Comment annoncer à sa famille qu’on devient entrepreneur ?

Lorsque l’on souhaite devenir entrepreneur, il y a parfois cet obstacle de taille qui est celui de la famille et de l’entourage plus globalement. Celui qui vous aime mais qui a peur pour vous et vous déconseillera très fortement de quitter la situation dans laquelle vous êtes actuellement.

Vous voyez ce que je veux dire ? Dans cette vidéo, je te parle de comment j’ai fait la transition de mon côté et, surtout, je te partage ce qui est le plus important pour TOI lorsque tu prends cette décision.

🎁 Récupérer ton Pack de Bienvenue (6 cadeaux offerts) : http://bit.ly/2ssDAiB

#Entrepreneur #Investisseur  #Famille

Comment annoncer à sa famille qu’on devient entrepreneur ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Bon, les amis, sujet délicat aujourd’hui. Comment annoncer à son entourage, à sa famille, à ses amis, à son entourage proche que vous souhaitez devenir entrepreneur ; pourquoi pas même changer entièrement de vie ; faire un switch assez brutal par rapport à ce que vous faites aujourd’hui et votre volonté de devenir entrepreneur ?

C’est une question qui revient assez souvent, je l’ai remarqué dans pas mal de discussions où, généralement, entre entrepreneurs, quand on discute entre nous, assez souvent, on en arrive à se demander à chacun : « Comment tu as annoncé à ton entourage que tu souhaitais devenir entrepreneur ou comment s’est fait le switch ? »

« Est-ce que c’était naturel, est-ce que c’était assez brutal, est-ce qu’ils t’ont soutenu ? »

Généralement, de toute façon, il n’y a pas 20 000 possibilités au niveau de sa famille, de son entourage, de ses amis. C’est soit le soutien immédiat ou c’est soit le rejet immédiat mais généralement, il n’y a pas d’entre-deux quand on parle de ce sujet parce que finalement, c’est soit tout noir soit tout blanc pour une fois.

Et c’est vraiment un vrai sujet parce que je reçois pas mal de messages de personnes qui me disent parfois : « Voilà, Raph, moi, je veux devenir entrepreneur. Je suis jeune. J’ai 19 ans, j’ai 20 ans. Je veux arrêter mes études pour devenir entrepreneur ».

Et c’est super honorable parce qu’il n’y a jamais de choses qu’on fait à moitié. Soit on y va à fond soit on n’y va pas à fond. Et c’est vrai que ça peut être délicat quand on a 17 ans, 18, 19, 20, 21, 22, quand on est jeune, finalement, de prendre cette décision à un niveau de sa vie où finalement tout le monde nous pousse à faire des études et encore plus sa famille.

Et où potentiellement, sa famille n’imagine rien d’autre pour toi que de faire des études classiquement, trouver un travail et évoluer dans ce chemin qui est la vie, enfin, en tout cas, telle qu’on nous l’apprend depuis notre plus jeune âge et qui, finalement, n’est rien d’autre qu’un leurre, qu’un mirage, je fais le poète.

Donc, voilà. Comment « prendre ses couilles en mains » et dire : « Bon voilà, fuck ! J’en ai marre maintenant ! Moi, ma vie, c’est la mienne. Il n’y a personne d’autre qui va la vivre à ma place. Les risques, c’est moi qui les prends, je les assume. Je suis jeune. De toute façon ; j’aurais largement le temps de me relever si jamais j’échoue complètement ».

Et encore une fois, l’idée d’échouer, ce n’est pas quelque chose à avoir en tête quand on y va à 100%. Généralement, il y a peu de chance d’échouer si on se donne clairement les moyens de faire ce qu’il y a à faire.

Encore une fois, il n’y a rien de bien compliqué, finalement. Je n’ai pas envie de dire que ce n’est pas compliqué mais voilà, quand on met les efforts nécessaires, il y a peu de chance finalement de ne pas arriver à ses fins si on laisse le temps au temps et qu’on est persistant et qu’on laisse le temps au temps.

Encore une fois, il n’y a pas de magie, il n’y a pas de richesse du jour au lendemain, il n’y a pas de résultat du jour au lendemain. Et ça, c’est ce que beaucoup de gens ne comprennent pas.

Mais bref, là, ce n’est pas le sujet de la vidéo donc je ne vais pas m’éparpiller là-dessus.

Avant qu’on ne commence cette vidéo, abonne-toi à ma chaîne YouTube. On a déjà commencé mais abonne-toi. Je vois qu’il y a beaucoup de gens qui regardent cette chaîne qui ne sont pas abonnés. Plus de 80% des gens.

C’est un scandale, les gars ! Abonnez-vous ! Vous savez tout comme moi que ça a beaucoup, beaucoup de valeur pour nous en tant que créateurs de contenus.

Je ne sais pas ce type-là il fait, putain. Oh la vache, il a fait une sortie tout droit, le type ! What the fuck !

Wow. Bon, les gars, je ne sais pas ce qui s’est passé mais c’était très chelou. Bon voilà, on a évité la mort en direct peut-être. Non, j’abuse un peu, je fais le Marseillais. Mais bref.

Voilà, abonne-toi à la chaîne YouTube, c’est super important. Donc, comment faire ? Comment ça s’est passé pour moi ?

En tout cas, je vais un petit peu te faire un retour d’expérience également. C’est que moi, j’étais en Médecine. Si tu ne le sais pas, j’ai fais 5 années de Médecine et forcément, quand on est en Médecine, ton entourage peut avoir tendance à croire que tout va bien se passer pour toi.

Les études, 12 années d’études, allez, Inchallah 13 si ça se passe bien, 14, 15, on ne compte plus. Tu deviens médecin, et puis, tu as ton petit cabinet, tu as ton petit salaire et puis, que demander de plus finalement ? On est bien, on est bien, on est bien !

Sauf que non, non, non! Pour moi, je voyais clairement que ce n’allait pas du tout me convenir. J’allais clairement devenir dépressif et potentiellement même tuer un patient si je continuais dans ce chemin-là.

Et je ne savais pas à ce moment-là que ça allait être l’entrepreneuriat qui allait me faire kiffer dans la vie puisque je ne sentais pas au fond de moi, dans mon âme que j’avais cet envie d’entrepreneuriat, je ne pensais pas que j’avais ce potentiel de « leader » mais je me le suis découvert, en fait.

Comme quoi, on ne naît pas forcément entrepreneur, on peut le devenir. Et en fait, j’ai découvert tout ça sur Internet par pur hasard notamment sur des vidéos YouTube, tout comme toi, par exemple, tu tombes peut-être sur ma chaîne YouTube et tu te découvres une passion pour l’entrepreneuriat et l’investissement.

Et moi, ça s’est fait comme ça. Et en fait, progressivement, j’ai commencé à faire le switch en me disant : « Ouais, okay. Là, je comprends que ce n’est pas la Médecine, c’est plutôt l’entrepreneuriat et l’investissement ».

Et ce qui s’est passé, c’est que je n’ai pas tout de suite parlé de tout ça à mon entourage.

Au contraire, j’ai commencé à faire les choses plutôt de mon côté parce que je savais que si j’en parlais tout de suite, ça allait générer de la peur et de l’angoisse parce que finalement, quand votre entourage rejette cette idée catégoriquement pour vous de devenir entrepreneur, c’est non pas qu’elle n’a pas envie de vous soutenir, c’est plutôt qu’elle a beaucoup de peur pour vous et elle est inquiète.

Finalement, votre entourage, généralement, quand il vous retient comme ça, c’est plutôt qu’il est inquiet pour vous en se disant : « Si ça ne marche pas, qu’est-ce que tu vas devenir ? Quand tu vas gagner de l’argent ? Comment tu vas payer le loyer ? Comment tu vas te nourrir ? Je n’ai pas envie d’avoir un Tanguy à la maison jusqu’à mes 35 ans ».

Des choses comme ça. Et c’est vrai que l’entrepreneuriat, c’est le risque. Je veux dire, salarié, il n’y a pas de risque. Quoi que, ça, c’est encore un autre débat.

Mais on va dire qu’il n’y a pas de décision à prendre soi-même. On suit les ordres donc c’est « facile », on se laisse guider. Bien que, encore une fois, pour moi, c’est potentiellement plus difficile d’être salarié que d’être entrepreneur mais ça, c’est encore un autre débat.

Alors que quand on est entrepreneur, il faut tout faire soi-même. Il n’y a rien qui nous tombe tout cuit dans le bec, même si encore une fois, il n’y a rien qui nous tombe tout cuit dans le bec dans la vie, mais il faut prendre des décisions, il faut faire les bons choix, il faut savoir s’entourer, il faut savoir embaucher, il faut savoir manager, il faut savoir faire de la compta, il faut savoir trouver des idées, il faut savoir tout faire et c’est beaucoup plus compliqué.

Donc, c’est pour ça que c’est normal que votre entourage ait peur de ça parce que ce n’est pas donné à tout le monde et on ne va pas se mentir, il y a beaucoup de gens qui souhaitent devenir entrepreneurs et qui n’y arriveront jamais.

Moi, je vois beaucoup de gens arriver par exemple, sur Internet, qui veulent lancer des business sur Internet, qui arrivent, qui font 2 semaines et qui repartent parce qu’ils ont pensé que ça allait être super simple et au final, ça n’a rien de quelque chose de simple.

Et ils se cassent très vite la gueule parce que c’est vrai que ça peut paraître « sexy » de l’extérieur mais mine de rien, si on ne travaille pas dur au début et même de façon assez régulière, il ne se passera pas grand-chose pour toi.

Donc voilà. Il y a généralement 2 types de réactions. Et donc, je te disais mon histoire plus tôt, c’est que moi, j’ai plutôt construit en sous-marin sans rien dire parce que je savais que si je disais cash que j’arrête mes études de Médecine, ça allait générer beaucoup de stress dans mon entourage et ce n’est pas forcément ce que j’avais envie.

Donc, j’ai plutôt préféré construire de mon côté et apporter des résultats, montrer que ça a marché en commençant doucement mais sûrement.

Au début, je suis resté étudiant, je n’ai pas quitté mes études tout de suite. J’ai maintenu mes études en faisant clairement exprès de valider une année toutes mes matières pour valider sauf une pour redoubler volontairement. Comme ça, je n’avais plus qu’une matière.

Comme ça, j’avais énormément de temps libre pendant mon redoublement pour me consacrer à mon business et être à 100% quasiment, vu que je n’avais plus qu’une matière à valider aux partielles.

Et en fait, en faisant comme ça, j’ai pu vraiment bosser comme je voulais sur mon business et commencer à générer un premier SMIC pour pouvoir en vivre ; puis, un peu plus qu’un SMIC et puis consolider tout ça, et puis diversifier dans l’immobilier etc, etc.

Et c’est comme ça que finalement, j’ai pu doucement mais sûrement quitter les bancs de la Fac de médecine. C’est d’ailleurs l’histoire que je relate dans un de mes livres « Des bancs de la fac à l’indépendance financière » que tu peux retrouver dans la barre de description ci-dessous.

C’est un livre qui est devenu Best-seller, donc, il a beaucoup plu. Donc, tu peux le récupérer dans la barre de description et tu y découvriras toute mon histoire de A à Z.

Donc, c’est comme ça que ça s’est fait, en fait, aujourd’hui, même si je n’en ai pas forcément vraiment parlé de but en blanc comme on dit avec mon entourage parce qu’aujourd’hui, ils ne sont plus du tout inquiets parce qu’ils voient que je suis totalement autonome et que je ne demande rien à personne et que je mène ma petite vie tranquillement et que je prends des décisions plutôt intelligentes.

Je ne suis pas du genre à cramer mon blé bêtement. Au contraire, j’investis énormément de mon argent. Je ne suis pas un grand dépensier même si ça peut faire bizarre quand je dis ça alors, je suis dans une Porsche mais c’est pourtant la réalité.

C’est-à-dire que si vous êtes avec moi au quotidien, vous n’allez pas me voir flamber mon cash dans des choses inutiles comme beaucoup de gens peuvent le faire dans des choses que moi, en tout cas, je juge inutiles.

J’ai vraiment un mode vie, comme on dit, monacale. Tu sais, les mecs qui vivent dans les monastères là. Tu peux me donner du pain et de l’eau, et c’est presque la vérité, on me donne des pâtes et des sandwiches, je suis l’homme le plus heureux, j’adore ça. Et de l’eau, et ça me va très bien.

Donc voilà, je ne suis pas quelqu’un qui dépense énormément et j’adore investir. Donc, je pense que pour aujourd’hui, mes proches ne sont pas forcément inquiets pour moi et je pense qu’ils doivent voir que ça se passe plutôt bien.

Donc voilà, en tout cas, moi, le conseil que je peux te donner sur cette vidéo, c’est que n’essaie pas de convaincre des proches qui ne te soutiennent pas ou qui te rejettent fortement à l’idée de devenir entrepreneur parce que tu ne pourras convaincre quelqu’un ; en fait ; finalement, surtout des gens qui sont plus âgés que toi ou qui ont plus d’expériences de vie que toi.

Malheureusement, pour les gens qui ont 40 ans, 50 ans, 60 ans, 90 ans, 80 ans, quand ils reçoivent des conseils ou des propos de la part de quelqu’un qui est bien plus jeune, c’est un peu plus dur pour eux de les entendre surtout de la part d’un fils ou d’un membre de la famille parce qu’ils ont leur passé, ils ont leurs histoires, ils ont leurs expériences de vie et ils ont des croyances qui sont bien ancrés au fond d’eux.

Et ils n’ont plus envie. Tu sais, il y a plein de biais comme ça, cognitifs, qui font qu’on croit toujours à la première expérience qu’on a vécue, on croit toujours à la première information qu’on a reçue, on croit toujours dur comme fer à ce genre de chose.

Et c’est très, très compliqué de faire changer d’avis certaines personnes et encore plus quand il y a cette relation de famille ou d’entourage très proche.

Donc pour moi, ça ne sert à rien de vouloir convaincre des gens qui ne sont pas convaincus. Moi-même, j’ai déjà essayé de convaincre des amis que, par exemple, ce serait beaucoup plus intéressant pour eux, ils seraient plus épanouis que s’ils devenaient entrepreneurs plutôt que d’être dans un travail salarié qu’ils n’aiment pas et dans lequel je vois qu’ils ne sont pas épanouis où ils ne gagnent presque pas d’argent, finalement.

Ils n’arrivent pas à épargner ; ils ne partent pas en vacances quand ils le voudraient.

Bref, je vois qu’il y a beaucoup de gens qui se voilent un petit peu la face mais au final, je sais qu’ils seraient plus heureux s’ils tentaient quelque chose.

Et des fois, ils me disent même qu’ils ont envie mais ils n’osent pas franchir. Donc bref, ça ne sert à rien convaincre les autres.

Encore une fois, il faut vraiment que vous soyez égoïste et que vous fassiez les choses pour vous. Vous travaillez dur, encore une fois, en silence. Comme on dit, le succès se chargera de faire le bruit.

Et une fois que vous avez les résultats, allez montrer les résultats et dire à votre entourage, à vos amis : « Regardez, je suis content que tu te sois inquiété pour moi. Ça m’a prouvé que finalement, tu tenais à moi ».

Parce que finalement, quand quelqu’un s’inquiète pour vous, c’est quelqu’un qui tient à vous aussi. « Mais regarde, j’ai réussi à atteindre les objectifs que je voulais atteindre, je suis beaucoup plus heureux et il ne fallait pas s’inquiéter. Et puis, bref, tout ira beaucoup mieux et tout va bien ».

Voilà, c’est la phrase, tout va bien !

Donc voilà. Dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires ci-dessous. Si tu es déjà entrepreneur, dis-moi comment s’est fait un peu le switch. Est-ce que tu en as parlé avec ta famille, tes amis ?

Est-ce que c’est un petit peu un sujet tendu aujourd’hui ? Dis-moi tout ! Je suis vraiment très, très curieux de savoir parce qu’à chaque fois que j’en parle avec mes amis entrepreneurs comme je te le dis, on se rend compte que ce n’est jamais, jamais évident.

Parce que comme je te le disais à l’instant, ta famille s’inquiète pour toi, c’est entièrement normal. En même temps, on ne veut pas qu’ils s’inquiètent mais en même temps, c’est notre vie donc il faut qu’on fasse les décisions, il faut qu’on prenne les décisions pour nous.

Donc, ce n’est jamais évident. Donc dis-moi un petit peu comment ça s’est passé de ton côté, dis-moi quels sont tes problématiques également là-dessus.

Et encore une fois, petit pouce bleu en l’air ; petit commentaire ci-dessous ; pose-moi tes questions, j’y répondrais avec grand plaisir et puis, je te dis à très, très vite.

Ciao, ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *