PROPRIETAIRE SANS SALAIRE EN TANT QU’ETUDIANT AVEC UN CREDIT IMMOBILIER

Salut à tous,

Cette fois-ci nous sommes à Limoges en compagnie de Valentin, lui aussi lecteur de mon livre papier « Des bancs de la fac à l’indépendance financière ».

Valentin a réalisé quelque chose que je n’avais pas encore vu jusqu’à ce que je le rencontre. Il est devenu propriétaire sans salaire en tant qu’étudiant avec un crédit immobilier…

Oui, oui, tu as bien lu, Valentin cumule tout ce qui peut faire peur à une banque :

  • jeune âge
  • étudiant
  • pas de CDI
  • pas de salaire

Et pourtant, il a réussi à se faire financer un petit projet immobilier, à tout de suite à l’intérieur de la vidéo afin qu’il t’explique tout ! 

Découvrir mon livre papier « Des banc de la fac à l’indépendance financière »

Découvrir mon programme « L’Ecole de l’Elite Financière »

PROPRIETAIRE SANS SALAIRE EN TANT QU’ETUDIANT AVEC UN CREDIT IMMOBILIER

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, je me retrouve aujourd’hui dans le Limousin avec un invité que je vais vous présenter tout de suite, cet invité il a une particularité, c’est-à-dire qu’il s’est fait financer un bien immobilier en tant qu’étudiant sans salaire, sans passer par l’astuce du prêt étudiant, il a bien eu un prêt immobilier, donc c’est quelque chose d’assez incroyable, qu’on va parler tout de suite avec lui.

Avant tout ça n’oubliez pas comme d’habitude, à vous abonner à la chaîne YouTube ci-dessous, si ce n’est pas déjà fait, en cliquant sur le bouton s’abonner ça vous permettra de recevoir en avant-première toutes les prochaines vidéos, et également lisez bien la barre de la description ci-dessous, vous allez pouvoir télécharger gratuitement un petit pack de bienvenue, c’est un petit cadeau que je vous fais, le contenu est 100% secret qui t’aidera à éteindre l’indépendance financière ou du moins à commencer ton processus.

Donc salut mec

Valentin : Salut

Raph : Comment tu vas ?

Valentin : Très bien et toi ?

Raph : Très, très bien, est-ce que tu peux te représenter pour tout le monde, nous dire comment tu t’appelles ? Quel âge tu as ? Ce que tu fais dans la vie ? Pourquoi tu es là en fait aujourd’hui ?

Valentin : Oui il n’y a pas de soucis, alors je m’appelle Valentin et j’ai vingt-deux ans, donc j’habite dans Limousin comme a dit Raph, je suis dans les études de la santé, je suis en deuxième année, donc là il me reste encore une année avant de commencer à travailler, moi j’ai découvert Raph quand j’étais dans les études de médecine, pour réussir sa paces, j’avais lu le bouquin et tout, déjà à l’époque ça m’avait bien motivé, et là je retrouve Raph deux ans après sur l’indépendance financière, livre qui m’a bien boosté pour commencer les projets immobiliers, concernant l’immobilier j’étais déjà intéressé il y a quelques années de ça, j’avais dix-huit ans environ, tu vois dix-huit ans tu ne peux pas trop investir comme ça enfin

Raph : C’est compliqué

Valentin : En fait surtout il y a quelques années ou ce n’était pas encore bien comme maintenant, ou maintenant j’ai l’impression qu’on peut faire plus les choses, du coup je ne m’étais pas trop intéressé, et c’est vrai que voilà, il y a quelques années avec l’indépendance financière, là ça était clairement déclic

Raph : Ça c’est ça qui manque, voilà on retrouve Valentin qui avait commencé avec mon premier petit business sur la médecine, et aujourd’hui sur Club Millionnaire, c’est marrant de voir qu’il a un switch et ça, ça fait plaisir du coup qu’est-ce que vraiment t’as intéressé dans l’immobilier ?  Comment tu as découvert l’immobilier ? Est-ce que vraiment le switch que tu m’as vu parler de temps en temps sur YouTube dans l’indépendance financière ça t’as attiré ? Est-ce que tu as de la famille dans l’immobilier ? Où est-ce qu’on t’a incité d’investir autres qu’internet ? Comment ça s’est passé ?

Valentin : Oui c’est vrai que j’ai déjà un peu de famille qui est dans l’immobilier, ça reste léger comme même, mais juste déjà ça motive, ça booste, le livre de l’indépendance financière déjà j’étais intéressé sur l’immobilier, le livre qui montre quand même ça a l’air accessible, c’est super accessible, là on commence à se renseigner, on commence à avoir plus d’infos, à regarder surveiller les annonces, etc. On voit les rentabilités, etc.

Raph : Tu as fait le curieux, tu es allé sur des sites comme leboncoin, seloger

Valentin : Exactement, je prends mon téléphone, je reçois les annonces tout le temps, enfin en direct, direct

Raph : Tu surveilles les marchés

Valentin : On se met dans un milieu-là, l’immobilier pour commencer, ça part

Raph : Et tu t’es mis à apprendre comme ça

Valentin : Oui

Raph : Qu’est-ce que tu voyais toi dans l’immobilier ? Parce que c’est vrai encore une fois quand on est jeune, quand on a dix-huit ans, vingt, vingt-deux ans on pourrait se dire, on est en mode étude, on est en mode soirée, on est en mode fille, on est en mode alcool, tout ce que tu veux, qu’est-ce qui fait que toi, qu’est-ce que tu vois dans l’immobilier pour le futur ? Est-ce que tu vois vraiment quelque chose qui te permet d’atteindre une indépendance financière ? Ou c’est juste pour le délire

Valentin : Clairement c’est pour l’indépendance financière, c’est vraiment un état d’esprit de penser, là que j’ai développé pendant ces quelques années, à force de lire, de regarder des vidéos YouTube tout simplement, et oui c’est pour avoir

Raph : Pour avoir de plus en plus, tu commences par un premier, un second, un troisième et du coup tu continues à investir toute ta vie

Valentin : Clairement c’est sûr

Raph : Tu ne te vois pas travailler toute ta vie par exemple ?

Valentin : Non voilà, c’est quelque chose qui n’est pas possible

Raph : Ce n’est pas possible clairement ?

Valentin : Ce n’est pas possible

Raph : Pourquoi ? La liberté ?

Valentin : Oui la liberté c’est important et puis de faire de voyager, je pense qu’on a tous cette idée d’esprit de liberté, déjà de base on a envie des clics de battre à l’époque, pas trop même s’il faudra y passer malheureusement, mais voilà c’est comme ça, l’immobilier c’est un bon placement et en quelques années enfin il y aura un moyen d’être indépendant financièrement, c’est l’objectif

Raph : Encore un jeune qui ne va pas faire une carrière complète

Valentin : Ça c’est sûr

Raph : C’est sûr, du coup parlant un petit peu de concret entre guillemets, de ton investissement puisque tu as réalisé un investissement ici dans le Limousin, est-ce que tu peux nous en dire plus avant qu’on arrive particulièrement sur le point de financement, nous dire un petit peu ce que tu as acheté comme surface, etc?

Valentin : Alors du coup pour mon premier bien, j’ai un peu entre guillemets je faisais la sécurité, je voulais vraiment prendre quelque chose, moi j’étais dans l’investissement pour étudiant, c’est-à-dire un trente mètres carré, si possible très bien classé, donc j’ai eu la chance de trouver un bien placé à même pas cent cinquante mètres dans Ia rue, donc avantage et je me suis focalisé sur la fac de science, là où je suis

Raph : Tu étais à côté de la fac de science aussi ?

Valentin : Oui donc même pas cent mètres à pied, il y a une ligne de bus pas très loin, franchement je veux sécurité, et en plus le bien il reste bien situé au calme, résidence étudiante, superbe, niveau placement vraiment j’ai joué la sécurité sur ça

Raph : En trente mètres carrés, tu m’as dit, c’est quoi ? C’est un T2 ? C’est un studio T1 ?

Valentin : C’est un T1

Raph : Donc c’est quoi, une chambre séparée ? C’est comment ?

Valentin : Déjà je l’ai acheté directement, du coup si tu veux il y a le salon, il y a la chambre dedans, ça reste interne

Raph : C’est un canapé-lit ?

Valentin : Oui

Raph : Super je vois, est-ce que tu peux nous donner quelques chiffres ou pas ?

Valentin : C’était un bien à trente mètres carrés, il était en vente à trente-cinq mille, moi j’obtiens encore sur la sécurité sur ce coup-là, l’appartement était déjà loué

Raph : Déjà loué okay

Valentin : Déjà un locataire dedans

Raph : En nu ou en meublé ?

Valentin : En nu

Raph : Est-ce que tu vas conserver ce type de location ou tu as acheté un bien loué, d’un temps c’est bien tu as retiré une rentabilité, tu t’es tout de suite retiré un rapport de cashflow, c’est une sécurité comme tu as dit, c’est ton premier bien, c’est sécu c’est top, mais est-ce que quand ton locataire va partir, tu comptes continuer de louer en nu ou pas?

Valentin : Alors ça c’est une question que je me suis déjà posée, du coup je pense que dès que le locataire va partir, je vais mettre sans meubler, là pour l’instant je suis dans un régime, je ne paye pas d’impôt, je n’ai pas de salaire, voilà il faudra s’y pencher et mettre ça en meubler, faire des travaux, etc. Dès que le locataire va partir

Raph : Voilà Valentin dit qu’il n’avait pas d’imposition pour l’instant, simplement parce qu’il a dit au début de la vidéo, il n’a pas de revenu, il a investi dans l’immobilier avec un prêt immobilier, mais sans revenu autant qu’étudiant, on va revenir dessus, mais vous savez il y a une loi qui dit qu’en dessus de quatre mille, quatre mille quatre cents de revenus autant qu’étudiant, on fait des petits jobs, à ton partiel par exemple, n’est pas du tout imposé

Valentin : C’est la référence sur laquelle

Raph : La référence Valentin quoi d’autre, pourquoi tu devrais basculer en nu potentiellement du coup ?

Valentin : Du coup ça sera on basculait au meublé du coup, ça sera pour tout ce qui est impôt, etc, l’état qu’on pourra fiscaliser, etc, là pour l’instant je n’ai pas trop de soucis à me faire pour l’instant, mais c’est vrai qu’il va falloir pour les charges, etc, les impôts ça sera plus avantageux pour moi

Raph : Pour améliorer leur rentabilité, leur rendement sur l’opération

Valentin : Exactement bien-sûr

Raph : Quand on loue meublé en général on dit qu’il y a trois avantages le premier c’est qu’on a un bail qui est plus souple, le deuxième c’est qu’on peut louer son loyer de 10 à 30% plus cher, malgré le fait qu’il faut mettre des meules voir même vertical, c’est même rapidement que le loyer qui dit 30% plus cher, et le troisième la plus grosse des raisons c’est l’amortissement des biens à la fiscalité, on peut amortir le bien immobilier, ce qui fait qu’on ne paye pas l’impôt pendant les premières années, alors qu’en nu généralement on peut très vite se mettre à payer des impôts, on ne va pas détailler ce point-là, c’est un petit peu compliqué, on a beaucoup parlé de ça ensemble, on peut en parler pendant très longtemps

Valentin : Oui c’est vrai

Raph : Mais voilà retenez globalement qu’en tout cas le meublé c’est beaucoup plus intéressant, dans ton cas tu n’avais pas le choix,  tu as acheté une rentabilité

Valentin : Exactement

Raph : Je pense que dès qu’il va partir, c’est un étudiant aussi ?

Valentin : Oui

Raph : Dès que l’étudiant va partir, il fait son cursus surtout qu’on parle de science

Valentin : C’est en BTS, ce n’est même pas une personne de faculté de science, c’est quelqu’un qui est en BTS

Raph : En plus

Valentin : En plus ce n’est même pas ça donc

Raph : Il signe deux ans facilement

Valentin : C’est ça exactement

Raph : Au cas où de ne pas pouvoir louer tu vas louer facilement

Valentin : Oui

Raph : Qu‘est-ce qui a fait que tu as acheté ce bien et pas un autre, est-ce que tu as mis longtemps pour trouver un bien où c’était rapidement facile ?

Valentin : Alors j’ai mis trois mois, j’ai fait deux, trois visites d’appartements, mais après c’est vrai que sur la rentabilité ce n’était pas au top, et puis moi je voulais vraiment être dans quelque chose d’étudiant, il y a aussi une autre fac de droit, je voulais vraiment taper sur une fac de droit, une fac de science, et donc là c’était la fac de science et c’est vrai qu’il y a plus de personnes, plus d’étudiants, déjà la probabilité elle augmente, du coup voilà c’est pour ça

Raph : Comment ce sont passé un petit peu tous les process vis-à-vis de ton jeune-âge, puisque l’agent immobilier, la banque on va parler un petit peu après, mais l’agent immobilier, le notaire, etc, comment ils t’ont reçu autant que jeune personne entre guillemets ?

Valentin : Alors du côté des banques c’était un peu compliqué, on ne m’a vraiment pas pris au sérieux, on ne me comprend pas trop, on croit que j’ai déjà un salaire, c’était souvent en qui ils croyaient que j’ai un salaire, ils ne comprennent pas

Raph : Tu ne rentres pas dans les cas atypiques, généralement je pense que tu es allé les voir pour acheter de l’immobilier sans salaire, c’est vrai que pour le coup c’est trop atypique

Valentin : C’est vrai c’est atypique, c’est compliqué, les agences passionnément étonnées, enfin c’est étonnant quand même, mais bon il y a quelque chose à faire, je pense qu’ils ne sont pas moins étonnés que les banques, du côté des banques ce n’est souvent pas trop pris au sérieux, etc. Surtout les premières fois qu’on arrive et qu’on commence à monter son projet, on ne bégayait un peu, pas sûr de soi

Raph : C’est la première fois qu’on fait quelque chose c’est

Valentin : Ça allait beaucoup mieux, parce que j’en ai fait quatre cents, et puis sur les deux dernières, on sait comment on parle direct, on sait sur quoi on est précis, on a déjà notre projet qui est mis en place, on sait les chiffres, on sait la rentabilité, on pose tout sur table et on attend les réponses

Raph : Tu sais quoi dire, tu as le vocabulaire

Valentin : Oui il n’y a pas de secret

Raph : Plus on fait plus on sait comment ça se passe, c’est vrai qu’au début comme toutes les premières fois, on ne sait pas trop comment ça se passe, on bégaie, on est un peu hésitant et ça, ça se sent, et ça sent le feeling, qu’est-ce que j’allais dire ?

Valentin : Pour le chiffre, par contre on n’avait pas fini

Raph : Oui dis-moi du coup les chiffres

Valentin : Les chiffres c’étaient trente mètres carré, vendu à 35.000, il y a donc déjà le locataire dedans, il y a possibilité de faire une décote, j’avais fait une proposition à 30.000, donc 5000 euros en noir, et donc c’était, il y a une contre-proposition à 32.000, on ne pouvait pas descendre, je n’ai pas négocié plus, parce qu’il y avait déjà peut-être un autre acheteur qui était sur le coup, etc. On est parti sur 32.000, donc 32.000 plus frais d’agence, frais de notaire on montait à 40.000

Raph : Quarante mille ?

Valentin : Quarante mille et après c’est avec les frais donc on va expliquer pourquoi

Raph : On va expliquer de financement, en tout cas tu avais balancé une offre environ moins 15%, ça fait 35.000, 30.000 tu m’as dit ?

Valentin : Oui c’est ça

Raph : 15% donc excellent, franchement n’hésitez pas à commencer

Valentin : Il faut voir que les prix, là où je suis, on peut être, là où j’ai acheté le bien, on va être entre 1200, 1300 au mètre carré, du coup on descend à environ 1000, parce que c’est un bien, enfin 31,0 le mètre carré, tu vois on est quasiment 1000 euros le mètre carré un peu plus

Raph : Donc franchement tu as pris une acquisition

Valentin : Sur le prix on est bon, on sert un bon prix

Raph : Très bon point lorsqu’on fait une opération de bien en achat immobilier, toujours acheter en dessous du prix du marché, c’est ce qui conditionne directement à l’achat si vous allez faire une bonne affaire ou pas, sinon votre vie c’est 2000 euros le mètre carré, vous achetez 2000 euros le mètre carré, vous n’avez pas fait une bonne affaire, parce que si vous revendez deux jours après avoir signé le bien chez le notaire, vous ne gagnez pas d’argent, au contraire vous en perdez, puisqu’il y a les frais de notaire, les frais de l’agence à amortir avant, très important de toujours très bien acheté, toi  tu le connais le marché, c’est ce que tu as fait donc top, parlons un petit peu encore du chiffre du coup en terme cashflow, tu as posé tes chiffres je l’espère

Valentin : On est sur un loyer à 375, donc 80 euros de charges, et voire ma charge, du coup ça fait 290

Raph : En charge

Valentin : Oui en charge et donc tout compris je paye par mois, surtout mon crédit environ 180 euros par mois, on va avoir environ 30 à 40 euros de cashflow qui rentre dans ma poche par mois

Raph : Tu as financé sur combien de temps, on va parler juste après du financement

Valentin : J’ai fait le financement sur vingt ans, et par contre pour les banques j’ai dû mettre un petit amortissement

Raph : Un petit appart

Valentin : Oui un petit appart de 5000 euros

Raph : On en parle juste après, tu as du cashflow positif peut-être que certains vont se dire okay il n’a que 30, 40 euros de cashflow net, je parle bien du net dans sa poche, c’est ridicule ce n’est pas grand-chose, ce n’est pas le coût sur l’opération, non, non, on peut avoir ça il y a du cashflow positif c’est quelque chose de très bien, et le cashflow positif c’est une des façons de s’enrichir dans l’immobilier, chaque mois tu amortis du capital, c’est une façon de s’enrichir indirectement, ton bien prend de la valeur avec le temps qui passe, c’est quelque chose qui permet d’acheter ton bien immobilier directement, il y a pleins de façons de gagner de l’argent via l’immobilier et surtout le plus important ou que tu t’enrichis le plus, c’est dans la tête parce que tu as appris beaucoup de choses sur le terrain, c’est le meilleur de l’expérience et ça n’a pas de prix, tu t’es formé et donc tu as gagné de l’argent, c’est top, du coup rentrons dans le vif du sujet, je pense que là les gens attendent cette partie avec impatience, c’est comment peut-on acheter de l’immobilier en étant étudiant sans salaire, et en faisant un prêt immobilier classique sans magouiller? Alors comment ça s’est passé ? Tu es allé voir la banque directement ? Tu es allé voir un courtier ? Comment tu as fait ?

Valentin : Alors déjà après avoir reçu ton livre, j’étais vachement intrigué par le fait d’utiliser le prêt étudiant

Raph : Que j’ai utilisé du coup moi-même personnellement

Valentin : Exactement moi ce que j’ai fait c’est que j’ai commencé un peu, j’avais deux ans d’études à finir, un peu compliqué pour essayer d’avoir un bon financement au-delà de 40.000 euros par mois pour financer le bien

Raph : Pour un prêt étudiant

Valentin : Oui c’est compliqué, j’ai essayé de trouver une histoire vivable quand même, et j’ai monté à 16.000 euros plus on note le reste de l’argent beaucoup plus tard, donc ce n’était pas du tout intéressant

Raph : Ils t’ont proposé 16.000 euros un prêt étudiant que tu découpais en deux fois, c’est-à-dire peut-être

Valentin : Moi j’avais seize mille

Raph : Seize mille tout de suite

Valentin : Oui deux ans plus tard voilà le reste

Raph : On a compris que le prêt étudiant c’était compliqué, un déblocage, segmenter les fonds, ça n’allait pas le faire, et là tu te dis comment je vais le faire ?

Valentin : Alors ce que je vais faire, c’était ma première démarche d’aller faire le prêt étudiant, je me suis dit je vais aller voir les banques, on va voir comment ça se passe, ça m’a permis en plus d’aller voir le prêt étudiant, de me débloquer facilement face à un banquier, une personne que je ne connaissais pas

Raph : Pour voir comment il parle

Valentin : Oui voilà exactement, je suis parti voir quatre, cinq banques, on ne me prenait déjà pas au sérieux parce que j’étudiais un peu, et puis il y avait des noms sans dire exactement, et sinon c’était des choses incertaines, on me disait oui on va voir avec la direction, ce n’est pas sûr, etc.

Raph : De te balader un peu, c’était atypique encore une fois

Valentin : C’est ça exactement, et donc j’ai eu mon premier rendez-vous avec l’agence immobilière, je parle un peu du financement, etc. Moi par contre j’étais certain malgré tout que j’aurais pu avoir le prêt accordé, le crédit était accordé par une banque, et l’agence me dit écoutez on travaille avec un courtier, je vais l’appeler on va voir si c’est possible

Raph : Donc l’agence immobilière te dit ça

Valentin : Oui c’est l’agence immobilière

Raph : Tu m’as dit tu galères un petit peu c’était compliqué, on conseille un courtier

Valentin : Oui j’ai expliqué les choses clairement et tout, donc la personne de l’agence me dit, on va l’appeler on va voir comment ça se passe, et là la courtière okay je suis d’accord on prend le dossier, on voit comment ça se passe, il y a moyen de faire quelque chose

Raph : Est-ce que c’était une petite agence ou c’était une grosse agence ?

Valentin : Petite agence locale

Raph : Une agence locale pas reconnue nationalement par la banque

Valentin : Non pas du tout

Raph : C’est l’avantage de travailler avec les petits courtiers généralement ils se battent un peu plus pour avoir le dossier, comparé aux grosses agences nationales font des franchises, ils acceptent beaucoup plus des dossiers classiques et simples à faire passer, comment ça s’est passé avec le courtier du coup ?

Valentin : Alors le courtier, ça a bien changé en tout cas avec les banques, c’était vraiment plus positif on va dire, la situation elle était un peu bizarre encore, vous n’avez pas de revenus, vous voulez investir, etc.

Raph : C’est atypique

Valentin : C’est atypique

Raph : On ne va pas trouver ça tous les jours

Valentin : Oui bon écoutez je vous rappelle dans la semaine prochaine, on voit comment ça se passe, du coup je reçois un coup de téléphone la semaine prochaine, écouter on a une offre, il y a une banque qui a accepté l’offre donc l’apport, il fallait que je mette l’apport comme j’ai dit toute à l’heure, crédit sur vingt ans, voilà tout, après c’est parti

Raph : C’était la condition de la banque au niveau du taux, c’était un taux à l’étude du marché ou pas ?

Valentin : En taux, on était de base à 1,55 et avec la TAEG tout compris on était un peu plus de 2, à 1,86

Raph : Pas forcément le meilleur des taux, mais un taux, de toute façon tu n’étais pas en position de force à prendre des dossiers

Valentin : Voilà pour prendre le dossier, malgré que j’ai fait une négociation pour voir si on pouvait descendre un peu plus bas, etc. C’est vrai les portes elles sont un peu fermées, mais après ça restent

Raph : Ça reste positif tu as pu faire l’affaire, au niveau des frais de dossier, je pense que tu as un eu les frais de dossier

Valentin : Bien-sûr j’ai les frais du dossier oui

Raph : C’est vraiment un truc qu’on peut négocier, le baisser forcément, c’est déjà on peut espérer une offre comment tu sens d’avoir eu l’offre?

Valentin : Moi j’y croyais vraiment et puis

Raph : Tu te voyais déjà signé le bien toi

Valentin : Oui franchement oui

Raph : C’est bien ça

Valentin : C’est clairement j’étais dans une position vachement positive, malgré que j’ai eu trois refus de banque, etc. Avec des choses incertaines, c’était vraiment dynamique, ça s’est fait rapidement, on était sur la même longueur d’onde

Raph : Tu t’en sors très bien

Valentin : Il y aura toujours des solutions pour après se faire acheter par exemple par une autre banque le projet, etc. Là vraiment c’était de se faire accepter le bien

Raph : ça on résume tu as eu un financement total à 110% comme on dit, c’est-à-dire prix d’acquisition plus frais d’agence plus frais de notaire, 41.000 euros tu as dit toute à l’heure

Valentin : Oui

Raph  : Financer à 110% avec la condition d’un petit apport de 5000 euros, que tu avais disponible, tu as trouvé l’apport que tu as pris, souvent on dit il faut mettre 0 roue à son projet enfin le minimum, ça permet de débloquer l’affaire, de mettre un peu d’apports, il faut mettre un apport comme tu l’as fait, c’est parfait, tu as l’affaire tu l’as signé c’est magique, du coup c’est top, encore une preuve que c’est possible d’investir dans l’immobilier quand on n’a pas une situation classique, c’est vrai que sur la chaîne, on avait déjà vu des gens en intérim, en alternance, en étudiant, bref tout, encore une confirmation donc ça, c’est cool

Valentin : C’est vrai que moi aussi je me suis dit j’étais dans leur vision positive, mais c’est vrai que ce qu’on peut dire, ou ce qu’on peut lire, il faut un CDD, CDI, etc

Raph : Un CDI, le CDD ce n’est vraiment pas bien vu

Valentin : Oui ce n’est pas bien, mais ça passe, ça peut passer aussi

Raph : Ca peut, c’est un peu compliqué, mais ça peut, du coup comment tu vois les choses dans le futur par exemple, là tu as fait une opération c’est bien, est-ce que tu comptes investir rapidement ou pas ?

Valentin : C’est vrai que là du coup on va gérer déjà l’appartement, parce que je vais m’en occuper, on va voir déjà comment ça se passe, je signe me familiariser plus avec la suite, qu’après là j’ai la gestion maintenant, si possible refaire peut-être un appartement l’année prochaine, l’année prochaine là je vais prendre mon temps, et surtout j’espère que ça va bien partir, et dès que je vais avoir mon salaire, etc. J’aurais vraiment l’avantage de savoir où je me dirige, en quoi je vais lier les rentabilités, etc. J’aurais vraiment moins de problèmes avec les crédits, j’ai vraiment envie de travailler pour que ça débloque tout, et on part

Raph : Là tu pourras franchir la seconde comme on dit.

Valentin : Je suis bloqué encore donc ça reste un peu

Raph : C’est un peu compliqué, mais vrai

Valentin : Possible en tout cas largement

Raph : C’est clair

Valentin : Largement possible

Raph : Très bien tu continues d’investir dans l’immobilier c’est parfait, où est-ce que tu te vois dans dix ans, dans dix ans tu te vois où?

Valentin : Alors déjà il faut que je finisse mes études, là j’ai encore un an et demi, après je vais devoir travailler comme tout le monde, si possible pendant quelques années, après partir dans du libéral, etc. Là où ça va bien, pour l’augmentation des revenus, et après dans dix ans, essayer au moins d’être, j’ai aussi en prévision de faire un peu d’acheter des appartements, pour faire de la location saisonnière, ça sera plus quand j’aurai mon salaire, etc. Les immeubles de rapport là aussi, je trouve que c’est vachement super intéressant

Raph : Mais vraiment dans dix ans, est-ce que tu fais un bon de maintenant attendre dix ans, quelle est ta situation dans dix ans, où est-ce que tu te vois ? Qu’est-ce que tu fais ?

Valentin : J’espère avoir un bon patrimoine déjà, trop de patrimoines

Raph : Combien à la gauche, question de projeter un peu

Valentin : Clairement

Raph : Non sans prétention

Valentin : Sans prétention de paiement, un immeuble des rapports, trois apparts étudiants, et augmente de la location

Raph : Et ça c’est le minimum multiplie tout par deux, on se retrouve dans dix ans pour l’épisode numéro deux, merci à toi Valentin prouver que voilà lorsqu’on veut quelque chose, et qu’on se bouge, on peut avoir cette chose, oui on peut l’avoir, je te souhaite vraiment le meilleur, j’espère vraiment que tu vas encore multiplié tout ça plus tard, on se croise certainement pour l’épisode numéro deux pour voir ou tu en es

Valentin : J’espère, j’espère

Raph : Et j’en suis sûr qu’il va réussir, je suis sûr et certain, donc voilà si vous avez aimé la vidéo, n’hésitez pas de mettre un petit pouce bleu comme d’habitude, alors commentez si vous avez des questions on reviendrait y répondre avec plaisir avec Valentin, à la partager avec des amis à vous, qui aimeraient investir et qui pensent qu’ils ne peuvent pas investir, je pense que la vidéo, le contenu de Valentin va clairement vous motiver, et si le livre dont on a parlé avec Valentin des bancs de la fac de l’indépendance financière, un livre que j’ai écrit moi-même dans lequel je montre simplement mon parcours de A à Z, des bancs de la fac, parce que j’étais étudiant en médecine à l’indépendance financière que j’ai aujourd’hui, si ça vous intéresse n’hésitez pas à regarder la barre de la description ci-dessous, vous allez pouvoir retrouver un lien directement pour pouvoir vous le procurer, il est actuellement en promotion en plus au prix de production, c’est-à-dire que je gagne 0 roue sur ce livre, simplement histoire d’atteindre un maximum de personnes, dont je parle de l’immobilier, je parle de marché financier, et je parle des petites galères que j’ai eu, assez marrant, je vous parle de  pleins de choses, alors voilà tout se trouve ci-dessous, Valentin merci beaucoup je te re-check

Valentin : Merci à toi

Raph : À très vite

Valentin : Oui à très vite

Raph : Aller ciao, ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *