Est-ce que l’argent fait le bonheur ?

Pas de longs discours dans cette vidéo mais simplement l’histoire d’un homme d’affaires américain et d’un pêcheur mexicain que je vais te raconter…

La conclusion de l’histoire pourrait être simple et joyeuse sauf que, ‘malheureusement’, je vais la prolonger un peu plus avec des théories financières pessimistes pourtant bien réalistes…

Je pense, sans hésitation, que l’argent fait le bonheur. Et toi ?

🏆Mon Programme Haut-De-Gamme pour devenir Indépendant Financièrement (3 jours offerts avec le code “3JOURS”) : https://clubmillionnaire.fr/eef

Est-ce que l’argent fait le bonheur ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Salut les millionnaires! J’espère que vous allez bien. Ecoutez, de mon côté, moi, je suis posé tranquillement, et aujourd’hui, je vais vous parler de: Est-ce que l’argent fait le bonheur?

Je sais, la question a été vue et revue, et encore re-revue, mais j’ai envie de te raconter… Je ne vais pas la faire en mode philosophique, cette vidéo. Je vais tout simplement te raconter une histoire. Tu sais quoi? Je vais même te la lire, l’histoire. Elle est devant moi. Tu la connais certainement. Mais reste bien jusqu’à la fin de cette histoire parce qu’il y a une chute que tu ne connais certainement pas, et au moins une chute dont on n’a pas l’habitude de dire, qu’on ne raconte pas toujours.

Avant qu’on commence cette vidéo, comme d’habitude, clique bien sur le bouton “S’abonner”. Tu recevras en avant-première toutes les prochaines vidéos. Et lis bien la barre de description puisque j’ai un petit cadeau pour toi. Il s’agit d’un pack de bienvenue au contenu 100% secret pour commencer à amorcer ton indépendance financière et gagner de l’argent, en espérant qu’il fasse ton bonheur.

Donc justement, est-ce que l’argent, ça fait le bonheur? Ah oui, je ne t’ai pas dit également. Très important. Ce livre-là, je te l’offre. C’est mon livre “Des bancs de la fac à l’indépendance financière”. Dans la barre de description, tu retrouveras toutes les informations. Il arrivera chez toi. Tu as juste à payer les frais de port, et ça arrivera immédiatement chez toi. Hop! Je le pose ici.

Donc laisse-moi te raconter cette petite histoire. Accroche-toi bien. Allonge-toi bien dans ton canapé comme je le suis, moi. Mets-toi bien au fond de ton lit sous ta couette, au fond du métro, ce que tu veux. Je ne sais pas où tu es en tout cas en ce moment. Mais laisse-moi te raconter cette petite histoire, et surtout, reste bien jusqu’à la fin pour la conclusion qui est très importante.

C’est l’histoire en fait d’un homme d’affaires Américain qui se tenait sur le quai d’un petit village de côte au Mexique, et il voit un petit bateau de pêcheurs qui revient. Donc voilà, le pêcheur, il est là tranquillement avec son petit bateau de pêche. Il commence à accoster.

Et à l’intérieur du bateau, l’Américain, il voit qu’il y a des thons très sympas à nageoires jaunes, etc. Et là, l’Américain, il dit au Mexicain: “Ah, bravo pour ton poisson! Très joli! Mais combien de temps il t’a fallu pour les attraper, ces poissons?” Donc là, le Mexicain, il lui dit: “Ben, seulement un petit peu. Pas trop longtemps. Je suis parti 2-3 heures en mer”.

Et l’Américain lui dit: “Mais pourquoi tu ne restes pas plus longtemps en mer, comme ça tu attrapes plus de poissons?” Et le Mexicain lui répond: “Pourquoi? Moi, j’ai assez pour subvenir aux besoins de ma famille, aux besoins immédiats de ma famille, avec ce poisson. Pourquoi j’irai pêcher plus de poissons?”

L’Américain lui demande: “Mais qu’est-ce que tu fais du reste de ta journée du coup? C’est quoi ta journée? C’est quoi ta vie? Parce que je vois, il est déjà tôt. Tu reviens, tu as ton poisson. Qu’est-ce que tu dois faire de ta journée, si tu ne continues pas à pêcher?”

Donc là, le pêcheur Mexicain répond: “Ecoute, moi je dors tard. Je joue avec mes enfants. Je fais la sieste et l’amour avec ma femme. Le soir, je vais jusqu’au village et puis je sirote du vin et des bières jusqu’à ce que je sois pété avec mes copains. Je joue aux cartes. Je fais de la guitare Señor. Tu vois? Donc non, moi je suis bien. J’ai une vie qui est posée. Je suis rempli. Je n’ai pas besoin… Je m’occupe. Tu vois? Je suis un mec busy. Aucun souci.”

Donc là, l’Américain, il dit: “Ouais, mais écoute, moi j’ai un MBA de Harvard. Donc je pourrais t’aider à pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices tu pourrais acheter un plus gros bateau. Avec les revenus que tu vas générer avec ce plus gros bateau, tu pourrais avoir encore plus de bateaux, acheter plusieurs bateaux, et finalement, tu aurais une flotte de bateaux qui iraient pêcher des poissons.

Et au lieu de vendre toutes tes prises, tous tes poissons directement à un intermédiaire qui, lui, va revendre au consommateur, tu pourrais directement ouvrir ta propre poissonnerie et revendre tes poissons directement aux clients. Tu vas gérer toute la chaîne de distribution, de la pêche jusqu’à la vente à tes clients”.

Et là, l’Américain dit: “Voilà, on pourrait tout contrôler. Tu aurais juste à aller à la capitale pour signer des contrats, pour gérer les affaires.” Mais le pêcheur Mexicain le regarde. Il écoute, et il lui dit: “Mais… mais combien de temps ça prend ça?” “Combien de temps ça prend pour gérer cette affaire?” Il demande à l’Américain.

L’Américain, il lui dit: “Oh, 10 à 15 ans”. Et ensuite, le Mexicain lui dit: “Mais après, qu’est-ce qui va se passer? Qu’est-ce qui va se passer une fois que les 10 à 15 ans seront passés?” L’Américain lui dit: “C’est très simple. Au bout de 10 à 15 ans, tu vas pouvoir revendre ton entreprise. Tu vas pouvoir la revendre des millions. Tu vas devenir très très riche. Et voilà, l’affaire est jouée. Tu es millionnaire!”

Et le Mexicain, il dit: “Des millions? Mais à quoi ça sert, des millions?” L’Américain lui dit très lentement: “Eh bien, tu seras à la retraite. Tu pourras te lever tard. Tu pourras dormir avec ta femme, faire la sieste avec ta femme, lui faire l’amour. Tu pourras jouer avec tes enfants. Tu pourras faire ce que tu veux, aller au village siroter du vin et des bières, jouer de la guitare avec tes amis, faire ce que tu veux, te promener le soir.”

Et en fait, la morale de l’histoire classique qu’on voudrait entendre, c’est quoi? C’est que l’argent n’achète pas le bonheur, puisque finalement, ce Mexicain avec ses millions d’euros en plus, qu’est-ce qu’il ferait plus? Rien de plus que ce qu’il faisait déjà avant, en subvenant directement à ses besoins immédiats.

Sauf que… Et c’est là où je t’avais demandé de rester jusqu’à la fin de l’histoire, parce que généralement, l’histoire, si tu la connaissais, on l’arrête ici. On n’entend jamais la suite potentielle de cette histoire. Sauf que voilà, qu’est-ce qui pourrait se passer?

C’est que potentiellement, après, le gouvernement du Mexique cherchant désespérément des impôts – parce qu’on le sait, l’économie mondiale, les gouvernements, les institutions financières ne sont pas en train de briller actuellement – il se met à prélever une série de redevances pour la navigation des bateaux sur la mer. Il met en place une licence, ensuite, il met en place une taxe environnementale.

Bref, il y a des coûts de 400$ qui passent, de 200$, de 100$, de 500$, ensuite des cautions, ensuite il faut payer maintenant pour garer le bateau dans le port. Donc voilà, il y a plein de charges qui sont mises en plus parce que le gouvernement a besoin de taxes, de biffeton.

Sauf qu’il se trouve que le Mexicain qui ne subvenait qu’à ses besoins immédiats, il se retrouve à ne pas pouvoir tout payer parce que c’est chaud pour lui. Il n’avait pas autant de cash de disponible. Donc le problème, c’est que s’il ne paie plus, il sera interdit de pêche.

Donc voilà, il essaie de tout payer, de tout payer, le Mexicain, sauf qu’il n’a plus d’argent pour assurer et avoir la licence pour son bateau et pour aller pêcher. Incapable de pêcher dans sa zone où il avait l’habitude de pêcher, il est obligé de conduire 3 heures au sud vers une autre ville où la qualité du poisson, malheureusement en plus de ça, elle est moins bonne.

Etant donné qu’il doive faire pas mal de route tous les jours pour aller à ce nouveau port où est garé son bateau pour aller pêcher, sa voiture, elle prend chère. Il y a des kilomètres, des réparations, 200$ pour réparer sa voiture, 400$ pour en racheter une parce que l’autre, elle est tombée en panne, des choses comme ça.

Bref, des nouvelles dettes qui viennent se rajouter à une sorte de cercle vicieux, et c’est seulement après que sa voiture est réparée, qu’elle est remorquée dans son petit village de base que l’histoire est encore en train de s’empirer.

Le Mexicain ne paie plus les frais d’amarrage au port, et là, c’est la merde. Il perd son bateau. Le pêcheur Mexicain qui avait passé la majeure partie de ses journées dans un état de manque de préparation parce que forcément, tous ses problèmes financiers, ça lui a pesé sur le crâne, ça l’a stressé, bien loin du monsieur qui buvait son vin tous les soirs, qui faisait la sieste avec sa femme, qui jouait avec ses enfants, là, il ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille.

Sa femme le divorce, et le Mexicain maintenant, il ne chante plus des petites chansons joyeuses quand il va au village pour boire du vin avec ses potes. Il dit des choses du style: “Oui, l’argent, ça peut acheter le bonheur“.

Ah! Quelle belle histoire !

Je ne sais pas comment tu l’analyses, qu’est-ce que tu en penses. Tu pourrais la commenter, cette histoire. N’hésite pas justement dans les commentaires, à me dire ce que tu en as pensé de cette histoire. Est-ce que l’argent, finalement, fait réellement le bonheur?

Comme je te l’ai dit, je ne vais pas te faire une analyse développée. Je ne suis pas là pour ça, et honnêtement, je m’en fous un peu. Je voulais tout simplement te raconter cette histoire et qu’on puisse discuter vis-à-vis de tout ça. Est-ce que l’argent fait le bonheur? Dis-le moi dans les commentaires.

 Honnêtement, je fais partie de ceux qui pensent que oui. L’argent fait le bonheur parce que je ne vais pas te ressortir les phrases bateau: “On n’a jamais vu de pauvre heureux” ou je ne sais pas trop quoi. Non. On ne va pas se voiler la face. Il n’y a même pas de débat à faire. C’est pour ça que j’ai pas développé. L’argent fait le bonheur.

 Donc dis-moi dans les commentaires ci-dessous si pour toi, ça fait le bonheur. Like cette vidéo si elle t’a plu. Partage-la avec des gens qui seraient curieux de réagir. Ce serait intéressant qu’on fasse un petit débat dans les commentaires. Et puis voilà.

En tout cas, si tu penses que l’argent fait le bonheur et que tu veux en faire plus, de l’argent, j’ai peut-être une solution pour toi. Lis bien la barre de description. J’ai un programme phare qui s’appelle l’Ecole de l’Elite Financière dans lequel j’accompagne des étudiants vers l’indépendance financière.

C’est vraiment le programme qui obtient le plus de résultats auprès de mes étudiants, et dans lequel je t’apprends en fait à investir dans les marchés financiers, dans l’immobilier. On parle de psychologie de l’argent. On parle de comment créer un business sur Internet. On parle de comment investir dans les cryptomonnaies, de comment écrire un livre, de comment s’expatrier.

On parle de beaucoup de choses de façon à faire en sorte que tu aies des revenus alternatifs et passifs qui tombent sur ton compte en banque. Donc je t’invite à aller voir ça. C’est dans la barre de description. Il y a certainement quelque chose qui peut t’intéresser là dedans, si tu penses que l’argent fait le bonheur.

En tout cas, merci à toi de m’avoir écouté jusqu’à présent. On se dit à très très vite. Ciao ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *