Faut-il investir en France avec un PEA ou aux USA avec un compte-titres ?

Lorsqu’il s’agit d’investir en bourse, on arrive très rapidement sur ce débat épineux : faut-il n’investir qu’en France et en Europe avec un PEA nous permettant d’obtenir une fiscalité de 0% (hors prélèvements sociaux) après 5 ans de détention OU faut-il investir aux Etats-Unis, le meilleur marché boursier du monde, à travers un compte-titres et accepter de payer une Flat Tax de 30% ?

Beaucoup de français prennent un raccourci et estiment que si on peut avoir 0% de fiscalité, alors il faut foncer. Le français est allergique à l’imposition… avant même d’avoir gagné le moindre centime !

Pour autant, il faut considérer sur quelle performance cette fiscalité va être appliquée… Car si vous appliquez une fiscalité de 0% sur un tout petit résultat, vous pouvez gagner bien moins d’argent que si vous appliquez une fiscalité de 30% sur un bien plus gros résultat.

C’est ce que j’explique dans cette vidéo, démonstration à l’appui.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c​

Faut-il investir en France avec un PEA ou aux USA avec un compte-titres ?

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Sujet sensible aujourd’hui, les amis, puisque je vais répondre à une question qui revient systématiquement dans mes programmes, dans mes groupes dans lesquels on peut échanger autour de l’investissement en Bourse et dans les actions à dividendes.

C’est : « Oui, mais Raphaël, est-ce que tu n’es pas sûr que finalement, quand même, quand on regarde quand même un petit peu plus en détail, est-ce que tu es sûr que ce n’est pas mieux d’investir en Bourse en France avec mon bon vieux PEA plutôt que d’aller investir aux Etats-Unis avec un compte-titres qui va me coûter de l’argent, puisque je vais avoir la retenue à la source sur les dividendes, et que je vais devoir payer la flat tax ? »

Donc voilà, si aujourd’hui, vous êtes familiarisé avec tout ça, on va faire rapidement un petit topo.

En gros, je vais t’expliquer pourquoi.

Si vraiment, on veut faire les choses simples, je vais t’expliquer pourquoi, non, ce raisonnement n’est pas bon, et que si on a un produit avec 0% d’impôts, ce n’est pas pour autant que ça soit le meilleur produit.

Et en fin de vidéo, je te montrerai le fruit de 2 études sur les dividendes entre la France et les Etats-Unis.

Première chose à avoir en tête, c’est qu’aujourd’hui, on a 2 supports pour investir en Bourse. Ça, je pense que c’est vu et revu. Si tu t’intéresses à la Bourse, je pense que tu connais ça.

On a le PEA, le produit purement français. Okay ?

Et on a le CTO qui est le produit – on va dire – « monde ». C’est-à-dire que partout dans le monde, les gens, ils utilisent l’équivalent d’un CTO, d’un compte-titres ordinaire pour investir en Bourse, mais en France, on a un produit qui est uniquement réservé aux Français.

Je te fais vraiment très simple, cette explication.

C’est le PEA, le plan d’épargne en actions, qui permet d’investir à la fois sur des entreprises françaises, et également quelques-unes européennes.

Et aujourd’hui, le législateur français a fait en sorte que le PEA, il a 0% d’imposition s’il a 5 ans de maturité, 5 ans d’ancienneté.

Donc au bout de 5 ans d’ouverture de ce PEA, on a 0% d’imposition, c’est ce qui attire énormément de Français à vouloir investir sur le PEA, puisqu’aux Français, dès qu’on leur dit 0%, ça les intéresse.

Pinel, PEA, ils ont tous envie de sauter dessus, et souvent, on se fait un peu quand même baiser à la fin.

Donc c’est 0% d’impôts sur le revenu, malheureusement, la CSGCRDS et ses contributions sociales, on doit les payer, il n’y a pas de magie non plus.

Avec le CTO, le problème, c’est qu’on paie tout de suite la flat tax de 30% ou on peut être imposé sur son impôt sur le revenu.

Donc c’est un calcul à faire, de voir si c’est plus intéressant d’être imposé à 30% et la flat tax ou sur son IR. On ne va pas revenir là-dessus dans cette vidéo.

Et en fait, la deuxième chose à prendre en compte, c’est que moi, personnellement, je dis toujours qu’il faut investir aux Etats-Unis, sur le marché américain. Pourquoi ?

Parce que c’est le plus performant depuis longtemps. Il est beaucoup plus ancien également. Le CAC40, c’est quelque chose qui est quand même assez récent.

On a également beaucoup plus de données financières. On a beaucoup plus de data. On a les plus belles entreprises du monde.

On a les entreprises les plus généreuses en termes de dividendes. On a plus de rentabilités. On a des dividendes qui sont versés plus fréquemment, donc on va réinvestir plus vite.

Bref, il y a énormément de raisons – encore une fois, je ne vais pas rentrer dans toutes les raisons dans cette vidéo – qui font que le marché américain, par définition, c’est le plus beau marché au monde en termes de rentabilités, et en termes de générosité sur les dividendes, quand il s’agit d’investir en Bourse pour du dividende.

Donc moi j’ai toujours investi aux Etats-Unis, et non pas en France. Le problème, c’est qu’en France, beaucoup de Français, trop de Français sont chauvins.

On est né en France, on travaille en France, on investit en France, on dépense en France. On fait tout en France.

Le problème, c’est que je pense que vous devriez avoir une vision plus globalisée. On est sur la même planète Terre, tous les êtres humains.

On a juste des pays qui sont différents, mais ce n’est pas pour autant qu’on doit se concentrer sur un seul pays.

Et donc, le problème de ces Français qui vont répondre tout le temps : « Oui, mais Raphaël, moi je veux le PEA puisque je suis à 0%, donc je ne vais faire que du français », le problème, c’est qu’en France, on n’a pas les plus belles entreprises du monde.

On a quelques entreprises qui sont sympathiques. On a 2-3 entreprises qui sont sympathiques pour des dividendes, mais sur les 40 entreprises du CAC40, malheureusement, il y a très peu de choses à se mettre sous la dent.

Donc l’idée de se dire : « Moi, je ne vais pas payer d’imposition et me mettre à 0%, et c’est pour ça que je vais sur le PEA », sur papier, c’est intéressant puisqu’encore une fois, le Français, la fiscalité, c’est toujours la chose qu’il regarde en premier avant même de gagner de l’argent.

Son souci, c’est très bizarre. On gagne quand même de l’argent et on optimise la fiscalité. Le Français, il n’a pas encore gagné d’argent qu’il veut savoir combien il va payer d’impôts, sur zéro.

Donc ça, c’est un peu bizarre aussi, mais le Français, il fait ce résultat.

C’est pour te dire que s’il a, je ne sais pas, 5% de rentabilité sur son portefeuille et qu’il paie 0% d’impôts, à la fin il reste mes 5%.

On laisse de côté tout ce qui est frais de passage d’ordre, etc. On fait vraiment très simple ici.

« Il va me rester mes 5% parce que j’ai 0% d’impôts. » Je fais très simple également parce que je t’ai dit qu’on a 0% d’impôts au bout de 5 ans mais donc on a encore la CSGCRDS.

Les règles du PEA, c’est que tout ce qui reste dans le PEA, ce n’est pas imposé. Donc c’est pour ça qu’on considère ici, 0%.

C’est que lorsqu’on veut sortir que l’on va payer 0% d’impôts plus la CSGCRDS.

Donc c’est pour ça que les Français se disent qu’on a 0% d’impôts, parce que tout ce qui se passe dans l’enveloppe du PEA, aussi bien les achats, les reventes, les dividendes encaissés, ne sont pas imposés tant que ça reste dans le PEA, avant ou après 5 ans.

Vous pouvez faire ce que vous voulez dans votre PEA. Donc c’est pour ça que c’est confortable. On ne va pas se mentir.

Si vous avez aujourd’hui des valeurs françaises et européennes, il faut les mettre dans un PEA. Mais le problème, c’est que beaucoup de gens s’arrêtent là et se disent : « Je ne vais pas aller voir ailleurs. Je ne vais pas essayer de chercher mieux, parce que j’ai mon PEA, j’ai mon 0%, ça me convient. »

Donc ici, il y a 5% dans notre exemple.

Supposons qu’aux Etats-Unis, on ait 10% de rentabilité, et qu’on ait 30% d’imposition. Qu’est-ce qui va se passer ?

Dans un pays à 30% d’impôts, l’équivalent de la flat tax… On laisse de côté tout ce qui est retenue à la source, s’il y a du dividende, des choses comme ça. On veut faire vraiment très simple ici dans la démonstration.

Donc 30% d’impôts : à la fin, il nous reste 7%.

Donc on voit dans ce schéma qu’ici, on a 0% d’impôts, il nous reste 5%, et ici, on a payé 30% d’impôts et il nous reste 7%. Pourquoi ?

Parce que la rentabilité, ici, elle était plus élevée. Et c’est ça qui fait la différence. Ce n’est pas la ligne impôts (combien on va payer ?).

C’est « combien la rentabilité ? » Il faut englober dans l’équation tous les paramètres. Il ne faut pas simplement s’arrêter sur le paramètre « imposition ».

Il faut surtout se concentrer sur le paramètre « rentabilité », et si on paie des impôts, ce n’est pas mauvais, puisqu’à la fin, ici, il nous en reste plus.

Le problème, c’est qu’en France, on est allergiques à l’impôt. Et en fait, c’est une réalité.

Et ici, disons que l’exemple, c’est un peu biaisé. J’ai pris des chiffres au hasard, etc., mais c’est la réalité. C’est qu’aux Etats-Unis, il y a plus de performance qu’en France, largement.

Vous pouvez regarder sur internet, ou encore une fois, je fais mon instant promo de mon livre « La Magie des Dividendes », un livre de 704 pages dans lequel je parle en long, en large et en travers des actions en Bourse, de l’investissement dans les actions à dividendes.

Et je cite beaucoup d’études académiques et scientifiques qui démontrent que clairement, le marché américain, c’est celui qui a le plus de performance.

Et donc, je ne sais plus ce que je disais précisément mais j’essaie de te dire qu’on a aux Etats-Unis plus de performance.

On va payer des impôts, mais à la fin, il en restera plus dans la poche, alors qu’en France, on n’a pas à payer d’impôts, mais à la base, on a moins de rentabilité, donc il nous en reste moins à la fin.

Donc c’est ça qui m’énerve chez beaucoup de mes prospects ou de mes clients, ou des gens qui commentent mes vidéos, qui me disent : « Oui, mais Raph, il y a le PEA à 0% ! »

J’ai l’impression de me répéter, de me répéter, et de me répéter. Et c’est pour ça que je vais linker maintenant le lien vers cette vidéo, et on a plus de rentabilité aux Etats-Unis.

On paie des impôts, oui, mais à la fin, il nous en reste plus dans notre poche. Et en tant qu’investisseur, je pense qu’on est assez d’accord pour dire que le but, c’est de gagner de l’argent.

Donc, on veut qu’il y en ait plus dans notre poche.

Donc oui, on paie des impôts, mais encore une fois, payer des impôts, ce n’est pas mauvais. Si vous payez des impôts, c’est que vous gagnez de l’argent, donc c’est très très bien.

Donc voilà ce que je voulais vous dire. Je vais vous montrer maintenant les petites études.

Petite chose quand même très importante : je vous ai dit rapidement dans cette vidéo qu’aux Etats-Unis ici, nos dividendes étaient versés plus rapidement. En France, la tendance, c’est de verser les dividendes une fois par an ou généralement 2 fois par an.

Aux Etats-Unis, on va les verser 4 fois par an, et parfois même jusqu’à 12 fois par an, avec un dividende mensuel.

La tendance quand même aux Etats-Unis, c’est 4 fois par an, chaque trimestre. En France, c’est quand même plutôt une fois par an, voire 2 fois par an.

Rares sont les entreprises en France qui vont le faire 4 fois par an.

Et donc, ça veut dire quoi ? Cela veut dire que si on a un dividende qui est versé plus régulièrement, qu’est-ce qui se passe ?

Ce dividende, on le réinvestit plus vite dans de nouvelles actions.

Ces nouvelles actions nous regénèrent plus vite de nouveaux dividendes qu’on peut réinvestir encore plus vite dans de nouvelles actions.

Bref, on a ces intérêts composés qui sont accentués, qui vont plus vite, alors que si on touche un dividende une fois par an ou 2 fois par an, on peut réinvestir ces dividendes immédiatement dans de nouvelles actions qu’une fois par an ou 2 fois par an, donc beaucoup moins vite.

Et donc, les intérêts composés vont beaucoup moins vite.

Donc en plus d’avoir moins de performance en France, on a un réinvestissement de nos dividendes qui sont effectués beaucoup moins rapidement, et donc déjà, ce sont 2 paramètres qui font que c’est dégradé.

Parce qu’encore une fois, on n’a pas d’impôts, mais on a moins de performance à la base dans nos entreprises, et en plus, on a des dividendes qui sont versés moins régulièrement, donc on peut réinvestir moins vite nos dividendes.

Donc ça, ce ne sont que 2 arguments, et malheureusement, il y en a d’autres qui sont en défaveur de la France, et qui sont en faveur des Etats-Unis. Encore une fois un instant promo, mais j’en parle en long, en large et en travers dans mon livre.

Pour t’amener cette vidéo, je voudrais te montrer des liens de 2-3 études, rapidement à l’écran (je vais te mettre les screenshots maintenant), où on va voir la différence entre ce qui s’est passé en France et aux Etats-Unis (nos 2 pays de comparaison) pendant la crise du coronavirus sur le versement des dividendes.

Et on va voir que malheureusement, les dividendes sont beaucoup moins pérennes en France, ont souvent tendance à être payés beaucoup plus rapidement qu’aux Etats-Unis où il y a une vraie culture du dividende.

C’est-à-dire qu’en France, si ça ne va pas bien, c’est la crise, on va tout de suite dire à l’entreprise : « Coupez les dividendes », ou d’elles mêmes, les entreprises vont couper les dividendes, alors qu’aux Etats-Unis, on est plutôt contents en tant qu’actionnaires, puisque les entreprises américaines ont une vraie culture du dividende, une vraie culture de l’argent, et elles font en sorte de toujours maintenir le dividende coûte que coûte pour satisfaire les actionnaires.

En France, c’est beaucoup moins la réalité. On voit que la culture autour du dividende, ce n’est pas du tout la même, et s’il faut couper les dividendes, on coupe les dividendes.

Donc la première étude que je vais te montrer sur l’écran, c’est cette étude qui va te démontrer quel a été l’impact en fait du versement des dividendes marché par marché.

Donc on peut voir les marchés émergents, les marchés japonais, les marchés nord-américains, ce qui nous intéresse le plus. Donc là, il intègre le Canada avec, le marché nord-américain, mais c’est plutôt la même culture : Canada, Amérique tout court, USA, c’est la même culture.

Et on va comparer ça à l’Europe ex UK (2ème ligne), et on peut voir qu’en Europe ex UK, pour le 2ème trimestre 2020, les dividendes ont été diminués de moins 44,5% alors qu’aux Etats-Unis, Nord Amérique en tout cas, les dividendes ont augmenté de 0,1%.

Donc je vous laisse imaginer la différence que ça représente – c’est juste énorme – qu’ôter -44,5% et de l’autre côté, une augmentation en pleine crise du coronavirus de 0,1% des dividendes.

Donc c’est juste énorme. Et si on regarde bien aux UK, -54,2%, c’est juste effrayant, je trouve personnellement.

Donc encore une fois, même si vous payez 30% d’impôts aux Etats-Unis, je pense qu’on gagne plus d’argent à payer 30% d’impôts sur 0,1% de performance, qu’en payant 0% d’impôts sur -44,5% de performance.

Donc voilà, je suis peut-être un petit peu arrogant en vous disant ça, mais c’est la réalité.

Aujourd’hui, le marché américain, il est plus solide, il est plus robuste, il est plus généreux, et c’est une réalité, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Quand on regarde également cette deuxième image, ce sont les dividendes qui ont été payés d’avril à septembre 2020, et on voit quand même que les dividendes payés ont été supérieurs à ce qui a été supprimé en termes de dividendes, parce que pas mal d’entreprises dans beaucoup de pays ont supprimé les dividendes.

Et c’est quand même rassurant. On voit qu’il y a quand même eu plus de dividendes qui ont été payés que de dividendes supprimés. Donc ça, c’est plutôt cool.

Mais quand on regarde qui sont les grands gagnants et les grands perdants, on voit que le plus de dividendes payés, c’était aux Etats-Unis. On voit ici la grosse bulle.

Et le plus de dividendes supprimés, ça a été en Angleterre et en France.

Alors, évidemment, je vous vois venir, et c’est extrêmement important à prendre en compte en effet, c’est qu’il faut prendre en compte la taille de chaque marché.

C’est-à-dire que le marché américain, je l’ai dit à l’instant plusieurs fois, c’est le plus gros marché mondial, le plus gros marché par capitalisation.

Donc c’est logique ici que ce soit le plus gros cercle, et qu’un pays par exemple comme la Norvège, ou l’Espagne ici, ou l’Afrique du Sud, ou les Pays-Bas ici, ou la Belgique, sont des plus petites bulles, parce que ce sont des plus petits marchés. Donc c’est normal.

Mais l’idée, c’est de se dire que quand même, ceux qui ont le plus coupé de dividendes dans la bulle ici de ceux qui ont coupé les dividendes, malheureusement, c’est la France et le UK, qui représentent la plus grosse bulle.

Donc encore une fois, ça veut tout dire. Je ne vous explique pas pourquoi. C’est simplement la culture du dividende qui est totalement différente par rapport aux Etats-Unis.

Et en bonus, je vais te montrer ce petit tableau qui n’a pas réellement grand-chose à voir avec la différence entre les Etats-Unis et la France, mais c’est un petit bonus que je te fais.

C’est une petite comparaison entre les crises de 2008 et de 2020, pour voir un petit peu quels sont les secteurs qui ont les mieux performé ou qui ont les moins bien performé finalement en pleine crise.

Et on se rend compte que le secteur qui a le mieux performé, c’est le secteur qu’on appelle aux Etats-Unis les « utilities », tu peux le voir avec le double 0. En français, c’est le « service aux collectivités ».

C’est tout ce qui fournit un besoin primaire pour les êtres humains, c’est-à-dire électricité, gaz, chauffage, etc.

Et l’avantage de ces entreprises, c’est qu’elles ont souvent de gros revenus récurrents, et donc prévisibles. Elle sait combien il y a d’habitants dans un pays, qui vont consommer forcément de l’électricité ou du gaz à tel prix.

Donc c’est facile d’estimer plus ou moins les revenus que ces entreprises vont avoir.

Et on voit que dans la crise financière de 2008 et la crise sanitaire de 2020, c’est ce secteur qui a le mieux résisté puisqu’il y a eu zéro suspension de dividendes versés.

Et donc ça, je trouve que c’est super intéressant, de voir que c’est un secteur qui visiblement a une bonne robustesse et qui est important à avoir dans son portefeuille.

De toute façon, de façon générale, il faut toujours diversifier de façon sectorielle, dans plusieurs secteurs, services collectivités, santé, biens de consommation courante, immobilier, financiers, etc. pour limiter ses risques.

Mais c’est intéressant de voir que ce secteur est bien robuste. Crise ou pas crise, de toute façon, il faut se chauffer, il faut s’éclairer, etc.

Donc voilà ce que j’avais à te dire concernant cette vidéo, la différence entre le marché français et le marché américain, pourquoi malgré l’existence du PEA, c’est avec un CTO et en investissant aux Etats-Unis que vous allez avoir le plus de performance.

Dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires. Je sais que cette vidéo va forcément polariser les gens, avec les pro-Français, les pro-PEA qui vont dire : « Raph, il dit n’importe quoi. Même si tu me sors toutes les études académiques du monde, je ne te croirais pas. C’est mieux d’investir en France avec un PEA. »

A ces gens-là, je leur dis en ce moment : « Aucun souci. Faites-le. Soyez contents avec vos investissements. Allez-y. Il n’y a aucun souci. »

Moi, j’ai longuement étudié. Croyez-moi que pour écrire ce livre de 704 pages remplis de ressources académiques, je n’ai pas pris 3 heures de mon temps pour le faire. Ça m’a pris 9 mois d’écriture à temps plein, tous les jours pendant le confinement en 2020, de recherches, d’analyses, de conclusions.

Donc croyez-moi qu’aujourd’hui, mon avis, il est très tranché. C’est aux Etats-Unis… Et croyez-moi que les Américains, je les aime pas plus, ce ne sont pas les personnes que je porte le plus dans mon cœur, mais pour ce qui est business et ce qui est argent, start-ups, Bourse, etc., ce sont les meilleurs. Il n’y a rien à dire là-dessus.

Donc voilà les amis. Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous. Petit Like, abonne-toi à la chaîne YouTube si ce n’est pas encore fait.

Lis bien la barre de description. Tu retrouveras pas mal d’informations sur tout ce qui est investissement en Bourse dans les actions à dividendes.

Tu y retrouveras mon livre, mais également d’autres choses, tels qu’un service mensuel dans lequel je te partage les positions que je prends moi-même avec mon propre argent en Bourse tous les mois.

Tu retrouveras également une formation vidéo de 30 heures dans laquelle je t’apprends comment personnellement j’analyse une entreprise cotée en Bourse sur la base des bilans comptables… On fait une analyse fondamentale ensemble.

Je t’apprends tout ça pendant 30 heures de formation. C’est éligible au CPF. Tout est dans la barre de description.

Et je te dis à très très vite pour une prochaine vidéo. Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.