Comment survivre face à l’inflation ?

L’inflation est en train de monter en flèche et bien que l’inflation ne soit pas forcément quelque chose de mauvais, lorsqu’elle est trop élevée, cela n’est clairement pas bon et dangereux pour toi.

Dangereux car ton argent commence à ne valoir plus rien et tu perds en pouvoir d’achat. Les Etats-Unis viennent d’annoncer officiellement 6,2% d’inflation !!! Quelle est donc la réalité ? 10% ? 12% ? Certains disent 14-15% ?!

C’est énorme ! Dans cette nouvelle vidéo, je te partage quelques clés sur l’inflation et sur comment se protéger de celle-ci. Tu verras qu’il existe heureusement des solutions qui te permettent de ne pas être inquiété vis-à-vis de l’inflation qui est un phénomène économique naturel.

En effet, on estime que l’inflation est environ de 2 à 2,5% chaque année.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Comment survivre face à l’inflation ?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo dans laquelle on va parler d’inflation. La fameuse inflation. Tu l’as vu, le titre de la vidéo : Comment survivre face à l’inflation ?

Et donc je n’ai pas la prétention d’avoir la recette miracle, mais je vais te donner quelques éléments de réponse.

Tu vois, je t’ai préparé différents éléments ici dans cet onglet, dans ce navigateur internet. Et on va parler d’inflation pour voir un petit peu comment on peut faire en sorte de contrer cette fameuse inflation qui, pour l’instant, ne fait que monter.

Donc typologie de cette vidéo. On va d’abord statuer sur ce qu’est l’inflation, concrètement, donner un petit peu une définition.

Ensuite, on va voir pourquoi ça peut potentiellement poser problème en tant qu’investisseur, et puis pour tout le monde en général. Et en troisième point, on va voir comment on peut contrer cette inflation, comment on peut protéger son argent de cette inflation.

Donc la première chose qu’on va regarder ensemble, c’est la définition de l’inflation.

Donc je reprends ici un extrait de mon livre « La Magie des Dividendes » que vous pouvez retrouver dans la barre de description, où ici je te donne une définition rapide de l’inflation qui est « une tendance économique représentée par une augmentation de la masse monétaire mondiale ».

« Lors d’un épisode d’inflation, on peut voir que tout prend de la valeur à part les devises », c’est bien là le symptôme direct de l’inflation où votre argent vaut de moins en moins. Il faut de plus en plus de devises, de dollars, d’euros pour acheter la même chose.

Donc vous perdez en pouvoir d’achat. Et on voit le prix du lait, de la baguette, de l’essence, etc., qui monte.

Et un peu plus loin – je ne vais pas tout vous lire sinon ce sera un petit peu long et sans intérêt – je vous donne quelques éléments qui font qu’en fait, on a de l’inflation. Ça peut être aussi bien l’augmentation du coût des matières premières.

Forcément, si tout ce qui intervient au début de la chaîne pour produire des choses coûte plus cher, ça va se répercuter sur le prix final.

On a l’augmentation du coût de la masse salariale. Avec l’exemple du chômage, s’il y a peu de chômage, évidemment, les entreprises, elles doivent augmenter leur salaire pour attirer des non-salariés prêts à travailler.

Et également, tout ce qui est loi de l’offre et de la demande. Ça, c’est le classique, c’est l’éternelle loi de l’offre et de la demande.

Et puis, il y a également l’inflation par les devises, l’injection de devises, la planche à billets où on peut voir en ce moment, notamment avec la crise sanitaire qui a fait qu’énormément de devises ont été injectées dans l’économie.

Donc ça, c’est pour donner un petit peu une définition rapide de l’inflation. Evidemment, je ne vais pas tout vous lire.

 

Ce qu’on peut dire sur l’inflation, c’est que – je vais prendre mon tableau blanc de professeur – c’est que l’inflation, elle est en général de 2 à 2,5% par an. Ça c’est quelque chose qui est normal.

C’est-à-dire qu’une inflation qui est dans cet ordre là chaque année, c’est quelque chose de normal.

Et là, très récemment, on a eu le CPI (aux Etats-Unis, c’est pour le marché américain) qui était publié pour le mois d’octobre 2021, et par le Bureau des Statistiques des Etats-Unis. Et on peut voir que l’inflation, elle est à 6,2% en ce moment.

Donc ça, ce sont les chiffres officiels. On a souvent tendance à dire et à croire qu’il y a une différence entre ce qui est dit officiellement sur le CPI américain (6,2%) et ce qui se passe dans la réalité, parce qu’il y a quelques petites manœuvres qui font que parfois, on supprime des choses et on les remplace par d’autres choses pour faire en sorte que ça nous arrange.

Et donc en réalité, beaucoup pensent que l’inflation actuellement, elle est au moins de 10%. Certains, les plus alarmistes, disent 12-14% ou 15%. Honnêtement, je ne sais pas. En tout cas le chiffre officiel qu’on veut bien nous donner, c’est de 6,2%.

Donc ça, c’est le document officiel. Si vous voulez le regarder, vous pouvez le retrouver facilement. Vous avez le lien ici. C’est sur le site du gouvernement.

Et on peut voir que pour tout type de dépense, on a l’évolution des prix mois après mois, que ce soit pour l’électricité, la nourriture, les véhicules, les vêtements, les soins médicaux, etc. avec des petites remarques ici.

Donc vous pouvez vraiment aller voir tout ça. Tout est détaillé ici.

Et en fait, ce qui se passe, c’est qu’on est aujourd’hui sur le plus gros taux d’inflation depuis novembre 1990, donc il y a près de 31 ans. Et on est sur le plus gros taux également d’inflation depuis la crise de 2008.

Donc on est sur des niveaux d’inflations qui commencent à devenir très sérieux, qui commencent à grimper, et on a en plus d’un taux d’inflation qui ne fait qu’augmenter, un contexte économique de taux d’intérêts qui sont très très bas.

Donc on va voir ensemble quelles sont les conséquences de tout ça, quels sont les risques.

Je vous ai par exemple préparé l’onglet des bons du trésor américain sur 10 ans. On voit par exemple qu’ils sont à un rendement de 1,98%.

C’est très simple. Aujourd’hui, si on a un rendement de 1,6% avec les obligations d’Etat américain sur 10 ans, et qu’on a une inflation de 6,2%, ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que le ROI total sur les obligations d’Etat américaines sur 10%, c’est -4,6%.

Donc ça, on va le voir après les possibilités qu’on a aujourd’hui pour se protéger de cette inflation. On va voir que les obligations, c’est selon moi une très mauvaise idée parce qu’on voit bien que ce n’est pas rentable. Ce n’est pas rentable.

Vous perdez de l’argent chaque mois, chaque année. Ça veut dire qu’aujourd’hui, si vous avez finalement un actif qui vous génère moins de 6,2% de rentabilité, vous perdez de l’argent.

Et si vous avez 6,2% de rentabilité, vous êtes flat.

Donc voilà, aujourd’hui, on a des gens qui nous disent : « L’inflation, elle est temporaire. Ça ne va pas durer. »

Et en fait, aujourd’hui, qu’est-ce qui se passe si l’inflation, elle est persistante et que tout ça, ça va faire pression sur les bénéfices, sur les marges des entreprises ? Parce que les entreprises, elles subissent également l’inflation.

Forcément, si le coût des matières premières coûte plus cher, le prix à la fin des produits commercialisés par ces entreprises va devoir être plus cher. Donc ça va faire pression à la base sur les marges, sur les bénéfices, ensuite sur les consommateurs qui pourront potentiellement ne plus payer.

Donc c’est un vrai problème.

Et si demain, la Fed elle augmentait tout, qu’est-ce qui se passe ? On pourrait potentiellement également constater de gros mouvements de prix, avec des actions qui avaient jusqu’ici profité de taux d’intérêts à 0% (vraiment très très faibles) qui vont se contracter fortement au niveau de leur valorisation, et en parallèle, on aura potentiellement d’autres entreprises qui vont tirer leur épingle du jeu, qui seront beaucoup plus résilientes face à cet état économique d’inflation qui monte, parce qu’elles auront cette capacité à augmenter leurs prix pour combattre cette inflation.

On en parlera juste un petit peu plus tard dans cette vidéo pour vous détailler ce point-là.

Ce qu’il ne faut surtout pas oublier – et c’est ce que beaucoup de gens ne comprennent pas – c’est que l’inflation, c’est réellement une taxe.

C’est une taxe invisible parce qu’on ne la sent pas passer. Vous ne recevez pas chaque année un petit courrier de l’Etat qui vous dit : « Il faut payer la taxe foncière. Il faut payer la CFE. Il faut payer vos impôts sur la société. Il faut payer votre impôt sur le revenu. »

Non. Vous n’avez pas de courrier comme ça de la part de l’Etat, pourtant c’est bel et bien une taxe invisible qui vient spoiler votre argent, qui vient spoiler votre pouvoir d’achat, et qui vous fait acheter moins.

On en parle également un peu plus loin avec cet article ici. 100€ d’il y a 10 ans, 20 ans ou 30 ans, ce n’est pas le même pouvoir d’achat que 100€ d’aujourd’hui, parce que tout simplement, on peut acheter moins de choses avec ce même argent.

Et ça, je pense que tout le monde est d’accord pour le dire. Il y a les anciens qui ont vu le passage du franc vers l’euro, qui s’en sont bien rendus compte.

C’est une taxe invisible, l’inflation. C’est pernicieux. C’est là. Et si vous avez 10% d’inflation comme certains le disent, qu’on a peut-être en ce moment, chaque année 10% par an, au bout de 10 ans, ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que vous avez perdu 100% de votre pouvoir d’achat, en seulement 10 ans. Donc ça, c’est vraiment pour faire une démonstration évidemment très très simple.

Mais c’est également pour vous montrer la puissance de l’inflation. C’est-à-dire que ça peut faire très très mal.

Et aujourd’hui, les gens qui ont beaucoup de cash disponible sur leur compte en banque et qui le laissent traîner, si on a réellement en ce moment 10% d’inflation, c’est-à-dire qu’au bout d’un an seulement (ça va très vite, c’est 12 mois), vous avez perdu 10% de votre pouvoir d’achat.

Si vous avez 1 million sur votre compte en banque, dans un an avec 10% d’inflation, vous avez seulement un pouvoir d’achat de 900000€.

Donc il faut faire très très attention à ça.

Toutefois, l’inflation, ce n’est pas forcément aussi mauvais que ce qu’on veut nous faire croire. Il faut également avoir ça en tête.

J’en parle justement dans mon livre un peu plus loin. Alors, je ne sais plus précisément où mais je vais vous en reparler un petit peu tout de suite, c’est que l’inflation ça a quand même du bon pour certaines personnes, notamment ceux qui ont des dettes.

Oui, parce que forcément, tous ceux qui ont des dettes, ils vont pouvoir rembourser ces dettes avec des dollars qui valent moins aujourd’hui que ceux qu’ils ont emprunté auparavant.

Donc c’est beaucoup plus simple de rembourser ses dettes. Donc tous ceux qui sont emprunteurs, notamment en immobilier aujourd’hui si vous êtes investisseur immobilier, l’inflation c’est bon pour vous.

Vous allez pouvoir rembourser beaucoup plus facilement. Mais également, les entreprises qui ont des dettes long terme qui sont relativement élevées par rapport à leur capitalisation, c’est bien pour elles de pouvoir rembourser plus facilement.

Mais également les gouvernements. C’est-à-dire qu’un gouvernement américain ou français ou autre qui sont fortement endettés aujourd’hui, l’inflation les arrange également puisque ça leur permet de rembourser leurs dettes beaucoup plus facilement.

Parce qu’encore une fois, les dollars d’aujourd’hui ou les euros d’aujourd’hui valent beaucoup moins que les dollars ou les euros qui ont été empruntés auparavant.

Donc c’est beaucoup plus facile de rembourser.

Et j’ai même envie de dire : Si l’inflation (on va faire un petit schéma ici) dépasse le taux d’intérêt du prêt, qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut tout simplement dire que l’emprunteur, il est littéralement payé pour avoir de la dette, puisque la dette, ça veut dire qu’elle perd de la valeur plus vite qu’elle n’accumule d’intérêts.

Donc clairement, les emprunteurs, ils trouvent leur compte dans la dette parce que c’est beaucoup plus simple à rembourser.

Et c’est pour ça que je vous l’ai évoqué, il y a 10 ou 20 ou 30 secondes, c’est important quand on analyse une entreprise en Bourse, de regarder quel est son ratio d’endettement par rapport à sa dette long terme et vis-à-vis de sa capitalisation. Je vous l’écris si vous voulez.

Dettes par rapport à sa capitalisation. Et voir à combien de pourcent elle est endettée pour voir si c’est une grosse dette ou une petite dette.

Dans ce contexte, en fait, c’est intéressant pour voir quel est le poids de la dette et quel va être potentiellement l’effet bénéfique de l’inflation vis-à-vis de cette dette et de sa capacité à être plus facilement du coup remboursée.

Okay ?

Rentrons dans « le vif du sujet » après cette introduction. On a vu la problématique que ça pourrait être pour certains et l’avantage que ça peut être pour d’autres.

On a vu un petit peu ce que c’était l’inflation.

On va voir maintenant quelles sont les solutions, parce que pour nous, en tant qu’investisseurs, on veut des solutions pour protéger notre argent.

On ne veut pas se faire « spoiler » notre argent durement gagné. On veut faire en sorte d’avoir des solutions.

On connait aujourd’hui des solutions, mais il n’y en a pas énormément.

C’est-à-dire qu’on a l’or. Allez, on va parler de l’or tout de suite. L’or qui ressort souvent mais qui n’a pas bon dos en ce moment. Pourquoi ?

Parce que si on regarde le prix de l’or, on va aller sur le site Goldprice, on va voir que par exemple sur 10 ans, l’or n’a pas fait grand-chose. On peut voir grosso modo ici sur le schéma, alors ce n’est pas très précis, mais qu’on est flat.

En fait, sur 10 ans, l’or il a fait 0%. Et c’est pour ça qu’en ce moment, il n’a pas bon dos, l’or parce que déjà, il se fait piquer la vedette par les cryptomonnaies qui ont clairement le vent en poupe en ce moment. On va en parler un petit peu juste après comme potentielle alternative.

Mais en tout cas, l’or, on nous dit que c’est une bonne protection contre l’inflation depuis toujours. C’est souvent un petit peu les discours que les vendeurs d’or vous sortent et que ceux qui suivent bêtement les vendeurs d’or vous ressortent également en vous disant : « Oui, mais pourquoi pas l’or ? C’est une bonne protection contre l’inflation. »

Les gens répètent et répètent en boucle ce message sans forcément avoir leur capacité de réflexion. Et en fait, je vais vous mettre à l’écran tout de suite un petit schéma qui compare donc l’or par rapport à l’inflation, mais également par rapport aux matières premières et par rapport à ce qu’on appelle les REIT (les foncières cotées en Bourse).

Et en fait, on se rend compte que l’or, normalement, il est censé augmenter quand l’inflation elle augmente, quand le CPI il augmente. Et pourtant, non, c’est loin d’être une protection parfaite – on s’en rend compte ici – puisqu’il n’y a aucune garantie que s’il y a un pic d’inflation, l’or aille générer un retour sur performance qui soit supérieur à la moyenne.

Et quand on regarde sur ce graphique, on se rend compte que par exemple, entre 1980 et 1984, l’or a perdu à peu près 10% alors qu’il y a eu une inflation de 6,5%. Donc là, il n’y a pas eu de protection.

De 1988 à 1991, l’or a fait -7,6%  alors que l’inflation était de 4,6%. Donc là aussi, pas de protection. Il n’y a qu’entre 1973 et 1979 que l’or a fait 35% alors que l’inflation était de 8,8%.

Donc on se rend compte qu’il n’y a pas une corrélation parfaite entre inflation et l’or. Ça, c’est clairement pas la réalité du terrain.

Et quand on regarde justement la corrélation entre l’or et l’inflation, on se rend compte que c’est de seulement 0,16 sur les 100 dernières années.

Donc plus c’est proche de zéro, moins il y a une corrélation, et plus c’est proche de 1, plus il y a une corrélation.

Et donc si on est à 0,16, c’est-à-dire que la corrélation, elle est très très faible entre l’inflation et la protection que peut apporter l’or.

Donc sur le court terme finalement d’un pic d’inflation, on se rend compte que l’or ne suivra pas forcément tout de suite, mais c’est surtout en fait sur le très long terme que l’or gardera sa valeur face à l’inflation.

Parce que je vous ai évoqué les cryptomonnaies, les cryptomonnaies qui prennent clairement le dessus par rapport à l’or en ce moment, et c’est pour ça que les vendeurs d’or, d’argent et de matières premières font un petit peu la gueule en ce moment.

Mais ce qu’il faut également quand même avoir en tête, c’est que les cryptomonnaies, ça reste quelque chose de très très nouveau.

Et entre les deux, entre un Bitcoin et un or, si je devais parier sur qui sera encore là dans 50 ans ou dans 100 ans, j’ai plus tendance à croire que l’or sera encore là dans 50 ans ou 100 ans, que potentiellement le Bitcoin ou l’Ethereum, ou d’autres cryptomonnaies.

Donc ça, ça n’engage que moi évidemment, ce n’est que mon propre avis, mais voilà.

En tout cas, pour parler de l’or et pour clôturer ce chapitre, l’or n’est selon moi pas une protection parfaite contre l’inflation, en tout cas sur le court terme, et également, ça ne génère pas de cashflow.

Donc ça veut dire qu’aujourd’hui, il n’y a aucun revenu qui peut être tiré de l’or. Okay ?

La deuxième chose, on va tout de suite parler des cryptomonnaies. La cryptomonnaie, le problème, c’est que c’est un marché qui est très très nouveau. C’est depuis 2009 seulement que ça existe avec le Bitcoin.

Et même si c’est très très régulièrement marketé comme je viens de vous le dire à l’instant comme étant une nouvelle protection contre l’inflation ou comme étant le nouveau « or », il faut aujourd’hui quand même garder en tête que c’est très volatile.

On peut avoir de très grosses fluctuations. On ne voit pas forcément ici aujourd’hui lorsque je tourne cette vidéo sur les mouvements sur les dernières 24 heures puisqu’en fait, on n’a que très peu de mouvements là, très étonnamment.

On n’a que 0,10% de volatilité sur les dernières 24 heures pour le Bitcoin, 1,25 pour l’Ethereum. Ça semble presque pas normal.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que pour la cryptomonnaie, on a quand même énormément de volatilité, et c’est quand même la dernière chose qu’on veut avoir, la volatilité, quand on parle de protection contre l’inflation.

Donc voilà, toujours garder en tête que les cryptomonnaies, c’est bien. Moi, j’en ai en portefeuille évidemment, mais ça reste très volatile, et pas forcément la protection parfaite aujourd’hui contre l’inflation.

Alors, certains vont me dire : « Oui, mais Raphaël, si tu ne comptes pas la performance du Bitcoin, du S&P500, de l’or et de tout ce que tu veux, sur les 10 ou 20 dernières années, c’est clairement le BTC ou l’ETH qui a surperformé tous les autres actifs. »

Et j’en suis entièrement conscient. Et c’est pour ça qu’il faut à tout prix avoir de la cryptomonnaie dans son portefeuille. Mais selon moi, il faut faire attention. Ça reste quand même un actif très nouveau et très volatile.

Ne pas faire par exemple un hauling dans les cryptomonnaies.

Ensuite, on a les obligations qu’on a vues ici tout à l’heure avec les bons du trésor américain sur 10 ans, ce qu’il faut garder en tête, c’est que l’intérêt des obligations, il est nominal. Ça veut dire quoi ?

On va faire un exemple chiffré. Ce sera plus simple. Si vous avez 100€ de prêtés et qu’on vous rembourse 3% d’intérêts, vous allez gagner 3€. Ça c’est sûr. C’est certain. Ces 3€, ça ne va jamais bouger. Ce ne sera pas 2€50, ce ne sera pas 3€50. Ça sera toujours 3€.

L’intérêt, il est nominal. Ça veut dire que ça ne va pas changer. Ça veut dire que ces 3€, votre 3%, votre taux d’intérêt, il ne va pas évoluer. Il ne va pas être revalorisé. Ça sera toujours 3%, 3€.

Okay ?

Donc le gros problème, ça veut dire que si l’inflation, elle est de 6,2% comme on l’a vu en ce moment, ça veut dire que vous vous faites « baiser » – excusez-moi le terme – puisque les 3% d’intérêts et que l’inflation est de 6,2%, encore une fois, vous perdez 3,2%. Donc votre intérêt est nominal.

Ce n’est pas revalorisé sur ce qui se passe dans l’économie vis-à-vis de l’inflation. Et donc en fait, ça ne vous permet pas de vous protéger contre l’inflation. Et donc c’est là le gros problème.

Okay ?

Et la solution qui est selon moi la plus adaptée aujourd’hui c’est – vous me voyez venir – les actions à dividendes croissants. Pourquoi ?

Parce que ça a toujours été une solution testée et retestée dans différents épisodes économiques et surtout d’inflation. Et dans le passé, on a toujours prouvé que ça fonctionnait pour contrer l’inflation.

Donc je ne vais pas me contenter de dire ça pour vous convaincre. Je vais également vous montrer différentes ressources que je vous ai préparées.

Mais en fait, ce qu’il faut avoir en tête, c’est que vous devez trouver des actions d’entreprises qui vont vous verser des dividendes, dont le dividende est revalorisé de façon supérieure au taux d’inflation.

Okay ?

Je vais vous noter ici. Il faut que le dividende soit supérieur au taux d’inflation.

Donc là, vous allez me dire : « Oui, Raphaël. C’est beau, c’est la théorie. Mais est-ce que réellement dans la pratique, ça existe ce que tu nous proposes ici ? »

Oui. Parce que déjà, pour mon propre portefeuille à moi, je me rends compte que 80% des entreprises arrivent à augmenter le dividende en contrant l’inflation. Donc ça, c’est plutôt une très très bonne chose.

C’est-à-dire que le portefeuille, il est résilient à l’inflation, et que les dividendes ne font pas qu’augmenter pour le simple plaisir d’augmenter.

Déjà, il me protège, c’est-à-dire que de l’inflation, il me protège. L’inflation, elle est là. On ne peut pas choisir en tant qu’investisseur s’il y a de l’inflation ou pas. C’est comme ça. C’est une réalité du terrain économique.

Et savoir que ces dividendes déjà nous protègent de l’inflation, donc nous protègent notre pouvoir d’achat. C’est déjà une très très bonne chose.

Et ce qu’il faut également retenir, c’est que… Je vais vous montrer tout de suite ce schéma parce qu’il va directement vous parler.

C’est que les dividendes, généralement, doublent presque l’inflation.

Donc là, comme je vous l’ai dit tout à l’heure en début de vidéo, une inflation qui est généralement de 2 à 2,5% par an. Ici, ça a été pris, 2%. On se rend compte que de 1871 à 2021 (je ne vous parle pas d’une petite étude) les dividendes sont généralement de 3,7% au niveau de leur croissance.

Croissance du dividende : 3,7%. Donc on a presque un facteur de X2 ici. Donc ça veut dire que la croissance des dividendes, elle est de 3,7% alors que l’inflation, elle est en général de 2%.

Est-ce que ça vous parait clair ? Est-ce que vous comprenez ça ? Dites-moi dans les commentaires si ce n’est pas le cas.

Mais ça veut dire que littéralement, les entreprises américaines sont en mesure de dépasser l’inflation et de faire en sorte de supprimer cette inflation. Clairement, toutes les entreprises ne sont pas en mesure de le faire, mais on le voit ici en tout cas sur cette longue période d’étude.

C’est clairement la réalité. On est sur plus de 150 ans ici. On est sur une grosse étude. On n’est pas sur quelque chose de tout petit.

Donc c’est toute l’importance aujourd’hui de faire en sorte de trouver ces entreprises. Il n’y en a pas forcément énormément.

Encore une fois, sur les 500 entreprises du S&P500, il va y en avoir plein qui ne sont pas capables de verser des dividendes, plein qui ne sont pas capables de l’augmenter, et plein qui ne seront pas capables également de dépasser l’inflation, mais il faut faire attention.

Il faut faire attention à ce point-là. Par exemple, ici, je vous ai préparé une entreprise qui est très connue dans le milieu du dividende, qui vient d’annoncer là il y a 2 jours par rapport à la date de cette vidéo, qu’elle a augmenté son dividende de 5,1%.

Dans un contexte où on nous annonce en même temps que l’inflation est de 6,2%, il faut faire attention, parce que là, il y a delta de 1,1%. Donc encore une fois, ce n’est pas suffisant.

Alors, attention, potentiellement, cette entreprise va réaugmenter son dividende au cours de l’année. Il faut savoir que cette entreprise, elle est généralement appréciée des investisseurs parce qu’elle verse un dividende mensuel, tous les mois.

Donc il suffit que dans 6 mois, elle ré-annonce une augmentation du dividende. Elle va contre-balancer une inflation de 6,2%. Potentiellement, déjà dans l’année, elle a augmenté précédemment son dividende. Et donc, elle est bien au-dessus des 6,2%.

Mais si c’était sa seule augmentation de dividendes de l’année, il faut savoir que ça ne sera pas suffisant par rapport à l’inflation.

Donc il faut faire attention. Il ne faut pas dire : « Waouh, trop bien cette entreprise ! Elle a augmenté le dividende de 5,1%. C’est génial. J’ai gagné plus d’argent. »

Non. Dans la réalité de l’inflation actuelle, vous perdez de l’argent malgré cette augmentation du dividende.

Donc encore une fois, il faut faire attention de ne pas regarder que ce qui se passe d’un point de vue de l’augmentation du dividende, mais également de regarder ce qui se passe d’un point de vue du tissu économique.

Okay ?

Je vais revenir sur ce petit article que j’ai vraiment apprécié parce que je le trouve très intéressant.

Hop, je vais prendre mon petit stylo si je peux le prendre quelque part. Je ne sais plus c’est où… ici, pour faire le professeur. Voilà. Hop, du rouge.

Donc ici, on nous parle encore une fois de ce que je suis en train de vous parler dans cette vidéo : de l’inflation qui ne fait qu’augmenter et des faibles taux d’intérêts. Okay ?

Là, on nous dit que les dividendes ont augmenté d’une façon historique sur plus de 150 ans, et je vous l’ai montré auparavant, plus vite que l’inflation, et que ça nous aide, en tant qu’investisseurs de dépasser l’inflation.

Donc ensuite, on nous parle d’ETF parce que c’est un article sur les ETF.

Ensuite, on nous dit ici que le premier Big Mac coûtait 45 centimes, et qu’aujourd’hui, il coûte à peu près 6$.

Donc ça, il faut faire attention également. C’est tout le danger de l’inflation. Et on nous met ici l’évolution du prix du Big Mac.

Et surtout, je vais finalement revenir sur ce que j’ai dit auparavant, juste ici, cette image, ce graphique qui nous démontre encore une fois que l’inflation allait dépasser par les actions à dividendes, largement, à 3,7% ici.

Et c’est vraiment tout ce qu’on doit retenir, nous, en tant qu’investisseurs.

On vous remet également ici l’avantage d’investir dans des actions qui versent des dividendes croissants et réguliers, par rapport aux entreprises qui n’ont pas de dividendes ici.

Hop, je prends mon stylo. Quand je prends mon stylo, je ne peux pas scroller. C’est le gros problème.

Mais on voit ici que les entreprises qui ne versent pas de dividendes ont clairement moins de performances que les entreprises ici qui versent des dividendes croissants et réguliers.

Et les entreprises qui versent un dividende mais qui ne font pas évoluer ce dividende ici (la courbe noire foncée) ont quand même moins de performances que les entreprises qui ont un dividende croissant et régulier.

J’en parlais justement dans mon livre ici. Alors, si je fais une petite recherche avec « initiator »… Voilà.

Ici, je vous avais préparé également un graphique dans le livre où on voit que les entreprises qui ont un dividende croissant ou qui commencent à émettre un dividende ont une performance qui est bien meilleure encore une fois sur une longue période de temps, puisqu’ici, on est sur plus de presque 50 ans ou un peu plus. C’est ça ?

Donc on voit encore une fois que les actions qui versent un dividende croissant et régulier ont une plus belle performance que les entreprises qui se contentent que de verser un dividende sans le revaloriser, ou que l’indice du S&P500, ou que les entreprises qui ne changent pas leurs dividendes, qui ne font pas évoluer leurs dividendes, ou les entreprises qui ne paient pas de dividendes, ou encore une fois qui le suppriment.

C’est encore pire puisque celles qui suppriment leurs dividendes, on voit qu’elles sont tout en bas ici. Ça se passe très très mal pour eux. Généralement, c’est un gros gros gros warning.

Donc voilà pour cet article. Je crois que c’est tout ce que je voulais vous montrer sur cet article. Voilà.

Egalement, je vais vous remettre le petit schéma que je vous ai montré au tout début sur l’or pour vous montrer également qu’on nous parle des REIT, les foncières cotées.

Donc les foncières cotées, c’est typiquement les entreprises cotées en Bourse qui ont pour but, pour cœur d’activité, l’immobilier. Et on se rend compte que sur les 3 périodes qu’on nous montre ici sur ce graphique, les REIT ont mieux performé que l’inflation.

Donc les REIT (pour l’acronyme Real Estate Investment Trusts) sont vraiment de très bons véhicules pour contrer l’inflation. Ça a été prouvé également. J’en parle dans mon livre également.

Vous pouvez le retrouver dans la barre de description. C’était vraiment l’instant promo, mais c’est important. Il y a vraiment beaucoup d’informations dans ce livre.

Il y a tout un chapitre sur les REIT où je vous montre clairement la puissance des REIT, notamment d’un type de REIT qu’on appelle les Triples N, les Triple Lease.

Alors, je ne sais pas où c’est précisément les Net Lease, les REIT qui sont de très bonnes entreprises dans le secteur des REIT. Et je vous montre à quel point les entreprises dans le secteur des REIT, dans le secteur des foncières cotées performent généralement très très bien, également sur le long terme, et ils vous permettent de contrer également l’inflation.

Donc voilà les amis. Egalement, je vous ai préparé également ici, Altria stock, qui est une entreprise très intéressante selon moi.

Alors, encore une fois, je ne dis pas que je l’ai dans mon portefeuille. Je ne dis pas que je ne l’ai pas. Mais vous voyez ici, un rendement de 8,10%.

Donc quand on a une inflation de 6,2%, quand on a typiquement ce genre d’entreprise qui propose un rendement de 8,10%, ça veut dire qu’on est okay. Ça veut dire que l’inflation est contrée.

Et finalement, votre rendement effectif, c’est seulement 1,9%.

Alors, je laisse de côté la plus-value potentielle. Je laisse de côté l’évolution des bénéfices potentiels etc. Je parle vraiment d’un point de vue inflation versus dividendes.

Evidemment, le dividende ne fait pas toute la performance d’une action en Bourse, mais une partie. On voit qu’en tout cas, on est bons. Sur le rendement des dividendes vis-à-vis de l’inflation, on est bons là-dessus.

Donc voilà les amis ce que je voulais vous dire concernant l’inflation, concernant comment se protéger de cette inflation.

J’espère que ça vous a permis d’y voir un petit peu plus clair sur ce fonctionnement et sur cette taxe insidieuse qui est bel et bien présente, et que beaucoup d’investisseurs sous-estiment.

Des investisseurs vont se dire : « En fin d’année 2021, j’ai fait 7% ou 5% ou 10% de performance cette année sur mon portefeuille, sur mes investissements ». Mais ils ont oublié de prendre en compte l’inflation qui, cette année, a été relativement élevée, et même très élevée.

Donc les amis, voilà. Dites-moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous avez pensé de cette vidéo. Partagez-la à vos amis investisseurs. C’est très important qu’ils aient conscience de ça. C’est très important.

Aimez cette vidéo si vous l’avez aimée. Posez-moi vos questions dans les commentaires, et lisez bien la barre de description. Vous allez pouvoir retrouver justement mon livre papier qui fait 704 pages.

On peut le voir ici. 704 pages. Donc un gros bébé où je partage toute ma stratégie d’investissement dans des actions à dividendes, justement, et où je vous partage vraiment tout, comment investir dans les actions à dividendes, comment les sélectionner avec tous mes critères d’investissement (20 à 25 critères d’investissement).

Donc c’est dans la barre de description. N’hésitez pas à aller le récupérer. Il y a également tout plein de ressources dans la barre de description, telle qu’une formation vidéo, du service mensuel où je partage tous les mois les actions dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent, du séminaire, de la formation gratuite également.

Bref, tout est dans la barre de description, les amis.

Merci de m’avoir écouté. Et je vous dis à très très vite pour une prochaine vidéo. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.