JE VISITE UNE MINE SECRÈTE DE BITCOIN (Episode 1)

Salut à tous,

J’ai rencontré un mineur récemment. Pas un mineur à l’ancienne mais bien un mineur des temps modernes par pur hasard lors d’un passage rapide dans un coworking parisien !

Un mineur mine des crypto-monnaies avec des machines qu’il fait fonctionner H24 et qui résolvent des problèmes mathématiques sur la Blockchain.

Après avoir discuté un petit peu avec lui, il a accepté de m’accueillir dans un endroit qui restera top secret pour me montrer sa mine secrète où il mine, entre autres, des Bitcoin !

Suivez-moi, dans cette vidéo, je visite une mine secrète en France…

PS : Lucas sera intervenant à mon prochain séminaire du samedi 7 juillet 2018, toutes les informations ici : https://bit.ly/2IO9gC5

JE VISITE UNE MINE SECRÈTE DE BITCOIN (Episode 1)

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Raph : Salut à tous bienvenue sur cette nouvelle vidéo, donc vidéo un petit peu spécial aujourd’hui puisque je me trouve directement dans une voiture pour aller rendre visite à un mineur donc pas un mineur à l’ancienne avec sa pioche, mais un mineur des temps modernes comme on dit, donc je me rends en fait dans ce qu’on appelle une mine secrète de cryptomonnaies donc je ne sais pas si tu as déjà entendu parler de ce terme, de mine, de minage, de cryptomonnaies, de tout ça, bref, c’est un endroit qu’on tient généralement secret parce qu’il y a beaucoup d’installations et que ça coûte beaucoup d’argent et que c’est un petit peu pas dangereux, mais il vaut mieux éviter de montrer où c’est, tout simplement pour des gens mal intentionnés donc je me rends visiter quelqu’un qui fait du minage et donc je ne vais pas vous montrez précisément où est-ce que c’est, mais je vais l’interviewé et vous montrez un peu à quoi ressemble ce genre d’installation.

Bref, si ce n’est pas déjà fait, clique sur le bouton s’abonner ci-dessous, ça te permettra de recevoir en avant-première toutes les prochaines vidéos de la chaîne YouTube et lis bien également la barre de description puisque tu pourras télécharger gratuitement un petit pack de bienvenue au contenu 100% secret, voilà, avec plusieurs petits cadeaux à l’intérieur pour commencer à amorcer ton indépendance financière, bon allez, je ne filme pas plus longtemps au volant et on se retrouve directement sur place où je vais te montrer un petit peu tout ça.

Comme je vous le disais, je me retrouve en compagnie de Lucas, qui est mineur, qui va nous parler un petit peu de son parcours, dans un endroit un petit peu obscur, on ne peut pas vous révéler l’endroit où on est pour des questions de sécurité, mais sachez qu’on est quelque part en France, en tout cas c’est tout ce qu’on peut dire, donc Lucas, Salut,

Lucas : Salut Raphaël,

Raph : Comment tu vas, la forme ?

Lucas : Très bien,

Raph : Super,

Lucas : Content de faire ça,

Raph : Merci à toi d’avoir accepté l’invitation aujourd’hui, est-ce que pour les gens, tu peux te présenter rapidement nous dire comment tu t’appelles, quel âge tu as, ce que tu fais dans la vie ?

Lucas : Okay, donc moi c’est Lucas, j’ai 27 ans, j’ai créé donc une mine de cryptomonnaies, c’est assez bizarre de dire ça,

Raph : Ce n’est pas courant, ce n’est pas courant

Lucas : Non, non ce n’est pas courant,

Raph : Non,

Lucas : J’ai créé donc une mine de cryptomonnaies, il y a de ça un an et demi et donc avant ça j’ai fait une école d’ingénieur en informatique,

Raph : Okay,

Lucas : J’ai fait ça en alternance,

Raph : Okay

Lucas : Donc je faisais ça, une semaine, une semaine, j’étais dans une boîte qui faisait plutôt du logiciel comptable donc ça marchait bien, je m’éclatais un peu, mais je sentais que je n’avais pas envie de faire ça toute ma vie,

Raph : Okay, d’accord

Lucas : J’étais à l’écoute tu vois et je me disais

Raph : Tu regardais ce qu’il se passait autour de toi

Lucas : Oui et je me dis c’est une opportunité ou quoi, voilà en résumé quoi, moi j’ai toujours été un peu geek, j’ai toujours aimé les trucs un peu tech, un peu compliqué,

Raph : Tu plonges dedans depuis assez longtemps maintenant,

Lucas : Voilà, c’est ça,

Raph : Okay,

Lucas : Et depuis même avant les

Raph : Les cryptomonnaies

Lucas : Les crypto et avant l’école d’ingé etc

Raph : Tu été déjà dedans,

Lucas : Ca me passionner, oui, oui,

Raph : Okay, alors justement tu viens de dire un mot-là qui m’intéresse, le mot « geek », est-ce que pour faire une mine de cryptomonnaies, il faut être un petit peu geek, est-ce qu’il faut vraiment beaucoup s’y connaitre ? Est-ce que c’est compliqué parce que les gens viennent de voir quelques rushs à l’écran, à quoi ça ressemble du coup et ça peut paraitre compliqué alors est-ce que c’est vraiment compliqué à mettre en place, si moi demain je n’y connais rien et je veux mettre en place une mine de cryptomonnaies, j’ai de l’argent à investir dans du matériel, est-ce que je peux ? C’est facile ou pas ?

Lucas : Alors c’est une bonne question, justement en fait, si vous voulez acheter une machine seule avec quelques cartes, c’est tout à fait possible de le faire vous-mêmes en achetant des pièces du commerce, on peut faire ça avec Windows,

Raph : La mise en place ne sera pas trop compliquée ?

Lucas : Ce ne sera pas trop compliqué pour une machine,

Raph : Okay,

Lucas : Et d’ailleurs c’est le but, puisque le but des crypto, c’est de justement décentraliser le minage et donc tout le monde a une machine chez soi,

Raph : C’est ça,

Lucas : Pour que personne ne contrôle le réseau entre guillemets,

Raph : Oui, oui, c’est ça,

Lucas : Donc acheter une machine soi-même, la montée soi-même, alors c’est un petit peu compliqué quand même, il faut s’y connaitre un peu, mais ce n’est pas insurmontable même pour quelqu’un n’a jamais programmé, etc

Raph : Okay,

Lucas : Par contre, faire ça de manière industrielle avec des armoires c’est déjà plus compliqué, ça se gère comme une entreprise, c’est-à-dire qu’il faut un réseau d’entreprises, il faut des logiciels pour gérer tout ça, il faut de la maintenance, il faut beaucoup d’électricité parce que ça consomme énormément,

Raph : Ca consomme vraiment énormément ?

Lucas : En fait voilà ça consomme énormément, il faut se dire qu’une machine c’est comme un radiateur donc il faut imaginer que quand tu mets quatre radiateurs chez toi à fond en permanence, c’est difficile de monter plus vite, plus haut, après la facture gonfle vite

Raph : Oui,

Lucas : Surtout que l’électricité pour les particuliers est plus cher,

Raph : oui,

Lucas : Donc faire ça avec plus de vingt machines, je dirais, ça devient

Raph : Compliqué,

Lucas : Ça devient très compliqué, oui,

Raph : Okay, alors justement toi, les cryptomonnaies, comment tu es tombé dedans, comment tu en as entendu parler la première fois, c’était quoi, c’était un ami à toi, c’était les médias, c’était un forum, qu’est-ce que c’était ? Comment tu as connu et en quelle année aussi ?

Lucas : Oui, en quelle année, oui, alors la toute première fois où j’ai entendu parler des cryptomonnaies, c’était en 2013,

Raph : Okay,

Lucas : J’étais en école d’ingénieur à l’époque,

Raph : À l’époque le cours était à combien à peu près qu’on se rappelle ?

Lucas : Alors justement 2013, c’était l’année où tout a basculé entre guillemets,

Raph : Oui,

Lucas : Le bitcoin était à quelques dizaines de dollars et il est monté à cent dollars donc c’était en avril 2013, si je me rappelle bien,

Raph : Okay,

Lucas : En avril, il monte à quelques centaines de dollars, donc c’était déjà une grosse montée,

Raph : Grosse progression, oui

Lucas : Grosse, grosse, progression

Raph : J’avais connu, oui,

Lucas : Oui, voilà et donc les gens ont commencé à en parler quoi et moi j’avais vu passer ça sur les news IT quoi,

Raph : Okay,

Lucas : Informatique,

Raph : Tu surveillais un peu tout ça,

Lucas : Voilà et donc ça ne passait que dans les médias spécialisés pour l’instant, peut-être un petit peu dans la presse, mais très peu quoi et donc à l’époque, je disais à un camarade de classe, je lui disais, viens on achète, on met mille euros chacun, quoi,

Raph : Okay,

Lucas : Et on achète et à l’époque on pouvait s’acheter dix bitcoins,

Raph : Carrément, c’est énorme,

Lucas : C’est énorme et là, là on aurait peut-être avec les vingt mille dollars, on aurait peut-être eu 200.000 à un moment quoi,

Raph : C’est ça, théoriquement, sur le papier,

Lucas : Sur le papier, voilà,

Raph : C’est ça,

Lucas : Mais bon après quoi, on est toujours les rois du monde donc

Raph : Du coup, tu as connu à ce moment-là ?

Lucas : Donc j’ai connu à ce moment-là, alors j’ai miné un tout petit peu parce que moi j’avais des cartes graphiques à l’époque où justement et j’ai miné un petit peu dans ma chambre à l’époque, ce n’était pas du bitcoin, c’était du litecoin, parce que le bitcoin, c’était déjà trop difficile,

Raph : Okay, en 2013 ?

Lucas : Voilà, en 2013, oui, donc j’en avais miné un peu, je savais comment faire, il fallait installer les logiciels, justement, c’est un truc que tout le monde pourrait faire,

Raph : Okay,

Lucas : C’est-à-dire que moi je suis allé voir sur internet, j’ai fait logiciel de minage, telle monnaies, etc et je l’ai installé, je l’ai lancé et puis voilà, ça minait quoi,

Raph : Okay, tu as commencé comme ça, tout bêtement et ensuite tu t’es dit pourquoi ns pas scale ? Pourquoi pas grossir directement ou combien de temps ça a pris ?

Lucas : En fait, ce n’est pas venu tout de suite, c’est-à-dire qu’après j’ai lâché l’affaire, parce que ça ne me rapportait vraiment que dalle, donc j’ai un peu lâché l’affaire et j’ai un peu oublié quoi, j’étais passé à autre chose quoi,

Raph : Tu as laissé passer ?

Lucas : Voilà c’est ça et en fait en 2016 donc vers la fin de mon apprentissage, il y a un collègue qui me dit, je suis en train de miner de l’éther avec ma tour de jeu, je fais c’est quoi ça l’éther et tout, ça me rappelle quelque chose, j’ai déjà entendu ça et en fait l’éther venait d’être créé donc l’éthereum, donc une des monnaies principales venait d’être créée, il y a moins d’un an,

Raph : Okay,

Lucas : Du coup, je n’en avais pas entendu parler entre temps,

Raph : Okay,

Lucas : Et il me dit je mine de l’éther, je gagne dix euros par jour avec ma carte graphique quoi, donc c’était énorme à l’époque,

Raph : Oui,

Lucas : Et je fais putin, c’est incroyable, quoi,

Raph : Tu as voulu faire pareil ?

Lucas : Oui, je me suis dit donc là tout de suite je me suis réveillé, je me suis dit

Raph : Il se passe un truc

Lucas : Il faut que je me renseigne, donc je suis allé voir, je suis allé me renseigner, je suis allé sur internet, j’ai fait comment on mine de l’éther, est-ce que ça a changé, qu’est-ce qu’on utilise maintenant, etc et j’ai vu que c’était toujours les cartes graphiques, il y avait beaucoup de changement entre temps, il y avait eu d’autres monnaies, etc mais je me suis dit, les crypto, c’est vraiment en train d’exploser, ce n’était pas encore trop connu, le bitcoin était toujours dans les cinq cents, six cents dollars,

Raph : Okay,

Lucas : Mais il y avait cette monnaie, l’éther qui était en train de grimper,

Raph : Monnaie montante

Lucas : Voilà c’est ça et je me dis là ça y est, c’est le début d’une révolution et il faut que je rentre maintenant, quoi, si je veux,

Raph : Okay,

Lucas : Si je veux être acteur quoi,

Raph : À partir de ce moment-là, tu as passé entre guillemets la seconde vitesse, la deuxième vitesse et tu as commencé à augmenter ton parc, à te remettre à miner c’est ça ?

Lucas : Voilà, alors à ce moment-là, je me suis dit que c’était le moment de créer une entreprise peut-être,

Raph : Okay

Lucas : De chercher des investisseurs et de voir si je pouvais monter la boîte, donc c’est ce que j’ai fait, j’ai monté un projet, je me suis dit comment, quel est le business modèle, comment je peux gagner de l’argent avec ça parce qu’à l’époque en fait quand j’ai commencé, ça gagnait énormément et c’était insolent quoi,

Raph : Oui,

Lucas : C’est-à-dire que tu achetais une machine et tu gagnais mille euros par mois avec ta machine, alors qu’elle t’avait coûté deux mille euros,

Raph : En deux mois, c’était amorti quoi,

Lucas : Voilà,

Raph : Okay,

Lucas : Il y a des fois, c’était ça, mais je savais que ça n’allait pas durer donc je me suis dit il me faut un business modèle qui puisse me durer plusieurs années là-dessus, donc ce que j’ai fait, c’est que je me suis dit que j’allais créer une société où

Raph : Oui ?

Lucas : J’allais demander à des investisseurs privés qui ont pas mal d’argent d’investir dans des machines de minage dont moi je m’occuperais et je prendrais une commission en fait sur les revenus tout simplement,

Raph : Win-win ? Gagnant-gagnant,

Lucas : Win-win, exactement,

Raph : Okay,

Lucas : Donc voilà, je cherchais des investisseurs plutôt privés, plutôt des gens qui avaient un peu d’argent et qui étaient prêts à investir,

Raph : Okay,

Lucas : Et donc j’en ai trouvé pas mal, parce que ce qu’il se passe c’est que tu as beaucoup de gens qui ont réussis, qui ont réussi leur business, etc qui ont de l’argent à investir justement et sont intéressés par les crypto parce qu’ils sentent que c’est quelque chose qui va,

Raph : Tu l’as ressenti ça, il y a beaucoup d’investisseurs qui ont de l’argent, qui sentent le potentiel dans les cryptomonnaies,

Lucas : Exactement, oui

Raph : okay,

Lucas : Ils voient qu’ils peuvent tirer son épingle du jeu, etc donc ce n’était pas très difficile honnêtement pour moi de trouver des personnes qui étaient intéressées,

Raph : Okay et de là, le projet est créé ?

Lucas : Et de là, le projet est créé et j’ai monté la société,

Raph : Okay

Lucas : On a acheté les premières machines, on a monté ça, ça marchait bien, au début forcément c’est quelque chose qui s’apprend sur le tas, déjà l’entrepreneuriat s’apprend sur le tas,

Raph : C’est clair,

Lucas : Ca, il n’y a pas de mystère, il n’y a pas de formation pour ça,

Raph : Surtout les cryptomonnaies ça bouge très vite en plus,

Lucas : oui, voilà,

Raph : Est-ce que rapidement tu peux nous dire peut-être quelles cryptomonnaies tu mines,

Lucas : Oui

Raph : Où est-ce que c’est quelque chose de secret ?

Lucas : Alors non, ce n’est pas très secret, moi je peux te parler des cryptomonnaies principales,

Raph : Oui, sans les dire toutes

Lucas : Oui, alors déjà le bitcoin, on ne peut pas le miner parce que c’est des entreprises chinoises qui ont créé du matériel spécialement dédié au minage de bitcoin,

Raph : okay,

Lucas : Qui contrôle la production et le minage, par contre, avec les cartes graphiques on peut miner de l’ethereum, on peut miner du Zcash

Raph : okay,

Lucas : On peut miner du monero, on peut miner du verge

Raph : Okay, je te vois faire une tete un peu bizarre, on va rebondir directement dessus, qu’est-ce que tu penses du verge ?

Lucas : Du verge ? Alors déjà c’est un nom très 

Raph : Oui, très bizarre pour nous francais, oui

Lucas : Très, très tendancieux pour les francais,

Raph : Oui, oui

Lucas : Mais c’est on the verge, c’est sur le point de, enfin, en anglais c’est plus intéressant, mais,

Raph : Oui, mais qu’est-ce que tu penses fondamentalement de cette cryptomonnaie en tant que projet technologique qui pourrait s’y cacher derrière ?

Lucas : C’est assez vieux comme projet, pour moi le verge c’est un peu comme le ductch coin, ce n’est pas une blague, mais

Raph : Presque,

Lucas : Pour moi, ce n’est pas justifié quoi

Raph : Okay,

Lucas : Parce que si tu veux j’ai un pote qui avait mis trois dollars dessus,

Raph : Oui,

Lucas : Il a fait fois cent

Raph : Oui, il y a eu des retours sur investissements d’une manière totalement folle, mais

Lucas : Voilà et ce n’est pas justifié parce qu’encore le bitcoin est justifié, qu’il soit aussi haut, parce qu’il y a la rareté, parce que c’est la première technologie, parce que c’est ça qui véhicule le plus de confiance aussi pour quelqu’un qui rentre dans les crypto, mais le verge,

Raph : Oui, tu n’es pas un très grand fan, on l’a ressenti,

Lucas : Après ça se mine le verge,

Raph : Oui, ça se mine, bon c’est bon à savoir, on ne va pas s’attarder sur le verge, mais on va s’attarder sur plein de cryptomonnaies

Lucas : Okay,

Raph : Je t’ai parlé d’une autre cryptomonnaies aussi tout à l’heure, tu me diras si tu connais, ce que t’en penses

Lucas : Okay,

Raph : Mais voilà, en tout cas, voilà ce que tu mines pour l’instant c’est ça ?

Lucas : Voilà, c’est les monnaies principales après il y a beaucoup de ce qu’on appelle couramment des shitcoin,

Raph : Okay,

Lucas : C’est des monnaies qui n’ont pas un projet

Raph : Très viable

Lucas : Vraiment très viable ou intéressant, mais qui sont rentables pendant un certain moment et ça on peut éliminer parce que

Raph : C’est rentable,

Lucas : Ca rapporte quoi,

Raph : C’est ça, tout simplement,

Lucas : Et il ne faut pas se voilé la face, on est un peu là aussi pour faire du profit donc

Raph : Tu n’es pas philanthrope,

Lucas : Voilà, c’est ça, mais alors c’est très intéressant, ce que tu dis est très intéressant, je rebondis là-dessus parce que justement ce qui fait que le réseau est sécurisé aujourd’hui, c’est qu’on a tous ces gens qui se mettent à miner

Raph : Oui,

Lucas : Et pourquoi ils minent ? Parce que ça rapporte de l’argent et je trouve que peut-être que le créateur du bitcoin conscient ou il devait en être conscient un peu, je pense au début, mais il s’est dit, ils vont tous miner parce qu’ils vont tous vouloir une part du gâteau et faire ça, ça va énormément sécuriser les réseaux puisque tout le monde va s’y mettre et ça va décentraliser énormément,

Raph : Alors c’est qui le créateur du bitcoin alors ?

Lucas : Très bonne question

Raph : Est-ce que tu sais toi ?

Lucas : Oui, je le sais, mais je ne le dirai pas,

Raph : Tu ne dois pas le dire, bon, on passe à autre chose alors,

Lucas : Il m’a dit de ne pas le dire,

Raph : Bon du coup, oui, excuse-moi, tu voulais dire autre chose, non, okay ?

Lucas : Non, vas-y vas-y,

Raph : On ne dira pas plus de choses sur ton business parce que voilà comme vous l’avez compris de toute façon c’est quand même assez, pas secret, mais il faut faire attention encore sur tout ce qui est minage aujourd’hui, etc, on va parler un petit peu plus globalement des cryptomonnaies, il y a tellement de choses à dire de toute façon, qu’on va avoir de quoi dire, du coup, qu’est-ce que je voulais te demander, oui, les cryptomonnaies, si toi tu es mineur aujourd’hui, si toi tu mines, si tu as des mines, c’est que tu crois aux cryptomonnaies ?

Lucas : Oui,

Raph : Alors qu’est-ce que tu vois pour le futur dans les cryptomonnaies, qu’est-ce que tu imagines avec les cryptomonnaies dans le futur, quel potentiel tu sens ? Rapidement, parce que je sais qu’on va en parler

Lucas : Rapidement, je vais prendre une analogie, c’est un peu comme internet dans les années 90,

Raph : Toi tu l’associes vraiment à internet comme beaucoup le font ?

Lucas : oui, oui, parce qu’il y a un énorme potentiel et on est vraiment au début, c’est-à-dire qu’on est dans la phase où il y a beaucoup de projets qui se créé, il y a beaucoup de gens qui ont des idées, qui se disent ah on peut faire ça avec la blockchain, on peut faire aussi ça, etc, c’est un outil qui est assez généraliste, on peut l’appliquer à énormément de domaine, ça va de l’agriculture au monde de la finance,

Raph : Toutes les industries,

Lucas : Toutes les industries

Raph : L’assurance, les banques,

Lucas : Tout, exactement,

Raph : Oui,

Lucas : Donc après prédire l’avenir justement c’est un peu compliqué, je ne vais pas vous dire bon vous voyez il y aura google, il y aura Facebook,

Raph : Personne n’a de boule de cristal

Lucas : Exactement, mais ce que je sens moi, en tant que connaisseur de la technologie et pour comprendre justement les entrailles de la technologie et ce qu’on peut faire un peu avec, je pense qu’il peut y avoir des applications extrêmement importantes dans le monde de demain, je ne suis pas sûr que ça va révolutionner forcément, que ça va changer le système économique tel qu’on le connaît

Raph : On parle souvent de révolutionner le monde

Lucas : Voilà, est-ce que ça va remplacer les banques, est-ce que ça va changer l’économie telle qu’on la connaît, pour moi je pense que les banques et l’économie telle qu’on la connaît, ne sont pas à voir comme un démon ou quelque chose de

Raph : De mal, oui

Lucas : De méchant ou qui nous prend notre argent, mais plutôt comme le système en tant que tel et c’est grâce à ça aujourd’hui qu’on a l’économie, c’est grâce à ça qu’on a les pays qu’on a, c’est-à-dire que nous on vit dans des pays développés et on a cette chance-là, c’est grâce à ce genre de système, on peut les critiquer, on peut en dire beaucoup de choses, mais ça tient,

Raph : Pour l’instant

Lucas : Et c’est grâce à ça qu’on vit, pour l’instant,

Raph : Alors justement, tu parles d’un point très important, tu as parlé de nos pays qui sont développés, mais justement pour les pays qui sont non développés comme l’Amérique du Sud, l’Afrique ou même certains pays d’Asie, là pour le coup, ils espèrent beaucoup des cryptomonnaies comme une valeur refuge, vis-à-vis des banques notamment on parle du Vénézuéla, le Zimbabwe où acheter une baguette de pain, tu ramènes une valise de billet, est-ce que tu penses que là justement dans ces pays, les cryptomonnaies peuvent remplacer les banques ou l’économie, on rentre vraiment dans des débats assez profonds là, mais

Lucas : non, non

Raph : Ton avis rapidement, oui

Lucas : Oui, oui, alors ils ont des billets de un million de dollars zimbabwéens

Raph : Même des milliards, je crois,

Lucas : Oui, oui, tu as trop de zéro dessus

Raph : C’est ça, c’est what the fuck,

Lucas : Tu ne peux même plus compter

Raph : C’est ça, oui

Lucas : C’est une bonne question parce que justement nous on a un système qui tient en place, mais eux, je ne suis pas expert, mais,

Raph : Bien sûr, c’est un avis personnel

Lucas : C’est un avis personnel, je pense que leur système est assez instable, ce n’est pas des pays très développés, est-ce que ça peut venir remplacer le système actuel, je ne sais pas, est-ce que ça peut venir l’améliorer sûrement

Raph : Sûrement, oui

Lucas : Justement comme il y a moins de choses que nous je dirais, il y a peut-être plus d’opportunités et de possibilités,

Raph : Plus de place,

Lucas : Voilà, c’est ça, parce que les banques ne vont peut-être pas changer avec les cryptomonnaies, mais si le système est déjà instable, s’il n’y a pas tout cet establishement justement qui est là, qui contrôle

Raph : Très puissant, oui

Lucas : Très puissant, voilà, oui avec des milliards, il y a peut-être un peu plus de place pour justement penser des nouveaux systèmes, etc

Raph : Okay, bon, on ne va pas creuser le sujet plus longtemps, parce que c’est vrai qu’il y a plein de problèmes inhérents à tout ça, notamment de la politique, des choses comme ça,

Lucas : Voilà,

Raph : On n’est pas là pour faire de la politique

Lucas : C’est ça oui, c’est compliqué

Raph : Mais c’est intéressant en tout cas de voir les possibilités que les cryptomonnaies peuvent apporter

Lucas : Oui

Raph : Donc les cryptomonnaies, on parle souvent de blockchain associées, alors voilà, la blockchain peut-être pour ceux qui ne connaissent pas, est-ce qu’en trente secondes tu peux l’expliquer avant que je ne te pose une autre question ?

Lucas : Alors en trente secondes

Raph : C’est un challenge, c’est un challenge, je pense,

Lucas : Je vais essayer, la blockchain en trente secondes,

Raph : Bon, une minute, allez une minute, je te laisse une minute

Lucas : Une minute ? Allez, simpa, la blockchain, s’il faut retenir une seule chose, c’est que la blockchain c’est un moyen de stocker de l’information de manière infalsifiable

Raph : Oui,

Lucas : C’est-à-dire qu’une fois que l’information est stockée, on ne peut plus y toucher.

Raph : C’est inviolable,

Lucas : Voilà, c’est vraiment ce qu’il faut retenir de la blockchain, maintenant de quelle manière on fait ça ? C’est en utilisant la décentralisation et la propagation de l’information donc on va recopier l’information dans pleins d’endroits différents et de cette manière si on veut changer toute l’information, il faut qu’on aille changer chaque endroit et pour ça, il faut soit qu’on ait l’autorité suffisante pour le faire soit qu’on est énormément de puissance de calcul ou même si on est un gros à cœur et qu’on a plein de

Raph : D’antennes.

Lucas : Voilà exactement, c’est très difficile de venir attaquer le réseau

Raph : C’est ça, donc inviolable, tout le monde peut aller consulter ce qui est écrit dessus,

Lucas : Voilà, alors sauf si c’est chiffré

Raph : Oui

Lucas : Donc on peut stocker des informations de manière infalsifiable, mais en les chiffrant

Raph : Okay

Lucas : Donc elles seront cachées, mais à la vue de tous en quelque sorte. Après pourquoi on dit blockchain

Raph : Oui,

Lucas : Tout simplement parce que c’est une chaîne de bloc

Raph : C’est ça,

Lucas : Et qu’informatiquement, on crée un bloc de données et ensuite on va en créer un autre et ensuite on va en créer un autre et ils sont tous liés les uns aux autres

Raph : C’est ça,

Lucas : Voilà,

Raph : Alors est-ce qu’on peut donner peut-être une application concrète de comment fonctionne la blockchain, des fois, j’aime bien donner par exemple dans l’industrie du diamant, qui est une industrie un petit peu compliquée, alors les diamants, on ne sait jamais d’où ça vient l’origine, si c’est inscrit dans la blockchain, il y a une transaction qui est inscrite dans la blockchain et au moins on sait l’historique des acheteurs et des vendeurs et ça sécurise un petit peu le marché du diamant, est-ce que tu aurais une autre application comme ça, je sais qu’il y a tellement de choses dans l’industrie ou est-ce que je te piège là ?

Lucas : Non, non, comme ce que tu dis il y a une application

Raph : Oui

Lucas : Qui pourrait être très intéressante, c’est dans le monde de l’art

Raph : De l’art ? Oui

Lucas : Parce que justement dans le monde de l’art il y a beaucoup de faux,

Raph : Oui,

Lucas : Il y a beaucoup de tableaux qui circulent

Raph : Ca spécule à mort,

Lucas : Voilà, ça spécule à mort, on ne sait pas trop par où ça passe, c’est difficile de tracer un tableau,

Raph : Oui,

Lucas : Et du coup, la blockchain aurait sans forcément parler de falsification, c’est difficile parce qu’on ne sait pas forcément par où est-ce qu’il est passé, d’où il vient, etc et avec la blockchain ce serait d’avoir un historique de cette œuvre et que ce soit consultable par tout le monde, donc que n’importe qui puisse créer une application smartphone pour que tu scannes ton tableau par exemple et ça te dis bon voilà il est passé par tel propriétaire, tel musée, etc

Raph : Et directement où c’est ?

Lucas : Voilà,

Raph : Propre,

Lucas : Donc ça c’est une application très intéressante

Raph : C’est clair

Lucas : Et tout à fait faisable, d’ailleurs il y a déjà des entreprises qui sont sur le coup,

Raph : Okay, bon il y en a des dizaines et des dizaines, même dans l’immobilier,

Lucas : Dans l’immobilier

Raph : J’ai vu récemment la première transaction

Lucas : Exactement, même principe, même principe

Raph : Etc, etc, oui c’est clair, on parle généralement également associer à la blockchain de smartcontract, je te cuisine là ?

Lucas : Oui, non, non, c’est que ça monte en complexité là,

Raph : C’est vrai ? Est-ce que rapidement tu peux aussi l’expliquer pas en trente secondes cette fois-ci, mais en vingt secondes ?

Lucas : Oui, en vingt secondes, encore plus compliquée, encore plus court,

Raph : Je te challenge un peu, je te pousse dans tes retranchements,

Lucas : Donc les smartcontract, en gros, l’idée c’est de dire au lieu de stocker des données simplement, on va stocker des programmes de manière infalsifiable

Raph : Oui

Lucas : C’est-à-dire que c’est des programmes tout simples, mais par exemple, on va prendre l’exemple qu’on prend souvent pour expliquer ça, c’est le pari, le pari sportif,

Raph : Okay,

Lucas : On fait un pari, donc on va créer un programme qui dit bon en entrée du programme, j’ai les paris, par exemple toi tu paris Marseille, moi je parie Paris, voilà,

Raph : C’est toi qui le dit,

Lucas : Oui, voilà, si tu veux on fait l’inverse,

Raph : Non, non, je ne suis pas foot en plus,

Lucas : Ah, d’accord, donc on a un système de paris, en entrée on a nos paries et en sortie on a nos récompenses, donc on va parier en éther puisque les smartcontract, ça a était créé sur la blockchain Ethereum donc on parie des éthers, donc on parie un éther chacun

Raph : Okay

Lucas : D’accord et le programme dit bon si c’est Paris qui gagne c’est un tel, si c’est Marseille c’est un tel

Raph : C’est les gagnants,

Lucas : Voilà, et toi tu vas gagner deux éthers ou je vais gagner deux éthers et ce programme-là, une fois qu’on l’a balancé dans blockchain, c’est un peu comme ça que ça se passe

Raph : Oui,

Lucas : On le télécharge dans la blockchain

Raph : Oui,

Lucas : Et une fois qu’il est là, après il va s’exécuter tout seul

Raph : Automatiquement

Lucas : Donc dès qu’on l’appelle, dès qu’on lui dit je veux faire un pari, voilà les éthers c’est toi qui gères le truc après

Raph : Sur des conditions bien précises selon un algorithme, on peut dire ça finalement

Lucas : Voilà, exactement,

Raph : Selon des conditions, enfin ça s’applique ou ça ne s’applique pas, par exemple j’ai vu des applications moi dans le monde de l’indemnisation d’avion en retard

Lucas : Oui

Raph : Moi la condition, c’est qu’il y a un smartcontract qui fait que si ton avion est plus de trois heures en retard automatiquement ça déclenche

Lucas : Oui

Raph : Une condition qui fait que tu reçois automatiquement ton indemnisation européenne au lieu de passer par des contrats auprès des compagnies, etc et que ça prenne du temps, c’est automatisé, c’est là, c’est un smartcontract, je ne sais pas si cette application est viable ou pas et ce que tu en penses ?

Lucas : Alors, ça amène à la suite et aux problèmes entre guillemets des smartcontract, c’est comment on lui donne de l’information au programme,

Raph : Okay,

Lucas : Tu vois ce que je veux dire, du moment qu’on lui donne des éthers, c’est dans son territoire entre guillemets, donc il sait d’où ça vient, il sait ce que c’est les éthers, mais si on lui dit au programme l’avion est en retard ou l’avion n’est pas en retard, il faut que l’information qui rentre dans le programme, qui soit rentré dans le programme soit validée par des humains, on est obligé, on n’a pas encore trouvé d’intelligence artificielle qui face ça à notre place,

Raph : Oui, pour cet exemple-là, j’avais vu justement il me semble qu’il se connecter directement à la base de données ou je ne sais quoi

Lucas : Oui

Raph : De l’aéroport, pour savoir, tous les aéroports savent quand leurs avions atterrissent et décollent forcément,

Lucas : Voilà,

Raph : Travail de sécurité et se connecter directement à cette base de données pour savoir s’il y a des déclenchements ou pas de l’indemnité à envoyer au voyageur ou pas

Lucas : Et dans ce cas-là oui et dans ce cas-là, on va faire confiance à la compagnie aérienne

Raph : Oui, c’est vrai que ça peut poser problème

Lucas : Pour rentrer les bonnes informations et en fait ça c’est ce qu’on appelle un oracle

Raph : Oui

Lucas : Dans le langage du smartcontract,

Raph : Okay,

Lucas : L’oracle c’est la partie du process qui fait rentrer les informations dans le smartcontract et c’est aussi la partie à laquelle on fait confiance

Raph : Okay

Lucas : Pour rentrer les informations donc pour l’instant on est quand même obligé de faire confiance à des humains, on fait confiance à la compagnie aérienne, bon, vu que c’est eux qui nous remboursent, c’est logique que c’est eux qui gèrent les informations

Raph : C’est des humains qui font tourner les, qui font voler les avions, tout ça,

Lucas : Voilà,

Raph : Donc c’est clair, il y aura toujours une part d’humain. Okay, donc on va arrêter cette première un petit peu discussion, on pourrait dire ça comme ça maintenant, ça fait environ vingt, vingt-cinq minutes qu’on parle et on va faire, on va faire tout de suite une deuxième vidéo où on va un petit peu continuer cette discussion, donc si cette discussion vous a intéressé autour des cryptomonnaies, n’hésitez pas à mettre un petit pouce bleu ci-dessous, à nous poser vos questions dans les commentaires, à partager cette vidéo avec des gens qui seraient intéressés par l’investissement dans les cryptomonnaies, donc cliquez bien sur la vidéo qui apparaîtra juste après normalement en dessous dans la barre de description ou même sur les suggestions à droite sur YouTube, pour regarder le deuxième épisode de cette petite discussion avec Lucas et n’hésitez pas non plus à bien lire la barre de description si vous êtes intéressé pour investir dans les cryptomonnaies, j’ai certainement un programme qui vous intéressera où je vous apprends à investir dans les cryptomonnaies de manière relativement simple, on ne rentrera pas forcément dans de très, très gros détails, comme on a pu le voir avec le minage où c’est très compliqué, pas forcément accessible à monsieur et madame tout le monde, mais en tout cas lisez bien la barre de description, il y a tout ce qu’il vous faudra, donc à tout de suite pour le prochain épisode numéro deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *