(2/3) Le meilleur conseil de 21 milliardaires

2ème vidéo d’une série de 3 vidéos dans laquelle je te parle de 21 milliardaires du monde entier (France, Japon, Turquie, Canada, Australie, Inde, …).

Cette série de 3 vidéos est inspirée du livre “The Billion Dollar Secret” que je te recommande chaudement (uniquement en anglais).

Quand on discute avec des milliardaires, il y a de fortes chances pour qu’on en ressorte avec 1 ou 2 conseils de très grande valeur.

Dans cette deuxième vidéo, on a justement demandé à ces 21 milliardaires quel est le meilleur conseil business qu’ils pourraient donner.

Quel est le conseil qui t’a le plus marqué ?

Episode 1 : https://www.youtube.com/watch?v=296S6…

Episode 2 : https://www.youtube.com/watch?v=U8D7c…

Episode 3 : https://www.youtube.com/watch?v=QeKk1…

✓ Découvrir le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

#Milliardaire #Business #Conseil

(2/3) Le meilleur conseil de 21 milliardaires

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription de la vidéo :

Yes les amis ! Bienvenus sur cette nouvelle vidéo en direct de la maison, cette fois-ci à Reims. Petit retour dans la Champagne, histoire de voir la famille, les amis, toutes les connaissances.

Et je vais te faire la vidéo qui faisait suite à la première vidéo dans une série de 3 vidéos qui s’appelait : « Ce qu’évitent de faire les milliardaires dans le business », suite à la lecture de ce livre « The Billion Dollar Secret » que je te recommande fortement.

Donc voilà, si ça résonne un petit peu ici, c’est tout à fait normal, puisque comme tu peux le voir ici, je suis dans un plateau brut. C’est juste à côté de Reims. J’aurais peut-être l’occasion de t’en reparler. Je ne vais pas te faire le tour complet de ce plateau puisqu’il fait, je crois plus de 500m².

C’est très très simple à comprendre. C’est un plateau qui fait tout le tour comme ça. Hop ! Un gros carré qui fait tout le tour comme ça avec des fenêtres tout autour.

Bref, aujourd’hui, ce n’est pas une vidéo autour de l’immobilier. Et donc je ne vais pas te parler de ce plateau ni même du comment et pourquoi de ce qu’il va devenir, mais plutôt de ce livre, et du coup, de la 2ème vidéo d’une série de 3 vidéos que je vais te faire au sujet de ce livre parce que c’est très très intéressant.

Si tu n’as pas vu la première vidéo, déjà tu peux la regarder, et pour te faire un petit récapitulatif de ce dont parle ce livre, c’est un livre qui s’appelle donc « The Billion Dollar Secret » et l’auteur Rafael Badziag est allé voir 21milliardaires internationaux, donc aussi bien Polonais, Japonais, Sud-Coréen, Français, tout ce que tu veux, du monde entier, pour leur demander leurs meilleurs conseils sur le business, sur la vie, sur le dev perso, sur tout en général.

Et donc je t’ai fait une première vidéo, que tu pourrais retrouver, sur quelles étaient les choses que ces milliardaires évitent de faire un business. Et aujourd’hui, la deuxième vidéo, ça va être plutôt sur quel est le conseil que ces milliardaires te donneraient, en tout cas, ce qu’ils aiment le plus, leur « motto », leur façon de voir les choses dans le business.

Et donc je vais te reprendre comme dans la première vidéo, ces 21 milliardaires et te dire pour chacun d’entre eux, quel est le conseil le plus « précieux » qu’ils pourraient te donner si tu avais également un business, donc si tu étais entrepreneur ou investisseur.

Donc c’est un petit peu sale ici. Je vais poser le livre un petit peu partout pour te montrer, je te recommande fortement à lire si tu lis l’anglais, franchement, lis-le, il est très bien.

A la fin de te livre, je retrouve 21 milliardaires avec le conseil de chacun.

Donc le premier milliardaire, Mohamed Altrad que tu connais certainement, puisqu’il est Français. Tu sais, son histoire est folle. Si tu ne connais pas son histoire, c’est vraiment une fierté française aujourd’hui.

Donc je t’invite vraiment à aller voir un petit peu ce Monsieur et ce qu’il a fait, mais lui, il ne donne pas de conseil dans ce livre, parce qu’encore une fois, en fait, ils ne répondent pas forcément tous à la question. Lui, il n’a pas répondu à cette question-là.

Mais le prochain milliardaire, c’est Tony Tan Caktiong, un Philippin, qui lui a dit, son conseil le plus précieux, c’est l’honnêteté et l’intégrité.

Donc voilà, c’est 2 mots très très simples mais qui veulent pourtant dire beaucoup. Etre honnête, ne pas chercher à arnaquer les gens. C’est comme ça que je le comprends.

Etre intègre, c’est-à-dire faire ce que tu dis, malheureusement beaucoup de personnes ne font pas ça, mais faire ce que tu dis, mettre ton argent par exemple où ta bouche elle est. Par exemple, moi je dis que j’investis dans des dividendes, j’investis vraiment mon argent dans les dividendes.

Donc ça, c’est très très important, je trouve.

Prochaine page, on a Jack Cowin, un Australien : « Faire aux autres ce que tu aimerais qu’on te fasse et traiter les gens de façon juste. Donc ça encore une fois, c’est très important.

Donc encore une fois, si tu traites les gens comme de la merde, ne va pas espérer qu’on te traite comme un roi. Moi, j’aime beaucoup voir des gens, comment ils se comportent au restaurant avec les serveurs. Je trouve que ça en dit beaucoup sur comment ils pourraient potentiellement te traiter, toi.

Il ne doit pas y avoir de personne que tu dois traiter de façon plus ou moins juste. Oui, tout le monde est sur le même pied d’égalité, j’ai envie de dire. Et le respect c’est pour tout le monde.

Donc peu importe ton origine, peu importe ton métier, peu importe ta richesse, tu dois traiter les gens comme tu as envie qu’on te traite. Je trouve ça extrêmement important.

Ensuite, qui est-ce qu’on a ?

On a Cai Dongqing, un Chinois, donc très dur à prononcer. Lui, il dit qu’il aime beaucoup les gens qui peuvent lui donner une opinion différente de la sienne, de son idée de base, et pointer de ça, en fait, les problèmes potentiels. Et il dit que ce genre de conseil, c’est vraiment quelque chose qui aide beaucoup et qui est même décisif dans certaines décisions.

Donc voilà, en fait, avoir une opinion différente de la part de quelqu’un d’autre, je trouve que c’est très très intéressant. Et moi, ce que je fais en général, quand je parle à quelqu’un, c’est de me mettre à sa place.

Moi, quand je rentre dans une négociation, dans une discussion, je me dis, j’ai mon point de vue, j’ai mes opinions, mais qu’est-ce que la personne en face de moi, elle peut en penser, et qu’est-ce qu’elle peut également vouloir de moi ?

Et ça permet de savoir un petit peu plus, de mieux comprendre la relation qu’on peut avoir, notamment si tu discutes avec un banquier, si tu discutes avec un partenaire en affaires, si tu discutes avec un vendeur qui vend son bien, n’importe quoi : toujours se mettre à la place de l’autre.

Essaie de voir un petit peu comment les personnes en face de toi, elles pensent aussi.

Tim Draper que tu connais certainement, un Américain venture capitalist, lui, son plus grand conseil, c’est… Je ne sais pas trop comment l’interpréter. Tu me diras dans les commentaires ce que tu en penses.

Il dit qu’en gros, il s’en fout qui est en train d’acheter ou qui est en train de vendre, ce qui compte le plus, c’est la connexion personnelle. « Personal connection ».

Donc voilà, dis moi ce que tu comprends de ça. Je n’ai pas forcément de quoi rebondir dessus. Voilà, dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires ci-dessous qu’est-ce qu’il voulait dire, selon toi, Tim Draper, avec cette phrase.

Ensuite, on a un Monsieur que j’aime beaucoup, Sergey Galitsky, peut-être parce qu’il est russe et que j’ai une affinité avec tout ce qui est russophone. Mais lui, son plus gros conseil, c’est qu’il donne aux personnes une deuxième chance. Et en fait, c’est suite à une deuxième chance qu’il a eue de l’un de ses partenaires.

Depuis ce jour, il donne toujours aux gens une deuxième chance. Est-ce que tu es d’accord avec ça ? Est-ce que tu penses que quand on t’a fait un coup de travers, quand tu n’as pas réussi à fournir les résultats que les autres espéraient de toi, est-ce que tu penses que c’est bien de donner une deuxième chance ?

Ou bien est-ce que tu penses qu’il faut être strict en affaires et dire : « Tu n’as pas réussi du premier coup, tu n’as pas montré que tu étais capable, je te donne pas une deuxième chance ?

Qu’est-ce que tu penses de ça ?

Moi, je pense que c’est important de savoir pardonner, et de savoir donner une deuxième chance. Après, je pense que ça dépend énormément du contexte et de ce qui en a découlé lors de la première chance, lors du premier essai.

Ensuite, qui est-ce qu’on a ? Peter Hargreaves. Lui, il dit : « I suppose the guy that said to me make investments easy. » Voilà, c’est plutôt un truc personnel qu’il est en train de dire. C’est en fait une citation de ce qu’on lui a dit dans le passé. Donc là, je n’ai pas vraiment de quoi rebondir là-dessus.

On va passer directement à Frank Hasenfratz qui est un Canadien, et qui, lui, dit : « Work hard », donc travaille dur, « et c’est mon père qui m’a donné ce conseil ». Simple mais efficace. Encore une fois, rien de valeur dans ce monde ne s’obtient sans en payer le prix, donc il faut travailler dur pour ensuite pouvoir « play hard ».

Ça, je pense que je n’ai pas besoin de te l’apprendre.

Naveen Jain, qui lui, dit : (ça vient de sa maman, c’est un Américain qui est d’origine indienne puisqu’il est né en Inde) « Dépense toujours moins que tu gagnes ».

C’est classique, mais malheureusement pas pour tout le monde. C’est vrai que pour moi, c’est évident. Pour vous, c’est également évident. Si tu suis ma chaine YouTube, si tu suis ce genre de contenu, c’est que tu comprends aisément ce genre de chose.

Et pourtant, il y a beaucoup de personnes aujourd’hui, peut-être dans ton entourage également, qui dépensent beaucoup plus que ce qu’elles gagnent, ont des crédits à la consommation, des crédits en tous genres. Bref, très très grosse erreur.

Moi, je fais toujours en sorte de ne jamais dépenser plus que ce que je gagne. Je n’ai jamais dépensé plus que ce que je gagne. Et s’il y a une journée où j’ai dépensé plus que ce que j’ai gagné dans la journée, je ne me sens pas bien.

Kim Beom Su qui est un Coréen, il n’a pas donné de conseil, lui. Il n’était pas obligé.

On va passer au suivant. Narayana Murthy, un Indien. Il a dit : « Mettre un intérêt de l’institution et de la communauté devant ton intérêt personnel. » Tu dois mettre l’intérêt des autres devant le tien.

C’est un très bon sujet. C’est un très bon débat. Qu’est-ce que tu penses également de ça dans les commentaires ? Dis-le moi ci-dessous. Est-ce que tu penses que tu dois toujours mettre l’intérêt des autres devant le tien ou pas ?

Moi, je suis partagé sur ça, parce que en effet, je pense qu’il faut penser à la valeur que tu vas créer pour les autres, mais dans certains contextes, dans certaines situations, il faut vraiment penser à toi avant les autres, sinon c’est la meilleure façon de te retrouver « piétiné », d’être celui qui mange en dernier, qui mange les miettes.

Donc des fois, il faut savoir être égoiste. Je pense que c’est très important. Mais pour autant, je pense que des fois, il faut toujours penser à créer de la valeur pour les autres, et parfois se mettre un petit peu en retrait pour les autres.

Donc dis moi ce que tu penses de ça. C’est très très intéressant, je trouve, comme conseil. Je pense qu’on peut faire un débat de ce genre en tout cas.

Ensuite, on a un Turc, Hüsnü Özyeğin, qui, lui, a dit : « Mon père a dit : je sais que tu as toujours de bonnes notes à l’école mais fais bien attention d’avoir de bons amis ». C’était le conseil de son père, et il pense que c’est très important de faire attention avec qui tu fais ami-ami, et c’est très important également en business.

Donc bien sûr, être bien entouré, c’est très très important. Encore une fois, on ne va pas revenir là-dessus sur le fait qu’on ait la moyenne de personnes qu’on fréquente le plus. Si on traine avec des millionnaires, on a de fortes chances de devenir millionnaire.

Si on traine avec des gens qui mangent très très mal, on a de fortes chances de manger très très mal, on est indirectement et directement influencé par son entourage. Donc il n’y a pas grand-chose à redire. Avoir de bons amis, je pense que c’est très très important, et avoir de bons partenaires en affaires également.

Lirio Albino Parisotto, un Brésilien, qui lui, nous dit : « You won’t go anywhere with an angry face ». Mon accent anglais est parfait ! « Tu ne vas nulle part avec une tête triste, avec une tête en colère, avec une tête qui fait la gueule ».

C’est clair. Quand tu souris à la vie, (ça fait un petit peu philosophe et poète), tu as de fortes chances de recevoir des choses, des ondes positives dans ta vie.

Si tu avances avec les épaules comme ça, une petit peu baissées, vers le sol, une dégaine de clochard, de mec triste, de mec déprimé de la vie, il y a peu de chances qu’il y ait de bonnes choses qui te reviennent en retour de la vie. Logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *