4 étapes pour investir en bourse sur le long terme

Dans cette vidéo, je te donne un tutoriel simple et pragmatique pour commencer à dénicher les meilleures actions à dividendes du marché.

Il s’agit d’une approche que j’utilise personnellement pour m’assurer d’investir dans des actions à dividendes qui :

– vont continuer de verser des dividendes croissants année après année

– sont sous-évaluées au moment où je décide de les acheter

Les avantages d’investir sur le long terme sont nombreux.

Le pourcentage de chances d’avoir une performance positive sont quasiment de 100% si vous avez une vision long terme, d’autant plus que cela ne vous demandera que très peu de temps pour gérer votre portefeuille.

Dans ce tutoriel en 4 étapes, je vais également te citer les noms de 16 valeurs qui ont de fortes chances d’être des actions de grande qualité qui vont continuer d’augmenter le dividende dans les prochaines années.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💻 Formation de 4 vidéos offertes : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Rejoins une formation de 4 vidéos (15-20 minutes chacune) 100% gratuites au sujet de l’investissement en bourse dans des actions à dividendes.

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre argent. Libre à toi de t’inspirer ou non de mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 116 vidéos, 30 heures de formation et 13 bonus !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

📝 Télécharge la liste des « Dividend Kings » : https://clubmillionnaire.fr/kings

✔︎ Recevez immédiatement la liste de ces 31 entreprises qui ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite, à la solidité extrême et aux performances enviées par leurs concurrentes. 🇫🇷 Nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c/

4 étapes pour investir en bourse sur le long terme

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo dans laquelle je vais vous partager 4 étapes concrètes pour investir sur le long terme pour pouvoir déceler des actions qui sont intéressantes justement à détenir sur le long terme.

L’idée vraiment de cette vidéo, c’est de te montrer déjà une stratégie d’approche pour déceler les meilleures entreprises du S&P500, de l’indice américain sur des critères de solidité.

Donc je vais te partager ça en 4 étapes.

En guise d’introduction, j’aimerais quand même te rappeler encore une fois que cette stratégie d’investissement dans les actions à dividendes que je suis personnellement depuis 8 ans, c’est une stratégie qu’il faut comprendre comme étant une stratégie de bon père de famille sur le long terme.

Encore une fois, ne soyez pas trop pressés puisque malheureusement, on le voit beaucoup, les gens qui ont trop d’ambition, généralement, ils prennent beaucoup de risques, et ça mène souvent à beaucoup de déceptions, de dégoût et de rejet pour l’investissement.

Alors, j’ai déjà eu certains d’entre vous au téléphone qui me disent : « Voilà, j’ai déjà investi dans telle stratégie, dans tel truc, du trading, du ForEx. Il y a quelques années, je me suis cassé la gueule. J’ai tout perdu. Et c’est vrai que j’ai moins confiance dans l’investissement. Donc c’est pour ça que ta stratégie d’investissement comme tu la présentes (bon père de famille, long terme, avec peu de risques mais tout autant rentable) m’intéresse. »

Mais voilà, les amis, encore une fois, comprenez bien qu’évidemment, grosse rentabilité sur des très courtes périodes de temps amène évidemment son lot de risques qui va avec, et potentiellement de déception.

Et ça, les meilleurs investisseurs, ils le savent. Ce n’est pas par hasard que je suis cette petite page qui commence par une citation. C’est que tous les meilleurs investisseurs savent que tenter d’investir pour faire un coup rapide mène souvent à un bilan qui est – excusez-moi le terme mais – dégueulasse et à chier.

Et ça, personne ne vous le dira parce qu’évidemment, quand on a fait une bêtise, quand on a fait un mauvais coup, on ne le dit pas. Par contre, quand on a fait le coup du siècle, évidemment qu’on le crie sur tous les toits.

Donc ne soyez pas biaisés par ce que vous entendez et ce que vous voyez. Malheureusement, il y a 90% des gens qui perdent de l’argent dans ces stratégies spéculatives et risquées, mais personne ne le dit.

Et cet investisseur, Seth Klarman que j’aime beaucoup et dont je me suis d’ailleurs inspiré des travaux et de son expérience pour écrire mon livre. Il a dit cette phrase, cette citation qui est que « la meilleure protection qu’un investisseur puisse avoir, c’est une orientation au long terme, une vision long terme ».

Et je ne peux qu’être d’accord, puisque tout ce que j’achète aujourd’hui, tout ce dont j’investis aujourd’hui, c’est pour détenir à vie ces actifs, parce que j’estime que c’est là où j’aurais le plus de résultats avec le meilleur rapport bénéfice-risques.

Donc encore une fois, qu’est-ce que c’est que d’investir au long terme, finalement ? C’est d’analyser une entreprise, d’acheter ses actions, de les détenir sur le long terme, et de laisser « compound » en anglais, de laisser les intérêts composés fonctionner entre eux en faisant en sorte de réinvestir les bénéfices, donc les dividendes de ces actions dans de nouvelles actions etc., et ce, de façon indéfinie.

Donc évidemment, ça demande de la patience. Ça demande de la vision. Mais selon moi, il y a quand même 3 très gros avantages à cette approche, que je t’ai notés ici.

C’est qu’il y a déjà quasiment, on ne garantit jamais rien en investissement évidemment, mais il y a quasiment une issue forcément positive, d’autant plus que ça a été largement prouvé par énormément d’études que ceux qui investissent sur le long terme, ceux qui ont le plus de chances d’avoir une performance déjà énorme et évidemment positive….

Je t’ai préparé ici un extrait de mon livre qui te dit qu’en fait, il y a eu une étude qui a été faite. Il y en a plein qui ont été faites. Tu peux en trouver également sur Google. Il y a donc une étude qui dit que de 1926 à 2015, vous aviez 46% de chances que le marché soit baissier en regardant le marché de façon quotidienne.

Par contre, si vous regardez, chaque mois vous n’avez plus que 38% de chances que cela soit le cas. Si on regarde tous les ans, c’est 21%. Au bout de 10 ans, si on regarde les marchés, il y a 6% de chances que le marché soit baissier. Et au bout de 20 ans, il y a 0% de chances que le marché soit baissier.

Donc autrement dit, si vous investissez avec une vision d’investissement long terme d’au moins 10 à 20 ans, vous avez extrêmement peu de chances – on le voit ici entre 0 et 6% de chances – que l’indice soit baissier et donc in fine que votre portefeuille soit baissier, d’autant plus que vous avez bien diversifié votre portefeuille. Okay ?

Donc ça, c’est une première chose. C’est que l’issue, elle est quasiment systématiquement positive, si vous avez vraiment une vision long terme d’investissement.

Le deuxième avantage, c’est que ça demande pas de temps. C’est-à-dire que moi, je ne sais pas vous, mais en tant qu’investisseur, mon objectif n’est pas de passer mon temps devant les écrans, ou de passer mon temps à gérer mes investissements, de me stresser de savoir si tout se passe bien.

Non. Mon objectif en investissant, c’est de me dégager de l’argent, du temps, de la sérénité, et de pouvoir profiter des autres plaisirs de la vie, que ce soit les voyages, votre famille, votre passion, ce que vous voulez.

Mais l’idée, c’est vraiment encore une fois de faire le taf à la base, d’analyser les entreprises évidemment dans les règles de l’art. Moi, je regarde 25 à 30 critères, et je vais te partager quelques uns des réflexes que j’ai dans cette vidéo.

Mais voilà, l’idée, c’est de se dire qu’une fois que le taf, il est fait, il est fait. J’encaisse mes dividendes, je les réinvestis, et je n’ai plus à me stresser dessus. Et je monitore simplement mon portefeuille.

C’est-à-dire que moi, je monitore généralement mes actions tous les 3 mois, tous les trimestres. Ça suffit largement.

Il suffit de regarder un petit peu tous les trimestres la gueule des bilans trimestriels que les entreprises cotées en Bourse ont l’obligation de publier publiquement, et ça suffit pour voir un petit peu la tendance que prend l’entreprise, en sachant que ce n’est pas parce qu’un trimestre n’est pas bon, que ça veut tout de suite dire que c’est la catastrophe et qu’il faut revendre. Non, loin de là.

Mais tout ça pour dire que monitorer tous les 3 mois son portefeuille, c’est une bonne moyenne. Et surtout, l’idée c’est de se rendre imperméables aux nouvelles du marché, puisque vous le savez, tout comme moi, il y a énormément de nouvelles positives aujourd’hui dans les médias, qui font qu’on peut avoir la tentation de revendre, de se séparer de certains actifs, de certaines positions, parce qu’on a entendu ainsi ou telle chose dans les médias. Okay ?

Donc ça, c’est la deuxième chose.

La troisième chose, c’est qu’il y a très très peu de fiscalité et de frais avec cette stratégie, puisque si on ne revend jamais, qu’est-ce qui se passe ? C’est qu’on n’a pas de frais de passage d’ordre et qu’on ne déclenche pas de fiscalité.

Et donc, je ne sais pas vous, mais le moins je donne d’argent à mon courtier, au gouvernement, aux impôts, au fisc, à qui tu veux, et le mieux c’est. Ça veut dire que ça reste dans ma poche. Et ça, c’est ce que je préfère.

Donc voilà les 3 gros avantages.

Maintenant, les 4 étapes. Je t’ai promis 4 étapes aujourd’hui pour pouvoir investir sur le long terme. On va les résumer également ci-dessous. Je pense que tu les as déjà vus du coup. Mais ça va être ça.

1.       Identifier les entreprises

Ça va être d’identifier des entreprises qui ont un avantage compétitif. Si on investit sur le long terme, on veut être sûr que les entreprises dans lesquelles on investit, elles ont un réel avantage compétitif qui va être maintenu sur le long terme.

2.       S’assurer qu’il puisse durer

C’est pour ça que le deuxième critère, la deuxième étape, c’est de s’assurer que cet avantage compétitif, il puisse durer.

Si aujourd’hui, tu me dis que ton avantage compétitif, c’est de – alors je n’ai pas d’exemple en tête – mais voilà, c’est quelque chose qui est plus du tout dans l’air du temps et qui est en train de mourir, qui n’est plus dans le goût des consommateurs, ou qui n’intéresse plus personne, qui est sur une pente descendante…

Voilà, si tu me dis : « Je vendes des Nokia 3310. C’est mon avantage compétitif. » Alors, je te sors des exemples totalement bidons et dégueulasses, mais je pense que tu as compris.

Voilà, il faut être sûr que cet avantage compétitif, il va durer puisque voilà, qui dit investissement long terme dit : « On veut être sûr que l’entreprise, elle continue de pouvoir faire du chiffre d’affaires et des bénéfices dans le futur ».

3.       Investir à un juste prix

La troisième étape, c’est d’investir à un juste prix. Je dis toujours « investir dans la plus belle entreprise du monde mais à un prix 2 fois trop cher, c’est la plus grosse erreur que vous pouvez faire ».

Il faut évidemment acheter au juste prix son actif, et voire même de façon sous-évaluée.

Moi, toutes les entreprises dans lesquelles j’investis, j’estime qu’elles sont sous-évaluées ou justement valorisées au maximum par rapport à ce que ça vaut d’un point de vue fondamental, et par rapport au prix de l’action au moment où je l’achète.

C’est extrêmement important comme en immobilier. La bonne affaire se fait à l’achat. Si dans votre ville, le prix du m², c’est 2000€ le m², vous devez faire en sorte de l’acheter 1200€, 1300€ ou 1500€, en dessous du prix du m² de votre marché pour faire une bonne affaire à l’achat. C’est pareil en Bourse.

Alors, évidemment, il n’y a pas de cadeau quand on fait du business. En immobilier, quand c’est en dessous du prix du m² du marché, c’est souvent qu’il y a des travaux à faire. En Bourse, il faut se poser la question. Il faut évidemment regarder plus en détails pourquoi cette entreprise, elle se « monnaie » 20, 30, 10% ou 5% moins cher que ce que j’estime, moi, être la juste valeur de l’entreprise.

Il faut se poser des questions. Mais croyez-moi, il y a quand même toujours des entreprises qui se vendent pour moins cher que ce qu’elles valent réellement, parce qu’il peut y avoir des fois une nouvelle dans les médias, encore une fois, qui fait que tous les investisseurs revendent.

Ça peut être économique. Ça peut être systémique. Ça peut être lié à une entreprise particulièrement. Donc c’est pour ça qu’il faut regarder qu’est-ce qui fait que le prix, il a baissé. Est-ce que c’est propre à l’entreprise ou est-ce que c’est propre à l’économie en général.

Bref, on ne va pas rentrer dans les détails aujourd’hui, mais c’est important de regarder son juste prix.

4.       Monitorer

Et ensuite, la quatrième étape la plus simple, c’est de détenir et de monitorer ses actifs sur le long terme, comme on l’a dit.

Donc on va détailler un petit peu ces 4 étapes pour que je vous donne un petit peu plus de viande quand même, c’est ce que vous voulez.

 

Donc la première étape – je vais vous inviter – c’est de regarder dans ce qu’on appelle les listes des Aristocrats et des Dividend kings. Les Aristocrat Dividends, ce sont des entreprises qui ont augmenté le dividende pendant 25 années de suite sans aucune interruption. Donc c’est excellent.

Imaginez-vous investir dans une entreprise qui va augmenter le dividende année après année pendant 25 ans. C’est excellent.

Et mieux encore, on a une liste qui s’appelle les King Dividends qui, elles, ont augmenté le dividende pendant au moins 50 années de suite sans aucune interruption.

Et donc pour ça, tu peux aller sur mon site Clubmillionnaire.fr. Et si tu descends un petit peu ici, tu auras justement la possibilité ici de télécharger la liste des Dividend Kings, donc la liste des 31 actions qui ont augmenté les dividendes pendant au moins 50 années de suite.

Et donc tu cliques sur « Je télécharge ma liste ». Tu vas arriver sur une page et il suffit de laisser ton adresse email, et tu la reçois immédiatement dans ta boite email.

Donc c’est déjà une liste de 30 entreprises qui ont forcément un avantage compétitif, puisque si ça fait 50 années de suite qu’elles ont augmenté leurs dividendes sans aucune interruption, ça veut dire quoi ?

Ça veut dire qu’elles font des bénéfices, du chiffre d’affaires, qu’elles sont en mesure de verser des dividendes qui sont en augmentation constante à leurs actionnaires, c’est qu’elles ont évidemment – il y a de très fortes chances – un avantage compétitif.

Donc première idée, première possibilité, c’est d’aller télécharger cette liste des Dividend Kings, et d’aller t’inspirer de celle-ci.

Ensuite, on a dit qu’il faut être sûr que cet avantage, il puisse durer. Ce n’est pas parce que c’est une Dividend King, encore une fois, que l’entreprise est magique. Il faut évidemment faire son analyse dans les règles de l’art, se poser les bonnes questions.

J’ai un exemple pour toi. C’est celle de l’entreprise BEN qui est Franklin Templeton qui est une entreprise du secteur financier, qui – tu peux le voir – depuis le début de l’année, a perdu 22,78% de valeur et qui a un rendement de 4,5%.

Donc honnêtement, cette entreprise, ça fait longtemps que je la surveille. Je l’ai analysée il n’y a pas longtemps justement pour un client d’un de mes programmes « La Magie des Dividendes » que tu peux retrouver dans la barre de description, qui me demandait ce que j’en pensais.

Et en fait, je l’ai sur ma watchlist. Je la regarde régulièrement. J’en avais fait donc cette analyse que je te montre ici rapidement. Cette entreprise, en fait, elle fait du service de gestion d’actifs pour les particuliers et les institutions, les fiducies, les fonds de pension.

Bref, elle propose en fait des fonds communs de placement dans différents types d’actifs, mais elle ne propose pas du tout de tracker et d’ETF. C’est un choix délibéré de l’entreprise, malgré le fait que tu sais tout comme moi, les trackers et les ETF sont clairement à la mode – beaucoup de gens adorent ça – et c’est clairement un concurrent direct des fonds communs de placement.

Et l’entreprise, Franklin Templeton ou Resources (c’est pareil), elle a choisi de ne pas proposer de tracker et d’ETF.

Et donc voilà, j’ai fait une analyse de cette entreprise sur la base de ces chiffres que j’ai pu voir : le chiffre d’affaires, l’actif suggestion, les bénéfices, le free cashflow. Je te disais que c’était globalement irrégulier, mais que quand même, il y avait un très très beau dividende, que l’augmentation constante depuis 42 ans, donc ce n’est pas rien du tout.

Il y a un payout ratio qui est de 33% des bénéfices. C’est-à-dire que 33% des bénéfices seulement sont utilisés pour verser un dividende, donc il y a encore pas mal de place pour augmenter le dividende.

Donc il y a quand même de très très beaux arguments mais en fait, comme je te disais, en plus de ça, je pense qu’elle est sous-évaluée de 30% selon moi. Je trouve que son juste prix, c’est à peu près 30$, alors qu’on l’a vu ici à 25$.

Donc tu vois, c’est quand même énorme. Mais voilà, ce qui ne me plaisait pas, c’est les irrégularités potentielles des bénéfices qui est ont été générées dans les 10 dernières années, et que surtout, elle est dans un secteur avec un business model qui est très grandement chamboulé en ce moment puisque le business model aujourd’hui, c’est qu’il est en train de – je ne vais pas dire mourir – mais il est plutôt sur une pente descendante.

C’est-à-dire que les fonds communs de placement aujourd’hui, ça perd quand même du terrain. Les gens, les clients préfèrent beaucoup plus les ETFs ou les plateformes très compétitives qui sont en train d’arriver aujourd’hui, où on peut investir dans un tas d’actifs à des frais qui sont dérisoires, qui sont extrêmement faibles, voire nuls.

Donc pour moi, l’avantage compétitif de cette entreprise, il me semble limité d’autant plus dans le temps. Jusqu’à présent, c’était OK parce qu’on n’avait pas tous ces services, toutes ces possibilités d’investir avec des frais extrêmement compétitifs.

Mais moi, je trouve que c’est quelque chose qui m’inquiète un petit peu. Et c’est pour ça qu’il faut se poser la question quand on trouve une entreprise qui a 42 ans d’augmentation du dividende. On peut se dire : « Voilà, c’est magnifique. C’est safe. Elle va continuer d’augmenter son dividende. »

Mais voilà, moi, ça me fait poser cette question-là pour cette entreprise, que je surveille depuis longtemps, qui me fait longuement hésiter.

Donc c’est vrai que l’entreprise, elle a 4,7% de dividendes. Elle rachète ses actions. C’est une très bonne chose. Elle verse de temps en temps un dividende extraordinaire. Je l’ai noté un peu plus haut ici.

Voilà, on voit qu’en 2009, 2011, 2014, 2018, il y a eu un dividende extraordinaire qui a été versé. Donc ça veut dire qu’en plus du dividende trimestriel qui est versé de façon classique aux actionnaires, de temps en temps, l’entreprise elle se dit : « Je vous verse un bonus. Je vous donne un bonus parce qu’on a fait une très bonne année. »

Donc c’est excellent. En tant qu’investisseur, on est content. Donc c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses qui sont très intéressantes.

Et en plus de ça, le dividende extraordinaire, le rachat des actions, et il y a un très beau dividende, on a vu que l’action était potentiellement sous-évaluée de 30%.

Donc on se dit : « Putain ! Il y a toutes les raisons d’acheter cette entreprise en tant qu’investisseur. Dites-moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous en pensez.

Moi, pour l’instant, je vous le dis très sincèrement, je ne partage jamais mon portefeuille publiquement. C’est réservé uniquement à mes clients du Club Dividendes, dans lequel je partage tous les mois les actions dans lesquelles j’investis. Je ne l’ai pas du tout dans mon portefeuille. Je vous le dis pour une fois de façon totalement transparente.

Mais dites-moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous en pensez.

Est-ce qu’avec les éléments que je vous ai donnés là présentement, c’est une entreprise que vous pourriez acheter ? Je suis curieux de savoir ce que vous en pensez.

Mais l’idée est voilà, encore une fois, c’est de se dire vis-à-vis du point 2, s’assurer que l’avantage compétitif, il puisse durer. Moi, je ne suis pas forcément très serein pour investir dans cette entreprise, parce qu’encore une fois, je vous l’ai dit dans cette vidéo, mon horizon est long terme.

Je n’ai pas envie de revendre cette entreprise dans 1 an ou 2 ans, dans 3 ans, dans 5 ans, parce que ça ne va pas. Quand je l’achète, je pars dans l’idée de la détenir 10 ans, 20 ans, 30 ans. Et dans 10 ans, 20 ans, 30 ans, je ne suis pas sûr de la direction de cette entreprise.

Donc voilà. Ensuite, la troisième étape, c’est d’aller investir dans des entreprises à un juste prix. Okay ?

Alors, oui, justement. Si, si, je vous ai préparé une liste très intéressante ci-dessous. Je ne vais pas passer la troisième étape tout de suite.

S’assurer qu’il puisse durer. Il y a quand même des secteurs – je vais revenir sur ça, c’est très important. Je t’ai préparé une liste qui devrait vous intéresser ici. il y a quand même des secteurs en Bourse qui ont très très peu de chances d’être disruptés.

C’est-à-dire que voilà, il y a des secteurs, comme on le voit en ce moment, le secteur financier ça bouge beaucoup, c’est en train d’être disrupté avec beaucoup de services qui arrivent, les cryptomonnaies et tout ce que vous voulez.

Mais il y a quand même des secteurs qui ont très très peu de chances de se faire bousculer. Je pense notamment à tout ce qui va être nourriture et boissons. Tu as pu le voir ici.

Bon, voilà, comment on peut disrupter la nourriture et la boisson ? Il peut y avoir une nouvelle boisson qui va sortir, qui va se faire racheter par Coca-Cola ou voilà. Il y a très peu de chances de disrupter ce genre de secteur.

Donc par exemple, dans les Aristocrat Dividends, les entreprises qui ont versé un dividende pendant 25 années de suite en augmentation, on peut retrouver ces entreprises-là. Donc PepsiCo, Coca-Cola, McDonald’s, Hormel Foods. Je ne sais pas si tu les connais toutes ou pas. Pas forcément.

Mais tu peux aller voir ces entreprises également. Il y en a 8 qui ont augmenté le dividende pendant 25 années de suite dans le secteur des biens de consommation courante, et donc dans l’industrie de la nourriture et des boissons.

Donc tu peux aller voir ça. C’est extrêmement intéressant.

Moi, personnellement, dans ces entreprises, je ne vais pas te dire lesquelles j’ai, mais je vais te dire combien j’en ai. Je n’en ai qu’une seule, tu vois ? Je n’en ai qu’une seule.

Donc voilà, tu peux aller voir cette liste-là. Egalement un autre secteur qui a très très peu de chances de se faire disrupter, c’est celui de la santé. Parce que la santé, il y a des innovations technologiques. Mais c’est justement sur quoi bossent ces entreprises ici.

Donc la santé, c’est un très bon secteur, d’autant plus que récession ou pas récession, les gens vont se soigner. C’est quand même un poste de dépense extrêmement important. Et c’est un secteur qui ne connait que très très peu de récessions.

Donc là, également, ces entreprises, ce sont des Aristocrat Dividends. Ça fait 25 ans de suite qu’elles ont augmenté au minimum le dividende. Donc tu peux aller voir là-dedans.

Et dans cette liste ici de 8 actions également, il y a combien d’entreprises que j’ai ? J’en ai 3. Donc là, j’en ai un peu plus. J’adore le secteur de la santé parce que c’est un secteur extrêmement défensif qui se porte bien, peu importe la santé de l’économie. Okay ?

Donc voilà, encore une fois, allez chercher des entreprises qui sont excellentes. Tu vois, toutes ces entreprises là, ce sont quand même des gros mastodontes, des leaders de leurs secteurs, dans des secteurs qui évoluent peu, parce que c’est – j’ai envie de te dire – la quasi-garantie de voir son capital travailler de façon très efficace sur le long terme, avec de très très bonnes performances.

Donc encore une fois, tu as beau avoir les meilleures entreprises dans des secteurs qui sont compliquées ou en déclin, ça va produire de mauvais résultats.

C’est comme l’entreprise BEN que je t’ai citée ici. Ça a beau être une très bonne entreprise sur le papier. Si elle est dans un secteur qui est en déclin ou qui est chamboulé, in fine tu risques très fortement d’avoir de mauvais résultats. Okay ?

Allez, on va continuer, parce que je vois que ça fait déjà 17 minutes que je te parle.

Dans la troisième étape, et qui est finalement la dernière étape, puisque la quatrième étape, je n’ai pas grand-chose à te dire puisque c’est l’étape où tu détiens tes actifs et tu les monitores sur le long terme. Donc tu n’as pas presque rien à faire.

Mais la troisième étape, j’aimerais quand même te partager encore un petit peu plus de viande qui est de se dire : « Comment je sais si je vais investir dans une entreprise à un bon prix ? »

Par exemple, ici, je veux investir dans Coca-Cola, dans le secteur de la nourriture et des boissons. Je veux investir dans Coca-Cola, mais comment je peux être sûr que Coca-Cola, je ne l’achète pas trop cher ? Comment je peux être sûr que c’est justement valorisé ?

Donc je n’aurai clairement pas le temps de rentrer dans les détails. Je vais simplement te donner un petit élément de réponse, mais évidemment, ça ne suffit pas. Il y a beaucoup de choses qu’on peut regarder pour savoir si une entreprise, elle est sous-évaluée, sur-valorisée, justement valorisée.

Et ça, j’en parle en large, en long et en travers dans ma formation La Magie des Dividendes qui est dans la barre de description ci-dessous. Mais je vais quand même te parler d’un indicateur qui est le PER (le Price Earning Ratio).

Alors, est-ce que je peux te le noter ? Je vais te le mettre rapidos juste ici.

Price Earning Ratio, c’est combien de fois tu paies les bénéfices d’une entreprise.

Donc c’est clair qu’aujourd’hui, on ne veut pas payer 200 fois les bénéfices d’une entreprise. C’est clairement trop. Mais ce qui est important de regarder, c’est de comparer. C’est-à-dire que par exemple, si on compare Coca-Cola, on va comparer l’évolution du PER de Coca-Cola sur les 10 dernières années, on va regarder le PER des concurrents (par exemple Pepsi, ce qu’on va faire ensemble).

Et on va également regarder le PER de l’indice, donc du S&P500.

Donc on commence par l’indice du S&P500. On voit que l’indice du S&P500, le PER est actuellement de 19,72. Okay ? On va arrondir à 20 pour faire simple. Okay ?

Ensuite, on va aller sur un site qui s’appelle Macrotrends. Hop, je t’ai déjà spoilé un petit peu. On va recommencer depuis le début.

Tu vas sur Stock Research ici, donc pour avoir des informations sur les analyses, sur les entreprises qui sont cotées en Bourse. Tu tapes « PEP » (le ticker de l’entreprise). On va aller ici. Donc on arrive sur plein d’informations sur l’entreprise.

On va aller dans Price Ratio, qui est donc le PER, et on peut avoir les informations sur le PER de l’entreprise Pepsi sur le long terme, depuis 2010, donc sur les 10 dernières années. On voit comment il a évolué. 11, 12, 13, 17, 20. Il est monté ici, il est monté ensuite pour atteindre 31.

Bref, on voit l’évolution. Okay ? On voit qu’aujourd’hui, le 20 mai 2022, il est à 22,19. Donc légèrement supérieur à celui de l’indice du S&P500. Ce n’est pas déconnant. On est dans les clous – j’ai envie de te dire.

Parce qu’encore une fois, l’indice du S&P500, il regroupe les 11 secteurs de l’économie, alors que Pepsi, il est dans un seul secteur de l’économie qui est celui des biens de consommation courante.

Donc encore une fois, c’est une comparaison rapide qu’on fait, mais encore une fois, ça ne veut pas tout dire.

Moi, ce que je fais, et ce dont on parle dans la formation que je t’ai évoquée à l’instant, c’est que j’ai déterminé en fait un PER moyen par secteur. Donc il y a 11 secteurs dans l’économie, et je te dis que dans le secteur des biens de consommation courante, j’estime qu’un bon PER, c’est ça.

Dans le secteur financier, j’estime qu’un PER moyen correct, c’est ça. Dans le secteur de la santé, j’estime qu’un PER moyen correct, c’est ça.

Donc ça permet également de comparer ce secteur-là.

Mais on peut avoir un très bon réflexe également de comparer le PER de Pepsi à d’autres entreprises. Et tu vois, ici, tu peux cliquer sur « Compare PEP with other stocks ». Et ce qu’on va faire.

On va comparer PEP à – évidemment pas une entreprise de la santé. On ne va pas comparer ça à AbbVie dans le secteur de la santé, par exemple. On va évidemment comparer à une entreprise qui est concurrente et dans le même secteur que Pepsi.

Donc par exemple, le concurrent parfait dans le même secteur, ça va être Coca-Cola. Et donc, on peut ici par exemple taper Coca-Cola (KO, c’est le ticker en Bourse de Coca-Cola). Le ticker, ça permet tout simplement d’identifier une entreprise en Bourse.

Donc tu tapes « Coca-Cola stock », et tu vas avoir le ticker qui normalement apparait juste ici. Oui, il est là, KO. Okay ? Donc c’est comme ça que l’on identifie Coca-Cola sur la New York Stock Exchange. Okay ?

Et donc on peut comparer les deux. Et là, on peut voir si c’est cohérent. On voit que là, ils avaient quasiment le même PER. Voilà, ils évoluent quasiment main dans la main. Donc voilà, là on voit que pour Coca-Cola, quand même, il y a un grand bond en avant.

Donc là, ce n’est pas normal. Il faut aller voir ce qui s’est passé pour Coca-Cola, encore une fois par rapport à son PER. On ne va pas entrer dans les détails, mais là, ce n’est pas normal. Il faut aller voir ce qui s’est passé.

Mais on voit, en tout cas, qu’à l’instant T là, en 2022, premier trimestre 2022, Coca-Cola se paie un peu plus cher que Pepsi. Donc voilà, il faut 26€ d’investissement pour 1€ de bénéfice pour Coca-Cola, alors qu’il faut 22€90 d’investissement pour Pepsi pour 1€ de bénéfice.

Donc là, on a l’impression que Pepsi est un peu, est bon marché par rapport à Coca-Cola. Mais évidemment, ce n’est pas la seule chose à regarder, mais c’est le premier réflexe que vous pouvez avoir, de comparer donc l’entreprise dans laquelle vous voulez investir à une des concurrentes ou à plusieurs concurrentes du même secteur, et également par rapport à l’indice du S&P500.

Donc là, clairement on voit que c’est clairement pas déconnant. Pepsi, dans l’immédiat, il est okay. Et ce qui est intéressant – on ne l’a pas fait cette conclusion – mais c’est de regarder la tendance long terme, regarder sur le long terme ce que ça donne pour Pepsi.

On va revenir avant. Il faut étirer la tendance long terme sur 10 ans. Mais on voit quand même qu’on a une tendance haussière, puisqu’on est quand même à 22 et qu’avant, on était plutôt à 12, 13, 15. Donc on voit qu’on est au-dessus.

On est au-dessus par rapport au PER moyen. Je pense que je vais retirer la moyenne. Mais on est quand même plutôt au-dessus par rapport au PER moyen, légèrement. Ça n’a pas l’air d’être déconnant. Donc voilà.

Donc voilà ce que j’avais à vous dire les amis concernant cette vidéo. Dites-moi dans les commentaires ci-dessous si c’est clair pour vous, si vous avez des questions sur cette stratégie d’investissement, mais voilà, c’est déjà un premier rappel que d’aller chercher ces entreprises qui ont un avantage compétitif.

Il faut regarder si elles semblent être sous-évaluées, survalorisées par rapport à leurs concurrents, par rapport au marché, par rapport à leur historique moyen. Et ensuite d’aller taper dans ces entreprises pour aller les détenir sur le long terme.

Comme je vous l’ai dit, dans la barre de description, il y a pas mal de ressources également qui peuvent vous intéresser. Je vous ai montré du format papier avec mon livre de 704 pages sur cette stratégie d’investissement dans les actions à dividendes.

Je vous ai évoqué la formation La Magie des Dividendes qui est une formation de 30 heures et de 116 vidéos.

Je vous ai évoqué le Club Dividendes qui est un service mensuel dans lequel je vous partage tous les mois les actions dans lesquelles j’investis mon propre argent, personnellement, sur la base de cette stratégie.

Bref, il y a beaucoup de choses si vous voulez aller plus loin dans cette stratégie, vous former sérieusement dans cette stratégie.

Abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait. Like cette vidéo. Partage-la à tes amis qui sont investisseurs. Et je te dis à très très vite avec grand plaisir pour une prochaine vidéo. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.