Pourquoi S’EXPATRIER en ESTONIE avec Jonathan Rigottier

Salut à tous,

En direct de Tallinn en Estonie, mon nouveau pays où je retrouve dans un hôtel un jeune entrepreneur qui habite en Estonie depuis 1 an et demi après avoir vécu plusieurs années au Japon !

On revient ensemble sur l’intérêt de l’Estonie pour les entrepreneurs fiscalement, mais pas que…

En savoir plus sur l’expatriation en Estonie ?

– 1 vidéo GRATUITE sur les avantages d’aller en Estonie : http://www.clubmillionnaire.fr/jonathan-rigottier

– Formation complète pour s’expatrier en Estonie : http://www.clubmillionnaire.fr/jonathan-rigottier-2

Où retrouver Jonathan :

• Son blog : https://jonathanrigottier.com/

Pourquoi S’EXPATRIER en ESTONIE avec Jonathan Rigottier

https://www.youtube.com/watch?v=VSINjHJ2Of0

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription texte de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, donc je me trouve aujourd’hui à Tallinn, en Estonie donc ma nouvelle maison, on est dans un petit hôtel sympa ici en compagnie de Jonathan Rigottier,

Jonathan : Salut tout le monde,

Raph : Jonathan qui s’est expatrié, si je ne dis pas de bêtise en mai 2016 en Estonie c’est cela ?

Jonathan : Absolument, cela fait un peu plus d’un an et demi

Raph : Un an et demi, donc tu as déjà un bon retour de l’Estonie, donc cela va être le sujet de cette vidéo, pourquoi cela peut être intéressant pour vous de venir s’installer, de s’expatrier en Estonie donc avant tout cela, n’oubliez pas de bien lire la description si vous êtes sur YouTube ou de cliquer en haut, en bas, en fonction d’où vous êtes pour récupérer gratuitement votre pack de bienvenue qui contient différents cadeaux, donc voilà, un rapport complet sur l’opération que j’ai faite à plus de vingt-sept pour cent de rendement, mon intervention télévisée sur M6 dans « 66 minutes », mon intervention à l’université de Paris-Nanterre et pleins d’autres petits cadeaux donc n’oubliez pas de télécharger tout cela gratuitement ci-dessous. Jonathan, à nous, est ce que tu peux te présenter ? Nous dire qui tu es ? Qu’est-ce que tu fais en Estonie ?

Jonathan : Je travaille sur internet depuis 2010, j’ai créé différents sites, j’ai un site sur la méditation, méditer pour être heureux, je travaille aussi avec mon frère Maxence, qui a une chaine de webmarketing également et je travaille en ligne comme cela depuis 2010 donc au départ j’étais au Japon, ensuite je me suis expatrié en Estonie en mai 2016 et c’est justement parce que vous échangez avec Raphaël qu’on a décidé de faire cette vidéo, pour vous parler un petit peu de tout ce que cela peut vous apporter, un petit peu les intérêts pour vous.

Raph : Okay, alors Japon, qu’est-ce que tu faisais d’abord au Japon ? Au début, tu étais en France, c’est cela ? Au tout début, tout début ?

Jonathan : Alors, je n’ai pas mal voyagé, je n’ai pas trop été en France, j’ai démarré au Japon en 2010, alors je n’y étais pas tout le temps, dès fois j’ai eu des trous de quelques mois où j’étais revenu en France, mais j’étais principalement au Japon, c’est un pays que j’apprécie beaucoup, les gens sont très gentils, très accueillants, voilà ils vous traitent toujours très bien, alors la nourriture est bonne, etc. Voilà il y a beaucoup d’intérêts à être dans ce pays, pour ceux qui ont déjà visité, je pense que vous savez de quoi je parle,

Raph : Tu aimes beaucoup la culture, oui

Jonathan : Exactement, c’est vraiment unique au monde, un pays où les gens sont toujours à tous les niveaux sont gentils avec vous, j’avais connu cela un peu en France, dans des retraites de méditation où chacun essaye un petit peu de se rendre utile aux autres, etc. c’est un pays où c’est un peu partout,

Raph : C’est normal,

Jonathan : Que vous alliez au resto… à tous les niveaux c’est assez impressionnant, voilà, c’est un pays qui me plait vraiment beaucoup,

Raph : Okay, et le switch du coup, Japon – Estonie, là pour le coup, je n’ai jamais été au Japon, mais je pense que la différence est totalement énorme je pense, je ne sais pas dans quelle ville tu été au Japon, à Tokyo c’est cela ?

Jonathan : Alors j’ai fait Kyoto, Osaka, Tokyo, etc., mais on voulait vraiment du changement, voilà, ma femme est japonaise, on voulait un petit peu changer de cap, changer d’environnement, explorer quelque chose que pas grand monde explore, on ne voulait pas faire le classique des gens sur internet, c’est-à-dire Thaïlande, Cambodge, Espagne, Portugal, on voulait vraiment tester quelque chose de nouveau,

Raph : Oui,

Jonathan : Et c’est cela qui a amené justement en Estonie, parce que voilà, on ne connaissait personne en tant qu’entrepreneur qui était venu ici

Raph : Tu as défriché un petit peu le terrain comme on dit, tu t’es dit l’Estonie pourquoi pas, tu as pris un billet d’avion, tu es arrivé ici, tu as regardé comment cela s’est passé, c’est cela ?

Jonathan : Exactement, billet direct de Tokyo – Tallinn, juste un petit changement à Paris, mais juste à l’aéroport, pas plus que cela,

Raph : Freestyle quoi,

Jonathan : Voilà, on en avait entendu parler que voilà qu’ils faisaient tout en ligne, qu’ils étaient très digitaux, qu’ils étaient très peu bureaucratiques, la fiscalité était intéressante pour les entrepreneurs, on en avait juste entendu parler, on ne savait pas dans la réalité ce que s’était, on voulait vraiment expérimenter cela, voire de nos propres yeux ce que cela donner et si vraiment c’était vrai et si cela ne nous convenait pas, on pouvait repartir ailleurs, ce n’était pas un souci,

Raph : Oui,

Jonathan : Mais voilà, on voulait vraiment tester par nous-mêmes l’aventure au départ et très bonne surprise au final,

Raph : Du coup, cela veut dire que tu es arrivé en aller simple à Tallinn et depuis ce jour tu n’es jamais reparti ?

Jonathan : Absolument et c’est vrai en plus, j’ai fait le congrès des infopreneurs à Budapest l’année dernière, je suis allé à Helsinki, je suis allé à Vilnius, je suis allé à Ria, les pays limitrophes, les pays qui sont proches, mais à part cela, je ne suis jamais ressorti, je vais repartir au Japon dans quelques semaines, mais sinon je ne suis jamais ressorti,

Raph : Okay et là cela fait plus d’un an et demi que tu es ici donc cela veut dire vraiment qu’il y a quelque chose qui t’a plu ici à Tallinn en Estonie, donc voilà, on va parler vraiment un peu de fiscalité nous dans cette vidéo-là parce que c’est quand même ce qui intéresse le plus les entrepreneurs aujourd’hui s’ils veulent venir s’installer ici,

Jonathan : Il n’y a pas que cela,

Raph : Mais voilà, il n’y a pas que cela, tu parlais notamment de l’Estonie qui était un pays très connecté,

Jonathan : Absolument,

Raph : Est-ce que tu peux nous en parler un peu plus, c’est vrai que c’est quand même assez fou de voir que tout est simple, tout à l’heure on était à la bibliothèque avec toi, donc tu vas à la bibliothèque, tu mets ta carte de bus, il te reconnait et tu peux imprimer un document que sur ton ordinateur chez toi depuis ton domicile tu as voulu imprimer enfin tout est ultra-connecté, c’est vrai que si on disait à quelqu’un en France, tu mets ta carte de bus dans une imprimante à la bibliothèque, cela te sort le document que chez toi tu as voulu imprimer la veille, cela parait fou,

Jonathan : Voilà, vous avez un service, c’est juste un service parmi d’autres, il y a pleins de choses, d’ailleurs j’en parle sur mon site, n’hésitez pas à aller voir « jonathanrigottier.com »

Raph : Je mettrai l’adresse,

Jonathan : Voilà, merci Raphael, c’est un site qui est dédié à l’entreprenariat en Estonie, voilà je vous partage tout cela dessus, donc si cela vous intéresse, n’hésitez pas à aller voir, il y a pleins de petits services, de petites choses comme cela, voilà, comme Raphael vous voulez imprimer un document, alors en Estonie, c’est très digital, il n’y a plus beaucoup de papiers qui est utilisé, du coup ce qui fait que c’est galère pour imprimer, mais il y a un service qui a été fait, un service public entre guillemets, vous allez sur un site internet, vous vous enregistrer, vous chargez le document pdf que vous voulez aller et ensuite vous avez une liste d’endroits pour aller imprimer, genre une bibliothèque universitaire, quelque chose comme cela, cela vous coute quelques centimes, mais vous pouvez aller l’imprimer avec votre carte de bus comme l’expliquait Raphael, enfin il y a pleins de petits services comme cela qui fait que cela vous simplifie la vie,

Raph : Oui,

Jonathan : Et un exemple concret vraiment concret pour les entrepreneurs, c’est la création de votre société, cela se fait vraiment super simplement, cela n’a rien avoir avec voilà, il faut signer des documents envoyés par la poste, etc., vous pouvez vraiment vous levez le matin à 9h, vous vous dites aujourd’hui je crée ma boite, je suis chaud, vous allez sur le site, vous faites les démarches, vous suivez les instructions, cela va vous prendre quoi une demi-heure, une heure, voilà, le temps de tout remplir, de vérifier, de ne pas faire d’erreur, dans la foulée vous recevez un PDF dans votre e-mail, avec votre numéro d’enregistrement, une heure après en gros, vous allez dans la foulée à la banque faire votre compte bancaire avec votre PDF que vous avez reçu et voilà, c’est terminé, vous avez votre entreprise,

Raph : C’est terminé,

Jonathan : On n’en parle plus, parce que vous avez signé digitalement, vous signez toujours, ce n’est pas freestyle non plus, mais vous avez signer digitalement avec votre carte d’identité, bon cela j’en parle sur mon site, n’hésitez pas à aller voir si vous voulez plus de détails, cela fait gagner beaucoup de temps, la signature digitale dans ce pays a la même valeur qu’une signature papier avec un stylo,

Raph : Cela fait cool,

Jonathan : Au niveau juridique c’est pareil, donc cela simplifie bien la vie,

Raph : C’est vrai qu’en France, on pourrait être découragé par la création de société où on peut se dire sur un coup de tête je crée une société, mais très vite avec la paperasse on est découragé, en Estonie on peut se lever sur un coup de tête et dire je crée une société sur un coup de tête, sur un malentendu, deux heures après c’est vraiment créer quoi, pour le coup, c’est vrai.

Jonathan : Absolument

Raph : Et pour revenir au fait que tout est numériser c’est vrai qu’on disait que j’avais besoin d’imprimer un document, mais ce document n’avait en plus rien à voir avec l’Estonie et c’est vrai qu’ici je n’ai pas signé un seul papier pour l’instant je crois, ah si, sauf que je me suis enregistré au référencement des habitants,

Jonathan : Voilà, parce qu’il n’a pas encore sa carte d’identité, quand il va l’avoir, il n’en aura plus besoin, mais au début, avant qu’il l’ai, on repasse par le système papier, c’est comme pour la location de votre appartement, au tout début vous n’avez pas la carte, vous êtes encore en mode papier, mais après quand vous l’avez, si vous relouer un autre appartement, vous avez l’option de signer digitalement votre contrat de location,

Raph : Et zéro papier,

Jonathan : Zéro papier, voilà vous avez un PDF ou un document Word, vous le signez digitalement, le logiciel vous sort un fichier en « .bdoc » cela s’appelle, voilà c’est le format des trucs qui sont signés digitalement et voilà vous pouvez y accéder avec le logiciel, revoir votre contrat, etc. donc c’est top,

Raph : C’est top, c’est vrai qu’en France, on est toujours là à nous dire gardez vos documents, deux ans, trois ans, cinq ans, dix ans, on a des classeurs, des piles de papiers qui trainent de partout, on les perd, ici, il y a zéro paperasse, c’est quand même ultra cool,

Jonathan : Voilà, vous avez votre dropbox et cela fait l’affaire,

Raph : On stock en ligne,

Jonathan : Même pour les factures, vous allez dans un magasin, vous utilisez votre dropbox pour scanner la facture, vous devez mettre cela dans un dossier dropbox, le comptable a accès, voilà c’est terminé, il n’y a pas besoin de garder dix mille papiers, voilà je le mets à la poubelle derrière, une fois que je l’ai scannée,

Raph : Et même les factures dans les magasins, les restos, ils ne les donnent pas automatiquement, si on ne les réclament pas, ils ne les donnent pas, moi je me suis rendu compte que pleins de fois, ils ne m’ont pas donné de reçus parce que cela ne doit pas être du tout dans leur mentalité, du papier encore une fois, si on ne demande pas le reçu, enfin ils demandent toujours est-ce que vous voulez un reçu, sinon ils ne vous donnent rien,

Jonathan : Absolument, oui,

Raph : Encore une raison, une preuve de plus quoi,

Jonathan : Voilà, moi je demande juste les reçus pour mon entreprise, sinon je n’en ai pas besoin, parce que j’ai un compte soit chez « N26 » soit chez « Revolut » qui sont accessible ici, « N26 », ce n’est pas accessible partout en Estonie, vous y avez accès comme en France, comme dans dix pays ou douze pays, je ne sais plus combien, voilà c’est top, parce que du coup, vous n’avez pas besoin de reçus, directement vous avez une notification sur votre téléphone, on en parlait hier soir avec Raphaël, c’est assez sympa,

Raph : Oui, oui

Jonathan : Plus d’erreurs, plus de soucis, l’Estonie prend un petit peu aussi ce virage, ils ont leur banque principale « SWEDBANK » qui est en train de faire pareil, c’est assez intéressant, on sent les gens qui ont le virage du numérique et ceux qui ne l’ont pas, imaginez les banques à l’ancienne, genre «  les caisses d’épargne », « LCL », vous voyez de quoi je parle, à l’ancienne, les trucs prennent trois jours pour être passé, là cela est fait à la minute,

Raph : Oui, le virement il faut envoyer le RIB, tu as 24h pour que ce soit validé, ensuite ils t’envoient un code pour revalider.

Jonathan : Voilà, c’est beaucoup, beaucoup plus simple,

Raph : Une demande, c’est réglé dans la seconde. Du coup, question qui tue, question généraliste, pourquoi c’est plus intéressant pour un entrepreneur, donc nous on parle vraiment d’entrepreneur qui ont un business sur internet, pourquoi ce serait plus intéressant pour un entrepreneur qui a un business sur internet de venir s’installer en Estonie, fiscalement d’avoir la résidence d’habiter en Estonie, de venir ici ? Grosse question.

Jonathan : Le plus que je trouve moi, ce que j’apprécie beaucoup c’est simple, c’est simple à comprendre, alors ce n’est pas zéro taxe,

Raph : Non du tout,

Jonathan : Comme dans certain montage offshore, etc ce n’est pas zéro taxe, mais par contre, c’est extrêmement clair, vous savez dès le début ce que vous devez payer, il n’y a pas de mauvaises surprises, je ne sais pas, comme en France, mais il n’y a pas que la France où genre un an après, on vous envoie un truc à payer,

Raph : Trois mille euros,

Jonathan : Voilà, vous avez une facture, une mauvaise surprise entre guillemets, un truc que vous n’aviez pas compris parce que c’est complexe en fait, si vous n’êtes pas juriste et tout, si votre métier je ne sais pas, nous c’est de faire des vidéos par exemple, de créer des formations, Raphaël il partage dans l’immobilier par exemple, moi je partage dans la méditation, dans le webmarketing avec mon frère, c’est cela notre métier, on n’est pas des juristes à connaitre toutes les petites lois, tous les petits trucs donc voilà il y a des mauvaises surprises dès fois, des trucs qui vous tombent dessus, vous ne saviez pas parce que vous ne connaissiez pas le truc, vous n’avez pas passé une année à étudier cela ou vous n’avez pas les moyens financiers de vous payer un avocat pour le faire à votre place, etc. parce que c’est relativement couteux donc voilà, ici, il n’y a pas ce genre de souci, c’est extrêmement clair, extrêmement simple, voilà je peux vous résumer les choses en une minute, quand vous payez des choses soit vous verser un salaire, par exemple là on est en octobre, donc votre salaire du mois de septembre, vous avez jusqu’au dix octobre pour payer vos cotisations, votre impôt sur le revenu, parce que c’est l’impôt à la source ici, vous n’avez pas une feuille d’impôt un an après qui vous attend, vous payez ce que vous avez à payer le dix du mois suivant, vous verser un dividende par exemple en janvier 2018, vous avez jusqu’au dix février 2018 pour payer votre impôt par rapport au dividende, l’impôt sur le revenu du dividende,

Raph : Qu’est-ce qu’il se passe si on ne paye pas en temps et en heure ?

Jonathan : Vous allez avoir un rappel, mais ils vous envoient un e-mail, cela se trouve c’est bien aussi, parce que des fois, moi je le sais maintenant, même si je vous le dis dans la vidéo parce que je suis là, mais c’est vrai qu’au début, je ne savais pas trop le système, voilà c’est pareil, je n’ai pas étudié le truc, enfin ce n’est pas mon pays, je ne connais pas trop, mais du coup, ils vous envoient un mail en vous disant attention, vous devez payer avant le tant, ils vous l’envoient un jour ou deux avant, et vous mettent toutes les infos combien vous devez payer, etc. donc voilà, vous payez ce qu’on vous dit, il n’y a pas de soucis du coup d’oublier qu’on vous met un rappel,

Raph : En France, on ne reçois pas de rappel la veille ou deux jours avant pour nous dire attention payer bien, on ne paye pas, on a des pénalités et c’est terminé, il faut toujours faire attention aux dates, toujours tout savoir, sinon c’est de notre faute, si on ne sait pas quelque chose, c’est au devoir du comptable de nous dire si on doit payer quelque chose, mais le comptable s’il est plus ou moins compétent et il nous ne le dit pas,

Jonathan : Ou s’il a oublié, parce que même pour le comptable, quand c’est compliqué il peut oublier, voilà il a pleins de clients, etc.,

Raph : C’est cool, on a des rappels pour nous dire faut payer monsieur, donc là on ne peut pas oublier, on n’a pas d’excuses pour dire qu’on ne savait pas

Jonathan : Absolument et ce qui est vraiment assez cool aussi, c’est que voilà, on ne l’a pas précisé, mais il n’y a pas d’impôt sur les sociétés, ce qui fait que cela simplifie beaucoup, beaucoup la situation parce qu’en fait voilà, votre boite classique, vous avez des dépenses, des recettes, il vous reste un bénéfice, si ce bénéfice-là, vous n’y touchez pas, vous laisser les sous dans l’entreprise, il ne se passe rien, vous ne payez rien,

Raph : Oui,

Jonathan : C’est juste si vous décidez voilà, je me verse un salaire comme cela j’ai accès à l’hôpital gratuit, enfin il y a des services, etc. dans ce cas-là vous savez que vous avez jusqu’au dix du mois suivant pour payer vos cotisations et après c’est terminé, on ne va pas vous demander un an après de payer un autre truc et de payer une taxe d’habitation ou je ne sais pas quoi, enfin c’est terminé, c’est payé, on n’en parle plus, c’est peace of mind, vous n’avez plus à y penser, soit vous verser un dividende comme je disais, vous avez jusqu’au dix du mois d’après c’est terminé, voilà, il n’y a un relevé qui tombe un an après ou je ne sais pas quoi, vous avez votre TVA jusqu’au vingt, si vous avez de la TVA à collectée, à payer, etc. vous avez jusqu’au vingt du mois suivant et voilà c’est tout

Raph : C’est vraiment simplifier quoi, l’idée c’est de se dire que cela marche comme en France, on a de l’ IS, on peut se payer un salaire ou un dividende, mais voilà l’IS il est de zéro pour cent si l’argent reste dans la société, enfin c’est comme même énorme vis-à-vis de la France ou même si l’argent reste dans la société, on va payer son trente-trois- un tiers d’IS donc cela change quand même beaucoup la donne, cela veut dire qu’on peut vraiment réinvestir votre argent tranquillement,

Jonathan : Parce que moi je connais des entrepreneurs qui sont en France et cela les pousses à la dépense parce qu’ils se disent voilà si je dépense, je n’aurais pas de bénéfices, du coup  je ne vais pas payer beaucoup d’IS, mais cela pousse à la dépense, là vous n’êtes pas obligé,

Raph : Oui,

Jonathan : Imaginer vous faites cent K de bénéfices entre guillemets, vous avez besoin de trente K pour votre train de vie, voilà, vous vous verser trente K, vous payez vos impôts sur une base de trente K donc c’est vingt / quatre-vingts vous rajoutez, donc vous faites trente K, vous rajouter 20,

Raph : Six milles,

Jonathan : Ce doit être cela, six milles, quelque chose comme cela, donc vous payez cela, ce qu’il reste dans la boite, vous n’êtes pas taxé et vous pouvez le réinvestir si vous le souhaitez ou ne pas le réinvestir, le laisser dans la boite, c’est un peu une sorte de PEA, vous voyez la logique du PEA, vous réinvestissez, ce n’est pas taxé, vous avez un PEA sans limites de montant, sans limites dans le temps, il n’y a pas de règles de cinq ans, de choses comme cela, c’est vous quand vous décidez, il y a juste une règle, vos bénéfices de 2017, vous ne pouvez pas vous les verser avant 2018, en 2019, vous pouvez vous verser les bénéfices de 2017-2018, en 2020, les bénéfices de 2017, 2018, 2019, potentiellement vous pouvez les verser et pas ceux de 2020, voilà exactement, pas ceux de l’année en cours,

Raph : On peut revenir sur combien d’années en arrière, tu le sais cela ?

Jonathan : Il n’y a pas de limite,

Raph : Il n’y a pas de limite donc en 2020, je peux revenir sur les bénéfices de 2014,

Jonathan : Absolument, oui

Raph : En fait, sur tout ce qu’il y a dans la caisse auparavant

Jonathan : Tout ce qui est dans la caisse des années précédentes,

Raph : On peut revenir dessus,

Jonathan : Voilà, vous pouvez vous faire une sorte de trésorerie en vous disant si j’en ai besoin dans le futur pour un projet, quoique ce soit, je les sortirais à ce moment-là, tant que je n’en ai pas besoin, je les laisse dans l’entreprise,

Raph : Ils sont là, c’est un stock

Jonathan : J’ai mon petit stock qui n’est pas taxé, zéro, tant que c’est dedans c’est cool et cela simplifie la vie au niveau des calculs,

Raph : Oui

Jonathan : Parce qu’il n’y a pas de truc un petit peu, on vous fait des rappels, cela vous n’auriez pas dû le passer dans les dépenses de votre entreprise, etc. vu qu’il n’y a pas d’IS, il n’y a pas vraiment un problème, le comptable va vous le dire de toute façon, ce que vous pouvez faire, pas faire

Raph : Puis surtout, c’est dommage comme tu disais, pour un français qui se force à faire des charges pour ne pas payer d’IS, voilà quand même le but d’une entreprise, cela reste de faire des bénéfices quand même,

Jonathan : Absolument,

Raph : Donc si on crame tout son chiffre pour faire des charges et ne pas payer d’IS, cela reste ridicule, c’est qu’au final on a une entreprise qui ne marche pas entre guillemets, enfin le but c’est de faire des bénéfices,

Jonathan : Absolument,

Raph : C’est quand même super cool pour l’Estonie, donc on a parlé de l’IS, on a de l’IS, on le paye, si on veut sortir de l’argent, on le paye en dividende, on le paye en salaire, est-ce qu’ensuite on a de l’IR, comment cela fonctionne pour l’impôt sur le revenu ?

Jonathan : Alors l’argent que vous versez en dividende en fait donc c’est votre entreprise qui paye, ils appellent cela l’impôt sur les sociétés et ce montant-là que votre entreprise aura payé donc par exemple vous verser huit mille euros en dividende, votre entreprise va payer deux milles et en fait c’est huit mille euros que vous recevez sur votre compte perso, c’est votre argent où cela est exonéré d’impôt sur les sociétés, vous ne payez pas,

Raph : C’est l’impôt sur le revenu, oui

Jonathan : Impôt sur le revenu, pardon, je m’embrouille, parce que votre entreprise a déjà réglé donc vous ne réglez pas une deuxième fois donc cette partie-là est exonérée,

Raph : Donc c’est énorme,

Jonathan : Votre entreprise paye et c’est terminé, c’est dans votre poche, il n’y a pas de truc à repayer, c’est terminé,

Raph : Donc c’est vingt pour cent en one shot et en fait les vingt pour cent englobent l’IS et l’IR c’est cela ?

Jonathan : Oui, voilà exactement, exactement, c’est cela,

Raph : L’IR est un peu inclus dans l’IS quand on se paye en dividende, quand on se paye en salaire, on paye des charges comme en France, mais un peu moins et là est-ce qu’on paye encore de l’IR derrière ou est-ce que c’est tout ?

Jonathan : Voilà, c’est tout,

Raph : C’est tout, okay

Jonathan : En fait ils appellent cela l’impôt sur les sociétés, mais ce n’est pas vraiment un impôt sur les sociétés, c’est juste sur l’argent que vous versez, voilà du coup, il n’y a pas à repayer derrière, c’est en fait d’ailleurs, c’est l’entreprise qui paye les dividendes, ce n’est pas vous et vous vous ne payez rien puisque votre entreprise a déjà payé

Raph : Elle a payé pour vous entre guillemets, la personne morale a payé pour vous, donc c’est-à-dire que tu payes ton IS, tu payes en dividende, en salaire et ensuite derrière tu es tranquille, tu n’as pas d’IR, tu fais quand même une déclaration de revenus en Estonie c’est cela ?

Jonathan : Sur le salaire, il vous a payé de l’impôt sur le revenu, mais c’est à la source à nouveau, vous avez jusqu’au dix, douze du mois d’après donc tout est inclus quand vous versez votre salaire, cela inclut les charges sociales, les charges patronales, etc. alors pour vous donner une idée sachant que cela va baisser l’année prochaine, ils sont dans une logique de baisser les impôts sur le revenu,

Raph : C’est rare cela,

Jonathan : Il n’y a pas de tranche en fait, en France vous avez les tranches, mais pas qu’en France, mais dans pleins de pays vous avez des tranches, un petit peu les petits revenus, c’est zéro pour cent d’impôt,

Raph : Les « TMI » tranches marginales d’imposition, oui

Jonathan : Voilà, si vous passez, dix mille euros, douze mille euros, je ne sais plus à combien cela est en France, vous êtes à cinq pour cent, à cinq virgules cinq pour cent, cette tranche-là, vous passez dans une tranche supérieure, ici c’est cent quatre-vingts euros une sorte de franchise ou vous n’avez pas d’impôts et au-delà pour les salaires, je parle, et au-delà cela passe à vingt pour cent pour tout le monde, que vous ayez un salaire, je ne sais pas de mille euros, de dix mille euros, de cent mille euros, c’est le même taux, c’est le « fractured » c’est pour tout le monde pareil, donc cela encourage un petit peu à se développer, à gagner plus et tout en se disant voilà c’est honnête, je vais payer plus, il n’y a pas de souci, mais je ne vais pas me faire assassiner exactement, donc cela motive à se développer, à se dire voilà j’ai plutôt intéressé à rester dans les tranches basses comme cela je ne paye pas trop, voilà tranquilou, cela ne motive pas trop le système de tranche, ils l’ont bien compris ici et ils ne font pas cela du tout,

Raph : C’est vrai que c’est la discussion qu’on avait eue hier avec un autre entrepreneur qui se disait si j’ai déjà un million et que je gagne un million supplémentaire et qu’on me le taxe à soixante-quinze pour cent, putain j’ai fait un million en plus, mais on m’en a pris sept cent cinquante mille, il ne me reste plus que deux cent cinquante mille et malheureusement cela freine certains entrepreneurs à ne pas faire trop de chiffres, pour ne pas payer trop d’impôts, c’est dommage.

Jonathan : Voilà, on se dit je vais me déchirer, je vais faire des efforts énormes, pourquoi, pour garder un quart de tout ce que je me serai déchiré, ici, voilà, si vous faire un million en plus, vous payez deux cents milles en dividende, d’ailleurs vous n’êtes pas obligé de vous les verser tout de suite, mais quand vous ferez le choix de vous les verser et huit cents milles pour vous donc c’est cool quoi, vous participez, vous contribuez à la société, etc. d’ailleurs un gouvernement qui gère bien l’argent , il n’y a pas de déficit, tu le disais, enfin tu avais regardé, c’est vrai il n’y a pas de déficit public, ils gèrent bien l’argent,

Raph : Il y a plus de recettes publiques que de dépenses, oui

Jonathan : Cela fait plaisir, vous avez de bons services, voilà on en parlait, il y a pleins de services en ligne qui sont connectés, cela vous fait gagner du temps, le service de créer sa société en une heure, voilà c’est un service, c’est cool quoi, donc contribuer, payer des impôts, pour un service de cette qualité, voilà cela passe, on ne se sent pas fourré entre guillemets,

Raph : C’est vrai que oui, on ressent plus l’impact potentiel des impôts payés ici en termes des services qu’on peut recevoir qu’en France, bon encore une fois le débat, il peut être long, je sais que dans les commentaires, cela va peut-être faire jaser de dire oui, en France on a des services, on a l’école gratuite, on a l’hôpital gratuit,

Jonathan : C’est pareil ici, je peux vous le dire, c’est un truc que j’aime bien sortir, parce que souvent on me sort le truc, oui, mais on a des services et tout, pareil ici, vous avez l’hôpital gratuit, moi je me verse un salaire de cinq cents euros, je paye deux cent quatre-vingt-sept euros quinze de cotisation en impôt sur le revenu, enfin tous les mois et voilà j’ai l’hôpital gratuit, si j’ai des enfants ils pourront aller à l’école publique gratuitement, on a les transports gratuits, voilà on a plein de service,

Raph : Ce n’est pas le tiers monde,

Jonathan : Ce n’est pas du tout le tiers monde,

Raph : Parce que justement quand sur snapchat, je mets des snaps, ici à Tallinn, en Estonie, les gens ils me disent, ah, mais il y a cela à Tallinn, par exemple la dernière fois, je montre de la « veuve clicquot » ou une chicha ou une Porsche, les gens me disent, ah, mais il y a cela à Tallinn, on a l’impression qu’ils pensent que c’est le tiers monde, qu’il y a rien, donc cela permet un petit peu de rebondir sur un petit peu la qualité de vie ici, le cout de la vie, est-ce qu’on vit bien à Tallinn d’après toi ?

Jonathan : Absolument

Raph : Est-ce qu’il y a tout ce qu’il faut ?

Jonathan : Il y a tout ce qu’il faut, alors bien sûr, vous allez avoir moins de choses qu’à Tokyo, qu’à Paris, il y a moins de choix de restaurants,

Raph : On n’est pas à Paris,

Jonathan : Parce que la ville est plus petite, cela bien sûr, mais voilà il y a tout ce qu’il faut, là on est en face, il y a un centre commercial,

Raph : Qui est énorme oui,

Jonathan : Il y a tout ce dont vous avez besoin, il n’y a pas de soucis, si vraiment vous avez besoin d’un truc spécifique, vous pouvez prendre le bateau aller à Helsinki, qui est une capitale de la Finlande, vous pouvez faire votre shopping là-bas, si vraiment il y a un truc que vous voulez, vous pouvez commander sur Amazon, vous allez sur « amazon UK » ou amazon en Allemagne, dès fois Amazon France, mais pas trop, vous vous faites livrer ici, donc voilà vous trouvez tout ce dont vous avez besoin, il n’y a pas de souci à ce niveau-là,

Raph : C’est une ville normale, c’est une capital normal, il y a des restos, des centres commerciaux, des boites de nuit si on veut sortir, des bars,

Jonathan : Voilà, absolument, il y a la mer baltique pas loin, donc voilà vous pouvez vous balader le long de la mer, en été c’est vraiment sympa, vous avez une petite plage, il y a une foret derrière, enfin voilà vous vous balader dans la nature c’est vraiment cool,

Raph : Je ne sais pas pourquoi je pense à cela, mais du coup cela me fait penser à cela, le fait que tu parles de mer mais j’avais vu qu’en plus ici, on a un désert qui est un des plus purs au monde, je ne sais pas si tu as entendu cette information-là,

Jonathan : Absolument, parce que c’est un pays qui n’est pas très peuplé, il n’y a pas de grosses villes urbaines,

Raph : Pas polluée

Jonathan : Il y a beaucoup d’arbres, beaucoup de verdures, du coup oui, on a un air de très bonne qualité, donc c’est sympa aussi pour la santé

Raph : C’est peut-être un peu plus secondaire cela, mais ce n’est pas forcément l’argument numéro un pour quelqu’un qui va vouloir venir s’installer en Estonie,

Jonathan : C’est des petits plus comme cela

Raph : C’est des petits plus qui font plaisir à savoir de se dire que quand on inhale une bonne grosse bouffée d’air, on ne se retrouve pas avec des tas, peut-être de polluants ou de je ne sais quoi,

Jonathan : Voilà il y a un entrepreneur qui est ici, qui est de Paris et il m’expliquait justement qu’il avait des problèmes un petit peu de respirations, etc. et quand il est venu ici, voilà ses problèmes se sont bien améliorés,

Raph : C’est vrai ?

Jonathan : Voilà parce que vous savez qu’à Paris, c’est un peu pollué quand même, surtout dans les grands boulevards où il y a beaucoup de trafic, voilà il m’expliquait que pour lui, il respirait beaucoup mieux, cela allait beaucoup mieux pour lui donc oui c’est des petits plus comme cela pour les gens qui sont un petit peu nature, qui prennent soin d’eux, ce n’est pas mal, petite ville un peu nature, en même temps il y a tout ce qu’il faut, vous n’êtes pas dans un truc non plus,

Raph : Une ville à taille humaine,

Jonathan : Perdu etc. voilà une ville à taille humaine, c’est cela,

Raph : C’est cela, c’est cela, est ce que c’est compliqué de venir en Estonie, est ce que c’est un pays qui est entre guillemets fermés, parce que tu sais l’expatriation cela peut faire peur un peu aux gens de se dire il y a pleins de choses à faire, il faut trouver un appart, créer une société, il faut s’intégrer, il faut créer un compte en banque, voilà il y a pleins de trucs qu’on peut potentiellement devoir faire, est-ce que les procédures, je pense que la réponse est un peu déjà toute faite parce qu’on a dit que c’était très simple en Estonie au niveau des papiers, mais est-ce que c’est dur de s’expatrier en Estonie ?

Jonathan : Moi je dirais que non, parce que déjà il n’y a pas de barrière de la langue, c’est souvent un problème, vous allez au Japon, enfin pas qu’au Japon, en Bulgarie, en Hongrie, en Lituanie, là où je connais les entrepreneurs qui sont expatriés en République tchèque, etc. à chaque fois vous avez le problème de la barrière de la langue, dès que vous avez un document à faire, une formalité, il faut que vous demandiez à quelqu’un, c’est assez lourd, c’est un petit peu pénible d’être à chaque fois dépendant de quelqu’un et cela prend du temps, voilà cela traine, là ce qui est bien quand même, c’est que vous pouvez tout faire en anglais, donc je sais que tout le monde ne parle pas anglais, mais cela peut être l’occasion de venir ici,

Raph : Oui, oui

Jonathan : Pour améliorer votre anglais, vous pouvez quand vous avez des questions, moi j’apprécie beaucoup, vous pouvez poser vos questions en anglais, il y a un email d’ailleurs où on vous répond, etc. quand vous créez votre société ou pour d’autres trucs et on vous répond en anglais donc c’est vraiment top, je ne dis pas que c’est toujours cent pour cent en anglais, parce que voilà par exemple à l’hôpital, il y a des infirmières qui ont plus de cinquante ans, etc. qui ont connu l’Union soviétique donc qui ne parlent pas anglais, mais la génération un peu de notre âge et tout, tout le monde parle anglais,

Raph : C’est vrai que c’est cool

Jonathan : Vous pouvez faire vos courses, aller au restaurant, il n’y a pas besoin de parler la langue locale, donc c’est cool cela facilite bien la vie et les démarches au début, il vous faut surtout un appartement, mais l’appartement voilà, on ne va pas vous demandez quinze mille documents, c’est cela qui est bien ici,

Raph : Pas comme en France, quoi

Jonathan : Voilà, on va juste vous demander vite fait ce que vous faites, mais à l’oral, on ne va pas vous demandez de fournir des papiers, voilà on va un peu faire connaissance avec vous, voir si vous avez l’air sérieux un petit peu vite fait et s’il y a un feeling, on va vous louer l’appartement, il y a juste un mois de caution à payer d’avance et si vous passez par une agence, il y a un mois d’agence et vous payez le premier mois de loyer en avance et puis voilà, cela fait un truc à cinq cents euros, faut que vous veniez avec un budget de mille cinq cents euros et voilà c’est bon,

Raph : C’est vrai que mon contrat de location, il fait quatre, cinq pages, je n’ai que cela, j’ai envoyé ma carte d’identité, enfin mon passeport, deux, trois informations et c’est tout, il n’y a pas délires comme en France à remplir tout un tas de documents, engagement de caution solidaire, inventaire, état des lieux, contrat de location, on se retrouve avec un dossier de cinquante, soixante pages, parce qu’il faut le faire en fois deux, c’est vrai que c’est super simple et je n’ai même pas vu la propriétaire pour tout vous dire, c’est vraiment affolant,

Jonathan : Si vous ne payez pas votre loyer on va vous,

Raph : On va vous mettre dehors,

Jonathan : C’est cela, mettre dehors, si vous le payez, vous êtes réglo il n’y a pas de souci, cela simplifie la vie, le propriétaire n’est pas trop sur un mode défensif,

Raph : C’est cela,

Jonathan : Avoir un peu peur d’avoir des problèmes ensuite,

Raph : De squattage,

Jonathan : Du coup, c’est beaucoup plus facile,

Raph : Il n’y a pas de protectionnisme comme en France où le locataire est un roi, il a le droit de ne pas payer et en plus de cela, il va rester gratuitement pendant deux ans, le temps de la procédure, donc cela est plutôt cool, tu payes c’est bien tu restes, tu ne payes pas, tu vas dehors, donc c’est vrai j’adore c’est cool, donc quoi d’autre après, il faut faire toutes les démarches pour être résident fiscal, résident, leur prendre la résidence est ce que c’est simple ?

Jonathan : Voilà, il faut que vous ayez votre carte d’identité, bon ce n’est pas forcément compliqué , c’est juste qu’il y a quelques petites démarches à faire, une fois que vous avez votre carte électronique, à nouveau vous pouvez aller voir sur mon site, je vous mets des photos, je vous montre tout cela, vous avez votre carte, vous pouvez faire toutes vos démarches en ligne, parce que voilà signé digitalement, vous identifiez, il y a pleins de petits services comme cela que vous pouvez utiliser, exemple, vous allez à l’hôpital, il n’y a pas de papier, c’est pareil, vous nous donnez votre carte électronique, le médecin il va logger votre carte dans l’appareil, il va voir un peu qui vous êtes, il va voir un petit peu vos examens médicaux que vous avez faits avant, etc., vous n’allez pas payer parce qu’il va voir que vous cotisez, enfin tout est connecté, cela facilite vraiment la vie, d’ailleurs moi cela m’avait surpris, parce que j’avais une assurance privée également et je m’étais dit putain c’est bureaucratique, parce qu’il fallait payer, il fallait faire remplir des documents au médecin, il fallait les scanner, il fallait les renvoyer à l’assurance pour qu’elle me rembourse, etc. et je m’étais dit c’est rare, mais le service public se démerdent mieux que le service privé,

Raph : C’est vrai,

Jonathan : Parce qu’il n’y avait rien à faire, le médecin connecte votre carte, cela se connecte au service de sécurité sociale d’ici, voilà, il n’y a pas de papiers

Raph : Tout est centralisé encore une fois,

Raph : Si vous devez payer cinq euros ou un petit truc, ils vous disent d’aller à la réception payer vos cinq euros et voilà c’est terminé, il n’y a pas de paperasses,

Raph : Il y a un vrai suivi en fait, c’est cela ?

Jonathan : Exactement, après il y a des gens, je sais, qui sont en mode un petit peu oui j’ai peur pour mes données personnelles, voilà la privacité entre guillemets, donc ce qui est bien c’est que le médecin, il n’aura accès qu’aux données qui le concerne, vous allez voir un cardiologue par exemple, il va avoir accès qu’aux informations qui ne contiennent votre cœur,

Raph: C’est segmenté okay,

Jonathan : Il ne va pas avoir accès à votre compte en banque, à votre entreprise, il ne va avoir accès qu’aux infos médicales qui le concerne dans son domaine et voilà, c’est segmenter, couper, je disais si par exemple vous allez au cardiologue, le cardiologue n’aura accès qu’aux informations qui concernent votre cœur, il n’aura bien sûr pas accès à votre compte en banque, voilà, où est ce que vous habitez, enfin si, il aura peut-être l’adresse pour information, mais voilà cela ne va pas aller plus que cela, mais ce qui est bien pour éviter, enfin c’est vraiment transparent, vous avez la possibilité de voir qui à regarder vos informations, c’est un système qui est dans les deux sens, c’est très transparent, il y a un registre de savoir qui est le propriétaire de là où vous habitez, par exemple vous voulez savoir qui est le propriétaire, parce que vous voulez acheter l’appartement, vous avez la possibilité d’y avoir accès en ligne et le propriétaire il a la possibilité de voir qui a consulté l’information donc il n’y a pas de gens qui peuvent un peu se cacher, faire des recherches

Raph : C’est marrant,

Jonathan : En espion et tout, voilà, vous avez accès à l’information, mais en même temps la personne en face sait que vous avez cherché, donc cela fait que c’est bien transparent,

Raph : Tout est transparent, c’est marrant

Jonathan : Et cela se passe bien comme cela,

Raph : Finalement, on pourrait se demander quel est l’intérêt pour le propriétaire qu’un tel, monsieur un tel, à regarder pour son bien, son appartement, oui c’est surprenant, donc du coup oui, pour résumer même carte pour tout faire entre guillemets, mais segmentation de manière à faire en sorte que le banquier ne sache pas que vous aviez des problèmes de cœur ou que le cardiologue sache,

Jonathan : Exactement, d’ailleurs si vous faites un prêt immobilier la banque peut faire une recherche sur vous, mais elle n’aura accès qu’à votre historique financier, elle n’aura pas accès à votre dossier médical,

Raph : C’est cela,

Jonathan : Elle n’aura accès que sur ce qui la concerne, comme voilà, si vous votez la mairie aura accès à votre dossier dans quel endroit vous êtes inscrit, etc., mais elle n’aura pas accès à votre entreprise, à votre compte bancaire,

Raph : Et heureusement

Jonathan : Voilà, tout est bien segmenté, donc ce n’est pas mal du tout, c’est mettre la technologie, mais sans le coté qui peut poser problème ensuite,

Raph : Sans qu’on sache tout sur tout, okay et ce qu’on ne parlerait pas un peu du climat ?

Jonathan : Voilà, c’est le truc qui revient souvent, oui, mais tu es dans le nord, il fait froid,

Raph : Après le fait que ce soit le tiers-monde, ici potentiellement le climat, c’est la Sibérie, est ce que tu peux nous dire un peu comment cela se passe ?

Jonathan : Alors déjà le climat, en effet, l’hiver je ne vais pas vous dire qu’il fait super chaud et tout, mais bon,

Raph : Ce serait mentir,

Jonathan : Dans le nord de la France c’est pareil, il ne fait pas super chaud non plus, le truc déjà ce qui est bien avec le climat c’est au niveau de l’été, à moins que vous n’êtes en mode plage, vous adorez quand il faut super chaud, vous pouvez bronzer, si vous n’aimez pas trop cela, transpirer tout le temps, j’étais à Malte, j’ai passé l’été 2013 à Malte, il faisait super chaud dès le matin cinq heures du matin, vous sortez vous transpirer, il faisait trop chaud quoi,

Raph : Tu as à peine pris ta douche que tu sus déjà

Jonathan : Voilà, exactement, alors qu’ici, c’est cela que j’apprécie, ce qui est cool l’été, vous êtes bien, en effet il ne fait pas froid, vingt-cinq degrés quelque chose comme cela, comme tu disais dans ton autre vidéo, vous êtes à manches courtes tranquillement, vous vous baladez vous n’avez pas trop chaud, vous ne transpirez pas, voilà le climat, je dirais qu’il est top pour l’été, je dirais mieux que le sud de la France, à moins que vous êtes vraiment un fan des chaleurs torrides et tout, mais si ce n’est pas votre cas, on est vraiment bien en été, il ne fait pas trop chaud, on peut se balader tranquillement le long de la plage et tout, on est bien, alors en hiver bien sûr, il y a un peu de neige, il fait un peu froid, alors l’hiver dernier, j’étais là, c’était relativement clément, on était autour de moins cinq en moyenne, moins cinq, ce n’est pas insurmontable comme truc, mais on m’a dit en même temps que l’hiver était clément, mais comment vous pouvez gérer cela, parce que j’ai un ami qui est entrepreneur, lui il me dit qu’il va même au Québec l’hiver, il veut encore plus de froid que l’Estonie, parce qu’il me dit l’avantage c’est que tu vas vachement focaliser sur ton job, tu ne vas pas être dans des distractions genre si vous êtes à la plage, je ne sais pas dans un truc paradisiaque, vous allez vouloir en profiter, vous allez vouloir sortir, vous amusez,

Raph : Potentiellement, oui

Jonathan : Alors que là voilà, vous avez le blizzard ou la neige, là votre business, il va filocher enfin cela va avancer,

Raph : Parce que tu n’as pas envie de sortir quoi,

Jonathan : Voilà, vous n’allez pas trop avoir envie de sortir, donc cela va avancer, donc voilà, c’est une petite anecdote que j’ai par rapport à cet ami que j’ai, lui va au Québec carrément pour avoir encore plus de blizzards, plus de neige que l’Estonie,

Raph : Lui il le recherche quoi,

Jonathan : Voilà, il le recherche, exactement, en me disant il n’y a pas de distraction, je sais qu’on ne va pas me dire viens faire cela, vient faire ci, il n’y a pas trop de trucs à faire donc c’est top, lui d’ailleurs a un e-commerce qui a explosé grâce à cela, deuxième option si vraiment c’est dur pour vous, vous pouvez très bien déménager les mois d’hiver,

Raph : On se casse, on part en Thaïlande ou en Amérique du Sud,

Jonathan : Toi tu vas voyager en Asie pour découvrir l’Asie, tu ne seras pas là à priori les mois d’hiver, vous pouvez très bien faire comme Raphael, les quelques mois d’hiver vous les passez dans un autre endroit, voilà, vous n’allez pas perdre votre résidence fiscale tant que vous restez au moins six mois dans l’année, ici c’est cent quatre-vingt-trois jours minimums,

Raph : Comme partout, oui

Jonathan : Donc voilà, vous pouvez les faire, le printemps, l’été, vous faite vos six mois tranquilou ici, et vous pouvez très bien voyager dans un autre pays, vous pouvez même mettre votre appartement quand vous êtes en Asie, l’hiver sur Airbnb, alors il faut vous trouver quelqu’un pour vous en occuper et cela va vous permettre d’amortir le loyer, de ne pas avoir de loyer, peut-être même de faire des bénéfices dans un cas idéal et voilà vous voyez que vous n’êtes pas bloqué, enfin c’est souvent une objection que les gens se mettent, il y a toujours des solutions à chaque problème, il y a toujours des solutions,

Raph : C’est cela, c’est cela, ce n’est pas un gros problème, le fait que le climat soit un petit peu rude l’hiver, voilà cela peut se contourner, on part et puis c’est tout

Jonathan : Soit voilà vous pouvez aller en Espagne ou en Asie ou soit

Raph : En Amérique du Sud

Jonathan : Cela va me permettre de décupler mon business parce que je n’aurais pas de distractions, pas d’autres trucs à faire,

Raph : C’est cela, c’est cela, est ce qu’il y a autre chose que tu voudrais dire sur l’Estonie, alors je sais qu’on pourrait en parler des heures et des heures, on a fait seulement déjà presque quand même quarante minutes de vidéos donc c’est déjà pas mal, on n’a pas envie de vous perdre dans le flot d’informations, mais est ce qu’il y a peut-être un truc, un dernier truc, que tu pourrais juger important de dire sur l’Estonie,

Jonathan : N’hésitez pas déjà à visiter, à venir voir,

Raph : En touriste,

Jonathan : À me contacter, à contacter Raphael si vous passez, parce qu’en fait c’est cool, on a un petit groupe d’entrepreneur et vu que c’est un petit groupe, on n’est pas très nombreux, du coup, c’est sympa, on se voit régulièrement, etc. on est en train même de faire des partenariats dans certains cas enfin voilà c’est assez sympa, on a notre petit groupe sympathique d’entrepreneurs internet donc oui n’hésitez pas à venir voir, à tester par vous-même, c’est comme tout dans la vie, il faut tester, il faut voir un petit peu,

Raph : Il ne faut pas avoir de préjugés, oui

Jonathan : Pas avoir de préjugés, voilà tester, voir par vous-mêmes peut être que cela ne vous plaira pas pour toutes sortes de raisons, mais peut être que voilà cela va être une bonne surprise, il y a beaucoup de gens qui viennent ici, ils sont contents que la vieille ville soit jolie, c’est sympa pour se balader, il y a des rues piétonnes et tout, c’est assez joli, enfin voilà, venez voir, comme disait Raphael, les femmes sont belles,

Raph : J’allais en parler,

Jonathan : C’est les petites rues, venez par vous-mêmes et si vous kiffez, peut être que vous vous installerez ici, peut-être pas, mais voilà venez voir et n’hésitez pas à nous contacter, envoyer un petit message et cela peut être sympa de se voir, sortir des préjugés est super important, de découvrir des nouveaux trucs,

Raph : Okay, okay, donc oui, justement à tous les messieurs qui ont dit sur ma précédente vidéo, on dit okay Raph, le point numéro huit, parce que c’est le dernier point dans lequel je disais,

Jonathan : Le point que tout le monde a retenu,

Raph : Oui, c’est cela, j’ai parlé des femmes ici en Estonie et je disais qu’elles étaient toutes très jolies, c’est un truc de fou, voilà un peu le type russe, les grandes blondes, tailles mannequin, etc., voilà pour tous les messieurs qui vont parler encore de ce sujet-là, venez directement,

Jonathan : Venez voir par vous-mêmes,

Raph : Vous verrez par vous-mêmes, je pense que vous n’allez pas être déçus, mais bref, ce n’était pas le cœur de cette vidéo en tout cas, Jonathan moi je te remercie pour toutes les informations que tu nous as données,

Jonathan : De même Raphael, merci de m’avoir permis de partager cela, comme cela il y aura plus de gens qui pourront découvrir cette option-là, vous saurez que cela existe quand vous réfléchirez aux options qui s’offrent à vous, vous saurez qu’il y a cette option-là parmi d’autres pour essayer.

Raph : Exactement, donc on pourra en parler des heures, n’hésitez vraiment pas, poser toutes vos questions dans les commentaires, à venir directement ici et peut être qu’on refera une autre vidéo si jamais il y a beaucoup de questions ou peut être un Facebook live ou je n’en sais rien, bref en tout cas, n’hésitez pas à liker cette vidéo, la commenter, la partager avec quelqu’un qui est peut être intéressé pour s’expatrier, mais qui ne sait pas ou qui pourrait être intéressé par ce pays, je vous dis à très très vite et encore une fois Jonathan, je te remercie, ciao

Jonathan : À bientôt, ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *