Comment TROUVER 1 bonne CRYPTO-MONNAIE ?

Salut à tous,

Comment trouver LA crypto-monnaie qui te permettrait de générer un retour sur investissement de plusieurs centaines voir plusieurs milliers de % ? Si seulement j’avais une boule de cristal, je me ferais un plaisir que de te communiquer quelle serait la future crypto-monnaie ou ICO à exploser. Malheureusement, je n’ai pas ce genre d’outil mystique à ma disposition ! 

Dans cette vidéo et en compagnie de Jean-Marie, investisseur en crypto-monnaie et expatrié à Tallinn, nous parlons de ce sujet et de comment trouver 1 bonne crypto-monnaie ou 1 bonne ICO et sur quels critères il faut les analyser !

Bon visionnage !

Concernant notre offre irrésistible : https://www.clubmillionnaire.fr/jeunes-loups

Comment TROUVER 1 bonne CRYPTO-MONNAIE ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Raphaël Carteni : Salut à tous. Bienvenue sur cette nouvelle vidéo. Je me trouve aujourd’hui à Tallinn en Estonie, et on va parler de cryptomonnaies. On va parler de comment trouver “une bonne affaire”, comment savoir si une cryptomonnaie ou un projet est bon ou pas.

Avant qu’on ne commence cette vidéo, comme d’habitude, clique bien sur le bouton “S’abonner” ci-dessous, ça te permettra de recevoir de recevoir en avant-première toutes les prochaines vidéos. Et lis bien la barre de description puisque j’ai un petit cadeau pour toi. Il s’agit d’un pack de bienvenue au contenu 100% secret qui te rapprochera de l’indépendance financière. Jean-Marie, salut.

Jean-Marie : Salut!

Raphaël Carteni : Comment tu vas? 

Jean-Marie : Enchanté d’être là.

Raphaël Carteni : En forme?

Jean-Marie : Très très bien. La forme. Beau soleil sur Tallinn en ce moment.

Raphaël Carteni : Ça fait plaisir.

Jean-Marie : Le printemps s’installe.

Raphaël Carteni : Exactement. Donc du coup, Jean-Marie, est-ce que tu peux te présenter un petit peu, nous dire qui tu es, ce que tu fais dans la vie, quel âge tu as, qu’est-ce que tu fais sur ce canapé?

Jean-Marie : Exactement. Je m’appelle Jean-Marie, j’ai 27 ans. Je suis tout fraîchement arrivé à Tallinn. Je viens de New York où je venais de passer 2 ans. Je me suis installé pour me lancer à fond dans les cryptomonnaies avec mon associé Gregor – il n’est pas sur cette vidéo. Et on a une chaîne YouTube qui s’appelle “Jeunes Loups” et on fait aussi tout ce qui est formation, éducation au niveau de la blockchain et les cryptomonnaies.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Parce que c’est un gros manque de ça en français, sur la scène des cryptos.

Raphaël Carteni : Okay. Donc vous êtes investisseurs en cryptos. Petite question comme ça: est-ce que c’est un hasard que vous soyez arrivés à Tallinn ou est-ce qu’il y a un rapport avec les cryptos?

Jean-Marie : Il y a un gros rapport avec les cryptos parce que Tallinn, ils sont à fond

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Enfin, l’Estonie est vraiment axée technologie. On peut réserver son ticket de bus grâce à son smartphone,

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Et ils utilisaient déjà la blockchain avant même que Satoshi Nakamoto sorte son whitepaper en fait. 

Raphaël Carteni : Alors, comment ça? Je pense que beaucoup regardent et se disent: “Comment ça? Ils avaient déjà la blockchain avant la version officielle?”

Jean-Marie : Alors, ça ne s’appelait pas “blockchain” puisque le terme est arrivé qu’après. 

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Ça s’appelait X-Road. Mais en fait, ils voulaient se préparer contre les attaques, les cyber-attaques de la Russie,

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Et du coup, il leur fallait un système hyper sécurisé, et ils se sont tournés naturellement vers des systèmes très similaires à la blockchain.

Raphaël Carteni : D’un point de vue historique, ils se sont dit: “Il faut qu’on se défende un peu, qu’on soit sûrs qu’on ne se fasse pas espionner”

Jean-Marie : Exactement.

Raphaël Carteni : Et ils ont créé quelque chose de solide. C’est pour ça que l’Estonie est aujourd’hui très avant-gardiste sur la technologie. Okay. Donc Jean-Marie, tu es investisseur en cryptomonnaies. C’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui veulent – c’est vrai qu’on est en 2018 aujourd’hui, en mai 2018 – beaucoup de gens veulent investir dans les cryptomonnaies, qui se disent encore: “C’est chaud, c’est risqué, ce n’est pas régulé, c’est dangereux, il y a beaucoup d’arnaques”. Comment on fait aujourd’hui si on veut investir dans la cryptomonnaie pour trouver une bonne affaire? Qu’est-ce que tu conseillerais de faire en premier geste?

Jean-Marie : Pour quoi? Pour trouver une bonne affaire?

Raphaël Carteni : Oui, pour trouver une bonne cryptomonnaie, pour être sûr de ne pas tomber sur une arnaque – on a beaucoup entendu parler les shitcoins par exemple, ou de fausses ICO, comment savoir si c’est une vraie ou pas?

Jean-Marie : La première chose à faire, c’est bien se renseigner quand même,

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Prendre le sujet, savoir ce que c’est quand même la blockchain, les cryptomonnaies, parce que si vous comprenez le fond, la forme va découler naturellement. Ensuite, en ce qui concerne l’investissement en lui-même, trouver la petite perle rare qui va ramener un…

Raphaël Carteni : C’est ce que tout le monde veut.

Jean-Marie : Beaucoup beaucoup d’argent. Généralement, je définis, je divise l’analyse en 2 parties. 

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Donc quand j’analyse une crypto, il y a une partie technique – c’est pour ça qu’il faut comprendre la technologie derrière – et une partie marketing, on va dire. 

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Comment ça se passe. On peut commencer soit par l’un, soit par l’autre, c’est…

Raphaël Carteni : Oui. Je pense qu’on n’aura pas le temps de reprendre tous les points. Je crois que tu as une méthode d’analyse en combien de points, tu m’avais dit en off?

Jean-Marie : 35 points.

Raphaël Carteni : 35 points. Alors, dans la vidéo, si on fait les 35 points, je pense que là, elle va durer 2 heures.

Jean-Marie : Non, non. Je vais donner les grandes lignes, ne t’inquiète pas.

Raphaël Carteni : Oui. Peut-être qu’on pourrait résumer, faire un Top 3 ou un Top 5 des points que tu jugerais peut-être les plus importants et les plus intéressants pour gagner du temps.

Jean-Marie : Okay. Oui, je peux…

Raphaël Carteni : Tu peux?

Jean-Marie : Oui, bien sûr. Alors, si on simplifie les choses, il faut que vous vous disiez que vous investissez dans une start-up en fait, comme dans une petite entreprise. Et il faut bien comprendre ce que fait cette cryptomonnaie, cette technologie, s’ils sont sur l’anonymat, s’ils sont dans le domaine de l’environnement durable, dans l’assurance… Et donc déjà, connaitre l’industrie, c’est pas mal. Et une fois que le projet semble intéressant, il faut vérifier qu’il y a des vraies personnes derrière. Parce que tu parlais d’arnaque.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Et c’est le gros fléau en fait des cryptos. Il y a pas mal de petits malins qui font ce qu’on appelle des “ICO whitepapers”

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Où ils font tout un beau design

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Un beau papier, un beau projet.

Raphaël Carteni : La belle forme.

Jean-Marie : Mais derrière en fait, il y a rien. Et c’est juste un appel aux dons pour un projet, et derrière, il n’y a strictement rien. Donc c’est pour ça…

Raphaël Carteni : L’argent va où du coup?

Jean-Marie : Dans leur poche.

Raphaël Carteni : Dans leur poche. Du coup, on est millionnaires comme ça?

Jean-Marie : Exactement. Parce qu’une ICO… Tu parlais des régulations aussi.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Il n’y a aucune obligation de résultats. 

Raphaël Carteni : D’accord.

Jean-Marie : Ce n’est pas comme un investissement classique dans lequel tu es peut-être plus familier, où tu investis dans une entreprise où tu deviens actionnaire, etc. Pour l’instant, on est dans un monde où il n’y a pas forcément d’obligation de résultats. Donc au fait, il faut voir ça comme soutenir un projet qui vous plait. Donc déjà, ça permet de ne jamais perdre en fait, parce que si le projet arrive à son terme à au moins, même si faible ratio de gain,

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Au moins le projet, vous l’avez supporté quoi. Un petit peu comme une donation à KickStarter, quoi.

Raphaël Carteni : Ce que tu veux dire, c’est comme si on était sur Ulule ou KickStarter, on nous balance de l’oseille et puis Inshallah, il se passe un truc…

Jean-Marie : Exactement.

Raphaël Carteni : C’est un peu comme ça ?

Jean-Marie : Il faut voir ça comme ça. Maintenant, quand même, on est là pour faire… C’est quand même de l’argent, c’est votre patrimoine. Donc il faut quand même pas faire n’importe quoi. Donc il faut bien vérifier si l’entreprise est réelle, s’il y a de vraies personnes derrière. Donc on regarde le leader, la personne qui soutient le projet.

Raphaël Carteni : Du coup, où on trouve toutes ces infos parce que les gens se disent peut-être: “Okay, une entreprise classique, je vais sur societes.com voir si la société elle existe, qu’il y a un PDG, les bilans etc.” Mais pour une ICO, comment je sais le nom du PDG, s’il est honnête, pas honnête? 

Jean-Marie : Alors c’est là où ça peut devenir un tout petit peu plus tricky. Il va falloir aller un petit peu chercher. Alors, ça s’améliore de mieux en mieux puisqu’en 2007, c’était vraiment le ghetto

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : C’était la jungle des ICO. Maintenant en 2018, ça se professionnalise vraiment.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Mais tout simplement, allez sur le site officiel de la cryptomonnaie en question. Vérifiez le PDG, le créateur, le co-founder, s’il y a une personne qui fait du marketing. Et généralement, il y a un petit lien vers leur propre LinkedIn.

Raphaël Carteni : D’accord.

Jean-Marie : Donc si déjà, il y a des photos d’eux, très important, de vraies photos qui montrent que ce sont des personnes réelles, un LinkedIn, c’est-à-dire qu’on peut voir son tracé, sa carrière, c’est une vraie personne.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Et troisièmement, si vous avez accès au GitHub. Alors là, on rentre un peu dans le technique,

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Je vais rester très en surface. Mais GitHub c’est une plateforme où les projets mettent leurs codes, et donc on peut voir ce qui se passe.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Et on voit si le projet est actif ou non. 

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Si on voit que c’est mort, il y a eu un grand projet connu qui s’appelait Chaincoin,

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Il a pris à peu près 300%, quelque chose comme ça, en quelques jours. Mais si on regarde le projet en lui-même sur cette plateforme, on voit que le développement a été arrêté depuis 2013.

Raphaël Carteni : Ah oui?

Jean-Marie : Donc les développeurs étaient carrément en vacances. 

Raphaël Carteni : Mais malgré ça…

Jean-Marie : Mais malgré ça, il y a pas mal de personnes qui se sont dit, et qui ont marketé le projet: “Allez, achetez, achetez, achetez!” Et boum, la coin a explosé, mais derrière, bien évidemment, le lendemain ou 2 jours après, c’est descendu aussi vite que c’est monté.

Raphaël Carteni : Ah oui? Donc ça, c’est chaud. Donc il faut vraiment bien se renseigner à ce niveau-là.

Jean-Marie : Oui.

Raphaël Carteni : Si les mecs ne se montrent pas du tout, c’est que c’est chaud déjà.

Jean-Marie : Oui. Moi, d’avis personnel, s’il n’y a pas de photo sur le site Internet,

Raphaël Carteni : C’est un stop direct.

Jean-Marie : C’est un stop direct.

Raphaël Carteni : Okay. Ça c’est le premier point : bien se renseigner sur qui est derrière. Parce qu’on a vu des cryptomonnaies, par exemple le Macron, le LePen. What the fuck ! Tout le monde peut créer sa cryptomonnaie en fait.

Jean-Marie : Exactement. Demain, tu peux créer le Carteni.

Raphaël Carteni : Le Club Millionnaire.

Jean-Marie : Et voilà. Tu peux dire : « Faites-moi des dons en Carteni »

Raphaël Carteni : Et je deviens millionnaire comme ça ?

Jean-Marie : Tu pourrais.

Raphaël Carteni : C’est facile.

Jean-Marie : Mais après tout, si tu regardes une monnaie, c’est quoi ? C’est juste un échange de valeurs

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Acceptées des 2 camps. Tu vois ? Tu prends des gamins dans un bac à sable, ils vont échanger une pelle contre un râteau, ou 3 cailloux contre un seau. Voilà. Pour eux c’est équivalent.

Raphaël Carteni : Alors la transaction se fait.

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Okay. Super. Donc ça, c’est le point n°1. Bien se renseigner sur qui est derrière le projet, les fondateurs, les dirigeants, etc. Point n°2, qu’est-ce que tu dirais ?

Jean-Marie : Quand ça commence à vous plaire un petit peu, maintenant, il va falloir travailler et il va falloir lire le whitepaper.

Raphaël Carteni : Alors, qu’est-ce que c’est que ce fameux whitepaper ?

Jean-Marie : Le whitepaper, livre blanc en anglais, c’est les fondations du projet. C’est la théorie du projet expliquée de A à Z, sur ce qu’ils veulent faire dans le projet, quand est-ce qu’ils veulent le commencer, combien ils veulent d’argent, quand est-ce qu’ils comptent finir. Voilà.

Raphaël Carteni : Le business plan, si on résume ça dans une société traditionnelle.

Jean-Marie : Un petit peu, voilà, tu auras une road map

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Tu auras le business plan, comment ils comptent allouer l’argent qu’ils vont récupérer de l’ICO, donc 25% dans le marketing, 30% dans la recherche, etc. Et donc ça, il faut le lire.

Raphaël Carteni : Oui. Est-ce que c’est dur ou pas à lire ? Est-ce qu’un débutant peut le lire ? Est-ce que c’est long ?

Jean-Marie : C’est rébarbatif.

Raphaël Carteni : C’est rébarbatif ?

Jean-Marie : C’est rébarbatif. Maintenant, tout s’apprend.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Et un point important d’ailleurs : c’est souvent en anglais.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Donc si vous voulez devenir un meilleur investisseur, apprenez l’anglais.

Raphaël Carteni : C’est mieux.

Jean-Marie : C’est un petit truc simple.

Raphaël Carteni : Mais ça aide.

Jean-Marie : Mais ça aide beaucoup. Et souvent, et c’est là où on peut trouver une bonne crypto, ils proposent le whitepaper dans plusieurs langues.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Donc s’il y a du portugais, s’il y a l’espagnol, s’il y a du russe…

Raphaël Carteni : C’est possible.

Jean-Marie : S’il y a de l’allemand et du français, là, on voit que c’est une équipe qui est soucieuse du détail, et qui a fait un petit peu le petit travail nécessaire pour…

Raphaël Carteni : Impacter le plus de monde possible. C’est ça, le travail. Donc bien lire le whitepaper. Et qu’est-ce qui fait qu’on valide ou pas le whitepaper ? Est-ce que c’est vraiment au feeling, on se dit : « Oui, c’est sympa le whitepaper ! Il est beau ». Il faut aller chercher des petites informations ?

Jean-Marie : C’est juste un document texte ou un document Word. Vous pouvez vous dire qu’ils ont été un petit peu légers. Maintenant, là, c’est vraiment le feeling. C’est votre job d’investisseur qui va prendre le dessus, et c’est là que vous vous dites : « L’industrie est intéressante, c’est porteur. Le projet me plait ».

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : « Okay ». Là, c’est des petits voyants verts qui s’allument comme je le dis dans d’autres vidéos. Et après, la dernière étape, ça va être de rentrer en contact avec ces personnes.

Raphaël Carteni : Donc on peut rentrer directement en contact avec ces personnes. Ces personnes, c’est qui ?

Jean-Marie : Alors, ces personnes sont en fait, les personnes de l’équipe du projet.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Alors, souvent, sur le site Internet, il y a un accès aux réseaux sociaux. Donc soit, ils ont un Twitter, soit ils ont un Telegram, soit ils ont un Slack. Et là, c’est accessible à tout le monde. Alors, 2 choses à regarder : premièrement, vous allez sur leur Telegram. Je ne sais pas si vous connaissez Telegram, c’est une application de discussion, un petit peu comme Whatsapp, mais que la majorité des ICO utilisent. Et vous regardez le nombre de personnes qu’il y a sur ce groupe.

Raphaël Carteni : Plus il y en a…

Jean-Marie : Plus il y en a, mieux c’est. C’est comme le nombre de followers sur Twitter. S’il y a 2000 followers, ou s’il y a 40000, vous voyez si le projet, il est très supporté et très en vogue.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Donc c’est un voyant vert.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Et dernière étape, du coup, quand vous êtes sur Telegram, rien ne vous empêche de dire : « Bonjour ».

Raphaël Carteni : De parler un petit peu.

Jean-Marie : Un simple message en anglais, vous utilisez Google Translate : « Hello. Je n’ai pas bien compris ça dans le whitepaper. Est-ce que vous pourriez être plus précis ? »

Raphaël Carteni : Et là, ils répondent. Normalement.

Jean-Marie : Alors là, ils répondent. Et c’est là où il va falloir prendre votre montre, parce que s’ils répondent dans les 2 minutes, c’est mieux que s’ils répondent 48 heures après.

Raphaël Carteni : Okay. Donc équipe dynamique. Okay. C’était le deuxième gros point : le whitepaper.

Jean-Marie : Exactement.

Raphaël Carteni : Troisième conseil pour déceler une bonne cryptomonnaie ou ICO, puisqu’on fait un petit peu les deux à la fois, du coup. Quel serait ce conseil ?

Jean-Marie : En fait, le troisième, j’aurais mis : contacter vraiment.

Raphaël Carteni : Okay. Contacter l’équipe.

Jean-Marie : Oui.

Raphaël Carteni : On passe du coup au quatrième. Quel quatrième conseil tu donnerais ?

Jean-Marie : Quatrième : il faut passer à l’action.

Raphaël Carteni : Passer à l’action…

Jean-Marie : Il faut un peu se jeter à l’eau. Vous pouvez demander 2 avis à votre entourage. Après, c’est rentrer un petit peu plus dans la technique, c’est-à-dire continuer vos recherches, aller sur les forums un petit peu plus techniques. Quelle est la technologie utilisée ? Est-ce que c’est du Proof of work Est-ce que c’est du Proof of stake ? Est-ce que c’est tout nouveau ?

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : L’industrie ? Regarder les compétiteurs. Il y a vraiment un gros travail de fond, aller sur les forums.

Raphaël Carteni : Tu l’as dit au début de la vidéo. Finalement, les cryptomonnaies, ce n’est pas que pour faire des transactions. Tu disais que c’est dans toutes les industries : banques, assurances, compagnies aériennes… Il y a beaucoup d’industries. C’est vrai que beaucoup de gens ont l’impression que ce n’est que pour la transaction de personnes à personnes. Finalement, il y a beaucoup de choses. Du coup, pour 2018, comment tu vois les cryptomonnaies ? Pour le dernier semestre 2018, 2019, 2020, 2021, comment tu vois l’évolution des cryptomonnaies ?

Jean-Marie : Je pense que là, on est au balbutiement.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : C’est une vraie révolution qui se prépare. Alors, bien évidemment, fin 2017 a terminé en trombe, avec un bitcoin à plus de 20000$.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Environ oui, 20000$. Ça a un petit peu rebaissé. Mais là, on voit que toutes les entreprises commencent à passer vers la blockchain. On a Goldman Sachs qui est en train de créer un échange cryptomonnaies, un exchange. Ils sont passés par une voie détournée. Ils ont Circle qui le fait.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Une petite start-up. Mais derrière, ce sera Goldman Sachs, une grosse banque américaine. Et on voit que petit à petit, la Directrice du NASDAQ a dit qu’elle voyait dans le futur le NASDAQ devenir un échange de cryptomonnaies.

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Donc on y va petit à petit. Tu parlais de régulations.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Une fois que toutes ces régulations vont être mises en place, tout l’argent institutionnel va pouvoir entrer légalement dans le marché, puisqu’ils sont un peu frileux, et là, je pense que ça peut atteindre des…

Raphaël Carteni : C’est une nouvelle ère.

Jean-Marie : Oui. Nouvelle ère, nouveau sommet au niveau des cryptos. Et je pense que jusqu’en 2020, on est dans la phase d’adoption.

Raphaël Carteni : Okay. Donc la régulation, pour toi, n’est pas quelque chose de mauvais ?

Jean-Marie : Au contraire.

Raphaël Carteni : Au contraire…

Jean-Marie : Très très bien. Très très bien. Bien sûr, ça fait peur aux gens, donc les marchés fluctuent, c’est souvent la baisse pour ça.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Mais dès qu’il y a des bonnes nouvelles au niveau des régulations, boum, ça…

Raphaël Carteni : Ça va faire remonter les cours.

 

Okay, donc vous nous retrouvez là en direct avec encore une fois Jean-Marie, mais au Hilton, cette fois-ci. On se buvait un petit café avec Jean-Marie, et on se disait que ce qu’on vous avait proposé à la base à la fin de la vidéo, ce n’était pas suffisant. Je ne sais pas si tu es d’accord avec moi Jean-Marie ?

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Voilà. On leur avait proposé quoi à la fin ? Classiquement ?

Jean-Marie : La formation « Jeunes Loups » classique : 7 heures de vidéos, 55 vidéos en tout.

Raphaël Carteni : Grosse formation.

Jean-Marie : Oui. Grosse grosse formation. On a décidé d’ajouter des choses.

Raphaël Carteni : Oui. Voilà, puisqu’en fait tout le monde fait ça, tout le monde fait des interviews, met en avant le programme de la personne qu’on interviewe, c’est classique. Donc on s’est dit : « Pourquoi on ne ferait pas plus différent ? Les gens, ils sont habitués, ils en veulent plus ». Et on voulait vraiment faire ce qu’on appelle une offre irrésistible.

Jean-Marie : Tu disais que les gens étaient là aussi beaucoup pour l’immobilier, sur ta chaîne.

Raphaël Carteni : Oui, exactement. C’est vrai que beaucoup d’entre vous qui nous suivent aujourd’hui, c’est peut-être pour l’immobilier. Donc on a décidé de faire un petit package intéressant. Bien évidemment, la formation Jeunes Loups qui est d’excellente qualité, elle reste là, on est d’accord ?

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Okay. Donc d’une valeur de 497€. Mais qu’est-ce qu’on rajoute par-dessus ?

Jean-Marie : Le livre qui va avec, donc 19,90. Notre livre, 177 pages.

Raphaël Carteni : Donc un livre papier ?

Jean-Marie : Bon début pour commencer. Oui, livre papier.

Raphaël Carteni : Donc reçu chez eux directement ?

Jean-Marie : Exactement. Dans la boite aux lettres.

Raphaël Carteni : Sur les cryptomonnaies.

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Est-ce qu’on ne mettrait pas un deuxième livre avec ? Allez, c’est parti ! « Des bancs de la fac à l’indépendance financière », c’est pour vous, donc d’une valeur de 28€ ; 244 pages, je crois. Ça arrive également chez vous. Voilà, on y parle d’immobilier. Les crypto-bénéfices, il faut bien faire quelque chose. On les réinjecte dans les cryptomonnaies, soit on investit ailleurs, dans d’autres actifs.

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Et pourquoi pas l’immobilier ? Donc voilà, aujourd’hui, un des gros points des gens riches de ce monde, c’est la capitalisation immobilière. Peut-être que plus tard, on va voir des gens qui ont une grosse capitalisation en cryptomonnaies. Mais pour l’instant, c’est l’immobilier qui est plus prépondérant, on va dire. Donc voilà, je vais vous offrir ma formation sur l’immobilier d’une valeur de 497€. Il y a environ 28-30 heures de formation. C’est vraiment fat. De A à Z, comment investir dans l’immobilier, de la définition de son projet à la fiscalité, la comptabilité, en passant par tout ce qui est au milieu : travaux, négociation, emprunt bancaire, notaire, locataires, documents, tout. Je mets ça avec.

Jean-Marie : 20 heures, c’est ça ?

Raphaël Carteni : 28-30 heures je crois.

Jean-Marie : 28-30 heures. Wow !

Raphaël Carteni : Donc autant vous dire que nos deux têtes, ce n’est pas fini pour vous. Il y aura beaucoup de contenu « à manger ». Donc si on résume, ça fait quand même 2 formations d’une valeur de 497€ chacune, la tienne, la vôtre avec Jeunes Loups, et la mienne, plus les 2 livres.

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Donc la valeur totale du package, à peu près ?

Jean-Marie : 1100, 1050…

Raphaël Carteni : 1100€. Voilà, exactement. Donc comment faire pour récupérer tout ça ? Si ça vous intéresse, dans la barre de description, il y a le lien directement pour arriver sur le site de Jeunes Loups,

Jean-Marie : Exact.

Raphaël Carteni : Pour vous procurer la formation de Jeunes Loups, 497€. Et dès que c’est fait, n’hésitez pas à m’envoyer un petit email, je vous mettrais également mon email dans la barre de description pour réclamer vos bonus, et on vous enverra mon livre, ma formation sur l’immobilier, ainsi que le livre de Jeunes Loups, tout ça directement chez vous. Donc là, je pense qu’on a vraiment une offre qui est irrésistible. Et peut-être qu’on peut refaire un petit point rapide sur les cryptomonnaies en Estonie. C’est vrai que ça bouge beaucoup. Il y a toujours des choses à dire sur les cryptomonnaies. Qu’est-ce qu’on peut rajouter sur les cryptos ?

Jean-Marie : Tout d’abord, les cryptos, la blockchain, ils l’utilisent en Estonie depuis plusieurs années pour se prémunir des cyberattaques de la Russie.

Raphaël Carteni : Oui. C’est un point de vue historique, oui.

Jean-Marie : C’est le sixième pays en levées de fonds en cryptomonnaies.

Raphaël Carteni : L’Estonie ?

Jean-Marie : Exactement. Dans le monde. Et puis, sur la scène cryptomonnaies, on a la France qui est en train de devenir un pays crypto-friendly, la flat tax qui arrive, et puis on a des banques qui s’adaptent petit à petit. On voit que ça va vraiment dans le bon sens.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : Et que la fin de 2018 et 2019 s’annoncent vraiment percutants pour les cryptomonnaies.

Raphaël Carteni : Rapidement aussi, tu me disais que tu avais rencontré un recruteur il n’y a pas longtemps, à qui tu demandais comment ça se passait les emplois, les pôles blockchain ?

Jean-Marie : C’était il y a 2 jours.

Raphaël Carteni : Oui.

Jean-Marie : C’était avec des recruteurs IT, donc tech, en Estonie

Raphaël Carteni : Okay.

Jean-Marie : Je leur avais demandé s’ils ont vu une augmentation du nombre d’emplois blockchain sur le territoire. Ils m’ont dit qu’exactement, c’est ce qu’ils voyaient. Il y a de plus en plus de demandes. D’ailleurs si vous pensez à votre carrière ou à un changement de carrière,

Raphaël Carteni : Anticipez.

Jean-Marie : La blockchain, c’est vraiment un domaine à regarder.

Raphaël Carteni : Du futur. Les banques créent des services entiers blockchain.

Jean-Marie : Juste que tu disais, l’immo et les cryptos, c’est une bonne dynamique parce que soit le cashflow positif, on le réinjecte dans les cryptos, soit les plus-values de cryptos, on les met dans l’immo. Donc c’est vraiment une bonne dynamique.

Raphaël Carteni : C’est une bonne synergie. C’est clair. Bref, on a déjà parlé pas mal des cryptomonnaies dans le contenu de l’interview qu’on avait fait déjà ensemble. On reparlera certainement dans le futur. Donc voilà. Ce qui vous reste à faire, c’est quoi ? C’est simplement cliquer sur la barre de description pour arriver sur la page de Jeunes Loups, regarder le contenu de la formation, vous la procurer, et nous envoyer un petit email pour qu’on puisse vous débloquer tout le reste des bonus, d’une valeur de 1100€ au total. Si c’est tout bon pour toi, je te sers la main. Allez, je te check un petit coup.

Jean-Marie : A la prochaine.

Raphaël Carteni : On se dit : « A très très vite ».

Jean-Marie : Merci.

Raphaël Carteni : Ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *