Le coronavirus va t-il provoquer un crash financier ?

C’est l’information du mois de Janvier 2020, tout le monde en parle (surtout les médias) résultant en une panique générale auprès de nombreuses personnes…

Faut-il réellement s’inquiéter de ce mystérieux virus ?

Va t-il avoir un sérieux impact sur les marchés financiers ? Eléments de réponses en vidéo…

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Coronavirus #Bourse #Crash

 

Le coronavirus va t-il provoquer un crash financier ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Bon, bon, bon ! Les amis, je ne pouvais pas ne pas réagir à ce fameux coronavirus qui, visiblement, va tous nous décimer la gueule. Allez tous acheter des packs d’eau. Faites de chez vous des bunkers. Ne sortez plus. La fin du monde est proche, visiblement.

2020 est déjà on fire. On va tous caner, entre l’Australie, je ne sais quoi, je ne sais quoi, je ne sais quoi !

Bref, première chose que je vais vous dire, les gars avant d’entrer dans le vif du sujet de cette vidéo, si est-ce que le coronavirus va être responsable potentiellement du plus gros crash des marchés financiers cette année en 2020.

Enfin, j’ai envie de dire, depuis le temps que certains nous disent : « 2019 ça va crasher. 2020 ça va crasher. 2018, 2017. »

Bref, peut-être que certains seront contents cette année, mais première chose à retenir en tout cas, encore une fois, je le redis très souvent, mais je le répète : les médias ne sont pas là pour votre bien. Les médias sont là pour vous contrôler, pour vous maintenir dans un climat de peur et vous garder immobiles devant la télé.

Plus vous êtes devant la télé, plus eux ils gagnent de l’argent, et plus ça les arrange que vous ne faites rien. Donc ça, c’est le petit aparté, encore une fois : les médias ne sont pas là pour servir vos intérêts.

Les médias sont là pour servir leurs intérêts qui est de gagner du pognon en vous mettant le plus longtemps possible devant de la merde et des publicités.

Donc cette vidéo, je vais la découper en 3 parties.

La première partie c’est: est-ce que réellement, le coronavirus a le potentiel de détruire notre année 2020 en termes de performances et de marchés financiers ? Premier point.

Deuxième point, est-ce que tout ça, ce n’est pas encore un bluff ? Est-ce que finalement, il ne va rien se passer du tout ?

Et finalement, troisième point : la meilleure approche à avoir sur les marchés financiers dans ce genre de scénario qui – vous allez voir – finalement, n’ont peut-être pas autant d’impact comme on veut nous le faire croire.

Donc est-ce qu’on pourrait se dire que la Bourse va « se gripper » ? Ça y est, j’ai fait ma petite blague. Je suis content. On va pouvoir entrer dans le vif du sujet.

Il y a l’OMS qui estime aujourd’hui que c’est une urgence internationale, que le risque de propagation est élevé, donc que ça devient – soit disant – quelque chose de sérieux. On nous dit également que l’épidémie de coronavirus a potentiellement un impact sur la croissance économique, un impact sur la stabilité et la solidité financière des entreprises.

Et on voit, en parallèle, des indices boursiers tels que le S&P 500, le CAC 40, le Stock600, les places de marchés chinoises qui perdent plusieurs pourcentages, et également des actions qui sont plus fortement impactées, qui en tout cas subissent de plus grosses pertes que d’autres vis-à-vis de certains secteurs où elles se trouvent.

Et donc voilà. On voit qu’il y a des approvisionnements qui sont bouleversés, notamment sur tout ce qui peut être les fournisseurs d’électroniques, sur tout ce qui va être microprocesseurs, les équipementiers, etc.

Aujourd’hui, on se demande si pour un pays comme la Chine qui reprend un tiers de la croissance mondiale, qui a 15 % du PIB mondial, en tant que deuxième économie mondiale, va pouvoir le rester.

Et est-ce que le gouvernement chinois, la banque centrale chinoise ne va pas être obligée de faire des injections massives de liquidités et de baisser les taux, encore une fois, pour essayer de relancer l’économie suite à ce fameux épisode de coronavirus qui est en train de ralentir les échanges commerciaux, puisque s’il y a une chose qu’il faut retenir, c’est que aujourd’hui, l’immobilisme de façon générale, c’est quelque chose qui est généralement pas très bon, que ce soit dans ta vie, vraiment personnelle, pour que tu puisses comprendre ce que je veux dire.

Si tu restes immobile dans ta vie et que tu ne fais rien, tu n’auras rien. C’est pareil pour un pays. C’est pareil pour un gouvernement. C’est pareil pour un continent.

L’immobilisme, de façon générale, ça n’amène pas forcément grand-chose. Et aujourd’hui, réduire les échanges commerciaux et internationaux de la Chine avec les autres pays, ou même intra-Chine, ça a forcément un impact sur le long terme en tout cas pour être néfaste.

Pourquoi j’insiste aussi sur le long terme ? C’est parce que aujourd’hui, on ne peut pas encore dire réellement si ça va avoir un impact puisque ce qui se passe – et ça va entrer dans la faveur du « non, le coronavirus n’a aucune raison pour le moment d’inquiéter les marchés financiers », c’est que cet épisode de coronavirus, c’est tout de même arrivé en pleine période de Nouvel An Chinois, donc à une période où les gens étaient en vacances.

Et ce qui s’est passé, c’est que oui, il y a des secteurs – les hôtels, les avions, le tourisme, le secteur du luxe également – qui vont être impactés par ces réductions de mouvements. Mais voilà, les gens avaient le budget pour se déplacer, avaient prévu de se déplacer, étaient déjà en vacances.

Donc il n’y a pas forcément de réduction massive de l’économie chinoise aujourd’hui, internationale, puisque premièrement les gens étaient en vacances, donc ça ne les empêche pas de travailler, puisqu’ils étaient en vacances à la base, et que ils avaient déjà sûrement mis de côté le budget pour voyager. Et il y a fort à parier que finalement, ce voyage se fasse simplement plus tard.

Donc l’argent qui n’est pas dépensé aujourd’hui en Chine et à l’international va être dépensé plus tard, et il y a fort à parier que les résultats du premier trimestre 2020 qui est pas fou à cause de ce coronavirus puissent se retranscrire sur les 2ème, 3ème, 4ème trimestre de l’année 2020, et au final faire en sorte que l’année 2020 ne soit pas forcément une plus mauvaise année que les autres années, même si potentiellement, le premier trimestre va être moins bon.

Donc en fait, ce qu’il y a à retenir, c’est que tant qu’on n’a pas encore plus d’infos, tant que … De toute façon, c’est encore tout nouveau. On ne peut pas vraiment dire.

Bien évidemment que si l’épidémie de coronavirus se révèle être beaucoup plus longue, beaucoup plus meurtrière, beaucoup plus éparpillée dans le monde, bien évidemment que là, ça pourrait devenir un problème sérieux, et que l’économie pourrait être directement reliée à cet épisode.

Aujourd’hui, je pense que relier directement les baisses qu’on a pu voir sur les places de marché financier qu’on a pu constater ces derniers jours, ça n’a aucun rapport (ou du moins très léger) puisque par exemple, il ne faut pas oublier que les places de marchés telles que la S&P500 ou d’autres, aujourd’hui sont surévaluées.

On a atteint les plus hauts historiques. Il y a pas mal de spéculations, et potentiellement, la moindre petite secousse peut venir faire trembler un petit peu tout ça, et qu’il y aura forcément une connexion qui va venir un jour ou l’autre.

Alors, est-ce que c’est directement relié au coronavirus ou pas ? Trop tôt pour le dire. Mais il ne faut pas faire des corrélations directes ou beaucoup trop rapidement en tout cas. C’est mon point de vue là-dessus.

Alors, c’est toujours comme d’habitude. On peut lire tout un tas de choses diverses et vraies. Par exemple, je lisais que les grandes multinationales ont décidé de suspendre certaines de leurs activités dans le pays.

C’est le cas de Starbucks, McDonalds ou Air France. Okay. L’action totale a pas mal baissé également parce que la Chine consomme énormément de pétrole, de plus en plus d’année en année, et que forcément, le ralentissement de cette demande et surtout la suspension des vols aériens vers et depuis la Chine également fait que l’action totale en a pris un coup.

Certains disent également qu’on va avoir la croissance la plus faible depuis la dernière crise de 2008, carrément. Donc certains s’avancent énormément. D’autres investisseurs en profitent pour prendre leur plus-value suite à la montée des marchés qu’il y a eu par exemple en 2019.

Donc certains se disent : « Je prends ma plus-value et puis comme ça, je me protège » en pensant que ça va baisser, baisser, baisser, et potentiellement réinvestir quand ce sera en bas, pendant que d’autres se disent : « C’est peut-être le moment de se tourner vers l’or également ».

Donc se tourner vers l’or – petit aparté – c’est clairement pas quelque chose de débile. Je pense que 2020, plus que jamais, c’est une année où il faut acheter de l’or si vous n’avez pas encore de l’or puisque il ne faut pas se voiler la face non plus quand on voit que les banques centrales ne font que diminuer les taux, que la confiance que le gouvernement et les banques centrales ont vers l’argent papier qui ne fait que diminuer.

Quand on voit tout ça, il ne faut pas se voiler la face. Il n’y a pas un grand espoir. En tout cas, la confiance qu’on a vers l’argent papier qu’on a aujourd’hui, il est pas fou fou. Donc il faut se protéger.

Et comment on se protège ? C’est principalement vers des actifs tangibles, réels tels que l’immobilier, l’or et selon moi, les marchés financiers.

Donc c’est vraiment les 3 points sur lesquels vous devez investir. Encore une fois, c’est mon avis, en 2020 pour vous protéger un maximum de cette dévaluation de l’argent qui est permanente et de l’inflation, c’est l’or (puisque l’or, ça restera l’or), l’immobilier (qu’on ne peut pas vous saisir et qu’il vaudra toujours quelque chose). Le seul problème, c’est qu’on peut potentiellement y mettre plus de taxes.

C’est pour ça que le marché des actions, c’est un des meilleurs marchés en cas d’inflations et de baisse des taux puisque ça va suivre toute cette tendance et vous allez gérer votre risque.

Donc qu’est-ce que je vous disais ? Voilà. Egalement, en parallèle de tout ça, de toutes ces informations négatives qu’on a, il y a la Banque Centrale Chinoise qui dit que l’impact de cette crise serait temporaire et que les fondamentaux de la 2ème économie mondiale n’étaient pas affectés, tout en annonçant des mesures de soutien monétaire et financier, dont une baisse des coûts d’emprunts pour les entreprises affectées.

Bon voilà. Encore une fois, ce que dit parfois la Chine et ce qui se passe dans la réalité, c’est toujours un petit peu flou. Donc en tout cas, c’est ce que dit la Banque Centrale. A suivre. A voir en tout cas sur ce qui va se passer dans les prochains jours et prochaines semaines.

Donc, ça m’amène à rebondir finalement déjà sur la conclusion, puisque je t’ai parlé déjà un petit peu de tout et n’importe quoi. Tu as dû comprendre pourquoi : oui, c’est potentiellement grave si le coronavirus se révèle être beaucoup plus important et beaucoup plus répandu, éparpillé dans le monde que ce qu’on ne le pense pour le moment.

Et non, ce ne sera pas très grave si finalement, comme beaucoup d’autres virus qu’on a pu connaître ou beaucoup d’autres événements de ce type-là, dans le passé, tout est assez vite contrôlé, on va dire. Et finalement, ça va être un épisode où tous les médias encore une fois ont voulu couler de l’encre, faire peur aux gens pour finalement pas grand-chose.

Donc il en faut pas oublier non plus que aujourd’hui, on est dans un monde connecté. C’est-à-dire que les gens bougent beaucoup. Oui, les voyagent beaucoup. Oui, les secteurs du pétrole et du gaz, des matières, du tourisme, des avions, des hôtels, du luxe vont être impactés.

Mais il ne faut pas oublier non plus qu’on a une économie numérique. Regardez, je vous parle sur Internet. Tout se passe sur Internet. Et il y a l’avantage du e-commerce. Dédicace à tous les drop-shippers qui font de l’e-commerce.

Aujourd’hui, l’e-commerce, ça ne va pas le ralentir, le commerce du dropshipping par exemple ou de l’e-commerce en ligne sauf si ton fournisseur, il est atteint du coronavirus et qu’il est à l’hôpital, il n’y a aucune raison que tous les échanges économiques, numériques se ralentissent d’une façon énorme, puisque voilà, c’est les gens qui vont pas bouger mais potentiellement la consommation en ligne ne va pas forcément baisser et aujourd’hui on sait que ça va vendre beaucoup de choses.

Donc encore une fois, c’est vraiment à prendre avec des pincettes toutes ces informations. Mais quel est le comportement à adopter dans ce genre de situation ? La réalité, c’est que des évènements comme ça, ça arrive tout le temps.

En fait, c’est pour ça qu’encore une fois, je vais te parler de dividendes. En fait, c’est la conclusion. C’est pour ça que j’aime tant cette stratégie, c’est qu’avec les dividendes, tu n’en as strictement rien à foutre de ce genre d’évènement.

Que ça baisse ou que ça monte, les marchés, à cause de cette nouvelle du coronavirus, on s’en fout. Demain, ça va être quoi ? Ça va être un truc de Trump qui va dire : « J’emmerde les Chinois. J’emmerde les Iraniens. J’emmerde les Boliviens. » Et ça va faire boum dans un sens ou dans l’autre, parce qu’il y a un truc de Trump qui va arriver.

Demain, ça va être un attentat sur la tour de Total à La Défense, ou un attentat je ne sais où ou je ne sais quoi. Et boum, les marchés vont prendre un autre sens. Et tout ça, tu ne peux pas le prévoir en tant qu’investisseur.

C’est-à-dire que toi, tu as beau lire tes bulletins financiers, tu as beau lire les comptes de résultats, les bilans comptables, tu as beau faire toute ton analyse mathématique, si un putain d’attentat ou un homme politique ou je ne sais quoi, une catastrophe naturelle sur une usine – j’en sais rien – tu ne peux pas envisager, tu ne peux pas prédire ce genre de choses.

Donc encore une fois, c’est pour ça que j’adore les dividendes puisque il se passe que plus tu prends une décision, généralement, plus tu as de risques de te tromper. Avec les dividendes, tu ne prends pas de décisions. Tu n’en prends presque pas.

C’est en fait le risque des traders. Le risque des traders, c’est que les traders, tous les jours, ils vont passer des ordres, et plus tu passes d’ordres, plus tu as des chances de te tromper. C’est proportionnel. Moins tu passes d’ordres, moins tu as des chances de te tromper.

C’est pour ça qu’avec les dividendes, moi, que ça monte ou ça descendes, moi je sais que tous les mois je vais renforcer mes positions, je vais racheter des actions. Donc si ça monte je vais racheter moins, et si ça descend, je vais en racheter plus. Donc tant mieux.

Dans tous les cas, je suis « payé » à la fin du mois. Je vais encaisser mes dividendes. Donc c’est pour ça que j’adore la stratégie d’investissement de Warren Buffet qui a dit une phrase en anglais (prépare toi bien pour l’accent) : « Lethargy bordering on sloth ». En gros, en français, ça veut dire : de la léthargie au bord de la paresse.

C’est une phrase qu’il avait dit à ses actionnaires en 1990, lors de ses bulletins, de bilans, qu’il fait chaque année à ses actionnaires, en 1990 où il avait fièrement dit : « Cette année, sur les 6 entreprises qu’on détient, il y en a 5 pour lesquelles on n’a rien branlé. On n’a même pas fait un ordre d’achat ni de vente. Pour ces 5 entreprises, il n’y en a qu’une seule qu’on a touchée ».

Et il était content de dire : « Je suis un branleur ». J’arrondis les angles, bien évidemment. Ce n’est pas la mentalité de Warren Buffett. Mais il était content de dire qu’on avait fait très peu de mouvements, au final.

Et c’est excellent. Ça rejoint entièrement le délire des dividendes parce que plus tu fais des mouvements, plus tu paies de frais, et plus tu cherches à anticiper les mouvements de marchés, comme là par exemple avec le coronavirus, plus tu vas potentiellement faire des erreurs.

Là, par exemple, il y a des gens qui vont revendre en disant : « J’encaisse mes plus-values de 2019 parce que ça va se casser la gueule. » Ça ne va pas se casser la gueule, et ils vont perdre leur temps et des frais. Et ils ne vont peut-être pas encaisser de dividendes en attendant.

Tout comme il y en a d’autres qui vont revendre alors que ça va baisser, sans acheter parce que voilà, il y a tout un tas de scénarios.

Il y en a beaucoup qui vont se tromper là dedans qui vont seulement se ronger les ongles en comparaison à ceux qui ont des méthodes d’investissement beaucoup plus passives telles que celles axées sur les dividendes, qui vont simplement regarder ce qui se passe.

C’est-à-dire « okay, c’est cool, moi j’en ai rien à foutre, tous les mois je reste focus sur ce que je fais, et comme d’habitude, je vais renforcer mes positions, et que ça monte ou que ça descende, j’ai toujours confiance en l’entreprise. »

Moi, là par exemple, je ne dis pas publiquement le portefeuille que j’ai. J’ai du Total, par exemple. C’est une des lignes que j’ai dans mon portefeuille. Total, il a pris je crois, -3, -4, -5 % à cause de ce qui se passe un petit peu des réductions des échanges internationaux.

Très bien ; je m’en fous. Je sais que Total est vraiment solide et qu’il y a aucun souci. Je vais continuer à réinvestir et à renforcer mes positions. Et il n’y a aucun souci à se faire.

A partir du moment où vous avez fait votre travail de base qui est d’analyser les actions de l’entreprise et de lire les bilans comptables et les comptes de résultats, et que vous avez validé la société en question, c’est bénéf.

Il ne faut pas s’arrêter à un évènement, que ce soit économique, immunologique, environnemental, tout ce que vous voulez en tout cas pour tout revendre ou tout arrêter. Encore une fois, je ne dis pas qu’il ne faut jamais revendre mais il faut savoir mesurer l’impact d’une nouvelle dans les médias pour ne pas faire en tout cas n’importe quoi.

Donc bref, en conclusion, il est beaucoup trop tôt pour paniquer aujourd’hui, ce qui va se passer, c’est peut-être qu’il y aura plus de volatilité qu’on a pu avoir avoir jusqu’à présent avec ce coronavirus, mais voilà, encore une fois, les marchés aujourd’hui, il n’y a plus logique.

C’est-à-dire que les marchés n’ont fait que monter récemment alors que tout le monde était défavorable. Si ça se trouve… Alors, il n’y a même pas de « si ça se trouve » puisque j’aime pas donner de théories, parce que personne ne sait réellement ce qui va se passer.

Encore une fois, il faut observer et puis il faut être patient et s’en tenir à sa stratégie malgré tout ce qu’il peut y avoir comme turbulences ou comme les accidents de parcours comme on peut les appeler également.

Bref, dis-moi ce que tu penses quand même. Quel est ton avis sur ce fameux coronavirus qui va tous nous caner ? Est-ce que finalement, ce n’est qu’un petit accident de parcours et qu’on va vite arrêter d’en parler.

Dis-moi ci-dessous ce que tu en penses dans les commentaires. Qu’est-ce que tu penses de l’économie de 2020, d’aujourd’hui, comment ça va avancer ?

Bref, je suis curieux d’avoir un petit échange avec toi dans les commentaires. Je vais te répondre avec grand-plaisir. Et puis si cette vidéo t’a plu, n’hésite pas à la liker, la partager, à laisser des petits commentaires, à la partager à d’autres amis investisseurs à toi.

Et puis, si investir dans les dividendes est quelque chose qui t’intéresse, comme je te l’ai évoqué dans cette vidéo, je t’ai parlé des dividendes. C’est quelque chose que je fais depuis 6 ans maintenant. J’ai investi pas mal d’argent dans cette stratégie.

Tu pourras retrouver dans la barre de description un petit lien où je te parle de dividendes et où je te propose un service qui est tout simplement d’avoir toutes mes positions en temps et en heure, pour que tu saches exactement ce que j’achète, ce que je revends, ce que je renforce mois après mois pour que tu puisses toi aussi dupliquer ou pas encore.

Ce n’est pas clairement pas des incitations à l’achat mais au moins tu as accès à ton portefeuille, et libre à toi de choisir ce que tu fais ensuite avec ces informations.

Bref, merci à toi de m’avoir écouté, et puis je te dis à très très vite. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *