Je visite un immeuble en Estonie

Dans cette vidéo, je t’emmène avec moi à la découverte du marché estonien en te faisant visiter un immeuble typiquement estonien puisqu’il s’agit d’une ossature en bois.

Tu pourras découvrir à quoi ressemble un projet d’immeuble ici en Estonie, un marché très prometteur dans le futur !

✓ Découvre l’Ecole de l’Elite Financière (mon meilleur programme) : https://clubmillionnaire.fr/eef

#Estonie #Immobilier #Tallinn

Je visite un immeuble en Estonie

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Ah les amis ! Comme vous pouvez le voir, à Tallinn, il n’y a que de la Porsche, Cayenne devant, Panamera devant, et je suis dans le Macan.

On va visiter un petit immeuble en Estonie. Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser de voir à quoi ça ressemblait un immeuble en Estonie.

Vous allez voir que c’est un petit peu différent. C’est pour ça que j’ai fait cette vidéo au final, parce que les immeubles ici, déjà il faut savoir qu’il n’y en a pas énormément.

On est à Tallinn, la capitale. Soit tu as des petits immeubles pas très bien placés, excentrés, parce que c’est vrai que ça reste une capitale. Soit, tu as des immeubles en centre-ville à plusieurs millions d’euros.

Et la particularité également, c’est que les immeubles, ce n’est pas des immeubles en béton comme on peut en connaître en France. Il y en a bien évidemment en béton, mais il y a aussi beaucoup d’immeubles avec des ossatures bois.

Donc c’est une approche totalement différente parce que sur l’ossature bois, il faut s’assurer que le bois, il est sain. Et ces bâtisses, elles sont là depuis très très longtemps.

Elles sont saines pour la plupart, mais il y a certaines, on voit très bien qu’elles vieillissent très très mal.

Donc il faut faire très très attention parce que le coût d’une rénovation peut littéralement se trouver sur la rénovation de toute la partie en bois.

Donc là, l’immeuble qu’on va voir, c’est un immeuble à 400.000€. Je vais te filmer quelques images. Je vais poser vraiment beaucoup de questions au gars. Comme chez nous en France, c’est le même process.

C’est juste que l’ossature est différente, mais sinon après, voilà, c’est de la rénovation classique, c’est de la location. Même formule, comme on dit. C’est de l’ancien, de la rénovation, et de la location.

Donc les chiffres sont plutôt bons parce qu’on est à 1000€ du m² si je ne dis pas de bêtise. Il y a 400 m². Et le truc, c’est que le m² il est en moyenne à 2000€ à Tallinn.

Ça veut dire que si on devait mettre 1000€ du m² en travaux pour arriver au prix du m² moyen à Tallinn, on serait dans les clous. Alors que tu sais tout comme moi que 1000€ du m² en termes de travaux, c’est un budget énorme.

C’est limite de la création ou de la grosse grosse rénovation alors que c’est pas parfait à l’intérieur ; visiblement de ce que j’ai vu des photos.

Mais en tout cas, je ne pense pas qu’il y a forcément 1000€ du m² à remettre, sauf si vraiment le bois nous réserve de grosses surprises. Je vais visiter avec un ami que je suis en train d’aller chercher là.

Mais honnêtement, je ne pense pas. Ça a l’air plutôt assez simple. Visiblement, c’est une grosse maison que le mec a déjà divisé en plusieurs lots, en 7 lots, dont certains qui sont encore conséquents (50m²).

Donc c’est potentiellement possible de refaire une division sur ça. Il faut qu’on en discute avec lui, voir un petit peu comment ça se passe cette division cadastrale à Tallinn, parce que ça, je ne sais pas non plus.

En fait, c’est un marché que je suis vraiment en train de découvrir, à la fois par curiosité également parce que je suis intéressé potentiellement de faire un projet ici. C’est quelque chose que j’étudie donc je me renseigne un petit peu sur tout ça.

Ça reste de l’immobilier, c’est classique, mais il faudrait apprendre les règles de comment ça fonctionne ici en Estonie puisqu’on est dans un autre pays.

Donc les règles fiscales sont très très simples ici, mais les règles administratives (tout ce qui va être division etc) c’est important à savoir. Au niveau travaux, ce sera la même chose. Ce sera plus ou moins la même chose etc.

Donc bref, on va sur place et puis je te montre un petit peu tout ça. Je te filme des plans, et on fait le débrief à la fin ensemble.

Bon, les amis, il y a du travail, il y a du travail. On a appris déjà beaucoup de choses avec l’agent immobilier. Je te fais le debrief après, mais c’est vraiment brut, brut, brut !

Il y a de l’isolation à faire, tous les sols… Il n’y a aucune trace de plomberie. Et en fait, c’est comme ça depuis 5 à 10 ans parce qu’il y a eu un procès avec le bâtiment d’en face qui était pas d’accord pour qu’on passe dans l’allée pour aller jusqu’à ce bâtiment qui est par rapport à la route juste derrière.

Il y a eu un procès avec ce bâtiment-là qui ne voulait pas que les locataires d’ici puissent accéder par l’allée qui, soit disant, appartenait à ce bâtiment-là. Bref, ça a été jusqu’en justice.

Bon voilà. Toutes les ossatures en bois comme ça, c’est du bois massif, visiblement, avec les murs en pierre.

Raphaël : May I take a video ? It’s okay?

Agent : Yeah ! Just be careful !

Raphaël : I will try to. Moi j’aime beaucoup en tout ce style !

Ami : Ah moi aussi.

Raphaël : Je vois déjà la transformation se faire.

Ami : Ouais.

Raphaël : Donc voilà, clairement ici on peut faire des lofts, sur 2 étages, avec la pièce commune ici et la chambre en haut. C’est 4 murs donc en fait c’est un gros carré : ici le premier lot, derrière, un autre lot, à côté un autre lot, et ici un autre lot.

Après, il y aura des souplex en dessous. Il y a tout à faire : les sols, les fenêtres, potentiellement l’isolation. On va faire un gros audit de la structure. Tout ce qui est salle de bains, cuisine, peinture. Donc ici ce sera des souplex.

On n’est pas au rez-de-chaussée, tu vois ? Le jardin, il est juste là. On est sur un demi-premier étage. Ce sera un souplex mais avec des fenêtres qui donnent sur le jardin directement.

Donc c’est assez sympa. Il y aura de la lumière. D’autant plus qu’on n’est pas directement sur la rue, ce qui permet de ne pas avoir le bruit ou des problèmes de sécurité, des choses comme ça.

Le bois a l’air sain. Mon ami est en train d’appeler son père qui connaît beaucoup le bois puisque c’est son métier, pour voir si en facetime il arrive à établir si le bois est bon ou pas. Mais de ce que je vois, ça fait 5 ans que ça n’a pas été habité, même 6 ans, et ça a l’air d’être bien.

Il n’a pas l’air d’avoir de moisissures ou des choses comme ça. J’ai vérifié qu’il n’y a pas de champignons ou des bêtises comme ça. Et là, je ne m’y connais pas. Il faudra faire potentiellement passer un expert.

Donc on voit que c’est du bon bois. Ça c’est cool. Ça sent le bois, d’ailleurs.

Donc là il y avait 9 lots. La division a été faite en tant que 7. On peut potentiellement en faire 8. En fait, ici, tout ça c’est considéré comme un seul lot.

Si ici, on coupe en 2, si on se dit : « On en fait un là et un là », il faut voir parce que forcément qui dit division dit repassage administration etc. Donc il faut voir si on le fait.

Donc tu vois là ? Le sol, il n’est pas bon partout. Il faut faire attention où on marche. Mais voilà.

Combien c’est vendu ? C’est à 400000€ ; et il y a une entreprise qui a dit qu’à 800€ du m², elle était prête à tout rénover. Une autre entreprise a dit 1100€ du m², ce qui me paraît juste, sachant qu’il faut reprendre des parties du toit en fait.

Il faut enlever le toit, faire une élévation, mettre des Velux, reposer le toit, refaire tout ce que je t’ai montré. Donc il y a du travail.

Chaque lot pourrait être loué entre 550 et 600€. Donc X7, ça fait 52000€ l’année. Ce n’est pas la rentabilité du siècle. Il n’y a pas 10 %. Loin de là.

Mais voilà, tu es en plein Tallinn. Tu es dans une capitale où ton prix de matériaux ne fait que monter. Tu es surtout dans un quartier très coté, Telliskivi Kalamaja que ça s’appelle – où il y a beaucoup de jeunes étudiants.

C’est coté. C’est un peu terrasse, un peu industriel. C’est un endroit où on vient faire la fête dans un style industriel. Bref, c’est vraiment sympa.

Donc franchement, tous les arguments sont là en fait. On va seulement faire passer quelqu’un pour un gros audit et chiffrer clairement les travaux. Si c’était bon, il n’y a plus qu’à…

Et il a déjà reçu plusieurs offres, certaines indécentes, d’autres au prix. Ils ont failli signer un compromis avant le coronavirus. Ça ne s’est pas fait à cause du coronavirus.

Le mec voulait l’acheter pour rénover et revendre. Avec le coronavirus, malheureusement, le marché de la revente, ce n’est pas aussi simple que ça. Et ça fait seulement un mois que c’est sur le marché et 15-20 visites pour à peu près 5-6 offres, mais il y a des offres qui étaient beaucoup trop faibles, et d’autres qui étaient pas trop loin.

Mais voilà, en fait c’est vendu 400000. Il avait accepté avant le coronavirus à 370000. Et là, on sait que 350000, ça peut passer. Avec 320m² de surface à minimum 8000-1000€ du m² de travaux, donc je te laisse faire les maths.

Bon, c’est vraiment un projet qui est très sympa. Putain, qu’est-ce que je kiffe ! Il y a un gros gros potentiel. Voilà la bête.

Bon les amis, on va pouvoir se faire un petit débrief, un petit peu plus complet maintenant que la visite est terminée, te dire un petit peu plus ce que ça concernait ce projet, pourquoi je suis allé visiter.

Donc voilà, c’était vraiment un immeuble, comme tu l’as compris, avec une ossature bois. Tu as dû voir à l’intérieur (j’ai essayé de filmer comme je le pouvais) que c’était assez bon, le décoffrage.

C’est comme des plateaux (on appelle ça des plateaux en France). C’est ni plus ni moins que ça. Il y a tout à refaire et même un petit peu plus puisqu’il y a une surélévation même de la toiture. Il faut l’enlever pour faire une surélévation, pour poser des Velux.

Bref, il y a quand même pas mal de choses à faire. Et en fait, je me renseigne pas mal sur le marché estonien parce que c’est un marché qui est super intéressant, et selon moi, un marché d’avenir.

Le plus gros problème pour moi, c’est l’accès au levier bancaire qui est très très important pour moi quand on fait de l’immobilier. Pour moi, l’immobilier, c’est avec levier sinon tu n’en fais pas, sauf rares exceptions ou quand tu as beaucoup de cash.

Mais sinon, c’est très dommage de se priver du levier bancaire.

Donc là, l’immeuble est affiché à 400000€ pour 390m² bruts, 320m² nets (avec la loi des mètres carrés habitables), et vendu 400000€ donc on est à peu près à 1000€ du m².

Alors sachant que le m² à Tallinn, il est à 2000€, et que des entreprises sont passées pour évaluer à peu près les travaux, entre 700€ le m² pour tout refaire de A à Z. Vraiment, je te parle de toute la rénovation des lots, de l’extérieur, la façade, la toiture, plomberie, raccords d’électricité, raccords gaz…

C’est donc de 700 jusqu’à 1050€ par m². Ça peut te paraître faible. Au début, je me suis dit : « Mais ça me parait très faible » également, surtout que ça vient de la bouche d’un agent immobilier, donc à mon avis, il nous le mitonne un petit peu pour nous le vendre bien, le projet.

Mais en fait c’est vrai qu’on est en Estonie, qu’on en a discuté après avec la personne avec qui je suis allé visiter le projet. Et on est en Estonie. Et il y a beaucoup d’Estoniens, justement, qui travaillaient en face, en Finlande, parce qu’ils ont des salaires beaucoup plus élevés en Finlande, de l’autre côté de la baie qu’ici en Estonie.

Donc finalement, ce n’est pas potentiellement si déconnant même si on doit faire passer des entreprises pour vérifier que ça coûte vraiment ce prix-là.

Donc si on fait l’estimation, finalement, on a à peu près 312.000€ de travaux à faire, en sachant que l’agent immobilier nous a dit qu’avant le coronavirus, il y avait une offre qui était acceptée à 370.000€ au lieu de 400.000€.

Et donc ça a capoté parce que le mec, il voulait acheter (avant le coronavirus) pour tout rénover pour revendre. Et vu qu’avec le coronavirus, la revente, c’est plus compliqué en ce moment, il a avorté le projet.

Donc à 370.000, il était prêt à signer avant le coronavirus. En tout cas, en ce moment, je pense qu’à 350.000, le gars peut signer.

Donc voilà : 350.000+312.000€ de travaux, ça nous fait 670.000€ d’acquisition. Voilà, on va dire 700.000€ si on compte un imprévu dans les travaux parce que tu sais qu’il y a toujours des imprévus dans les travaux.

Donc 700.000 voire même 800.000€ si on est très pessimiste, en sachant que dans ce quartier-là, 370m²… (la moyenne à Tallinn, c’est 2.000€ le m² dans ce quartier où on est, un quartier vraiment très sympa ça peut valoir 3.000€).

Donc après rénovation, je pense que ça peut valoir facilement 1.170.000€ sans compter la croissance potentielle du marché immobilier à Tallinn qui, pour moi, il n’y a aucun doute là-dessus, sur 10-15-20 ans, si tu investis maintenant en Estonie, tu auras de la plus-value et pas forcément que de la petite plus-value parce que tu vois, pour une capitale, 2.000€ le m² en moyenne, c’est très très peu.

Et là, on est vraiment dans un projet qui est très très sympa sur lequel on peut vraiment faire quelque chose de très charmant puisque les lots sont divisés sous forme de lofts. Donc il y a vraiment la chambre au-dessus avec un étage, donc on peut faire du loft.

Et c’est vraiment le même format pour tous les lots donc 4 lofts et 4 autres lofts mais en mode souplex. Donc des faux lofts mais quand même en mode 2 étages.

C’est quand même intéressant puisque ce sont surtout des produits assez rares sur Tallinn, donc c’est super intéressant. Si on fait une belle rénovation, on peut vraiment chercher les prix hauts du marché.

Donc niveau rentabilité, si tu fais des maths, c’est à peu près 50.000-52.000€ de loyer par an pour une acquisition à 700.000€-800.000€, on va dire.

Donc tu vois, il y a 52.000€ de loyer par an, ça nous coûte 800.000€ l’opération parce que vraiment il est très très très pessimiste sur les travaux, ça nous fait 6,5 de rentabilité brute, en sachant que c’est presque la nette parce qu’en Estonie, tu n’as pas à t’emmerder avec tout ce qui est taxes foncières, tout ce qui est CFE, tout ce qui est je ne sais quoi à droite et à gauche, taxes des entreprises, IS etc.

Il n’y aura pas du tout de tout ça. Il y aura juste une taxe foncière qui n’a rien à voir avec ce qu’on a en France. Tout le reste, on n’a rien à payer finalement.

J’ai appris finalement qu’il y a même un fonds de travaux qui est payé par les locataires. Ils paient 30-40-50€ eux-mêmes. Ce n’est pas le propriétaire qui paie ça auprès d’un certain fonds pour prévoir les travaux.

Finalement, en tant que propriétaire de tout l’immeuble, tu pourrais mettre en place ce fonds de travaux que tu fais payer directement tes locataires en prévision d’une toiture ou de trucs de rénovation à faire.

Donc voilà. Ce n’est pas l’affaire du siècle mais il faut penser qu’on n’est pas là pour une rentabilité. On est dans une capitale avec un gros potentiel de plus-value sur le long terme.

Donc on est sur un projet qui peut mixer rentabilité avec du cash-flow positif parce que je pense qu’on peut chercher du cash-flow positif surtout si on fait de l’apport, et un projet patrimonial où tu as un bien qui vaut quelque chose dans une capitale européenne, dans un quartier bien situé, et un bien qui soit très très bien rénové, au goût du jour, des lofts, des produits vraiment sympas.

Donc voilà. Je vais m’arrêter là pour la petite analyse de ce projet. Franchement, il est super intéressant. Je ne vais pas te mentir que le plus gros souci aujourd’hui, c’est l’accès au levier bancaire qui est pour moi très très difficile à moins que je puisse voir potentiellement avec des banques françaises, en mettant en hypothèque des biens que j’ai déjà…

Je vais me renseigner là-dessus si c’est possible à faire. Mais je suis prêt à faire de l’apport et pas forcément qu’un petit peu, mais le problème c’est que je ne vais pas mettre 800K. Déjà, je n’ai pas 800K en cash, je suis désolé de te l’apprendre, mais garder autant d’argent en cash, c’est juste une bêtise.

Donc jamais je n’ai 800K à mettre en cash, et jamais je ne mettrai 800K en cash sur une opération de ce type-là parce qu’encore une fois, il faut faire jouer l’effet de levier.

Donc voilà, c’est quoi le gros problème aujourd’hui ? Après, on peut toujours penser à l’association avec d’autres associés qui mettraient tous une partie en cash, et finalement on se divise le projet.

On peut penser à acheter d’abord les murs à 350K et puis faire les travaux plus tard, mais c’est un peu dommage de retarder l’échéance.

Parce que je ne t’ai pas dit également, le mec qui vend ça – c’est très important comme information – c’est que c’est un investisseur qui avait acheté ça il y a 5 ans, sauf qu’il s’est mangé un procès de l’immeuble d’à côté parce que les mecs étaient pas contents.

Il y a un problème de droit de passage en fait. Pour aller dans l’immeuble que je viens de te montrer, il faut passer sur le terrain d’un autre immeuble, parce que notre immeuble à nous, il est un petit peu « en retrait » par rapport à la rue.

Et l’immeuble qui est vraiment sur la rue voulait faire valoir un droit de passage, et c’est allé jusqu’en justice avec les propriétaires. Et il en a eu marre en fait. Ça l’a blasé parce que la décision de justice a pris 5 ans.

Et je pense qu’au bout de 5 ans, il s’est découragé parce que ça fait 5 ans où il a rien pu faire en termes de travaux. Tout était bloqué. C’est resté dans l’état que je t’ai montré.

Lui, il l’avait vraiment acheté pour tout rénover, pour louer, pour revendre, pour faire un gros projet. C’est un investisseur immobilier sur Tallinn, donc on s’est dit également que s’il a visité ça et qu’il a acheté ça il y a 5 ans, c’est qu’il a vu le potentiel également.

Et je pense que ça valide un petit peu tout ce que je viens de te dire. Mais malheureusement, il y a eu cette décision de justice qui a duré pendant 5 ans (il a gagné!). Il doit payer un droit de passage de 480€/an à l’autre immeuble en face pour avoir le droit de passer, juste pour le droit de marcher.

Tu vois, c’est un problème de servitude. Mais ça a dû le décourager, donc il a dû le revendre. Il n’a pas besoin d’argent parce qu’il l’a acheté cash. Il n’a pas de crédit à la banque nous a dit l’agent immobilier.

Mais pour autant, il n’a plus envie de continuer le projet immobilier et de le faire lui-même. Tu vois, ça l’a vraiment dégoûté, et je peux le comprendre.

Une procédure de 5 ans quand tu achètes un projet et que tu es bloqué pendant 5 ans, tu ne peux pas engager des travaux, tu ne peux pas commencer à faire ce que tu avais prévu de faire, c’est vraiment vraiment pénible. Donc voilà.

Et d’ailleurs, il y avait tous les plans de l’architecte qui sont là. Il avait déjà tout préparé avec toute l’architecture. Je vais te montrer rapidement, ici.

Tu vois ? Il avait déjà tout préparé. Les plans sont là, vraiment. La division est là. On sait vraiment quoi faire. Les arrivées d’eaux sont là, on sait où mettre les toilettes, les WC, comment tout diviser étage par étage.

Tout est vraiment là. C’est écrit en estonien donc un petit peu galère à comprendre, mais après tout, ce n’est pas non plus le bout du monde. On parle de chiffres et de plans donc ce sont des dessins.

Donc voilà. Franchement, l’opération elle est pour moi ultra-clean. Ce qu’il faudrait faire, c’est vraiment faire passer un cabinet d’audit, c’est-à-dire pour valider tout le côté structurel, vérifier qu’il n’y a pas de soucis là-dessus au niveau des ossatures bois.

Encore une fois, ce sont des ossatures bois. C’est du bois massif. Mais voilà, on n’a pas l’habitude de ça en France. Je ne connais pas du tout, et je n’ai pas du tout l’expérience, donc on vérifie si l’aspect structurel est bon.

Et si ça, franchement, c’est bon, j’ai envie de dire que le reste, c’est de la rigolade. Tu vois, il faut signer, faire les papiers, payer, faire venir des artisans pour faire les travaux, tu loues.

J’ai envie de dire qu’après, c’est toi qui gères, c’est délégué. Mais voilà, c’est très marrant en tout cas de tomber sur ce projet un petit peu par hasard, puisque je ne suis pas dans une recherche très très active.

Il faut savoir que des immeubles comme ça à Tallinn, il n’y en a que très très peu, parce que malheureusement, les immeubles comme ça sont sous forme de copropriétés. Chacun est un peu propriétaire de l’immeuble ou de la maison qui s’est transformée en immeuble.

Mais c’est très rare d’avoir encore des uni-propriétaires qui détiennent tout un immeuble comme ça surtout dans des endroits aussi bien placés que ça.

Donc ça, c’est vraiment frustrant parce que je ne suis pas sûr qu’on va pouvoir faire l’opération, et pour autant, je ne suis pas non plus sûr qu’on risque de trouver un projet de ce type-là très très rapidement parce que pour avoir de temps en temps surveillé le marché et regardé dans différents quartiers, c’est vraiment rare de trouver des projets de ce type-là.

Donc bon, écoute, c’est comme ça, on ne peut pas saisir toutes les opportunités non plus. Je ne sais pas ce que ça va donner ce projet.

On va faire venir des artisans quand même pour faire les devis, et on verra ce que ça donne. Et on verra surtout s’il part vite. Le gars il a quand même 15 visites en un mois, dont 5 offres qui ont été refusées parce qu’elles étaient trop agressives.

Il y a un mec qui a proposé 200K, donc moitié du prix : 50 %. Et même à 320K quand quelqu’un a proposé, ce n’est pas passé. Tu vois ? Donc le gars n’est pas pressé. Il n’a pas de dettes. Il n’a pas de crédit sur le dos. Et puis, visiblement, il n’est pas dans le besoin.

Même au contraire, l’agent immobilier nous a dit que finalement, s’il aidait à récupérer 400K, finalement ces 400K, il va falloir qu’il fasse quelque chose avec, il les mettra ailleurs.

Je pense que ce monsieur a très bien compris qu’avoir 400K en liquidités, ça ne sert strictement à rien de nos jours.

Donc voilà, tout ça pour dire qu’en tout cas, ça me fait rire des fois quand j’entends des gens qui me disent : « Raph, je ne trouve pas d’opportunité, je ne trouve pas de biens. »

Moi, c’est vraiment l’inverse. Je crois que partout où je mets un petit peu mon nez, je trouve des opportunités tout de suite.

Donc je pense que surtout ce qui fait la différence, c’est que vous n’avez pas l’oeil, potentiellement, ou le nez pour trouver les bonnes affaires.

Et c’est potentiellement le manque de formation, parce que moi, j’ai l’impression que tous les jours, j’ai toujours un truc dans lequel je pourrais investir, et investir des centaines de milliers d’euros, sur des projets immobiliers, des actions en Bourse qui sont selon moi sous-évaluées, des start-ups, des choses comme ça.

Et je suis même parfois frustré de ne pas avoir assez de liquidités, de pouvoir faire des choix. Ça s’appelle l’oppotunity cost, avoir un choix A et un choix B et de se dire lequel est le plus rentable et dans lequel je vais mettre de l’argent pour dégager un max de rentabilité.

Et je pense que si tu ne trouves pas l’opportunité, que ce soit dans l’immobilier ou dans d’autres choix, c’est tout simplement que tu as un manque d’efficacité dans ton process, ou tu n’as pas l’oeil, ou tu manques d’expérience pour trouver ce qui est une bonne affaire, parce que regarde, en Estonie, je t’en trouve un alors que ce n’est pas vraiment le marché que je connais parfaitement.

Je suis vraiment encore en découverte. Et en France, généralement, il ne me faut pas longtemps pour trouver une bonne affaire également. Donc voilà, je pense que la clé, c’est la formation pour se faire un petit œil.

Bref, ça fait 10mn que je parle. Je ne vais pas m’attarder plus. Je pense que j’ai déjà fait une bonne vidéo.

N’hésite pas à me poser la moindre question que tu peux avoir sur le marché immobilier en Estonie. Je suis loin d’être un expert sur ce marché, mais voilà, ça reste de l’immobilier, donc les règles de base restent plus ou moins les mêmes.

Mais c’est vrai qu’un marché, ça s’apprend et là je suis en train de le faire. Donc voilà, même si Tallinn ça reste petit, donc au final il n’y a pas non plus 20.000 choses à faire et à apprendre.

C’est simplement un réseau à se reconstruire. Je parle surtout en termes d’artisans. C’est selon moi le plus important, parce qu’après, les agents immobiliers, les comptables, les notaires etc, ça reste assez classiques.

Il faut en trouver un bon, bien évidemment, mais avec le bouche-à-oreille, c’est relativement assez simple.

Voilà. Dis-moi ce que tu en penses. Abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait. Petit commentaire, petit Like. Tu connais la chanson.

Et je te dis à très très vite. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *