La GUERRE est-elle DANGEREUSE pour vos actions en Bourse ?

Dans un monde où il est de plus en plus facile d’investir à l’international et dans un monde aussi instable que celui qu’on connaît aujourd’hui, quel est l’impact de la guerre sur un portefeuille en actions ?

Est-ce que cela est positif, neutre ou négatif ? Qu’en est-il de la volatilité ?

On parle souvent de crise financière, de bulle, … mais doit-on craindre une guerre pour son portefeuille en actions ? La réponse en vidéo !

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Dividendes #Bourse #Guerre

La GUERRE est-elle DANGEREUSE pour vos actions en Bourse ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Salut à toi! Bienvenue sur cette nouvelle vidéo en direct du Japon, plus précisément en direct d’Osaka, puisque derrière moi se trouve le château.

Je vais te parler aujourd’hui d’un sujet très très important, donc déjà, je m’excuse si jamais il y a quelques petits grésillements. Il y a de petites bourrasques de vent. Mais normalement, rien ne devrait t’empêcher d’entendre cette vidéo de façon quand même agréable.

Donc voilà, je vais te parler d’un sujet qui est aujourd’hui : Est-ce que finalement la guerre, elle a un impact négatif (c’est souvent ce qu’on peut penser) ou positif sur un portefeuille en actions ? Je précise bien : en actions.

Je m’appelle Raphaël Carteni. Cela fait plus de 5 ans que j’investis sur des actions à dividendes, uniquement à dividendes. C’est ma stratégie. C’est ce que je connais. C’est ce que je fais. C’est sur cette stratégie que j’ai le plus de résultats, c’est pour ça que je te parle de dividendes.

Et c’est vrai que quand on parle d’un portefeuille en actions ou d’investir sur les marchés financiers, on pense tout de suite à : « Oui, mais il va y avoir une crise. Oui, mais ce n’est pas le bon moment… »

Bref, on connaît les objections classiques.

Mais quel est l’impact aujourd’hui d’une guerre potentielle sur un portefeuille en actions puisque on ne va pas se mentir : aujourd’hui, le monde, il n’est pas en mode paix totale. Il y a quand même certaines parties assez nombreuses aujourd’hui dans ce monde, qui ont des problématiques.

On ne va pas évoquer ce sujet-là mais voilà, le monde aujourd’hui, tel qu’on le connaît peut encore subir, et subit, des guerres.

Donc quel est l’impact aujourd’hui pour vous d’une potentielle guerre sur votre portefeuille en actions ? C’est ce que je vais voir avec vous dans cette vidéo.

Tout ce que je vais vous dire en fait, ce n’est pas issu de ce que je pense, ou de mon opinion, de mon avis, C’est tout simplement les résultats d’une étude qui a été dirigée par le CFA Institute qui démontre que finalement – je te donne la réponse tout de suite – que la guerre a un effet positif.

Oui, on pourrait croire tout de suite qu’une guerre a un effet négatif pour un pays, et donc pour les actions en question de sociétés de ce pays. Finalement, non. La guerre a un effet positif ou neutre, au pire, sur le portefeuilles en actions que tu pourrais te constituer.

Donc avant qu’on ne continue, si ce n’est pas déjà fait, n’hésite pas à t’abonner à la chaîne YouTube ci-dessous. Ça fait toujours plaisir. Ça motive. N’hésite pas à mettre un petit Like également, à me poser tes questions ci-dessous. Bref, interagis avec moi. C’est super important. Je lis tous les commentaires. Je réponds à tout le monde.

Donc comme je te le disais, ou je l’ai déjà dit, tu ne vas pas beaucoup voir ma tête puisque je vais tout simplement te faire la conclusion de cette étude qui démontre que la guerre a un effet finalement plutôt positif en te montrant des chiffres directement sur mon ordinateur.

Donc dès maintenant, tu devrais voir apparaître le tableau résumant les statistiques de performances et de volatilité des actions US.

Sur cet exemple, je vais me concentrer sur les actions US puisque l’étude est américaine, et que moi, personnellement également, j’investis principalement aux US (à 90%, mon portefeuille est composé de sociétés américaines).

C’est pour ça que cette étude a ici tout son sens vis-à-vis de ma vidéo.

Je t’invite fortement également à investir sur des actions américaines. Là n’est pas le sujet, mais historiquement, ce sont elles qui ont le plus de performances.

Donc on se retrouve comme prévu sur ce petit tableau qui regroupe les différentes performances, les différentes classes d’actifs en fonction des guerres. Donc on peut voir sur les différentes colonnes les différentes classes d’actifs, comme par exemple les actions, les obligations, également le taux d’inflation etc.

Et sur les différentes lignes, on peut retrouver : sur la première ligne le retour sur investissement ainsi que la volatilité de 1926 à 2013, et ensuite la deuxième ligne, ce sont les statistiques de toutes les guerres réunies. Puis, ligne par ligne, ce sont les différentes guerres en question.

Donc qu’est-ce qu’on peut lire et constater finalement dans ce tableau ? On peut constater tout simplement que les actions, elles ont plus de retour sur investissement par rapport à la moyenne long terme pendant les guerres avec en plus de ça, beaucoup moins de volatilité, sauf pour la guerre du Vietnam.

Donc c’est intéressant quand même à constater, d’autant plus que pour la guerre du Vietnam en effet, il y a moins de retour sur investissement que la moyenne long terme, mais il ne faut quand même pas oublier le fait qu’il y a quand même du retour sur investissement.

Le ROI, il est positif, et bien au-dessus des obligations et du cash. Donc c’est quand même intéressant à noter. Ça prouve donc finalement que pendant toutes les guerres, les actions ont quand même un retour sur investissement.

Alors qu’est-ce qui se passe pour les obligations quand on regarde ? Là, par contre, c’est assez intéressant puisque normalement, les obligations, elles sont safe pendant les périodes instables, et on peut voir qu’elles ont moins de ROI finalement que leur moyenne long terme.

Donc quelle est la raison à ça ? Finalement, c’est que les obligations, on peut voir qu’ils subissent une inflation qui est plus haute, ce qui explique logiquement et mécaniquement leur retour sur investissement plus faible, alors que généralement, les obligations, elles sont corrélées de façon négative avec l’inflation.

C’est-à-dire que si l’inflation augmente, le retour sur investissement des obligations va baisser, et inversement. Également, ce qui peut expliquer ça, c’est que pendant les guerres, qu’est-ce qui se passe ? C’est que les gouvernements, ils empruntent de l’argent.

Ils empruntent plus que d’habitude, donc les rendements des obligations vont monter, mais mécaniquement, les prix vont baisser.

Quand on regarde la première ligne, on peut constater qu’on a une volatilité qui est représentée ici par le risque qui est plus faible pendant les guerres que pendant la période long terme.

Donc c’est également intéressant parce qu’on pourrait se dire : « Ouais, c’est la guerre. La volatilité, elle doit partir dans tous les sens. Elle doit partir totalement à sec. Et finalement, on se rend compte que pas du tout.

Si on s’attarde un petit peu sur la Guerre du Golfe, on peut voir que les retours sur investissement sont relativement différents. Le truc, c’est que cette guerre, elle a été très courte. Elle a duré moins d’un an si je ne dis pas de bêtise.

Et surtout, il y a eu une hausse du coût du pétrole aux Etats-Unis qui a fait que ça a provoqué une petite récession aux États-Unis. Donc cette ligne, finalement, elle est plutôt exceptionnelle, on va dire, et pas forcément à prendre en compte.

La Guerre du Vietnam également présente quelques signes un peu faiblards. Je ne suis pas là pour faire de l’histoire et je suis vraiment très loin d’être bon en histoire, mais c’est plutôt une guerre où les États-Unis n’ont pas vraiment trouvé leur intérêt.

Mais en tout cas, ce qu’il faut regarder, c’est vraiment les deux premières lignes où on constate le retour sur investissement et la volatilité long terme de 1926 à 2013 par rapport à ce qu’a proposé le retour sur investissement et la volatilité sur les différentes guerres que les États-Unis ont connues.

Donc en fait, ce qui se passe, pour expliquer ça, comment ça se fait que les actions performent plus, ou du moins ont tendance à plus performer pendant une période de guerre que pendant une période normale ? Tout simplement, c’est qu’une guerre demande des ressources, donc ça pousse à la production et à l’embauche de personnel pour assurer cette augmentation de la demande pour « nourrir » la guerre.

Donc c’est ça qui fait que ça provoque des retours sur investissement intéressants et une volatilité un petit peu moins en montagnes russes, on va dire. Voilà. Ça c’était plutôt avant puisqu’on va dire qu’aujourd’hui, s’il y avait une nouvelle guerre, est-ce que ça serait pareil ?

C’est toujours pareil. C’est dur à deviner. Personne n’a de boule de cristal. Mais c’est vrai que la guerre, elle change. Avant, on avait une guerre qui était vraiment très territoriale. Je ne sais pas si c’est comme ça mais c’était vraiment une guerre de terres avec des armes. On envoyait vraiment des soldats sur le terrain.

Aujourd’hui, c’est plutôt une guerre « de cerveaux ». C’est-à-dire que c’est plutôt basé sur le savoir. C’est des attaques à distance. Ça va être interposé et pas forcément physique. Ça va plutôt être via Internet, des cyberattaques, via les médias, des menaces, ou des choses comme ça.

Donc peut-être potentiellement une demande matérielle qui serait moindre s’il y avait à nouveau une guerre pour les États-Unis.

Donc la conclusion finalement de tout ça, c’est quoi ? Je vais la faire sur mon écran.

Finalement, la conclusion de tout ça, c’est quoi, après qu’on ait regardé quelques chiffres vis-à-vis de cette étude américaine ?

C’est que si vous prévoyez d’investir dans un pays, dans des sociétés sur des actions d’un pays qui est en guerre ou qui a le potentiel d’être en guerre, et surtout qui a le potentiel de gagner cette guerre, comme potentiellement les États-Unis ou les pays qui ont une armée forte, la conclusion pourra être que vous n’avez pas grand-chose à craindre pour votre portefeuille en actions. Encore une fois, je parle vraiment que d’actions, puisque moi, je ne suis pas aux obligations ou des choses comme ça.

Potentiellement, l’impact serait soit positif ou au pire du pire, neutre. Cette étude – je ne sais pas si je vous l’ai dit – semble être la même également pour les pays comme UK (l’Angleterre) puisqu’on a transposé également les chiffres pour l’Angleterre, et la tendance s’avérait être la même.

Dis-moi ci-dessous ce que tu penses des résultats de cette étude. Est-ce que tu penses réellement qu’une guerre dans un pays peut booster le portefeuille en actions des sociétés de ce pays ou est-ce que tu penses que tout ça, c’était avant  comme beaucoup de choses, et que si aujourd’hui il y avait une guerre, ce ne serait pas comme ça ?

Dis-moi un petit peu ce que tu penses dans les commentaires ci-dessous, puisque c’est un sujet dont on ne parle que très peu. Finalement, je ne l’ai jamais vu traité. Donc ça m’intéresse d’avoir ton retour sur ce point-là.

Encore une fois, si ce n’est pas déjà fait, n’hésite pas à t’abonner, à bien lire la barre de description. Il y a pas mal de choses qui devraient t’intéresser.

Notamment si tu t’intéresses aux dividendes, j’ai mis en place un service où tout simplement, je te dévoile l’entièreté de mon portefeuille et où chaque mois je t’envoie mes positions en temps réel, toutes les positions que je prends, toutes les positions que je vends.

Je te montre en temps réel mon arbitrage et comment je répartis mon « risque » entre différentes classes d’actifs, différentes catégories, différents marchés, etc.

Tu peux tout retrouver dans la barre de description. Merci à toi d’avoir regardé cette vidéo. Je te dis à très vite pour d’autres vidéos. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *