Quand revendre une action en Bourse (13 raisons) ?

Je te parle souvent d’acheter des actions à dividendes et de les conserver sur le long terme et même à vie ! Mais est-ce qu’il y a des situations où je suis amené à revendre certaines de mes positions ?

La réponse est OUI. Car entre la théorie et la pratique, il y a souvent 2 mondes et même si je pense initialement acheter une action pour la conserver à vie, il arrive parfois que je sois dans l’obligation de m’en débarrasser.

Nous voyons dans cette vidéo une dizaine de raisons qui peuvent me faire enclencher un ordre de vente.

✓ Découvrir mon nouveau livre : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Bourse #Vendre #Timing

Quand revendre une action en Bourse (13 raisons) ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Yes les amis ! Bienvenus dans cette nouvelle vidéo aujourd’hui, dans laquelle je vais te parler d’actions à dividendes et de surtout quand est-ce qu’il faut revendre ses positions.

J’ai eu la question sur Instagram d’une personne qui me demandait : « Raph, quand est-ce que tu vas revendre tes positions ? J’ai très bien compris que tu vises le dividende. J’ai très bien compris que ton objectif, c’est de ne pas revendre. J’ai très bien compris que tu as une vision long terme, que quand tu investis dans une entreprise, c’est que tu crois en l’entreprise et que tu considères que tu ne vas pas la revendre avant des années, voire des dizaines d’années. »

Et c’est entièrement vrai. Sauf que ça, c’est encore une fois la théorie et que parfois, entre la théorie et la réalité, il y a des fossés d’écart. Là, c’est la même chose pour ce cas présent. Des fois, on est forcé de revendre une position qu’on a acheté au début, en pensant sincèrement qu’on allait conserver plus longtemps mais on est forcé de la revendre.

Donc voilà. Je vais te donner toute une liste de raisons pour lesquelles je peux être amené parfois à revendre.

Ce n’est pas parce qu’il y a des choses qui ne me plaisent pas que je vais revendre forcément l’action. Il faut savoir que quand on analyse une entreprise, on ne va déjà pas forcément l’acheter sur la base de tous les critères tels qu’ils nous arrangent mais qu’il faut parfois faire des compromis.

Trouver le mouton à 5 pattes, ça n’existe pas. C’est pareil pour la revente. On ne va pas forcément revendre parmi tous les critères qui pourraient déclencher une revente, on ne va pas forcément automatiquement déclencher la vente. Encore une fois, ce n’est pas une science exacte.

Donc voilà. Je vais te donner plusieurs raisons, et ce n’est pas forcément dans un ordre d’importance. Elles sont vraiment balancées en vrac comme ça. Et puis, également, cette liste que je te donne, ça fait partie d’un petit extrait de mon livre que je suis en train d’écrire et qui va sortir d’ici quelques mois, à la fin de l’année 2020, début d’année 2021.

N’hésite pas à le précommander et à le recevoir en avant-première en regardant la barre de description. Et tu pourras avoir plein d’informations sur ma stratégie d’actions à dividendes.

Alors, quelle est la première raison ? Rentrons dans le vif du sujet.

La première raison, ça va être un changement dans l’équipe directrice. Je ne vais pas t’expliquer comment est nommée une équipe dirigeante, comment ça évolue etc. Mais il faut savoir que c’est amené à évoluer et le board, l’équipe directrice n’est pas forcément toujours la même.

Et là, il peut y avoir un moment il y a une équipe directrice qui te plait un peu moins. Ce n’est pas forcément celle qui était là quand toi, tu as acheté l’action. Ça a évolué, et tu as l’impression que l’équipe directrice, elle est en train de gâcher ton argent, de ne pas faire ce qu’il faut avec ton argent.

Tu as l’impression de ne pas être suffisamment représenté en tant qu’actionnaire, ou alors il y a eu un changement générationnel dans l’équipe, c’est-à-dire que tu avais peut-être une équipe qui était jeune au début, ou ancienne au début, et qui a évolué vers une équipe à l’opposé en termes d’âge, et que tu as des décisions générationnelles qui ne sont pas les mêmes, qui sont, selon toi, pas forcément bonnes.

Bref, tu as un ensemble qui fait que ça ne matche plus et que tu n’arrives pas forcément à suivre les directions que va prendre l’entreprise, et de ce qu’elle va faire avec l’argent qu’elle a à disposition. C’est une première raison.

La deuxième raison, il y aura peut-être même plus à la citer en première parce que celle-ci, elle est vraiment importante : c’est si l’entreprise a une annonce de résultats qui est décevante par rapport à son prévisionnel, et si, et surtout si, j’ai envie de dire, s’il y a un changement des fondamentaux.

Parce que voilà, que l’entreprise n’ait pas produit les résultats qu’elle pensait dans son prévisionnel, c’est une chose, mais encore une fois, malheureusement, une entreprise, ça a des hauts, ça a des bas. Ça fait des prévisionnels qu’elle respecte parfois et qu’elle ne respecte pas parfois.

Il y a des éléments extérieurs qui vont faire en sorte que tu peux plus ou moins facilement réaliser tes objectifs.

Bref, il y a tout un tas de choses comme ça qui peuvent évoluer sur la capacité ou non à faire les résultats que tu avais prévu de faire, mais c’est surtout s’il y a un changement des fondamentaux, où là, ça peut être très important parce que si tu as acheté une entreprise au début pour une raison X sur la base de certains fondamentaux et qu’à la fin, cette entreprise, ce n’est plus du tout la même puisqu’il y a eu des modifications qui sont beaucoup trop élevées, là, ça remet en question entièrement tout ton achat.

Donc ça, c’est vraiment selon moi un critère super important : changement trop brutal des fondamentaux de l’entreprise.

Une autre raison également, ça peut être si l’entreprise elle a trop de problèmes financiers ou de leviers financiers, si elle a trop de dettes.

Il faut savoir qu’en cas de crises, ce sont les entreprises les plus endettées qui sont le plus à même d’être sujettes à des problèmes, à des défauts, à des risques majeurs de faillite ou des difficultés financières.

Donc voilà. S’il y a trop de leviers, de problèmes financiers, ça peut être vraiment un argument pour revendre.

Autre argument également qui me vient en tête : c’est s’il n’y a plus de croissance espérée pour l’entreprise. C’est-à-dire que l’entreprise, elle a épuisé son marché, ou elle a atteint un stade où la croissance, son « total return », sa performance totale va être celle ou en dessous de celle de l’indice dans lequel elle fait partie (le S&P500 ou le CAC40), ça peut être une raison pour déclencher une vente.

Tout encore, encore une fois, ça dépend aussi de ta stratégie. Si ta stratégie, c’est la value ou le « growth », la croissance ou la valeur, ça peut être une raison.

Si ta stratégie, c’est le dividende et le rendement, ce n’est pas forcément une raison de revendre si le dividende est toujours là, il est solide, et il te génère ce qu’il faut en termes de dividendes.

Donc voilà. S’il n’y a plus la croissance espérée en tout cas, en fonction de la stratégie, ça peut être également une raison de déclencher un ordre de vente.

Autre critère également qui, pour moi, est très important (j’aurais pu le mettre dans les premiers, celui-ci puisqu’il est vraiment très important) : s’il y a une baisse ou une suppression du dividende.

C’est-à-dire que moi, tu le sais peut-être ou pas, je suis 100% orienté sur le dividende. Et généralement, le marché réagit très très mal à une baisse ou une suppression du dividende.

Et au-delà du fait que le marché réagisse mal, c’est même un très mauvais signe, c’est un gros drapeau rouge ou drapeau noir – appelle-le comme tu veux – vis-à-vis de l’entreprise et de sa capacité potentiellement à verser un dividende à ses actionnaires.

Donc moi, en tant qu’actionnaire qui recherche le dividende, si une entreprise baisse ou supprime son dividende, généralement, il y a peu de temps entre le moment de cette annonce et le moment où je vais revendre mes positions parce que j’aime bien les entreprises qui ont un historique solide et croissant de versement de dividendes.

Et si l’entreprise, elle me démontre qu’elle n’est plus en mesure de remercier, de verser un dividende à ses actionnaires, ça ne me plait pas du tout.

Et voilà, il y a plein d’études qui démontrent qu’une entreprise qui baisse ses dividendes, c’est une entreprise qui performe moins, c’est une entreprise qui forcément se porte moins bien etc. C’est clairement un gros signal pour moi qui ne sent vraiment pas bon.

Une autre raison, ça peut être également si tu as besoin de cash, tout simplement, que ce soit aussi bien pour une autre opportunité financière que pour une autre raison de vivre, un mariage, un divorce, un cancer, une maladie, des choses comme ça.

Bref, on ne partage des choses joyeuses mais ça peut arriver, mais voilà, c’est pour une nécessité de cash.

Moi, l’idée quand j’achète des actions, c’est de ne jamais les revendre. Je considère que j’achète à vie et surtout que j’ai investi de l’argent dont je n’ai pas besoin, et que je peux me permettre de perdre. Limite, quand j’investis de l’argent, je considère déjà que je n’ai plus d’argent, que ce n’est plus à moi, que je ne peux plus jamais le récupérer.

Mais voilà, si jamais il y a une opportunité… Je ne sais pas, si ton portefeuille te génère 5% de rentabilité et qu’à côté tu as besoin d’un cash pour une opportunité, un business ou ce que tu veux, qui va te générer 10%, tu peux te faire un arbitrage et te dire : « Voilà, moi j’ai 5% en ce moment, je peux en avoir 10. Je fais mes maths, je fais mes calculs. Je préfère revendre et aller sur une opportunité qui est beaucoup plus rentable. »

Donc ça, ça peut être une raison également.

Ensuite, ça peut être également le fait qu’une sorte de bulle, une action qui soit vraiment surévaluée. Tu sais qu’il y a régulièrement des bulles, dans différents secteurs, et si jamais la plus-value latente que tu pourras réaliser représente énormément d’années de dividendes (encore une fois si tu es dans une stratégie de dividendes) ça peut ne pas forcément être débile de revendre cette position plutôt que d’encaisser cette plus-value même si ce n’est clairement pas ma stratégie de base, d’attendre les dividendes, puisque voilà, régulièrement il y a des épisodes de bulles sur les marchés.

Ça arrive en fonction des secteurs. Ça peut être une région. Ça arrive relativement rarement de mon côté puisque j’investis dans des entreprises matures et qui sont normalement plus ou moins correctement évaluées mais ça peut être une raison en tout cas.

Autre raison également à laquelle je pense : si l’entreprise fait l’objet d’un procès, que ce soit de la SEC, de l’Autorité des Marchés Financiers, ou que ce soit des organismes de contrôle divers et variés si elle fait de l’alimentation, si elle fait peut-être une concurrence déloyale ou de choses comme ça.

Tu sens que ça ne sent pas bon pour l’entreprise car là, potentiellement, d’être inquiété ou qu’elle a un risque de perdre beaucoup d’argent. Quand il y a une mauvaise aura autour de tout ça, tu peux vouloir revendre plutôt que d’être là pendant le procès en tant qu’actionnaire.

Donc ça, ça peut être également une raison pour toi pour se débarrasser de cette position.

Ensuite, tout ce qui concerne l’avantage compétitif. Moi, j’aime bien investir dans des entreprises qui ont un avantage compétitif, c’est-à-dire qu’elles sont leaders sur leur secteur, sur leur marché. Elles ont un avantage, un produit unique, une marque propre, des choses comme ça.

Et s’il y a une perte d’avantage compétitif, ça peut arriver, une concurrence qui trouve un nouveau procédé, une nouvelle méthode ou qui arrive à détruire l’avantage compétitif que tu avais ou à le remplacer ou à le rendre inutile ou inintéressant aux yeux des clients, ça peut être un gros problème.

Parce qu’une entreprise qui avait un avantage compétitif, c’était ce qui la rendait forte, puissante, qui lui permettait peut-être beaucoup de parts de marchés.

Et si elle n’a plus ça, c’est potentiellement le début de la fin peut-être. Et si elle n’arrive pas à se renouveler et à innover, ça peut sentir mauvais.

Donc perdre l’avantage compétitif, ça peut vraiment être une raison de vendre ses positions.

Qu’est-ce qu’on a d’autre également ? Par exemple, si tu as le prix de ton action qui baisse, qui baisse, qui baisse. Encore une fois, même si on ne recherche pas une plus-value sur l’action et qu’on cherche le dividende, une action dont le prix ne fait que baisser, que baisser, il faut essayer de comprendre pourquoi.

Est-ce qu’il y a un problème au niveau des fondamentaux ? La confiance des investisseurs n’est plus là ? Il faut vraiment essayer de comprendre pourquoi parce que si au bout d’un moment, ton prix baisse tellement qu’il faudrait des années, des années et des années de dividendes pour récupérer ta mise, que tu sois flat ou que tu sois « break even » et que tu gagnes de l’argent, ce n’est pas forcément une bonne affaire non plus.

Même si on se concentre à fond sur le dividende, il ne faut pas non plus oublier la valorisation de ton portefeuille et le cours de tes actions, l’idée, c’est quand même d’acheter des actions d’entreprises qui sont solides, qui sont matures, qui sont fiables, à un bon prix.

Encore une fois, il ne faut pas acheter des entreprises parce qu’elles ont l’air cool, elles ont l’air sympa, qu’elles ont l’air fort etc. Il faut bien les acheter. Le prix, c’est ce que tu paies. La valeur, c’est ce que tu obtiens, comme le dit Warren Buffett.

Donc c’est super important de surveiller également le cours de ces actions et la valorisation de son portefeuille.

Allez, il y en a encore deux qui me viennent en tête.

La première, c’est quand tu ne crois plus en l’entreprise. On l’a plus ou moins évoqué déjà tout au long de cette vidéo. Voilà, c’est que tu ne crois plus du tout en cette entreprise, son produit, son équipe directrice, la démarche dans laquelle elle évolue. Plein de choses comme ça vraiment d’un point de vue purement personnel et purement « émotionnel » même si la bourse, ça ne devrait pas être émotionnel.

Voilà, tu ne crois plus en l’entreprise. Je ne sais pas. Tu as quelque chose qui te fait dire que tu n’as plus du tout envie d’être actionnaire de cette entreprise. Voilà, pourquoi pas ? Ça peut être également une raison de vendre.

Et la dernière chose, le dernier argument et qui n’est pas non plus des moindres, c’est quand tu t’es trompé, tout simplement.

J’ai envie de dire, tu as beau être le plus formé du monde, tu as beau avoir fait toute ton étude, ton analyse, avoir lu tous les bilans comptables ou les résultats que tu veux, avoir 15 ou 20 ans d’expérience, ce que tu veux, tu continueras toujours à te tromper.

Les meilleurs se trompent. Même Warren Buffett se trompe encore. Il y a plein de gens qui se trompent encore, et ça t’arrivera encore. Donc tu peux tout simplement te tromper. Moi-même je me trompe. Je me suis déjà trompé, et je vais encore me tromper.

C’est comme ça, c’est la vie. Et on ne prend pas toujours que des bonnes décisions. L’idée, c’est de prendre le plus de décisions optimales plutôt que de faire des erreurs mais malheureusement, voilà.

Quand tu t’es trompé, il faut également se dire : « J’ai fait de la merde. Je le supprime. Je me débarrasse de cette position. »

Alors, ça peut parfois être dur de se débarrasser d’une position. On peut se dire : il y a une sorte de biais cognitif, de la finance comportementale, qui fait que tu as du mal à couper une position qui te fait perdre de l’argent parce que tu te dis que ça va forcément remonter, et que tu préfères t’en débarrasser quand ça aura limité et que tu auras limité tes pertes.

Généralement, ce qui se passe le plus souvent, c’est que la position continue de perdre de l’argent, et que tu perdes toujours plus d’argent, et que si l’entreprise, elle baisse, ce n’est pas pour rien.

C’est que ça se dégrade forcément au niveau des fondamentaux. Donc il faut savoir des fois se couper le bras, se couper la main, de se couper les bras, comme on dit – je crois que c’est ça, la citation – plutôt que de continuer dans un mauvais schéma.

Donc voilà, je t’ai donné plusieurs raisons. Je ne sais pas exactement combien. Elles ne sont pas dans un ordre précis, comme je te l’ai dit.

Dis-moi dans les commentaires ci-dessous si toi, tu as une raison de te débarrasser d’une position. Encore une fois, cette liste n’est pas forcément exhaustive, mais ça m’intéresse de savoir dans quelles conditions, toi, tu te débarrasserais d’une position.

En tout cas, si tu veux avoir accès à mon portefeuille d’actions au complet, n’hésite pas à lire la barre de description ci-dessous puisque j’ai un service qui me permet d’avoir accès en temps réel à tout mon portefeuille. Comme ça, tu sauras toutes les positions que j’ai dans mon portefeuille.

N’hésite pas non plus à précommander mon nouveau livre sur les marchés financiers qui arrivera vers la fin d’année 2020 environ.

Sur ce, n’hésite pas non plus à t’abonner, petit Like, petit commentaire, et je te dis à très très vite.

Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.