INVESTIR A BUDAPEST (MEILLEUR MARCHE D’EUROPE)

2

Salut,

la forme ? 

Partons à la rencontre de Christopher, un jeune investisseur immobilier originaire de Nice qui est devenu rentier à 25 ans en moins de 2 ans…

Il a investi du côté de chez lui, à Nice, mais Christopher a également investi du côté de Budapest en Hongrie.

Pourquoi ?

Tout simplement car ce marché est, sans aucun doute, le meilleur d’Europe à l’heure où j’écris ces lignes. Aussi bien au niveau du prix du m2 que de la fiscalité (pas de taxe foncière, d’habitation, …).

Je pense que vous allez être choqués en voyant tous les avantages de ce marché comparé à celui de la France…

PS : Je suis désolé pour la qualité du son comme je l’explique au début de la vidéo ! 

PS2 : Christopher organise une webconférence gratuite le 31 mai où il t’en dira plus sur son parcours et comment il a fait, clique ici pour t’inscrire ! Christopher vendra à la fin de cette webconférence sa formation « Rentier Immobilier », si vous passez par mon intermédiaire, je vous offrirai un carton de Champagne (6 bouteilles) en main propre sur Paris. 😉

INVESTIR A BUDAPEST (MEILLEUR MARCHE D’EUROPE)

https://www.youtube.com/watch?v=HN6RJyEEG14

seminaire-club-millionnaire

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription texte de la vidéo :

Dans cette vidéo, on va voir comment investir à Budapest, en Hongrie, un des meilleurs marchés d’Europe, si ce n’est le meilleur actuellement aujourd’hui, donc je m’excuse pour cette vidéo, on s’est rencontré avec Christopher à Paris, on a trouvé un bar qui était très calme au début, mais qui s’est révélé être très bruyant puisqu’une table de mecs buvant des bières est venue s’installer juste à côté, et cela a fait beaucoup de bruits, donc je vous invite à écouter la vidéo avec des écouteurs, ce sera beaucoup mieux et je m’excuse encore une fois, si le son, ne sera pas très agréable, mais croyez-moi le contenu est de très bonne qualité, donc je vous souhaite un bon visionnage, avant cela, je voulais vous dire n’oubliez pas de regarder la barre de description et notamment mon séminaire, du samedi 8 juillet 2017, qui se déroulera à Paris, dans lequel, je vais vous montrez comment vous pouvez débuter l’entrepreneuriat ou l’investissement si vous êtes débutants et que c’est quelque chose qui vous intéressent, il y aura des intervenants vraiment de qualité, des gens qui ont tous la vingtaine et qui vivent entièrement de leurs activités à travers l’e-commerce, le blogging, la bourse, l’immobilier, bref tout ce que vous voulez donc tout se passe dans la barre de description et je vous souhaite un très très bon visionnage,

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, donc je me trouve aujourd’hui à Paris, avec un invité, Christopher, Christopher qui nous vient de Nice, donc je vais vous le présentez tout de suite, pourquoi il est venu à Paris depuis Nice, il a troqué donc le soleil contre la pluie,

Chris : C’est cela, une belle grisaille aujourd’hui, salut Raphael, bonjour à tous

Raph : Tu vas bien, tu as fait un bon vol ?

Chris : Oui très bon vol, cela a été rapide,

Raph : Oui, c’est combien de temps ?

Chris : Une heure et quart,

Raph : Une heure et quart ?

Chris : Non, une heure vingt, quelque chose comme cela,

Raph : C’est rapide, pourquoi es-tu venu à Paris alors ?

Chris : Pour laisser le soleil contre la pluie, comme tu le dis si bien, écoute je suis venu te rencontrer et voir quelques amis,

Raph : Oui,

Chris : Donc je me présente rapidement ?

Raph : Oui, dis nous qui tu es, oui

Chris : Bon, alors du coup, je me présente, je m’appelle Christopher, j’ai vingt-six ans, j’ai travaillé en gestion de patrimoine pendant près de cinq ans,

Raph : Okay,

Chris : Donc en fait, j’ai commencé indépendant, j’ai travaillé trois ans en tant qu’indépendant et j’ai travaillé un an, un an et demi en tant que salarié pour une grande compagnie de gestion de patrimoine et puis beaucoup d’investissement immobilier à côté, ce qui m’a permis de devenir indépendant financièrement il y a très très peu de temps,

Raph : Alors tu as seulement vingt-six ans tu nous as dit ?

Chris : À vingt-six ans, c’est cela, oui

Raph : Tu as commencé récent, puisque tu parles de salariat maintenant tu es à ton compte ?

Chris : Oui,

Raph : Depuis combien de temps, tu es dans l’immobilier concrètement ?

Chris : Alors, j’ai commencé à acheter mon premier bien, je l’ai acheté j’avais vingt-deux ans,

Raph : Oui,

Chris : Un peu plus de vingt-deux ans et pendant à peu près huit, neuf mois, je n’ai rien acheté d’autre, parce que je ne l’avais pas acheté dans le but d’être rentier, dans le but de devenir indépendant financièrement,

Raph : Pourquoi tu l’as acheté alors ?

Chris : Parce que c’était un bon coup, on en parlera tout à l’heure,

Raph : Okay,

Chris : Si tu veux, parce que c’était une bonne affaire et je l’ai acheté pour créer du patrimoine, mais pas dans le but de devenir rentier, très rapidement, il s’est passé huit, neuf mois, quasiment un an et puis, là j’ai commencé une frénésie,

Raph : Tu as eu la frénésie immobilière comme on dit ?

Chris : Oui, voilà, cela m’a pris de passion et puis du coup, en l’espace d’un an, un an et demi, j’ai acheté peut être une douzaine, douze, treize appartements, peut être quelque chose comme cela,

Raph : Okay, donc c’est excellent, on va parler un petit peu de tout cela, mais

Chris : J’ai profité de mon salariat à fond pour acheter,

Raph : Le fameux CDI ?

Chris : C’est cela, pour le quitter sans regret et vivre de l’immobilier,

Raph : Okay, en quatre ans, trois ans, tu es devenu rentier immobilier ?

Chris : En deux ans et demi, depuis mon premier achat,

Raph : Deux ans et demi.

Chris : Un an réellement, un an et un mois, on précise un an et un mois réellement, quand j’ai eu l’objectif de devenir rentier,

Raph : Donc cela a été très très vite, on va revenir un petit peu sur ce parcours et c’est un petit peu le but de cette vidéo, donc tu nous as dit voilà, tu as eu une opportunité qui est arrivée, parle nous en peut être, comment tu es tombé dans l’immobilier si jeune, parce que ce n’est pas si courant à vingt-deux ans, de se dire je vais me mettre à investir dans l’immobilier, comment tu as eu ce déclic ?

Chris : Non, ce n’était pas le cas de tous mes amis, toi tu le sais ?

Raph : Oui,

Chris : Tu avais à peu près cet âge-là aussi ?

Raph : Moi, pareil, oui, oui, on ne pense pas à cela, normalement à cet âge-là,

Chris : Bon, moi le premier achat, je vais te surprendre, il n’était pas du tout en France,

Raph : Alors, oui pourquoi ? Où ?

Chris : Il était en Hongrie,

Raph : En Hongrie ?

Chris : Il était à Budapest,

Raph : Les pays de l’Est que j’affectionne,

Chris : Capital Hongroise, exactement, tu connais bien,

Raph : J’y suis allé très récemment avec tes recommandations aussi un petit peu, oui

Chris : Oui, oui

Raph : Budapest, mais Budapest, tu as de la famille qui est a Budapest, tu as des amis, tu es allé en vacance, tu as vu un bien, comment tu es arrivé à Budapest,

Chris : En fait, à ce moment-là, j’étais en gestion de patrimoine et puis j’avais un ami qui lui a sa copine qui est Hongroise, ils vivent en France tous les deux, depuis quelque temps,

Raph : Oui,

Chris : Je voulais le voir pour lui faire un bilan de sa situation patrimoniale, comme on donne des conseils,

Raph : Dans le cadre de ton travail ?

Chris : Dans le cadre de mon boulot, oui, c’est cela,

Raph : Okay,

Chris : Et puis en discutant, il me dit écoute Chris, j’aimerai faire cela, acheter un appartement à Budapest, le louer, moi j’ai dit écoute, moi je n’ai aucun client qui m’a parlé de cela pour le moment, donne-moi les infos, je vais me renseigner, il me dit un jour, il a loué un appartement à Budapest, il a rencontré un Italien en fait, qui lui, a vendu sa maison en Italie,

Raph : Okay,

Chris : Qui a acheté sept appartements à Budapest,

Raph : Oui,

Chris : Et passer sa journée à vélo, à faire le tour des appartements, remettre les clés, donner les clés,

Raph : À Budapest ?

Chris : Il se faisait trois ou quatre mille euros par mois,

Raph : Okay,

Chris : Du coup, mon pote m’a dit je veux faire cela, donc lui il n’a pas forcément cherché à analyser, etc., il m’a dit écoute je veux faire cela, dit moi ce que tu en penses, quand il m’a dit cela, j’ai commencé à chercher, j’ai analysé Budapest, le marché hongrois, le marché immobilier de Budapest,

Raph : En quelle année c’était ?

Chris : C’était en 2014, c’était été 2014, à peu près

Raph : C’est assez récent,

Chris : Voilà, donc lui il est parti acheter son appartement,

Raph : Oui,

Chris : Et moi j’analysais, donc j’ai regardé les critères de l’économie, j’ai regardé les critères politiques, la stabilité là bas,

Raph : Tout le marché complet,

Chris : La rentabilité, la fiscalité, enfin j’ai regardé tout ce qui était propre à mon métier que je connaissais quoi et une fois analysé tout cela, j’ai fais, mais c’est juste génial, j’ai rappelé mon ami, j’ai dit écoute, j’en veux un aussi,

Raph : Sérieux ? Tu as craqué ?

Chris : Oui, je lui ai dit je veux en acheter un aussi et bon quand vous allez voir les prix, ce n’était vraiment pas, ce n’était pas un gros risque, c’était mon premier, donc il en a acheté un en mai, je crois, il est revenu, on s’est revu, on en a discuté, on est reparti en juillet, j’ai fait les visites, j’en ai acheté un, je suis reparti, je suis retourné en septembre avec mon père qui est du bâtiment et mon ami qui est électricien aussi, donc c’est aller bien , on a fait les travaux, en une semaine, on a fait tous les travaux,

Raph : Une semaine carrément, il y avait quoi à faire ?

Chris : Il y avait pas mal de boulot, mais j’ai un père qui avance vite,

Raph : Oui

Chris : Et un ami qui avance vite aussi

Raph : Okay, est ce que tu peux nous parler du projet un petit peu plus en détail, qu’est ce que tu as acheté, quelle surface, vas-y lâche-moi des chiffres

Chris : Cela intéresse quelques-uns,

Raph : Je sais que c’est insolent niveau prix,

Chris : Tu penses que la rentabilité les intéresse ?

Raph : Ah, je pense quand même, il faut que tu dises les informations,

Chris : Le prix d’achat, alors j’ai acheté un studio de vingt mètres carrés, que j’ai payé quinze mille euros,

Raph : Tu peux nous répéter le prix ?

Chris : Quinze mille euros,

Raph : Quinze mille euros, d’accord, okay

Chris : Tu vois c’est un peu la moitié moins chère qu’un parking à Paris, tu vois,

Raph : Donc on est à Budapest, Capital d’un pays en Europe,

Chris : Bien placé, dans un bel arrondissement, à côté d’une grande gare, à côté de monuments historiques, que tu connais, tu es allé visiter,

Raph : Oui, oui

Chris : Donc tu vois où c’est donc studio, vingt mètres carrés, à refaire

Raph : Quand même à refaire,

Chris : Donc une belle occasion et donc je l’ai acheté, on a fait quatre mille euros de travaux à peu près,

Raph : Qu’est-ce que vous avez refait concrètement, l’électricité du coup ?

Chris : On a cassé les cloisons, on a remonté des cloisons, on a refait toute la salle de bain, on a amélioré la mezzanine qui était déjà là, il y a beaucoup de mezzanines dans les appartements hongrois,

Raph : Donc une belle hauteur sous plafond c’est cela ?

Chris : Plus de quatre mètres,

Raph : Okay,

Chris : Peintures, enduits sur les murs, pose de parquet,

Raph : Du classique

Chris : Oui, du classique, oui voilà, le plus gros c’était la casse en fait, d’une cloison entre la cuisine et le salon, donc on en fait quand j’ai cassé la cloison, j’avais déjà une idée de quelque chose d’assez précis de le faire,

Raph : Oui,

Chris : Donc j’ai cassé la cloison, en la laissant en barre si tu veux, donc j’ai mis un plan de travail en bois dessus et j’ai mis de la pierre de parement, ce qui ne voit pas, la pierre de parement c’est de la pierre que vous collez au mur, comme des carreaux en fait, cela donne un effet pierre brute et c’est un effet coup de cœur quoi, c’est très peu cher à l’achat, mais c’est un gros effet coup de cœur,

Raph : Et les ouvertures cela fait un coup de cœur ?

Chris : C’est cela, oui voilà, donc j’ai acheté cela, je l’ai loué d’abord en saisonnier pour tester avec mon ami on voulait un peu tester et après j’ai fait de l’étudiant et du saisonnier, on arrivait à une rentabilité, enfin j’arrivais parce que lui il l’a acheté différemment du mien, mais moi j’arrivais à une rentabilité de vingt-deux pour cent à peu près, quelque chose comme cela,

Raph : Brute ou net ? C’est la question qui est chiante,

Chris : Brute, mais quand je vais expliquer le net tu vas voir que c’est presque du net,

Raph : Il faut que tu m’en dises plus là-dessus, parlons des spécificités du marché ou je me suis un petit peu renseigné sur la Hongrie, j’étais curieux sur la vie et sur le marché, j’ai vu des trucs, parle nous-en, tout ce qui est taxe foncière, taxe d’habitation, imposition des revenus,

Chris : Taxe foncière, taxe d’habitation, ah tu veux dire les taxes qu’il n’y a pas là bas c’est cela ?

Raph : Insolent, mais

Chris : C’est ce que tu es en train d’insinuer ?

Raph : Oui, voilà c’est cela, cela n’existe pas là bas ?

Chris : Non, cela n’existe pas, donc déjà c’est très rentable,

Raph : Oui,

Chris : Largement au-dessus des dix pour cent et même un peu plus si on se débrouille bien, au niveau de la fiscalité, il n’y a pas de taxe foncière comme le dit Raphael,

Raph : Oui,

Chris : Il n’y a pas de taxe d’habitation, les impôts, c’est un impôt fixe en fait qui est de quinze pour cent sur les loyers, comme l’impôt sur le revenu qui est de quinze pour cent, il n’y a pas de prélèvements sociaux, ce qui veulent les prélèvements sociaux, c’est quinze et demi pour cent, qu’on nous reprend sur les loyers à nous, cela n’existe pas là bas, tu es totalement exonéré de taxe sur la plus-value, au bout de cinq ans,

Raph : Oui c’est ce que j’ai vu aussi, oui, c’est fou, mais à ton avis c’est combien ?

Chris : Entre vingt-deux ans chez nous,

Raph : Oui, vingt-deux ans chez nous,

Chris : Et trente ans pour les prélèvements sociaux, mais pour faire simple en cinq ans, exonération totale des plus-values

Raph : Et la première année, tu te rappelles du taux ?

Chris : La première année, tu n’as pas d’abattements,

Raph : C’est simple, ce n’est que quinze pour cent,

Chris : C’est cela, mais à partir de la deuxième année, tu as un abattement, je ne vais pas embêter avec les détails techniques,

Raph : Oui,

Chris : Il y a déjà un gros abattement la deuxième année, que nous on a à partir de la douzième ou la treizième année,

Raph : Oui, cela n’a rien à voir,

Chris : Et une fois l’abattement passé, quand nous on paye une taxe sur la plus-value de trente-quatre et demi pour cent, eux ils payent quinze, donc on a un abattement encore plus gros, qui arrive encore plus vite et on paye encore moins à la fin, donc c’est juste impressionnant quoi,

Raph : C’est top, qu’est ce qu’il y a d’autre aussi ? Qu’est ce que j’ai vu d’autre ?

Chris : Donc tu as cela, qu’est ce que je voulais te dire d’autre ?

Raph : Les frais de notaires aussi,

Chris : Les frais de notaires, voilà en fait, là bas, s’il y en a qui sont intéressés un jour d’aller acheté là bas, il faut savoir que ce n’est pas les notaires qui s’occupent des ventes, c’est les avocats là bas et ils prennent à peu près deux fois moins cher que nous, parce que là bas, les taxes de droit de mutation, c’est ce qu’on appelle les frais de notaires chez nous, c’est un peu près trois pour cent,

Raph : J’ai vu quatre moi,

Chris : Oui, plus les frais d’avocats qui sont de un, donc c’est pour cela que cela fait un global à quatre comme tu dis,

Raph : D’accord,

Chris : Au lieu de sept et demi chez nous,

Raph : Chose incroyable, qu’on ne voit pas du tout en France sur les frais de notaires, chez eux, il y a des réductions, si tu es étudiant, si c’est ton premier achat, j’ai vu qu’il y avait des particularités, que tu pouvais payer jusqu’à deux pour cent seulement en frais d’avocats,

Chris : Effectivement, cela peut être réduit et il peut même y avoir encore mieux, quand c’est ton premier achat à Budapest, tu peux lisser en fait, ta taxe d’achat, je te donne une idée, j’ai acheté un deuxième appartement, on pourra en parler après si tu veux, j’ai acheté un deuxième appartement là bas, c’était une très bonne affaire, donc j’ai tout mis, vraiment j’ai pris des risques sur celui-là, mais cela valait le coup, donc en fait je n’avais pas énormément d’argent, je n’ai pas payé la taxe d’achat,

Raph : Okay,

Chris : J’ai acheté mon appartement, je l’ai gardé six, huit mois, j’ai fais quelques travaux et je l’ai revendu, j’ai encaissé la plus-value,

Raph : Oui,

Chris : Et je viens de payé ma taxe d’achat, un mois après avoir revendu l’appartement,

Raph : C’est incroyable,

Chris : Donc je l’ai payé là il y a une semaine, je l’ai payé donc en janvier 2017 et j’ai acheté l’appartement février 2016,

Raph : Oui, ils ne sont pas pressés,

Chris : Donc non, ils ne sont pas pressés et j’ai eu, je crois, soixante-dix ou quatre-vingts euros de majoration parce que j’ai trainé de deux ou trois mois, donc cela vaut le coup quand tu achètes et que tu n’as pas trop de moyens, c’est très souple,

Raph : Parce qu’en plus de cela, vous pourrez peut être pensez Europe de l’Est, pays de l’Est, il n’y a peut être pas de cadastre, peut être un peu à l’arrache, c’est peut être un peu dangereux, il y a des cadastres ? Tout est certifié ?

Chris : Oui bien sûr, c’est cadastré, par contre c’est beaucoup plus rapide que chez nous, en l’espace d’une semaine, j’ai pu acheter un appartement ou revendre un appartement,

Raph : Ah oui ?

Chris : C’est très très rapide et le contrat de vente c’est trois pages, quatre pages,

Raph : Ce n’est pas sympa,

Chris : Chez nous un contrat de vente, si vous avez déjà fait des achats ou des ventes, c’est énorme,

Raph : Bon le débat n’est pas de dire si en France on a trop de papiers, c’est vrai que c’est comme cela en France, mais bon voilà,

Chris : Après si c’est aussi sécure là bas, je ne sais pas, moi j’ai eu des bonnes affaires, c’est carré, il y a des diagnostiques, il n’y a pas les mêmes normes que chez nous, mais cela reste quand même un bien,

Raph : Bien sûr,

Chris : Donc il y a un diagnostic, il y a un avocat, moi j’ai eu de la chance en plus, j’ai trouvé un avocat, que j’ai trouvé pour le deuxième achat, qui est un avocat hongrois, qui a fait ses études en France, qui parle couramment français et qui a passé l’équivalence en Hongrie donc il maitrise les deux fiscalités

Raph : Parfait, cela,

Chris : Et pour la petite excuse d’ailleurs, parce que comme j’ai fait de la gestion de patrimoine, j’avais des clients avec un gros portefeuille, certains, et mon avocat avait cette petite astuce-là, en fait il allait dans la succession que vous avez chez nous sur les biens immobiliers, ils sont énormes c’est à peu près vingt pour cent, mais après il faut monter dans les tranches, en Hongrie, tu es totalement exonéré de droit de succession, si tu lègues ton bien à tes enfants ou à tes parents, donc ascendant ou descendante, de ton vivant ou en cas de décès à tes parents ou a tes enfants, c’est gratuit,

Raph : C’est incroyable,

Chris : C’est-à-dire que lui a les deux casquettes, dans le cas franco-hongrois, et bien il avait des clients Français avec un gros patrimoine qui voulaient avoir de la bonne rentabilité, ils en avaient marre d’investir en France, ils vendaient ce qu’ils avaient en France, ils investissaient en Hongrie, donc meilleur rentabilité, moins de fiscalité, au bout de quelques années, ils léguaient leurs patrimoines à leurs enfants et leurs enfants se retrouvaient avec un patrimoine qu’ils ont gratuitement,

Raph : Oui

Chris : Ils ont économisé des centaines de milliers d’euros sur les droits de succession, en plus avec des rentabilités trois fois plus élevées que celle d’ici et une fiscalité plus douce, je veux dire enfin c’est top,

Raph : Il y a tout à gagner en Hongrie,

Chris : Et moi pour avoir analysé, parce que quand j’ai vu la Hongrie, j’ai fait un premier achat,

Raph : Oui,

Chris : Après j’étais curieux, j’ai regardé les autres capitales,

Raph : Bien sûr, oui

Chris : Donc j’ai regardé Madrid, j’ai regardé Lisbonne, j’ai regardé Berlin, qui était pas mal il y a quelques années, j’ai regardé Prague, Bucarest, j’avais regardé un petit peu aussi et je ne trouvais rien de mieux que Budapest,

Raph : Vu les conditions d’achat

Chris : Le ratio rentabilité entre le prix d’achat, ce qu’on peut louer et la fiscalité qui va avec enfin c’est énorme,

Raph : Incroyable, petite question que je n’ai pas posée, on a parlé de quinze pour cent d’imposition sur les loyers, donc vraiment une bonne renta, est-ce qu’ils ont le même taux d’imposition que la France ou pas ?

Chris : Alors, je ne vais pas être trop technique, mais en fait, tu as une convention de non double imposition,

Raph : C’est top,

Chris : Qui est signé entre la France et la Hongrie, parce que moi au début je craignais cela et je n’avais aucun comptable ni avocat qui savaient m’expliquer concrètement, donc j’ai été obligé de télécharger le traité qui est comme cela et me tapait les pages et du coup après j’ai su en fait ils ont signés ce traité, ce qui veut dire que quand tu encaisses les loyers en Hongrie, tu payes ton impôt en Hongrie et la France ne te demande rien,

Raph : Tu es tranquille ?

Chris : Tu es tranquille, par contre, là ou il y a un double impôt,

Raph : Oui,

Chris : C’est si tu es ressortissant français en Hongrie, donc c’est-à-dire que tu es français et que tu vas travailler en Hongrie, tu as un salaire hongrois, là ce qu’il se passe c’est que tu payes ton impôt hongrois, donc tes quinze pour cent et la France en fait, te prend la différence, entre ce qu’elle t’aurait pris normalement, et ce que tu as déjà pris en Hongrie,

Raph : D’accord, parce que tu es encore résident fiscal français, il n’y a que pour l’immobilier ou

Chris : Voilà, c’est cela, en étant en immobilier, on ne paye qu’en Hongrie, on ne paye pas ici,

Raph : Cela est vraiment top, pour revenir sur le marché de la Hongrie, pourquoi il est si bon ? Est-ce que tu as une idée ? Moi j’ai vu qu’il y a apparemment plus de quatre-vingt-dix pour cent des propriétaires hongrois qui étaient propriétaires, c’est une grosse grosse part quatre-vingt-dix pour cent, je ne sais pas si tu as une info ?

Chris : Oui, ce n’était pas le cas il y a quelque temps, cela augmente beaucoup, parce qu’une grosse partie des biens immobiliers appartenaient à l’état,

Raph : Okay,

Chris : Il y a eu une première vague de l’état, je pense que cela remonte après la guerre froide, tu vois ils ont essayés de se débarrasser de leur parc immobilier, cela leur coutait trop cher à entretenir, donc ils s’en sont débarrassés et les gens ont commencés à acheter, après ce qui a fait que c’était aussi intéressant au prix d’achat là dernièrement, il y a eu deux choses, la première c’est qu’en fait il y a beaucoup de Hongrois qui ont investis dans des placements financiers dans un très gros courtier national, je ne sais plus, comment il s’appelle, qui a fait faillite,

Raph : En Hongrie ?

Chris : Donc en Hongrie

Raph : Okay,

Chris : Donc ils ont totalement perdu confiance en l’immobilier,

Raph : cela a tout basculé,

Chris : Pardon excuses moi je dis une bêtise, ils ont totalement perdu confiance dans le financier et heureusement ils ont investi dans l’immobilier,

Raph : Sinon dans l’immobilier il y a plus de sécurité,

Chris : C’est cela, et en fait en parallèle, juste avant il y avait un prêt immobilier en Hongrie qui était adossée au franc suisse

Raph : Okay,

Chris : Si certain ont suivis, je ne sais plus en quelle année cela remonte, 2009-2010, je ne sais plus, le franc suisse à décoté, ce qui fait qu’en fait les gens qui étaient adossés au franc suisse vont payer des mensualités deux à trois fois plus élevées, donc il y a eu toute une vague de bien immobilier qui se sont vendu avec des gens malheureusement prêts à vendre

Raph : Ils ne pouvaient plus rembourser c’est cela ?

Chris : Donc les prix ont chuté, à ce moment-là nous sans le savoir, avec mon ami, on a acheté à ce moment-là,

Raph : C’était pile à ce moment-là ou tu t’es introduit sur le marché en fait ?

Chris : Oui, on ne savait pas, mais après la crise de 2008, il y a eu cela, les étudiants ont commencé à arriver, les Erasmus, les investisseurs, il y a énormément d’investisseurs et on était pile dans ce coin et à ce moment-là, du coup tu m’as dit cela,

Raph : Pourquoi ils l’ont coupé aux propriétaires, l’état du marché actuel en Hongrie,

Chris : Voilà, en fait, à ce moment-là, donc il y avait le creux de la vague et au même moment, il y a le courtier qui a fait faillite donc les gens se sont mis à se ruer sur l’immobilier, déjà les locaux, parce qu’il y a le marché qui est soutenu par les Hongrois en fait,

Raph : Oui,

Chris : Ils se sont mis à se ruer vers l’immobilier parce qu’ils voyaient les étudiants arriver, les Airbnb, le saisonnier, donc ils se sont rué là-dessus, derrière les investisseurs sont arrivés, chinois, ukrainien, russe, hongrois, français un petit peu aussi,

Raph : Okay,

Chris : Ce qui fait que l’immobilier, moi le moment ou j’ai acheté, quelques mois après l’immobilier à fait quinze pour cent dans l’année

Raph : Plus quinze pour cent, j’ai vu récemment même entre avril 2016 et là janvier 2017, cela a pris deux cent cinquante euros le mètre carré en dix mois, j’ai vu cela

Chris : Peut être, quinze pour cent, le prix était peut être au alentour des trois mille quatre peut être, parce que deux cent cinquante euros, on est à peu près à cela,

Raph : Donc cela monte assez vite quand même,

Chris : C’est monté assez vite, alors s’il y en a qui veulent acheter à Budapest, je leur dis vraiment ce que j’en pense,

Raph : Même si c’est trop tard ?

Chris : Ce n’est pas que c’est trop tard, moi j’ai déjà acheté deux appartements que j’ai déjà revendus parce que j’avais d’autres projets en France,

Raph : On en parlera après, oui

Chris : Donc j’ai fait une belle plus-value, je voyais que le marché allait augmenter, donc je me suis dit je vends et en fait avant le brexit la Hongrie parlait d’un référendum pour éventuellement sortir de l’euro, donc en fait cela ne s’est pas fait, mais voilà plus tôt, j’avais pris pas mal de risques, je me suis dit bon je n’en prends pas trop, j’ai une belle plus-value, je vends, donc j’ai vendu, mais le prix a pas mal monté, je pense que maintenant cela va être difficile de trouver du vingt pour cent, du douze, treize, quatorze, quinze, c’est encore faisable,

Raph : Ce qui est très rare dans une capitale européenne si on compare à Paris ou on est actuellement,

Chris : Deux et demi, trois,

Raph : Oui,

Chris : Oui, oui deux et demi, trois, donc je pense qu’il y a encore de belles choses à faire là bas, parce que la fiscalité est bonne, parce que l’économie est soutenue, parce qu’ils ont une bonne croissance, parce que nous au début quand on a acheté, on visait à ce qu’un jour la Hongrie ait l’euro, il faut savoir que ce n’est pas leur monnaie, leur monnaie c’est le forint

Raph : Oui, oui, ils sont en discussion pour avoir la monnaie, c’est comme la Roumanie, tout cela, c’est des pays qui sont en discussion

Chris : Le problème c’est que cela fait très longtemps qu’ils sont en discussion, ils visaient cela pour 2019,

Raph : Comme la Roumanie,

Chris : A chaque fois, ils repoussent en fait ils ont fait depuis 2003-2004, la Hongrie a fait tous les investissements nécessaires pour créer l’euro,

Raph : Oui,

Chris : Ils ont même d’ailleurs des machines qui sont encore plus performantes que les autres,

Raph : C’est vrai ?

Chris : Oui, c’est impressionnant quand j’ai vu cela, mais ils ne peuvent pas parce que pour avoir l’euro, il faut qu’ils aient cinq critères économiques qui soient dans le vert,

Raph : D’accord,

Chris : Il faut une certaine croissance, il faut une certaine croissance, dette ratio PIB, il faut tout un tas de critères et cela bascule entre trois et quatre

Raph : Okay, il faut qu’ils aient les cinq sur cinq,

Chris : Il faudrait qu’ils aient les cinquièmes, sauf que quand tu poses la question aux gens qui sont là bas, quand on leur demande voilà est-ce que vous pensez que vous allez avoir l’euro, ils nous disent cela fait tellement longtemps qu’on nous le dit, mais en fait ils ont peur, pour eux, ils ne vont pas l’avoir,

Raph : C’est cela, cela va faire monter les prix tout cela,

Chris : Parce que nous cela a été bon, on avait un investissement, on s’est dit cela va être comme chez nous en France, cela va doubler voir plus, donc c’est ce qu’on attendait que cela fasse, mais eux là bas, je pense qu’ils craignent un peu leur baisse du pouvoir d’achat,

Raph : C’est cela, forcément pour les locaux c’est compliqué, pour nous en tant qu’investisseur, on a l’argent selon eux, donc forcément, cela nous inquiète moins, bon okay, on a fait un gros aparté sur le marché à Budapest,

Chris : Je pense qu’il y a quand même de bonnes affaires, si certains sont intéressés,

Raph : C’est une ville qui ressort souvent Budapest, j’ai déjà entendu des investisseurs me dire, je vais investir à Budapest ou j’ai déjà investi à Budapest, je ne me rappelle plus trop qui, mais j’ai déjà eu des échanges comme cela lors de certains événements d’investisseurs qui allaient à Budapest et qui avaient des contacts,

Chris : Moi quand je parle à des investisseurs, il y en a pleins qui me disent ah j’en ai entendu parler et, mais ils ne l’ont pas fait,

Raph : C’est cela,

Chris : Ils ne l’ont pas fait, moi je m’étais dit bon quinze mille euros, la rentabilité était énorme, je l’ai acheté quinze mille, je l’ai revendu trente-six mille, en l’espace de, même pas moins de deux ans,

Raph : Donc tu as eu quatre mille euros de travaux, tu as fait presque vingt mille euros de plus-value c’est cela ?

Chris : Un peu moins, oui, quinze, seize mille euros, avec une taxe sur la plus-value qui est quasiment inexistante donc c’était une bonne opération, quand on est jeune, parce que c’est très difficile de faire un crédit pour aller là-bas, donc il faut forcément acheter cash ou faire un crédit conso.

Raph : Comment tu as fait ? Enfin tu as fait cette première opération, tu en as fait d’autres après, comment tu t’es fait financer ? Des banques françaises ? Des banques locales ?

Chris : Alors première opération, c’était cash en fait,

Raph : Oui, quinze mille,

Chris : J’étais en gestion de patrimoine, je gagnais bien ma vie, mais ce n’était pas mirobolant, mais je parlais beaucoup, je savais qu’à un moment donner j’allais investir,

Raph : C’était le bon moment, tu avais ton épargne,

Chris : Voilà, j’épargnais depuis un moment et puis malheureusement il y a beaucoup de gens qui épargnent, le jour ou ils ont un projet en vue, c’est un peu dommage parce que le jour ou on l’a en vue, c’est un peu tard, parce que cela demande un certain temps, quand même de mettre de l’argent de coté,

Raph : On ne trouve pas vingt mille euros du jour au lendemain,

Chris : Il faut partir du point de vue, qu’il faut mettre une partie de ses revenue, dix, quinze, vingt pour cent cela dépend de ce que l’on touche, de coté le jour ou il y a une bonne affaire, et c’est ce que j’ai fait, le jour ou la bonne affaire est arrivée, j’avais l’argent pour le faire quoi,

Raph : Oui, oui

Chris : Et heureusement parce que cela m’a permis de déboucher sur d’autre projet, on va en parler tout à l’heure qui m’a rapporté plus encore plus de rentabilité, c’est un effet domino, c’est quinze mille premiers euros qui après t’en rends trente-six qui te donnent encore autre chose et ainsi de suite,

Raph : C’est cela, c’est marrant, comme quoi le destin, je ne sais pas si on peut dire cela, mais tu parlais avec un investisseur italien, qui a influencé ton pote, qui après t’a influencé, l’italien et ce pote qui t’ont influencé à faire cela, aujourd’hui on est a Paris,

Chris : Et j’ai influencé d’autres personnes et cela a influencé l’avenir que j’ai eu qui s’est vraiment mis dans l’immobilier,

Raph : Voilà,

Chris : Peut être que je ne l’aurai pas fait,

Raph : Cette vidéo peut influencer d’autres personnes,

Chris : Tu le sais, les gens qui arrivent à trouver des affaires comme cela, parfois il y en a qui disent que c’est de la chance, oui il a de la chance, mais moi cela ne m’arrivera jamais et lui parce qu’il avait cela et à ce moment-là il y avait ci, non tu sais bien,

Raph : Le débat, on ne va pas le refaire,

Chris : Voilà, j’ai contacté mon ami parce que je voulais le voir pour mon boulot, parce que je voulais le faire connaitre, il m’a parlé de cela et à ce moment-là j’avais deux choix, tu as toujours deux choix quand tu veux faire un projet c’est soit à Budapest, mais c’est risqué, c’est en Europe cela ? Il n’y a pas la même monnaie,

Raph : C’est l’Europe de l’Est,

Chris : Ah c’est l’Europe de l’Est, il me dit ah non c’est risqué,

Raph : Les mafieux,

Chris : Il ya combien de personnes qui m’ont dit cela,

Raph : Clairement oui,

Chris : Et tu as d’autres types de personnes qui vont dire ah à Budapest, pourquoi ? Juste un pourquoi, juste une question, pourquoi, et là tu essaies de comprendre, puis après tu as les éléments et tu analyses et moi quand j’ai compris cela, j’étais jeune par rapport à mon travail, j’ai rencontré des clients de tous domaines, la plupart des investissements que j’ai faits maintenant, c’était des clients que j’ai connus, au début, et j’ai vu des choses qu’ils ont faites, ah moi non cela ne marche pas,

Raph : Oui,

Chris : Cela marche pourquoi ?

Raph : Tu as creusé, cela t’a inspiré ?

Chris : j’ai creusé, creusé, creusé et quand je me suis fait mon opinion et que j’ai vu que c’était une bonne affaire, j’y allais,

Raph : Okay,

Chris : Mais tu as toujours le choix au début de te dire et c’est cela la chance que l’on a, c’est le choix de te dire au début, oui non c’est bien je reste fermé, non ce n’est pas bien c’est risqué, je laisse fermé,

Raph : L’ouverture d’esprit quoi,

Chris : Moi j’en ai eu au début, non, mais tu vas investir à Budapest, mais tu es malade, mais attends,

Raph : Tu va te planter,

Chris : Tu va voir, tu vas tout perdre, l’URSS va revenir, Poutine il va leur mettre la pression, non, mais j’ai entendu de tout, oui, oui, le risque,

Raph : Il n’ya pas de risque zéro,

Chris : Il n’y a pas de risque zéro, mais quand j’ai revendu et que je l’ai répété, ah c’est bien ce que tu as fait, oui, tu as bien fait quand même,

Raph : Voilà, toute façon, aujourd’hui on est dans un monde ou on te juge très très vite, je pense que géo diversifier c’est quelque chose de très important, la France ce n’est pas forcément plus sécurisé que la Hongrie, non ? Je ne sais pas ce que tu en penses ?

Chris : Non, franchement vu notre climat politique, au moins là-bas ils sont pour les investisseurs et cela ramène de l’économie, cela ramène du tourisme,

Raph : Oui,

Chris : Cela ramène énormément de choses, nous en ce moment,

Raph : Non ce n’est pas cela,

Chris : On fait de très bonnes affaires en France, bien sûr, je vais continuer d’en faire,

Raph : Oui,

Chris : Mais la fiscalité, l’axe politique on va dire qu’il prête depuis quelques années, ils matraquent l’immobilier parce que c’est le plus gros patrimoine des Français, et en 2012 on leur a dit qu’on prenait des prélèvements sociaux et puis les droits de succession on t’en rajoutes,

Raph : Tu ne peux rien faire, ton bien est là, il n’est pas liquide, tu ne peux pas le bouger d’un pays à un autre, soit tu le vends, soit tu assumes et tu encaisses, enfin bref pour revenir à toi du coup,

Chris : Le petit aparté,

Raph : Tu as acheté un premier appartement à Budapest, tu l’as revendu, tu as fait une plus-value, tu en as acheté plusieurs à Budapest,

Chris : Alors on va aller dans l’ordre, j’ai acheté le premier, en juillet 2014,

Raph: Okay, le studio,

Chris : En peu de temps, voyant que Budapest marchait très bien, on est retourné avec mon ami,

Raph : Neuf mois après ?

Chris : Oui, voilà, une bonne année après, on est retourné en 2015 pardon,

Raph : Okay,

Chris : On avait un projet en fait, on avait des étages d’immeubles à Budapest qui se vendaient,

Raph : Tout entier ? Des gros plateaux ?

Chris : Accroche-toi bien,

Raph : Oui,

Chris : Cinq cent soixante mètres carrés entre quinze et vingt mille euros,

Raph : Le mètre carré ou ?

Chris : Non, non, pas le mètre carré, la totalité,

Raph : Non, mais tu rigoles ?

Chris : C’était des plateaux, neutres,

Raph : Bien placé ?

Chris : Mais on a fait nos calculs, oui par exemple dans le même quartier ou j’étais,

Raph : Non, mais attends, pourquoi ?

Chris : Personne n’en voulait,

Raph : Parce que là si tu fais quinze mille euros divisés par cinq cent soixante mètres, le calcul je n’ai même pas envie de le faire, cela va me faire peur,

Chris : Et tu sais, si certain font de la rénovation, ils savent que cela coute moins cher de construire sur une partie brute,

Raph : Oui,

Chris : Que de faire de la rénovation sur quelque chose qui est déjà fait, c’est plus de temps, etc., donc on a fait une étude de marché, mon ami était du bâtiment, moi je m’y connais un peu aussi en bâtiment, on a fait nos études, on a calculé combien cela nous couterait le mètre carré, on pouvait faire une quinzaine d’appartements à peu près,

Raph : Okay,

Chris : Revendre la moitié, qui nous finançait largement l’achat de l’autre plateau et la construction des quinze appartements sur le même plateau,

Raph : Oui,

Chris : Et cet appartement, le laisser en location pour générer du cashflow et ainsi de suite et ainsi de suite,

Raph : Bon cela peut aller très vite l’effet boule de neige,

Chris : Cela aurait été très très beau sauf qu’après avoir discuter avec l’avocat

Raph : Oui,

Chris : Projet très long, deux, trois ans,

Raph : Quoi qui est long ? Les travaux c’est cela ?

Chris : Les travaux, l’urbanisme et les contrôles,

Raph : J’allais le dire, les travaux comment cela se passe ? C’est simple ou pas en Hongrie ?

Chris : C’est beaucoup plus compliqué,

Raph : Que la France ?

Chris : C’est beaucoup plus compliqué, alors je vais reformuler, ce n’est pas que c’est plus compliqué, c’est que c’est plus aléatoire,

Raph : Pourquoi ?

Chris : C’est-à-dire qu’en France c’est compliqué, c’est long, il ya de la paperasse, mais on est quand même assez bien bordé ici,

Raph : Oui,

Chris : Pas trop de corruption,

Raph : Non,

Chris : Normalement,

Raph : Oui, presque pas,

Chris : Voilà, je vais me faire tirer dessus si on parle de cela, alors qu’à Budapest, mon avocat m’a dit, il va falloir en glisser sous la table,

Raph : A qui ? A lui-même ?

Chris : Non pas forcément à lui-même,

Raph : Pourquoi ? Parce que tu t’enrichis ? Parce que tu fais un beau projet ? Parce que tu fais de la valeur pour la ville,

Chris : Oui, parce qu’il y a un gros projet, et là-bas, cela marche un petit peu comme cela,

Raph : Donc quand tu achètes un seul appartement de manière isolé, on ne t’embête pas.

Chris : Non là il n’y a aucun problème,

Raph : Là un gros projet, quinze lots,

Chris : Ils disent que c’est compliqué, deux à trois ans de projet, couteux, avec le risque que, parce que tu as un bureau des contrôles là bas, qui vient te contrôler,

Raph : Oui,

Chris : Les appartements, savoir s’ils sont en vente, ils peuvent te dire à la fin, une fois que tu as fini le projet, non cela ne convient pas, il faut tout recasser ou cela ne va pas vous ne pouvez pas vendre,

Raph : C’est parce que c’est quand c’est de la création de lot ou quand c’est de la rénovation ?

Chris : Je ne me suis pas renseigné plus que cela, mais non non pour la rénovation ils ne sont pas venus,

Raph : C’est quand tu fais de la construction de création de lots,

Chris : Oui, construction et création de lots, on a la même chose chez nous en France, mais ce n’est pas pareil,

Raph : Oui, c’est différent, c’est plus réglo,

Chris : Donc c’était un projet à deux ou trois cent mille euros, on allait s’associer avec mon ami,

Raph : Oui,

Chris : Et puis on venait de démarrer dans l’immobilier, on n’avait pas forcément cette somme-là, donc cela n’aura été que des emprunts quasiment, donc oui cela aurait été très très rentable,

Raph : stratosphérique, oui,

Chris : Mais mon avocat m’a dit en deux trois ans, vous allez rater le coche de la hausse de l’immobilier,

Raph : Comment il peut savoir ?

Chris : Il appréhender un petit peu le marché, il voyait un petit peu comme cela s’annonce,

Raph : Et il t’a donné ce conseil ?

Chris : Il m’a donné ce conseil et j’ai eu raison de le suivre parce qu’on se serait peut-être planté dans ce projet-là ou on ne peut pas

Raph : Oui,

Chris : Mais, cela été quand même très risqué et du coup on a racheté d’autres appartements

Raph : Okay, donc tu as abandonné ce gros projet ?

Chris : Voilà exactement,

Raph : Qui faisait rêver, mais un peu trop risqué pour l’instant,

Chris : Oui, trop risqué et puis même au niveau des prêts, en France, on ne prête pas facilement à l’étranger, il faut déjà être propriétaire en France, avec un crédit payé ou quasi payé, ils prennent l’hypothèque sur ton bien en France et ils te prêtent à l’étranger,

Raph : Je vois,

Chris : Les prix de l’immobilier à ce moment-là, c’était huit ou dix pour cent, donc j’ai racheté un autre appartement,

Raph : Cash ?

Chris : Une partie d’épargne, une partie prêt conso,

Raph : En France ?

Chris : Un petit peu d’un ami qui m’a prêtait, c’était une bonne affaire, je me suis dit il faut que je la prenne, donc je l’ai pris, c’était un quatre pièces soixante-cinq mètres carrés, quarante-sept mille euros,

Raph : Quatre pièces à quarante-sept mille euros ?

Chris : Quarante-sept, quarante-sept mille euros,

Raph : Okay,

Chris : Le but c’était de faire de la coloc et du saisonnier, donc trois étudiants cela se louait deux cent cinquante euros la chambre avec internet, donc cela fait sept cent cinquante euros,

Raph : Okay,

Chris : On était à dix-sept pour cent à peu près, seize, dix-sept,

Raph : Bonne opération ?

Chris : Pas mal, voilà et donc après il s’est passé le brexit donc j’ai décidé de tout revendre, j’ai dit au cas où,

Raph : Tu revends le deuxième ?

Chris : J’ai revendu le premier en septembre 2016, j’ai revendu le deuxième, je ne l’ai gardé que six mois, j’ai fait quelques travaux très simples, donc j’ai mis quatre cents euros de travaux,

Raph : Oui,

Chris : Et je l’ai vendu dix mille euros plus chers celui-là,

Raph : En six mois, tu as fait dix mille euros de plus-value ?

Chris : Voilà, c’est cela, dix mille euros de plus-value, mais j’y suis allé juste deux semaines, un peu de vacances et faire des travaux, il fallait casser une mezzanine, faire un peu de peintures, repeindre les murs,

Raph : Cela change de faire des travaux à Budapest,

Chris : Oui, non c’était cool,

Raph : C’était sympa quoi,

Chris : Tu fais du sport, après tu vas faire des bains

Raph : Oui c’est sympa,

Chris : Tu vis dans une ville qui est dynamique, très jeune, tu manges bien, tu bois bien, ce n’est pas cher,

Raph : C’était bon délire, oui

Chris : Non, non c’était très cool,

Raph : Du coup, tu en as acheté deux à Budapest que tu as tous les deux revendu,

Chris : Que j’ai déjà revendu, oui,

Raph : C’est terminé, ensuite tu as fait ton retour en France, dans le sud de la France, parce que tu es originaire de Nice c’est cela ?

Chris : C’est cela, oui

Raph : Et là tu as commencé à investir donc je ne rappelle pas quel type de bien, des immeubles, je crois ? C’est cela ?

Chris : Un immeuble, mais toujours pas à Nice,

Raph : A Toulon ? Tu m’avais dit,

Chris : J’aime bien investir en dehors de là ou je ne suis pas,

Raph : C’est exactement cela, parce qu’on dit tout le temps il faut investir là où on connait, là on a grandi, là où on connait le marché, toi tu as fait tout l’inverse, pourquoi en fait ?

Chris : Pour tout te dire, c’est vrai que souvent j’entends cette phrase, dans le monde de l’investissement, dans les vidéos, là où vous connaissez, là où vous avez habité, etc.,

Raph : C’est plutôt logique ?

Chris : Cela peut être logique, moi par exemple je connaissais parfaitement le marché de l’immobilier à Budapest,

Raph : Oui,

Chris : Mais je ne connaissais pas celui de Nice, pourtant j’y ai vécu,

Raph : Tu y as grandi, tu y es né

Chris : Parce que je ne m’y suis pas intéressé,

Raph : Oui, c’est vrai, quand on ne s’intéresse pas on ne sait pas ce qu’il se passe,

Chris : Donc acheté là ou vous connaissez, oui, mais analysé le marché d’abord, mais pas forcément là ou vous habitez, parce que l’endroit ou vous habitez il y a très très peu de chances que ce soit le meilleur endroit ou vous aurez les meilleures rentabilités,

Raph : Le meilleur endroit au monde non, mais c’est vrai que c’est l’endroit le plus simple pour se renseigner, à Budapest ce n’est pas facile quoi,

Chris : A Budapest, je suis d’accord, mais il y a peut être d’autres villes, du coup moi je ne suis pas resté à Nice, j’ai acheté un premier petit immeuble à, je donne la ville parce que c’est un bon plan

Raph : Ah oui, tu nous l’annonces,

Chris : Ce n’est pas très loin de Montpellier, il y en a même qui voudront savoir en message privé donc oui dans le sud de la France, c’est simple, avant Montpellier, C’est un petit immeuble de quatre appartements, que je devais diviser en plusieurs appartements, c’était considérer comme une seule invitation,

Raph : Un seul lot, tout l’immeuble ?

Chris : C’était un seul lot, mais un appartement par étage,

Raph : Il y avait combien d’étages ?

Chris : Trois étages, il fallait quand même les diviser donc j’ai voulu les diviser et il y avait beaucoup de complication, quelques petites complications qui fait que c’était très long, si je gardé l’immeuble entièrement, j’étais entre quinze et seize pour cent de rentabilité, avec un régime fiscal, je ne payais pas d’impôts pendant quinze ans, je l’ai acheté soixante-neuf mille euros, cent trente mètres carrés à peu près, il y avait cinquante mille euros de travaux à faire,

Raph : Okay, tu les as faits ?

Chris : Je n’ai pas tout fait, parce que le but dès que je l’ai acheté c’était d’en garder deux dans le lot,

Raph : D’accord, donc avoir deux appartements avec des travaux à réaliser ?

Chris : Oui avec des travaux à réaliser, c’est cela, en fait, je n’ai pas pu les diviser d’où le fait finalement que je l’ai gardé, j’en ai mis deux en location, d’en revendre deux,

Raph : Oui,

Chris : en fait la petite astuce pour faire de la division de lot ou des immeubles ou peu importe, faites un crédit sur la totalité du lot, la banque va prendre un privilège ou garantie une hypothèque sur votre bien, si vous faites des travaux par exemple sur des gros biens comme j’ai fait, je voulais vendre les deux autres biens, pour garder le cash, faire une main levée, chez le notaire vous faites une main levée ou une hypothèque, on enlève la garantie sur l’immeuble, vous vendez deux biens et on pose la garantie sur les deux biens restants,

Raph : D’accord, okay,

Chris : Et comme la valeur des deux biens restants après travaux était quasiment égale à la valeur de l’immeuble, cela me permettait de vendre deux appartements et de garder entièrement le cash et de garder les deux autres en location,

Raph : C’est une bonne astuce,

Chris : Ce qui veut dire que tu gardes le crédit, vous gardez les intérêts d’emprunts, ils continuent de se déduire des loyers donc du coup, vous baissez d’impôts, mais d’un autre coté avec le cash dégagé, tu n’es pas obligé de rembourser, donc là j’ai gardé peut être quarante-cinq ou cinquante mille euros, ce qui permet de faire un apport pour un autre projet,

Raph : C’est une question que j’avais déjà vue, dans des groupes d’investisseurs comment revendre des biens alors que j’ai un crédit sur le dos

Chris : Là, c’est une bonne technique,

Raph : C’est cela,

Chris : Parce que si on revend, on solde une partie du crédit, on fait quinze mille euros de plus-value, c’est bien, cela peut aider, mais ce n’est pas forcément nécessaire,

Raph : Oui, oui

Chris : Et en plus, on s’enlève les intérêts d’emprunts qui peuvent nous réduire d’impôts donc c’est dommage en fait,

Raph : Okay, une bonne astuce,

Chris : Donc voilà, j’ai gardé cet immeuble, parce que je n’ai pas pu le diviser celui-là, là je suis en train de le revendre, j’ai quelqu’un qui me le rachète entièrement,

Raph : Okay,

Chris : Et j’ai deux appartements refaits qui sont loués, et les deux autres ils restent les travaux à faire, donc je le vends en l’état comme cela,

Raph : Donc, revendre ton immeuble, question, pourquoi le revendre du coup ? À Budapest c’est un peu ce que l’on pense, c’était le marché, oui c’était le marché, tu as revendu, là ici pourquoi tu revends par exemple, tu as revendu rapidement aussi après,

Chris : Oui, j’ai revendu rapidement, parce que mon projet initial, c’était d’en garder deux et d’en revendre deux, parce que je voulais me dégager du cash pour faire un autre projet aussi à côté, vu que je n’ai pas pu et que j’avais le choix soit je mettais tout mon argent dans les travaux de cet immeuble et il y avait vingt mille euros de travaux à faire et je mettais le reste de mon cash dans cet immeuble et je faisais les travaux à côté, soit je le vends et je dégage une plus-value, et le cash que je ne mettais pas dans les travaux, j’avais une belle opération à côté à faire qui me rapportait aussi donc, cela a été un calcul,

Raph : Un arbitrage quoi,

Chris : Voilà c’était un arbitrage et j’ai fait un choix, je le vends à un ami investisseur aussi,

Raph : Okay,

Chris : Donc la troisième opération, j’ai acheté un deuxième immeuble,

Raph : Dans le même coin, dans le sud de la France ?

Chris : Juste à côté du premier, à cinq cents mètres, trois cent mètres,

Raph : Okay, dans quelles conditions ?

Chris : Il y a six appartements,

Raph : Six appartements,

Chris : Déjà découpés, petite astuce aussi c’était pour CAF, c’était pour quelqu’un qui détient les APL ou les aides de la CAF

Raph : Qui ne touche pas des gros revenus,

Chris : Oui, pas des gros revenus, c’était des petits appartements en studio ou trois-pièces, qui se louent entre trois cents euros et cinq cent cinquante euros, et en fait ces aides-là, l’avantage c’est que la CAF, te verse directement le loyer, à toi en tant que propriétaire, donc c’est une sécurité, parce que si je prends le cadre de cette deuxième opération, j’ai acheté à deux cent trente mille euros, un immeuble de six appartements, déjà habités, déjà loués, entièrement refaits, et j’ai une rentabilité de quatorze pour cent à peu près dessus,

Raph : C’est énorme, pour un produit qui est déjà tout fait, tout rénové,

Chris : C’est produit qui est tout fait, tout rénové, j’avais le choix entre cela ou quelque chose avec des travaux, tu passes quatre, cinq, six mois à faire des travaux, okay la rentabilité est plus élevée, mais le temps que je perds, l’énergie,

Raph : Oui,

Chris : Donc là tout habité, déjà signé, j’ai déjà encaissé les loyers,

Raph : Cent pour cent de tes locataires, touchent la CAF c’est cela ?

Chris : C’est cela,

Raph : C’est ce qui fait peur à la plupart des investisseurs qui se disent, bon la qualité des locataires, ils ont peur d’arrêter de payer, j’ai souvent vu cela et comme tu l’as dit finalement, c’est un avantage,

Chris : C’est plus qu’un avantage parce que pour tout te dire j’ai des amis qui investissent beaucoup là aussi, ils me disent je préfère un locataire qui n’a pas de revenus ou qui est au RSA plutôt que quelqu’un qui est au SMIC, ou à mille cinq cents euros par mois, s’il décide de ne pas payer, alors qu’un locataire qui est au RSA, il a un avantage, il a la CAF, la CAF lui couvre près de soixante pour cent du loyer, donc j’ai mille euros de crédit, j’ai deux mille six cents euros de loyers, et j’ai quasiment mille sept cents euros de CAF, ce qui veut dire que si demain tous les locataires décident de ne plus payer, je paye mon crédit, les taxes, les charges, j’ai cent ou deux cents euros de cashflow en plus,

Raph : Tu es tranquille, cela n’arrivera même pas,

Chris : Autant te dire qu’à la banque le dossier est passé tout seul, plus facilement que le premier dossier, oui c’est simple le banquier m’a dit, j’étais du domaine, j’ai mis en place certaines stratégies de négociation et pleins de petites astuces pour que le dossier passe et il a vu le dossier et m’a dit, bon je ne regarde même pas le détail, je vous finance,

Raph : C’est vrai ? C’est cool cela,

Chris : Je lui ai amené tous les papiers, ils étaient tellement ordonnés, tellement carrés, qu’il m’a dit c’est encore mieux qu’un courtier, je vous fais confiance, je finance, et c’est des astuces que je donne, après on reviendra

Raph : Oui,

Chris : C’est des astuces que je donne à des clients que je coache et je leur dis préparez moi un entretien, il y a certaines choses à faire, certaines choses à dire, des trucs bêtes, il faut savoir qu’un prêt à la banque, quand vous empruntez, la décision d’acceptation de votre dossier, elle va jouée à soixante, soixante-dix pour cent, de votre dossier lui-même, papier et trente, quarante pour cent, de la relation humaine, que vous avez avec le banquier, la confiance qu’il va voir, est ce qu’il croit en son audit, est ce que le projet à l’air bien, même s’il est bien, est-ce que vous vous comprenez ce que vous dites,

Raph : C’est vrai que la banque c’est le pivot de l’opération, sans l’argent, il faut acheter cash et ce qui n’est pas forcément à la portée de tout le monde,

Chris : Surtout quand on est jeune,

Raph : Exactement, la banque c’est le pivot

Chris : C’est le meilleur moyen, pour s’enrichir, les effets de levier qu’on a en ce moment,

Raph : Cet immeuble tu l’as encore toujours ?

Chris : Oui, oui je l’ai acheté récemment, il a provoqué mon indépendance financière,

Raph : C’est à ce moment-là que tu es devenu indépendant financièrement,

Chris : C’est cela, il y a deux mois,

Raph : est-ce que tu en as racheté un autre ?

Chris : Non, parce que j’ai un autre projet, ah oui, oui excuse-moi, mais j’ai décroché le micro,

Raph : Ce n’est pas grave,

Chris : Oui, juste avant celui-là en fait, avant que je quitte mon travail, j’ai acheté un appartement en résidence principale, aussi à Nice, deux pièces de soixante-huit mètres carrés, que j’ai transformés en trois pièces, encore en ce moment, je finis les travaux là,

Raph : Pour toi ?

Chris : Pour moi, pour ma résidence principale, c’est un achat revente à la base, mais je vais y vivre quelques mois,

Raph : Tu le revends après ?

Chris : Je le revends après bien sûr, oui, cette année, courant 2017, fin 2017, voilà, transformation trois pièces, appartement dans l’ancien, belle hauteur sous plafond,

Raph : Et pour la plus-value, tu comptes la retirée ou pas du tout ?

Chris : Je l’ai acheté cent cinquante-deux mille cinq cents, onze mille euros de frais de notaires, il ya quatorze, quinze mille euros de travaux au maximum et la valeur après rénovation entre deux cent vingt-cinq et deux cent trente à peu près, quarante , quarante cinq mille euros à peu près, c’est assez bas, en fait j’avais mis une hypothèse basse de trente mille quand je l’ai acheté,

Raph : Oui,

Chris : J’ai surévalué les travaux, et j’ai sous-évalué la valeur et au final j’ai bien maitrisé les travaux et bel effet coup de cœur l’appartement,

Raph : Oui,

Chris : je te montrerai les photos,

Raph : Oui, avec plaisir,

Chris : Cela a beaucoup changé, et voilà donc quarante, quarante-cinq mille euros à peu près de plus-value

Raph : Une belle opération, quand on voit le rendu aujourd’hui, en 2017, c’est quoi le futur pour toi du coup ? Tu vas continuer ou pas ?

Chris : Je suis toujours dans l’immobilier,

Raph : Oui tu es dans l’immobilier, mais tu arrêtes quand ?

Chris : Ah non, une fois que tu es piqué, tu sais que moi je fais énormément de sport, et j’ai fais beaucoup beaucoup de choses et je suis un gros dépensier aussi,

Raph : Okay,

Chris : Et l’immobilier ce n’est pas rien,

Raph : C’est une drogue,

Chris : Quand tu commences, tu suis un projet, de A à Z, tu le gères de toi-même, cela marche, tu fais une première opération, une deuxième, une troisième, une quatrième, une cinquième et cela marche tout le temps, forcément,

Raph : Tu as envie de recommencer,

Chris : De recommencer, vu la liberté que cela offre, j’ai beaucoup travaillé en gestion de patrimoine, je faisais beaucoup d’heures, je gagnais bien ma vie, j’adorais mon métier, j’aimais ce que je faisais, en indépendance, cela n’a rien à voir, mais au bout d’un moment quand tu fais cinquante, soixante heures par semaine, tu te dis c’est trop, je n’ai que vingt-trois ans, quand j’aurai une femme, j’aurai des enfants, j’en aurai marre tout simplement, j’adore prendre le temps de faire les choses, passer du temps avec ma famille, et je pense que tous ceux qui regardent se posent la même question, j’ai vingt-cinq ans, quand je suis devenu indépendant financièrement, je suis d’une famille modeste, on a toujours vécu en appartement donc ils sont loin d’être investisseur au contraire, j’essaie de les aider à cela, mais ce n’est pas facile, donc à vint cinq ans c’est faisable, j’ai démarré de zéro, j’avais un revenu tout à faire correct, si c’est faisable pour moi, il faut avoir les bonnes connaissances,

Raph : Tu t’es formé, tu as fait le travail qu’il fallait faire,

Chris : Le travail m’a beaucoup aidé, c’est ce que je redonne maintenant au travers de mon activité, donc voilà, l’immobilier quand je vois les profits que j’en ai tirés, dans l’année 2016, par rapport au temps investi, c’est excellent, donc oui je vais continué, effectivement l’immobilier et à côté,

Raph : Tu as une bonne expérience maintenant, tu es jeune, tu es dynamique, tu sais comment cela marche, tu veux transmettre ton expérience et devenu formateur,

Chris : Certain se disent qu’il faut de grandes études pour savoir investir, non, j’ai fait un bac+2, vente marketing négociation, rien à voir avec l’immobilier, et surtout mon métier de gestion de patrimoine qui m’a aidé, et toujours l’envie de faire des formations, j’étais déjà dans le développement personnel, j’ai suivi des formations, j’ai toujours eu cette envie, et là c’était le bon moment, j’ai un sujet que je maitrise, et cela faisait un moment, cela faisait six mois, un an, que les gens, mes amis, ma famille, me disaient pourquoi tu investis là, tu ne veux pas investir là aussi, aide-moi, trouve-moi un truc, conseil moi, et là qu’est-ce que je fais pour réduire mes impôts,

Raph : Tu es bombardé de questions,

Chris : C’est bombardé de questions et j’ai dit bon autant faire profiter les jeunes de ma génération, donc l’immobilier, j’ai envie, j’adore cela, je vais continuer, et coté loisir ce que j’ai envie de faire c’est la formation

Raph : Okay, est ce que tu as mis en place des choses, parce que tu me parlais de Nice, qu’est ce que tu vas faire ?

Chris : Là j’ai créé cette formation, donc la formation s’appelle « devenir rentier immobilier en moins de cinq ans » c’est mon cas tout simplement, et je précise qu’il faut un salaire minimum de mille cinq cents euros, en dessous cela peut être compliqué bien qu’il y a des cas ou cela est possible, mais en dessous c’est un peu plus compliqué, je ne peux pas venir comme cela et faire rêver tout le monde,

Raph : C’est cela,

Chris : Il faut au moins mille cinq cents euros par mois,

Raph : Au moins, c’est clair,

Chris : Donc j’ai créé cette formation, à partir d’octobre à peu près et puis là j’ai lancé la première session de formation qui sera lancée à partir du 8 mars,

Raph : Okay,

Chris : Donc je fais une présentation à la fin du mois, j’ai limité à cinquante places et j’ai tellement de demandes que j’ai du pousser à soixante-dix places,

Raph: Okay, c’est cool,

Chris : Là j’ai déjà les pré réservations, en fait ce que je veux apporter à cette formation, c’est surtout un suivi personnalisé et la même approche que j’avais moi, s’offrir un coach personnel, à côté, qui t’accompagne dans les démarches personnalisées,

Raph : C’est une formation essentielle, face à face,

Chris : Oui, je précise, c’est une formation sur internet, parce que j’avais envie de donner, moi ce qui me plait et moi le but c’est de faire des petits groupes de huit à douze personnes, et là à la première formation de Nice, je n’ai pas encore fait la présentation, déjà plus de place,

Raph : Okay, parfait, c’est trop tard,

Chris : Et je dois faire même deux sessions parce que j’ai deux groupes de niveaux différents, je fais deux sessions de douze au minimum, parce que là il y en avoir un peu plus, je partais sur douze et là on est déjà plus de vingt et c’est déjà complet, non c’est ouf, je suis vraiment ravi,

Raph : Du coup, c’est vraiment que du présentiel, il n’y a pas de trucs vidéos, il n’y a pas d’internet ?

Chris : Non,

Raph : Ce n’est que du présentiel ?

Chris : C’est que du présentiel limité à douze personnes,

Raph : Tant mieux, dans des hôtels ?

Chris : Dans des salles d’hôtels, voilà, quatre étoiles, petits groupes et moi ce que je dis toujours à mes clients, on a beau tout connaitre, on a beau connaitre toute la fiscalité, les lois, comment investir, ce que vous voulez, il faut savoir dans quel cas cela s’applique, on peut connaitre un régime fiscal, on peut voilà par exemple le déficit foncier c’est bien, le déficit foncier c’est cool, soit on peut réduire ses revenus, on peut carrément effacer ses revenus fonciers, on peut même empiéter sur son revenu professionnel, c’est génial, mais combien de temps on va garder le bien ? Est-ce que la personne est mariée ? Est ce qu’elle a des enfants ? Est-ce qu’elle n’est pas mariée ? Est-ce qu’elle va se marier ? Est-ce qu’elle va avoir un enfant, est-ce que le revenu professionnel va changer, est-ce que la tranche d’impôt va changer, combien de temps je vais garder le bien ? Est-ce que je vais le revendre ? Est-ce que je vais le garder ? Et cela toutes ces questions te disent si le déficit foncier est bien ou il n’est pas bien,

Raph : Oui,

Chris : Parce que c’est comme moi, je disais à mes clients, avec un produit foncier ou immobilier, ce produit est bien ou pas ? Non il n’y a pas de produit qui est bien ou pas, donc cela va être fait sous forme de sept séances, il y aura du développement personnel, tout ce qu’il a besoin de savoir sur la location, sur l’achat revente, sur les crédits, sur la fiscalité et une séance d’échange suivant les sujets comment dire de

Raph : De brainstorming,

Chris : Oui, voilà de brainstorming, c’est cela entre tous les participants et avant cette séance là je fais un entretien personnalisé avant chaque inscription pour vérifier la situation de la personne, ses objectifs et motivations, je veux être sûr que les personnes qui s’inscrivent à la formation aient la situation,

Raph : Pour réaliser les investissements,

Chris : Voilà, pour appliquer toute la formation et être sûr qu’elles atteignent ses objectifs

Raph : C’est top,

Chris : Ce que je veux c’est me faire un nom, une formation spécialisée et que dans six mois, un an, deux ans, on se dise ses formations sur l’immobilier son excellente, j’ai fait tant d’investissements, je suis rentier, je sais gérer,

Raph : Être à cent pour cent sûr que tous tes clients achètent un bien,

Chris : Je ne veux pas qu’il y en ait un qui me dise, cela n’a pas marchait pour moi, ce n’est pas possible, je veux que si j’accepte, parce qu’il se peut qu’il y ait une situation de surendettement, comme je l’ai dis un SMIC qui est surendetté, malheureusement avec deux enfants et une femme, je veux bien, mais cela risque d’être un peu compliqué, je veux garantir le but, c’est moins de cinq ans, donc je veux dire qu’en moins de cinq ans, si on fait ce que je dis, cela marche,

Raph : Okay,

Chris : Le premier entretien personnalisé, je vérifie la situation qui permet de mettre en place,

Raph : Bien sûr,

Chris : On commence déjà par l’annonce d’une stratégie sur deux, trois, quatre ans, ce n’est pas grave allez-y

Raph : Ce n’est pas grave,

Chris : Donc je disais qu’on va mettre en place une stratégie sur deux, trois, quatre ans, la stratégie c’est quoi ? Moi l’immobilier je vois cela comme une partie d’échec, c’est bien d’acheter un bien, bien sûr suivant les objectifs de la personne, il y en a qui veulent être rentier en moins de cinq ans, il y en a qui veulent juste acheter des biens en plus, pour compléter leurs revenus et vivre bien, il y en a qui veulent laisser un patrimoine à leurs enfants, il y en qui veulent revendre dans dix ans pour payer les études de leurs enfants, chacun à ses objectifs,

Raph : Cela peut être pour pleins de choses,

Chris : C’est un moyen d’atteindre un objectif,

Raph : Exactement,

Chris : Moi ce qui m’intéresse c’est que le moyen est excellent, ce qui m’intéresse c’est l’objectif, pourquoi vous voulez faire cela ? une fois que je sais pourquoi ils veulent le faire, comment, dans quels cas, quel est sa situation,

Raph : Tu peux enfin travailler sur un plan,

Chris : Par exemple on peut se dire suivant ce que vous voulez achat revente, location revenus, je donne tous les éléments et je dis voilà dans deux, trois ans, il faut essayer de faire cela, cela, ah tenez par rapport à votre situation, il faut faire cela, et là en faisant cela vous ne payez plus d’impots, et c’est cela que je veux faire, une fois que tu as cela, mais on gagne un temps énorme, et puis tu le sais le temps c’est de l’argent

Raph : Exactement, le temps c’est de l’argent,

Chris : Donc premier entretien, une fois que l’on a fait cela, on a prit un axe, toute la formation se suit, donc les sept séances, une fois les séance terminées, là on entame un suivi personnalisé, sur le premier projet qui suit la formation, peut etre que certains vont avoir du mal à monter un dossier bancaire, je peux leur monter le dossier bancaire, je peux accompagner lors d’une visite, je peut donner des idées de home staging, de déco, donner les points sur les entreprises à prendre, négocier les travaux, négocier le bien en lui-même, voilà suivant les besoins de chaque personnes, je suis à coté, ou à distance par téléphone, pour ceux de Nice je suis à coté d’eux, pour ceux à distance, on s’apelle au téléphone, mais je serai disponible bien sûr pour le premier projet, tu le sais, tu as vus énormément d’investisseurs, non seulement le premier projet est le plus important parce que si celui là marche bien, les banques vont suivre derrière,

Raph : C’est vrai que cela va les motivées à les mettre en confiance aussi,

Chris : Moi le premier à quinze mille euros à Budapest, j’ai un peu flippé quand j’ai signé quand meme,

Raph : Ah c’est normal,

Chris : Par contre, le dernier à deux cent trente mille, j’ai eu une petite adrénaline au moment ou j’ai signé, puis après six mois avant de le faire, je savais déjà ce que je voulais faire après, c’est comme les échecs tu penses au coup suivant, j’ai fais très peu d’échec quand j’étais petit mais j’aime bien comparer, parce que tu anticipes tu penses à des coups d’avance et c’est cela que je voulais apporter avec ce suivi personnalisé,

Raph : Combien de temps dure ta formation ?

Chris : Alors il y a à peu près une vingtaine d’heures de formation,

Raph : De présentiel ?

Chris : De présentiel, plus un suivi personnalisé,

Raph : Un présentiel concrètement c’est combien de séances, de combien d’heures ?

Chris : Alors tu as deux formats, sur Nice, il y a aura un format, une fois par semaine, un soir dans la semaine, deux heures, deux heures et demie de séance, une formation sur sept semaines, un autre format pour les autres villes, je le préconise, parce que c’est vraiment le truc fun que je voulais faire à côté, faire une ou deux sessions dans l’année et me laisser du temps pour faire mes projets immobiliers,

Raph : Okay,

Chris : Et finalement j’ai eu pleins de commandes, que j’ai eues pleines d’amis qui m’ont demandé de venir ici,

Raph : Okay

Chris : Pour te rencontrer et parce que j’ai des amis qui sont intéressés aussi par la formation sur Paris et donc j’ai eu des demandes à Paris, à Toulon, à Marseille,

Raph : Tu as dupliqué l’événement ailleurs,

Chris : Du coup, oui,

Raph : A Paris ?

Chris : Du coup je réfléchis à un autre format, qui sera sur Paris, ce sera le premier, parce que là j’ai déjà de la demande à Paris,

Raph : Okay,

Chris : Je fais toujours des petits groupes, dix à douze à peu près, le format sera différent

Raph : Okay, dupliqué à Paris,

Chris : Dupliqué à Paris, la seule chose c’est que ce sera sur deux jours, ce sera un format légèrement plus condensé qu’à Nice

Raph : Oui,

Chris : Le prix sera légèrement plus haussé,

Raph : Cela va dans les deux sens,

Chris : Voilà dans les deux sens et puis voilà à Paris prochainement, ce sera courant mai, juin à peu près,

Raph : Je mettrai ta formation sur Facebook, si cela peut intéresser du monde,

Chris : J’ai déjà un Facebook pour moi, donc c’est tout frais, c’est Christopher Wangen,

Raph : Je mettrai tout ce qu’il faut en barre de description

Chris : Voilà en barre de description, un site sera créé d’ici quelque temps et voilà moi j’adore le contact avec les clients, j’adore être avec des clients, forcément j’avais réfléchi à des formations sur internet, parce que cela ne demande pas beaucoup, cela marche bien, il y a des formations certainement de qualité, moi personnellement j’en ai suivi une et c’est un choix, je pense que c’est très rentable, pour toucher énormément d’argent, mais moi avant tout ce que j’avais envie, c’était le contact avec les clients,

Raph : Okay,

Chris : Je sais que je vais faire moins d’argent, mais j’ai l’immobilier pour cela,

Raph : Oui,

Chris : Mais le contact client, je ne dis pas que dans un an, deux ans, je ferai une formation sur internet aussi,

Raph : Mais pour l’instant tu te focus sur tes clients,

Chris : Oui, j’adore, rencontrer quelqu’un discuter de sa situation, chacun a un métier différent, voilà moi j’ai cela, cela, j’ai cette situation, cela fonctionne comme ceci, comme cela, j’ai tel objectif, réfléchir, tout mettre en place, pour faire du sur mesure et arriver le plus vite le plus sécuritairement à son objectif, c’est ce qui me fait kiffer, moi c’est cela que j’adore,

Raph : Okay, okay, c’est cool, moi je mettrai toutes les informations là-dessus, il n’y a pas de soucis là-dessus,

Chris : Tu pourras mettre un programme détaillé, bien sûr, toutes les informations détaillées, s’il y en a qui veulent plus d’informations en détail que ce soit sur Budapest ou investir dans le sud de la France,

Raph : Oui,

Chris : Ou peu importe, les questions, vous êtes les bienvenus,

Raph : Pas de souci,

Chris : Je vous répondrai sur Facebook avec plaisir,

Raph : Je pense qu’on peut conclure la vidéo là-dessus, est-ce que tu as un truc à rajouter pour les gens, pour les motivés ou tu veux clôturer là-dessus ?

Chris : Devenez indépendant financièrement, c’est magnifique,

Raph : Merci à toi,

Chris : Cela m’a fait plaisir, et puis je vous dis à bientôt, au plaisir,

Raph : A la prochaine, ciao

Chris : Ciao.

Avez-tu déjà entendu parler de la Hongrie et de Budapest comme marché où il était bon d’investir ? Que penses-tu d’investir à l’étranger ? 😉

2 Responses

  1. Maxence

    Bonjour Raphaël,
    J’ai bien écouté avec attention la vidéo hier soir et ai pris quelques notes sur les avantages d’investir à Budapest. Je me pose cependant une, voir deux questions.
    Premièrement, Christopher a acheté son premier bien de 20m2 en 2014 si je ne m’abuse puis l’a revendu en 2016, avant le brexit. La question que je me pose est :
    1/ Est-il toujours aussi intéressant d’investir là-bas depuis le brexit ? Dans la vidéo, Christopher disait qu’il y avait encore de bons coups à faire mais moins qu’avant .

    2/ Ma curiosité m’amène à me renseigner sur l’étude de marché qui a été faite. J’imagine qu’il est possible de mandater quelqu’un qui connaisse le marché hongrois et nous mette au courant ensuite des biens susceptibles de nous intéresser ? Si oui, quelle est la démarche à effectuer pour s’adresser à une personne connaissant ce marché ?

    3/ Pour un premier bien à acheter, est-ce intéressant de s’intéresser au marché étranger et notamment Budapest ? Ou alors se restreindre à un marché que l’on connait un peu mieux (le secteur dans lequel on domicilie). Je sais que pour chaque cas, cela peut être différent, on l’a bien vu dans les différentes vidéos, mais je préfère demander

    Merci d’avance. Je continue de suivre avec attention ce que tu fais .

    Bon courage

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge