4 façons d’investir dans l’immobilier quand on a 20 ans !

18

Salut à tous,

j’ai reçu plusieurs emails de jeune personnes, qui ont environ 20 ans, étant tombées sur mon site et qui m’ont demandées comment elles pouvaient elles aussi se lancer dans l’immobilier quand on part de zéro ou presque.

Dans cette vidéo, je tente de vous donner 4 solutions pour commencer à investir dans l’immobilier quand on a 20 ans et ainsi élancer sa boule de neige le plus tôt possible.

4 façons d’investir dans l’immobilier quand on a 20 ans !

 

https://www.youtube.com/watch?v=ea6h-2Up8Ag

formation-8-strategies

Retranscription texte de la vidéo :

“Salut à tous,

Je me retrouve aujourd’hui en plein milieu des vignes. Je fais cette petite vidéo pour répondre aux emails que j’ai pu recevoir de la part de jeunes étudiants d’environ la vingtaine qui se demandaient comment ils pouvaient investir en ayant 20 ans dans l’immobilier. Elles souhaiteraient se lancer mais ne savent pas vraiment par où commencer (par manque de moyen et par manque de vision), je vais tenter d’apporter quelques réponses à travers 4 solutions pour pouvoir investir dans l’immobilier quand on a 20 ans.

1ère solution : commencer petit

Il faut commencer avec des petits produits tels que les parkings. Les parkings valent en fonction de la ville entre 5000 et 15 000€ en province, je mets Paris de côté car c’est un micromarché selon moi donc je ne le prends pas en compte. On peut donc déjà commencer par louer un parking, c’est des petits montants avec des prises de risques plutôt faibles. Ce montant pour l’obtenir, soit vous l’avez peut être déjà de côté avec des petits boulots que vous avez fait, des petits boulots d’été ou en laissant de côté l’argent que vous avez pu obtenir. Soit c’est via la technique du prêt étudiant, de 5000 à 15000€, c’est facilement empruntable si vous êtes étudiants et ça vous permettra de vous lancer via cette acquisition immobilière dans un premier temps.

Vous n’allez pas toucher de gros loyers, ça sera petit mais l’idée c’est de commencer petit et d’ensuite commencer à grossir. Comme on dit, investir dans un parking ou dans un appartement ou un immeuble de rapport, c’est exactement les mêmes procédures (négociation, notaire, travaux…) et vaut mieux faire des erreurs sur des petites acquisitions que sur un immeuble de rapport, ça ne se répercutera pas de la même façon au niveau de vos finances.

2ème solution : investir en société

Ca peut faire peur comme ça mais on peut investir via une SCI en s’alliant avec d’autres personnes. Finalement, vous êtes là, vous êtes jeunes, vous êtes étudiants, vous n’avez pas beaucoup de moyens et de ressources donc vous allez vous unir avec des personnes qui ont des plus grosses ressources que vous. Par exemple, ça peut être de la famille ou des gens que vous connaissez très bien ! Vous créez une société ensemble et comme on dit « l’union fait la force », vos ressources sont plus grandes et les banques prêteront plus.
Pour faire simple, disons qu’un appartement c’est 100%, on va dire que la personne avec qui vous vous associez achètera 90% de l’appartement parce qu’elle a de plus grandes capacités d’emprunt et, vous, vous achèterez seulement 10% mais après vous pourrez faire des rachats de parts pour par exemple avoir chacun 50-50.

Je vous laisserai vous renseigner sur l’achat via une SCI, ça peut vous intéresser, ce n’est pas le but de la vidéo, ça serait trop long d’en parler mais ça peut être une solution pour investir !

3ème solution : la sous-location

Qu’est ce que c’est ? C’est louer un bien x€ à un propriétaire pour le louer y€ à quelqu’un d’autre, l’objectif étant que le y soit supérieur au x (y>x) si vous voulez faire des bénéfices.

Il y a quelques lois qui régissent la sous-location notamment une qui dit qu’on ne peut pas tirer de bénéfices de la sous-location, ça veut dire qu’on ne peut pas louer plus cher que le montant auquel on loue déjà au propriétaire donc c’est là où ça peut poser problème.

Il y a quelques solutions et astuces comme le fait de dissocier l’habitation du professionnel, vous pouvez aussi être borderline (« pas vu, pas pris » comme on dit !), je vous laisse faire vos petites recherches sur la sous-location mais il y a des choses à faire.

4ème solution : passer par un crédit-vendeur

Qu’est ce que c’est ? Finalement, la banque, c’est le plus gros problème pour vous, vous êtes jeunes, étudiants sans ressources, elle ne vous prête pas d’argent. Via le crédit-vendeur, vous aller court-circuiter la banque, c’est à dire que vous passez directement par le vendeur et vous faites un emprunt auprès du vendeur. Ca peut un peu être assimilé au viager sauf que là vous avez possession immédiatement du bien à 100%, vous êtes directement propriétaire, ça se fait via un acte notarié, c’est très encadré, vous pouvez verser ou non un apport au propriétaire et après tous les mois vous allez verser au propriétaire une sorte de mensualité, de rente (voyez ça comme vous voulez !), vous allez lui verser un certain montant tous les mois. Vous faites un crédit au vendeur d’où le nom de « crédit-vendeur ».

Ce sont 4 solutions avec lesquelles vous pouvez déjà commencer à investir dans l’immobilier, je vous invite fortement à creuser ces pistes. Souvent, on commence petit, on essaie de se débrouiller. L’immobilier, au début, il faut faire comme ça !

Dites-moi ci-dessous si vous avez déjà investi dans l’immobilier, comment vous avez déjà investi, quel type de bien c’était et via quel moyen ?

A très bientôt sur ClubMillionnaire !”

Dites moi ci-dessous quel a été votre premier investissement (type de bien et de location) et à quel âge vous avez commencé à investir dans l’immobilier pour la première fois ?

A bientôt,

Raph

18 Responses

  1. Nicolas du blog parking débutant

    Hello Raphael,

    Sympa cette vidéo. Comme tu le sais déjà, j’ai commencé avec un parking à Paris. J’avais 26 ans quand j’ai signé chez le notaire. J’ai fait un crédit immobilier sur 9 ans. J’ai 112 € de mensualité, 102 € de loyer et je compte faire un RA partiel pour être en autofinancement et investir à nouveau.

    Bonne soirée !

    Répondre
  2. Tancrède

    Bonsoir Raphaë, merci pour ces conseils, je n’avais pas pensé au crédit vendeur, je vais creuser cette piste pour faire mon premier investissement 🙂

    Répondre
    • Honoré SAOULOMOU

      Tous mes remerciements .je veux investir dans l’immobilier et puis que je suis débutant j’ai besoin de vos conseils et suivit pour faire mon premier investissement. J’ai de beaucoup de méthode car je n’ai rien dans la caisse, ni aux banques et je suis étudiant. Merci, vos conseils, méthodes seront les bien venus.

      Répondre
  3. Kamal Le Marocaib

    Bonjour Raphaël,

    Que de conseils pertinents et efficaces que tu nous communiques via cette vidéo.
    Je suis stupéfait par tes connaissances en immobilier et ta maturité vu de ton jeune âge.
    Je recommande aux jeunes de 20 ans de suivre tes vidéos 😉 car tu as de l’expérience est tu es passé a l’action !!!
    Vivement les prochaines vidéos !

    Répondre
  4. Morgan

    Super vidéo Raphaël 🙂
    Ça donne des pistes pour les jeunes qui veulent investir mais aussi pour tous ceux qui souhaitent se lancer sans prendre trop de risques.
    Je ne connaissais pas non plus le crédit vendeur, je jetterai un oeil la dessus, merci !

    Répondre
  5. Didier-Fabrice

    Bonjour,

    Juste une précision. En achetant en viager on est aussi réellement propriétaire. Il ne faut pas oublier qu’il y a deux sortes de viager le libre et l’occupé. C’est seulement dans ce dernier cas que le vendeur conserve l’usufruit et même souvent que l’usus (en prévoyant par exemple que le vendeur pourra libérer le logement -souvent parce qu’il doit partir en établissement proposant des soins- en contrepartie d’une augmentation de la rente viagère)
    Un viager libre est aussi un crédit-vendeur la différence avec avec le crédit-vendeur tel que tu l’entends (on trouve aussi la formulation vente à terme) c’est la durée du crédit dans le second cas le terme est connu alors que dans le premier la rente est jusqu’à ce que mort s’ensuive.

    D’autre part il y a de très nombreuses autres solutions pour investir dans l’immobilier quand on est jeune comme par exemple :

    – le crédit papa/maman ou pépé/mémé : si une banque ne vous prête pas votre famille peut peut être prendre la relève

    – la pierre papier : cela rejoint l’idée de l’association (au passage la SCI n’est pas la seule forme possible) mais au lieu de se limiter au cercle familial au amical on s’associe à de parfais inconnus qu’on ne rencontrera probablement jamais. On peut choisir des foncières cotées (ce qui cumule investissement immobilier et investissement en bourse) ou non cotées

    Répondre
  6. Emmanuel

    Bonjour Raphaël,

    Je découvre ton site et je suis agréablement surpris par ton parcours et la pertinence de tes propos.

    Avoir déjà fait tout ce chemin à ton age, c’est assez incroyable…

    Sincèrement, félicitations pour cette belle vidéo et le contenu de ton site.

    Amicalement

    Répondre
  7. Jeremy

    Salut Raphaël !
    Excellentes idées pour commencer à investir d’une manière ou d’une autre et ne pas attendre “une meilleure situation”.
    Pour ma part, je suis en train d’acheter un appartement pour en faire de la colocation, et je pense utiliser une autre technique (qui se rapproche pas mal du prêt vendeur), c’est le prêt familial. Au lieu d’emprunter à une banque, j’emprunte à un membre de ma famille, à qui je rembourse chaque mois le capital ainsi que des intérêts. C’est gagnant/gagnant et l’argent reste dans la famille. Après le refus de quelques banques, c’est ce qui va me permettre de quand même devenir propriétaire.

    Répondre
    • Raphaël

      Salut Jérémy, la forme ? Excellente solution également que j’aurais pu introduire dans la vidéo ! Tu me parleras de ton opération à l’occas rapidement j’espère ! 🙂

      Répondre
  8. Investisseur immobilier débutant

    Bonjour,
    merci pour cet article très intéressant et ces précieux conseils 🙂 En effet en tant que novice en matière d’investissement immobilier, je savais qu’il était possible de faire un investissement locatif sans apport mais je ne connaissais pas le crédit-vendeur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *