« Les actionnaires sont tous des enfoirés ! »

3

Salut à tous,

cela faisait bien longtemps que je n’avais pas posté un article écrit donc en voilà un petit. 🙂

Cet article est en fait un mini-chapitre intitulé « Les actionnaires sont tous des enfoirés » de mon nouveau livre papier. Il s’agit de 3 pages dans lesquelles j’explique pourquoi il est si simple d’être un actionnaire d’une société et pourquoi ce serait dommage de ne pas en être un plutôt que de se plaindre sur les actionnaires qui se « goinfrent » toujours plus (ce qui est vrai, on peut remarquer un versement record des dividendes aux actionnaires actuellement).

Les actionnaires sont également ceux qui prennent le plus de risque dans l’histoire, je vous explique pourquoi…

Début de la lecture

« Après avoir eu connaissance entièrement et dans ses moindres détails de cette stratégie et après avoir complété mes recherches de mon côté, j’ai commencé à acquérir mes premières actions.

J’allais enfin rejoindre le « cercle fermé » des actionnaires. Classe, non ?

En France, on a souvent tendance à cracher sur les actionnaires. Ce sont souvent eux les méchants, ceux qui se goinfrent et qui ne laissent que des miettes aux pauvres employés. Je ne suis pas là pour entamer le débat de la bonne répartition des bénéfices d’une entreprise et ce choix de répartition est interne au mode de fonctionnement de chaque entreprise mais une chose est sûre, être actionnaire n’est pas une mauvaise chose.

Posons les bases : Qui sont ces fameux actionnaires ?

Lorsque que des individus veulent créer une entreprise, c’est très simple, ils ont généralement deux façons de se faire financer :

–  Faire un emprunt bancaire.

–  Lever des capitaux.

La première façon est, somme toute, très classique.

Concernant la deuxième possibilité, cela signifie que l’entreprise va émettre des actions et des individus qu’on appelle des actionnaires vont apporter des fonds en échange de ces actions qui, concrètement, au moment de cet achat, ne valent strictement rien.

C’est un pari sur le futur, les actionnaires achètent des actions en espérant que cette entreprise génère des bénéfices dans un futur plus ou moins proche de façon à ce qu’ils touchent une partie des bénéfices en proportion au capital détenu au travers de ces actions.

L’actionnaire est donc un partenaire crucial pour l’entreprise puisque sans lui, l’entreprise ne peut se développer et investir dans son développement.

Il est donc tout à fait normal que l’actionnaire soit rémunéré en réponse au risque qu’il prend à placer son argent dans une entreprise. Qui serait assez fou pour placer son argent dans une entreprise qui ne lui promet rien en termes de bénéfices futurs ?!

Le risque d’un actionnaire est réel, c’est le dernier à être payé et c’est le seul à n’avoir aucun contrat avec l’entreprise. Il sera « payé » si, et seulement si, l’entreprise génère des bénéfices et peut se permettre de verser des dividendes.

Tous les acteurs d’une entreprise sont reliés par un contrat à cette dite entreprise :

–  Les employés possèdent un contrat de travail.

–  Les fournisseurs sont liés à l’entreprise par un bon de commande.

–  Les créanciers ont eux un contrat de dette.

–  Et les clients un contrat de vente…

La rémunération de l’actionnaire vient donc après la bonne exécution de tous ces contrats avec les clients, les employés, les fournisseurs, les créanciers…

Pensez-vous que sa rémunération en dividendes est toujours injustifiée après avoir pris connaissance de ces faits ?

actionnaires

Un exemple de courrier que l’on reçoit lorsqu’on devient actionnaire.

Au lieu de vous plaindre, pourquoi ne faites-vous pas aussi partie des actionnaires ?

Le bon français lambda préférera se plaindre devant le JT à l’annonce du montant de versement des dividendes aux actionnaires et préférera scander haut et fort à la terrasse d’un bar que tous les actionnaires sont des escrocs assoiffés de pouvoir…

Ne détenir rien qu’une action d’une société fait de vous un actionnaire auprès de cette société, un petit actionnaire mais un actionnaire quand même.

Mais bref, c’est ainsi que j’ai commencé à me procurer mes premières actions après avoir épluché différents bilans comptables et comptes de résultats de ces différentes entreprises. Croyez-moi, ce n’est pas aussi difficile que cela peut sembler l’être. Dans cette paperasse qui fait parfois des centaines de pages, seules quelques informations nous intéressent et lorsqu’on sait lesquelles et où les trouver, tout est beaucoup plus facile.

Comme je le disais précédemment, je n’ai pas diversifié « à mort » puisque je ne possède que quelques lignes (une ligne est égale à une entreprise).

Je ne citerais pas les sociétés pour lesquelles je suis actionnaire non pas car cela est un secret (je serais ravi de vous le dire si nos chemins se croisent) mais tout simplement car je ne souhaite pas influencer des lecteurs qui pourraient acheter ces actions sans réfléchir tout simplement parce que je les possède, moi.

Je n’ai donc que quelques lignes que je préfère renforcer de manière régulière pour ainsi faire baisser mon PRU plutôt que d’acheter sans cesse de nouvelles actions et annuler mon rendement comme démontré précédemment. »

Cliquez sur l’image ci-dessous si vous voulez voir la présentation de mon nouveau livre papier et vous le procurez ! Dites-moi également dans les commentaires ce que vous pensez du fait d’être actionnaire ? L’êtes-vous déjà ? Pourquoi ?

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

3 Responses

  1. jerome

    salut Raphaël
    personnellement je fais parti des personnes qui sont actionnaire.
    j’ai ouvert un PEA compte tire et un PEA-PME sur un broker en ligne.
    j’ai rendement bien supérieur à ce que m’offre une banque (6%)
    je suis toujours content de voir les dividendes sur mon compte sans avoir fait trop d’effort juste avoir trouver les actions et fais quelques recherche.
    bonne semaine
    Jérôme

    Répondre
  2. Gary

    Salut Raphael,merci pour cet article.Je suis actionnaire depuis 2009.J’ai gardé très longtemps des grosses entreprises comme facebook. Je me suis séparé de près de 60% d entre elles. Lorsque je regarde la valeur que ces entreprises ont pris aujourd hui,j ai toujours le regret de m’être séparé de certaines. On comprends pourquoi Warren Buffet parle de les garder à vie. 😉

    Répondre
  3. Max Weber

    Hello

    « Au lieu de vous plaindre, pourquoi ne faites-vous pas aussi partie des actionnaires ? » Je suis totalement d’accord avec toi !

    Quand je vois les élections françaises et le peu de culture financière qu’il y a en France, ça fait vraiment peur !

    Même si une personne ne connaît rien en investissement, elle pourrait juste ce dire « ok la bourse c’est comme partout il y a des gentils et des méchants » et basta… et il faut bien évidemment des gens pour faire tourner l’économie.

    Max

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *