Comment recruter la personne idéale ?

Recruter quelqu’un… il s’agit souvent d’une étape obligatoire d’un business qui fonctionne plutôt bien.

Mais c’est souvent une étape qui fait peur.

Pourquoi ? Car ces différentes peurs peuvent survenir :

– Peur de céder du contrôle sur son business

– Peur de donner les rênes à une personne qui va moins bien gérer sur le terrain

– Peur de donner accès à des informations confidentielles (comptes bancaires, chiffres, …)

– … On pourrait en citer des dizaines…

Toutefois, pour scaler/grossir son business, déléguer est primordial. C’est ce qui va différencier un business artisanal qui génère de petits chiffres d’un business “industriel” qui va générer des gros chiffres.

Les personnes les + riches de cette planète le sont car elles savent déléguer aux autres (elles ont autant de temps que vous dans la journée).

C’est donc là la clé d’un business qui décolle.

Dans cette vidéo, nous allons voir :

1. Comment définir les principales tâches de son business

2. Comment classifier les tâches de son business et déléguer celles qui peuvent l’être

3. Comment identifier les principales tâches quotidiennes non productives pour déléguer celles chronophages et peu productives aux prestataires (loi de Pareto)

4. Comment créer des processus d’automatisation des tâches régulières

Comment recruter la personne idéale ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Yo! Comment tu vas? Dans cette vidéo, je vais te parler de comment recruter la personne idéale lorsque tu as un business.

Je vais beaucoup plus m’orienter sur les business Internet, mais voilà, sur un business traditionnel, physique, ça marche tout autant. Quelques conseils clés vont être quand même très pertinents pour ton potentiel recrutement.

Avant qu’on ne commence cette vidéo, comme d’habitude, abonne-toi, si ce n’est pas déjà fait. Je ne comprends pas si ce n’est toujours pas fait. Donc s’il te plait, abonne-toi. C’est très très important.

Egalement, ce livre, je ne sais pas si tu le connais déjà ou pas, “Des bancs de la fac à l’indépendance financière”, c’est le livre que j’ai écrit, dans lequel je t’explique comment je suis devenu indépendant financièrement à 23 ans en moins de 3 ans.

Et ce livre-là, aujourd’hui, je décide de te l’offrir. Je te l’envoie directement chez toi. Mon équipe va s’en charger, et je te l’offre. Tu as juste à payer les frais de port, et ça arrive dans ta petite boite aux lettres, tranquillement.

Lis bien la barre de description également puisque j’ai un petit cadeau. C’est une petite formation que je vais t’offrir. Je ne te dis pas exactement le contenu. Je sais qu’il va t’intéresser si tu souhaites devenir indépendant financièrement, et si tu es intéressé par tous ces sujets.

Donc on va pouvoir commencer sur comment recruter la personne idéale. Quand on a un business, c’est une étape obligatoire que de s’entourer d’une équipe, que de recruter.

Je vais peut-être retirer ce livre de là puisque ça peut te perturber.

C’est une étape obligatoire que de recruter et de s’entourer d’une équipe qui va te permettre de te soulager dans ton business, mais la grande question c’est: comment recruter la personne idéale?

Il y a un moment où voilà, quand tu commences un business, tu es obligé un petit peu de tout faire. Je pense que tu vois de quoi je parle. Si tu n’as pas encore entrepris ou créé quelque chose, malheureusement, au début, ça va être cette réalité.

Tu vas devoir un petit peu tout gérer, de la création du site Internet, par exemple, à la création de vidéos sur Internet si tu fais de la vidéo, aux offres commerciales que tu vas créer, aux produits en eux-mêmes, tunnels de vente, le marketing, le support client, les problèmes techniques…

Bref, je pourrais te faire une longue liste. C’est assez chiant au début, parce que tu prends la casquette du mec qui doit tout gérer, le mec qui est technicien, comptable aussi, le mec qui est marketeur, le mec qui fait tout, quoi.

Et c’est un peu relou parce que forcément, tu n’es pas aussi efficace que si tu es concentré uniquement sur ta valeur ajoutée, sur là où les gens te suivent réellement, sur ta compétence-clé.

Donc il y a un moment ou un autre où s’entourer d’une équipe, c’est primordial, et c’est l’étape clé de ton business, où tu vas pouvoir passer d’un certain revenu et passer à un niveau supérieur. Potentiellement tu vas stagner pendant longtemps, et d’un coup, dès que tu as recruté, tu vas décoller littéralement.

Donc malheureusement, la grosse peur des entrepreneurs, c’est quoi? Je le vois assez souvent et je ne vais pas mentir, moi aussi ça m’est arrivé.

C’est que lorsqu’on veut déléguer, on se dit: “Ouais, mais si je délègue, le mec, il va faire ça moins bien que moi, ou il ne va pas très bien comprendre mon business, donc ça va être fait à l’arrache, ou il ne va pas être aussi impliqué, parce que ce n’est pas son business. “

“Donc finalement, il s’en fout un peu plus. Ce n’est pas pour lui qu’il le fait. Finalement, ce n’est pas lui le boss, donc il n’a pas d’intérêt forcément très très puissant. Lui, ce qu’il veut, c’est d’être payé, d’avoir son salaire, avoir sa rémunération. Donc voilà, est-ce que vraiment, je ne vais pas dégrader la qualité de mon business? “

“Et est-ce que finalement, je ne prends pas de risques finalement, à donner des accès à quelqu’un à des plateformes, à des sites Internet, ou des accès confidentiels à des comptes en banque, ou des choses comme ça. Est-ce que finalement, c’est pas un trop gros risque que je prends à faire ça?”

Alors c’est clair. On est d’accord. Tu ne vas pas donner l’accès à un compte en banque le jour 1 au mec que tu as recruté la veille. Non. On est d’accord. Il faut y aller progressivement.

Au début, tu lui fais faire des choses où il n’y a pas forcément besoin qu’il ait à se connecter sur des plateformes ou des comptes en banque. Tu lui fais faire des premières tâches, et en suite, plus la relation se crée, plus la relation se noue, plus tu sens qu’il y a un climat de confiance qui s’instaure, et plus tu peux commencer à te permettre de lui donner des responsabilités.

Moi, j’aime bien donner assez rapidement des responsabilités, ou plutôt de l’autonomie, de façon à faire en sorte que la personne, elle se sente quand même impliquée, et que ce ne soit pas juste quelqu’un qui fait une tâche et c’est terminé.

J’aime bien laisser la personne s’impliquer, et de façon à ce que le projet lui appartienne également, que ce ne soit pas que mon projet dans lequel elle intervient pour faire une tâche un peu chiante ou bête, ou mécanique. Non.

C’est bien de l’impliquer, comme ça, elle est également fière des résultats qu’on aura tous ensemble. Et c’est également quelque chose de très important lorsqu’on a à recruter quelqu’un, de la payer.

C’est ce que la personne recherche. Elle veut être payée, elle veut de l’argent – la reconnaissance également, et l’implication pour la développer en tant que personne, elle aussi, c’est également très important comme forme de rémunération.

Beaucoup d’entrepreneurs également vont penser que leur présence physique quotidienne est primordiale, et indispensable. Non. Okay, c’est toi qui as créé le business, mais finalement, tu serais obligé d’être là toujours?

Il y a beaucoup d’entreprises et beaucoup de business qui fonctionnent aujourd’hui sans que le PDG, sans que le fondateur, sans que la tête pensante, sans que le cerveau de base du projet ou du business ne soit là au quotidien. Et bien heureusement.

Donc la première chose que tu vas devoir faire lorsque tu vas vouloir déléguer une partie de ton business, ça va être de déléguer quelles tâches sont délégables, et quelles tâches ne sont pas délégables.

Certaines tâches ne dépendent que de toi, notamment sur le business Internet en personal branding, où c’est ta valeur ajoutée que de montrer, de créer des contenus, où c’est ton contenu, ton expérience, ton expertise que tu vends aux gens. Donc tu es obligé d’être là pour le contenu pour eux, comme je le fais, moi, et c’est un grand plaisir de le faire.

Donc ça, ce n’est clairement pas une tâche que je peux déléguer finalement. Je ne vais pas dire un jour à Jean-Michel: “Viens faire des vidéos sur l’immobilier ou les marchés financiers, ou essaie de me ressembler.” Non, ça ne va pas être possible.

Il ne va pas pouvoir demain sortir ma coupe de cheveux, mes poils bizarres, ma semi-barbe, ou ce que tu veux. Non, moi c’est moi. Et je ne peux pas me faire remplacer, sauf si j’avais un sosie.

Donc ça, c’est la première chose: identifier les tâches délégables et les tâches non délégables. Les tâches délégables, ce sont par exemple tout ce qui est montage vidéo, retranscription texte, support client, réalisation de design, support technique du site Internet, maintenance et sécurité.

Tout ça, ce sont des tâches où ce n’est pas du forcément ma valeur ajoutée. Ce n’est pas mon domaine de compétences. Je ne suis pas formé à tout ça. Je ne suis pas expert dedans, et je peux facilement le déléguer à des gens qui ont des compétences et qui sont bien meilleurs que moi.

Donc première étape: identifier tâches délégables et tâches non délégables. L’idée, c’est d’appliquer la fameuse loi de Pareto (j’en ai déjà parlé plusieurs fois). Je ne sais pas si tu la connais. Mais de dire que 20% de tes actions vont générer 80% du résultat.

Donc tu vas te concentrer sur ces 20% qui vont te générer 80% du chiffre d’affaires, et déléguer les 80% qui génèrent seulement 20% du chiffre d’affaires. Donc les 20% qui génèrent 80% du chiffre d’affaires, finalement, c’est finalement ce que tu fais, toi. C’est ta valeur ajoutée.

Pour moi, ce sont mes programmes, ce sont mes vidéos que je vais réaliser pour vous. C’est tout ça. C’est ma valeur ajoutée. C’est ce que je vais faire. Donc vraiment supprimer les tâches peu productives, et supprimer les tâches qui sont chronophages.

Egalement, ce que j’aime faire, c’est une sorte de cahier des charges. C’est-à-dire que je vais processer (je ne sais pas si ce mot existe, mais je l’invente aujourd’hui, c’est décrété) tout de A à Z sur une tâche bien précise.

Au début, comme je te l’ai dit, tu fais généralement tout. Et un bon réflexe à faire, c’est d’ouvrir un Word, un traitement de texte, et d’écrire toutes les tâches dans l’ordre, comment ça se déroule, vraiment précisément, comme si une personne débutante arrivait derrière toi pour faire cette tâche, qu’elle puisse tout comprendre.

Donc par exemple, si c’est faire du montage vidéo, tu mets: 1ère étape – importer les fichiers dans iMovie, par exemple. 2ème étape – cliquer sur ce bouton-là pour régler ce réglage là. 3ème étape – cutter le début et la fin du fichier pour supprimer les temps de latence sur le fichier avant qu’on ait commencé à tourner. 4ème étape – régler la bande son. 5ème étape – faire ceci. 6ème étape – intégrer le design.

Tu fais vraiment tout au détail. C’est un cahier des charges. Et le jour où tu vas vouloir déléguer, tu transmets ce cahier des charges à la personne, au prestataire, qui va comprendre parfaitement ce que tu veux sans que tu aies tout à lui expliquer au téléphone, que ça te prenne 1 heure ou 2 heures, et qu’il fasse la chose et qu’il ne fasse pas bien, et que tu dois lui dire de remodifier.

Non. Il a un cahier des charges clair, net, précis. Il sait ce qu’il doit faire, et c’est parti. Il se débrouille. Tu n’as plus qu’à l’appeler 10 minutes, un quart d’heure pour peaufiner la chose, pour lui demander s’il a bien compris, s’il a encore 2 ou 3 questions. Mais au moins, c’est assez clair.

Donc créer ces processus, c’est très important pour déléguer à la bonne personne.

Alors également, je ne sais pas si tu as remarqué, je parle beaucoup de prestataires. Je parle souvent de ce terme-là. Je ne parle pas de terme “employés”. Tout simplement pourquoi? Parce que moi, je te recommande très fortement de recruter des prestataires plutôt que des employés.

Alors pourquoi? Si tu es en France, évidemment, tu le sais, recruter des employés, c’est très compliqué d’un point de vue économique (ça coûte cher déjà), parce que quand tu verses un salaire à quelqu’un, généralement, tu dois le payer 2 fois avec les charges que tu as à payer en tant que patron.

Donc ça, c’est chiant. D’un point de vue juridique, c’est très compliqué. C’est-à-dire que – je ne vais pas te faire le topo – mais tu sais comment ça se passe en France en cas de licenciement, en cas de problèmes ou de choses comme ça, avec un employé, et c’est très compliqué. Ça peut littéralement te coûter très très cher.

Donc le principal risque, c’est quoi? C’est que ça te coûte beaucoup d’argent et beaucoup de temps. Et quand tu es entrepreneur, tu n’as pas de temps à perdre et d’argent à perdre dans un recrutement “foireux”.

Si tu peux te préserver de ce genre de problème, je t’invite fortement à le faire, et à dealer avec des prestataires. Il y a beaucoup de prestataires aujourd’hui que tu peux facilement retrouver sur plein de plateformes où il y a toutes les compétences possibles et imaginables, de la comptabilité au montage, à la retranscription, à la recherche de data, tout ce que tu veux.

C’est très très facile, et au moins, tu n’as aucun engagement avec le prestataire. Moi, j’ai des prestataires avec lesquels je bosse depuis vraiment longtemps, depuis plusieurs mois, plusieurs années, et ils sont toujours là.

C’est pas seulement des gens qui ont besoin d’oseille. Ils font ça, et ils vont arrêter. Ce sont vraiment des gens qui bossent en mode freelance, en mode prestataire, qui peut-être sont des digital nomads et qui voyagent en même temps.

Bref, c’est leur lifestyle. Ils sont freelances et ils aiment ça, et ils gagnent très bien leur vie comme ça. Et ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas de contrat qu’ils sont dans la précarité. Encore une fois, CDI et tout ça, c’est bullshit. On ne va pas en parler aujourd’hui, mais voilà.

En tout cas, la personne idéale, qu’est-ce que c’est pour toi aujourd’hui si tu as un business sur Internet? C’est quelqu’un qui va parler la même langue que toi idéalement pour faire comprendre. C’est idéal que la personne parle la même langue que toi.

Par exemple, moi je n’ai pas forcément que des gens qui parlent la même langue que moi. Par exemple, j’ai une designeuse qui bosse pour moi, en Roumanie, avec laquelle je bosse en anglais, donc ça se passe très bien. Je parle anglais, elle parle anglais, et il y a aucun souci, on se comprend.

Mais idéalement, c’est toujours plus simple quand on parle la même langue. Au moins, l’idée, elle va droit au but. Ça m’est arrivé – je ne vais pas te mentir – avec la designeuse que dès fois, mon idée n’ait pas été très bien comprise parce que je parle français, elle parle roumain, et la langue intermédiaire, c’est l’anglais.

Donc forcément, des fois, il y a des petits couacs, on perd un petit peu de temps, mais globalement, tout se passe très très bien.

Deuxième critère, c’est qu’elle soit très réactive. Il faut bosser avec des gens qui sont là, qui sont présents, qui sont réactifs, et après qui tu n’as pas besoin de toujours courir, parce que ça, c’est chiant en tant qu’entrepreneur.

Tu veux que la personne, quand tu lui transmets une tâche à réaliser, elle te dit: “Okay, je vais le faire. Voici mes délais parce qu’en ce moment, j’ai plus ou moins le temps”.

Au moins, que ce soit clair, précis, et qu’il n’y a pas de blabla en mode: “Je te fais dans 2 heures”, mais qu’en fait, tu l’as 2 semaines après. Ça, ça ne sert à rien.

Donc des gens réactifs dans leur boulot, et sérieux.

Qu’il n’y ait pas trop de décalage horaire également parce que forcément, tu vas recruter des gens qui sont à l’étranger. Moi, je te parlais de la Roumanie, mais ça peut être des gens qui vont être à Madagascar, donc là, il n’y a pas trop de décalage horaire, Madagascar, il n’y a que 2 heures.

Mais potentiellement, ça peut être des gens qui sont en Inde, au Pakistan, en Thaïlande, en Bolivie, au Brésil, donc là, il peut y avoir un décalage horaire. Donc pensez à ça si vous devez vous appeler régulièrement pour faire des points.

Quatrième point, ça serait la possibilité potentielle de vous rencontrer en chair et en os de temps en temps, parce que c’est toujours important, je pense, de rencontrer les personnes avec qui on bosse, et pour rajouter un petit côté humain, et puis pour commencer à nouer des liens. Je pense que c’est quand même important de savoir avec qui on bosse.

Donc ne pas hésiter à prendre en compte ce critère, même si ce n’est pas forcément le plus important. Par exemple, la designeuse avec qui je bosse en Roumanie, je ne l’ai jamais vue de ma vie, pourtant je passe pas mal de temps en Roumanie. Ce n’est pas pour autant qu’on s’est vus. Et ça se passe très bien comme ça.

Donc voilà en tout cas ce que j’avais un peu à te dire aujourd’hui sur comment recruter la personne idéale. Il faut retenir que recruter et déléguer de façon plus large – ça se passe en 2 façons: un côté humain comme on vient de le voir, et un côté également logiciel.

Si tu peux déléguer des tâches grâce à des logiciels qui font automatiquement certaines choses, c’est encore mieux. Ça va te coûter moins cher que de recruter un prestataire et de payer un humain.

Il y a des logiciels aujourd’hui qui font tout tout seuls. Tu vas par exemple sur un site Internet, s’il y a une commande, ça envoie automatiquement la notification d’envoi d’un produit numérique. Et hop, c’est délivré.

La personne a accès à son produit. Elle reçoit le programme et des emails qui sont envoyés automatiquement pour débloquer le module. Bref, ça, ce logiciel, c’est très très bien. Il n’y a pas d’intervention humaine qui débloque à la main les programmes. Donc ça, c’est excellent.

A retenir également, 2-3 derniers conseils: ne cherche jamais à vouloir économiser sur de l’humain. Ne cherche pas à vouloir sous-payer les gens. Ça ne sert à rien puisque forcément, ce qui va se passer, c’est qu’ils ne vont plus vouloir bosser pour toi.

Ils vont mal bosser, soit ils vont vouloir bâcler le projet, parce que tu ne les paies pas assez. Donc forcément, ils vont passer autant de temps que si tu les payais à leur juste valeur. Ne cherche jamais à économiser sur de l’humain.

Assure-toi également que les personnes avec qui tu bosses ont réellement les compétences. Donc tu leur fais faire un test ou tu leur demandes un portfolio, parce que forcément, il y a des gens qui vont vouloir bosser pour toi parce que tu es Untel ou Mr X.

Si tu es sur Internet et que tu as une petite réputation ou une communauté, il y a des gens qui veulent simplement bosser pour toi parce que tu es Mr X. Moi, ça m’est arrivé que des gens m’envoient des CV pour bosser pour moi alors que les mecs, ils ont aucune compétence.

Ils me disent: “Ouais, mais je peux tout apprendre. Je peux même arrêter mon métier si tu veux, pour bosser pour toi.” Oui, mais non. Déjà, je ne te connais pas. Déjà tu me fais un peu peur. Tu m’envoies un CV, et tu me dis que tu peux lâcher ton taf direct pour bosser pour moi.

Et en plus, tu as zéro compétences, donc tu vas me demander beaucoup de temps, et donc de l’argent, pour te former. Ça ne m’intéresse pas. Donc s’assurer que les gens ont vraiment les compétences.

Egalement, embauchez quelqu’un qui a déjà bossé dans votre industrie. C’est très très important pour s’assurer qu’il comprend tous les codes et les standards de votre industrie…

 Voilà, on peut faire de la vidéo, par exemple, dans plein d’industries: la mode, l’infopreneuriat, le personal branding, les voitures, le cinéma, le théâtre… Et pourtant, c’est plein de types de vidéos différents.

On n’a pas les mêmes rendus, les mêmes montages, les mêmes plans, les mêmes scènes. Et c’est important que la personne avec qui vous allez bosser comprenne votre industrie.

Donc voilà, j’espère que tu as kiffé cette vidéo. Si c’est le cas, mets-moi un gros gros pouce bleu en l’air. Ça me ferait super plaisir. Commente-la. Dis-moi si tu as déjà recruté. Comment ça s’est passé?

Est-ce que tu bosses avec des prestataires? Est-ce que ça se passe bien? Partage la vidéo avec des gens qui devraient recruter peut-être prochainement des gens, et qui ont besoin de quelques conseils.

Excuse-moi pour ma petite voix là. Je suis fatigué. J’ai fait plein de vidéos. C’est pas que j’ai fait la fête hier soir. C’est juste que je fais plein de vidéos pour YouTube et que du coup, la voix commence un petit peu à prendre cher.

Egalement, je t’ai parlé de business en ligne. Si tu souhaites lancer ton propre business sur Internet, lis la barre de description puisque j’ai un programme qui s’appelle l’Ecole de l’Elite Financière, dans lequel j’accompagne des étudiants à lancer, entre autres, un business Internet de A à Z, de la définition de leur niche, de leur idée, ou marketing, aux tunnel de ventes, à la création de leurs produits, la définition de leur pricing, la gestion des réseaux sociaux, YouTube, Instagram, Facebook, la société, comment on déclare ça. Plein de choses.

Il y a plus de 30-40 heures de formation. Donc tout se trouve dans la barre de description si lancer un business sur Internet t’intéresse, devenir indépendant financièrement via la création de business Internet, et décorréler le temps de ton argent, lis bien ça, ça va t’intéresser.

Sur ce, je te dis à très très vite. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *