L’importance du COURTIER IMMOBILIER (avec Maxime Serafini, Credit Expert)

Salut, on est aujourd’hui à la maison en compagnie de Maxime Serafini, courtier en crédits immobiliers sur la ville de Reims ! On parle dans cette vidéo de l’importance, en tant qu’investisseur, de se servir des services d’un courtier immobilier ! Toutes les réponses à vos questions dans cette vidéo !

Où retrouver Maxime et Credit Expert :

• Le site : https://www.creditexpert.fr/
• La page Facebook : https://www.facebook.com/creditexpert.fr/
• Le bureau de Reims : Maxime Serafini, 59 Boulevard du Général Leclerc, 51100 Reims, 07 75 22 45 13

L’importance du COURTIER IMMOBILIER (avec Maxime Serafini, Credit Expert)

https://www.youtube.com/watch?v=n-zx_wVxYUY

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription texte de la vidéo :

Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, donc suivez-moi, je vous emmène à la rencontre d’un courtier immobilier dans cette nouvelle vidéo, donc avant tout cela, comme d’habitude vous le savez, ce qu’il vous reste à faire, abonnez-vous ci-dessous à la chaine YouTube afin de recevoir en avant-première toutes les prochaines vidéos qui vont arriver. On est déjà plus de quinze mille ou seize mille personnes sur la chaine YouTube donc un grand merci à vous tous et également n’oubliez pas de lire la barre de description dans la vidéo YouTube afin de récupérer gratuitement votre petit pack de bienvenue afin de vous aider à amorcer votre indépendance financière. On se retrouve tout de suite directement dans les locaux du courtier immobilier et je vous dis un très bon visionnage et à très très vite, ciao.

Raph : Comme je vous le disais, on se retrouve à Reims, dans les locaux de « Crédit expert » en compagnie de Maxime Serafini, Maxime Serafini qui est donc courtier immobilier, on va parler avec lui de l’intérêt pour vous en tant qu’investisseur de se servir des services d’un courtier pour votre achat immobilier, est-ce que c’est quelque chose d’utile ou pas ? Est-ce que c’est primordial ou pas ? En quoi cela peut vous aider et vous servir ? Donc, Maxime, salut,

Maxime Serafini: Salut, Raphael,

Raph : Comment tu vas ?

Maxime Serafini: Écoute, je suis au top, impeccable,

Raph : Super, est-ce que tu peux te présenter rapidement un petit peu

Maxime Serafini : Bien sûr

Raph : Pour tout le monde, nous dire qui tu es, ce que tu fais dans la vie même si je t’ai déjà un petit peu présenté, mais on va redire un petit peu tout cela,

Maxime Serafini: Okay, alors moi je suis effectivement courtier en prêt immobilier, je fais partie du réseau «  Crédit expert » qui est un réseau qui existe depuis une dizaine d’années, qui a une particularité, c’est-à-dire qu’aujourd’hui nous on est spécialisés dans le financement pour le particulier, mais également pour le professionnel, le but aujourd’hui est d’être des partenaires pour les clients,

Raph : Okay

Maxime Serafini: Vraiment les accompagner au mieux, de leur apporter un conseil spécialisé vraiment, qui va coller vraiment à leur demande, mais également en termes de timing d’opération, parce que souvent aujourd’hui, il y a des personnes qui nous sollicites parce qu’ils ont déjà, parce qu’ils se sont déjà engagés pour un financement, pour une acquisition,

Raph : D’accord, okay

Maxime Serafini: Qui me disent bon voilà, aujourd’hui on a signé, on galère un petit peu avec notre banque, est ce que vous êtes capable de nous assurer un accord de prêt dans les meilleurs conditions

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Bon, cela effectivement, c’est le cœur de notre métier, mais on agit également en amont sur tout ce qui est étude de financement pour pouvoir permettre aux gens de se positionner, pour faire un calcul d’enveloppe pour savoir de quel niveau de projet, de quelle nature de projet ils vont pouvoir se lancer aujourd’hui dans l’immobilier

Raph : Okay

Maxime Serafini: Donc on agit vraiment sur

Raph : Tous types de profils ?

Maxime Serafini: Sur tous types de profils tout à fait

Raph : Entre celui qui arrive un petit peu à la bourre, qui n’a pas encore de financement et qui voit que cela se rapproche et celui qui est très anticipateur et qui vient te voir directement,

Maxime Serafini: Oui, c’est cela,

Raph : Quand tu parles de société, c’est par exemple quelqu’un qui est en SCI, il n’y a pas de souci, quelqu’un qui est même en foncière, en SAS, je ne sais pas, il n’y a pas de soucis, vous faites également ?

Maxime Serafini: Bien sûr, bien sûr

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Aujourd’hui de toute façon, derrière une SCI, voilà, il y a deux personnes physiques donc cela ne pose aucun souci,

Raph : Okay, okay, on me demande souvent sur le blog comment je fais pour mon crédit ? Est-ce que c’est primordial d’aller voir un courtier pour faire un prêt immobilier, alors est-ce que tu es entre guillemets indispensables, grosse question dès le début, quelle va être ta valeur ajoutée entre guillemets dans l’achat immobilier, vraiment du coté plus investisseurs, pour le coup, pas forcément résidence principale, etc mais plus pour un investisseur, quelle plus-value il va pouvoir venir chercher chez toi ?

Maxime Serafini: Nous, voilà, c’est notre cœur de métier, on est vraiment spécialisé dans le financement immobilier donc pour tous types de projets, que ce soit effectivement le particulier, mais également l’investisseur

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Surtout qu’en ce moment, les investisseurs sont, vu les conditions de marché sont assez dynamiques,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Le marché est assez attractif

Raph : Oui, c’est vrai,

Maxime Serafini: Et de ce fait on les voit arriver, en règle générale, on reconnait le profil de l’investisseur, parce qu’il va tout de suite nous parler de long terme, oui, est ce que je peux acheter un locatif sur vingt-cinq ans,

Raph : Il a le langage un peu

Maxime Serafini: Voilà, ce sont souvent les premières questions, moi j’ai besoin de faire du cash-flow, donc on le détecte,

Raph : Oui,

Maxime Serafini: On sait même sur certains profils, quand ils ne veulent pas forcément dire que, on sait qu’il va y avoir derrière d’autres idées, il doit y avoir une continuité

Raph : Chose qu’ils cachent un peu de temps en temps, c’est cela ?

Maxime Serafini: Alors, il y en a qui viennent carrément avec un book, qui me disent voilà, je fais cela de cash-flow, c’est très intéressant pour moi, mais nous on sait pertinemment que vis-à-vis de nos partenaires bancaires, ce n’est pas forcément le discours qui va matcher le plus

Raph : Oui

Maxime Serafini: Parce qu’en fait la banque finalement, bien sûr que faire du financement immobilier, cela fait partie de son domaine de compétence aux banquiers, mais à côté de cela, ce qui l’intéresse aussi le banquier, c’est qu’est-ce que nous allons lui apporter,

Raph : Bien sûr

Maxime Serafini: Qu’est-ce que le client va lui apporter,

Raph : Une relation gagnant-gagnant, quoi

Maxime Serafini: Voilà, donc c’est ce que je dis vraiment aux profils d’investisseurs, je dis attention, ne mettez pas trop le paquet aujourd’hui vis-à-vis de moi, ne montrer pas trop la plaquette sur voilà, je fais tant de cash-flow, dans huit ans je pourrais faire un remboursement anticipé, tout cela, non, le but aujourd’hui c’est de pouvoir obtenir le financement,

Raph : Okay

Maxime Serafini: Étape par étape,

Raph : Donc ne pas trop en montrer ?

Maxime Serafini: Voilà, ne pas trop en montrer, parce que cela peut être parfois un point de vigilance vis-à-vis des banques, c’est-à-dire que le banquier peut parfois dire oui, mais il va m’acheter un appartement pour faire du locatif puis un second, puis un troisième, puis il y aura déjà deux, trois lignes chez moi donc il va peut-être aller voir ailleurs,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Donc voilà

Raph : Cela peut faire peur à la banque ?

Maxime Serafini: Cela peut faire peur à la banque, donc ce qui intéresse vraiment le banquier, c’est vraiment une relation sur du long terme, donc la sélection du profil et de la banque est aussi importante

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Nous on est partenaires des banques,

Raph : C’est cela

Maxime Serafini: Donc on ne peut pas se permettre d’amener un client qui au bout de six mois

Raph : S’en va

Maxime Serafini: Va ouvrir une autre ligne de prêt dans un autre établissement bancaire et finalement va laisser ce qu’on appelle une ligne sèche, un prêt sec, auprès de la banque dans laquelle on l’a présenté,

Raph : Et domicilier ses revenus dans la nouvelle banque, etc ?

Maxime Serafini: Et domicilier ses revenus dans la nouvelle banque, etc donc voilà, il faut toujours penser que c’est une relation gagnant- gagnant avec le banquier, il faut vraiment comprendre et respecter

Raph : Oui

Maxime Serafini: Ce principe notamment quand on passe par un intermédiaire, voilà, on est un réseau national, on a une image de marque à respecter, on doit faire partie, ce qui est extrêmement rare dans notre secteur d’activité, nous sommes un réseau entièrement de salariés en fait

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Nous ne sommes que dans des succursales donc c’est vraiment une particularité, c’est-à-dire qu’on a une image sur le territoire national à respecter,

Raph : Okay

Maxime Serafini: Et moins indépendamment à la limite, c’est un petit peu la différence de la franchise, le franchisé même s’il a un savoir-faire et une image à respecter, s’il fait n’importe quoi tant pis pour lui, si sa boite demain elle coule, voilà, c’est une enseigne qui ferme, point barre,

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Nous aujourd’hui, voilà, c’est un réseau 100% de salariés, on travaille pour nos patrons

Raph : Oui

Maxime Serafini: Et donc on a vraiment ce devoir de respecter nos partenaires bancaires parce que cela peut avoir des répercutions, le bout de la France,

Raph : Niveau national

Maxime Serafini: Exactement

Raph : Et même un petit peu plus que national parce que vous êtes au Luxembourg

Maxime Serafini: Également, oui, tout à fait

Raph : C’est cela,

Maxime Serafini: On fait partie des rares à être implanté également au Luxembourg, tout à fait,

Raph : Okay, donc bien comprendre ce que veut la banque, relation gagnant- gagnant, puisque la banque est une entreprise, elle veut faire des bénéfices, elle veut de l’épargne pour réinvestir cette épargne et faire des bénéfices encore plus,

Maxime Serafini: C’est elle qui prête,

Raph : C’est elle qui prête, donc c’est elle qui décide, c’est le pivot d’une opération finalement la banque,

Maxime Serafini: On est d’accord,

Raph : Tu es également du coup par extension aussi le pivot d’une opération immobilière parce que sans financement, il n’y a pas d’opération ?

Maxime Serafini: Tout à fait, on peut l’envisager comme cela aussi forcément,

Raph : Okay, alors quelle relation, un courtier a avec les banques par rapport à un particulier qui irait défendre tout seul son projet, donc moi, je ne sais pas, je rentre dans une banque, je montre mon projet, mon prévisionnel, des choses comme cela, est-ce que vous avez une relation différente en termes de dialogue avec les banques ? Est-ce que vous êtes mieux reçus ? Est-ce que vous avez de meilleures conditions à coup sûr entre guillemets pour l’investisseur ?

Maxime Serafini: Alors, voilà, pour être très franc,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Il arrive parfois qu’on obtienne les mêmes conditions

Raph : D’accord

Maxime Serafini: Que certains clients en direct, ça je veux le dire, cela m’est déjà arrivé, c’est rare, mais cela m’est déjà arrivé, par ailleurs la banque elle, même si elle attire le client, avec un taux, parce qu’il faut parler taux aujourd’hui,

Raph : Oui

Maxime Serafini: C’est vrai que les gens recherchent souvent les meilleures conditions et cela passe souvent par le taux

Raph : Le taux, oui

Maxime Serafini: On nous demande souvent un taux, à côté de cela, je mets toujours un point de vigilance par rapport à cela, parce qu’il n’y a pas que le taux dans un projet immobilier, c’est vraiment un produit qui doit caler totalement aux besoins du client, je m’exprime un peu plus clairement, il y a les assurances emprunteur également

Raph : Oui

Maxime Serafini: Qui rentrent en ligne de compte, aujourd’hui vu les conditions de marché vraiment historiquement basses, le cout total de l’assurance peut être quasi équivalent, au coût total de l’assurance, donc c’est bien d’être attractif avec un beau taux à 1%

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Si le client dernier il se fait allumer entre guillemets

Raph : Sur les assurances,

Maxime Serafini: Passer moi l’expression, le banquier clairement aura quand même, ce sera un autre job pour lui

Raph : C’est vrai qu’il prend sa marge,

Maxime Serafini: Voilà, donc à un moment donné nous, on ne fait que cela, aujourd’hui on fait cela tous les jours, donc on sait exactement quelles sont les attentes des banques donc notre rôle à nous, c’est effectivement d’aller chercher les meilleures conditions en termes de taux

Raph : Oui

Maxime Serafini: Taux initial du prêt, mais également d’aller chercher les assurances emprunteurs les plus pertinentes

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: Par rapport aux profils de nos clients, par rapport au type d’opération, on sait qu’on n’assure pas de la même façon, un investissement locatif qu’une résidence principale, puis on va aller encore un peu plus loin, dans la garantie du prêt, d’accord ?

Raph : Oui

Maxime Serafini: Est-ce que le client aura besoin, vu encore une fois les conditions de marché d’un transfert de garantie, est ce qu’il a déjà une hypothèque sur un bien donc est ce que la deuxième banque, s’il a besoin un jour d’une deuxième banque acceptera une hypothèque au second rang ou est ce qu’on va pouvoir solliciter un organisme de cautionnement, voilà, c’est vraiment derrière, dans la technicité qu’on va pouvoir apporter à notre client la meilleure solution

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: Encore un dernier exemple pour le type des investisseurs, pour le profil des investisseurs, on sait parfois qu’ils ont besoin d’avoir les indemnités de remboursement par anticipation

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Négociée à zéro

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Pourquoi ? Ils vont faire des remboursements anticipés, à un moment donné s’ils veulent se dégager un petit peu de place pour continuer à investir,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Donc cela, on sait vers quelles banques les orienter, dans quelle banque c’est négociable, alors que le particulier lui

Raph : Ne sait pas forcément,

Maxime Serafini: A moins, qu’il soit vraiment, qu’il y ait passé un temps fou, ne va pas connaitre principalement toutes ces fonctions d’accord ?

Raph : Okay, donc en fait si je comprends bien, ce n’est pas parce que la banque voit arriver un courtier qu’elle va forcément faire des conditions plus favorables, mais c’est surtout sur la connaissance de ce que peut négocier un courtier qu’en fait vous faites la différence sur le dossier du client, parce que le client qui arrive tout seul, ne sait pas forcément qu’il y a des indemnités de remboursement anticipé qu’on peut négocier,

Maxime Serafini: Tout à fait,

Raph : Des frais de dossiers qu’on peut négocier, un taux qu’on peut négocier,

Maxime Serafini: Les assurances qu’on va pouvoir négocier

Raph : Les assurances, c’est vrai que finalement un client lambda pense qu’une banque c’est une grosse institution auprès de qui on doit dire oui, sur ce qu’on nous propose et c’est déjà un cadeau

Maxime Serafini: Exactement

Raph : Et qu’on ne peut pas négocier en fait,

Maxime Serafini: C’est cela

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Bien souvent le banquier, on a tendance à signer et pas forcément lire

Raph : Oui

Maxime Serafini: Les conditions générales de toutes ces offres, nous aujourd’hui on les maitrise

Raph : Oui

Maxime Serafini: C’est notre job donc le but c’est par rapport aux attentes, aux doléances de notre client, on adapte cela et puis on lui présente avec nos mots également

Raph : Bien sûr

Maxime Serafini: On lui présente d’une façon peut être un peu plus simple, un peu moins marginal,

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Pour voilà, faire en sorte qu’on arrive à garder une bonne humeur, on lui fait gagner du temps, c’est vrai qu’on n’en a pas beaucoup parlé

Raph : C’est vrai

Maxime Serafini: On parle beaucoup de conditions, mais on ne parle pas beaucoup de temps

Raph : Oui,

Maxime Serafini: Nous, notre rôle aujourd’hui, je le vois encore pour mes derniers rendez-vous effectués ce matin, la demande de crédit sera faite cette après-midi,

Raph : D’accord, donc ultra rapide

Maxime Serafini: J’ai eu les éléments ce matin, cette après-midi la demande de prêt sera faite, la semaine prochaine il aura son accord de prêt

Raph : Super,

Maxime Serafini: Et ce week-end il aura pu se reposer, donc voilà, cela a un moment donné, le gain de temps, au-delà des conditions, cela va faire partie des éléments aussi hyper importants sur lesquelles on va pouvoir jouer pour aider notre client,

Raph : Un indice de tranquillité qui augmente, on sait que c’est délégué, on sait que cela sera fait, donc c’est cool, autre question qui revient souvent, combien cela coute ? Est-ce que cela coute quelque chose ? Comment cela fonctionne un courtier ?

Maxime Serafini: Tu attendais au tournant, sur cette question, alors voilà, j’ai la chance et l’honneur j’ai envie de dire,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Parce que c’est vrai que c’est une particularité qui nous est propre, «  Credit expert » depuis 2007 est un réseau

Raph : Oui

Maxime Serafini: Donc on va fêter nos dix ans cette année,

Raph : Félicitation,

Maxime Serafini: Pour le petit clin d’œil, merci, qui a fait le choix de ne pas facturer d’honoraires à ses clients

Raph : D’accord, alors comment vous gagnez de l’argent alors ?

Maxime Serafini: Alors là tu me pousses vraiment dans mes retranchements et tu m’obliges à dire un peu comment cela se passe, alors bon, c’est tout simple, les autres courtiers,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Sans vraiment voir le côté péjoratif,

Raph : Bien sûr,

Maxime Serafini: C’est leur modèle économique

Raph : Chacun fonctionne

Maxime Serafini: Exactement, les autres courtiers sont ce que j’appelle moi aujourd’hui les courtiers doubles honoraires

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: C’est-à-dire que tous les courtiers, c’est quand même la base de notre métier, nous sommes IOBSP intermédiaires en opération bancaires et services de paiement, voilà pourquoi, on nous appelle courtiers parce que IOBSP

Raph : C’est un peu moins,

Maxime Serafini: Ce n’est quand même pas franchement sexy

Raph : Oui, sexy aussi,

Maxime Serafini: Donc les IOBSP sont payés à hauteur d’un pourcentage du montant du prêt

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: C’est une fourchette comprise entre 0,8 et 1,2% du montant du prêt,

Raph : Okay

Maxime Serafini: Donc pour faire simple, on touche 1% du montant du prêt

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: Quand je finance cinq cent mille euros, la banque va nous donner, alors il y a des plafonds, soyons vigilants,

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Il ne faut pas croire que le courtier est toujours bien grassement payé

Raph : Okay

Maxime Serafini: Il est payé 1% du montant du prêt, dans 500.000 euros, on pourrait toucher sur le plafond des banques jusqu’à 5000 euros, 1% du montant du prêt,

Raph : Okay,

Maxime Serafini: D’accord. L’autre courtier, les autres courtiers prennent également des honoraires à leurs clients, d’accord

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: C’est une fourchette en moyenne de 2000 euros donc qu’ils incluent dans leur financement.

Raph : Okay, okay

Maxime Serafini: Donc c’est vraiment double honoraire, un, ils sont payés par les banques indépendamment du prêt du client parce que souvent le client dit, monsieur Serafini, le pourcentage que vous prenez de la banque, ils le prennent sur notre prêt, non, non c’est vraiment la différence fondamentale

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: Entre les autres et nous, c’est que les autres touchent comme nous, ils perçoivent 1% du montant du prêt, mais à côté de cela, le courtier en face ajoute en règle générale environ 2000, selon la nature du projet, une construction cela peut monter à 2500, 3000 euros,

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Quand on finance un studio de 50.000 euros, je trouve qu’il n’est pas cohérent même pour un petit confrère de prendre 2000 euros

Raph : 2000 euros, oui

Maxime Serafini: Sur un financement d’un studio à cinquante,

Raph : Cela fait beaucoup, oui

Maxime Serafini: Donc vraiment on a une source de rémunération qui provient du pourcentage que les banques nous donnent pour notre travail d’apporteurs d’affaires quelque part

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Pour notre travail de distribution de leurs prêts,

Raph : D’accord, okay, je vois très bien,

Maxime Serafini: On leur apporte de nouveaux clients, en contrepartie ils nous payent,

Raph : Alors est-ce que cela veut dire que si par exemple, je ne sais pas, moi demain je suis client de plusieurs banques, on va dire cinq banques, parce que voilà j’ai pleins de comptes, je ne sais pas pourquoi, mais cinq banques,

Maxime Serafini: Profil à risque,

Raph : Là je viens de voir, est-ce que pour toi c’est un problème parce que je suis déjà client de certaines banques, est-ce que les banques peuvent te dire, écoutez monsieur Serafini, le client que vous m’avez apporté et déjà client chez nous du coup, je ne vous paye pas de commission, est-ce que c’est quelque chose qui est possible ? En gros, est ce que tu dois présenter ton dossier, enfin le dossier du client à que des banques vierges où je ne suis jamais allé ?

Maxime Serafini: Encore une fois, cela fait partie de nos grosses qualités, nos points forts

Raph : Oui,

Maxime Serafini: C’est que le fait de ne pas avoir d’honoraires, nos partenaires bancaires sont vraiment sensibles à cela

Raph : Okay

Maxime Serafini: C’est-à-dire que quand ils voient arriver les courtiers où ils savent très bien que le courtier va toucher un pourcentage du montage du prêt et en plus il va prendre deux, trois mille euros

Raph : Oui,

Maxime Serafini: C’est vrai que le banquier

Raph : Il le sait

Maxime Serafini: Voilà, pour les négociations des conventions d’indicateurs d’affaires qu’on fait avec eux pour justement être rémunéré, c’est peut-être un peu plus difficile pour la négocier, aujourd’hui pour nous on peut être effectivement rémunérés même pour un client qui est déjà dans sa banque, moi cela ne me dérange pas de représenter le dossier, c’est d’ailleurs la première chose qu’on fait par déontologie, c’est-à-dire qu’allez, pour ne pas citer un établissement bancaire précis, un client d’une banque, allez on va citer l’écureuil comme cela, personne ne l’aura reconnu, le client de l’écureuil, moi la première chose que je fais, c’est que je le représente à sa banque, je lui demande, est ce que cela vous dérange qu’on représente le dossier à votre banque

Raph : Oui

Maxime Serafini: Vous êtes en bonne entente avec votre conseiller, oui pas de soucis, bon allez on y va,

Raph : Comme cela c’est plus simple,

Maxime Serafini: Oui, c’est plus simple, cela va être plus simple pour lui parce que le point de vigilance qu’ont parfois les clients c’est oui, mais on va devoir changer de banque, okay

Raph : Ils n’aiment pas trop,

Maxime Serafini: Pas de souci

Raph : C’est vrai,

Maxime Serafini: Cela fait peur, c’est les démarches qui font peur,

Raph : C’est vrai que les gens sont très fidèles sur les banques, ils ont toujours très peur de changer de banque, on garde souvent la banque des parents toute notre vie,

Maxime Serafini: Souvent

Raph : Enfin le français moyen, c’est souvent cela, c’est vrai,

Maxime Serafini: C’est vrai qu’on reste souvent dans la banque, je vais prendre même mon propre cas, je suis dans la banque historique dans laquelle sont mes parents donc laquelle j’ai ouvert mes comptes au début,

Raph : Pareil pour moi, oui

Maxime Serafini: Donc le deal aujourd’hui, c’est de dire si on peut le faire, attention si la banque propose de bonnes conditions, nous ils nous voient arriver, on sait qu’on va aller négocier vraiment sur tous les postes,

Raph : Oui

Maxime Serafini: Il est totalement possible de représenter un client dans sa propre banque, cela ne me pose aucun souci de négocier avec l’établissement du client

Raph : Et aucun souci pour ta commission étant donné que c’est un pourcentage sur le montant du prêt

Maxime Serafini: Et aucun souci pour ma commission effectivement ou même parfois pour être encore une fois dans la transparence totale, les banques nous rémunèrent un petit peu moins lorsque ce sont leurs clients

Raph : D’accord,

Maxime Serafini: Le levier de négociation est différent

Raph : Forcément,

Maxime Serafini: C’est-à-dire que le client a déjà ses comptes dans la banque donc nous pour la négociation

Raph : Il y a un tour d’avance

Maxime Serafini: Le but c’est quand même de lui dire à notre partenaire et il est sensible à cela, c’est au moins cela vous permet de ne pas perdre le client, d’accord ?

Raph : C’est vrai, le fidéliser encore un peu plus

Maxime Serafini: Tout à fait

Raph : Sur un produit qui l’engage peut être dix, quinze, vingt ans ou vingt-cinq ans, okay

Maxime Serafini: Exactement et c’est pour cela que nos partenaires bancaires nous rémunèrent également sur leurs propres clients

Raph : Vous n’apportez pas un nouveau client, mais vous le fidélisez encore plus et c’est là aussi, enfin voilà, l’enjeu c’est super important

Maxime Serafini: On le fidélise et on fait en sorte si le client est devant un courtier, devant un intermédiaire, c’est pour voir l’offre du marché, donc il se peut que le client

Raph : Aille ailleurs,

Maxime Serafini: Part ailleurs,

Raph : Et là c’est un risque pour la banque qui doit le garder, le préserver,

Maxime Serafini: Evidemment

Raph : Okay, si on résumait cette vidéo, en trois raisons pour lesquelles on devrait venir te voir pour un projet immobilier, qu’est-ce que cela serait ? Tranquillité d’esprit ? Délégué ? Payé par la banque ? Je les fais à ta place ?

Maxime Serafini: Tu as fait la question-réponse, le gain de temps

Raph : Gain de temps,

Maxime Serafini: C’est hyper important, le gain de temps,

Raph : Oui

Maxime Serafini: On va pouvoir négocier sur tous les postes, même ceux que le client n’imagine même pas

Raph : A la fin cela fait beaucoup d’économies ?

Maxime Serafini: Evidemment, le temps et les conditions, déjà on est sur les deux postes principaux et l’expertise, c’est-à-dire qu’on a un réseau d’ancien banquier, on connait parfaitement les règles, on connait parfaitement les façons de fonctionner des différentes banques du marché, ce qui est difficile pour un banquier qui est dans une couleur, dans une banque

Raph : C’est vrai,

Maxime Serafini: Je reprends l’exemple de l’écureuil, le banquier écureuil va connaitre les produits écureuils

Raph : C’est cela,

Maxime Serafini: Il ne va pas forcément connaitre les produits en face

Raph : Il n’a pas l’ouverture du marché

Maxime Serafini: Nous aujourd’hui, on va avoir le panel et l’expertise des différents partenaires bancaires pour pouvoir trouver les solutions

Raph : Tu les connais toutes les banques finalement, tu sais comment elles fonctionnent au moins dans ton secteur, enfin dans ta région, dans ta zone d’activité,

Maxime Serafini: Oui

Raph : Tu connais toutes les banques, même les directeurs d’agence, tu sais comment cela fonctionne, quelle banque est plus enclin à accepter telle chose ou telle chose,

Maxime Serafini: Oui, tout à fait, c’est pour cela

Raph : Grosse force

Maxime Serafini: C’est pour cela qu’on est toujours meilleur, si on ne veut pas être prétentieux sur un secteur géographique bien déterminé, après les banques globalement ont le même fonctionnement

Raph : Oui

Maxime Serafini: Moi aujourd’hui, je pense qu’on est toujours meilleur en local

Raph : Bien sûr

Maxime Serafini: Après le métier, reste le même, il suffit de s’adapter aux coutumes on va dire du partenaire qui va être à l’autre bout de la France tout simplement

Raph : Okay, est-ce que tu peux nous dire pour conclure cette vidéo, où est-ce qu’on peut te retrouver donc toi Maxime Serafini, tu es ici présent à Reims, même un petit peu plus à Champagne, Épernay, je pense que tu fais des projets pour toute la Champagne ?

Maxime Serafini: Oui, oui bien sûr, alors moi aujourd’hui c’est vrai que l’agence est basée à Reims,

Raph : Oui

Maxime Serafini: 59, boulevard du général Leclerc, on a des agences partout en France, on peut nous trouver sur internet

Raph : Okay,

Maxime Serafini: Je veux dire tous les médias, tous les moyens de communication sont bons, aujourd’hui on reçoit des demandes sur internet, pareil, on a une obligation de les recontacter très très rapidement donc aujourd’hui que ce soit sur internet, par téléphone, sur le site internet dans « Créditexpert.fr », il y a les numéros de portable de tous les conseillers,

Raph : Je mettrai tout

Maxime Serafini: Tout à fait, tous les conseillers partout en France donc voilà que ce soit à l’agence en physique, sur internet, par téléphone, notre job c’est quand même d’être réactif et d’apporter service à nos clients

Raph : Okay

Maxime Serafini: Donc, devoir y répondre,

Raph : Vous avez des agences partout donc quelqu’un qui regarde cette vidéo qui a un projet à Marseille, je ne sais pas, à Lyon, à Nantes, à Lille, au Luxembourg, à Reims, à Strasbourg, Nancy

Maxime Serafini: Les étrangers également

Raph : Même les étrangers ?

Maxime Serafini: On a « Crédit expat » si vous voulez, c’est une cellule qui est créée uniquement pour les expatriés, spécialement pour les expatriés donc

Raph : Super,

Maxime Serafini: Partout, à partir du moment où vous avez un besoin sur un projet immobilier

Raph : Super, donc la conclusion c’est un petit peu dire voilà si vous avez un projet immobilier en France pour lequel vous avez besoin d’un financement bancaire et que vous avez besoin de l’aide d’un courtier, n’hésitez pas à contacter « Crédit expert » Maxime Serafini, si vous êtes dans la région de Champagne, il se fera un plaisir très certainement de vous aider pour votre dossier,

Maxime Serafini: Avec plaisir,

Raph : Maxime, je te dis un grand merci pour cette vidéo et tous tes conseils, je te resserre la main ?

Maxime Serafini : Allez à bientôt Raphael

Raph : Et puis on se dit à une prochaine

Maxime Serafini: Cela marche,

Raph : Ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *