Mes 4 start-ups du mois d’Avril 2022

Dans cette vidéo, je te partage les 4 levées de fonds auxquelles j’ai participé pour ce mois d’Avril. Au programme, j’ai investi au Nigeria, au Pérou, en Uganda et au Mexique dans des secteurs tels que l’immobilier, de la Fintech-As-A-Service (FaaS), le prêt de capitaux ou encore le secteur de la santé.

💰 Tu peux investir avec moi en étant client de ce programme (et pas autrement) : https://clubmillionnaire.fr/formation…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💻 Formation de 4 vidéos offertes : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Rejoins une formation de 4 vidéos (15-20 minutes chacune) 100% gratuites au sujet de l’investissement en bourse dans des actions à dividendes.

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent. Libre à toi de t’inspirer ou non de mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 116 vidéos, 30 heures de formation et 13 bonus !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

📝 Télécharge la liste des « Dividend Kings » : https://clubmillionnaire.fr/kings

✔︎ Recevez immédiatement la liste de ces 31 entreprises qui ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite, à la solidité extrême et aux performances enviées par leurs concurrentes. 🇫🇷 Nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Mes 4 start-ups du mois d’Avril 2022

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo. Bon, ça fait semblant de faire son lit pour la vidéo. Les amis, aujourd’hui on va parler de start-up. On ne va évidemment pas parler de comment faire un lit sinon je suis mal barré pour vous expliquer comment faire.

On va faire un petit peu le point sur tout ce qui s’est passé en avril sur tout ce qui est start-up. Et en réalité il s’est passé à la fois beaucoup de choses et pas beaucoup de choses. Alors pourquoi je te dis ça ? 

Tout simplement parce que, tout simplement de mon côté les investissements se ralentissent un peu. Tu le sais, tout comme moi, dans l’investissement il y a plus ou moins des opportunités, plus ou moins des périodes. 

Le mois d’avril a été calme et le mois de mai commence de façon encore plus calme, puisque qu’on est le 10 mai à l’heure où je fais cette vidéo. Et pour l’instant il y a 0 start-ups qui me plaisent. 

Dans ce que je peux voir passer, ce n’est pas qu’il manque d’opportunités mais c’est que ça ne me plaît pas dans ce que je vois. Donc pour l’instant, 10 mai, 0 start-up. Et en avril, on a fait 4. Ça peut paraître beaucoup mais c’est vrai qu’en janvier, février, mars, on en avait fait, je crois, entre 5 et 7 chaque mois. 

Donc, c’était vraiment un gros rythme. Pour plusieurs raisons il y a eu beaucoup d’opportunités. Il y a eu le Y-Combinator qui a fait son demo day, etc, etc. 

Bref, il y a eu seulement 4 start-ups au mois d’avril et je vais te donner quelques informations comme chaque mois maintenant sur ces start-ups. Mais avant ça également on a eu quelques nouvelles nouvelles. Quelques nouvelles nouvelles ? Ouais.

Je ne sais pas si on peut dire ça mais tu as compris. Puisqu’on a 2 start-ups, enfin tu vois je reçois régulièrement des reportings des start-ups. Alors certaines ça passe bien, il n’y a pas grand-chose à dire. Ça avance.

Et puis il y en a d’autres qui t’annoncent qu’elles valent tel montant parce qu’elles ne te vont pas forcément dire en temps et en heure qu’elles ont fait des levées de fonds de façons secrètes. 

En tant qu’investisseur, en tant qu’actionnaire, ce n’est pas parce que tu as des parts dans une entreprise que tu es au courant de tout ce qui se passe à l’intérieur. C’est au bon gré des fondateurs d’envoyer des reportings et de te dire ce qui s’est passé. 

Ça se peut qu’une start-up ait levé des fonds après toi sans que tu sois au courant. Et il y en a une pour laquelle c’est le cas puisque j’ai appris que je réalise un multiple de x38 sur une start-up que j’ai investi sur le marché indien. 

Donc, ça fait plaisir. Ça fait une belle plus-value sur le papier et sur ces x38, je pense qu’elle peut aller chercher un x10. Donc un x380 potentiel. Et là on parle en millions si on va au bout des choses. 

L’exit se chiffrera en millions. Donc c’est super intéressant. Cette start-up évolue très très bien. Donc ça c’est cool. 

Et de façon un peu plus tempérée, on a une autre start-up également qui a fait un x3, qui a clôturé sa levée de fonds il y a très très peu sur le marché américain dans le secteur de la santé et sur lequel je concrétise un x3 sur le papier. Donc voilà.

Le nombre d’investissements se ralentit mais les start-ups dans lesquelles j’ai investi, pour l’instant se portent bien, avancent toutes. On n’a pas une seule qui est morte donc ça c’est cool sur les 52 investissements.

Pour te parler un petit peu du mois d’avril et des 4 start-ups dans lesquelles on a investi, enfin dans lesquelles j’ai investi, puisque je suis tout seul. Il y a une première start-up. Je vais te les faire dans l’ordre et je vais te dire rapidement comme d’habitude pourquoi j’ai choisi d’investir dans ces start-ups.

J’ai mes notes ici devant moi histoire que tu comprennes un petit peu quelle est ma façon de raisonner quand je vois des pitch decks. Parce que j’en vois des centaines par mois. Comment je fais mon tri.

Donc la première, c’est ce qu’on appelle une FinTech-as-a-Service (FaaS) sur le marché nigérian. Donc, en fait, celle-ci c’est une start-up qui – c’est assez marrant cette histoire – parce que c’est une start-up qui est concurrente d’une start-up que j’ai déjà en portefeuille. 

Donc là on peut se dire : « Raph, c’est quoi l’idée, en fait ? »

C’est tout simplement d’aller démultiplier, d’augmenter ses chances d’avoir une sortie positive, d’avoir un évènement de liquidité. Parce qu’évidemment les 2 start-ups peuvent très bien se développer toutes les deux et être toutes les deux sur le marché et faire toutes les deux un exit et me rapporter toutes les deux de l’argent.

Mais potentiellement, il y a une des deux start-ups qui va mourir et potentiellement il y a une des deux qui va se développer plus vite, qui va cannibaliser le marché et qui va faire la plus grosse partie de l’argent. 

Donc l’idée c’est d’augmenter ces chances d’autant plus que – on va faire les chiffres très très simplement. Si tu mets 10.000 dans les 2 start-ups. 10.000 et 10.000 et qu’il y en a une qui fait x100, donc tu récupères 1 million de l’autre côté. Et que l’autre elle fait faillite et que tu récupères 0. 

Voilà, tu as mis 20.000 en tout, 10.000 et 10.000 et tu as récupéré 1 million. Est-ce que tu es gagnant ? Largement. 

Donc, tu démultiplies tes chances ? Alors, oui, c’est un jeu qui demande du capital. Tu peux aller investir dans toutes les start-ups concurrentes d’un même secteur, d’un même cœur d’activité. Mais il faut du capital.

Ce n’est pas forcément une bonne stratégie parce qu’évidemment c’est difficilement réplicable en masse. Mais en tout cas, dans cette start-up, j’ai choisi d’investir malgré le fait que j’avais déjà une start-up concurrente dans laquelle j’avais investi un peu plutôt quelques mois auparavant, je crois. Je ne sais pas si je l’ai noté ici – quelques mois auparavant en fait.

Parce que j’estime que cette seconde start-up dans laquelle j’ai investi, elle a quand même une longueur d’avance puisqu’en fait elle a une licence bancaire et elle a quelques ressources qui m’intéressaient bien, notamment des partenariats, des choses comme ça. Je t’en dis un petit peu plus. 

En gros, qu’est-ce que c’est un FaaS ? Parce que c’est vrai que le cœur d’activité déjà de cette start-up, il n’est potentiellement pas facile à comprendre. 

En gros, c’est une start-up qui va fournir l’infrastructure dont ont besoin toutes les Fintech pour se développer et qui prend énormément de temps et de ressources.

Voilà, en gros c’est le travail qui est compliqué, qui est chiant, qui est dégueulasse. Notamment tout ce qui est tech, compliance, support pour que les start-ups qui veulent proposer des produits, des services autour de tout ce qui est finance, financier et Fintech puissent le faire.

Donc, ça c’est quelque chose que beaucoup d’entreprises ont besoin et en fait le pari sous-jacent c’est de se dire qu’aujourd’hui il y a toutes les entreprises, ou en tout cas, beaucoup d’entreprises qui vont se « financiariser » et qui vont vouloir proposer des produits, des services financiers. 

Et pour parler concrètement, c’est quoi tout ça, ces produits, ces services financiers ? Ça va être tout ce qui est compte courant. Ça va être tout ce qui est carte de crédit. Ça va être tout ce qui est prêt. Tout ce qui va être – paiement internationaux, etc, etc. Et le tout implémentable seulement en quelques lignes de code.

Donc en gros, si on comparer ça à ce qui existe déjà, ça va être le Mercury America. Et en gros, cette FaaS, elle va proposer également une sorte d’API par laquelle toutes les start-ups, tous les clients, vont passer pour pouvoir implémenter ses produits et services financiers. 

Et donc, et bien en fait c’est super, parce qu’aujourd’hui en fait il y a un vrai pari et il y a beaucoup de choses, en tout cas beaucoup, une tendance on va dire de fonds qui se dessinent, qui est de se dire que les entreprises aujourd’hui proposent de plus en plus de produits et de services financiers au sein de leur activité. Et c’est quelque chose qui va être beaucoup beaucoup demandé.

D’autant plus que si cet aspect implémentation de produits services financiers est simplifié, ça va évidemment ramener de nouveaux prospects naturellement puisque qu’il y a de plus en plus d’entreprises qui vont être intéressées pour l’implémenter donc cette start-up va autoalimenter son flow de prospects.

Également ils ont déjà fait l’acquisition à leur actif. Il y a eu un gros partenariat également avec la Banque Centrale du Nigéria puisque cette start-up est nigériane. Je ne sais pas si je te l’ai dit.

Donc, en fait, ils sont déjà difficilement concurrençables, donc déjà vraiment une longueur d’avance, d’avantages compétitifs. C’est pour ça que vraiment j’ai choisi d’investir dans cette start-up malgré le fait que j’avais déjà une start-up dans ce secteur parce que je sens qu’ils ont quand même une longueur d’avance.

Et voilà. Quand on parle de Fintech sur le marché africain, même si c’est quelque chose qui un petit peu compliqué ce cœur d’activité à comprendre pour, on va dire, le commun des mortels, pour moi il y a un énorme potentiel. 

Et c’est ce genre de start-up qui peut très rapidement selon moi, de devenir une licorne parce qu’en fait ça vient être, on dire, la première couche d’un besoin dont vont avoir besoin énormément, énormément, énormément d’entreprises.

Donc voilà pour cette première start-up. Je te la fais assez courte. Je pourrais encore dire beaucoup mais je n’ai pas envie de t’endormir d’autant plus que c’est relativement compliqué ce cœur d’activité.

 

La deuxième start-up, là aussi je vais aller assez rapidement parce que je n’ai pas forcément énormément de choses à te dire. C’est une start-up qui propose une solution plateforme pour l’immobilier en Amérique du Sud. C’est une start-up péruvienne. 

Alors, très grosse valorisation. J’ai beaucoup hésité. 100 millions. Généralement, je ne vais au-dessus de 50 millions parce que je veux quand même avoir un gros multiple. Je suis prêt à prendre plus de risques mais voilà, je vais quand même un multiple intéressant.

S’il y a un évènement de liquidité, je veux gagner beaucoup d’argent. Donc 100 millions j’estime que mon multiple est déjà beaucoup plus faible. Et en gros, ça c’est une plateforme d’achats et de ventes d’immobiliers. C’est l’équivalent de, si tu veux de, SeLoger en France pour l’Amérique Latine et l’Amérique du Sud. 

Donc, ce qu’il faut savoir c’est qu’évidemment en Amérique Latine et l’Amérique du Sud on n’a pas forcément un niveau de modernisme de plateforme immobilière pour tout ce qui est achats et ventes de biens immobiliers. Il y a énormément, énormément de choses à faire.

Et en fait cette plateforme elle propose énormément de fonctionnalités pour tout ce qui est sourcing de biens, pour valoriser les biens, pour être une place de marché pour les professionnels. 

Dans le futur, elle a envie de faire également tout ce qui est prêt directement particulier pour financer leurs biens puisque qu’ils sont évidemment au courant que beaucoup de personnes vont acheter des biens immobiliers sur la plateforme. 

Donc l’idée, c’est vraiment de leur proposer des prêts immobiliers pour aller directement faire plus d’argent. Donc faire également une partie FinTech en plus de la partie plateforme immobilière.

Et cette plateforme elle se rémunère donc évidemment sur des commissions sur les biens vendus et cette marketplace sera destinée aux professionnels. Ce sera également facturé pour les professionnels.

Donc, voilà ce qui est « cool » c’est qu’il y a un gros retard sur le marché Sud-Américain et sur le marché de l’Amérique Latine. Donc, il y a beaucoup, beaucoup de choses à aller chercher. Ils ont d’autant plus une très grosse croissance et ce que j’aime beaucoup en fait c’est que ces 2 fondateurs qui ont créés cette start-up, ils ont déjà 2 exits à leur actif. 

Donc, évidemment, quand on te propose à aller investir dans une start-up dont les fondateurs ont déjà fait des exits auparavant, c’est rassurant. On se dit : « Les mecs ils savent ce qu’ils font. Ils ont déjà de l’expérience. Voilà, ce n’est pas des petits amateurs, des petits débutants qui arrivent et qui ont une idée et qui veulent révolutionner le monde en ne sachant pas trop vers quoi ils vont. »

Non. Ces gars-là ils ont déjà eu l’expérience d’une création de start-up. Même 2 expériences de créations de start-ups avec une issue positive, avec des exits. 

Donc c’est excellent. Ils ont une très très très très forte croissance. Ça sort du Y-Combinator, du dernier batch du Y-Combinator. Et c’est une start-up qui a la plus grosse croissance du batch.

Il y en a beaucoup qui ont des très grosses croissances cette année. J’ai déjà investi dans des start-ups dont je t’ai parlé auparavant qui sortent de ce batch et qui ont des très grosses croissances. Mais celle-ci également elle a une très très belle croissance. 

Donc voilà pour cette start-up. Je ne t’en dis pas plus parce que, voilà, il n’y a pas forcément grand-chose de plus à dire. Je pense que le business model, il est assez simple à choisir et pourquoi je suis allé tout simplement parce qu’il y a le mélange Y-Combinator, fondateurs très solides et très très très grosse croissance. Okay?

La start-up suivante, je l’adore. 

C’est une start-up qui sort du Y-Combinator également, du dernier batch, et qui sort du Ouganda, un pays africain. C’est la seule start-up qui sort du Ouganda pour ce batch du Y-Combinator. Je crois même que c’est la seule start-up tous batches confondus. Et valo de 27 millions. Donc là très correct.

Mais en gros, cette start-up, ce qu’elle propose, c’est une Fintech. Donc déjà, j’adore. Et elle propose de donner des capitaux aux 140 millions de micro- et petites entreprises africaines qui auront besoin de 312 milliards de dollars pour se développer, et qu’elles ne trouvent pas.

Parce qu’en fait, aujourd’hui, ce qui se passe, c’est que les solutions actuelles, c’est les banques traditionnelles qui sont prédatrices, qui vont proposer des choses dégueulasses, et qui vont te demander un tas de paperasses.

Ça va être long, ça va prendre du temps, il va falloir se déplacer, donner un collatéral en plus du prêt que tu demandes. Bref, c’est très très compliqué.

Ou alors, les petits business aujourd’hui, ils vont demander à leurs familles, à leurs amis des capitaux.

Donc c’est chiant. C’est long. Ce n’est pas pratique. On fait chier tout le monde. Et pourtant, ces petits business en Afrique, ils représentent 1/3 du PIB du continent africain, et 80% des jobs qui sont créés.

Tu le sais – je ne sais pas si tu es déjà allé en Afrique – énormément de gens qui ont leur petit business, c’est des petits, des tout-petits magasins, c’est des petits trucs, des petits kiosques. Ça ne paie pas… voilà, c’est « dégueulasse » d’apparence. Ça ne vaut rien, mais ça fait vivre les gens et ça crée des petits métiers, et ça c’est excellent. Tu le vois, 1/3 du PIB du continent. Okay ?

Et ces gens-là, ils ne trouvent pas de capitaux pour se développer, et ils ne peuvent pas se développer.

Et en fait, cette start-up, ce qu’elle propose, c’est donc une application où via une technologie, un algorithme, les Africains vont pouvoir demander des capitaux, et l’application va délivrer une réponse, et l’argent (je dis bien et l’argent) en moins de 1 jour.

Il te suffit de quelques minutes. Tu télécharges l’application, tu remplis en quelques minutes quelques informations. Il n’y a pas de papiers, il n’y a pas de paperasses à remplir, à envoyer je ne sais pas où. Il n’y a pas de visites à un bureau quelque part en Afrique. Il n’y a pas d’infos qui sont demandées, genre des tonnes et des tonnes, et il y a aucun collatéral qui est demandé.

Et 60% des demandes sont accordées sans l’intervention d’un moindre humain.

Donc là on peut se dire : « Ouais, mais attends ! C’est un truc de ouf. » Parce que c’est l’Afrique. On sait très bien que c’est relativement quand même particulier que si il y a des gens qui peuvent prendre de l’argent et ne pas rembourser, d’autant plus qu’on ne demande pas beaucoup d’informations ou de sécurité, de garanties, ça me paraît un peu ambitieux.

Et oui, c’est vrai. Je suis entièrement d’accord avec toi. Je me suis dit : « Comment ils font ? » Parce qu’en fait, ils ont un gros taux, on va dire, d’argent qui revient, de remboursement, qui est énorme. 95% donc c’est énorme. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais c’est assez beaucoup dans cette industrie.

Et en fait, l’idée derrière c’est de se dire que si les gens, ils arrivent à emprunter facilement pour développer leur activité, et qu’ils gagnent de l’argent avec ces capitaux empruntés avec leur activité, évidemment, ils vont rembourser.

Et en plus de ça, ils vont ré-emprunter. D’autant plus que quand tu ré-empruntes, tu as l’argent immédiatement, et non plus après 24 heures.

Donc tu vois, c’est relativement incroyable. Tu te dis : où est-ce que tu peux emprunter tout de suite de l’argent en instantané ? C’est relativement magnifique. Et voilà, comme je te disais, il y a un gros taux de retour.

Et d’autant plus que oui, je ne te l’avais pas dit, en Afrique, tu le sais tout comme moi peut-être si tu y es allé, c’est beaucoup de cash. Donc c’est-à-dire que l’algorithme, il arrive à savoir si on peut prêter ou non à ces business africains alors qu’il y a très très peu d’historique, et pas d’historique on va dire numérique avec des relevés de comptes, des comptes bancaires, des choses comme ça, qui sont connectés.

Il y a très peu d’informations qui sont demandées. Et il y a très peu d’historique financier, puisque c’est du cash, les transactions en Afrique.

Donc c’est ça qui est ouf. On a ici en fait un algorithme qui est magnifique. Et on se demande même, ça paraît presque magique.

L’argent, il est prêté via des partenariats qui ont été faits avec des banques en Afrique. Donc évidemment, ce n’est pas l’argent de la start-up qu’elle n’a pas forcément puisqu’elle est en train de se développer et créer une solution justement. C’est une toute petite start-up.

Donc voilà. Clairement, pour te la faire simple, est-ce qu’il y a un gros besoin ? Oui. Il y a plein de business en Afrique qui sont frustrés de pas pouvoir se développer, de pas avoir accès à des capitaux, qui sont découragés quand ils vont demander aux banques et qu’ils voient les conditions précaires et prédatrices.

On a une grosse traction. Il y a 70% des clients qui viennent chez cette start-up suite à du bouche-à-oreille. Evidemment, c’est tellement magnifique comme solution que tout le monde se file le mot entre eux.

Le petit business, il va en parler à son voisin qui va en parler à son copain, qui va en parler au mécanicien quand il va réparer la voiture, etc. Bref, c’est magnifique. C’est très scalable. C’est une plateforme, c’est un algorithme. C’est une application téléphonique… non, mobile. (Je parle comme un vieux déjà, c’est fou ! 28 ans ça y est !)

Donc c’est très scalable, et il y a des gros investisseurs : Y-Combinator, Soma Capital, WoodsWater Capital, Pioneer, MFS Africa. Je ne sais pas si ça te parle, tout ça, mais c’est magnifique. C’est très très beau.

Donc très très belle start-up. Celle-là, je sens qu’elle peut faire des choses magnifiques si elle continue de réussir à avoir un très gros retour sur l’argent qu’elle a prêté.

Et la dernière start-up du mois d’avril, que j’aime beaucoup mais qui sort de mes règles standard d’investissement, puisque cette start-up, elle est pré-revenue, comme on appelle ça en start-ups. Quand on te dit pré-revenue, ça veut dire qu’elle n’a pas encore encaissé le moindre centime.

Donc évidemment, ça ne m’intéresse pas d’habitude parce que c’est cool. Il y a énormément de pitch decks, de propositions d’investissement où on te dit : « C’est magnifique. On va faire tant. Il y a un marché qui est gigantesque. Il n’y a personne qui l’a fait encore avant nous. On a une meilleure équipe. On a ci, on a ça. »

Bref, tout est beau dans tous les pitch decks que tu peux lire. Tu peux avoir envie d’aller investir des millions. Mais l’idée, c’est que tout ça, c’est de la poudre aux yeux. Il faut montrer les chiffres. Il faut montrer de l’argent.

Je réfléchis, et si tu ne me montres pas des chiffres, de l’argent, de la traction financière, ou des choses comme ça, ça ne m’intéresse pas.

Et cette start-up, elle n’a pas d’argent d’encaissé, mais j’ai décidé d’y aller parce que j’ai – on va dire – un retour d’expérience sur d’autres start-ups qui font la même chose, qui me plaisaient beaucoup.

L’avantage, c’est que la capitalisation, la valorisation est de 5 millions. Donc là encore une fois, tu vois, on ne va plus chercher potentiellement un X100, mais un X1000. Parce que X1000, ça nous amène à 5 milliards, ce qui est largement possible pour ce genre de start-up.

Et quand tu mets, ne serait-ce que 1000$ et que tu fais un X1000, tu as déjà 1 million. Si tu mets 10.000$, tu as 10 millions.

Je te laisse de côté la dilution, etc. Mais l’idée, elle est là, c’est qu’évidemment, plus tu prends de risques, plus tu vas dans des start-ups qui sont jeunes, plus ton potentiel également d’exit et de multiples, il est élevé.

Donc 5 millions, c’est tout petit, mais il n’y a pas de revenus. Mais pourquoi je suis allé ? Parce qu’il y a un gros potentiel. Cette start-up, elle propose en fait du BNPL dans le secteur de la santé (Buy Now Pay Later). Donc tu achètes maintenant et tu paies plus tard. C’est une grosse tendance le BNPL.

Et pourquoi j’y suis allé ? Parce que j’ai 2 start-ups en portefeuille qui font du BNPL : une aux Etats-Unis, et c’est d’ailleurs, celle pour laquelle j’ai dit que j’ai validé un X3 sur le papier en tout début d’introduction de cette vidéo. Et il y en a une autre qui est en Inde qui fait également du BNPL dans le secteur de la santé et qui se porte également très très bien.

Donc c’est pour ça que j’ai décidé d’aller. C’est sur le marché mexicain, si je ne l’ai pas dit, cette start-up, et il n’y a pas de compétition.

Donc c’est ça qui est magnifique également. C’est qu’il y a très très gros marché de 60 milliards. Secteur de la santé encore une fois. Il y a des gens qui n’ont pas d’argent au Mexique. On sait très très bien que c’est un pays pauvre, un pays émergent. Il ne faut pas croire que le Mexique, c’est que Cancun et Tulum.

Il n’y a pas que ça au Mexique. Il y a beaucoup de gens qui ont des galères financières, qui n’arrivent pas à se soigner. Donc évidemment il y a un très très bon marché, et la santé c’est évidemment là où on va en premier dépenser son argent, ou en tout cas on essaie d’aller le dépenser.

Donc proposer à tous ces Mexicains une solution de paiement simplifiée, c’est évidemment quelque chose dont ils ont besoin, malheureusement.

Et comment cette start-up se rémunère ? Une commission sur professionnel de santé qui évidemment est content d’avoir de l’argent tout de suite là où il n’aurait pas eu l’argent. Et également potentiellement une commission sur les clients où ça peut être soit 0% d’intérêt si c’est remboursé relativement rapidement, ou alors un petit intérêt si c’est remboursé sur plusieurs temps.

Ça dépend encore une fois sur combien de temps le client a décidé « d’étaler » sa dette, son paiement de frais de santé. Si c’est repayé très rapidement, ça va être un 0%. Si c’est payé sur plus de temps, ça va être un petit pourcentage évidemment d’intérêts.

Et là, encore une fois, ce qui est magnifique, c’est que c’est facilement scalable, puisque c’est une plateforme sur laquelle les professionnels de santé vont venir s’intégrer, vont venir se « set up », et ensuite pouvoir proposer cette solution directement chez eux en interne, dans leur cabinet, dans leur clinique, dans leur hôpital, dans leur pharmacie, bref, tout ce que tu veux.

Donc c’est magnifique. C’est de la technologie. C’est de la Fintech. C’est tout ce qu’on aime. Donc c’est très très beau.

Je ne suis pas en train de te dire que je mets tout mon espoir sur cette start-up qui est très très jeune et qui n’a pas encore fait le moindre centime. Mais on a une belle équipe. On a un beau potentiel, donc on verra ce que ça donne. Et peut-être qu’on ira chercher un X100, X200, X500, X1.000, j’espère. On verra.

Okay ?

Donc voici pour les 4 start-ups du mois d’avril. Rendez-vous le mois prochain pour le bilan du mois de mai s’il y a un investissement qui a été réalisé. Je pense qu’il y aurait au moins un investissement, je l’espère.

Ce serait quand même dommage de faire un mois sans investissement, mais encore une fois, ça dépend du marché. On ne va pas se forcer s’il n’y a pas de proposition intéressante, évidemment. On ne va pas se forcer pour le principe de se dire : « J’ai fait un investissement en mois. » Non.

Donc voilà.

Pose-moi tes questions dans les commentaires ci-dessous. Si tu veux investir avec moi dans une start-up, c’est entièrement possible. J’ai un service qui te permet d’investir avec moi dans toutes les start-ups que j’ai citées dans cette vidéo, mais également dans les start-ups que je t’ai citées au-début de cette vidéo-là.

Je partage en fait mes investissements à mes clients. Donc si tu fais partie de mes clients, tu recevras mes investissements, et tu pourras participer avec moi à ces levées de fonds en direct, et potentiellement devenir co-actionnaire avec moi et avec tous ces fonds d’investissement que je t’ai cités auparavant, et potentiellement faire un X50, un X100, un X1.000 – soyons fous – également avec moi !

Tout est dans la barre de description si tu veux investir à mes côtés. N’hésite pas à partager cette vidéo avec des amis qui sont investisseurs, à la liker si tu l’as apprécié.

Et je te dis à très très vite dans une prochaine vidéo. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.