Il INVESTIT dans l’IMMOBILIER malgré un HANDICAP

Salut à tous,

Penses-tu qu’avoir un handicap peut être un frein à l’investissement immobilier ?

Peu importe ta réponse, cette vidéo a pour objectif de te montrer que tout est possible puisque mon invité du jour, Abdel, lecteur de mon livre « Des bancs de la fac à l’indépendance financière », investit dans l’immobilier malgré un handicap ! En effet, il est un handicapé visuel à + de 80% et il investit pourtant dans l’immobilier avec beaucoup de succès !

Il donnera sûrement à tout le monde une belle leçon d’humilité à l’heure où on a l’habitude de se plaindre pour pas grand chose !

Découvrir mon livre papier « Des banc de la fac à l’indépendance financière »

Découvrir mon programme « L’Ecole de l’Elite Financière »

Il INVESTIT dans l’IMMOBILIER malgré un HANDICAP

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, je me trouve aujourd’hui à Paris, en compagnie d’un invité, Abdel, que je vais présenter tout de suite. Alors avant qu’on commence cette vidéo, comme d’habitude, n’oubliez pas de vous abonnez à la chaîne YouTube donc en cliquant sur le bouton ci-dessous, vous allez pouvoir recevoir en avant-première toutes les prochaines vidéos et également lisez bien la barre de la description. Vous allez pouvoir récupérer gratuitement un petit pack de bienvenue au contenu 100% secret, mais qui devrait vous aidez à atteindre votre indépendance financière. Donc Abdel salut,

Abdel : Salut Raph,

Raph : Comment tu vas, la forme ?

Abdel : Ça va, ça va, très, très bien

Raph : Super, donc Abdel est membre de mes formations et je tenais aujourd’hui à vous le présenter pour les résultats qu’il a. Donc Abdel, est-ce que tu peux te présenter rapidement à tout le monde, nous dire comment tu t’appelles on le sait maintenant, mais qu’est-ce que tu fais dans la vie, quel âge tu as, etc, etc.

Abdel : Bonjour, merci Raph, de m’avoir invité

Raph : Avec plaisir

Abdel : Voilà, moi je m’appelle Abdel, je suis masseur kinésithérapeute en île de France, j’ai vingt-huit ans, et voilà, j’ai fait mon premier investissement conclu, il y’a quelque mois,

Raph : Félicitation à toi

Abdel : Merci, et donc voilà moi je viens témoigner un petit peu de mon parcours, parce qu’aussi j’ai la spécificité pour certain d’être malvoyant, et à ce titre d’être handicapé au niveau visuel

Raph : Oui

Abdel : Et donc voilà, je voulais témoigner par rapport à mon parcours, par rapport à certaines spécificités qui ont fait que j’en ai abouti à prendre la formation de Raph et qui a fait que je suis passé à l’action, donc je viens témoigner sur ça

Raph : Super, super donc on va avoir pas mal de choses à dire aujourd’hui, parce que c’est vrai que voir l’immobilier avant de l’acheter et d’investir c’est quand même important, il faut voir un petit peu dans quel état est le bien, donc on va revenir un petit peu sur tout ça, sur comment tu as pu faire, donc d’abord pourquoi l’immobilier, qu’est-ce que tu as vu dans l’immobilier comme solution ou comme avenir, pourquoi tu as voulu investir dans l’immobilier ?

Abdel : Moi de base, si on veut, je ne vais pas dire que ça m’a facilité, parce que je suis dans une famille où je suis la troisième génération en fait qui investit dans l’immobilier

Raph : Okay

Abdel : Dans ma famille, ce n’est pas quelque chose de

Raph : De nouveau

Abdel : De nouveau, donc dire qu’on investit dans ma famille c’est

Raph : C’est normal

Abdel : C’est basique,

Raph : C’est plutôt celui qui n’investit pas dans la famille, qui n’est pas normal ?

Abdel : Voilà, c’est un peu ça. Mais par rapport à ça, en fait il y’a toujours ce complexe en fait de se dire les autres ont investis, pas moi,

Raph : Okay

Abdel : On ne sait pas comment ils font et en fait le problème c’est que moi dans ma famille, l’école, en fait ce n’est pas des théoriciens, il n’y a pas la pédagogie pour transmettre ce qu’ils savent en fait,

Raph : Donc ils savent le faire, mais ils ne savent pas l’expliquer

Abdel : Voilà, ils vont direct à la pratique

Raph : Okay

Abdel : Mais moi qui suis du coup scientifique, j’aime bien qu’on me démontre comment faire ça, par rapport à ça, donc j’avais en fait cette difficulté-là, j’avais le résultat des parents, mon père, par exemple mon père à trente-cinq ans, c’est bien il était remboursé, plus de crédit quoi

Raph : Okay,

Abdel : Trente-cinq ans, il était rentier

Raph : A trente-cinq ans ?

Abdel : A trente-cinq ans

Raph : Donc ce qui est beau

Abdel : Voilà, mon grand-père, il a investi dans une période, dans les années quatre-vingt, à l’époque, il a été à contre-courant culturellement parce que dans la culture maghrébine on va dire, c’était mal vu de prendre un crédit pour, il a été à contre-courant par rapport à ça

Raph : Oui

Abdel : Et résultat quelque part, je me dis qu’il a été avant-gardiste, puisque tout le monde, toutes les générations et il a était à contre-courant de ça, tout le monde

Raph : Et ça à payer ?

Abdel : Et ça à payer, voilà

Raph : On ne doit pas toujours faire comme tous les autres

Abdel : Voilà

Raph : Exactement

Abdel : Et moi je vois les résultats, les loyers qui tombent, les problèmes avec, mais le ratio

Raph : C’est normal d’avoir des problèmes, dans ses investissements, dans la vie de tous les jours on a tout le temps des problèmes,

Abdel : Le jour où vous faites un investissement, vous n’avez pas de problèmes, méfiez-vous

Raph : C’est vrai

Abdel : Méfiez-vous, il y a un loup quelque part,

Raph : Exactement, on dit tout le temps qu’un entrepreneur c’est quelqu’un qui résout des problèmes au quotidien, un investisseur immobilier c’est quelqu’un qui résout des problèmes

Abdel : Oui, mais

Raph : Qui fait des travaux, il accueille un locataire, il peut avoir des problèmes avec des dégâts des eaux, etc,

Abdel : Mais j’ai envie de dire, même un entrepreneur, il résout moins de problèmes qu’un salarié, quand on regarde bien

Raph : Ah oui, tu verrais ça comme ça ?

Abdel : Oui, oui franchement tu as le problème pour quelqu’un qui est cadre, ou problème de planning, problème, il y’a pleins de petits problèmes qu’il doit régler dans sa journée et il y’a huit heures,

Raph : Oui

Abdel : Un entrepreneur par lot, par lot, si tu rapportes le truc, il y’a peut-être deux, trois problèmes, plus ou moins graves, certes

Raph : Okay

Abdel : Mais il n’est pas, comparé à un salarié, il en a moins

Raph : Si t’isoles l’immobilier vraiment comme un seul domaine

Abdel : Oui parce que c’est des problèmes inhérents, inhérents à tout le monde, tout le monde du travail en général, donc ça paraît normal ces problèmes-là,

Raph : C’est normal qu’une habitation ait quelques problèmes à résoudre de temps en temps,

Abdel : Oui, oui

Raph : C’est normal, des petites réparations, il faut que ce soit chez soi, un investissement locatif il y a des réparations, des petits trucs à faire et à gérer, c’est normal

Abdel : Oui, oui, voilà

Raph : Okay, top, du coup également pour parler vu que tu parles un petit peu de ta famille, est-ce que tu peux nous dire un petit peu la spécificité de ta famille que tu m’avais dit en privé, notamment vis-à-vis de l’école, tu as commencé à le dire, je pense que tu vois vers où je veux venir ?

Abdel : Par rapport à l’école ?

Raph : Oui

Abdel : Euh ?

Raph : Non,

Abdel : Le fait qu’ils ne savent pas lire et écrire c’est ça ?

Raph : Exactement, ça c’est quand même un truc de fou,

Abdel : En fait, mon père comme mon grand-père d’ailleurs,

Raph : Oui

Abdel : Ni lire, ni écrire, le seul truc qu’il savait faire, clairement je vous le dis, c’est signer, c’est juste ça, mon père arrivait, les mathématiques, ça lui passait au-dessus de la tête

Raph : Okay

Abdel : Bon, il est maçon de formation donc, clairement à l’époque on ne se formait pas comme aujourd’hui, à l’époque, le maçon c’était pratique pour pratique

Raph : C’est ça,

Abdel : Vraiment, puis voilà et il arrivait, on lui montrait un prix, il le cassait et il le faisait à répétition,

Raph : Ça veut dire qu’il savait négocier, très fort ?

Abdel : Ce n’est même pas une technique, la martingale, moi je l’ai vu, je me souviens encore quand j’étais petit, il arrivait alors, c’était en franc à l’époque, mais il divisait quasiment le prix par deux

Raph : Et comment il justifiait ça ?

Abdel : C’était facile à l’époque, parce que lui comme il était maçon, c’était des ruines et le problème des ruines, ce n’est pas le même marché que

Raph : C’est ça

Abdel : Donc ça marchait, ça marchait, à son époque,

Raph : Lui voyait quoi en faire alors que les gens qui vendaient potentiellement se disaient : « ça ne vaut plus rien »

Abdel : Oui, voilà

Raph : Donc c’était moins compliqué, okay

Abdel : En plus il n’y avait pas internet comme aujourd’hui,

Raph : C’est ça,

Abdel : Donc il faut, moi je pense après c’est mon observation, je pense que, à l’époque pour vendre c’était peut-être pour moi plus long, parce qu’en fait il n’y avait a pas cette visibilité d’annonces qu’il y’a aujourd’hui

Raph : Sur internet etc.

Abdel : Tu devais aller au kiosque, pour aller voir « Paris vendu »,

Raph : Tout était plus long ?

Abdel : Tout était plus long, mais par contre l’urgence de vendre pour les propriétaires, elle est restée la même

Raph : Du coup, tu as une plus grosse force de négociation quand tu as quelqu’un est intéressé,

Abdel : Je pense, après,

Raph : Oui pourquoi pas

Abdel : Du peu que j’ai vu dans ma famille, j’ai pu voir ce

Raph : Okay

Abdel : Ce parallèle-là

Raph : Ca se défend, ça se défend

Abdel : Oui, oui, c’est un avis

Raph : Personnel

Abdel : Subjectif oui, je dirais, oui

Raph : Mais en tout cas, ça c’est pour souligner le fait que voilà, on peut investir dans l’immobilier sans forcément avoir une blinde de diplômes aujourd’hui, on dit que tout le temps des diplômes, je ne sais pas quoi, moi je pense que ton avis est le même sur celui-ci

Abdel : Ah non pire que lui, non,

Raph : Oui, il ne sait pas lire, pas écrire, il savait compter ou pas ?

Abdel : Non, mais il y’a une anecdote, une anecdote, c’est que l’inspecteur des impôts

Raph : Oui

Abdel : Pendant trois ans, il venait nous remplir la feuille d’impôt pour mon père

Raph : Parce qu’il ne savait pas la faire ?

Abdel : Il ne savait pas la faire,

Raph : Les impôts se déplaçaient alors que c’était une obligation de la part de ton père de la faire normalement,

Abdel : À force,

Raph : Il ne savait pas ?

Abdel : À force, il les appelait, il les appelait en leur disant je ne sais pas faire, mais écrivez ça, mais il ne sait pas

Raph : il ne le croyait pas ? Si ?

Abdel : C’était trop gros et à un moment-donné, ils se sont résigné, je pense au bout d’un moment, parce qu’il ne savait pas déduire, il ne savait pas, rien, tu vois lui il faisait bam, et il le mettait à la location tu vois

Raph : Oui, oui

Abdel : Et après fiscalement, il était énormément perdant parce qu’il ne savait pas déduire, il ne savait rien faire,

Raph : Donc je suppose que maintenant, il a tout réglé, il a un comptable

Abdel : Oui maintenant dans notre famille, on a une comptable, on a un expert-comptable

Raph : Avocat, etc, etc. Il y’a l’équipe au complet ?

Abdel : Voilà, la deuxième génération a pris, enfin la troisième dont moi,

Raph : Oui

Abdel : maintenant on a pris les diplômes,

Raph : La relève,

Abdel : Voilà,

Raph : Vous avez nettoyé tout ça entre guillemets

Abdel : Ma sœur elle fait des avocats, j’ai ma cousine de mon oncle qui elle aussi investi dans l’immobilier, qui est à peu de choses de faire avocat fiscaliste, donc ça va

Raph : Il y’a toute l’équipe qu’il faut

Abdel : On pourra compenser, je pense, ça va

Raph : Okay, voilà, tout simplement dire qu’en tout cas très belle réussite, parce que ça ne l’a pas empêché d’investir dans l’immobilier avec succès, donc il aurait peut-être pu faire mieux au niveau des chiffres, de la fiscalité, mais n’empêche qu’il est passé à l’action et qu’il a eu le résultat et on en arrive du coup à toi, qui a pris la relève, parce que parlant de toi un petit peu quand même c’est important, du coup tu es arrivé tu as pris la relève, et là tu viens de réaliser, tu as terminé il n’y a pas si longtemps que ça, une maison du coup, c’est ça ?

Abdel : Oui, oui

Raph : Est-ce que tu peux un petit peu nous en parler et voilà, du coup je rebondi un peu sur ma question aussi, pourquoi tu as investi dans l’immobilier toi ? Juste pour continuer ou parce que tu voyais un autre véhicule ?

Abdel : Non, moi je voyais un autre véhicule

Raph : Lequel ?

Abdel : C’est-à-dire qu’en fait, moi si je suis, j’ai essayé de trouver des choses aux revenus passifs tu vois,

Raph : D’accord

Abdel : c’est surtout ça qui m’a, parce que dans mon métier en tant que profession libérale, tu es malade il n’y a pas de revenus

Raph : Okay

Abdel : Clairement, on n’a pas d’assurance retraite, l’économie aujourd’hui fait que les retraites, pour moi, qui ai vu les coulisses un petit peu au niveau sécu et qui voit un petit peu dans notre métier et tout ça,

Raph : Clairement, ça ne te rassure pas ?

Abdel : Non, mais il n’y a même pas de doutes, on n’a plus de moyens,

Raph : Il n’y a plus de ronds

Abdel : Il n’y a plus rien,

Raph : Les caisses sont vides,

Abdel : Le chômage, si ceux d’aujourd’hui font la retraite de ceux qui y sont,

Raph : Oui

Abdel : Et que tu as plus de chômage, forcément il y’a moins de cotisations, les statuts sont beaucoup plus précaires, donc tu cotises moins l’allocation chômage, il y’a pleins de petites choses économiques qui font que et même le budget actuel fait que, on le voit bien, l’augmentation de CSG

Raph : Bien-sûr, on voit qu’ils sont en galère entre guillemets

Abdel : Oui

Raph : Il n’y a plus de thunes dans les caisses, oui, du coup oui

Abdel : Ça ne m’a pas rassuré

Raph : Tu as vu ce constat, tu t’es dit d’un côté il faut que j’assure mes arrières pour mes vieux jours ou même en cas de problème dans la vie, parce qu’on ne sait jamais, et tu as vu un véhicule de la liberté de te dire pourquoi pas en devenir rentier peut-être ?

Abdel : Oui, oui

Raph : Aussi et être libre et lâcher le pied vis-à-vis de ton métier ?

Abdel : Lâcher le pied vis-à-vis de mon métier, c’est compliqué

Raph : Tu aimes bien ton métier ?

Abdel : Je l’aime bien

Raph : Voilà, c’est très bien, c’est très bien, au moins avoir cette sécurité ?

Abdel : Oui, oui franchement oui, c’est un tout, il me faut du cash-flow si je suis malade donc compenser

Raph : Assurer ?

Abdel : Il m’en faut pour l’avenir, parce qu’on ne sait pas de quoi sera fait demain,

Raph : Exact

Abdel : Il y’a pleins de petites choses comme ça qui ont fait que le seul investissement par lequel commencer, je ne dis pas qu’il n y’a pas d’autres

Raph : Bien-sûr

Abdel : Mais le seul, l’investissement hybride qui répond à toutes ces inquiétudes-là, c’est l’immobilier, je pense

Raph : L’immobilier, de par ta famille

Abdel : Je pense les générations seraient là pour en témoigner

Raph : Exactement, on est d’accord, du coup qu’est-ce que tu as acheté, quel type de bien, dans quelle ville, est-ce que c’était une bonne affaire, est-ce que ça te dégage du cash-flow, qu’est-ce que tu as fait dans cette maison, bref, je te pose beaucoup de questions d’un coup,

Abdel : Oui

Raph : Mais je pense que tu as compris l’idée, qu’est-ce que tu as acheté ?

Abdel : Alors moi, ce que j’ai acheté, ce que j’ai acheté, c’est une maison de ville

Raph : Okay

Abdel : Mais il faut savoir, je ne suis pas partie de la maison de ville

Raph : Dis-nous tout,

Abdel : Alors, à la base moi je voulais acheter un immeuble de rapport, parce que le mètre carré est moins cher, pour avoir une bonne renta, tout ça

Raph : Tu utilises tes frais etc oui

Abdel : Voilà

Raph : Tous les avantages d’un immeuble

Abdel : Mais de toute façon il y’a une règle que je ne dérogerais pas, je pense, il ne faut jamais dire jamais, mais c’est les copro,

Raph : Okay, point important, tu préfères avoir la pleine propriété et pouvoir choisir de tout ce que tu fais dans ton immeuble, dans ton bien plutôt que de devoir fait des réunions un peu, comment dire vaseuses ou on parle de tout et n’importe quoi

Abdel : Oui parce que moi j’achète du temps, je n’achète pas de l’argent, quelque part,

Raph : Ça coûte cher les copro ?

Abdel : Ça coûte cher et tu n’as pas la main, quoi

Raph : Exactement, surtout ça

Abdel : Tu n’as pas la main,

Raph : Okay, donc soit maison soit immeuble, okay

Abdel : Voilà, donc du coup j’avais fait, j’avais fait plusieurs visites pour visiter des immeubles, alors au début j’étais aveuglé par la renta et vous allez comprendre pourquoi, je visitais des immeubles alors, ils étaient rentables, c’est toujours à deux chiffres, et croyez-moi il y’en a, et dans le Nord,

Raph : Oui

Abdel : Donc c’est à Lilles et je visite des immeubles, il y’en a même un, mais c’est un marchand de sommeil, 14% de rentabilité,

Raph : Okay,

Abdel : Mais je n’ai pas acheté

Raph : Okay

Abdel : Parce que vraiment les gens c’était

Raph : C’était la cata,

Abdel : Oui, oui

Raph : Okay, ce n’était pas une bonne affaire, okay

Abdel : Franchement, moi-même aujourd’hui quand j’y pense j’ai pitié pour eux,

Raph : Okay,

Abdel : Mais il y’avait ça, et je me suis positionné sur, en 2017

Raph : Okay,

Abdel : Début 2017, je m’étais positionné sur un immeuble de rapport

Raph : Okay

Abdel : Alors enfin c’était en décembre, pardon que j’avais signé, décembre 2016, j’avais signé un compromis pour un immeuble, cent quarante-cinq mille euros, il y’avait mille six cent euros hors charge de loyer ou dans ces eaux-là,

Raph : Okay, bon rendement,

Abdel : Très bon rendement, franchement

Raph : Cashflow positif, tout de suite voilà,

Abdel : On était à un prix du marché à moins 30% qui était hyper négocié

Raph : Super

Abdel : On était parti à cent quatre-vingt-dix, cent quatre-vingt-cinq et on a négocié

Raph : À cent quarante cinq mille ?

Abdel : Oui

Raph : Donc tous les voyants sont au vert pour acheter alors,

Abdel : Il y’a tout

Raph : Okay

Abdel : Il y a tout, il y a la proximité, il y’a le millenium pour ceux qui connaissent Lille c’est là où il y’a le millénium qui va se construire

Raph : Donc bien placer, l’emplacement

Abdel : Il y’a une belle perspective d’évolutions, tout, il y’avait tout, tout,

Raph : sauf que ?

Abdel : Crédit, prêt, bon taux

Raph : Okay, financement okay

Abdel : Sur vingt cinq ans tout, tout, ah oui,

Raph : Est-ce que tu es propriétaire maintenant ou pas là ?

Abdel : Et non

Raph : Pourquoi ?

Abdel : La mairie elle a filé, elle a vu affaire,

Raph : Aie, aie,

Abdel : Je me suis fait préhenter les amis à trois jours de la signature de l’acte authentique, je reçois ce recommandé

Raph : Ce fameux courrier-là, donc on ne le verra pas forcement, tout ça pour dire que ça tient sur une feuille A4, une miséreuse feuille A4 comme ça ?

Abdel : Elle m’a mis à terre

Raph : Elle t’a mis à, parce que vraiment, tu avais bossé quand même des heures et des heures, des semaines et des semaines

Abdel : Oui préparer le dossier bancaire

Raph : Trouver le bien, tout ça, aller le négocier

Abdel : Préparer les négociations parce qu’avant de signer le compromis, il y’a la partie négociation

Raph : Et oui

Abdel : Il y’a la partie aussi et même en plus psychologiquement, on se projette quand tu vois le cash-flow,

Raph : Bien sur,

Abdel : On se projette sur d’autres trucs, moi personnellement j’ai fait l’erreur d’anticiper avant de signer et même on s’engage aussi vis-à-vis de certains amis parce qu’on leur dit oui et en même fierté qu’on fait ce genre d’affaires

Raph : Mais pour toi, c’était déjà fait dans ta tête ?

Abdel : Ah oui, à une semaine ça y’est, c’est fini,

Raph : Quel état ça t’a mis quand tu as reçu ce courrier-là ? Tu l’as ouvert, tu l’as lu, comment tu as été après ?

Abdel : Je me suis dit en fait, j’ai failli me dire le monde immobilier et en fait je suis la génération qui va sauter le

Raph : Tu t’es remis en question très profondément

Abdel : Oui, oui

Raph : Tu n’as pas envie d’aller voir les personnes sur place et de leur dire c’est quoi ce bordel ?

Abdel : J’ai essayé, j’ai essayé

Raph : Ah oui ?

Abdel : On m’a donné des contacts d’avocats et tout ça, mais je me suis dis

Raph : Ça ne sert à rien

Abdel : Le temps que je vais perdre à essayer de mener des poursuites

Raph : Oui,

Abdel : Pour quelques choses et alors qu’il y’avait des choses, il y’avait des

Raph : Tu as plus de chances de perdre,

Abdel : Je vais perdre du temps pour chercher autre chose

Raph : Okay,

Abdel : Ça ne vaut pas le coup, ça ne vaut pas le coup et puis, j’ai mis du temps, mais au bout d’un moment je me suis résigné à, il faut avancer, il n’y a pas de secret

Raph : Il faut avancer exactement,

Abdel : Dans l’investissement, il faut toujours perdre, sois tu perds du temps sois tu perds de l’argent, mais il ne faut jamais t’attendre à gagner si tu penses naïvement que tu peux gagner, c’est moi qui le dit, ce n’est pas des économistes, si tu penses pour moi naïvement gagner de l’argent tout de suite, pour moi ça serait ma chance, personnellement parce que tu serais plus vigilant indirectement, tu penserais que les choses soient faciles, sont faciles

Raph : Okay

Abdel : Et

Raph : L’échec te rend vigilant ?

Abdel : Oui, l’échec, franchement ça rend vigilant et il vaut mieux faire des petites erreurs. Forcément se former pour ça,

Raph : bien sûr, pour les éviter.

Abdel : Je peux vous dire, mon père il ne s’est pas formé, on voit les erreurs, il a eu la chance que les conjonctures économiques étaient dans son sens, mais clairement tu ne peux plus aujourd’hui surtout dans un marché tendu comme ça

Raph : Oui

Abdel : Ou la bonne affaire est visible de tout le monde comme ça

Raph : Sur internet

Abdel : Il faut être réactif, tu ne peux plus être un amateur

Raph : Okay

Abdel : Tu dois en deux secondes pouvoir calculer ta rentabilité

Raph : Se professionnaliser

Abdel : Oui, mais son l’être forcément, parce qu’au bout d’un moment si tu n’as pas cette perspective-là, d’arriver à un endroit et de dire, c’est rentable, ce n’est pas rentable, c’est que voilà

Raph : C’est que tu n’es pas encore assez bon, c’est que tu n’as pas encore assez de passé,

Abdel : Non, tu ne peux plus,

Raph : Pour savoir

Abdel : Pour moi, pour moi, faire des affaires, tu ne peux plus le faire juste comme ça, de feeling, tu dois savoir calculer plein de choses

Raph : Exactement

Abdel : Tu dois prendre en considération pleins de choses, sans formation

Raph : Je suis entièrement d’accord avec toi, oui

Abdel : Oui voilà

Raph : D’où l’importance de savoir tout ça, dès qu’on rentre dans un bien, il faut savoir tout de suite si ce bien potentiellement, il a un intérêt ou pas, parce que voilà il y’a beaucoup de villes, on n’a plus le temps de réfléchir, de se positionner, envoyer une offre d’achat, signer même un compromis pour bloquer l’affaire et se la bloquer, parce que des investisseurs qui cherchent des affaires rentables, il y’en a de plus en plus et ils sont prêts à acheter très vite, donc oui, il ne faut vraiment pas perdre de temps comme tu as dit, il faut se professionnaliser, et être prêt à dégainer comme on dit

Abdel : C’est surtout ça, et être prêt à perdre de l’argent et c’est surtout ça

Raph : Il n’y a d’investissement sans risques,

Abdel : Oui il y’en a, c’est impossible c’est, de tous les investissements, celui où vous pouvez vous permettre de perdre, où vous ne perdrez jamais tout, pour moi, c’est l’immobilier,

Raph : Bien sûr,

Abdel : Oui

Raph : Le bien est encore là, il vaudra toujours quelque chose. On ne peut pas faire d’erreurs énormes dans l’immobilier, il faut un minimum se former

Abdel : Si tu négocies,

Raph : Le bien reste là,

Abdel : Au début tu couvres déjà ton risque.

Raph : Exactement, tout se passe à l’achat

Abdel : Et ça il faut se former

Raph : Exactement

Abdel : Il faut se former, de toute façon,

Raph : Du coup, du coup. Parlons quand même un peu de ton bien,

Abdel : Oui

Raph : Dis-nous, revenons là-dessus parce qu’on s’est un petit peu égaré, qu’est-ce que tu as acheté, quelle surface voilà, on a eu ce droit de

Préemption de la part de la mairie, bon bref ça t’as fait très mal, mais il faut rebondir, tu as quand même réussi à acheter quelque chose, on est d’accord là-dessus, tu as acheté une maison, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cette maison, qu’est-ce que t’as fait dedans, quelle surface, quel prix d’achat etc ?

Abdel : Alors moi j’ai acheté une ruine clairement

Raph : Top,

Abdel : Il n’y avait rien,

Raph : Il n’y avait rien du tout, tout à faire

Abdel : Il n’y avait rien, j’ai des images, je les ai postées dans le groupe, mais pour vous dire c’était un état donc j’ai tout détruit, j’ai acheté ce bien-là, il était affiché, je crois entre cinquante mille ou quarante-cinq mille, je ne sais plus, je ne sais plus et je l’ai négocié à trente-six mille euros avec les frais de négociation, trente mille net vendeur, six mille euros de frais de négociation

Raph : Donc moins vingt mille euros, tu as dit qu’il était affiché à cinquante-cinq mille c’est ça ?

Abdel : Cinquante mille ou quarante cinq, je ne sais plus

Raph : Okay, bon bref, quand même une belle négociation sur ce genre de prix,

Abdel : Oui

Raph : Dix à vingt mille euros, dix à quinze mille, okay

Abdel : Oui et pourtant c’est près de la gare, je n’ai pas trop compris

Raph : Okay

Abdel : Après il faut, moi je préfère, encore personnellement même je préfère acheter des ruines, au moins il n’y a pas de surprises, tu sais que tu as tout à refaire,

Raph : Il y a tout à refaire

Abdel : Et du coup j’ai négocié trente-huit mille

Raph : Okay

Abdel : Trente-huit mille ou trente-neuf mille

Raph : Oui

Abdel : Grosso modo tout compris, plus les travaux, tout, mes revenus, l’enveloppe à soixante-douze mille euros tout compris

Raph : Donc bien terminer d’À à Z,

Abdel : D’À à Z,

Raph : Soixante-douze mille euros pour quelle surface rappelle nous ?

Abdel : Soixante-dix-sept mètres carrés

Raph : Donc tu es à même pas mille euros le mètre carré ?

Abdel : Oui

Raph : Quel est le prix du mètre carré moyen à Lille ?

Abdel : Mille trois cent, mille quatre cent,

Raph : Voilà, donc déjà tu sais directement que si tu revends tu as une plus value immédiate,

Abdel : Ca était évalué, parce que juste après

Raph : Oui,

Abdel : Je l’ai évalué par une agence notariale, ça été évalué autour des cent vingt mille euros,

Raph : Donc grosso modo cinquante mille euros de plus-value si tu revendais aujourd’hui

Abdel : Oui

Raph : Donc là déjà on peut dire que c’est une excellente affaire là-dessus puisque si tu veux revendre tu fais cinquante mille euros de bénéf, ça c’est excellent

Abdel : Oui

Raph : Est-ce qu’en termes de Cash-Flow, tu as du Cash-Flow tous les mois qui tombent, comment tu loues ce bien ?

Abdel : Oui, quand même

Raph : C’est le but normalement, je te pose la question naïvement, mais j’espère bien que tu as du Cash-flow,

Abdel : Oui, oui, non, non, il y’en a

Raph : Positif pas négatif

Abdel : Il y’a du Cash-Flow

Raph : Positif ?

Abdel : Positif, ah oui, oui

Raph : Ouf, dis-nous tout

Abdel : Il y’a du Cash-Flow positif les amis, j’ai trois cent douze euros de crédit, douze euros par mois de PNO, et

Raph : PNO assurance, on peut préciser ?

Abdel : L’assurance propriétaire d’un occupant,

Raph : Exact,

Abdel : Et donc ça, ça me fait trois cent vingt-quatre je pense, oui trois cent vingt-quatre

Raph : Oui, c’est ça

Abdel : Et je loue six cent cinquante euros voilà, il y’a un delta, donc même après mes impôts, il me reste au moins minimum, minimum deux cent euros, minimums

Raph : Tu parles d’impôts, mais ?

Abdel : Là je déduis les premières années pour mes travaux

Raph : C’est ce que j’allais dire, c’est une ruine que tu as rénové, donc tu dois avoir beaucoup de travaux à amortir, donc pour l’instant, l’imposition doit être nul, on est d’accord ? Oui,

Abdel : Oui

Raph : Okay,

Abdel : Je suis pessimiste

Raph : Tu as raison,

Abdel : Je suis comme un comptable, je fais des prévisionnels les plus pessimistes possible

Raph : Moi je fais exactement pareil que toi

Abdel : Voilà,

Raph : Comme ça pas de nouvelles surprises

Abdel : Mais je pars, je n’ai pas encore payer mes, je n’ai pas encore vu ce que j’allais payé ou truc, mais les premières années on peut dire que j’ai un delta net entre ce que ça me coûte en crédit

Raph : Grosso modo c’est ça, surtout que les charges, tu loues en quel type de location du coup ?

Abdel : Nue,

Raph : Nue, okay, pourquoi nue ? Tu peux nous dire pourquoi ?

Abdel : C’est une maison et la location meublée en fait

Raph : De maison,

Abdel : Ce n’est pas adapté pour les familles en fait

Raph : C’est une question de produit

Abdel : Dans mon secteur

Raph : Oui, c’est ça

Abdel : Mais, la location meublée, après c’est le goût de certains

Raph : Oui

Abdel : Moi tu vois j’aime bien me positionner un petit peu sur des années et des années

Raph : Okay

Abdel : Tu vois, et tout change en ce moment, surtout en ce moment

Raph : Le coût des meubles etc.

Abdel : Le coût des meubles, il y’a le régime fiscal du meublé

Raph : Oui

Abdel : Il y’a plein de choses comme ça, c’est encore une niche et je ne suis pas confiant sur l’avenir

Raph : Sur l’évolution du meublé ?

Abdel : Oui

Raph : Bon, c’est un avis personnel

Abdel : Rien ne dit que je ne le ferais pas

Raph : Oui, oui

Abdel : Mais, quitte à choisir une affaire rentable, je préférerai le faire en nue

Raph : De toute façon tu n’avais pas forcément beaucoup de choix, puisque c’était une maison comme tu l’as dit, donc meubler une maison c’est très délicat pour les visites, les gens ont du mal à se projeter forcément

Abdel : C’est vrai

Raph : Ils veulent leurs meubles

Abdel : Ils vont rester pendant longtemps donc

Raph : Tu n’avais même pas le choix là-dessus

Abdel : Oui

Raph : Donc voilà le débat du nue vs le meublé, on le réservera à une prochaine fois

Abdel : C’est vrai,

Raph : Voilà, voilà, du coup, est-ce que tu peux nous dire dans ton parcours d’investissement dans cet investissement-là, est-ce que tu as rencontré des difficultés, des épreuves, notamment vis-à-vis du fait de ce que nous as dit au début de la vidéo, du fait que tu sois malvoyant ?

Abdel : Oui, moi j’ai dû compensé parce qu’au début j’avais un apriori en fait par rapport à mon handicap, par rapport aux banques et je me disais oui les assurances, comme j’ai déjà mon handicap, ils ne vont pas m’assurer, je ne serais pas finançable

Raph : Oui je vois

Abdel : Au vu de mon état

Raph : Trop de risques pour eux

Abdel : C’est trop risqué parce que pour eux ils peuvent imaginer que je devienne aveugle et que je ne puisse plus travailler, toutes ces choses-là

Raph : Du coup, plus de revenus, okay, je vois

Abdel : Plus de revenus, voilà ce qui est quand même assez cocasse parce que justement si j’investis c’est justement pour pallier à ça

Raph : C’est vrai, c’est vrai un peu le post concerné

Abdel : Ce un peu ce que j’avais dit à la banque à un moment,

Raph : Et ils ont dit quoi ?

Abdel : Elle a accepté, mais en fait je lui avais dit ça, avant même qu’elle ne me dise ce qu’elle en pensait en fait

Raph : D’accord, okay

Abdel : J’ai pris les devants

Raph : Okay

Abdel : Et quand tu penses que tu es un insolvable, tu vas avec des idées préconçues, tu préfères donner tes arguments avant de savoir

Raph : Tu te défends avant même qu’on t’est attaquait,

Abdel : Complètement,

Raph : Oui c’est ça

Abdel : Alors que de manières réfléchies tu attends d’abord de

Raph : Oui, c’est une attaque, moi c’est passé comme ça

Abdel : Et du coup en fait, pas du tout, franchement pas du tout, alors j’ai des amis qui me disaient ce genre de choses, je l’ai fait, je ne suis plus handicapé en termes d’handicap, je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais moi je suis handicap à plus de 80% donc difficilement, difficilement, on peut difficilement faire mieux en termes d’handicap, ce n’est pas pour me vanter, mais

Raph : C’est une façon positive de

Abdel : Oui voilà il ne faut pas, il ne faut pas le prendre comme une fatalité et il n’y a aucune différence en termes de financement, aucune,

Raph : Ça était facile ?

Abdel : Il y a juste l’assurance en fait qui disent, qui ne t’assure pas par rapport à une perte d’emploi dû à ton handicap visuel

Raph : D’accord

Abdel : Dans mon cas

Raph : Okay

Abdel : Mais mise à part ça

Raph : Tout le reste est identique ?

Abdel : Ça ne coûte pas plus cher, il n’y a rien non

Raph : Donc là c’est une idée préconçue, tu t’es auto faite, tu t’es auto convaincu, alors que finalement ça n’a pas eu lieu, du tout enfin tout s’est bien passé ?

Abdel : Oui, oui

Raph : C’est vrai que là on peut rebondir sur un bon point, du fait voilà des gens qui disent l’immobilier ce n’est pas pour moi, moi je ne peux pas investir c’est quelque chose qui est fait, pour les autres je n’ai pas la bonne situation pour investir, je ne suis pas assez riche, je ne suis pas assez gros, je ne suis pas assez, je ne sais pas quoi, bref, voilà franchement comme tu me l’avais dit, tu as quelques combos qui font que tu aurais pu être vraiment, tu n’es pas forcément le meilleur client aux yeux des banques, tu es issu d’une famille qui ne sait pas lire, pas écrire, handicapé, malvoyant, et qu’est-ce que tu m’avais dit d’autres au téléphone, ça m’avait fait rire quand tu me l’avais dit, je ne sais plus comment tu m’avais parler

Abdel : Ah oui, ah oui, j’ai tous les handicaps du monde

Raph : Ah oui, peut-être maghrébin

Abdel : Maghrébin aussi, handicapé je suis chiant en termes de

Raph : Oui, donc tout ça pour dire que voilà, arrêtez les idées préconçues, si on veut quelque chose il suffit de se battre pour l’avoir, et généralement le cerveau a cette tendance à toujours imaginer le pire qu’il puisse arriver alors que le pire n’arrive pas, on est dans un avion, on imagine que l’avion va cracher, on est dans un TGV ça tremble un peu, ça va dérailler, on est dans la rue, dans une ruelle sombre la nuit, je vais me faire agresser, on imagine toujours le pire et le pire n’arrive presque jamais, donc

Abdel : Mais de toute façon c’est incroyable, je te promets, mais c’est un, quand j’y repense comment j’étais paralysé par ça

Raph : Ça te faisait peur ?

Abdel : Des fois je te promets, j’ai failli ne pas le dire

Raph : Oui

Abdel : Après je me suis dit, de toute façon je vais le cacher combien de temps

Raph : Il faut être honnête

Abdel : Un investissement, de toute façon quand je me rends là-bas et que visuellement je dois signer des papiers ça se voit

Raph : Oui si tu te rapproches du papier, donc c’est complètement

Abdel : Quand je prends un papier moi, déjà il faut que je sois comme ça,

Raph : C’est vrai, oui ?

Abdel : Tu vois le soleil, grosso modo, ce ne sont pas des choses, moi personnellement, à titre personnel que je pourrais cacher

Raph : Non, ça ne sert à rien

Abdel : Franchement, tout est possible, alors pour les travaux, comment j’ai dû m’adapter

Raph : Dis-nous un peu parce que c’est important dans l’immobilier de voir

Abdel : Oui

Raph : Les travaux, l’avancement, lire les documents, les assemblées générales, faire les chiffres etc

Abdel : Moi c’est simple, tout ce qui est math, je suis scientifique pour calculer la renta

Raph : Okay, facile

Abdel : Il y’a une application plus que j’utilise depuis, qui est vachement pratique, mais il faut repasser derrière quand même parce que si tu fais faire à une application, ce que tu ne comprends pas c’est un peu cocasse

Raph : Ça ne sert à rien, oui, oui

Abdel : Donc j’avais cette application-là pour être sûr, sur mon prévisionnel

Raph : Que ce soit bon,

Abdel : Que ça passait

Raph : oui

Abdel : Et j’ai par rapport aux travaux, parce que moi de toute façon ça ne sert à rien que je visite un truc pour voir les détails, vu je ne les vois pas

Raph : C’est ça donc tu viens avec un artisan ?

Abdel : Dans mon cas j’utilise en fait, il y’a toujours des moyens de compensés

Raph : Okay

Abdel : Toujours

Raph : Dis-nous ? Donne-nous un exemple.

Abdel : C’est-à-dire que moi dans mon cas j’ai de la famille qui est dans l’investissement

Raph : Qui connais

Abdel : Donc je fais confiance

Raph : Bien-sûr

Abdel : Donc je ne prends pas le risque, mais grosso modo, voilà j’ai l’immeuble en question, je ne l’ai même pas visiter

Raph : Ah oui ?

Abdel : Ah non

Raph : Tu as signé sur quel, sur quel ?

Abdel : J’ai eu une heure pour signer, c’est-à-dire que c’était, le compromis allait être signé avec quelqu’un le vendredi

Raph : Okay

Abdel : Et moi je devais donner ma réponse mercredi d’avant

Raph : Okay

Abdel : Pour

Raph : Bloquer l’affaire ?

Abdel : Pour bloquer l’affaire sûr, parce qu’il y’avait quelqu’un d’autre qui le voulait

Raph : Okay

Abdel : C’était une succession et donc dans l’heure on m’appelait et je devais dire oui ou non dans l’heure, donc comme je disais il faut être réactif

Raph : Exactement, raison de plus, exemple

Abdel : Je me suis dit voilà, oui

Raph : Exact

Abdel : Donc moi pour les travaux en fait, comme je suis en île de France le bien il est en

Raph : En région Lilloise ?

Abdel : En région Lilloise j’ai délégué à mon père, bon il se trouve que j’ai fait les choses de manière à ce que ça ne soit pas loin de notre domicile, donc c’est facile à suivre

Raph : Et bosser en famille ?

Abdel : Oui, voilà, mais il y’a toujours des compensations, pour moi c’est la famille dans mon cas, d’autres ça sera d’autres compensations, il y’a tout, tout problème à une solution.

Raph : Okay, est-ce que tu peux nous dire dans ton parcours peut-être la chose que tu retiens le plus dans ton investissement de A à Z, quelle a été l’étape peut-être la plus compliquée ou la plus cocasse, je n’en sais rien, une anecdote peut-être, est-ce que tu en as une ?

Abdel : L’anecdote, l’anecdote

Raph : Dans les travaux, dans le financement, dans la recherche, dans, ou un conseil ou une petite erreur que tu as fait qu’il faudrait essayer d’éviter

Abdel : Alors

Raph : Là je sens que tu penses à quelque chose

Abdel : En fait le problème, en fait le truc, je pipotais un peu, c’est-à-dire quoi, grosso modo mon père il me reprochait que je voulais du bas de gamme, pas du haut de gamme, du moyen plus

Raph : Okay

Abdel : Au prix du bas de gamme

Raph : Okay

Abdel : Et forcément, il n’osait pas me dire non, donc il compensait des fois les coups, et tout ça, c’était une négociation, quel carrelage on va mettre,

Raph : Avec la famille,

Abdel : Alors le pire quand je lui dis que je vais mettre des spots, il m’a regardé avec des yeux, parce que lui il connaît le temps de travail de mettre une lampe et des spots

Raph : C’est lui qui va faire oui, oui

Abdel : Mais ils l’ont fait quand même

Raph : Okay

Abdel : Mais la grosse difficulté c’était de faire ce que je voulais moi, et en plus c’est vrai que je suis un peu strict, alors je suis

Raph : Tu es exigeant ?

Abdel : Je suis un peu exigeant

Raph : Okay

Abdel : Mais je me rends compte que j’étais fort quand même, j’étais fort, non je n’étais pas réaliste, ils l’ont fait quand même

Raph : Okay, parce que c’était la famille

Abdel : Voilà, ils l’ont fait quand même, après les ouvriers qui ont travaillaient ce n’étaient pas la famille

Raph : Bien-sûr

Abdel : Mon père comme c’étaient eux qui les manager, qu’ils faisaient le mètre, ils arrivaient à se, ils ont compris qu’ils me rendaient un peu service, c’était de bonne guerre, voilà c’était surtout cette difficulté-là de mettre une douche à l’italienne plutôt qu’une baignoire simple, bam bim bam

Raph : Le choix de ce qu’on va faire à l’intérieur

Abdel : C’était surtout ça et de restait sur le budget

Raph : Okay, okay, je vois très bien

Abdel : Parce que je ne voulais pas de compromis

Raph : Oui, c’est ça, tu voulais le top

Abdel : Mais à l’avenir j’ai retenu la leçon, à l’avenir je sais qu’il faut faire toujours des compromis et là j’ai eu de la chance, je prends ça comme une opportunité qui m’a été offerte, de travailler avec des membres de ma famille, mais à l’avenir je ne me reposerais pas sur ça

Raph : D’accord

Abdel : Je sais que je me suis rendu compte après coût du travail accompli, que vraiment je n’ai pas, c’était bon marché par rapport au travail fait

Raph : Okay, chaque chose à un prix

Abdel : Oui, chaque chose à un prix, je suis même gêné

Raph : Oui, vis-à-vis de ta famille ?

Abdel : Ah oui, quand même parce qu’ils se sont, mais pour moi l’important c’est que je l’ai compris

Raph : Okay, super, est-ce que tu peux pour conclure un petit peu cette vidéo-là, je ne sais pas, nous donner un message aux gens qui regardent cette vidéo et nous dire un petit peu je ne sais pas s’il y’a une leçon à retenir ou un message peut-être un peu d’espoir aux gens qui n’osent pas peut-être par leur situation qu’ils ont, x ou y, les motiver leur dire que voilà, eux aussi c’est possible de faire quelque chose ?

Abdel : Heureusement, sinon on n’en serait pas là, mais moi, si je peux vous dire un truc, dans mon cas personnel alors c’est vrai on pourra dire oui il a été facilité, troisième génération d’investisseur,

Raph : Pas forcément lié à ça,

Abdel : Ce n’est pas un avantage, parce que quand vous n’avez pas compris là, vous avez beau à voir le monde entier qui investit dans l’immobilier, si vous n’avez pas, vous n’avez pas

Raph : Le mindset

Abdel : Oui le mindset,

Raph : L’état d’esprit

Abdel : Vous ne savez pas ce que vous voulez, en fait c’est ça, je pense c’est qu’est-ce qu’on veut en fait, parce que si on veut l’indépendance financière, investir si on veut ça, on sait qu’est-ce qu’on veut, on veut du temps et on veut de l’argent en même temps, le meilleur ratio temps, grosso modo vous vous mettrez dans une situation où vous n’aurez pas le choix que d’investir, vous voyez ce que je veux dire

Raph : Oui

Abdel : C’est une question d’être honnête avec soi-même sur ses objectifs

Raph : Okay

Abdel : On ne peut pas dire, tu vois, on ne peut pas dire, oui je veux être riche, mais tu veux être riche comment, tu veux avoir une entreprise que tu gères 24 heures sur 24, certes tu seras millionnaire, mais tu n’auras pas le temps, tu veux, tu veux par exemple un investissement en bourse, mais dans ce cas-là, il va falloir t’accrocher pour avoir la, et en fait ça dépend de comment tu te vois plus tard, est-ce que tu vois, comment tu vois ton ratio temps-travail

Raph : Okay

Abdel : Et si ton ratio temps-travail par rapport à ce que tu projettes, il correspond à l’immobilier, finalement j’ai envie de vous dire que vous n’avez pas le choix

Raph : Okay

Abdel : Ce n’est même pas une question de mindset, vous êtes honnête avec vous-même, vous dites je veux ça, l’immobilier s’imposera de toute manière

Raph : Okay, donc agir en conséquence de ce qu’on veut vraiment, savoir établir ses objectifs, savoir vers où on veut aller, est-ce qu’on veut plus de temps, plus d’argent, un peu des deux et agir en conséquence, et faire ce qu’il faut pour arriver là où on veut arriver. Okay, très belle vidéo, merci beaucoup en tout cas, Abdel pour cette vidéo, je te serre la main, je te dis merci

Abdel : Je t’en prie, c’est avec plaisir,

Raph : Voilà, si vous avez aimé cette vidéo, n’hésitez pas à la likez, à mettre un petit like, un petit pouce bleu ci-dessous, à la commenter, si vous avez des questions, on pourra y répondre avec plaisir, à la partager avec quelqu’un qui pourrait être intéressé par ce genre de vidéos ou qui pense qu’il ne peut pas investir dans l’immobilier alors qu’il le peut très certainement et encore une fois n’oubliez pas de bien lire la barre de description pour récupérer gratuitement votre petit pack de bienvenue et avoir accès à mon catalogue de formation, si investir en immobilier est quelque chose qui vous intéresse, je pense que vous allez pouvoir retrouver tout un tas de choses pour vous aider à investir dans l’immobilier donc on vous dit à très, très vite, enfin je vous dis à très bientôt, ciao, ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *