé, tu vois ? Je voulais simplement les prévenir dans le cas où je perdrais connaissance, que voilà, que je ne sois pas seul dans ma chambre et que je reste comme ça.

Elle appelle une ambulance directement d’office, la réception, et voilà, je commence à parler plus ou moins bien russe. Mais étant totalement HS en train de chier et vomir, à être pas bien, ça se passe pas bien, la communication avec l’ambulance.

C’est-à-dire qu’ils me gueulent dessus. Ils voient que je ne comprenais rien. Ils me gueulent. Je tire un peu les traits mais le premier sentiment que j’ai de Moscou, c’est que les gens sont peu agréables. C’est l’ambiance capitale.

Donc elle est là, elle fait son taf, elle me gueule dessus. Elle me sort des mots. Alors, je comprends seulement la moitié, seulement 15% de ce qu’elle me dit. Mais il y a des choses que je ne comprends pas. Ça l’énerve. Elle se répète.

Et là, elle commence à me dire : « Tu viens d’où ? » Je lui dis : « Je viens du Kirghizistan. » Et elle commence à me dire : « Tu as peut-être le choléra. »

Et moi, je commence à lui rigoler au nez en mode : « Qu’est-ce que tu me racontes ? J’ai le choléra ? »

Il faut savoir que le Kirghizistan pour la Russie, c’est vraiment leur main d’œuvre pas cher. Les Kirghizes ne sont pas très respectés. Il faut savoir que le Kirghizistan, c’est 6 millions d’habitants, et il y a 1 million de Kirghizes dans toute la Russie.

Donc c’est énorme. En fait, ce sont des travailleurs à bas coût. Et tous les Kirghizes vont à Moscou et en Russie pour gagner plus d’argent. Donc voilà, ce sont leurs salariés pas chers, et ils sont très peu respectés par les Russes malheureusement.

Et donc quand je lui dis que je suis venu du Kirghizistan, tout de suite elle s’est imaginée des trucs. Je ne sais pas ce qu’elle s’est imaginée du Kirghizistan, mais elle a dit : « Tu as peut-être le choléra. Il faut qu’on t’amène à l’hôpital, qu’on fasse des tests. »

Je lui dis : « Cousine, non, t’emmerdes pas. Franchement, je ne viendrai pas avec toi. C’est sûr que je n’ai pas le choléra. Ne sous-estime pas… Ne pense pas ça du Kirghizistan. Je vais rester ici dans ma chambre d’hôtel. Je vais simplement patienter. Et si demain, ça ne va pas mieux, je viendrai à l’hôpital. Mais franchement, je pense qu’après cette nuit, ça ira mieux. »

Donc ce qu’elle m’a fait quand même, c’est qu’elle m’a mis sur le ventre, elle m’a fait baisser le froc, et elle m’a fait une piqûre sur le cul. Je ne sais pas du tout ce qu’elle me foutait dedans.

Mais je lui ai dit : « Vas-y, franchement, je n’en ai plus rien à foutre. Je ne vais vraiment pas bien. Fais ce que tu veux, je te fais confiance. » Et j’étais tellement parano que je me dis : « Si ça se trouve, cette piqûre, c’est un truc pour m’endormir. Elle va m’emmener à l’hôpital de force pour voir si j’ai vraiment quelque chose ou pas. »

Bref, la réalité, c’est que ce n’était quand même pas ça. Je me suis fait des films, et voilà.

Mais tout ça pour te dire que pendant 2-3 jours, je suis resté dans ma chambre d’hôtel à ne rien faire parce que je n’étais vraiment pas bien à cause d’une pasta carbonara. Donc c’est quand même le comble, en sachant que je vais dans des pays dégueulasses d’un point de vue alimentaire et règles sanitaires.

Je pense à la Côte d’Ivoire où j’ai mangé des trucs, mais vraiment ça faisait peur. Les cuisines au Vietnam ou des endroits au Cambodge, des marchés locaux. Enfin, j’ai mangé des trucs dégueulasses et ça s’est bien passé. Et pourtant, là, une pasta carbonara en plein cœur de Moscou, et HS.

Donc c’est vraiment le comble.

Donc voilà. Après, qu’est-ce que j’ai pensé de Moscou, du coup ?

Honnêtement, j’ai découvert ce que je pensais découvrir. C’est-à-dire que ça fait un grand mélange de ce que j’ai vu auparavant, de Kiev en Ukraine, de Minsk en Biélorussie. Et c’est principalement ces inspirations que j’ai retrouvées. Et je n’ai vraiment pas été déçu, parce que franchement, c’est le feu, Moscou.

Ça veut dire que c’est extrêmement riche. Là-dessus, j’étais choqué. C’est-à-dire que je savais que c’était riche, Moscou, mais je ne m’attendais pas à autant de richesses.

C’est-à-dire que des mecs en Maybach, mais t’en as dans tous les coins de rue. Et tu as une Maybach toutes les 10, 15, 20 secondes sur les grands axes. Mais je te parle de Maybach, mais je te parle aussi de Rolls Royce, de Bentley, de Ferrari, de Lamborghini, de Porsche. Mais c’est une voiture de pauvre.

Je te parle vraiment de tout ce que tu veux : les BMW, les Audi, les Merco… Vraiment incroyable. C’est-à-dire que je savais qu’il allait y avoir des richesses, mais il y a une richesse qui est concentrée, qui est phénoménale.

Et j’ai voulu me renseigner, mais en fait, je me suis rendue compte que ne serait-ce que à Moscou, il y a 80 milliardaires et 105.000 millionnaires. Ne serait-ce qu’à Moscou. Je ne parle pas de Saint-Pet’ et tout le réseau de la Russie.

Oui, la Russie est très éclatée. Il y a Moscou et Saint-Pet’ qui sont très très riches comme villes. Et tout le réseau de la Russie est très très pauvre. Mais ça m’a quand même choqué. Donc c’est juste phénoménal, ce niveau de richesse.

Et je ne vais pas te mentir. Je me suis senti très très pauvre à Moscou parce que tu sens qu’il y a des gens qui pèsent et tu te fais racheter à tous les coins de rue. Très sincèrement.

C’est une ville qui est également immense. Paris : 2 millions d’habitants. Moscou : 12 millions d’habitants. Donc c’est immense, ça vit jour et nuit. Ça bouge. Il y a plein de choses à faire. Tu le sens, il y a pas de quoi s’ennuyer.

Par contre, j’ai trouvé ça très très cher. Ça a été un peu le point faible, on va dire. C’est que je gagne quand même beaucoup d’argent par rapport à la moyenne des gens, surtout par rapport à la moyenne des Russes.

Donc je me suis dit : « Je vais arriver là-bas comme un king », un peu comme au Kirghizistan où tout est très facile ici. Et en fait, je me suis rendu compte que : « Ben non, redescends sur terre. Ça ne va pas être facile à Moscou. »

Alors, il y a eu plusieurs choses qui ont joué en ma défaveur. Le fait déjà que le Rouble devient de plus en plus fort en ce moment avec les évènements géopolitiques. Donc là, auparavant, avec 1€, tu avais à peu près 100 Roubles.

Là avec 1€, tu avais je crois à peu près 70 Roubles. Donc déjà tu perdais à peu près 30% de ton pouvoir d’achat, comme ça dans la gueule.

Le fait qu’également, j’avais tout en cash et non pas mes CB, donc tout était arrondi pour moi. Les taxis, je n’avais jamais de change. Je devais toujours arrondir à la hausse. Les restos, ils ont une façon de ne jamais rendre la monnaie. Les hôtels, pareil.

Bref, ils arrondissent tout toujours au-dessus. Donc déjà, ça, ça ne me rendait pas service. Donc il y avait déjà ce jeu de l’inflation aussi, parce que les devises, elles perdent aussi beaucoup de valeur en ce moment.

Donc vraiment, tout coûtait une tonne pour vraiment pas grand-chose, que ce soit les hôtels, les restaurants, etc. Donc je pense aussi que je n’avais pas encore mes habitudes et que je ne connaissais pas les bons endroits pour avoir un bon rapport qualité-prix.

Je me faisais sûrement un petit peu avoir sur les adresses dans lesquelles je rentrais et qui me paraissaient familières. Et tu connais, comme tout bon touriste, tu es un petit peu attiré par ce que tu connais. Donc voilà.

Mais c’était quand même super cher par rapport à ce que je m’attendais. Donc voilà.

Les Moscovites, je commençais à t’en parler avec l’ambulancière qui n’était pas franchement accueillante. Elle a fait son taf mais elle n’était pas franchement gentille. Les Moscovites sont très très froids.

C’est-à-dire que je ne les avais pas trouvés très friendly, comme ici au Kirghizistan. Franchement, ici, tu parles à tout le monde, les taxis, les locaux, ils sont d’une gentillesse adorable. Et c’est pour ça que je t’ai déjà dit plusieurs fois que j’adore le Kirghizistan.

Les Moscovites, c’est quand même un autre level. Il y a l’ambiance capitale. Ça va vite, ça bouge vite. C’est l’argent. Moscou, c’est l’argent. On est là pour le business. On est là pour aller vite.

Il y a aussi plein de gens qui sont pauvres à Moscou, malheureusement. C’est une réalité qu’il y a plein d’étudiants qui galèrent, il y a aussi des SDF dans les rues. Donc il y a plein de gens qui galèrent. Tu as aussi les baboushkas qui, à la sortie de métro, te vendent des fleurs ou des livres, qui essaient de s’en sortir.

Donc c’est aussi une réalité qui est triste, comme au Kirghizistan. Donc voilà, mais Moscou, c’est froid. C’est-à-dire que tu n’es pas là pour te faire des potes. Tu es là pour dépenser ton argent. Tu as de l’argent, tu le dépenses. On ne va pas te dire merci. On ne va pas te faire un grand sourire. Tu n’as pas d’argent, c’est comme ça.

Donc voilà, c’est la réalité du terrain et c’est comme ça. Et il faut savoir aussi que je suis allé à Saint-Pétersbourg une semaine ensuite. Je suis resté 2 semaines en tout en Russie. J’ai fait une semaine à Moscou, une semaine à Saint-Pétersbourg.

Et Saint-Pét’, c’est plus ou moins la même ambiance que Moscou d’un point de vue gentillesse des gens. Par contre, j’étais très déçu de Saint-Pétersbourg, là où on m’avait dit : « Tu vas voir, Saint-Pét’ c’est magnifique, c’est beau ».

Alors, c’est magnifique. C’est de très beaux monuments. Mais le problème de Saint-Pét’, c’est que c’est européen pour moi. Ce n’est pas la Russie.

C’est-à-dire qu’en fait, il y a une très grosse influence européenne qui s’est fait de par l’histoire de Saint-Pétersbourg. A Saint-Pétersbourg, tu as des influences de toute l’Europe. Ça veut dire que ça ressemble énormément parfois à Londres, parfois à Tallinn, parfois à Paris, parfois à Amsterdam, parfois à Copenhague, parfois à la Suède, pas trop la Suisse.

Et c’est intéressant, c’est beau, c’est magnifique, des monuments qui sont magnifiques, mais pour moi, je ne me suis pas senti en Russie à Saint-Pétersbourg.

Et évidemment, quand tu vas en Russie pour la Russie, c’est dommage de ne pas se sentir en Russie.

Donc je ne veux pas dire que j’étais déçu, mais en fait, j’étais déçu de Saint-Pétersbourg. Ce n’est clairement pas un endroit où je retournerais. Pour moi, mon gros coup de cœur, c’est Moscou.

J’ai encore vu que très peu de la Russie, ne serait-ce qu’à Moscou, je n’ai vu que très peu. Mais j’ai déjà hâte d’y retourner pour pouvoir visiter ne serait-ce que Novossibirsk, Kazan, Perm, Sotchi évidemment sur la côte. Il y a beaucoup de choses à voir.

Et aujourd’hui, j’ai validé que la Russie, c’est finalement mon pays préféré des pays d’ex-URSS. J’ai clairement un top 3. Top 1 : Russie. Top 2 : Kirghizistan. Top 3 : Minsk évidemment. Top 4 : Kiev, qui malheureusement je ne sais pas dans quel état je le retrouverai dans le futur, ni quand, parce que malheureusement Kiev est une très très belle ville, et c’est dommage tout ce qui arrive en ce moment en Ukraine. Ça c’est un autre débat comme je te le disais.

Tu as pu apprécier mon accent russe magnifique. Elle me disait que ma nourriture était prête. A table !

Qu’est-ce que je voulais te dire d’autre ?

Alors, j’ai bien aimé également le côté un petit peu soviet de la ville de Moscou. Là, justement à Saint-Pét’, je ne l’ai pas ressenti puisque ce sont des influences européennes.

A Moscou, tu peux encore ressentir cette inspiration encore soviet, avec pas mal de bâtiments et choses un petit peu soviet. Donc voilà.

Qu’est-ce que j’ai moins bien aimé à Moscou ? Pour te dire quand même les avantages et les désavantages.

Les bouchons. On sent une ville qui est bouchonnée à fond. Il y a un métro qui est magnifique et qui fonctionne très très bien, une ligne de bus qui fonctionne très très bien. J’ai pu l’essayer, c’est magnifique, c’est incroyable. C’est efficace, ça roule.

Mais les bouchons… Moi qui aime les véhicules, et si un jour je vis à Moscou, si un jour je m’achète un véhicule à Moscou, je sais que ça va me soûler. Je sens que c’est une ville où il faudra vivre la nuit, ce qui ne me dérange pas, puisque j’adore vivre la nuit et bosser la nuit.

Ce que j’ai moins bien aimé, c’est le côté « les femmes ». Alors, je ne suis pas intéressant en ce moment, mais c’est vrai qu’il y a tout un fantasme autour des femmes Russes. On nous dit : « Elles sont magnifiques ! Elles sont magnifiques ! Elles sont magnifiques ! » Et j’en ai attendu beaucoup de ça.

Et en fait, je me suis rendu compte que dans la rue, il y a énormément de femmes qui sont random, c’est-à-dire qui sont très classiques. Alors il y a des femmes qui sont aussi très très belles naturellement, qui sont très coquettes. J’ai vu des frappes – on ne va pas se mentir – des fracages de rétine.

Mais c’est beaucoup plus standard et passe-partout que ce que j’imaginais. Donc ça, voilà pour le côté des femmes. Je sais que beaucoup d’entre vous sont intéressés par ça.

Mais ce qui m’a fait le plus peur à Moscou, c’est la peur de se faire engloutir. Je ne vais pas te mentir qu’en y étant resté qu’une semaine à Moscou, j’ai déjà eu ce ressenti un petit peu de « je suis fatigué de ce que j’ai vu ».

C’est-à-dire qu’il y a tellement de gens riches, il y a tellement d’opulence, il y a tellement d’argent, il y a tellement de facilité de dépenser beaucoup d’argent pour pas grand-chose, que je me suis senti un peu englouti par la ville déjà.

J’ai peur que c’est un des risques de Moscou, c’est de se faire engloutir très très très rapidement par ce côté financier où tu es stimulé. Je me suis senti très très stimulé aussi d’un point de vue financier. J’ai eu des regains de motivation à Moscou, que je n’ai pas eu depuis longtemps.

Je suis rentré chez moi à l’hôtel en me disant : « Putain, il faut que tu fasses ci, il faut que tu fasses ça. » Et ça m’a bien motivé. Ça faisait longtemps que je n’avais pas cette énergie positive où j’ai un petit peu le sentiment de m’endormir un petit peu partout où je vais parce que je n’ai pas trop de motivation.

A Moscou, j’ai eu ce sentiment positif de motivation. Mais j’ai peur que ça puisse t’engloutir également.

Donc ça, c’est un petit peu le côté négatif que j’ai eu de Moscou.

Donc voilà, les amis, ce que je voulais vous dire en tout cas de mes premières impressions sur la Russie. Honnêtement, je ne peux que vous inciter à visiter la ville de Moscou, de Saint-Pétersbourg, la Russie dans sa globalité.

Malgré ce qui s’est passé, il n’y avait aucun ressenti négatif ou d’insécurité ou quoi que ce soit. Encore une fois, je ne vais pas entrer dans ce sujet-là, de ce que pensent les Moscovites ou les Russes de tout ce qui se passe en ce moment.

Mais croyez-moi, on m’a posé souvent la question, donc j’y réponds. C’est comme si « rien ne se passait ». Aucun avis politique sur ce que je suis en train de dire, mais c’est très très safe en tout cas encore en ce moment.

Voilà les amis. J’arrête la vidéo ici parce que sinon, je suis encore entré dans des choses un peu délicates sur ce que je peux dire.

N’hésitez pas à partager cette vidéo avec vos amis qui sont amoureux de la Russie. Franchement, ça serait super cool. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous pensez de la Russie, ci-dessous.

Alors, également, si j’apprends le Russe, etc, c’est parce que je pense que la Russie a potentiellement un bel avenir économique et dans le développement dans le monde.

Et c’est vrai que vous le savez, si vous me suivez depuis un moment, je ne suis pas certainement très positif concernant l’avenir de l’Europe, donc c’est pour ça que je diversifie mes atouts et mes actifs, non pas en investissant dans ces pays, mais en apprenant une nouvelle langue. C’est aussi un actif finalement.

Et vous savez, j’aime bien diversifier mes actifs d’un point de vue financier – c’est une chose importante – mais aussi d’un point de vue passeports et d’un point de vue langues, d’un point de vue culture.

Et c’est pour ça que je passe beaucoup de temps hors Europe, hors France, parce que c’est aussi ça, la diversification.

Voilà les amis. Je n’en parle pas plus. N’hésitez pas à me poser vos questions dans les barres de commentaires ci-dessous. Lisez bien la barre de description également si ce n’est pas encore fait.

Il y a beaucoup de ressources qui pourraient vous permettre d’investir justement et vous apporter cette liberté, et des revenus passifs qui vous permettent d’aller un petit peu là où vous voulez quand vous voulez, que ce soit les pays russophones, ou l’Amérique du Sud ou l’Asie, ce que vous voulez.

Et je vous dis à très très vite pour une prochaine vidéo. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.