Comment j’ai failli PERDRE mon business

Dans cette nouvelle vidéo, je t’explique comment j’ai reçu un mystérieux courrier alors que j’ouvrais ma boîte aux lettres, chez moi, en Estonie…

Boîte aux lettres dans laquelle je ne reçois jamais de courrier puisque personne ne connaît mon adresse en Estonie…

Ce courrier aurait pu mettre à terre cette chaîne Youtube et Club Millionnaire…

#Business #Marque #INPI

 

Comment j’ai failli PERDRE mon business

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Yes les amis, bienvenus sur cette nouvelle vidéo. Alors, est-ce que c’est un putain de titre, putaclic – encore un parmi tant d’autres sur Youtube ; ou est-ce que j’ai réellement failli perdre mon business ?

Eh bien, figure-toi que ce titre n’est réellement pas un titre putaclic puisque tu vas voir que le ClubMillionnaire que tu connais aujourd’hui, pour lequel tu es en train de regarder des vidéos sur YouTube sur ton ordinateur, sur ton téléphone, ou que sais-je  – aurait pu ne plus exister du jour au lendemain, à cause – je ne dirai pas forcément d’une bêtise, mais à cause d’une négligence ou plutôt d’un point sur lequel vous devez être très vigilant lorsque vous décidez de créer un business.

Et je vais t’expliquer précisément dans cette vidéo quel est ce point, ça va vraiment être une vidéo, on va être posé. Je vais te raconter une histoire qui m’est arrivée, sur laquelle j’ai appris une belle leçon et sur laquelle tu dois vraiment faire très attention.

Donc, comme tu peux le voir, on est dans un plutôt beau décor, on est en Egypte aujourd’hui, à Ograda. Ograda, une ville qui a malheureusement connu un déclin du tourisme, et je ne vais pas te mentir, la ville est quasiment fantôme parce qu’il y a eu des attentats, il y a eu pas mal de choses en Egypte qui s’est passé ces dernières années.

Mais comme tu peux le voir, c’est très très beau : une eau magnifique, la mer rouge, des petits yachts, un beau spot pour le snorkelling ; mais bref, ce n’est pas le but de cette vidéo, et je pense que tu t’en fous un petit peu.

Donc, je vais plutôt te raconter quelle est cette fameuse histoire qui m’est arrivée, et sur laquelle j’aurais pu littéralement perdre ce business ClubMillionnaire.

Donc écoute, j’étais un jour tranquillement installé chez moi en Estonie, il faut savoir que je n’ouvre jamais la boite aux lettres ; mais quand même de temps en temps, je me sens forcé de l’ouvrir puisqu’en Estonie chez moi on fout plein de prospectus, ça finit par dégueuler de la boite aux lettres.

Et de temps en temps je me dis : « Allez hop Raph, on sort tout ça, on fait le tri et terminé ; comme ça la boite aux lettres, elle est clean. » Et personne ne connaît mon adresse en Estonie si ce n’est le site des impôts en France ou le Gouvernement Français – enfin, au moment où je fais ma lettre de création, je me suis déclaré sur différents sites.

Voilà, je ne vais pas t’expliquer comment ça se passe de A à Z mais personne en gros n’a mon adresse. Je ne sais même pas si ma famille proche a mon adresse précise en Estonie. Mais il n’y a que moi qui la connais et je ne reçois clairement pas de courrier là-bas.

Sauf que à part les courriers que je reçois, les colis que je me fais délivrer juste comme ça, mais je sais que je dois recevoir ça. Sauf un jour où je reçois un message – en Estonie en fait il n’y a pas de place pour les colis dans les boites aux lettres ; donc tu reçois un petit papier sur lequel ils te disent : « Tu as un colis qui t’attend à la poste juste à côté de chez toi, vas le chercher » et puis voilà.

Donc je me dis : « Ah tiens, c’est bizarre, j’ai reçu une lettre » – ils ne te disent pas d’où ça vient, de qui, ce que ça contient, quelle forme de package c’est ; ils te mettent juste le poids.

Donc, j’ai une lettre, je vais aller voir, c’est assez curieux, qui avait bien pu m’envoyer un courrier ici chez moi ? Peut-être que c’est – en fait je ne sais pas, je ne sais pas du tout ce que c’est. Donc, je vais à la poste et là je vois que la nana me tend une enveloppe.

Je lui donne mon papier, elle me tend une enveloppe, et dessus c’est écrit : Cabinet d’avocats, protection – comment c’était écrit ? – Cabinet de protection intellectuelle, bref tout ce qui relève du droit d’auteur, la protection de droit d’auteur – pour faire krès simple.

Je me dis : « Ouh la la, putain, ça pue, c’est écrit mon nom, mon adresse » Et je dis : « Personne n’a mon adresse ! comment ils ont trouvé mon adresse ? comment ils ont fait pour l’obtenir ? » Et je dis à la nana : « Mais en fait, non je ne le veux pas »

Parce qu’il fallait que je signe pour le récupérer, et si je signe pour le récupérer, ça veut dire que j’ai reçu le courrier et eux sont notifiés et moi je ne sais pas ce que contient ce courrier. Je ne sais pas ce qu’on me veut, je ne sais pas qui est derrière ce Cabinet d’avocats et je ne sais pas ce qu’on me reproche précisément. D’autant plus que je n’ai jamais volé aucun contenu.

Alors, la seule chose que j’aurais pu faire c’est peut-être de voler des images qui étaient sous droit d’auteur, comme tout le monde le fait malheureusement.

Alors, je ne dis pas que c’est une pratique à faire ; beaucoup de mes images sont libres de droit d’auteur puisque je m’efforce d’aller sur des navigateurs – je fais des recherches avancées pour avoir des images libres de droit, ou je vais sur des banques d’images pour avoir des images gratuites, mais ça m’est déjà arrivé d’utiliser des images sous droit d’auteur.

Donc, je me dis : «  Ça peut être ça, mais c’est quand même bizarre, pourquoi on ne m’a pas contacté avant ». Je me dis : « Mais en fait, boum ! ils vont m’attaquer avec un courrier d’avocat, on n’a pas su me contacter par téléphone, par email ; s’il y a quelqu’un qui est relativement joignable, ça reste quand même moi ».

Alors quand on m’envoie un email, j’y réponds ; quand on me téléphone, généralement s’il y a un message sur le répondeur, je vais rappeler s’il faut rappeler.

Bref, je ne suis pas non plus injoignable donc – mais c’est quand même bizarre de faire les choses de cette façon-là.

Donc, je ne vais pas dire que je prends peur mais je ne prends pas le courrier. Je me dis : « Si je ne l’ai pas reçu, au moins, ça bloque un peu la procédure. » Tu sais généralement, c’est des trucs assez simples.

Je veux dire : si tu veux bloquer des procédures en France ou je ne sais où, il suffit de tout faire pour retarder, ça prend des années, ça décourage les gens et des fois tout s’arrête.

La preuve en est avec l’autre histoire que je vais te raconter dans la prochaine vidéo juridique, puisque vous m’avez indiqué que vous avez envie que je fasse quelques vidéos comme ça sur des problèmes juridiques qu’on peut avoir en tant qu’entrepreneur.

Je te ferai une autre vidéo, mais sur laquelle en fait tu te rendras compte que bloquer des procédures est très très simple.

Donc là je me dis clairement : « Bon, je vais ralentir le truc, je ne sais pas ce que c’est. Je vais attendre qu’ils me contactent, qu’ils essaient de me joindre d’une autre façon qu’avec un courrier recommandé chez moi en Estonie avec un Cabinet d’avocats. »

Et je me dis : « Bon voilà, je bloque le truc. » Et en fait, quelque temps plus tard, je reçois – pas longtemps après, quelques semaines je crois ; je reçois un email il me semble de l’INPI. Si tu ne sais pas ce qu’est l’INPI, il s’agit de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle.

C’est une connerie, mais en gros c’est ce qui te permet de déposer des marques, des brevets ou des choses comme ça lorsque tu crée un business ou tu ouvres un établissement ou tu sors un produit – un logiciel, ce que tu veux.

Et c’est quelque chose que tu dois entièrement faire en tant qu’entrepreneur lorsque tu sors une marque, un logiciel, un produit, tout ce que tu veux qui a un nom spécifique et tu veux le protéger :tu dois déposer ce nom auprès de l’INPI.

En France, il y a une base marque que tu peux consulter gratuitement, c’est la base marque INPI pour savoir déjà si un nom est pris déjà ou pas, si une marque est prise ou non. Ça te permet déjà de ne pas faire de bêtise.

Imagine, tu lances un business ou un logiciel quelque chose, portant précisément le nom d’une marque qui existe déjà, ça peut te poser forcément des problèmes en sachant qu’il y a quand même différentes catégories – « différentes classes ».

Par exemple, tu as la classe Textile, tu as la classe Logiciel, tu as plein de classes. Donc en fait tu peux avoir des marques qui vont déposer selon différentes classes.

Bref, je ne vais pas t’embrouiller avec ces choses-là, ce n’est pas le but de la vidéo. Et en fait ce courrier de l’INPI, cet email que je reçois me dit que en effet, j’ai une procédure – j’arrête de te montrer un peu la mer, je te montre ma tête.

Cet email me dit que suite à un dépôt de marque que j’avais fait il y a quelque temps, il y a eu un litige qui a été fait par une société qui n’est rien d’autre que la Française des Jeux. Et en fait, j’apprends que c’est la Française des Jeux qui m’avait contacté via ce courrier en Estonie, pour me dire que non, ClubMillionnaire – ça ne va pas.

ClubMillionnaire, il faut arrêter ces conneries. ClubMillionnaire ça nous fait de l’ombre, ça fait concurrence à la Française des Jeux.

Donc, c’est une blague, c’est ironique, voilà. La Française des jeux en fait m’a dit : « Ce dépôt de marque, moi je ne l’aime pas parce qu’il y a le mot millionnaire et que millionnaire à la Française des Jeux, c’est le nom d’un ticket à gratter. »

Je crois que ça s’appelle Le Millionnaire, c’est un ticket à gratter où tu peux gagner sûrement 2 balles en ayant investi 10000€, donc, certainement pas ce que je défends comme valeur sur mon business.

Bon, « petite boutade ». Mais, l’idée était là, c’est qu’ils ont mis dans le courrier tout un tas de jurisprudence.

Crois-moi que les avocats de la Française de Jeux, je n’avais pas du tout envie de m’y « frotter », puisque dès le premier courrier que j’ai par la suite pu consulter, ils avaient mis tout un exemple de jurisprudence mentionnant des décisions de tribunaux prouvant que la dénomination « Club » devant le mot « Millionnaire » n’était pas suffisamment différenciante par rapport au nom seulement de Millionnaire.

Et que du coup, ça n’allait pas, et que du coup c’était un caractère identique et de concurrence. Du coup, en fait il faut savoir quand tu déposes une marque, il y a tout un tas de choses que tu peux faire et ne pas faire.

Donc, il va falloir faire très attention également, ce n’est pas que j’arrive, je veux déposer cette marque-là, je la dépose et c’est la fête du slip et c’est bon. J’ai ma marque.

Non, il y a tout un tas de caractères et de protocoles à respecter et on ne fait pas n’importe quoi non plus avec ça. Et donc en gros là, je me dis en voyant ce courrier : « Ouh la la la la, ClubMillionnaire, c’est terminé. » ClubMillionnaire, ils vont me dire, tu ne peux plus avoir ce nom de domaine, tu ne peux plus te présenter comme ClubMillionnaire, c’est terminé.

Et là je me dis : « Aïe, aïe, aïe, comment on va faire ? Comment on va faire ? Comment on va faire ? » Parce que, bah non, moi j’ai construit quand même toute ma communauté, toute mon audience, vous tous là, autour du ClubMillionnaire, vous me connaissez sous ClubMillionnaire.

Plein de fois, quand je rencontre des gens en séminaire, ou à des soirées, des évènements autour du business, on me dit : « Ah, mais c’est toi le gars du ClubMillionnaire » ; avant même de dire : « C’est toi Raphaël » ou quelque chose comme ça.

Souvent c’est ClubMillionnaire qui ressort, tout simplement parce que c’est un nom un peu putaclic qu’on retient facilement.

Et donc là je me dis : « C’est chaud, c’est chaud, c’est chaud. » Et en fait, dans ce courrier qu’ils m’avaient envoyé et que j’ai pu par la suite consulter, il n’y a aucune recommandation qui est faite.

C’est-à-dire qu’ils ne me disent pas : « Supprime tout ». Ils ne me disent pas fais ci, ils ne me disent pas fais ça, ils ne me disent rien. Ils me disent juste « Frère, tu as déconné ; ClubMillionnaire, ce n’est pas cool », mais ils ne me disent pas quoi faire.

Et donc, je me dis : « Je vais les contacter. » Donc je contacte le cabinet d’avocats à Paris et je leur dis : « Les gars, j’ai bien vu ce que vous me demandez là via l’INPI mais qu’est-ce que vous voulez concrètement de moi, qu’est-ce que vous voulez ? »

Et là en fait, ça s’est bien passé puisqu’ils étaient super sympa. Ils m’ont dit : « Ecoute, on ne te demande pas de supprimer le dépôt de marque, on ne te demande pas de supprimer cette marque, on ne te demande pas d’arrêter d’utiliser la dénomination ClubMillionnaire.

On te demande simplement sur ce dépôt de marque que tu as fait auprès de l’INPI d’ajouter une mention dans une classe précise qui était relative à celle des jeux etc. du divertissement, je ne sais plus trop exactement laquelle, d’inscrire une mention portant le fait que tu ne fais pas de jeux à gratter ou de jeux de loterie ou des choses comme ça. »

Donc en gros, j’avais déposé 3, 4 ou 5 classes sur la marque ClubMillionnaire et dans une des classes, il fallait que je rajoute à la main 4-5 mots disant : hors jeux à gratter etc. Et revalider et refaire le dépôt de marque. C’était gratuit en plus, il n’y avait rien à payer ; juste revalider la procédure, envoyer le courrier et la preuve de modification auprès de leur cabinet et c’était terminé.

Donc, à l’heure d’aujourd’hui tout est terminé, tout s’est bien résolu, tout s’est bien passé. Le dépôt de marque a été modifié. Je ne fais pas de jeux à gratter donc je m’en fous, j’ai modifié le dépôt de marque, et j’ai toujours le droit d’utiliser ClubMillionnaire. Et heureusement !

Imaginez-vous, comment j’aurais fait. J’aurai adapté les choses mais j’aurai perdu beaucoup d’énergie que j’ai pu mettre en dispatchant le terme ClubMillionnaire sur plein de vidéos YouTube, sur des supports physiques, sur Instagram, partout en fait j’aurai perdu énormément de mon branding. Ça m’aurait vraiment fait mal et fait chier.

Donc, l’idée et la conclusion pour toi aujourd’hui à retenir c’est quoi ? C’est que : fais attention quand tu déposes une marque, et c’est quelque chose que je t’invite à faire très fortement lorsque tu crées un business.

Très rapidement, il faut déposer une marque. C’est quelque chose qui va te protéger toi en tant qu’auteur, en tant que créateur, en tant que businessman. Mais c’est super important parce que quelqu’un pourrait venir t’embêter et te dire : « Ecoute, non, ta marque en fait, regarde, elle est déjà déposée dans une base marque ; c’est trop similaire, je vais te faire un procès, je vais te réclamer tant pour dommages et intérêts ».

On est dans un monde de requins, il ne faut pas oublier que le milieu du business, aussi amical qu’il puisse paraître sur YouTube ou sur tout ce que tu vois ou sur Instagram ; moi-même le premier, je peux être forcément – enfin je suis très souvent quelqu’un qui déconne sur Instagram, mais il ne faut pas oublier que si on parle business, et que c’est un milieu de requins.

Personne n’hésitera à vous couper une main, à vous mettre un couteau sous la gorge et à vous demander de l’argent ou à vous faire un procès s’il estime qu’il y a quelque chose d’intéressant à aller chercher. Notamment de l’argent. Donc, faites attention à ça.

C’est quelque chose dont je parle dans ma formation, notamment sur le module business Internet, tout ce qui est dépôt de marque et l’Internet tout ça, ce qu’il faut le faire en nom propre, ce qu’il faut le faire en société.

Parce que ça aussi, c’est une bonne question : est-ce que je prends la marque sur mon nom, et je revends le droit d’exploitation à la société ou est-ce que c’est la société qui prend cette marque et qui exploite directement la marque ?

Il y a tout un tas de stratégies comme ça, de réflexions à avoir sur ce dépôt de marque, on ne fait pas ça non plus n’importe comment. Mais voilà, c’est quelque chose dont je parle au sein des formations et je ne vais pas m’attarder là-dessus puisque je pense que ça fait déjà un petit moment que je parle ici.

Donc voilà, écoute : dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires ci-dessous. Est-ce qu’une histoire similaire t’est déjà arrivée ? Si tu n’es pas abonné, n’hésites pas à t’abonner non plus. Voilà, commente – je répondrai à tes commentaires avec grand plaisir.

Et puis n’hésite pas à partager cette vidéo à plein d’entrepreneurs, en tout cas à tes amis entrepreneurs – investisseurs qui pourraient être appâtés par cette problématique qu’on peut potentiellement assez souvent sous-estimer alors qu’elle a potentiellement également un gros impact le jour où ça nous arrive et que ça nous tombe sur la tête.

Ça peut avoir de gros impacts financiers sur notre entreprise.

Donc, je te remercie d’avoir regardé cette vidéo en direct d’Egypte Ograda. Et je te dis à très très vite. Ciao Ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *