L’ARNAQUE des écoles de COMMERCE !

11

Salut à tous !

Cette vidéo risque de ne pas plaire à tout le monde car je vais parler très franchement.

Voici ce que je pense des écoles de commerce…

L’ARNAQUE des écoles de COMMERCE

https://www.youtube.com/watch?v=piCNa1e5Fis

formation-8-strategies

Retranscription texte de la vidéo :

Salut à tous, alors aujourd’hui on se retrouve à Epernay dans le parc de la mairie, ça c’est un parc où on était tout le temps avec les copains quand on était au lycée, on venait toujours squatter ici quand il y avait une heure de trou et qu’il n’y avait pas cours, on est juste en face de la maison Moët & Chandon qui est dans votre dos du coup.

Aujourd’hui je vais vous faire une vidéo qui ne va sûrement pas plaire à tout le monde parce que je vais vraiment être franc et parler des écoles de commerce et de pourquoi je pense que ça ne sert vraiment à rien d’investir (si c’est de l’investissement déjà) dans ces écoles et je vais vous dire pourquoi donc retrouvez-moi tout de suite, ça va être assez franc mais c’est le but !

Comme je disais, je vais un peu cracher sur les écoles de commerce. Là je reviens tout juste de Maurice et j’ai mis pas mal de choses sur Instagram, sur Snapchat et tout ça et les gens réagissaient en disant « ouais Raphaël, t’as de la chance, nous on est là, on est en cours, je dois travailler, c’est pas juste, emmène-moi, pourquoi t’es là bas, qu’est-ce que tu fais ? ». Plein plein plein de questions comme si ça ne paraissait pas juste aux gens que je sois là-bas alors que finalement dans la vie, rien ne se passe par hasard et tout est mérité.

Je vais éviter de me casser la gueule… Et le point commun à tous les gens qui me disaient ça, c’est qu’ils étaient tous en train de s’enchaîner dans la rat race. Je veux pas dire que c’est pas bien d’aller à l’école mais ils se mettaient dans le salariat, ils s’enchainaient sans se rendre compte de tout ça et aujourd’hui ça m’a fait penser qu’il fallait que je fasse une vidéo sur les écoles de commerce et sur pourquoi je trouve que c’est complétement ridicule, inutile et tout ce que vous voulez.

Vous m’excuserez, j’ai pris des notes parce qu’il y a vraiment beaucoup de choses à dire. La vidéo ne va pas durer forcément longtemps mais j’ai pas mal de choses à dire. Tout ça, je l’ai tiré d’un livre que j’ai lu (vous pouvez vous le procurer ici). L’écrivain de ce livre a fait une école de commerce, un MBA et ça ne lui a servi à rien et moi ç’a m’a fait penser à quelqu’un qui en a fait un et qui m’a dit que finalement, ça lui a servi à rien et parce que moi aussi je pense que ça sert à rien, je me suis dit que vraiment il fallait que je fasse une vidéo. Ca va pas plaire à tout le monde, certains vont me cracher dessus en mode « ouais Raph, c’est parce que t’as pas pu te payer une école de commerce, c’est parce que t’es jaloux, c’est parce que t’as pas été accepté », peu importe ce que vous allez dire, je « m’en bat la race », je suis désolé mais je suis franc et voilà.

Alors pourquoi les écoles de commerce, c’est pourri ?

Tout simplement parce que c’est devenu complétement surcoté aujourd’hui. Le problème, c’est que vachement corrélé au marché de l’offre et de la demande comme tout service et il y a une offre qui n’arrête pas d’augmenter. Ca je ne sais pas pourquoi mais les gens veulent tous faire ça comme si c’était en fait pour eux une garantie d’avoir un travail, d’avoir un bon salaire en ces temps de crise où c’est un peu compliqué. Pour eux, les gens se disent que c’est un investissement, ils vont aller dans une école de commerce, avoir un MBA et ça sera une garantie pour moi d’avoir un bon salaire, d’avoir un bon poste.

Sauf qu’aujourd’hui, cela ne marche plus du tout comme cela. Il faut bien comprendre qu’à l’ère industrielle, qui était celle de nos parents, on avait un travail et le diplôme était valorisé. Si on avait un diplôme, on avait un travail. C’était limite garantie. Sauf qu’aujourd’hui, on est passé à une nouvelle ère qui est celle de l’information ou tout est possible, on peut tout trouver sur internet, on peut contacter des gens directement sur internet, on peut tout faire sur internet. Et c’est l’ère de l’information, tout change très vite et aujourd’hui, un diplôme n’est plus une garantie d’avoir un travail. Ça, c’est ce qui marchait dans le passé, et les écoles sont encore dans le passé, sont encore dans ce schéma-là. Elles fonctionnent dans le passé, elles ne sont pas à jour. Et même les professeurs ne sont pas à jour.

Tout ce que je vais dire, il ne faut pas le prendre pour une généralisation. Il y a toujours des exceptions, des écoles qui se démarquent et tout. Mais la majorité des professeurs, par exemple, n’ont jamais créé d’entreprises de leur vie. Ils ne savent pas comment on fait, ils ne savent pas tout cela. Ils sont encore là avec leur bouquin marketing qui date de plusieurs années. Sauf qu’aujourd’hui le marketing, on ne va pas dire que cela change tous les jours, mais c’est limite.

Aujourd’hui si on travaille sur internet, le marketing, il faut être à la page tous les jours, se renseigner sur tout ce qui se passe, sinon on est vite la tête sous l’eau. Et donc voilà. La sécurité du travail, c’est terminé. La fausse idée c’est de travailler comme des fous pour ensuite en profiter à la retraite. Mais cela n’existe plus.

Le gros problème aussi, moi, qui me dérange dans tout cela c’est que les étudiants, ils ne peuvent même plus rembourser. Je voyais un témoignage d’un mec aux États-Unis, vous savez il y a la crise de la dette étudiante là-bas, c’est un truc de malade ce que cela atteint. Un mec qui disait, je veux devenir avocat, mais jusqu’à 40 ans, je dois travailler dans une boucherie pour pouvoir rembourser mon putain de prêt étudiant. Et 40 ans, je ne sais pas entre vous et moi, mais cela commence déjà un petit peu à être l’âge ou professionnellement on décline, ou on a déjà atteint normalement le sommet. Et quand les gens sont censés atteindre le sommet, eux ils sont encore là déjà à commencer leurs carrières parce qu’ils ont terminé de rembourser le prêt étudiant.

Est-ce que vous trouvez cela normal ? Moi, je trouve que non. Le pire c’est que les banques sont finalement complices parce qu’elles font des prêts pour ces prêts étudiants, pour tout cela. Donc, elles sont complices. Si vous n’avez pas d’argent pour faire un MBA, finalement, vous pouvez être financé. Il y a toujours des solutions, il y a des financements. Donc c’est quand même incroyable, quoi.

Enfin, je ne sais pas, qu’est-ce que cela vous fait, pour vous, de vous dire que vous vous faites voler les meilleures années de votre vie, en fait : de 20 à 40 ans ; vous devez charbonner, rembourser un prêt étudiant à mort pour ensuite avoir du cash disponible et profiter, voyager et faire ce que vous voulez, tout en étant dans la rat race. Moi je trouve cela assez incroyable.

Et le truc c’est que les gens disent : voilà, si j’ai un MBA aujourd’hui, en fait j’aurais le succès professionnel. Ils font la corrélation entre les deux. Sauf que cela n’a rien à voir. Un MBA cela ne veut rien dire. Vous n’allez pas avoir du succès si vous avez un MBA, cela ne veut rien dire. C’est comme dire : tous les possesseurs de Ferrari sont des millionnaires, si j’achète une Ferrari, je serais millionnaire. Non non ! Il n’y a pas de corrélation, c’est juste un fait, mais il n’y a pas de corrélation. Si vous achetez une Ferrari aujourd’hui et que vous n’êtes pas millionnaire, cela ne vous rendra pas millionnaire d’en avoir acheté une. Au contraire, je pense que cela va peut-être même plus vous enfoncer qu’autre chose.

Qui s’enrichit finalement avec le MBA ?

S’enrichissent vraiment les propriétaires des écoles. Tout cela c’est du marketing pour moi. Ce sont les mecs qui ont des écoles qui sont malins, qui font le cash. Pour eux, vous n’êtes rien d’autre qu’un client. Vous n’êtes pas vraiment un étudiant. Vous êtes un client et investir dans un MBA, encore une fois, parce qu’investir, pour moi, ce n’est pas un investissement. C’est un passif un MBA, c’est quelque chose qui fait sortir l’argent tout le temps. Eh bien, cela ne vous enrichit pas du tout, au contraire. Et ce n’est clairement pas un prérequis pour réussir dans les affaires parce que moi je connais plein de gens qui n’ont pas de MBA, qui réussissent parfaitement dans les affaires, qui n’ont pas forcément beaucoup de diplômes, beaucoup de qualifications. Mais ils sont allés sur le terrain, ils ont appris et c’est comme cela vraiment que l’on apprend ce qu’il faut apprendre. Et pour moi, le MBA c’est quoi, ce n’est rien d’autre que la Machine à Bénéfice Arrogante. Le propriétaire, il a tout compris, il prend du cash de manière très très sale, mais il a raison.

Pourquoi les gens font confiance à ces écoles dans les MBA en disant pourquoi c’est bien ? Tous simplement, parce que derrière il y a un marketing de malade. Ils savent ce qu’ils font, vous savez tout ce qui est classement, valeur perçue et tout cela. Les classements déjà il faut savoir que c’est «cheaté». Il n’y a pas d’organisme indépendant qui contrôle la véracité des informations qui sont fournies par les écoles de commerces à ces classements. Du coup c’est totalement «cheaté». C’est comme sur les forums, vous voyez plein de témoignages et de trucs comme cela. C’est du «marketing caché». Si vous ne croyez pas que les écoles de commerce peuvent directement faire des témoignages sur les forums, qui sont bidonnés, qui sont faux et bien c’est que vous êtes peut-être un peu naïf, parce que cela c’est du marketing que l’on appelle caché et que beaucoup d’entreprises font.

Après, c’est éthique ou pas éthique, cela est un autre débat ; mais beaucoup le font en tout cas. Et il y a beaucoup de marketing de répétition. Vous savez, les gens finissent par croire que c’est indispensable d’avoir un MBA et qu’il faut en faire un si on veut réussir, que cela va augmenter le salaire et tout ça. Il y a les médias qui en parlent, les magazines. Bon c’est «cheaté» comme je vous le disais, mais ça en parle, ça en parle. On commence à être faible et à se dire : il faut en avoir un. Et le problème, c’est le marketing de la répétition tout cela. Vous savez, c’est comme en bourse. Ça monte, ça monte, le cours il monte, il monte : ouais, non, je ne vais pas acheter. Cela va arrêter de monter. Ça monte, ah je commence à hésiter ; cela continue de monter : ah, peut-être que je devrais acheter, ça monte, ça monte, ça monte. Le moment où la personne se dit, je vais acheter, finalement, c’est peut-être trop tard, cela va commencer à baisser. C’est un peu le marketing de la répétition, c’est comme cela que ça marche, et voilà.

Un des gros arguments qui ressort aussi quand on veut faire un MBA c’est : oui, je veux avoir plus d’argent, je veux être confortable, d’avoir un bon salaire. Moi, j’ai des potes qui font de l’école de commerce, tant mieux pour eux, s’ils veulent faire cela, ils font ce qu’ils veulent. Mais moi, ils me disent, voilà, je serais bien après, cela coûte cher. Ils me disent même qu’ils galèrent eux même après leurs études, et tout. Avec le prêt étudiant, c’est un peu chaud pour sortir et tout. Ils me disent : plus tard, j’aurais un bon salaire. Ils me disent combien ? Ils me disent cinq ou 6 000 euros. Déjà, pour moi ce n’est pas un bon salaire, ce n’est pas énorme ; on vit bien avec cinq ou 6 000 euros, mais ce n’est pas non plus une somme de fou. Mais aussi quel intérêt de gagner, je ne sais pas, 50% de plus que les autres, je ne sais pas combien de % en plus, si vous travaillez 100% en plus que les autres. Parce qu’il y a une statistique, qui ressort que les gens qui gagnent beaucoup d’argent, travaillent beaucoup plus. Si on remet cela au taux horaire, certains gagnent moins que leur femmes de ménage.

C’est bien de dire : je gagne beaucoup plus d’argent qu’untel, mais il faut regarder par rapport au taux horaire et combien d’heures vous travaillez. C’est ça qui va tout faire en fait.

Et voilà, travailler beaucoup plus, je ne pense pas que cela fasse plaisir à beaucoup de personnes. Personne sur son lit de mort ne regrette de ne pas avoir passé plus de temps au bureau. Cela c’est une phrase qui était dans le livre que j’ai beaucoup adoré. Et c’est tellement vrai. La vie ce n’est pas passer son temps au bureau, c’est profiter, voyager et faire ce qu’on aime. Mais ce n’est pas passer plus de temps au bureau. Pour moi donc ces écoles-là, elles apprennent simplement à devenir de bons salariés, pour beaucoup. Des gens qui sont prêts à travailler beaucoup pour pas cher parce qu’il va falloir penser à rembourser le prêt étudiant, à prendre ce qui va passer comme offre parce que c’est la merde, il faut rembourser le prêt. Ce n’est pas terrible.

Autre chose qui ressort aussi des gens qui ont fait des écoles de commerces, des MBA et tout ça, c’est qu’il y a un certain, vous savez, on rentre dans un réseau… Allez, fais un MBA, tu vas entrer dans un réseau, tu vas avoir des contacts et tatata, tatata. Il y a une certaine arrogance autour de ça, genre : moi je suis allé à l’école de commerce. Alors, je ne sais pas si vous le ressentez, mais c’est vrai que dans ma vie les gens qui font de l’école de commerce, tout le monde sort un peu en mode arrogant genre : moi je suis allé à l’école de commerce, je pèse, je vais peser plus tard, c’est cool. Ils sont un peu arrogants. C’est un peu dommage tout cela et finalement, cela forme des gens qui sont un peu cupides, qui veulent de l’argent et aussi qui ont une illusion d’une récompense qui leur est méritée parce qu’ils sont allés à l’école de commerce et qu’ils pensent qu’ils vont avoir de l’argent qui vont tomber comme ça.

Après, il ne faut pas généraliser, car il y a des gens qui ont vraiment travaillé, qui ont créé des entreprises. Il y a des gens qui ont eu des parents derrière, cela va aider aussi beaucoup, pas forcément mérité. Plein de choses comme cela, mais il y a cette volonté de faire partie d’une communauté. Et le gros argument qui ressort aussi c’est : faites le MBA, allez à l’école de commerce, vous aurez accès à un réseau énorme de gens qui ont déjà fait le MBA, qui sont installés déjà dans plus de 100 pays, vous aurez accès à ce carnet d’adresses là. Mais tout cela c’est de la merde. Ce carnet d’adresses là, il ne vaut pas de l’or plus qu’autre chose. Si on a besoin de rencontrer quelqu’un aujourd’hui, on a une machine qui est magique, qui s’appelle internet. On peut entrer en contact avec tout le monde et beaucoup d’entrepreneurs sont ouverts à aider d’autres entrepreneurs. Et c’est assez magique comme quoi on peut échanger facilement sur internet, et c’est la meilleure façon pour moi de se former. Aller sur internet, se faire du réseau avec le networking, rencontrer des gens, se faire du réseau comme cela. C’est la plus grosse machine à connexion. Et pourquoi on devrait payer pour avoir un réseau ? Très franchement, c’est inutile. Clairement, cela ne sert à rien du tout.

S’il faut retenir un truc de tout cela, c’est que la règle numéro un pour moi c’est qu’il ne faut pas s’endetter pour un diplôme. Un diplôme cela ne sert à rien. Pourquoi prouver par un morceau de papier comme celui-là, c’est juste un papier qui dit : Voilà, Monsieur Raphael, vous savez ça, on vous a remis un diplôme, c’est-à-dire que vous savez ça.

Il n’y a pas besoin d’un papier pour savoir ce qu’on mérite, ce qu’on sait faire et des choses comme cela. Non, il faut le prouver sur le terrain. Et c’est pareil, la théorie et la pratique c’est deux mondes opposés. Une phrase que j’aime beaucoup aussi c’est de dire : on n’apprend pas à nager dans un livre. Si tu ne te jettes pas dans le grand bassin, tu n’arriveras jamais à nager. Cela c’est clair.

Pour moi l’entrepreneuriat, l’investissement, le business, les affaires c’est exactement pareil. La théorie, c’est bien, il en faut un peu. Il faut un peu connaître la fiscalité, la comptabilité, les règles de base, faire des maths et tout cela il faut savoir ; on est d’accord. Mais le meilleur, c’est la pratique. Si vous n’allez pas sur le terrain, si vous ne vous cassez pas la gueule, si vous ne faites pas des erreurs, vous n’apprendrez rien du tout de concret. Et voilà. Et surtout il faut faire ce que vous avez besoin d’apprendre.

En MBA, en école de commerce, on nous sort des polycopiés, des livres ou on nous apprend tous les cas, les exceptions, tous les schémas généraux de toutes les entreprises ou je ne sais pas quoi. Non, apprenez ce que vous avez besoin d’apprendre. Moi, demain je fais un investissement immobilier, j’apprends ce que j’ai besoin d’apprendre : s’il y a colocation, si c’est ça, si c’est ça. Si j’ouvre une entreprise, j’apprends ce que j’ai besoin d’apprendre vis-à-vis de cette entreprise, de ce marché-là. Mais je n’apprends pas tous les cas possibles et inimaginables, qui vont me faire perdre un temps fou pour un gain financier de zéro.

Voilà, je pense que j’ai à peu près tout dit. Désolé si j’ai un peu regardé beaucoup le papier, je ne voulais pas oublier des choses. En tout cas les écoles de commerces, elles n’ont clairement pas le monopole, l’exclusivité des gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a partout autour de vous. Et vous ne vous rendez pas compte qu’en fait il y a des gens qui font énormément d’argent, je pense. Enfin, beaucoup ne se rendent pas compte qu’il y a des gens qui font beaucoup d’argent en sous-marin. Qui n’ont pas de diplôme, qui n’ont rien, qui sont juste débrouillard, qui vont sur internet : il y a tout sur internet. On peut acheter des formations auprès d’entrepreneurs qui ont du succès, qui revendent leurs savoirs. On peut les rencontrer en séminaire. Cela va vous coûter 100, 200 ou 500 euros, mais c’est très loin des cinq, 8 000, 10 000 ou 20 000 euros des écoles de commerce ; qui sont carrément déraisonnés.

Bref après, cela dépend aussi de ce que vous voulez, vous, dans votre vie. Si vous voulez être un salarié ou un entrepreneur. Tout le monde ne veut pas être entrepreneur, cela c’est clair. C’est à vous de savoir ce que vous voulez dans la vie aussi. Mais si vous voulez être riche, vous voulez être indépendant et avoir du temps, clairement les écoles de commerce, les MBA, le salariat ce n’est clairement pas le bon plan. C’est l’entrepreneuriat et l’investissement qui va vous faire gagner cette indépendance. Réagissez dans les commentaires.

Je sais déjà que vous me voyez en mode : c’est qui ce clochard qui parle à donner des conseils. Je suis jeune. Cela ne plait pas à tout le monde, surtout quand on a payé 20 000 euros pour une école de commerce et on se rend compte que ce n’est pas terrible. Moi, cela me fait penser à un pote, un mec que j’ai rencontré en networking qui me disait : j’ai fait un MBA et au final c’est quand j’ai fait la pratique que j’ai compris que tout ce que j’avais appris en MBA c’était que de la merde. Et cela ne m’a servi à rien et je regrette. Bref voilà, il a réalisé un petit peu trop tard, mais c’est comme ça.

Donc, dites-moi ce que vous en pensez. Désolé si j’ai été un petit peu vulgaire, si j’ai regardé beaucoup le papier, si vous pensez que je n’ai aucune crédibilité. Peu importe, moi je donnais juste mon point de vue. Réagissez, cela me ferait plaisir. Dites-moi ce que vous en pensez, si vous faites une école, ce que vous en pensez sincèrement et sans me dire que voilà parce que vous avez payé, vous pensez que c’est super cool. Réagissez, partagez, commentez, likez comme d’habitude. Et moi, on se dit à très bientôt.

Tchao, tchao.

Et vous ? Que pensez-vous des écoles de commerce ? Dites-moi tout dans les commentaires ! Vous en avez fait une, si oui, pourquoi ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

11 Responses

  1. Sylvain COTTEREAU

    Salut Raphael,

    Personnellement j’ai fait une école d’ingénieur privée, et oui je me suis endetté pour la payer. Je me rend compte depuis que je travaille qu’une dette de 20k, ça te bouffe pas mal sur ton budget mensuel, et que tant que tu ne rembourses pas ton prêt, tu profites difficilement de la vie à l’âge où tu dois en profiter à fond…

    Pourtant, je serai un peu plus nuancé que toi.

    Car malgré tout, je suis content d’avoir mon diplôme. Même si je n’ai pas un salaire bien plus élevé (environ 10-15% de plus qu’un master d’université), je trouve carrément plus facilement du travail en France.

    Un jour j’ai entendu dire d’un patron : « un ingénieur ça coûte moins cher qu’un technicien, car même si un technicien a un salaire plus faible, l’ingénieur fournit un travail bien supérieur et ne bronche pas pour faire 45-50h/semaine. Donc moi je n’embauche que des ingénieurs ». Désolé je m’égare car il s’agit plus de parler d’école de commerce et non d’ingénieur… Mais l’idée est la même.

    Bien que la formation de l’école peut être pourrie, ce qui compte c’est la SELECTION. Un employeur voit un étudiant d’école de commerce comme quelqu’un qui a gagné la compétition, qui a une capacité de travail élevée et qui ne comptera pas ses heures, et en plus il percute plus vite! Le salarié idéal!

    Ma conclusion est que les formations en école de commerce ne sont sûrement pas inutile, mais ne valent peut-être pas le prix demandé. Ce diplôme, bien qu’il ne soit qu’un bout de papier, est reconnu par les recruteurs (français) et permet d’accéder plus facilement à l’emploi. Par contre, pour vraiment réussir professionnellement, le diplôme ne compte plus. C’est la valeur qu’on apporte à l’entreprise qui nous emploie (si on est salarié) ou à son business (si on est entrepreneur) qui fait notre réussite.

    Pour l’histoire, mon père a fait un MBA, et ça lui a donné une ouverture d’esprit incroyable pour diriger son entreprise et réussir dans le business. Il me certifie qu’il n’aurait jamais réussi professionnellement sans son MBA. Ses parents étaient ouvriers, et il avait une formation purement technique d’ingénieur. Il ne connaissait personne qui faisait du commerce, qui avait un mindset de businessman. Son MBA lui a permit de comprendre la Finance, la gestion RH, la stratégie, le marketing et la vente. Des notions indispensables quand on est dirigeant d’entreprise.

    Donc le MBA ça marche. Mais la question de la « rentabilité » du MBA est cruciale, d’autant qu’entre maintenant et il y a 20 ans, les prix du MBA ont flambé!! Si c’est pour s’endetter, ou pour ne pas devenir dirigeant d’entreprise et ne pas faire du business ça ne sert à rien! Ca s’appelle pas Master of BUSINESS Administration pour rien!

    Répondre
  2. Noémie

    Je suis pas forcément d’accord avec toi, en ce qui concerne le marché de l’emploi en France, (je parle pas des USA car connais pas) le constat est simple, il suffit simplement de regarder les offres d’emplois, énormément d’entreprises demandent justement d’avoir des diplômes issus d’écoles de commerce.
    Idem pour les écoles d’ingénieurs (mais bon c’est un autre débat).

    Répondre
    • Vincent

      Bonjour,
      Je rejoins le commentaire de Noémie où malheureusement beaucoup d’entreprises en France se base sur le diplôme.
      Un des bons plans est de se former en alternance. Certaines grandes écoles de commerces prestigieuses (HEC, ESSEC, …) proposent ce type de formation et dans ce cas là, c’est l’entreprise qui prend en charge les coûts exorbitants de la formation. Une façon « gratuite » de rajouter le nom d’une école prestigieuse sur son CV 🙂
      @+

      Répondre
  3. boulletin isabelle

    bonjour, je voudrai te féliciter et te dire que d’après moi tu as raison ; je t’explique pourquoi ; voilà mon histoire : j’ai 57 ans et j’ai tout appris sur le terrain (depuis téléprospectrice, vendeuse à domicile, vdi, jusqu’à 40 ans ; ensuite je me suis retrouvée au chômage et j’ai du financer moi même mon master en management + comptabilité (coût 10 000 euros); après 12 ans d’intérim et de contrats à durée déterminés (dont 6 ans en tant que prof dans les lycées professionnels) je me retrouve au chômage ; tu vois aujourd’hui c’est moi, ancienne prof de lycée pro qui suis tes conseils.. et j’ai fait de l’investissement immobilier locatif pour m’en sortir ; alors bravo, continue et fonce ! si tu peux me mettre sur ta liste des mails pour suivi de tes posts c’est sympa.

    Répondre
    • Raphaël

      Salut Isabelle, merci pour ton commentaire, cela me fait plaisir et bravo pour ta persévérance ! 🙂
      Je t’ai ajouté à la liste de diffusion du site, tu recevras tout le nouveau contenu de cette façon ! 🙂

      Répondre
  4. Didier-Fabrice

    Bonjour Raphaël,

    Comme toi je ne suis pas fan des écoles où la scolarité est très chère. Pour moi l’explication est claire le citoyen lambda ne fait pas la différence entre PRIX et VALEUR contrairement aux personnes qui s’intéressent à l’investissement où cette différence est pour ainsi dire la base.

    Il faut aussi reconnaître qu’on a la chance en France d’avoir une école publique d’une qualité tout à fait acceptable qui n’a en tout cas rien à envoyer à certains cursus privés.

    Par exemple j’ai été pendant pas mal d’années chef de projets (sur des dossiers de parfois plusieurs millions d’euros) avec un cursus universitaire (niveau maîtrise d’informatique et licences de droit et d’économie).
    Les niveaux des intervenants à nos appels d’offres étaient quasiment tous issus issus d’école d’ingénieurs très coûteuses et la qualité était souvent effarante !

    Y a juste un point qui me turlupine dans ton article c’est que tu dis que les écoles de commerce font un marketing de malade (qui visiblement fonctionne puisqu’ils trouvent des «pigeons» pour suivre leurs cursus) mais dans le même temps que les techniques de marketing enseignées sont celles de grand papa et ne fonctionnent pas.

    C’est un peu contradictoire non ?

    PS : Si lors de tes voyages tu as envie de passer du coté de la Guadeloupe fais-moi signe j’aimerai bien faire une interview si t’es partant (y en a marre que tu interviewes des gens à toi de passer de l’autre coté !). Si on trouve une date (en fonction du planning de disponibilité de ma location saisonnière) je pourrais t »héberger gratuitement (on en profitera pour parler en off du truc que je suis en train de mettre en place je pense que ça pourra t’intéresser et donc par la suite intéresser tes lecteurs #TrucDeOuf)

    Répondre
    • Raphaël

      Salut Didier-Fabrice, merci pour ton commentaire !

      Pourquoi le marketing utilisé pour vendre l’adhésion à l’école serait le même que celui qui est enseigné ? Cela ne me semble pas contradictoire personnellement. Ce ne sont pas forcément les mêmes personnes qui font l’enseignement du marketing aux étudiants et ceux qui font le marketing pour la vente de l’adhésion. 🙂

      Je ne manquerais pas de te tenir au courant le jour où je me rends en Guadeloupe, compte sur moi et merci pour l’invitation ! 😉

      Répondre
  5. patrick

    concentré d’un petit branleur qui après s’être excité sur youporn avec quelques investissements hasardeux se permet de flinguer des personnes qui investissent dans la connaissance, c’est sûr que quand on est esclavagiste (propriétaire louant en courte durée), on est loin d’être capable de suivre des cours de MBA car il faut au moins parler 3 langues, allez RACT RACE ! grosse tâche

    Répondre
  6. Denis

    Salut Raphael,

    ne te laisse pas influencer par des désagréables commentaires comme le précédent de patrick, tu as sans doute beaucoup plus de crédibilité et de réussite qu’une personne qui ne sait qu’insulter pour montrer son désaccord.

    je ne suis assez d’accord avec toi, dans la mesure où les formations MBA proposées par les écoles de commerces sont certes assez pertinentes pour intégrer le(s) milieu(x) professionnel(s) dans le marché de l’emploi mondial, mais renforce une politique poussée de salariat. (en s’endettant fort rien qu’en démarrant dan la vie !)

    Et dans un monde où s’émanciper de ce système employeur – employé, c’est sûr qu’il ne s’agit pas de la bonne solution.

    Répondre
  7. Noemie

    Hello,

    Je me retrouve pas mal dans ce que tu dis! Je ne suis pas tombee sur ta video par hasard…
    Apres une licence et un m1 a l’université, je me suis lancée dans le concours passerelle et j’ai intégré une école de commerce, en alternance, heureusement!
    C’est une machine à fric, on apprend bien moins de choses que dans le public, on valide tout sans fournir excessivement de travail perso, on n’est pas suivis correctement, la moitié des profs ont juste un beau cv mais soit pas d’experience, soit aucune pédagogie…
    Et mes chers camarades de promo… faut-il vraimrnt souligner que 50% sont entretenus par papa maman qui sont prêts à lacher 2000 balles au cas ou fiston loupe un partiel et qu’il ne veut pas redoubler..?

    J’ai testé l’ecole de commerce, et vivement que j’en sorte!

    Répondre
  8. Myriam

    Bonjour,
    Je suis actuellement étudiante en école de commerce à Paris en plein Saint Germain des Près. Je vous donne tout de suite le concept.
    Il y a des choses vraies, mais aussi un ramassis de conneries dans ce que tu racontes. Déjà quand on parle « d’école de commerce » ça prouve que tu n’y connais rien. Ca n’existe pas LES écoles de commerce.
    Il y a les écoles ou tu ne peux entrer qu’avec 2 ans de prépa et un concours ultra sélectif à la clé. Pour le moment il n’est même pas question d’argent, mais de travail acharné, parce que crois moi qui dans en prépa ça te change un homme.
    Ça c’est donc une partie des écoles de commerce dont l’exemple type est HEC.
    Ensuite, tu as les écoles dites post-bac, soit après l’obtention du bac. Tu passes un concours (Access, Sesame) et en fonction de tes résultats dans ces concours, on te dit dans quelle école tu peux aller. (Là encore, il n’est pas une question d’argent, tu peux être le fils d’un émirat, si t’as 2 partout, je peux te CERTIFIFER que tu n’intègreras pas une grande école car tu feras baisser leur statistiques)
    Une fois ton concours passé, tu auras une liste de plusieurs écoles dans lesquelles tu peux potentiellement être accepté si tu passes ENCORE un nouveau concours: le concours interne, d’entrée à l’école. Écrit, oraux, mise en situation réelle, on te teste toi, tes connaissances, mais aussi ta capacité à résister au stress et à la tension. Voir si ta tête tiens bien sur tes épaules quand il y a un peu de vent.
    Ensuite tu commences ton cursus de 5 ans. Attention, il faut savoir que les écoles de commerce proposant des bachelors (3ans) CECI est une arnaque, car c’est un diploe non reconnu par l’état, c’est comme si tu disais à ton patron « Je suis Jesus » et qu’il était prié de te croire.
    Personnellement, je suis actuellement en 2ème année en école de commerce et je peux vous dire que c’est tout simplement INCROYABLE ! Je n’aurais pas pu rêver mieux. Mes professeurs sont d’anciens vrais dirigeants, par ex. mon professeur d’analyse financière et de comptabilité analytique a été pendant 10 ans le PDG de CHARAL, ou encore mon prof de microéconomie était Directeur finacier de CAPRICE DES DIEUX. Ce qu’ils nous apprenent vient directement du « terrain » comme tu dis, mais avec cette dimension instructive e plus que constitue les connaissances.
    Parlons en du terrain, c’est vrai, c’est bien c’est une bonne formation, mais elle est LIMITÉE. Les gens qui restent toute leur vie sur le terrain sont des gens qui n’auront AUCUNE ascension professionnelle ou purement dû au hasard. Il faut des CONNAISSANCES et de la PRATIQUE, un juste équilibre des deux. C’est d’ailleurs pour ça que chaque année en école de commerce, on fait un stage de 3 à 6 mois, chaque année. Le premier stage que tu fais en première année est un stage dit « ouvrier » c’est-à-dire que tu dois commencer pardonnez moi l’expression mais en bas de la chaine. Alors à tous ceux qui pensent que les gens qui ont un diplome d’école de commerce sont des petits péteux pour qui papa et maman ont déboursé leur argent durement gagné à la sueur de leur front, rappellez vous que ce mec devant vous en costard cravate à commencé par faire du travail à la chaine dans une usine de yaourt.
    Il est vrai que certaines personnes réussissent sans formation, mais combien faudra-t-il au gens pour s’apercevoir que le SAVOIR est une arme plus puissante que toute autre.

    Je pense que le réel problème, la raison pour laquelle vous avez cette haine « des écoles de commerces » (parce que encore une fois, LES écoles de commerce ça n’existe pas) réside dans le fait que c’est très cruel, c’est la loi du plus fort, presque une sorte de sélection naturelle. Les plus forts survivent et intègrent leur cursus et les plus faibles dégagent. Je suis désolée les gars, c’est pas très humaniste tout ça mais regardez dehors, prenez le bus, le métro ce que vous voulez, c’est le monde dans lequel on vit, même pas le monde du milieu du travail, non celui qui se trouve autour de nous.
    Le succès des personnes ayant fait une école de commerce, résulte de l’acharnement constant dans les études, l’ambition, la rage de vaincre et de réussir tout ce qu’on entreprends. Parce qu’au fond c’est ce qui vous gêne. Nous sommes des gens qui réussissons, qui entreprendrons de grandes choses (non pas que les gens à la fac, ou même sans diplôme ne peuvent pas entreprendre de magnifiques projet, loin de moi cette pensée).

    Et une dernière chose, dire à des jeunes que les diplômes même le plus petit CAP, Bac Pro, BTS ne servent à rien, c’est MEURTRIER!!!!! Et je pèse mes mots. Dans ce monde, ceux qui sont éduqués, intelligents et cultivés sont ceux qui ont fait des études. Je ne vous pousse absolument pas à faire une école de commerce, chacun sa voie, mais par pitié FAITES DES ÉTUDES car regardez sur JobMonster, Indeed, même sur JOB ÉTUDIANT pour un poste de vendeur il faut savoir parler minimum 2 langues, avoir une bonne maitrise du français. Et ça pour vendre des chaussures de merde hein. La vérité c’est que les gens sans diplôme ne survivront pas dans ce monde ou alors ils seront ouvriers sans compétences particulières. C’est triste quand même, tout le monde devrait avoir un poste qui lui donne envie de trottiner le matin en y allant.
    Et je parle en connaissance de cause, je compte faire une spécialisation RH, je souhaiterais travailler dans le recrutement et pourquoi pas devenir Directrice une fois quelques années d’expériences cumulées. Tout ça pour vous dire que si vous n’avez pas de diplôme et que vous prétendez à un poste à responsabilité ce sera NIET. Après si vous voulez ramasser les plateaux des gens dans une cantine, nettoyer des bureaux ou torcher le cul des incontinents en milieu hospitalier, c’est SUR qu’on ne vous demandera pas d’être trilingue Mandarin-Anglais-Français et de savoir mettre en place une stratégie industrielle, commerciale, logistique, tout ce que vous voulez.

    VOUS L’AUREZ COMPRIS, FAITES DES ETUDES LES GARS ! JE SUIS ÉTUDIANTE EN ECOLE DE COMMERCE ET JE GAGNE DEJA PLUS DE 2000€ NET PAR MOIS… ON ME PROPOSE TOUT LE TEMPS DU TRAVAIL FREE LANCE, J’AI MEME DU CHANGER MON STATUT D’AUTO-ENTREPRENEUR CAR JE GAGNAIS TROP ET PASSER EN SASU.

    N’écoutez pas les gens qui vous disent, ceci c’est comme ça, pas autrement, faites ce dont vous avez envie et donnez vous les moyens d’y arriver un point c’est tout.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *