Comment investir en Bourse aux Etats-Unis ?

Salut à tous,

J’ai rencontré en Estonie via un contact en commun Viken ! Viken est un investisseur en Bourse mais uniquement sur les actions et les obligations américaines.

Lorsque tu regardes ses performances sur les 12 dernières années (oui, bel historique, n’est-ce pas ?), tu comprends très vite que Viken sait ce qu’il fait puisque sa seule année négative est celle relative à la crise des subprimes en 2008 et il a encaissé une perte cette année de seulement 3%, ce qui n’a rien à voir avec ce que d’autres personnes ont encaissé comme pertes.

Clique sur ce lien pour voir les performances de Viken.

Dans cette vidéo, nous voyons comment investir en Bourse aux Etats-Unis mais aussi pourquoi, on parle de quelle stratégie il vaut mieux adopter, de quel capital il faut pour pouvoir investir, bref, de pas mal de choses ! 

Si ce que te propose Viken à la fin de la vidéo t’intéresse, tu peux trouver toutes les informations en cliquant ici.

Comment investir en Bourse aux Etats-Unis ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle, je me trouve aujourd’hui à la maison en Estonie, à Tallinn. Je vais vous présenter quelqu’un qui s’appelle Viken, qui est investisseur en bourse sur le marché américain. Avant qu’on commence cette vidéo, comme d’habitude n’oublie pas de cliquer sur le bouton s’abonner ci-dessous, ça te permettra de recevoir en avant- première toutes mes prochaines vidéos et lis bien la barre de description également, juste en dessous puisque j’ai un petit cadeau pour toi. Il s’agit d’un pack de bienvenue au contenu 100% secret qui te permettra de commencer à amorcer ton indépendance financière. Viken, salut,

Viken : Salut Raph,

Raph : Comment tu vas ? La forme ?

Viken: Super, merci pour l’invitation,

Raph : Merci à toi d’être venu aujourd’hui. Qu’est-ce que tu faisais en Estonie aussi d’ailleurs ?

Viken: Alors moi, je suis un ami de Jonathan et Maxence Rigottier que vous connaissez sûrement,

Raph : Sûrement, oui

Viken: Si vous suivez l’infoprenariat. On est ami depuis quinze ans, bien avant, presque bien avant internet,

Raph : Oui

Viken: Je suis venu les voir voilà, c’est la deuxième fois que je viens en Estonie, c’est assez sympa, surtout à cette saison et j’ai rencontré Raph,

Raph : Yes, on s’est rencontré il y a deux, trois jours,

Viken: Oui,

Raph : Lors d’un petit restaurant,

Viken: Oui

Raph : Tranquille entre entrepreneurs. Du coup, est-ce que tu peux te présenter du coup, rapidement pour ceux qui ne te connaissent pas, me dire qui tu es, ce que tu fais dans la vie, quel âge tu as ?

Viken: Oui

Raph : Nous dire tout ?

Viken: Ça marche. Alors, j’ai trente-quatre ans, j’habite dans le sud de la France, près de Nice et je suis trader pour compte propre depuis 2006, donc c’est un grand mot, ça veut juste dire que je trade mon propre argent,

Raph : Oui,

Viken: Depuis 2006. J’ai créé un site internet sur lequel, je partage mon, je permets aux gens de suivre mon portefeuille en temps réel et voilà.

Raph : Tu es investisseur donc en bourse si on résume en trois mots ?

Viken: C’est ça, investisseur privé,

Raph : Investisseur privé,

Viken: Je trade mon propre argent,

Raph : Exactement. Donc petite particularité, c’est que toi tu investis sur le marché américain, c’est ça ?

Viken: Exactement, exclusivement

Raph : Oui, exclusivement, à 100%. Pourquoi avoir choisi le marché américain et pas celui français, roumain, japonais, je n’en sais rien ?

Viken: Parce que le marché américain, c’est un marché qui bouge,

Raph : Oui,

Viken: Le marché français, je m’étais intéressé au tout début, parce que pour résumé, ça fait une quinzaine d’années que je fais ça. Au tout début, j’ai regardé un peu les opportunités. Le marché français a très, très peu de mouvements,

Raph : Okay,

Viken: Donc voilà, je m’étais dit que je ne gagnerais jamais beaucoup d’argent avec ça, du coup, j’ai fait un choix dès le début, parce que le marché américain a vraiment de gros mouvements, c’est uniquement pour ça que j’ai choisi ça.

Raph : Donc vraiment dans une volonté de s’enrichir de manière plus importante,

Viken: Voilà

Raph : Et plus rapidement ?

Viken: Exactement, parce que le marché français pour un français a un avantage c’est que vous pouvez investir dans le cadre d’un PEA,

Raph : Oui

Viken: Donc il n’y a pas d’impôts, mais malgré ça, d’après mes calculs à moi, malgré ça on est quand même, on peut avoir de meilleurs résultats finaux sur le marché américain,

Raph : Okay, on parlera peut-être un tout petit peu d’imposition à la fin de la vidéo, savoir comment ça se passe quand tu investis aux États-Unis en termes d’imposition. Mais avant ça, on va plutôt parler du cœur de la stratégie entre guillemets. Du coup, aux États-Unis, qu’est-ce que tu achètes entre guillemets ? Est-ce que tu achètes un type d’action particulier, qu’elle est ta stratégie rapidement ?

Viken: Oui, donc moi je voulais un portefeuille, j’ai envie de dormir sereinement la nuit, donc moi je fais du long-terme. Je mets à jour mon portefeuille seulement une fois par mois, je ne veux pas que ça me prenne toutes mes journées et surtout je veux dormir la nuit. Alors j’ai cherché une nouvelle méthode pour protéger mon portefeuille, donc il y a deux méthodes principales, c’est soit la méthode long short, donc pour faire simple, méthode long short, vous divisez votre capital en deux,

Raph : Oui,

Viken: 50% de votre capital vous l’investissez en étant longues sur des entreprises, c’est-à-dire que vous pariez à la hausse, vous pariez que ses entreprises vont monter

Raph : Okay

Viken: Et 50% vous êtes short, c’est-à-dire que vous choisissez les entreprises sur lesquelles vous pensez qu’elles vont baisser,

Raph : Okay,

Viken: Et ça fait que si par exemple il y a une crise comme en 2008, les entreprises qui vont baisser, vont baisser fortement, elles compenseront la perte des entreprises sur lequel vous étiez longues.

Raph : Okay,

Viken: Donc ça, c’est une stratégie assez connue, mais qui rapporte peu, ça rapporte dans les 5% par an, en moyenne

Raph : Okay,

Viken: Donc j’ai cherché autre chose,

Raph : Parce que ce n’est pas assez pour toi 5% ?

Viken: Non,

Raph : Tu t’es dit ce n’est pas assez, je veux plus,

Viken: Ce n’est pas assez oui,

Raph : Okay,

Viken: 5%, ce n’est pas énorme, du coup j’ai cherché autre chose et du coup alors ce que j’ai fait, j’ai toujours la moitié de mon capital, les investisseurs et entreprises longues, c’est-à-dire sur lesquels je parie à la hausse

Raph : Okay

Viken: C’est la même méthode d’analyse

Raph : Okay

Viken: Qui me permet d’endetter les entreprises qui vont augmentés, et l’autre moitié 50% j’ai investis en obligation d’état à long terme des États Unis

Raph : Donc du coup tu as un portefeuille qui est varié entre actions américaines et obligations américaines

Viken: Voilà c’est ça

Raph : Ton pourcentage c’est quoi, c’est un pourcentage précis, 55, 50

Viken: J’ai fait ça 50, 50

Raph : Alors à chaque fois tu rééquilibres pour avoir 50, 50 ?

Viken: Une fois par mois

Raph : Une fois par mois, Okay, alors peut-être pour ceux qui nous regardent, c’est vrai qu’on connaît tous, enfin je pense que beaucoup connaissent le terme action, c’est facile,

Viken: Oui

Raph : Tout le monde connaît, je pense, mais le terme obligation on le voit peut-être un petit peu moins souvent, est-ce que tu peux résumer peut-être en trente secondes, qu’est-ce qu’une obligation ?

Viken: Une action c’est simple, vous achetez une partie d’une entreprise et les obligations d’état que j’achète, en fait c’est un prêt, c’est-à-dire vous savez que les États-Unis sont endettés et pour trouver des investisseurs ils vendent des obligations, c’est-à-dire que moi qui possède actuellement les obligations d’état, mais c’est un produit côté en bourse, vous pouvez en acheter cet après-midi si vous voulez, vous devenez en fait la banque chez qui les États-Unis empruntent

Raph : Okay

Viken: Et les obligations d’état, c’est quelque chose, c’est ce qu’on appelle une valeur refuge un peu comme l’or, et pourquoi j’ai acheté ça parce que justement c’est un, ils ont un comportement inverse aux actions, comme cette valeur refuge, si les actions baissent les obligations montent et vice versa

Raph : Okay, ça va vraiment contre balancer les performances de l’un ou de l’autre

Viken: Exactement

Raph : Alors tu as parlé du fait que les États-Unis étaient endettés, est-ce que justement voilà, c’est vrai que tous les pays développés, enfin beaucoup de pays développés sont endettés, mais est-ce que ce n’est pas un risque justement d’investir dans un marché étranger qui est endetté surtout que celui des États-Unis est quand même fortement endetter c’est vrai, bon la France n’est pas forcément un exemple, mais c’est vrai que l’Estonie que par exemple n’est pas endetté, mais est-ce que ce n’est pas un trop gros risque ça justement ?

Viken: Justement les obligations en fait, vous êtes rémunérés, vu que vous devenez une banque, vous êtes rémunérés donc par l’état chez qui vous avez, à qui vous avez prêté de l’argent, et la rémunération dépend du risque en fait, les États-Unis c’est vrai qu’ils sont très endettés, mais comme c’est un pays qui a, on va dire, c’est le leader mondial

Raph : Oui ils sont puissants

Viken: Voilà, ils trouveront toujours des investisseurs dans quatre, parce que vous perdez votre argent que si l’état fait faillite

Raph : Oui

Viken: Il y’a très peu de risques que l’état fasse faillite, donc ça rémunère très peu, du coup c’est 1% par an, par contre si vous prenez des obligations, je n’ai pas regardé les taux, mais on va dire un pays comme la Grèce ou le Portugal, là le risque de faillite est plus grand,

Raph : C’est clair,

Viken: Et du coup il rémunère plus

Raph : Okay

Viken: Donc effectivement il y’a toujours un risque, mais il est rémunéré du coup la rémunération est corrélée aux risques

Raph : Aux risques

Viken: Les États-Unis, bon

Raph : Oui

Viken: Très peu de risque, le risque qu’il fasse faillite

Raph : et le jour où ça arrive, c’est que ça ne sent pas bon entre guillemets c’est

Viken: C’est la fin du monde

Raph : C’est la guerre ou la fin du monde, mais presque quoi

Viken: Donc ce n’est pas impossible, rien n’est impossible

Raph : Bien-sûr

Viken: Mais le risque est très, très faible, c’est pour ça que moi j’achète 50%, en fait je mets 50% de mon capital là-dessus

Raph : Oui

Viken: Et je dors bien la nuit quoi,

Raph : De te protéger de ton portefeuille

Viken: Exactement

Raph : Donc c’est toujours pareil, plus il y a un grand risque plus la rémunération est importante

Viken: Tout à fait

Raph : Okay, alors comment tu fais pour choisir une action ? Alors on ne va pas forcément révéler ta stratégie, parce que je pense que ça serait long, ce n’est pas un truc que tu fais au hasard ou qui est rapide. Il y’a forcément de la réflexion derrière, mais est-ce que tu peux peut-être donner un début de piste de réflexion pour les gens qui nous regardent et qui se disent okay c’est cool la stratégie, mais comment je peux savoir quelles actions sont bien ou pas bien ?

Viken: Oui, exactement, parce que du coup la partie obligation donc ce n’est pas la partie sur laquelle je gagne de l’argent

Raph : Oui

Viken: C’est comme tu dis, je edge là-dessus, c’est ma couverture en fait

Raph : Oui

Viken: Ca protège, ça protège l’autre partie sur laquelle je gagne de l’argent, et donc l’autre partie, il faut bien sélectionner les actions, donc moi je sélectionne parmi les actions qui font partie du S&P 500, le S&P 500 en fait c’est un indice qui est fait par un cabinet d’audit « Standard and poor’s » donc il y a donc des analystes qui ont un niveau bien supérieur au mien,

Raph : Oui

Viken: Qui analysent les cinq cent meilleures entreprises des États-Unis, en gros pour faire simple, et donc moi je me limite à ça comme panel, parce que je me dis que si l’entreprise elle est là-dedans c’est qu’ils ont analysés que

Raph : C’était solide,

Viken: Voilà

Raph : Oui

Viken: Et en plus même mécaniquement même si l’entreprise n’était pas bonne, juste le fait de la mettre là-dedans, tout de suite elle a une meilleure image,

Raph : Elle a un coup de boost,

Viken: Elle prend de la valeur

Raph : Oui, valeur perçue

Viken: Même si l’entreprise, même s’ils en prenaient une au hasard et qu’ils disaient on va faire un coup de bluff, on va prendre n’importe quelle entreprise on va faire monter son cours, juste le fait de la mettre là, ça ferait monter

Raph : Oui

Viken: Et par contre, quand ils décident d’en sortir une, alors là

Raph : Ca la fait baisser ?

Viken: Voilà, déjà normalement quand il l’a sorte, c’est qu’elle ne va pas très bien, mais alors le fait de l’a sortir ça l’achève, le cours vous pouvez voir, d’ailleurs certaines utilisent cette stratégie

Raph : Oui

Viken: L’action s’effondre, il faut réagir très vite, parce que du coup les investisseurs

Raph : Ils se cassent la, okay,

Viken: Vous pouvez faire le test, vous suivez les entrées et les sorties du S&P 500, quand elle sort le cours s’effondre, c’est un signe très, c’est un mauvais signe on va dire

Raph : Ça veut dire que ça ne sent pas bon pour cette entreprise

Viken: Exactement

Raph : Okay, justement est-ce que toi tu fais, moi je me sers beaucoup en fait des actions à forts dividendes pour toucher entre guillemets, oui toucher un revenu de la même façon qu’en immobilier je vais toucher un loyer, est-ce que toi tu vises les dividendes quand tu achètes des actions ou pas du tout, ta stratégie c’est vraiment de la plus-value sur le long terme ?

Viken: Non, moi c’est de la plus-value sur le long terme

Raph : Okay

Viken: Je ne regarde pas du tout d’ailleurs, le dividende qui va être servi, du coup je les achète sans ce critère-là

Raph : Okay

Viken: Après il arrive que par hasard, des fois, j’ai une action dans mon portefeuille, c’est arriver assez d’ailleurs, j’ai une action dans mon portefeuille et pendant la période où je la possède, ils vont détacher le coupon, ce qu’on appelle détacher le coupon, c’est verser le dividende aux actionnaires, donc ça m’arrive assez régulièrement de recevoir des dividendes, mais ça ne va pas être un critère de sélection

Raph : Okay donc

Viken: C’est une stratégie que d’autres utilisent et qui marche très bien aussi, mais

Raph : Pas pour toi ?

Viken: Moi c’est vraiment de la spéculation à long terme

Raph : Et quand tu dis du coup spéculation à long terme, est-ce que c’est-à-dire que tu te donnes une fenêtre de tir dans laquelle tu vas revendre tes actions et encaisser tes plus-values ou est-ce que tu pars vraiment sur une optique de je conserve à vie, je fais de la plus-value, je fais grossir mon portefeuille et je réinjecte un petit peu avec les intérêts composés ?

Viken: Je réinjecte les intérêts composés

Raph : Okay

Viken: Et donc quand j’achète une action je ne sais pas l’avance quand elle va sortir de mon portefeuille, mon portefeuille il est mis à jour une fois par mois

Raph : Oui

Viken: Les premiers jours de chaque mois en fait, les premiers jours de chaque mois je réévalue l’ensemble de mes positions, et donc ça peut arriver que certaines positions durent un an voir plus

Raph : Okay

Viken: Ils peuvent rester deux ans ou d’autres qui reste un mois, parce que disant que le premier février je considérais qu’il était bien, premier Mars si les critères ne sont plus réunis, je la sors, souvent ça dure plusieurs mois, souvent je les garde plusieurs mois,

Raph : Oui

Viken: Mais tant qu’ils sont réunis, je la garde, du coup quand j’achète une action je ne sais pas à l’avance combien de temps je vais la garder, je réévalue une fois par mois

Raph : Tu fais un arbitrage comme on dit tous les mois, et tu en gardes et tu en rajoutes, etc.

Viken: Exactement

Raph : Qu’est-ce que je vais te poser comme question, tes performances, on n’a pas parlé de tes performances, c’est vrai qu’on aurait dû en parlait dès le début, excusez-moi je zieute un petit peu mes notes, mais tes performances ?

Viken: J’ai commencé en 2006

Raph : Oui

Viken: Je fais mes moyennes d’un peu plus de 20% par an

Raph : Okay

Viken: Voilà

Raph : En 2006, douze ans déjà, on est 2018

Viken: Oui, c’est ça, ça fait plus de douze ans maintenant et bon alors au début, parce que moi quand j’ai commencé, j’ai commencé à m’intéresser à dix-huit ans, si on m’avait dit 20% à dix-huit ans

Raph : Oui

Viken: Ça ne m’aurait pas fait rêver

Raph : Oui

V : Je sais que je découvre le principe des intérêts composés, et c’est là qu’on voit la différence, parce que donc vous connaissez le principe c’est simple, par exemple si vous commencez avec dix mille euros, la première année, avec 20% ça va vous faire deux mille euros, la deuxième année ça fera deux mille quatre cent

Raph : Oui,

Viken: Oui c’est ça

Raph : C’est sur 20% ?

Viken: C’est ça et en gros, pour faire 20% net en treize ans vous multipliez par dix le capital

Raph : Okay

Viken: Donc c’est-à-dire que la quatorzième année, on va dire que c’est théorique, parce que 20% c’est une moyenne

Raph : Oui

Viken: Mais pour l’exemple c’est simple, la quatorzième année vous gagnerez donc 20% de cent mille euros

Raph : Okay, donc clairement les intérêts composés

Viken: Oui c’est ça

Raph : On voit que c’est exponentiel, mais justement les intérêts composés c’est vrai que c’est assez décrier, il y’a certains qui vont dire ah oui c’est magique, entre guillemets tu mets un euro et au bout de soixante-ans tu es millionnaire, bon, j’abuse dans le chiffre, et d’autres qui vont dire maintenant les intérêts composés c’est bidon, parce qu’on ne prend pas en compte l’inflation, on ne prend pas en compte le fait qu’une seule mauvaise année et c’est toute ta tendance, ta dynamique qui est cassée, qu’est-ce que tu penses toi des intérêts composés, est-ce que c’est vraiment un moyen de s’enrichir et si oui à partir de quel capital de départ c’est intéressant vraiment de commencer ?

Viken: Du coup il y’a plusieurs questions, là tu as parlé du fait qu’une seule année, une seule mauvaise année peut casser toute la dynamique et tu as bien raison et c’est justement ça la clé, par exemple prenez Warren Buffet,

Raph : Oui

Viken: Vous le connaissez tous, c’est un, je ne sais pas, il est tout le temps dans le top cinq des hommes les plus riches de la planète, le chiffre actuel, mais ça varie entre il doit être à soixante-dix ou quatre-vingts milliard de Dollars

Raph : Oui le meilleur investisseur du monde comme on dit, oui

Viken: Voilà, et si vous savez ses rendements, il fait 20 à 30% par an

Raph : Okay

Viken: Ce n’est pas énorme, sauf qu’il le fait depuis plusieurs décennies, et la clé en fait c’est ça, la clé, parce que les années où tout le monde gagne, moi je gagne, n’importe qui gagne, vous achetez les actions, n’importe qui va gagner, et la clé c’est, c’est une stratégie à long terme, donc là vous allez rencontrer des crises et tout se joue en fait dans les crises,

Raph : Okay

Viken: Les années où tout le monde gagne, les années où les actions font 20, 30%

Raph : C’est facile

Viken: N’importe qui veut acheter, n’importe lequel, vous diversifiez quand même un peu, tout le monde va le faire, et la clé c’est les années des crises, c’est pour ça que du coup, moi j’ai voulu couvrir mon portefeuille, donc moi c’est les obligations que j’ai choisies

Raph : Oui

Viken: C’est ça, parce que tout se joue là-dedans

Raph : Okay, du coup ça me fait penser à deux questions, tu étais là en 2008 ?

Viken: Oui

Raph : Pendant la fameuse crise des subprimes, comment tu as passé entre guillemets cette crise ?

Viken: Oui, donc j’ai encaissé une petite perte, c’est la seule année négative d’ailleurs,

Raph : Donc sur douze ans, une seule année négative, 2008 ?

Viken: C’est ça, moi j’ai perdu 8%

Raph : Okay

Viken: Les marchés actions ont perdu suivant les pays dans les 40 à 50%

Raph : Donc tu es bien ?

Viken: C’est ça, j’ai limité la caisse

Raph : Oui

Viken: J’ai limité la casse et puis en gros, j’ai perdu quatre fois moins que les marchés actions

Raph : Oui

Viken: Et par contre dans les périodes de croissance, parce que l’année suivante, ça a bien repris, là je gagne, donc les années pendant la crise, j’ai perdu quatre fois moins que les actions

Raph : Oui

Viken: Par contre les années de croissance, je gagne en moyenne 70% de plus que les marchés actions,

Raph : Donc tu t’en sors très, très bien

Viken: Oui

Raph : Et donc maintenant avec cette année de 2008 en perte à 8% environ, tu es quand même sur douze ans à moyenne de 20%, 21% comme tu disais tout à l’heure ?

Viken: Oui, c’est ça

Raph : Donc ce qui est quand même très, très bien. Alors du coup avec combien de capital on peut commencer ? Quelqu’un qui nous regarde aujourd’hui et qui se dis bon, c’est cool, moi aussi j’aimerais bien commencer à investir sur le marché US selon ta stratégie, avec quel capital tu recommandes de commencer pour que ce soit vraiment intéressant ?

Viken: Moi je conseille avec quatre mille à cinq mille euros

Raph : Quatre mille, cinq mille euros on peut commencer à s’amuser entre guillemets et avoir des résultats qui sont quand même assez concrets ?

Viken: Exactement oui, parce que théoriquement on peut commencer avec moins, mais bon après,

Raph : Ce n’est pas motivant quoi,

Viken: Oui c’est ça, vous allez mettre treize ans pour multiplier par dix le capital, mais il faut mettre treize ans pour passer de cinq cent à cinq mille, ça fait beaucoup de travail

Raph : Pour pas grand-chose aussi au final,

Viken: Alors que si vous commencez à cinq mille, vous finissez à cinquante mille

Raph : C’est déjà plus intéressant

Viken: Voilà,

Raph : Donc en gros plus on commence avec un gros capital plus les effets, le levier entre guillemets sont importants et c’est motivant et on récupère,

Viken: Je sais que ton audience, les gens sont assez jeunes

Raph : Oui

Viken: Alors vous avez une grande chance, profitez-en et souvent on ne comprend pas tout de suite

Raph : Oui

Viken: Commencer tôt, il vaut mieux commencer tôt d’ailleurs avec un plus petit capital, si vous faîtes des calculs d’intérêts composés, commencer tôt avec un plus petit capital, vous serez beaucoup plus riche que quelqu’un qui commence à quarante ans avec un gros capital

Raph : Oui, oui

Viken: Ça c’est

Raph : Il ne faut pas attendre, il ne faut pas attendre de se dire j’attends d’avoir plus d’argent

Viken: Oui

Raph : Commencer le plus tôt possible

Viken: Voilà, ça c’est une bonne stratégie, ne faites pas n’importe quoi, mais rapidement commencer

Raph : Oui

Viken: C’est la clé

Raph : C’est clair, je l’ai répété plein de fois, et je le répéterais encore pleins de fois, c’est clair que l’âge quand tu commences tôt c’est un truc de malade, tu as une inertie qui se mets en place qui est assez folle, alors petite question, c’est vrai qu’en France on aime bien parler d’impositions, de fiscalité, de combien on va payer d’impôt sur ce qu’on a gagné, comment ça se passe pour toi puisque là tu es résident fiscal français c’est ça ?

Viken: Exactement je suis français

Raph : Et tu perçois des revenus des États-Unis sur, enfin comment tu es imposé sur tes plus-values des actions américaines, comment ça se passe ?

Viken: Alors ça vient de changer en fait, au premier janvier 2018, le gouvernement Macron a fait quelque chose de bien, ils ont simplifié le truc

Raph : Oui

Viken: Donc avant en fait, jusqu’au 31 décembre 2017, pour les actions hors Europe on va dire, donc les actions US en font partie, en fait le calcul était compliqué en fait, en gros plus vous gardiez l’action longtemps, il y’avait des plafonds à genre deux ans, plus vous gardiez l’action longtemps et plus le taux d’imposition diminuait

Raph : C’était dégressif ?

Viken: Oui c’est ça, c’est déjà c’était compliquer pour les calculs et en plus ça pouvez vous incitez à faire des erreurs, parce qu’une action que vous considériez devenue mauvaise, vous voulez la sortir du portefeuille, mais vous disiez si je la garde deux mois de plus, aller je vais

Raph : Je paye moins d’impôt

Viken: C’était moins d’impôts sur la plus-value, mais des fois ça peut vous insistez à faire des erreurs

Raph : C’est clair

Viken: Et du coup, depuis le premier janvier 2018, ils ont mis en place le prélèvement, prélèvement forfaitaire unique

Raph : Oui

Viken: Quelque chose comme ça et du coup maintenant c’est simple, parce que comme tu disais c’est la flat taxe

Raph : Flat taxe

Viken: 30% voilà,

Raph : Donc 30% sur toutes tes plus-values, sur tous tes bénéfices

Viken: De l’année,

Raph : De l’année, que ce soit de la plus-value ou que ça soit des dividendes

Viken: Les dividendes je crois que c’est légèrement différent, je crois

Raph : Oui

Viken: Je crois

Raph : À vérifier

Viken: Oui, à vérifier

Raph : Mais en tout cas pour les plus-values

Viken: Parce que moi je ne regarde pas exactement les dividendes

Raph : Non, ce n’est pas ta stratégie

Viken: Non

Raph : Oui

Viken: Mais en tout cas si vous êtes périodiques vous allez garder l’action une semaine

Raph : Oui

Viken: Ou deux ans

Raph : 30%

Viken: 30%

Raph : Terminer, simple

Viken: Donc c’est plus simple

Raph : Okay

Viken: Et en moyenne ça fait moins d’après les projections, déjà c’est plus simple dans les calculs et en plus c’est moins imposé

Raph : Okay, donc c’est plus avantageux pour l’investisseur en tout cas

Viken: Exactement

Raph : Théoriquement, okay

Viken: Merci Macron

Raph : Du coup, une dernière petite question, c’était le point fiscalité, on a tous entendu parler des cryptomonnaies, je pense que toi aussi

Viken: Oui, oui beaucoup

Raph : Voilà donc petite question pour clôturer cette vidéo, cette interview, qu’est-ce que tu penses des cryptomonnaies avec ton œil d’investisseur en bourse sur le marché américain, est-ce que les cryptomonnaies c’est une bonne chose ou pas, est-ce que tu investis dessus ou pas, pourquoi ?

Viken: Alors moi déjà j’ai zéro crytpomonnaies

Raph : Okay

Viken: Mais ce n’est pas que je considère que c’est une mauvaise chose, c’est qu’en fait pour moi c’est trop récent

Raph : Okay

Viken: En fait, je n’ai pas d’avis pour cette, ce n’est pas vraiment de réponses, mais je n’ai pas investi en cryptomonnaie, pour moi c’est trop récent, ça n’a pas passé, on voit qu’en quelques mois, il y’a des variations

Raph : Assez folles ?

Viken: Oui c’est ça

Raph : Oui

Viken: Pour moi c’est trop récent on n’arrive pas à comprendre à analyser les cycles, comme on peut le faire sur les bourses, parce que les actions c’est quelque chose qui existent plusieurs centaines d’années, du coup là, on arrive à comprendre, par exemple pour Warren Buffet aussi il disait qu’il ne s’intéresse pas aux cryptomonnaies

Raph : Oui

Viken: Je pense parce que c’est trop récent, mais moi je ne m’interdis pas je ne dis pas que ce n’est pas bien, mais je pense que je laisserais, alors je suis un peu traditionnel dans mon approche, mais je laisserais, je commencerais peut-être à en acheter dans vingt, trente ans

Raph : Oui

Viken: Parce que là, ça aura traversé les cycles, ce sera stabilisé, pour moi là c’est trop volatile,

Raph : Donc sûrement vingt à trente ans ?

Viken: Oui, parce que là pour moi je ne comprends pas ce qui fait bouger je crois que personne ne comprend, donc voilà c’est pour ça je n’en ai pas acheté du tout

Raph : Okay, donc ça c’est ton avis ?

Viken: Oui

Raph : Donc pas assez de feed-back et peut-être pas encore assez régulier

Viken: Oui c’est ça

Raph : Okay, bon on aura sûrement l’occasion de parler de cryptomonnaies à d’autres occasions en tout cas, moi pour ma part c’est vrai que j’ai investis, mais bref, on ne va pas faire le débat, ce n’est pas le sujet de la vidéo sur les cryptomonnaies, mais en tout cas c’est intéressant d’avoir ton avis en tout cas, comme investisseur en bourse, oui

Viken: Mais je ne dis pas que c’est bien dommage, je dis juste que

Raph : Oui bien-sûr

Viken: Pour moi c’est trop récent

Raph : Oui tu attends d’avoir plus de recul

Viken: Oui

Raph : C’est vrai qu’il y’a certaines opérations qui sont un peu douteuses sur les marchés parce que ce n’est pas encore réguler et peut-être qu’une régulation qui sera apportée ferait du bien aussi à ce marché-là, enfin bref on aura sûrement le débat dans d’autres occasions.

En tout cas, merci pour cette vidéo, je sais qu’on peut te retrouver quelque part, est-ce que tu peux nous donner le nom de ton site internet ?

Viken: Oui, « quantitrading.com », bon je pense que tu mettras un lien quelque part

Raph : Je mettrais tout en dessous dans la barre de la description comme d’habitude, qu’est-ce qu’on retrouve rapidement sur ce site ?

Viken: Donc moi je propose aux gens de suivre mon portefeuille en temps réel

Raph : Okay

Viken: Donc en gros ça me prend dix minutes par mois, ça me rapporte 20% par an

Raph : Oui

Viken: Et voilà je vous offre gratuitement la dernière action que je viens juste de rentrer dans le portefeuille, donc vous aurez une idée des fameuses actions de S&P 500,

Raph : C’est vrai qu’on n’a pas parlé de combien de temps ça te prenait, mais dix minutes par mois

Viken: Dix minutes par mois oui, oui

Raph : C’est rapide comme stratégie

Viken: Voilà puisque moi comme je vise le long terme, alors au moins il faut être réaliste parce que des fois on a des idées dans la vie, on dit voilà je vais faire ça, mais

Raph : Ce n’est pas comme ça

Viken: Moi parce que moi je vise sur plusieurs décennies et sur plusieurs décennies, je ne me vois pas faire une heure par jour

Raph : Oui tu analyses

Viken: Donc je visais quelque chose

Raph : Oui je vois

Viken: Plus simple

Raph : Dix minutes par jour, 20% de rendement par an

Viken: Dix minutes par mois,

Raph : Dix minutes par mois, oui, pardon, dix minutes par mois, c’est un insolent et c’est vrai qu’on n’a pas parlé non plus des actions avec lesquelles tu investissais, quel secteur, quelle industrie, etc. Mais du coup en allant sur le site de Viken, vous allez pouvoir laisser votre adresse e-mail et il vous enverra des actions dans lesquelles il investit et la dernière dans laquelle il a investi

Viken: Voilà

Raph : Okay, je mettrais tout dans la barre de la description ci-dessous, en tout cas merci d’avoir regardé cette vidéo, comme d’habitude un petit pouce en l’air si vous avez aimé la vidéo, un petit commentaire si vous avez des questions, on se fera un plaisir de venir y répondre, et n’hésitez pas à partager cette vidéo avec des gens qui seraient intéressés pour investir en bourse, pourquoi pas sur le marché américain. Merci beaucoup à toi Viken

Viken: Encore merci à toi

Raph : À très, très vite, ciao, ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *