2020 : ON FAIT LE BILAN (IMMOBILIER, BOURSE, BUSINESS, …)

En ce début d’année 2021, il est l’heure de faire le bilan sur l’année précédente et d’établir précisément les objectifs de l’année à venir.

Dans cette vidéo, on fait ensemble le point sur cette année 2020, année particulière mais loin d’être mauvaise. Et toi, comment s’est passée ton année 2020 ? Quels sont tes objectifs pour 2021 ? Dis-moi tout ! 🙂

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Business #ClubMillionnaire #RaphaelCarteni

2020 : ON FAIT LE BILAN (IMMOBILIER, BOURSE, BUSINESS, …)

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Allez, les amis ! Bienvenus sur cette vidéo un petit peu rituelle, j’ai envie de dire, comme chaque année où on va faire le bilan, on va dire plutôt mon bilan de cette année 2020.

Donc si ça ne t’intéresse pas de savoir ce qui s’est passé dans ma vie, tu peux zapper cette vidéo, il n’y a aucun souci.

Par contre, si ça t’intéresse de suivre un peu l’évolution, ce qui s’est passé, comment j’ai su rebondir également avec le coronavirus, m’adapter, je vais te dire tout ce qui s’est passé cette année, un petit peu, alors pas forcément mois par mois, mais classe d’actifs par classe d’actifs, et comment j’ai surmonté les problèmes qui se sont présentés notamment en immobilier ou sur d’autres choses.

On va voir également quelles ont été mes erreurs, mes déceptions cette année également à part mes réussites.

Donc si ça te va, on va passer un petit quart d’heure ensemble. Et je te reprends un petit peu tout ça. Allez, on va se poser ici tranquillement, et je vais te dire parfaitement dans les moindres détails, alors pas forcément chiffrés parce que je reste de plus en plus discret sur mes chiffres.

Je me suis rendu compte que de parler de ses chiffres ou des endroits précis où tu investis, de ce genre d’information, ce n’était pas forcément ce qui te rendait le plus service. Donc on va rester relativement vague.

Par quoi on commence cette année 2020 ?

Bon, globalement, pour moi ça a été une bonne année. On ne va pas se mentir. Je sais que c’est peut-être compliqué pour certains, mais pour beaucoup d’entrepreneurs et d’investisseurs, ça a été plutôt une très bonne année parce que pour ceux qui bossent sur Internet, il y a eu des temps d’attention multipliés sur Internet grâce au confinement.

Donc il y a forcément eu plus de trafic, plus de prospects, potentiellement plus de membres aux formations clients, services, etc.

Donc ça, c’était un gros avantage, et puis, les actifs n’ont pas forcément tant souffert que ça pour ceux qui ont su rebondir. Les actions à dividendes, ça a été. L’immobilier, ça a été si on a su rebondir.

Bref, on va reprendre tout ça ensemble, mais dans la globalité, tout s’est plutôt très bien passé pour moi. Et en fait, la conclusion que je vais faire tout de suite plutôt qu’à la fin de la vidéo, c’est qu’il faut vraiment retenir que quand on a des actifs, on est vraiment protégé d’une potentielle crise économique comme il y a eu en 2020, de ce crash des marchés financiers par exemple, de cette crise qui est en train de se dessiner, qui va continuer de se dessiner en 2021.

Quand on a des actifs, même s’il y en a certains qui baissent, d’autres montent. Et en fait, on se protège plutôt bien, on se « hedge » comme on dit dans le milieu. Et c’est là encore une fois tout l’importance de ne pas dépendre que d’une seule source de revenus, celle d’un travail salarié comme beaucoup se sont rendus compte cette année.

C’est très dangereux. Voilà. Il y a des gens qui perdent leur travail parce qu’ils n’ont pas pu simplement aller travailler ; c’était fermé ou on les a virés, ou on leur a dit : « On n’a plus besoin de toi. Là, c’est chaud, c’est la crise. »

Et là, on se rend compte que : « Ah ouais, en fait, moi qui pensait investir un peu plus tard. C’est peut-être très intéressant et peut-être même vital d’investir tout de suite et de ne pas procrastiner sur ce genre de choses.

Bref, les amis, on commence par quoi ? L’immobilier.

Donc l’immobilier, j’avais pour objectif d’investir cette année dans un nouvel immeuble de rapport, d’investir au moins 500.000€ dans l’immobilier, donc ça a été chose qui a été faite difficilement puisqu’en début d’année, vers le mois de février/mars (je suis très mauvais sur les dates), j’avais trouvé un immeuble dans le nord de la France (on va rester vagues).

Donc je l’avais visité plusieurs fois. J’avais fait venir les artisans. J’avais signé le compromis. Tout était bon, et en fait le vendeur en face n’a jamais signé le compromis.

Donc c’est ça qui est chiant dans l’immobilier, c’est qu’il y a plein d’étapes pendant lesquelles un projet peut capoter, et c’est souvent au niveau du compromis et du financement.

Donc c’est pour ça que quand on pense avoir trouvé un bon projet, malheureusement, on n’est jamais sûr de le signer définitivement parce qu’il peut y avoir plein de choses qui font que ça capote.

Là, pourquoi ça a capoté ? Je te résume l’histoire. C’était vraiment un dossier qui en fait, je suis content de ne pas avoir signé, parce que depuis le début, il y avait plein de choses qui faisaient qu’il y avait déjà de la friction, sur beaucoup de choses.

Et le vendeur ne signait pas parce que la première fois, son père était malade. Il devait se rendre à l’hôpital et il n’avait pas signé. La deuxième fois : pareil. A chaque fois que je l’appelais pour lui demander, il filait à l’hôpital, son père était en phase terminale.

Okay. Deux fois. Et la troisième fois, il y a eu le coronavirus. Il ne m’a plus jamais répondu. Pour te faire très simple, c’est un peu ça, l’histoire, en sachant qu’entre les deux, il y avait un agent immobilier qui était très très mauvais et qui me disait des informations contraires de ce que disait le propriétaire.

Donc on avait tous les deux 2 sources d’informations, et en fait, il y a eu des conflits qui ne devaient jamais avoir lieu parce que l’agent immobilier était un incompétent de grande classe internationale, un grand Mendez.

Bref, une embrouille totale, et je suis bien content finalement que je n’ai pas acheté ça, parce que des fois, la vie te montre qu’en te mettant des bâtons dans les roues, et un peu trop d’un coup, c’est peut-être un signe de la vie pour te dire : « Passe à autre chose, passe à un autre projet. »

Et je suis content d’avoir zappé ce projet.

Chose très très bien, puisque j’ai trouvé, vers septembre/octobre, je ne sais pas trop précisément, un immeuble. Là, je vais te dire précisément où c’est parce que je m’en fous. Ce n’est pas du tout un immeuble de rentabilité mais c’est un immeuble patrimonial donc ce n’est pas du tout la même chose.

C’est à Reims, ville où je suis originaire, où j’ai grandi, que je connais très très bien. Et en fait, ce qui s’est passé, c’est que j’ai un petit peu changé ma stratégie cette année, c’est qu’il y avait du cash qui trainait et qu’il fallait investir.

Je n’ai pas encore fait la vidéo sur la chaîne YouTube pour te montrer cet immeuble. Je le ferai très prochainement. Je suis un peu plus vigilant cette fois-ci. J’attends que tout soit très bien signé avant d’en parler.

Donc là, le compromis est signé. Le financement est obtenu. On signera l’acte authentique courant février, et je te ferai la vidéo à ce moment précis pour te montrer la belle bête, que c’est un bel immeuble patrimonial situé à Reims, vraiment dans un endroit sympa.

Bon voilà. Les chiffres, quand je vais te les annoncer (je ne vais pas les annoncer dans cette vidéo, sinon ça va être trop trop long comme vidéo) ne vont vraiment pas te faire rêver. Peut-être même que tu vas m’insulter.

Tu vas me dire : « Raph, mais toi, tu es genre un investisseur immobilier, tu gagnes de l’argent avec l’immobilier. Pourquoi tu investis là-dedans ? » Parce que, encore une fois, la stratégie est différente.

Il y a une personne, une stratégie. J’avais du cash, on avait du cash à investir, à se débarrasser, surtout dans cette année particulière où on imprime, on imprime du cash. Je te rappelle, peut-être que tu ne le sais pas, mais 25% de tous les dollars ont été imprimés en 2020.

Le dollar, c’est une devise qui un peu plus de 300 ans. Je ne sais pas précisément, mais 25% de tous les dollars ont été imprimés seulement en 2020. Ça veut tout dire.

Avoir du cash aujourd’hui, ça ne sert à rien. Donc c’est le constat qu’on s’est fait. Et on a liquidé du cash, et on a mis 200.000€ d’apport sur ce projet, sur cet immeuble donc qui une fois les travaux terminés, va être valorisé à peu près à 600-650.000€.

Je t’en dirai un peu plus plus tard, mais voilà, je suis quasiment sûr que le projet va être fait. Donc ça, c’est très bien.

Donc un immeuble de 5 lots. Il y a 4 lots actuellement. On crée un 5ème lot dans les combles. Donc création de lots dans une ville telle que Reims, donc changement de destination, nécessité de fournir des places de parking.

Bref, je te parlerai de tout ça en détail. C’est une petite galère, mais tout se passe bien pour l’instant. J’ai trouvé les 2 parkings, etc. Donc c’est très bien.

Donc voici pour l’immobilier. Pour les biens que j’avais déjà en colocation, en location saisonnière, en location long terme, je ne vais pas te mentir que c’était compliqué dans le sens où il y a des étudiants qui sont partis, plus besoin d’aller à la fac puisque les facs sont fermées, on retourne chez les parents, donc plus besoin de studios.

La colocation, c’est un peu pareil. La location saisonnière, moi mes top 3 des clients Australiens, Américains et Anglais, ils ne sont plus là, donc il a fallu rebondir. Louer ses appartements location saisonnière en location moyen terme à des gens qui sont restés bloqués par exemple en France, notamment à des gens qui ont besoin de faire des stages.

Il y a par exemple un Chilien qui n’est pas retourné au Chili pour son business au Pérou, et qui a besoin d’un appartement quelques mois le temps de retourner au Pérou.

Bref, on trouve des solutions comme ça. Pareil, un chef de site dans le nord-est qui a besoin d’un appartement pour quelques mois parce que là, quand il va à l’hôtel, on ne lui change pas ses draps tous les jours, pour manger il en a marre, il n’y a rien à l’hôtel, et les Uber Eats, ce n’est que de la bouffe grasse.

Donc il en a marre, alors que là, il a un vrai service, avec un appartement complet, un bureau, une vraie cuisine. Bref, on trouve des solutions comme ça avec des locations moyen terme.

On n’a pas le prix de la location long terme. On n’a pas le prix non plus de la location courte durée, mais on est sur un entre-deux qui est confortable finalement puisqu’on a un très bon prix et on a beaucoup moins de maintenance à faire.

Donc c’est également en fait une très bonne façon de rebondir pour moi dans l’immobilier en étant un peu plus tranquille et en ayant des loyers encore confortables.

Donc voilà pour l’immobilier. On en avait parlé déjà un peu longtemps. Donc on va passer à la suite. On va parler de quoi ?

On va parler des actions à dividendes.

Donc j’avais cette année pour objectif d’investir un certain capital. Je n’ai investi que 70% de cette somme que j’avais pour volonté d’investir pour l’année 2020.

Voilà, je n’ai pas atteint mon objectif. Ce n’est pas très grave. Globalement, tous les objectifs que je voulais atteindre cette année, je ne les ai presque pas atteints.

Mais c’est quelque chose qui me rassure de ne pas atteindre les objectifs. Ça veut dire que je ne me suis pas fixé des objectifs qui étaient trop faciles à atteindre, et sur lesquels je me suis endormi. Ça, c’est un des risques.  

Il vaut mieux vous fixer des objectifs qui vous font peur, comme ça, ça vous pousse à vous dépasser de les atteindre, et moi, ça me rassure de voir que je n’ai pas atteint, parce que je sais que je n’ai pas dormi et je sais que ces objectifs étaient ambitieux.

Quand je vous dis que j’ai investi seulement 70% de la somme que je souhaitais initialement investir en 2020, ça représente une somme à 6 chiffres que j’ai investi cette année sur des actions à dividendes.

Donc ça reste encore sympathique, et ça fait un beau bond en avant pour encaisser toujours plus de dividendes. Donc voilà, cette année, voilà ce qui s’est passé. Et 2021, on va continuer à investir massivement dans les actions à dividendes.

Quand je parle d’investir massivement – et un petit regret dont je vais te faire part tout de suite, c’est mon investissement dans les cryptomonnaies, c’est que je n’ai pas fait un seul investissement en 2020 dans des cryptomonnaies.

2019, oui. 2018, oui. 2017 également. Mais en 2020, je ne sais pas ce qui s’est passé. J’étais trop trop focus sur les actions à dividendes en me disant : « Il me faut du cash-flow, il me faut du cash-flow, il me faut du cash-flow. »

Les cryptomonnaies ne versent pas de dividendes, donc pas de cash-flow, et ça ne m’intéresse pas. Et pourtant, quand on regarde la performance des cryptomonnaies notamment le Bitcoin sur les 10 dernières années, c’est la classe d’actifs qui, chaque année (systématiquement quasiment sauf une ou 2 années) performe toutes les autres classes d’actifs : les foncières cotées, les actions du NASDAQ, le S&P 500, les obligations, le cash, tout ce que tu veux.

Donc cette année, ma résolution, c’est d’investir plus équitablement mon cash, notamment chaque mois dans des cryptomonnaies.

Donc je vais investir chaque mois toujours dans des actions à dividendes, mais également chaque mois sans exception dans les cryptomonnaies parce que je ne peux pas me priver de performances qui sont extrêmement intéressantes et qui vont continuer de l’être dans le futur.

J’en suis convaincu, et j’étais convaincu en 2020. Mais malheureusement, j’étais trop attiré par le cash-flow.

Le cash-flow, c’est très très bien, mais le gain en capital, c’est également très très bien pour faire un bond sympathique dans son patrimoine, tout simplement revendre ses cryptomonnaies pour mettre un apport en immobilier ou dans des dividendes, bref, pour aller plus vite.

Donc voilà pour ce qui est cryptomonnaies.

Pour les start-ups, j’avais pour ambition d’investir dans une start-up en 2020. Finalement, j’ai investi dans 4 start-ups. Donc très très bien. Et je devais également accélérer mes investissements start-up parce que c’est quelque chose que j’adore faire, et sur lesquels, c’est pareil : il n’y a pas de cash-flow, mais il y a des portes de sorties, des exits comme ils l’appellent, qui sont potentiellement très intéressants sur 5-10-15 ans.

Donc voilà, on ne parle pas de faire un petit x2 ou un petit 20%. Non. On parle vraiment de faire un x2, x5, x10, x100 potentiellement. Donc en gros, pour faire simple, si tu investis 10.000€ sur une start-up, tu peux potentiellement prendre 1 million dans 5 ou 10 ans si la start-up a bien fait son travail.

Donc beaucoup vont me dire : « Ouais, mais toutes les autres start-ups vont échouer ! Il y en a plein qui vont échouer. » Rassure-toi, généralement, il suffit d’un exit très bon pour que toutes tes pertes des autres start-ups soient effacées, et que tu aies encore beaucoup de gras.

Donc il n’y a pas de souci là-dessus. Et encore une fois, on a des stats qui nous disent que 8 ou 9 start-ups sur 10 échouent. Ça, c’est les statistiques des business angels traditionnels (vous savez les vieux messieurs qui ont beaucoup d’argent et qui ne savent pas quoi faire de leur temps, et qui investissent dans tout ce qui bouge sans trop réfléchir et analyser).

Aujourd’hui, ça s’est un peu « ubérisé » dans le milieu des start-ups. Il y a des fonds d’investissement beaucoup plus modernes, beaucoup plus jeunes avec une vision beaucoup plus dynamique, qui ont des critères de sélection beaucoup plus dynamiques aujourd’hui, notamment sur tout ce qui est secteur technologique.

Donc cette stat, c’est pour te dire qu’elle est, selon moi, pas vrai. Alors, je ne dis pas que 100% des start-ups vont bien évidemment faire un exit et te faire gagner de l’argent, mais l’idée est de dire que 8 à 9 start-ups sur 10 échouent, je ne suis pas vraiment adepte de cette statistique. Pour moi, c’est moins que ça si tu fais une bonne sélection.

Peut-être que sur l’ensemble, c’est la vraie stat, mais sur ta sélection à toi, si tu la fais bien, sur un goût du jour moderne et dynamique, je ne suis pas forcément d’accord avec ça.

Ensuite, qu’est-ce qu’on a ? Je vais prendre mes petites notes pour tricher.

Ah oui, le business internet, c’est très important également. Je n’ai pas atteint mes objectifs de chiffres d’affaires. Ils étaient élevés également.

On a progressé. Tant que je te parle de ça. Mes revenus, mon patrimoine a vraiment bien progressé cette année, puisque mon patrimoine brut a augmenté de 55% cette année et 45% pour le patrimoine.

Donc c’est un très très gros bond, presque 100% pour le patrimoine net : X2, c’est énorme. Donc voilà, mine de rien, je te dis que je n’ai pas atteint mes objectifs mais j’ai quand même très bien avancé sur ce que je voulais faire.

2020 était, franchement selon moi, je pense, la meilleure année depuis que je suis entrepreneur et investisseur. Il y a eu beaucoup de choses qui ont progressé, qui ont avancé.

On a vraiment passé de belles étapes. Et ça, c’est cool. Donc voilà, même si je n’ai pas atteint mes objectifs sur le business internet, ce n’est pas très grave parce qu’on continue d’avancer.

Comment je l’explique ? Tout simplement je pense que je me suis un petit peu dispersé. Et c’est vraiment la conclusion de cette année 2020 pour moi, c’est le refocus sur les choses que j’aime vraiment.

J’ai arrêté de faire des choses que je n’aime pas avec des gens que je n’aime pas, juste pour l’argent. Et en fait, je me suis rendu compte en 2020 en faisant un peu ce bilan-là, que l’argent, c’est vraiment de moins en moins quelque chose dont je cours après, mais vraiment de moins en moins.

Et je ne sais pas comment t’expliquer ça. Ça ne va pas peut-être faire sens pour toi au stade où tu en es aujourd’hui, mais je m’en fous de l’argent en fait. L’argent, je n’en ai plus besoin, je ne suis pas en stress avec ça.

Ce n’est pas que depuis 2020. Je suis indépendant financièrement depuis 3-4 ans (j’avais 23 ans). Mais plus ça va, et moins, l’argent, j’en ai à foutre.

Je ne sais pas comment t’expliquer précisément, mais c’est un constat que je fais de plus en plus de façon puissante. Donc également, j’ai des objectifs à atteindre mais je ne l’ai plus fait pour l’argent mais plutôt pour la gratification personnelle de l’atteinte de ces objectifs.

Et c’est pour ça que je te dis généralement que (je ne sais pas si tu l’as entendu de ma bouche ou pas), mais j’ai des objectifs à 30 ans, et ce ne sont pas vraiment des objectifs financiers.

Bien évidemment qu’il y a beaucoup d’objectifs qui sont financiers (des montants bien précis sur ceux qui sont inscrits) que je veux atteindre en immobilier, en Bourse ou ce que tu veux.

Mais il y a aussi la gratification d’atteindre des steps, des paliers et des rewards, c’est-à-dire faire tant de choses, faire tant de ceci, faire tant de ça….

Bref, je n’aime pas te parler franchement de mes objectifs, parce qu’en parler, c’est déjà recevoir de la gratification, et ton cerveau va considérer que tu as déjà atteint ces objectifs si tu reçois la gratification pour ces objectifs.

Donc je n’en parle jamais publiquement, c’est pour ça que là, je suis – je ne dirais pas timide – mais je suis assez vague où dans le sens où je ne vais pas te dire, c’est quoi mes objectifs à 30 ans. Puisque si je te les dis, tu vas me dire dans les commentaires « Ah, trop bien Raph ! » et mon cerveau va kiffer ça, et va se considérer que c’est atteint, alors qu’il y a encore beaucoup beaucoup de travail.

Donc voilà, les amis. Bref, business. Ça s’est fait. Livre. On est passé best-seller pour le précédent livre « Des bancs de la fac à l’indépendance financière ». Merci à vous ! C’est grâce à vous.

Donc c’est franchement génial. Ça, c’est un très bel objectif d’atteint. Donc ça c’est typiquement ce que je viens de te dire avant. Ce n’est pas franchement un objectif financier, mais c’est une « reward ».

« Je suis auteur best-seller avant mes 30 ans. » Yes ! Ça, c’est un truc que je voulais atteindre et je suis super content de ça.

Tu vois, ce n’est pas financier, mais ça fait beaucoup plus de plaisir que de l’argent. Et ce qui s’est passé cette année, c’est que j’ai, contre toute attente, décidé d’écrire un nouveau livre.

Donc je crois qu’il est juste là-bas. Je vais te le montrer si tu ne l’as pas encore vu. « La Magie des Dividendes ».

Je pensais, bien évidemment, réécrire un nouveau livre mais je ne pensais pas l’écrire aussi rapidement, et c’est fait. Voilà. Il est ici.

La Magie des Dividendes. Donc c’est un gros livre de 704 pages, format 15,3 x 23 cm, donc c’est un très très gros pavé comme tu peux le voir ici : il y a des petites marges, une faible police d’écriture, il n’y a pas beaucoup de pages blanches.

C’est vraiment vraiment un très très gros livre avec beaucoup de contenu. Je ne me suis pas foutu de ta gueule.

C’est un livre de référence sur le marché des actions à dividendes, et c’est loin d’être un livre comme beaucoup t’en sortent en ce moment, où il y a beaucoup de pages blanches, une très grosse police d’écriture, où c’est un petit peu de l’arnaque, (on ne va pas se mentir), là il y a pas beaucoup de contenu, où il n’y a rien dedans à part du racontage d’histoire.

Dans ce livre-là que je viens de t’écrire, il y a beaucoup beaucoup de contenu et d’informations concrètes pratico-pratiques. Donc voilà.

Je ne pensais pas sortir ce livre cette année. Le but est de le rendre best-seller le plus rapidement possible. On en a fait imprimer directement, 5200, et le but c’est d’écouler au minimum, au grand minimum, 5200 toute cette année 2020.

Et pour te balancer une petite exclu évidemment, j’ai pour projet d’écrire un autre livre dans le futur, je pense d’ici les 2 ans ou 3 ans ans, (plutôt 2 que 3), un livre plus proche de celui Des bancs de la fac à l’indépendance financière, où cette fois-ci, je t’expliquerai comment je suis devenu finalement millionnaire avant mes 30 ans.

Ça sera un petit peu la continuité du livre « Des bancs de la fac à l’indépendance financière » avec un langage un peu plus sympa, un peu plus cool parce que ce nouveau livre que j’ai écrit, la Magie des dividendes qui est un livre un peu plus corporate où je me suis un petit peu moins autorisé d’écarts de langage ou de choses comme ça.

A tous ceux qui ont lu mon livre « Des bancs de la fac à l’indépendance financière », vous savez à quel point vous l’avez apprécié, et à quel point j’ai écrit ça de façon vraiment très très cool et relax.

Ensuite, parlons des événements cette année. Halala ! Quelle catastrophe, les évènements les amis ! Il y a eu le séminaire de Genève qui a été annulé 2 fois. Il devait avoir lieu en juillet puis en décembre. Il a été annulé pour cause de coronavirus, bien évidemment.

Un workshop immobilier au mois de mai qui devait avoir lieu à Reims : annulé également pour cause de coronavirus.

La soirée de lancement de mon livre qui devait avoir lieu – je crois – en novembre a été annulé également pour cause de coronavirus.

La sortie voiture qu’on devait faire au mois de mai ou de juin en Angleterre a été annulée pour cause de coronavirus, bien évidemment.

Et quoi d’autre ? Voilà, c’est déjà pas mal. Et je devais intervenir à un TEDx en Belgique en début d’année : annulé également pour cause de coronavirus.

Magnifique, les amis !

Donc c’est pour ça que cette année 2021, en termes d’évènements, on va faire le séminaire, on va faire la sortie voiture, mais on ne va pas organiser d’autre chose parce que c’est chiant de balancer des acomptes dans tous les sens, se voir annuler des évènements, et puis les participants, ils sont déçus.

Ils te disent : « Oh, moi j’ai posé des jours de congés, j’avais prévu ci, j’avais prévu ça, j’avais réservé mon hôtel. » Et tu leur dis : « Non, non, il y a le coronavirus. »

Donc c’est frustrant pour vous, pour moi. Tout ça, ça m’a saoulé. Donc cette année, on va calmer les évènements. On va simplement faire le séminaire comme d’habitude, et la sortie voitures dans les Pays Baltes au mois de juin.

Le séminaire, c’est le 17 avril 2021 à Genève, Hôtel Wilson 5 étoiles. On te reçoit comme un roi, ou comme une reine.

Ensuite, les voyages. Les voyages. Moi, qui adore voyager, qui fais en général une vingtaine de nouveaux pays par an. Cette année, ça a été un peu la catastrophe puisque j’ai fait quoi ? J’ai fait l’Inde, le Koweit et l’Egypte en début d’année, avant que le coronavirus vienne nous casser la tête.

Donc ça, c’était au mois de janvier-février. Ensuite, j’ai découvert la Biélorussie au mois d’août, et de novembre. Et là, j’y retourne dans 5 jours, et j’ai adoré. Un gros coup de cœur à la Biélorussie. Franchement, j’adore, j’adore, j’adore !

J’ai découvert Gibraltar au mois de novembre ou octobre. Sympathique ! C’est un petit caillou, on ne va pas se mentir. Et ensuite, j’ai découvert la Turquie en plein confinement. Voilà, 5 jours avant, c’était la grande fête et mois j’arrive, il pleut, tout le monde est confiné, plus personnes dans les rues, alors qu’Istanbul, c’est quand même un endroit où ça vit à mort, où il y a beaucoup de bruit, d’ambiance.

Et là, il ne se passait rien.

Donc très compliqué de voyager cette année. On verra en 2021 ce que ça donne mais je n’ai pas non plus atteint mes objectifs de voyage parce que pour moi, ça fait partie de mes objectifs de voyager, ça m’ouvre l’esprit, ça me fait rencontrer des gens différents de moi, et surtout, ça me fait me rendre compte de la chance que j’ai parce que j’en parle de temps en temps.

Crois-moi que j’ai rencontré des gens dans des pays très intelligents pour qui 10€, 100€, 1000€, c’est un choix très compliqué à faire, et ils n’ont pas les mêmes opportunités que toi.

S’il te plaît, rends-toi compte à quel point tu as de la chance d’être né en France et d’avoir tout un tas d’opportunités autour de toi, malheureusement parfois, dont tu ne profites même pas, j’ai envie de dire.

Alors que ces gens, j’ai rencontré des gens dans les pays de l’Est, en Asie, en Amérique du Sud qui devraient faire des choses mais qui ne peuvent pas faire parce que des fois, ça se joue à 10€, 100€ ou 1000€.

C’est triste, les amis ! Donc rendez-vous compte de cette chance que vous avez s’il vous plait.

Quoi d’autre ? Matières premières, je n’ai rien fait cette année, malheureusement. Là aussi, je suis un petit peu déçu de ne pas avoir fait ça. C’est important pour moi d’avoir un petit peu d’or, pas forcément énormément d’or et d’argent dans ton patrimoine mais un petit peu.

Donc là, je suis déçu également.

Quoi d’autre ? Visibilité médias. Je n’ai pas du tout travaillé là-dessus. Donc c’est quelque chose que je dois faire en 2021. Et m’offrir une Rolex, c’est quelque chose que je ne me suis toujours pas autorisé.

Chaque année, je pense que j’écris dans la liste de mes objectifs, mais je ne me l’autorise jamais parce que je me dis : « Non, non, non, investis-le, investis-le ! »

Ça me saoule. Je préfère investir. Mais dans tous les cas, il faudra qu’elle soit là avant 30 ans, sinon je vais considérer que j’ai raté ma vie. Juste à cause de ça.

Donc je repousse, je repousse, mais je sais que ça ne va pas, parce que déjà j’en ai envie. Il faut se faire plaisir comme je le dis de temps en temps.

Et puis, j’arrive bientôt à mes 30 ans, puisque j’ai 27 ans. Donc c’est cette année ou l’année prochaine, je pense.

Donc voilà, mes amis ! Mes objectifs pour 30 ans, je ne te les dirai pas donc du coup. Tu l’as compris toute à l’heure, je te l’ai dit.

Mais en tout cas, sachez que je ne suis pas en avance, je ne suis pas en retard, mais il va falloir travailler les amis. Ensemble, on va faire en sorte que 2021, 2022, 2023, jusqu’à l’âge de mes 30 ans, on charbonne, on charbonne, on charbonne.

On continue d’investir massivement. On continue de générer du chiffre d’affaires. On continue de kiffer également la vie. Mais voilà, dis-moi après, dans les commentaires ci-dessous quel a été le bilan pour toi de ton année 2020.

Est-ce que c’était une bonne année ? Si ça n’a pas été une bonne année, je t’invite fortement à te poser les bonnes questions : pourquoi ? Est-ce que ce n’est pas de ta faute ? Est-ce que ce n’est pas de ta faute ?

Moi je suis partisan de penser que tout ce qui nous arrive dans la vie, on le mérite. Le bon, le mauvais, on l’a provoqué à un moment ou un autre, d’une façon ou d’une autre.

Donc pose-toi la question, si tu n’es pas satisfait de ton année 2020, est-ce que ce n’est pas de ta faute ? Il y a de fortes chances que oui. Ne rejette jamais la faute sur les autres. Ce n’est pas beau. Ce n’est pas beau déjà, et c’est rarement la faute des autres.

Donc voilà les amis. Dis-moi dans les commentaires comment s’est passée ton année 2020. Comment tu vois 2021 ? Est-ce que tu peux me partager peut-être tes objectifs ? Peut-être que toi tu as envie de me les partager.

N’hésite pas à me dire tout ça, même si Clubmillionnaire t’a aidé, comment j’ai pu t’aider, comment j’ai pu t’inspirer, qu’est-ce que tu as fait grâce à Clubmillionnaire ?

Bref, partage-moi tout ça. Ça me ferait extrêmement plaisir. Et let’s go, 2021, les amis ! On va tout exploser, on va tout casser. On va tout rafler. Voilà, les amis.

Petit pouce bleu. Abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait. Et puis, on se dit à très très vite. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.