10 règles pour investir comme Warren Buffett

Lorsqu’il s’agit de parler de Warren Buffett, presque tout le monde est d’accord pour dire qu’il s’agit d’un des meilleurs investisseurs au monde.

Warren Buffett n’hésite d’ailleurs pas à communiquer publiquement lors de différents évènements ou interviews dans lesquels il délivre beaucoup de contenu à forte valeur ajoutée.

Pour autant, si Warren Buffett a délivré plus d’une fois la recette de son succès, rares sont ceux qui appliquent tous ses conseils.

Je te livre dans cette vidéo 10 règles d’or de Warren Buffett que j’affectionne tout particulièrement. Quelle est celle que tu préfères le plus ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ POUR ALLER PLUS LOIN ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

📚 Lire mon livre « La magie des dividendes » : https://www.clubmillionnaire.fr/bourse​

✔︎ Un livre papier et numérique de 704 pages dans lequel je t’explique de A à Z la stratégie d’investissement dans des actions à dividendes. Le livre n°1 en francophonie sur ce sujet !

💶 Rejoindre le Club Dividendes : https://clubmillionnaire.fr/club-divid…

✔︎ Un service dans lequel je te partage tous les mois les actions en bourse dans lesquelles j’investis personnellement mon propre à argent. Libre à toi de recopier ou non mon portefeuille !

🎥 Rejoindre la formation « La magie des dividendes » : https://clubmillionnaire.fr/formation-…

✔︎ Une formation vidéo dans laquelle je te partage toute ma méthode d’analyse d’une entreprise cotée en bourse avant d’investir dans celle-ci. + de 15 heures de formation vidéo !

🎤 Mon prochain séminaire (1 seule fois par an) : https://clubmillionnaire.fr/seminaire​

✔︎ Un séminaire présentiel dans un hôtel 5* avec des centaines de participants où moi-même et des intervenants intervenons au sujet de l’indépendance financière (immobilier, bourse, business, …) !

🇫🇷 Tous nos programmes sont éligibles au financement via le CPF. Découvrez comment l’Etat peut prendre en charge à 100% votre formation si vous êtes salarié(e) : https://clubmillionnaire.fr/cpf

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ OU ME RETROUVER ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

🔸 Site Internet : https://clubmillionnaire.fr​

🔹 Instagram : https://www.instagram.com/raffaello_c​

10 règles pour investir comme Warren Buffett

livre-la-magie-des-dividendes

Retranscription de la vidéo :

Ne sois pas surpris par les changements de plans. Je te tourne cette introduction après avoir tourné tout le reste de la vidéo puisque j’ai perdu mon fichier d’introduction.

Donc je te disais simplement qu’on allait voir ensemble dans cette vidéo quelles sont les 10 règles d’or de Warren Buffett, selon moi.

Warren Buffett, je ne te le présente pas : investisseur hors normes, souvent cité comme étant l’investisseur le plus riche au monde, celui qui a le mieux réussi, etc.

Donc voilà, dans cette vidéo, je vais te faire un condensé finalement des 10 règles que j’aime le plus de Warren Buffett.

Il y en a énormément évidemment. Warren Buffett n’est pas avare de conseils lors de ses différentes interventions, que ce soit auprès de ses actionnaires, chaque année lors de son congrès, que ce soit dans les médias, etc.

Donc il y a énormément de choses qu’on peut retirer de Warren Buffett. Malheureusement, tout le monde est assez d’accord pour dire que c’est un des meilleurs investisseurs au monde, mais pourtant, très peu de gens appliquent ses conseils.

Pourquoi ? Tout simplement parce que Warren Buffett a une approche finalement qui est très long terme de bon père de famille, où il vous dit très clairement que l’investissement, c’est quelque chose qui se joue sur le long terme : 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, 50 ans, à l’heure où aujourd’hui, on veut entendre les discours de richesse très rapide en un claquement de doigt, où on veut devenir riche en 2 semaines, 6 mois, 1 an.

Donc voilà malheureusement pourquoi beaucoup de gens n’appliquent pas tout ce que dit Warren Buffett alors que si vous appliquez tout ce qu’il a pu dire gratuitement et ce qui est disponible sur internet, vous pourriez devenir très très riche sur le long terme.

Donc les amis, on se retrouve tout de suite pour la première règle.

On commence tout de suite avec la première règle. Warren Buffett dit qu’il ne faut pas chercher à contrer à tout prix le risque monétaire.

Qu’est-ce que le risque monétaire ? C’est tout simplement la fluctuation dans les devises. Aujourd’hui, tu le sais très certainement, il y a des parités Euro-Dollar, Dollar-Yen, Dollar-ce que tu veux, toutes les devises du monde entier.

Tu vois ce qu’on appelle le marché des devises, le marché du Forex. Et aujourd’hui, dans le résultat des entreprises, quand on regarde un bilan comptable, on va avoir des chiffres d’affaires, des résultats en différentes devises, parce que ces entreprises cotées en Bourse, elles sont présentes dans plusieurs marchés internationaux.

Donc elles encaissent des dollars, des euros, des couronnes, des roubles, ce que tu veux. Et le taux de change de ces différentes devises évolue en temps réel.

Et le problème, c’est que ça impacte concrètement le résultat des entreprises, si on choisit par exemple de tout libeller en dollars, et si le dollar est plus ou moins fort au moment de la « libellisation » (ça ne se dit certainement pas mais tu comprends ce que je veux dire) du bilan comptable.

Donc l’idée, c’est de se dire que Warren Buffett, il recommande de ne pas se faire chier avec ce risque monétaire, ce risque des devises, parce qu’il est totalement incontrôlable.

Et je suis entièrement d’accord avec lui. Aujourd’hui, qui peut dire qu’on sait dans quel sens va aller le dollar, l’euro ou d’autres devises ?

On a forcément des idées, mais encore une fois, en investissement, s’il y a bien une règle importante, c’est de se dire que le plus improbable se produit tout le temps, et le plus probable ne se produit jamais.

Donc aujourd’hui, on ne peut pas savoir ce qui va se passer, et c’est un risque qui est impossible à contrer en tant qu’investisseur.

Donc la solution de Warren Buffett à ça, c’est de se dire que plutôt que d’essayer de contrer ce risque monétaire des devises, ce qu’il faut faire, c’est investir dans des entreprises qui, elles, ont des parties de chiffres d’affaires à l’étranger, dans différentes devises.

On pense par exemple à McDonald’s, un exemple au hasard, qui a des magasins, des chaines de restauration partout dans le monde, et qui encaisse donc des euros, des dollars, des roubles, du yen, ce que tu veux.

Deuxième règle de Warren Buffett, c’est une citation que je vais te citer, c’est qu’il a dit que sa richesse provenait de 3 choses : du fait qu’il soit né aux Etats-Unis, du fait qu’il ait eu de bons gènes à la naissance, et du fait des intérêts composés.

Qu’est-ce qu’on peut tirer de cette citation ? Aujourd’hui, toi qui regardes cette vidéo, tu te trouves dans les mêmes conditions que Warren Buffett, pour devenir « aussi riche qu’il l’a été ».

Pourquoi ? Tout simplement, parce que si Warren Buffett est né aux Etats-Unis et que tu es né en France, en Belgique, en Suisse, au Canada, l’idée, c’est de se dire que dans un pays développé qui offre des opportunités à tout le monde, à celui qui veut bien se bouger (alors ça va peut-être faire débat ce que je suis en train de dire).

Mais voilà, je suis allé dans beaucoup de pays du monde, 75 pays, et crois-moi qu’en France, en Europe, on a énormément d’opportunités pour celui qui se bouge.

Donc ça, c’est la première chose.

Les bons gènes, je pense que tu es plutôt bien né à la naissance. Je pense qu’aujourd’hui 97% des gens naissent avec « de bons gènes », cette faculté d’avoir un cerveau qui fonctionne un minimum, etc. de compter.

Encore une fois, l’investissement, c’est surtout des maths. On ne parle pas de maths difficiles. On parle d’additions et de soustractions, de divisions de rentabilités, de pourcentages.

Donc voilà, les bons gènes, normalement, tu les as également.

Et les intérêts composés, là, ça dépend de toi et ta volonté d’être patient, puisque comme je le disais en introduction de la vidéo, finalement, les intérêts composés, c’est quelque chose qui se dessine sur le long terme.

C’est-à-dire que ça ne se fait pas en 6 mois, en 1 an, en 2 ans. Il faut laisser du temps aux intérêts composés de faire leur magie, leur effet, surtout quand on commence avec un plus petit capital.

Donc il faut leur laisser 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, 50 ans, et plus le temps passe, et plus vous allez devenir riche.

C’est comme ça que Warren Buffett est devenu extrêmement riche puisque lorsqu’on regarde l’évolution de sa richesse, on voit très clairement une courbe exponentielle qui est la définition même des intérêts composés et la magie du temps qui fait son effet.

Donc voilà sur la deuxième règle.

Troisième règle de Warren Buffett : « Never invest in something you cannot understand ». (Waouh, l’accent de ouf !)

« N’investis jamais dans quelque chose que tu ne peux pas comprendre ». Donc ça, clairement, aujourd’hui, on voit plein de gens qui investissent dans les cryptomonnaies sans comprendre la technologie.

Autre exemple, par exemple moi, je reçois régulièrement des deals, des opportunités d’investissement dans des start-ups. Il y en a parfois qui sont plus ou moins difficiles à comprendre.

Si je te dis que tu crées une banque, c’est facile à comprendre. Si je te dis que crées un processeur de logiciels de plateforme de traitement de données numériques spatiales…

Bref, j’ai fait exprès de dire un truc qui ne veut rien dire. Mais tu vois ce que je veux dire ? Voilà, il ne faut pas investir bêtement dans des choses qu’on ne comprend pas.

Quand on investit de l’argent dans une entreprise cotée en Bourse, qu’elle soit cotée en Bourse ou que ce soit une petite entreprise, que ce soit une nouvelle technologie, peu importe ce que c’est, il faut comprendre à tout prix ce que vous êtes en train de faire.

Parce que la meilleure façon de perdre de l’argent en investissant en Bourse, c’est d’investir dans des choses que l’on ne comprend pas.

Donc pour savoir lire un bilan comptable, il faut comprendre d’où provient l’argent, comment il a été généré, via quel produit, via quel service, dans quel pays, et quelles sont les tractions en ce moment, sur quels produits, sur quels services.

Bref, il faut comprendre un minimum les choses. Donc n’investissez jamais dans quelque chose que vous ne comprenez pas. C’est une des règles très importantes de tonton Buffett.

Alors, avant qu’on ne passe à la quatrième règle, les amis, on se retrouve à l’Avenue de Champagne, à Epernay (petit point culture). C’est l’avenue la plus riche du monde avant les Champs-Elysées. Pourquoi ?

Puisqu’en dessous de cette route que je suis en train de traverser actuellement, se trouvent des millions et des millions de bouteilles de champagne, des kilomètres et des kilomètres de galeries. Et ça, ça vaut énormément d’argent.

Bref, on revient à la quatrième règle de Warren Buffett, qu’il a expliquée lors d’un colloque à l’Université de Floride en 1998. Donc tu vois que ça remonte maintenant à plus de 20 ans.

Il avait expliqué que Wall Street faisait son argent sur l’activité pendant que les investisseurs faisaient leur argent sur l’inactivité.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Cela veut tout simplement dire que Wall Street adore quand vous passez un maximum d’ordres, simplement parce que vous le savez : à chaque fois qu’on passe un ordre de Bourse, d’achat ou à la vente, vous payez un frais de passage d’ordre : 5$, 1€, 2€, 3€…

Donc ça, Wall Street, c’est ça. Ce sont les courtiers qui vont gagner beaucoup d’argent sur votre activité, puisque plus vous passez d’ordres, eux, ils vont gagner de l’argent.

Par contre, vous, vous faites souvent de l’argent sur votre inactivité. C’est-à-dire que généralement, les investisseurs qui passent le moins d’ordres en Bourse sont ceux qui vont gagner le plus d’argent. Pourquoi ?

Parce que plus on passe d’ordres en Bourse, plus on prend le risque de faire des erreurs, de faire des erreurs de décisions, de faire des mauvais choix et donc de perdre de l’argent, soit avec des plus-values, soit en payant plein de frais de passage d’ordres ou des choses comme ça.

Et ça a été prouvé par plein d’études. Je le cite d’ailleurs dans mon livre, sans vouloir encore une fois faire de la pub, la Magie des Dividendes, les amis.

Ça a été prouvé par plein d’études que le moins on passe d’ordres en Bourse, et plus on avait de performances. Les meilleurs investisseurs ne sont pas ceux qui passent le plus d’ordres en Bourse.

C’est ce que vous devez retenir.

Donc, voilà pour cette quatrième règle.

Allez, on est arrivés dans le bureau, cette fois-ci pour la cinquième règle.

Je vais vous lire celle-ci. Elle est un petit peu longue. Elle vient de son mentor, Benjamin Graham, que tu dois certainement connaitre, avec son livre très connu « L’investisseur intelligent ». Je te la lis tout de suite en français.

« Je ne veux pas acheter une action que je ne serais pas content de posséder si la New York Stock Exchange ferme demain pendant 5 ans. Si j’achète une ferme et que je n’obtiens pas une estimation de sa valeur pendant 5 ans, je suis quand même heureux si la ferme fonctionne bien. Si j’achète un immeuble et que je n’obtiens pas une estimation de sa valeur pendant 5 ans, je suis heureux si l’immeuble produit les rendements que j’attends. Les gens achètent des actions et regardent le prix le lendemain matin en jugeant cette performance comme étant bonne ou mauvaise. C’est fou. Ils oublient qu’ils achètent un morceau de l’entreprise. C’est ce que Benjamin Graham m’a appris. »

Donc c’est un des « désavantages » d’avoir une cotation continue en Bourse, presque continue, parce que les gens… moi ça m’arrive souvent avec certains de mes clients qui achètent une action, et qui, 2 jours après viennent me voir : « Putain, Raph, si j’avais su, j’aurais attendu. »

Ce n’est pas français, ce que je viens de dire, mais tu as compris ce que je voulais dire.

« Si j’avais su, j’aurais attendu. » « J’aurais attendu 2 jours ou 3 jours de plus pour l’acheter peut-être -1%, -2% moins chère cette action. »

Et c’est un des problèmes, puisqu’on n’achète pas une action aujourd’hui pour se dire que si ça changeait, évoluait de 1% le cours de l’action, on a fait une bonne ou une mauvaise affaire.

On achète une action pour la détenir sur le long terme. Comme le dit Warren Buffett, si on a une ferme et que cette ferme, elle nous produit des produits fermiers, on est très content avec ça.

Un immeuble, s’il nous produit des loyers, on est très content avec ça. Et peu importe l’évolution de sa valorisation sur le court terme, on s’en fout. On est là pour investir sur le long terme.

C’est exactement la vision que j’ai, et celle de Warren Buffett. On investit dans des entreprises. On achète des morceaux d’entreprises. On devient actionnaire, et on souhaite être actionnaire pendant 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, aussi longtemps que possible, parce que si on a investi dans cette entreprise, c’est qu’on estime sur l’instant T que sur la base d’une analyse fondamentale, c’est une très bonne entreprise, et on veut donc la détenir normalement le plus longtemps possible, à vie.

Donc voilà, faites attention à ça. Dites-vous bien que vous n’achetez pas un actif uniquement dans le but de surveiller sa valorisation sous 7 jours, sous 3 jours, sous 3 heures des fois, sous 5 minutes.

Des fois, il y a des gens qui achètent, et au bout de 5 minutes, si ça a pris -0,2%, -1%, c’est la catastrophe.

Donc ça, c’est totalement illogique.

La sixième règle, c’est une que vous connaissez très certainement par cœur puisqu’elle est très largement relayée sur les médias. Il l’a dit lors d’une interview au New York Times en 2008, le 16 octobre.

Et il a dit qu’i y avait une règle très simple qui dictait ses achats. C’était « Be fearful when others are greedy, and be greedy when others are fearful ».

Donc en gros, « soyez avides quand les autres ont peur, et ayez peur quand les autres sont avides. »

Généralement, quand les autres sont avides, c’est qu’on commence à avoir des schémas de constitution de bulles.

Et quand tous les autres ont peur, c’est le moment de s’en mettre plein les poches, puisque ça veut souvent dire que pas mal d’actifs ont fortement baissé, ont été fortement liquidés, et donc on a des prix d’acquisition qui sont potentiellement très intéressants.

Donc celle-ci, je ne vais pas forcément la développer outre-mesure parce qu’on l’a vue, et revue. Ça tourne sur Twitter, Facebook, Instagram, YouTube, partout.

Mais c’est toujours une bonne règle à avoir en tête : quand les gens ont peur, c’est souvent là où il y a de très bonnes affaires à faire.

Septième règle que j’adore, de tonton Buffett, c’est « Just buy something for less than it’s worth ».

Voilà, « achetez simplement quelque chose pour moins que ce que ça vaut réellement. Et là, on va faire quelque chose de très important. C’est la différence entre le prix et la valeur, et la différence entre la valeur comptable et la valeur de marché.

Donc c’est-à-dire qu’il y a des actifs, il y a un prix. On nous dit qu’un actif, ça vaut tant. Et pour autant, quand on regarde dans le bilan comptable, il y a différents actifs, les capitaux propres etc., on se rend compte que ça vaut potentiellement beaucoup moins, ou alors que ça peut valoir beaucoup plus également.

Alors, c’est souvent l’inverse. Ça vaut souvent beaucoup moins sur la base de ce que l’on voit sur le bilan comptable par rapport à ce qu’on nous demande en termes de prix que l’inverse. Mais les deux sont tout à fait possibles.

Il y a des investisseurs qui vont ne pas forcément aimer un actif et donc le laisser de côté, pourtant ce sont de très bonnes affaires, tout comme il y a des investisseurs qui vont adorer un actif, se ruer dessus.

Ça va faire monter les prix parce qu’il y a une augmentation de la demande par rapport à l’offre. Et du coup, on arrive sur des prix d’achat, des valeurs de marché qui sont bien supérieurs à la valeur comptable.

Donc toujours faire la différence entre le prix et la valeur. On n’aura pas le temps d’entrer dans les détails dans cette vidéo, sinon elle va être beaucoup trop longue. Mais j’en parle en détail justement dans mon livre que j’ai posé là-bas.

Je ne vais pas te le remontrer encore une fois, mais on y parle bien évidemment en détail de la différence entre la valeur et le prix.

Le prix, c’est ce qu’on paie pour acheter. La valeur, c’est ce qu’on obtient. Et il y a quelque chose que j’aime bien dire, c’est que voilà, on n’achète pas l’apparence d’une Rolls Royce, quelque chose qui coûte très très cher en apparence, avec les fondamentaux d’une Dacia.

Encore une fois, si on a une très belle voiture en apparence d’une Rolls Royce, mais qu’à l’intérieur, on a un moteur de Dacia qui n’avance pas, qui n’a aucune patate, ou qui n’a aucune légèreté, qui a une direction assistée, qui est dégueulasse…

Voilà, je ne sais pas si tu as déjà conduit une Rolls Royce. Une Rolls Royce, ça se conduit littéralement avec un doigt, le petit doigt. Tu peux tourner le volant et faire un 360°, et il n’y a aucun souci. Tout est facile.

Donc voilà. On n’achète pas l’apparence d’une Rolls avec les fondamentaux d’une Dacia. Evidemment, différence entre le prix et la valeur. Donc cette septième règle est très très importante.

Pour cette huitième règle, je risque de me faire traiter soit de menteur, ou soit de je ne sais quoi, tout simplement parce que j’ai fait une ancienne vidéo dans laquelle je parlais justement de diversification versus concentration.

Et je disais que la diversification, elle n’était pas forcément quelque chose de bon. Je devais sûrement parler des trackers ou de choses comme ça.

Et je m’étais fait incendier, insulter de la part d’énormément de personnes, quasiment la majorité des gens qui avaient regardé cette vidéo en disant : « Raph, tu n’as rien compris. Si tu dis que la diversification, c’est de la merde, c’est que tu es un investisseur de merde. Evidemment qu’il faut diversifier. »

Et en fait, mon message n’avait pas été bien transmis dans le sens où évidemment qu’il faut diversifier, d’un point de vue sectoriel, d’un point de vue monétaire, d’un point de vue politique, etc.

Il faut diversifier.

Mais les meilleurs investisseurs ne recherchent jamais une diversification extrême. Au contraire, ils aiment la concentration.

Et je rebondis tout de suite sur la citation de Warren Buffett qui dit : « Si vous avez un harem de 40 femmes, vous ne connaitrez jamais vraiment bien l’une d’entre elles. »

Donc c’est bel et bien Warren Buffett en personne qui a dit cette phrase. On pourrait croire également que je suis un menteur là-dessus, pourtant c’est bel et bien lui qui l’a dit.

Et en fait, l’explication de cette phrase, c’est que la concentration, c’est une excellente approche lorsque l’on sait ce que l’on fait.

Voilà. La diversification, c’est parfois et souvent également utilisée par les gens qui ne savent pas ce qu’ils font.

Et du coup, ils se disent : « Voilà, vu que je ne connais pas trop ce que je suis en train de faire, je ne suis pas un bon investisseur, ce n’est pas mon domaine d’expertise, j’en mets un peu partout, et comme ça, je vais diversifier mon risque, je vais prendre le moins de risques possibles. »

Alors que les meilleurs investisseurs, ils savent parfaitement ce qu’ils font. Ils ont plus de convictions, et donc ils vont souvent plus concentrer leurs investissements.

Le désavantage, c’est qu’on prend plus de risques. Si nos investissements sont concentrés sur un plus petit nombre d’actifs, forcément si ça se passe mal sur ces actifs, nos risques sont plus élevés.

Mais à l’inverse, l’avantage pour le coup, c’est qu’on a potentiellement une démultiplication de nos bénéfices et de nos résultats parce qu’on a concentré nos investissements sur un seul actif, et donc on l’a étudié.

On y croit en cet actif, on a fait nos études. Et donc, si ça se passe bien, on a également plus de résultats.

Donc l’idée, c’est que Warren Buffett l’a dit également, « La diversification est une protection contre l’ignorance. Elle ne s’applique pas vraiment à ceux qui agissent vraiment en connaissance de cause. »

Ça, peut-être que vous l’avez déjà vu également. C’est relativement connu. Ça tourne pas mal.

Donc voilà, l’idée, c’est de dire qu’il ne faut pas évidemment concentrer à outrance, mais il ne faut pas non plus diversifier à outrance.

Encore une fois, il faut avoir un juste milieu, par exemple sur le nombre de lignes que vous avez en Bourse.

C’est pour ça que je n’aime pas les trackers, parce qu’aujourd’hui, un tracker S&P500, vous avez 500 lignes (c’est ce que ça veut dire), et il ne peut pas non plus avoir que 3 valeurs.

Il y a des gens qui viennent me voir et qui me disent : « Moi je n’aime que ça, que ça, que ça, parce que je les connais, ces entreprises, et je ne mets que là dedans ».

Et il n’y a que 3 valeurs, et il n’y a que 3 secteurs, parfois 2 secteurs, et donc il y a une diversification qui est totalement désastreuse, parce que si ce secteur se porte mal, ça va aller très très mal également pour le portefeuille.

Donc voilà pour cette huitième règle. N’hésite pas à me dire dans les commentaires ci-dessous ce que tu en penses parce qu’à chaque fois que je parle de concentration, je me fais tirer dessus comme si j’étais quelqu’un qui n’avait rien compris.

Donc dis-moi ce que tu en penses ci-dessous.

L’avant-dernière règle, il l’a dite en 2013 dans un magasine tech de l’Etat de Géorgie. Warren Buffett, il a dit : « Votre meilleur investissement est vous-même. Il n’y a rien qui puisse être comparable à cela. »

Donc est-ce que j’ai réellement besoin de détailler outre-mesure ? Evidemment que non. Aujourd’hui, il faut tout le temps monter en compétences. C’est très important.

Il faut être curieux, se renseigner, apprendre, et pas forcément qu’en business, mais dans d’autres choses, il faut être très ouvert, je pense, dans ce monde pour toujours être capable de rebondir parce que ce monde change très très vite.

Personnellement, aujourd’hui, un des challenges pour moi en 2021, c’est d’apprendre le russe. Ce n’est pas évident mais je sais que ça va me faire monter en compétences.

Donc ce n’est pas forcément directement relié à l’investissement et à l’argent, mais potentiellement le fait de maitriser le russe va m’apporter des opportunités, moi qui aime beaucoup vagabonder dans les pays de l’Est.

Peut-être qu’un jour je ferais du business en Russie ou dans les pays de l’Est. Je n’en sais rien, donc voilà, j’investis sur moi-même. J’apprends de nouvelles choses, de nouvelles compétences.

Et c’est pour ça qu’aujourd’hui, peut-être que si vous n’avez pas lu encore ce livre « La Magie des Dividendes », je peux te le montrer en détail ici et maintenant.

Tu peux potentiellement te le procurer dans la barre de description. Et on revoit ensemble énormément de choses aujourd’hui sur l’investissement en Bourse dans ce livre qui fait 704 pages.

Tu vois, c’est vraiment pas une grosse police d’écriture. Il n’y a pas de marges blanches de tous les côtés. Il n’y a pas de pages blanches de tous les côtés.

Et c’est extrêmement documenté avec des études académiques, etc.

Donc tu en as pour ton argent, d’après les commentaires que j’ai pu lire sur ce livre.

Et pour terminer cette vidéo, on rebondit sur la dixième règle de Warren Buffett qui nous dit que « chaque décennie environ, des nuages noirs vont recouvrir le ciel économique, et il va pleuvoir brièvement de l’or ».

Ça, il l’a dit en 2016 lors de sa lettre qu’il dédie à ses actionnaires. Et qu’est-ce que ça veut dire ?

Ou tout simplement, quelle est la conclusion de ça ?

Ça veut dire qu’il faut toujours être prêt à saisir des opportunités. Comment on saisit des opportunités ? En ayant du cash frais.

Donc voilà, je dis très souvent, personnellement, qu’avoir beaucoup de cash, ça ne sert à rien. Je ne suis pas en train de dire avoir énormément énormément de cash, mais avoir une petite réserve de cash pour être prêt à saisir des opportunités, que ce soit en Bourse, en cryptos, en immobilier, etc, c’est extrêmement intéressant, parce que quand on a ce type d’opportunité, il faut souvent être très très rapide.

Quand on voit un crash boursier, ça ne dure pas 3 mois. Quand on a atteint le plus bas, généralement, ça dure 1 journée, 2 journées, 3 journées, là où on a les bonnes affaires.

Donc voilà ce que ça veut dire, toujours être prêt à saisir des opportunités.

Et Warren Buffett le sait très bien puisqu’il a énormément, énormément de cash de côté. Il ne sait même pas quoi en faire. Il a beaucoup de mal à trouver des opportunités parce qu’il a tellement de cash qu’il n’arrive plus à trouver de grosses opportunités.

On ne parle pas d’acheter une grosse boulangerie au coin de la rue. C’est un trop petit investissement pour lui.

Warren Buffett a ce problème qu’aujourd’hui, ce sont de trop petits investissements. Ça ne l’intéresse pas parce que c’est trop de travail, de due diligence, de recherches, d’analyses, etc. pour un trop petit montant investi par rapport à tout le cash qu’il a.

Bref, on parle de problèmes de milliardaire. On parle de problèmes que nous et vous, n’avons pas pour le moment et qu’on n’aura peut-être jamais.

Donc voilà en tout cas sur les 10 règles de Warren Buffett.

Les amis, dites-moi dans les commentaires ci-dessous si vous êtes d’accord avec ces règles de Warren Buffett (pour moi, c’est entièrement du bon sens), et deuxièmement si vous les connaissiez ou pas, si vous avez d’autres règles que vous, vous suivez en Bourse.

Bref, je suis curieux de savoir ce que vous en pensez.

N’oubliez pas de vous abonner à la chaîne YouTube également si ce n’est pas encore fait. Un petit Like sur cette vidéo, ça fait toujours plaisir, et ça me motive à faire d’autres vidéos.

Et également, lis bien la barre de description puisque tu pourras retrouver le livre « La Magie des Dividendes » ainsi que d’autres ressources sur l’investissement en Bourse, tel qu’un service mensuel dans lequel je te partage tous les mois les positions que je prends personnellement en Bourse, ainsi qu’une formation vidéo pour apprendre à investir et analyser une entreprise sur la base des bilans comptables et des comptes de résultats.

Cette formation est également éligible au CPF si cela peut vous intéresser.

Bref, tout est dans la barre de description ci-dessous. Je te remercie d’avoir regardé cette vidéo jusqu’au bout, et je te dis à très très vite.

Ciao ciao !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.