Comment sélectionner des entreprises qui combattent l’inflation ?

Lors d’une précédente vidéo, je vous ai parlé de l’inflation. Vous pouvez retrouver cette vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=cq5kh…

Etre conscient de ce que l’est inflation est une chose mais il est très important de savoir investir dans des actions qui vont vous permettre de combattre cette inflation.

Dans cette vidéo, je vous partage 3 indicateurs que je regarde en priorité rapidement avant de réaliser plus profondément une analyse fondamentale.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

Comment sélectionner des entreprises qui combattent l’inflation ?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo dans laquelle on va voir ensemble comment sélectionner des entreprises qui peuvent potentiellement générer encore une fois une garantie d’investissement, combattre l’inflation.

L’inflation, sujet brûlant en ce moment, et sujet très important. Et cette vidéo, c’est finalement le fruit d’une lecture que j’ai eue sur le site Seeking Alpha.

Donc si tu ne connais pas Seeking Alpha, c’est un site très intéressant qui parle uniquement de finances et sur lequel tu peux lire beaucoup d’articles autour de l’investissement en Bourse, la finance, écrits par des gens qui vont venir finalement écrire des articles, des collaborateurs.

Tout le monde peut venir écrire des articles sur Seeking Alpha. Et j’ai donc lu l’article de John Rhodes sur Seeking Alpha qui m’a fait dire : « Il faut que je fasse une petite vidéo », parce que là, il y a un sujet intéressant et un angle d’approche que je peux vous partager sur ce que je fais, moi, pour essayer de déceler des valeurs en Bourse qui sont à la fois intéressantes d’un point de vue fondamental et qui, en ce moment évidemment (sujet très important) peuvent combattre l’inflation de façon efficace.

Parce qu’encore une fois, toutes les valeurs aujourd’hui ne sont pas en mesure de combattre l’inflation.

Donc petit point rapide sur ce qu’est l’inflation. Je vous en ai parlé dans une précédente vidéo publiée il y a à peu près 2 semaines, que je vous inviterais à aller revoir. Je vous la mettrai dans la barre de description.

Je vous disais dans cette vidéo que finalement, l’inflation, c’est quoi ? Je reprenais un extrait ici de mon livre La Magie des Dividendes qui est donc une tendance économique représentée par une augmentation de la masse monétaire mondiale.

Et on disait que lors d’un épisode d’inflation, tout prend de la valeur. Il faut plus de devises pour acheter la même chose. On a un pouvoir d’achat qui diminue, et tout prend de la valeur. Donc voilà, on a l’augmentation des prix pour les consommateurs, du prix du lait, de l’essence, de la baguette, de ce que vous voulez.

Il faut toujours plus d’euros, toujours plus de dollars, toujours plus de devises pour acheter quelque chose dont la valeur est la même.

Et voilà, dans le livre, je vous montre également qu’il y a plusieurs raisons qui font qu’on a de l’inflation. Il faut savoir que l’inflation, c’est un phénomène naturel. On en a tous les ans, chaque année, et je vais en parler juste après.

C’est quelque chose qui est normal. Mais il y a des fois où l’inflation, elle est « incontrôlée », et c’est tout le but des banques centrales de faire en sorte que l’inflation, elle soit contrôlée pour éviter qu’il y ait une augmentation des prix qui partent en cacahuète et jusqu’à potentiellement arriver à un scénario qui serait catastrophique de l’hyperinflation.

Donc je ne vais pas rentrer dans ce qu’est l’hyperinflation, mais je pense que vous comprenez ce que c’est. Il y a l’inflation et l’hyperinflation. Donc c’est pire que l’inflation.

Et donc on a plusieurs causes qui font qu’on peut avoir l’inflation. Ça peut être l’augmentation des coûts de la matière première. Encore une fois, si le coût du bois pour créer un produit final, il coûte plus cher, alors forcément le produit final, il coûte plus cher, etc.

On a l’augmentation du coût de la masse salariale. Si embaucher des gens pour des raisons X ou Y, ça coûte plus cher, le service ou le produit final à la fin, il coûte plus cher.

La loi de l’offre et de la demande. Evidemment si on a trop de demandes par rapport à l’offre, ça coûte plus cher.

L’inflation par les devises. On a vu toutes les politiques monétaires par les banques centrales lors de la crise du coronavirus ou des choses comme ça, notamment par l’injection de devises.

Bref, il y a tout un tas de raisons qui font qu’on a de l’inflation. Et un peu plus tard, justement, je vous parle ici de l’hyperinflation. Je vous parle également de tout ce qui est déflation, stagflation.

Bref, le livre est dans la barre de description si ça vous intéresse.

Mais la réalité en tout cas, c’est quoi ? C’est qu’aujourd’hui, on a les derniers chiffres de l’inflation qui nous ont été transmis. Je parle encore une fois pour le marché américain parce que moi je n’investis qu’aux Etats-Unis pour tout ce qui est actions parce qu’il y a plus de performances.

On ne va pas revenir dans le sujet, du pourquoi et du comment dans cette vidéo. Mais en tout cas, en octobre, ils ont été annoncer les chiffres officiels de l’inflation aux Etats-Unis, de 6,2%.

Donc c’est la plus grosse augmentation depuis 30 ans, depuis 1990. Donc c’est énorme, en sachant que la moyenne, elle est normalement aux alentours d’une inflation normale, de 2% jusqu’à 2,5% par an.

Et là, on est sur du 6,2%. Encore une fois, ces 6,2%, c’est quelque chose qu’on nous annonce de par les autorités officielles en sachant que les calculs d’inflation sont aujourd’hui relativement biaisés. On n’intègre pas certaines choses. On remplace des choses par des choses qui nous arrangent mieux.

Voilà. On ne va pas dire que les chiffres sont manipulés, mais ils le sont un petit peu. Donc il y en a beaucoup qui pensent que l’inflation est réellement allée à 10%, potentiellement 14% même (on entend parfois dire), 15%, 13%, 12%, on ne sait pas.

Ça, c’est le chiffre officiel. Et puis, 10-15%, c’est potentiellement ce qu’on a réellement en tout cas sur certains produits. Okay ?

Et en fait, ce qui se passe aujourd’hui, c’est quelque chose d’un peu « contradictoire ». C’est qu’on nous dit : « Oui, il y a de l’inflation. Oui, il y a 6,2% d’inflation en octobre. Oui, potentiellement, ça continue d’augmenter. Oui, c’est temporaire. Non, c’est permanent. Oui, on va vers l’hyperinflation. »

Bref, personne ne sait, et on verra ce qui se passe.

Et ce qui est contradictoire, c’est que finalement, on voit en même temps que les cours de Bourse, littéralement, ils font ça. Littéralement, ça ne fait que monter. On atteint de nouveaux records. Les indices atteignent de nouveaux records.

Les entreprises, on nous dit qu’elles enregistrent des bénéfices record, qu’il n’y a jamais eu de dépenses d’argents, de bénéfices dans les entreprises, qu’il n’y a jamais eu autant de belles marges également dans les entreprises.

Et on pourrait se dire : « Comment ça se fait ? » Parce que si l’inflation augmente, ça veut dire que pour l’entreprise, ses marges diminuent. Elle fait moins d’argent finalement si le coût de son produit est plus cher et qu’elle le vend au même prix, ses marges diminuent.

Donc les cours devraient potentiellement diminuer parce que les investisseurs, ils voient là un potentiel de bénéfice moindre pour ces entreprises, et ce n’est pas logique.

En fait, ce qui se passe, c’est que visiblement, pour l’instant, les entreprises anticipent l’inflation. Donc elles ont finalement augmenté leurs prix, elles enregistrent des bénéfices record en attendant, et les marges augmentent etc.

Mais lorsque l’inflation va continuer d’augmenter ici, elle continue d’augmenter, parce qu’encore une fois, je n’ai pas de boule de cristal, et personne ne peut savoir si ça va continuer d’augmenter et jusqu’où.

Mais si l’inflation en fait continue d’augmenter en 2022, il y a un moment ou un autre où les marges ne pourront plus être maintenues et où les bénéfices ne pourront plus être « record », parce que pour l’instant, les entreprises, elles ont anticipé cette inflation, ce qui fait qu’elles ont augmenté leurs prix.

Sur l’instant T, elles font beaucoup de bénef, mais c’est impossible de maintenir ce scénario jusqu’à l’infini. Parce que si l’inflation continue d’augmenter, il y a un moment où les entreprises ne pourront pas augmenter leur prix à l’infini parce qu’à la fin, qui paie les produits ? Ce sont les consommateurs. D’accord ?

C’est toi, c’est moi, c’est ta famille, ce sont tes amis qui achètent tous les jours la baguette, qui vont au supermarché, qui achètent les produits technologiques ou ce que tu veux. Mais c’est le consommateur.

Et à la fin, le consommateur, il n’a pas un portefeuille illimité. C’est-à-dire qu’il y a un moment, s’il ne peut pas payer, c’est trop cher. S’il n’a pas suffisamment de salaire, de revenus, il ne pourra pas payer.

Donc les entreprises, elles ont beau augmenter à l’infini les prix pour conserver ou même augmenter les marges, puisque pour l’instant, les marges vont augmenter et les bénéfices sont record, elles ont beau faire ça à l’infini, il y a un moment où le consommateur, il va faire la gueule, et va dire : « Tu es bien gentil, mais moi, je ne peux plus acheter ton produit ».

Et donc, ça va créer un problème parce qu’encore une fois, ce sont les clients qui font l’argent.

Donc en fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que voilà, aujourd’hui, on a en effet un environnement qui est propice pour les entreprises à créer des belles marges et à faire des beaux bénéfices, mais ça ne pourra pas durer à l’infini. Okay ?

Egalement, ce que je vais te montrer, c’est ce petit truc là. Ce qu’il faut comprendre également, c’est que l’inflation, c’est permanent.

Comme je te l’ai dit tout à l’heure, l’inflation, elle est toujours là. C’est un phénomène naturel. On a environ 2 à 2,5% par an d’inflation. C’est quelque chose que les banques centrales essaient de contrôler. C’est quelque chose qui est normal. Okay ?

Et en fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que même si l’inflation aujourd’hui, elle ralentit par rapport aux 6,2% qu’on vient de nous annoncer ici en octobre, ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y aura toujours de l’inflation, et les prix iront donc toujours vers le haut.

Parce que même si le taux d’inflation diminue, le taux d’inflation restera positif, et donc les prix continueront d’augmenter.

Ici, on voit ici de 2011 à 2020. Okay ?

Je crois qu’on avait un taux d’inflation de 3,16% en 2011, 2,07% en 2012, 1,46% en 2013, 1,62% en 2014 etc. Et en fait, on voit qu’ici, on a eu -1,09% d’inflation. Donc ce n’est pas que l’inflation, elle était « négative ». Non.

Par rapport à l’année précédente, en 2011, on a eu -1,09% d’inflation pour arriver à un taux de 2,07%. Mais en 2012, on a bel et bien eu de l’inflation à 2,07%.

Donc tu vois ici, l’inflation est toujours positive. Il y a toujours de l’inflation. Ça veut dire que les prix continuent d’augmenter. Okay ?

Et ce que ça veut dire – on va montrer un deuxième graphique ici – c’est que ce que tu as l’habitude de voir coûter plus cher coûtera toujours ce même prix.

Malheureusement, quand quelque chose augmente, quand un prix augmente, quand le prix d’un produit ou d’un service augmente, il a toujours tendance à rester à ce même prix. C’est très rare, même si on va le voir ici, que ce n’est pas impossible, c’est très rare de voir un prix qui a monté et qui redescend.

Il a souvent tendance à rester là où il est monté. Et il y a des choses qui vont toujours coûter plus cher, comme on peut le voir ici depuis 2000 (encore une fois, c’est pour le marché américain). Par exemple, ici, on peut voir qu’on a une inflation globale de 60,1%.

Et on voit que ce qui a coûté plus cher, par exemple ici, ce sont les frais hospitaliers, tout ce qui est service hospitalier, qui ont coûté 200% plus cher, donc 3X plus cher.

Et ça, je pense que les Américains le savent très bien. Si vous savez un petit peu comment ça se passe aux Etats-Unis, ce n’est pas forcément « joyeux-joyeux ».

On peut voir ici qu’on a tout ce qui est frais on va dire universitaires. On a encore une fois ici tous les soins hospitaliers, tout ce qui est « childcare » pour l’enfance, tout ce qui est école pour les enfants, etc. Et ici, on voit les revenus, l’évolution du revenu par heure moyen, comment il a évolué.

Donc on voit qu’il y a des choses qui ont évolué bien plus que le revenu mensuel ou par heure. A la fin, c’est la même chose que d’autres.

Et ici, on voit par contre qu’il y a des choses qui ont coûté moins cher. Donc comment ça se fait ? Parce qu’ici, on se rend compte que ce ne sont que des choses qui sont en rapport soit avec l’exportation, de la fabrication, ou soit avec la technologie.

Encore une fois, il faut comprendre que tout ce qui est technologique, c’est finalement un scénario de déflationniste. On regarde rapidement dans le livre ce que c’est la déflation. C’est l’inverse de l’inflation. C’est quand il y a une contraction de quelque chose.

Quand on parle d’un point de vue financier, ça veut dire une contraction de la masse monétaire mondiale où les devises prennent de la valeur, et où les prix diminuent.

Et en fait, dans tout ce qui est technologie, on se rend compte qu’on a un phénomène déflationniste, parce que vous vous rendez bien compte : quand vous allez au supermarché pour payer vos courses et que vous avez plus Michel en face de vous qui vous scanne vos produits, mais vous avez une machine que vous faites travailler, parce que c’est vous qui travaillez, on a ici un scénario déflationniste.

Le supermarché a besoin de beaucoup moins de personnel, de salariés pour faire tourner le supermarché. Donc il y a une sorte de déflation de la masse salariale pour finalement toujours le même bénef’, voire plus de bénef’ puisque ça coûte moins cher en charges, et pourtant, on a toujours le même chiffre d’affaires, voire plus de chiffre d’affaires, parce qu’on peut installer plus de machines qui vont encaisser plus de chiffres d’affaires.

Donc il faut comprendre que tout ce qui est technologie, c’est quelque chose qui représente de la déflation parce qu’on peut outsourcer facilement soit sur des ordinateurs. Quand on dit « outsourcer », ça peut être aussi à l’étranger. On voit aussi pour tout ce qui est vêtement, où finalement, tout ce qui est vêtement, vous savez très bien qu’il y a peu de chances que ce soit produit aux Etats-Unis ou en France.

C’est en Chine, au Vietnam, en Turquie, au Bangladesh, dans les pays à bas coûts où la main d’œuvre est moins chère.

Okay ?

Donc ici, on voit tout ce qui est services téléphoniques, ordinateurs, les jouets, les télévisions. Je pense que vous comprenez entièrement. Okay ?

Donc maintenant, aujourd’hui, pour rentrer un petit peu dans le sujet de la vidéo, comment déceler les entreprises qui vont être capables de démonter cette inflation littéralement ?

Donc je vous l’ai dit, l’inflation, elle est généralement de 2 à 2,5% par an, ce qui, on regarde les prévisions de la FED que je vous ai préparées ici – ce que dit aussi la FED ou la Banque Centrale aux Etats- Unis – qui dit qu’elle prévoit également elle aussi une inflation de 2% sur le long terme.

Alors, ce n’est pas un hasard si la FED prévoit une inflation de 2% sur le long terme. C’est tout simplement parce qu’encore une fois, si je vous dis, moi, qu’il y a 2,5% d’inflation généralement sur le long terme, ce n’est pas un hasard. Il y a plein d’études qui le démontrent.

C’est qu’ici on voit encore – je vous ai déjà montré ce graphique – mais de 1871 à 2021, donc sur 150 ans, on voit que l’inflation, elle est de 2%. Donc ça revient à ce que je vous ai dit, et que la croissance des dividendes, elle est de 3,7%.

Donc on a quasiment en gros, un facteur 2. Voilà, vous voyez bien encore une fois que les actions à dividendes, c’est un excellent argument pour combattre l’inflation, puisque sur 150 ans d’étude (on ne parle pas d’une étude qui a été faite sur 5 ans où on tire des conclusions qui ne veulent rien dire), on voit que la croissance des dividendes, elle dépasse d’un facteur 2, presque, l’inflation.

Donc c’est juste énorme. C’est juste énorme. Et donc on voit ici encore une fois que les actions à dividendes sont un excellent moyen de protéger son argent et son patrimoine de l’inflation que vous ne pourrez jamais supprimer.

Encore une fois, l’inflation, si vous ne faites rien, elle vient démonter votre pouvoir d’achat, votre argent sur votre compte en banque. Vous avez 10000€, 100000€ sur votre compte en banque, et que vous laissez trainer, l’inflation vient supprimer 2% de votre pouvoir d’achat chaque année.

C’est juste énorme. Sur 5 ans ou sur 10 ans, c’est juste énorme. Okay ?

Donc voilà. Les 2% ici sont tirés d’ici et ne sont pas de mon chapeau.

Et donc, vous devez regardez quand vous analysez des entreprises qui versent des dividendes, et avant d’investir dans ces entreprises – je note ici ces 3 choses :

1.       La croissance des dividendes (Dividend Growth)

Logique, je viens de vous montrer ici. Il ne faut pas se contenter des entreprises qui versent des dividendes. Il faut faire en sorte que cette entreprise augmente son dividende année après année sur un taux de croissance qui soit supérieur à l’inflation.

Donc concrètement, ici, si on prend clairement cette étude sur 150 ans, il faudrait qu’on se dise : « Il faut que le taux de croissance du dividende soit au minimum de 2% pour combattre l’inflation. Okay ?

Finalement, ça vous rendrait à quelque chose qui est flat.

Et dans la période dans laquelle on est actuellement, on voit qu’on a 6,2% d’inflation. Ça veut dire qu’il faudrait un minimum un croissant dividende, aujourd’hui en 2021 et 2022, d’au minimum 6% ou voire plus parce que potentiellement, il y a plus d’inflation.

Donc vous vous rendez compte que ça devient compliqué, et qu’il ne faut pas que cette inflation, elle reste à 6, 8, 10, 12, 14% trop longtemps, sinon, ça va être littéralement impossible à maintenir pour tout le monde : les entreprises, les consommateurs, les investisseurs.

Bref, ça va créer des problèmes. Okay ?

Donc ça, c’est la première chose. Et je vais vous donner 3 éléments aujourd’hui, et ensuite on va regarder pour 3 entreprises que je vous ai sélectionnées ici un petit peu ce que ça donne.

2.       Nombre d’années de versement du dividende

3.       Rentabilité

C’est bateau. C’est le critère de base, mais c’est toujours intéressant de regarder la rentabilité à un temps T quand on achète une entreprise. Il faut savoir si on a 0,3% ou si on est à 7%.

Est-ce que je vous ai tout dit sur ce que je voulais vous dire ? Je regarde mes notes en même temps. Oui, voilà. Okay.

Donc on va regarder pour les 3 entreprises que je vous ai préparées ici.

Je vous ai préparé la première entreprise qui est 3M, que vous devez peut-être connaitre, qui est une entreprise très connue.

Alors, le site, on va voir le site Dividend.com, un site que j’aime bien, parce qu’il y a quelques informations qu’on pourrait retrouver très rapidement de façon assez claire, et les informations que je vous ai dit ici, les 3 critères à retrouver très rapidement.

Je vais vous montrer comment.

Pour chaque entreprise, vous tapez ce que vous voulez ici comme entreprise. Vous avez ici toutes les entreprises du monde entier.

Vous avez ensuite ici 3 informations qui nous intéressent : la rentabilité qui est ici de 3,36%. Okay, donc ça vous donne un indicateur si ça vous correspond ou non en termes de rentabilité que vous recherchez.

Il faut savoir ici que c’est une rentabilité FWD, c’est-à-dire Forward. Ça veut dire que c’est une rentabilité calculée sur le prochain dividende déclaré.

Ici, on voit que le prochain dividende déclaré est de 5,92$ (forward). C’est-à-dire que ce n’est pas forcément le dividende actuel. C’est le prochain dividende qui va être déclaré.

C’est pour ça, faites toujours attention quand vous faites des analyses d’entreprises, de regarder comment a été calculé certaines choses parce que d’un site à un autre, vous allez forcément potentiellement avoir des chiffres différents.

Si le site Dividend.com, lui, se base sur les dividendes à venir et que l’autre site se base sur le dividende actuel, vous allez vous dire : « Merde, je ne comprends pas. Ici, j’ai 3,36% de rentabilité et sur un autre site, j’ai 3,12% de rentabilité. »

Oui. Si l’autre site, il a pris le dividende actuel, et que ce site-là, il a pris le dividende à venir qui a été augmenté, forcément, on a une rentabilité différente.

Donc quand vous prenez différents sites pour analyser des entreprises, faites attention d’essayer de centraliser les informations qui viennent d’un même site pour avoir des conclusions qui sont fidèles à ce que vous avez pu voir. Okay ?

Donc ça, c’est la première chose. Rentabilité 3,36%.

Ensuite, ici, on a dit : le nombre d’années d’augmentation de versement du dividende. Donc on le voit ici. On a 63 années.

Donc là, c’est très très lourd. C’est une très longue durée. Moi, ça me plait beaucoup.

Et ensuite, quand on descend un petit peu, on peut voir la croissance du dividende. On voit que sur 1 an, cette entreprise, son dividende a augmenté de 2,08%.

Donc si en temps normal, on pourrait dire : c’est dans l’écrou de l’inflation. Eh bien, on est quand même en dessous de la moyenne de la croissance des dividendes pour les entreprises en général ici, comme on a vu 3,7%.

Et puis, surtout, en 2021 et 2022, ce n’est pas suffisant. C’est-à-dire que là, le dividende n’a pas grandi suffisamment rapidement par rapport à l’inflation, donc vous avez « perdu » de l’argent. Entre guillemets, j’insiste bien, parce qu’encore une fois, la performance d’une action en Bourse ne se fait pas uniquement sur les dividendes.

Il faut englober 3 choses, et je vous le redonne parce que c’est très important. Il ne faut pas se dire : « Voilà, Raph tu me dis que 2,8% d’augmentation des dividendes par rapport à 6,2%, c’est qu’on perd de l’argent. »

Il n’y a pas que ça à prendre en compte, évidemment. La performance d’une action en Bourse, c’est très important de savoir ça.

Performance d’une action en Bourse : c’est l’addition de 3 choses.

–          Dividende

–          Valuation (la valorisation du coût, plus-value/moins-value) : c’est-à-dire que si l’action au 1er janvier, elle est de 176$ et qu’à la fin de l’année, au 31 décembre, elle est à 400$, là vous avez fait plus de X2. Ça, ça remonte la performance de votre action en Bourse, c’est la plus-value.

–          Evolution des bénéfices (via l’EPS, Earning per Share, ou Bénéfice par Action). Donc c’est vraiment l’addition littéralement des 3 qui fait qu’à la fin, on a la performance totale de votre action en Bourse.

Okay ?

C’est très important de toujours considérer ces 3 choses pour savoir si vous avez gagné de l’argent ou non en Bourse. Se contenter de ne regarder que les dividendes ne suffit pas.

Okay ?

Mais en tout cas, si on regarde la croissance du dividende pour cette entreprise, ce n’est pas suffisant. Là, on n’est pas bon du tout. Okay ?

Par contre, elle a un gros avantage. C’est 63 années consécutives d’augmentation du dividende. Donc ça, c’est très très lourd. Okay ?

Ensuite, si on regarde AbbVie, entreprise dans le secteur pharmaceutique, on voit 49 années d’augmentation – très très lourd – 4,83% de dividendes (très très bien aussi, je trouve).

Alors, encore une fois, je vous ai sorti 3 entreprises. Ça ne veut pas dire que je les ai dans mon portefeuille. Ça ne veut pas dire qu’il faut les acheter. Ça ne veut pas dire que je ne les aime pas. Je ne dis rien. C’est simplement 3 exemples. Okay ?

Donc là, très très bien, le dividende. Très très bien, les années d’augmentation. Bientôt une dividend king. Dans une année, ça fera 50 ans, donc à partir de 50 ans d’augmentation de suite, elle sera dividend king, donc très très lourd.

On voit que la politique du versement du dividende, c’est 8,5% d’augmentation sur le prochain dividende. Donc c’est de bon augure.

Et quand on descend un peu, on voit que sur un an, on a eu 10,28% d’augmentation, 84% sur 3 ans, 133% sur 5 ans. Là, c’est très très bon. Franchement, AbbVie, félicitations ! Là, on a de très très belles métriques sur ces 3 indicateurs.

Encore une fois, c’est un début. Vous pouvez regarder ces 3 premières choses : la croissance du dividende, le nombre d’années de versement du dividende, et la rentabilité, pour savoir si ça sent bon ou pas.

Et ensuite, il faut évidemment faire une analyse fondamentale dans les règles de l’art. Donc analyse fondamentale, c’est l’analyse du bilan comptable, contrairement à l’analyse technique où on va regarder les graphiques.

Moi, je ne fais pas ça. Je ne fais que l’analyse du bilan comptable. Et l’analyse fondamentale, vous allez pouvoir regarder des choses comme le PER, le PEG, le ROA, le ROE, les capitaux propres, les dettes, le leverage (donc l’endettement financier), le résultat net, les marges, le chiffre d’affaires.

Bref, tout un tas de choses. Je regarde 25 à 30 critères financiers personnellement, 25 à 30 métriques que je mets en relief de mon côté avant de tirer une conclusion et avant d’investir ou non dans une entreprise. Okay ?

Donc c’est ce que vous devez faire après avoir fait ce premier petit check-up qu’on a fait ensemble.

Ensuite, Tesla, entreprise très connue, évidemment. C’est pour ça que je vous l’ai sortie également. Donc là, il n’y a pas de dividendes. Tesla ne verse tout simplement pas de dividendes.

Donc dividendes, rentabilité 0%. Augmentation du dividende : 0%. Evidemment ici, aucune data parce qu’il n’y a pas de dividendes.

Pourquoi je vous ai sorti du coup cette entreprise ? Tout simplement pour vous montrer qu’une entreprise comme Tesla ne combat pas l’inflation d’un point de vue purement revenus.

Vous, vous dépensez chaque jour. Vous êtes obligés de dépenser pour vivre, acheter vos carottes, payer votre loyer, payer l’électricité, si vous voulez, votre voiture. Vous dépensez de l’argent.

Par contre, avec une entreprise comme Tesla, vous n’allez pas encaisser de revenus, de cashflow, parce qu’elle n’en verse pas. Donc avec Tesla, forcément, vous ne faites qu’un gain ici du capital sur la valorisation, parce qu’il n’y a pas de dividendes, et l’évolution des bénéfices ici va évidemment faire évoluer la valorisation de l’entreprise.

Mais en tout cas, sur Tesla, vous faites uniquement une plus-value. Vous faites tout simplement un gain en capital, ou une moins-value. Encore une fois, à Tesla, potentiellement, si demain ça vaut -95%, moins de ce que ça vaut aujourd’hui, on n’en sait rien.

Je ne suis pas là pour lancer le débat. Ou un petit peu, dites-moi dans les commentaires ce que vous pensez de Tesla si vous voulez.

Mais tout ça pour vous dire qu’une entreprise comme Tesla ne verse pas de dividendes, et donc ne vous permet pas de combattre l’inflation directement.

Vous pourriez combattre l’inflation si effectivement Tesla vous génère de la plus-value, et que vous revendez une partie de vos actions pour vivre au quotidien. Mais là, c’est une autre approche que je n’utilise pas.

Moi, justement, j’utilise les dividendes pour avoir un flux de revenus, des dividendes qui sont là pour alimenter mon train de vie, et combattre à la fois cette inflation. Okay ?

Donc voilà les amis ce que j’avais à vous dire sur l’inflation, sur un peu tout ça. Vous avez dans la barre de description mon livre La Magie des Dividendes, un livre de 704 pages qui vous parle de la stratégie d’investissement en Bourse dans les actions à dividendes de A à Z.

Tout ce qu’on a vu ensemble, j’en reparle dans le livre. Et on va également beaucoup plus loin, parce que voilà, 704 pages, il faut quand même dire des choses.

Donc on va beaucoup plus loin. Vous avez ici le sommaire. Et c’est un livre pratico-pratique dans lequel vous avez beaucoup beaucoup d’informations.

Lisez bien la barre de description également, il y a de la formation vidéo, du séminaire, de la formation vidéo gratuite ou payante, du service mensuel dans lequel je vous partage tous les mois ce que je fais moi-même en Bourse, dans quoi j’investis avec mon propre argent.

Donc je vous le montre tous les mois également. Bref, tout est dans la barre de description. Posez-moi vos questions dans les commentaires ci-dessous s’il y a la moindre question.

Merci à vous de m’avoir écouté. Partagez cette vidéo. Abonnez-vous. Petit pouce bleu. Vous connaissez la chanson, mais ça fait toujours plaisir.

Et je vous dis à très très vite. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.