Pourquoi vous ne devez pas investir en crowdfunding immobilier

Les français adorent investir dans l’immobilier mais ils peuvent rapidement être perdus : immobilier ancien, immobilier neuf, SCPI, foncières cotées, crowdfunding immobilier, … ?

Il existe différentes approches pour investir dans l’immobilier. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur le crowdfunding immobilier car, selon moi, beaucoup de personnes pensent qu’il s’agit d’une bonne opportunité mais il existe de nombreuses contraintes et problèmes que beaucoup de plateformes n’évoquent pas.

Nous voyons ensemble dans cette vidéo quels sont les avantages de cette approche mais surtout quels sont les gros inconvénients du crowdfunding immobilier.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c​

Pourquoi vous ne devez pas investir en crowdfunding immobilier

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Les amis, bienvenue sur cette nouvelle vidéo. Parlons immobilier aujourd’hui, toujours en direct de Tallinn, d’Estonie.

On va parler de crowdfunding immobilier. Vous êtes de temps en temps certains à venir me voir et à me dire : « Raph, qu’est-ce que tu penses du crowdfunding immobilier ? »

Donc on va diviser cette vidéo en 2 parties.

La première : les avantages. C’est-à-dire que ça va être tous les arguments pour lesquels vous venez me voir en me disant : « C’est génial, Raphaël, le crowdfunding immobilier. Pourquoi tu n’en fais pas ? Tu devrais t’intéresser. Regarde, c’est rentable… »

Donc on va d’abord faire tous les avantages pour démontrer que oui, il y a quand même peut-être quelques avantages.

Mais je vais surtout, à la fin de cette vidéo – donc restez bien jusqu’à la fin de cette vidéo – démontrer pourquoi le crowdfunding immobilier est selon moi une grosse perte de temps, une grosse perte d’énergie, une mauvaise utilisation de tes capitaux lorsque tu souhaites investir.

Donc tout d’abord, qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ? Peut-être que c’est quelque chose que tu ne connais pas parfaitement.

L’idée, encore une fois, ça vient du terme anglais « crowdfunding », donc « crowd », la foule, et « funding », le fait de financer, « immobilier » tu l’as compris.

Donc on finance de l’immobilier à travers la foule. Donc on va littéralement demander à des gens, souvent des particuliers de financer un projet, en échange d’un retour sur investissement.

Par exemple, on va vous dire : « Tu peux commencer à investir à partir de 1000€, de 2000€, et puis en échange, je t’offrirai une performance de 8%, 10%, 12%. On va voir à peu près ce qu’on peut obtenir en moyenne dans le crowdfunding immobilier un peu plus tard, mais l’idée, elle est là.

Et donc, souvent, on va retrouver tous types de produits. On va retrouver des promoteurs immobiliers qui veulent construire des tours qu’on peut voir derrière moi.

Je ne sais pas si tu vois à la caméra là, il y a une grosse tour qui est en train de se construire. Donc on peut retrouver des promoteurs immobiliers, des gens qui vont faire de l’habitation, mais aussi bien des bureaux.

On peut retrouver des gens qui vont faire des lotissements. On va parfois même trouver des marchands de biens qui financent leurs opérations de marchands de biens via le crowdfunding immobilier.

Bref, tout ce qui a un attrait à l’immobilier, en sachant que le crowdfunding n’est pas uniquement réservé à l’immobilier.

On trouve également tout ce qui est crowdfunding pour tout ce qui est start-ups et autres projets.

Et justement, c’est une des raisons pour lesquelles je n’aime pas le crowdfunding en général. On y reviendra à la fin de cette vidéo, lorsque je vous parlerai des inconvénients.

Petit teasing. Voilà.

Concernant les montants à lever, on peut retrouver tout et n’importe quoi. Ça dépend de chaque projet.

Si c’est un lotissement qu’on a créé, un immeuble, ou une opération de marchand de biens quelconques, on n’a pas forcément besoin des mêmes montants.

On peut retrouver des opérations à 500000€, d’autres à 1 million, d’autres à 2 millions d’euros. Il n’y a aucune règle.

Donc ce que je te propose, c’est qu’on rentre maintenant dans le vif du sujet où je t’expose les avantages, mais ensuite les inconvénients.

Donc je me suis préparé sur le côté ici mes petites notes pour que je n’oublie rien de ce que j’ai envie de te dire.

On commence par les avantages.

Le premier avantage, c’est qu’il y a très peu de risques de défauts. C’est-à-dire que ton argent, aujourd’hui, il y a peu de risques que tu ne le revoies pas, parce que tu passes par l’intermédiaire qui est une plateforme.

Alors, je ne vais citer aucune plateforme. Aujourd’hui, il y a énormément de plateformes. Il suffit de taper dans Google « crowdfunding immobilier », et tu vas tomber sur tout un tas de plateformes, donc je ne vais pas dire si c’est bien celle-ci ou si ce n’est pas bien, puisque tu vas voir que la conclusion de la vidéo, c’est que le « crowdfunding immobilier », je n’en ai rien à cirer.

Ce n’est pas suffisamment rentable. Mais voilà, en tout cas, il faut savoir qu’il y a quand même très peu de risques de faire défaut sur un projet, puisque la plateforme, c’est justement son rôle de plateforme, c’est de faire le tri des dossiers.

C’est-à-dire qu’elle ne va pas choisir n’importe qui. Elle ne va pas prendre le premier marchand de bien ou le premier promoteur qui veut faire une opération de crowdfunding immobilier.

Non, elle va mettre le nez dans les documents, dans les chiffres, dans le financier, et elle va dire : « Oui, ou non, on t’accepte sur notre plateforme pour que tu puisses lever des fonds pour ton projet immobilier.

Donc quand on regarde historiquement les statistiques, les projets qui ont fait défaut, il y en a très très peu.

Généralement, quand ça fait défaut, les investisseurs ne sont pas fouet puisqu’on arrive à les rembourser. La plateforme, grâce à son rôle d’intermédiaire, trouve des solutions à l’amiable.

Donc ça, c’est la première chose : beaucoup d’audits financiers, très peu de risques financiers.

Deuxième chose, c’est qu’on peut commencer avec un petit capital. C’est-à-dire que je t’ai évoqué tout à l’heure, en début de vidéo, 1000€, 2000€, c’est littéralement possible.

C’est-à-dire qu’aujourd’hui, si tu veux investir 1000€, ou 2000€, ou 3000€, c’est possible aussi peu que ça, alors que dans l’immobilier ancien, tu sais, tout comme moi que c’est impossible.

Alors, il y a ceux qui vont me dire : « Oui, mais non Raph, on peut faire 110%, 120% à la banque, ne rien mettre de sa poche. Il y a la théorie, il y a la pratique.

C’est encore possible de faire du 110%, 130%, mais honnêtement, c’est de moins en moins la réalité, et ce n’est pas forcément quelque chose qui est bien que de mettre 0€ sur un projet.

Mais ça, c’est encore un autre sujet.

Donc en tout cas, sachez que pour 1000€, 2000€, le crowdfunding immobilier peut vous ouvrir ses portes. C’est totalement possible pour les petits capitaux qui veulent commencer à investir. Pourquoi pas ? On peut voir ça comme un avantage.

La troisième chose, c’est qu’on a un retour sur investissement assez rapide. On a des projets qui peuvent parfois durer aussi peu longtemps que 6 mois, et parfois j’ai pu voir jusqu’à 48 mois, donc 4 ans.

Donc c’est vrai que finalement, on peut avoir un retour sur investissement relativement rapide. On ne parle pas de bloquer son argent pendant 10 ans, 15 ans, 20 ans, ou je ne sais combien d’années.

La suite, c’est qu’on a en plus une rentabilité relativement intéressante, puisque c’est bien de bloquer son argent pendant généralement longtemps, mais généralement, le moins on bloque son argent, et potentiellement, on peut s’imaginer qu’on a une rentabilité moins intéressante.

Eh bien, on peut voir que les différents sites de plateformes de crowdfunding proposent une rentabilité allant de 8 à 14%.

Et c’est relativement intéressant. On ne va pas se mentir. Aujourd’hui, il y a des performances qui peuvent être relativement similaires à ce qu’on peut avoir dans l’immobilier ancien, avec moins de travail, à ce qu’on peut avoir en Bourse avec autant de travail puisqu’en Bourse, c’est totalement passif.

Et le crowdfunding immobilier, c’est totalement passif. Tout se passe en ligne, encore une fois.

En Bourse, via son broker, on passe ses ordres d’achats d’actions. En crowdfunding immobilier, on envoie l’argent sur un projet, finalement en termes de temps passé, c’est grosso modo la même chose.

Donc la dernière chose que je peux vous dire en termes d’avantages, c’est que tout est en ligne. Encore une fois, il n’y a pas besoin de faire « des visites » concrètement sur le terrain pour aller visiter un immeuble ou un appartement.

Il n’y a pas besoin d’aller chez le notaire. Il n’y a pas besoin d’aller faire le suivi des travaux avec les artisans. Il n’y a pas besoin de faire les rendez-vous comptables, etc.

Donc ça, c’est grosso modo pour les avantages : petit capital possible, assez rapide (6 à 48 mois), 8 à 14% de rentabilité, tout se passe en ligne, très peu de risques de défaut.

Voilà, ce sont souvent les gros arguments mis en avant sur ces sites de plateforme de crowdfunding. « Regardez, c’est rentable, c’est plus rentable que ci, c’est plus rentable que ça. Ça va vite. C’est facile. Tout est en ligne, il n’y a pas de paperasse », etc.

Donc oui, on pourrait se dire en tout cas pour le José ou le Jean-Didier qui ne connait rien à l’investissement, que c’est super intéressant, et qu’il a trouvé l’aubaine du siècle parce qu’il va y passer un minimum de temps, et il va avoir un retour sur investissement potentiellement meilleur que ceux qui font de l’investissement immobilier à Paris en se « cassant le cul » (excusez-moi l’expression).

Donc certains pourraient se dire ça. Le problème, c’est que voilà, potentiellement, c’est bien pour ceux qui ont la flemme, qui n’ont pas le temps, qui n’ont aucune expérience.

Mais voilà, c’est le choix des gens « lazy », des gens fainéants, des gens paresseux qui n’y connaissent rien, et qui veulent parfois se sentir investisseurs.

Moi, je rencontre parfois – et ce n’est pas hautain quand je dis ça – en séminaire, en networking, des gens qui me disent : « Regarde, moi j’investis dans ceci, il y a le crowdfunding, j’ai 14% de rentabilité » et qui se sentent l’investisseur du siècle, d’avoir trouvé l’aubaine.

Le problème, c’est qu’il y a quand même beaucoup de désavantages selon moi, et on va enfin en parler.

Je me suis noté une petite note, c’est pour ça que j’ai buggé.

Alors, pourquoi il y a autant de gens finalement qui s’intéressent au crowdfunding immobilier ? Pourquoi ça attire autant de personnes puisqu’aujourd’hui, c’est quand même à la mode ?

Ce n’est pas un hasard. C’est qu’aujourd’hui, en France, dans un pays tel que la France, les gens adorent l’immobilier.

Vous savez très très bien. L’immobilier, ça a été, c’est et ça restera toujours un placement d’excellence. C’est-à-dire que les gens le savent. C’est concret. On touche les murs.

C’est là, c’est présent. On a une clé qu’on met dans la serrure. On déverrouille la porte. On rentre chez soi. On a son papier peint. On a sa moquette.

Bref. C’est très concret pour les Français.

Donc beaucoup de gens veulent investir dans l’immobilier parce que pour eux, c’est une valeur refuge. Et le problème, c’est qu’il y a énormément de façons aujourd’hui d’investir dans l’immobilier.

On a l’immobilier classique. Voilà, on va visiter, comme je l’ai dit tout à l’heure. Et ça, c’est une des façons.

Mais en même temps, on a l’ancien, on a le neuf. Ensuite, on peut le faire de façon financière via des SCPI dans des sociétés civiles de placement immobilier.

On peut le faire de façon cotée en Bourse avec ce qu’on appelle les « foncières cotées » aux Etats-Unis, les REIT, les Real Estate Investment Trusts.

On a aujourd’hui également le crowdfunding qui est le sujet de cette vidéo.

Bref, on a pas mal de façons.

Et aujourd’hui, quand on est noyé dans ces différentes possibilités, pour l’investisseur lambda, encore une fois le Jean-José qui ne sait pas du tout ce qu’il est en train de faire et qui ne connait rien, il dit : « C’est quoi le plus simple ? »

« Aller faire des visites, ça me fait chier. Le neuf, je ne sais pas, ce n’est pas encore là, je ne l’ai pas encore vu de mes propres yeux. Ça me fait un peu peur. Les marchés financiers, c’est risqué. »

Parce que dans la tête de Monsieur et Madame Tout le monde, les marchés financiers, c’est risqué. « Donc les foncières cotées, ça me fait peur. Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier, SCPI, c’est un nom barbare, je n’y connais rien, ça me fait peur, c’est bizarre. »

Donc le crowdfunding, c’est quelque chose qui finalement, rassure plutôt pas mal puisqu’il y a encore pas mal de choses. Il y a un intermédiaire financier, la plateforme qui a un « bon marketing ».

Et c’est un de ses avantages justement, parce que derrière les beaux marketings, généralement, il y a quand même d’autres réalités. J’en parle notamment en Bourse avec tous ces nouveaux courtiers qui vous appâtent avec des frais d’ordre en Bourse qui sont gratuits à 0€.

Le problème, c’est que derrière, vous avec ce qu’on appelle le « spread », c’est-à-dire que si normalement, moi j’achète une action à 100€ avec un frais de passage d’ordre à 5$, donc 5€, vous allez peut-être acheter l’action à 0€ de frais de passage d’ordre mais vous allez peut-être l’acheter à 100€ et 10 centimes ou 20 centimes.

Et donc si vous achetez 1000 actions de cette entreprise, à la fin, vous allez payer plus cher que moi, même si sur le frontal, il y avait 0€, 0% de frais de passage d’ordre, et que moi j’ai payé un frais de passage d’ordre.

Je ne sais pas si vous voyez la logique.

C’est pareil avec les plateformes de crowdfunding immobilier puisqu’elles mettent en avant les faits que c’est plus rentable que les SCPI, c’est plus rentable que l’investissement en Bourse, c’est plus rentable que l’investissement dans l’immobilier ancien.

Mais encore une fois, ces plateformes ne sont pas des bonnes samaritaines – je ne sais pas si ça se dit, mais ce sont des « entreprises commerciales ».

C’est-à-dire qu’elles ne sont pas là pour votre plaisir unique. Elles sont là également pour se faire du blé.

Et donc ça, c’est très très important à comprendre, parce que plus ces plateformes vont lever les capitaux, plus elles vont proposer de projets, plus il y en aura des centaines, des millions d’euros qui seront levés, et plus elles vont gagner de l’argent puisqu’elles sont littéralement rémunérées sur les montants de capitaux qui sont levés.

Donc ça, c’est quelque chose qu’il faut avoir en tête. Et elles prennent beaucoup de frais sur ça, et bien plus que ce que vous imaginez, puisque sur la page d’accueil du site, on a le sentiment qu’elles ne prennent pas beaucoup de frais, mais quand on regarde en détail, souvent vous allez vous rendre compte quand même qu’il y a pas mal de frais qui vont directement dans leurs poches.

Okay ?

J’aurais pu et j’aurais dû citer cette première chose comme étant la plus importante, c’est que vous n’avez pas l’equity.

Qu’est-ce que l’equity ? C’est que vous n’êtes pas propriétaire.

Ça, selon moi, en tant qu’investisseur sérieux et respectable, vous ne pouvez pas vous permettre d’investir dans quelque chose sans être propriétaire de la chose dans laquelle vous investissez.

Que ce soit en Bourse, en immobilier, en cryptomonnaies, en start-ups, vous devez avoir les documents qui vous disent : « Voilà, Monsieur Carteni Raphaël, Monsieur Imber François… qui vous voulez, il a des parts dans cette entreprise. Il est propriétaire de ce bien immobilier. »

« Il a l’acte notarié, le titre de propriété. Il a ceci, il a cela. »

En faisant du crowdfunding immobilier, excusez-moi, mais vous accomplissez le rêve de quelqu’un d’autre.

Vous avez un marchand de biens, vous avez un promoteur qui est en train de construire une putain de tour, et qui se dit : « Comment je vais pouvoir financer potentiellement une partie des travaux ou mon projet entier sans avoir à mettre un seul euro de ma propre poche ? »

« On va faire du crowdfunding immobilier, on va prendre l’argent des autres, on va certes leur rendre une petite partie en plus des bénéfices. » Mais à la fin, croyez-moi, que ce sera le promoteur qui s’en mettra plein les poches.

Donc aujourd’hui, vous ne pouvez pas investir, perdre du temps, de l’énergie et utiliser des capitaux pour enrichir principalement quelqu’un d’autre que vous.

Donc vous devez toujours, quand vous investissez, en tout cas c’est ma philosophie, c’est d’être propriétaire de l’equity, propriétaire de ce que vous achetez.

Donc moi en immobilier, concrètement pour continuer à parler d’immobilier, quand j’investis dans l’immobilier, je suis propriétaire de ce que j’achète, directement, ou indirectement, que ce soit en nom propre ou en société, mais vous devez être propriétaire.

Et donc ça, voilà.

Je ne comprends pas les gens qui perdent du temps. Certes, vous allez avoir un retour sur investissement sur votre capital, mais vous avez fait rien d’autre que jouer au banquier.

Vous êtes un banquier, vous prêtez de l’argent. On vous le rend avec un peu d’intérêts, un peu de bénéfices.

Donc ça, c’est très important, à ne surtout pas négliger.

Donc voilà, je vous le disais. Deuxième point : vous jouez le rôle de la banque. Vous prêtez du cash pour récupérer du cash, et après, qu’est-ce qui se passe ?

Vous avez perdu du temps, vous avez perdu de l’énergie, et dans un temps tel que celui qu’on connait, en 2021, avoir du cash, vous savez tout comme moi que c’est quelque chose d’inutile, que vous ne devez surtout pas avoir.

Vous devez vous délester de votre cash puisque c’est selon moi, je pense, la chose, l’actif (je ne sais même pas si on peut dire « un actif »), en tout cas, c’est quelque chose qui perd le plus en valeur aujourd’hui.

On le voit avec tout ce qui a été fait autour du coronavirus, les politiques budgétaires etc. Avoir du cash, que ce soit des euros ou des dollars, peu importe la devise, c’est la pire chose à avoir.

Donc aujourd’hui, vous prêtez du cash. Ils vous en rendent un peu plus. Et vous êtes dans une situation encore plus pénible qu’avant puisque vous avez encore plus de cash dont vous devez vous débarrasser.

Ensuite, je vous l’ai dit tout à l’heure, je vous l’ai évoqué, les plateformes sont là pour gagner du cash et elles prennent beaucoup plus de frais que vous ne l’imaginez, donc lisez bien encore une fois les petites lignes, les conditions du projet et de comment la plateforme se rémunère par rapport à ce que vous, vous investissez.

C’est très important.

Egalement, il y a un biais d’intérêt. Je vous l’ai également dit plus ou moins déjà. La plateforme, plus elle lève des fonds, plus elle va gagner du cash.

Donc elle va devoir présenter des projets avec soit finalement une plus grosse levée ou un plus gros storytelling, potentiellement au détriment d’une projet qui serait moins sexy et qui serait pourtant plus rentable. Forcément.

Si on a une belle tour qui va être construite dans un beau quartier et qu’il y a besoin de lever 2 millions d’euros, potentiellement la plateforme va proposer ça, puisque c’est plus sexy aux yeux des investisseurs, et c’est une plus grosse levée, plutôt qu’un petit projet de lotissement un petit peu ridicule en périphérie d’une ville et avec une levée de fonds à 500000€.

Parce qu’entre les 2 projets, la plateforme, elle va gagner plus d’argent sur la grosse tour. Alors que potentiellement, vous, en tant qu’investisseur, vous allez gagner plus de retour sur investissement sur le petit lotissement un petit peu ridicule en périphérie de ville.

Donc il y a un biais d’intérêts, c’est que la plateforme n’a pas forcément les mêmes intérêts que vous. Vous voulez tous les deux gagner de l’argent. Mais la plateforme, elle en gagne plus quand elle fait des gros projets, alors que vous, pas forcément.

Ce n’est pas forcément le projet qui a fait que vous ayez gagné plus d’argent.

Donc il faut faire attention surtout dans un secteur comme l’immobilier où on sait qu’on gagne souvent beaucoup d’argent, là où c’est pas sexy, là où ça fait peur, là où ça ne vend pas du rêve.

Donc il faut faire quand même attention à ça. Il y a un biais d’intérêts.

Egalement, autre argument : illiquidité totale, au même titre finalement que l’investissement dans les start-ups. Vous ne contrôlez pas du tout la liquidité de vos investissements une fois que c’est fait, c’est fait.

Le projet, il doit aboutir, il doit se concrétiser avant que vous ne puissiez récupérer votre mise.

Donc ça, on va dire que c’est un désavantage. Et j’ai envie de dire qu’en immobilier ancien, il n’y a pas une grosse liquidité non plus même si elle est un petit peu plus élevée.

La vraie liquidité se trouverait dans l’investissement immobilier en Bourse via ce qu’on appelle les REIT ou les foncières cotées, où là, vous avez les liquidités des marchés financiers, des places financières mondiales. Donc là, c’est extrêmement liquide.

Egalement, vous n’avez pas forcément les meilleurs projets, c’est-à-dire que c’est un peu la même analogie que les start-ups.

C’est-à-dire que pour les start-ups généralement, les meilleures start-ups sont directement financées à la source.

C’est-à-dire que voilà, si tu es une très bonne start-up avec un gros potentiel, les meilleurs investisseurs du monde, croyez-moi, ils se jettent sur ces start-ups.

Ils veulent leur ticket d’entrée. Ils veulent donner du cash à ces start-ups.

Par contre, les start-ups les moins bonnes qui ont les projets les moins bons, qui n’ont pas de bonne traction, qui n’ont pas de bons chiffres, de bonnes métriques, elles vont se retrouver sur des plateformes qui sont dédiées au financement des start-ups, dont vous en connaissez peut-être certaines.

C’est un peu pareil pour l’immobilier. Si tu es un gros promoteur qui a eu l’habitude de proposer de très bons projets, du très lourd avec des grosses marges, des choses qui plaisent, etc., tu n’as généralement pas le besoin d’aller sur la plateforme de crowdfunding immobilier pour aller chercher du cash auprès « du peuple », auprès de « la foule » pour financer tes projets.

Donc intimement au fond de moi – il y a certains qui ne vont pas forcément être d’accord – j’ai envie de croire que ce qu’on va retrouver sur les plateformes, ce ne seront pas forcément les meilleurs projets, parce que les meilleurs projets, soit ils s’autofinancent, ils ont le cash, ce sont des gros promoteurs qui ont suffisamment de cash pour refaire de nouveaux projets tout seuls.

Soit ils ont de gros partenaires financiers, que ce soit des banques ou des investisseurs privés, des fonds, etc.

Donc j’ai envie de dire que, encore une fois sur les plateformes, malheureusement, on récupère un petit peu le reste, que ce soit sur les start-ups, pour les projets immobiliers, et pas forcément les meilleurs projets.

Okay ?

Egalement, on parlait de diversification, puisqu’on disait au tout début qu’on pouvait investir ne serait-ce que 1000€ ou 2000€, donc un tout petit capital, on pourrait se dire : « C’est facile de diversifier dans divers projets », donc de limiter ses risques.

Selon moi, c’est une fausse diversification, puisque supposons que vous avez un capital de 10000€. Vous faites 10 projets en crowdfunding immobilier à 1000€.

On pourrait se dire que vous avez diversifié. Oui et non.

En effet, vous avez diversifié, mais si ces 10000€, vous les prenez et que vous les mettez dans des foncières cotées en Bourse, croyez-moi que… – par exemple je vais citer une foncière cotée aux Etats-Unis, Realty Income Corporation, qui est une foncière qui verse tous les mois des dividendes à ses actionnaires.

En mettant 10000€ dans cette action en Bourse, croyez-moi que vous êtes beaucoup plus diversifié parce que cette entreprise, elle a énormément énormément d’immobilier partout aux Etats-Unis, et donc naturellement, vous êtes diversifiés à l’extrême puisque vous avez des parts de cette entreprise, et donc vous êtes réellement actionnaire de cette entreprise à hauteur de 10000€ de sa capitalisation.

Okay ?

Donc la conclusion de tout ça, c’est quoi ? C’est de se dire que clairement, personnellement, je n’irai jamais faire du crowdfunding immobilier.

Je trouve que c’est une perte de temps, d’énergie. Je trouve que mon argent a clairement d’autres endroits où il peut fructifier : l’immobilier ancien, la Bourse avec les dividendes, les cryptomonnaies, l’investissement start-up en direct etc. pour que je puisse aller foutre ça dans du crowdfunding immobilier.

Donc il faut comprendre encore une fois que les plateformes de crowdfunding sont surtout là pour faire du blé, au même titre que vous mais de façon différente.

Donc ça, il y a un biais. Il faut faire attention à ça. Il y a des frais également à ne pas négliger. Et souvent, elles ont un très grand marketing, mais il faut souvent gratter un petit peu pour découvrir la réalité.

Donc voilà, dites-moi dans les commentaires ce que vous en pensez. Est-ce que vous avez déjà fait du crowdfunding immobilier ? Est-ce que vous pensez que c’est bien ?

Est-ce que vous êtes d’accord avec les arguments ? Est-ce que vous pensez que je suis simplement un gros imbécile qui n’aime pas le crowdfunding immobilier et qui se sent obligé de dire aux yeux de tous que c’est nul ?

Voilà, chacun son avis en tout cas.

Mais voilà, au même titre que je déteste les plateformes qui proposent de prêter ton argent à des entreprises innovantes ou des petites entreprises, des petites PME, des choses comme ça, avec un petit retour sur investissement, je pense que là, pour l’immobilier, c’est la même chose finalement.

Tout ça, je le mets dans un même sac, et je trouve que ça ne sert à rien et que c’est nul, et que si on est un « vrai investisseur », on va directement aller à la source.

Et de toute façon, j’aurais pu résumer cette vidéo sur un seul argument : l’equity, détenir ce que vous achetez quand vous investissez. C’est le plus important.

Les amis, petit pouce bleu ci-dessous si vous avez aimé la vidéo. N’hésitez pas à vous abonner également à la chaîne YouTube, ça motive, et ça vous permettra de recevoir les prochaines vidéos en avant-première.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires. Et également, lisez bien la barre de description puisqu’il y a pas mal de ressources qui devraient vous plaire, notamment mon livre de 704 pages au sujet de l’investissement en Bourse dans des actions à dividendes dans lequel je vous parle justement des foncières cotées qui sont un excellent investissement.

Je vous mets d’ailleurs à l’écran, maintenant, tout de suite une petite étude qui démontre que finalement, les foncières cotées performent beaucoup mieux d’ailleurs que l’investissement immobilier en direct.

Alors, ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas faire de l’investissement immobilier en direct. Les deux sont très complémentaires selon moi puisque d’un côté, on a des produits financiers, et d’un autre côté, on a vraiment un un bien immobilier qu’on détient, avec la clé et un acte notarié, mais c’est c’est quand même intéressant de voir que les foncières cotées ont une très belle performance.

Bref, je vous dis à très très vite pour une prochaine vidéo.

Portez-vous bien. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.