200€/jour MINIMUM grâce au FOREX #ForexGang

3

Salut à tous ! 🙂

Dans cette vidéo, retrouvez-nous à l’hôtel Pullman de Bercy avec Mathieu du #ForexGang. Vous avez sûrement déjà compris que Mathieu est un personnage atypique, un personnage que l’on ne croise pas souvent quand il s’agit de parler d’argent sur Internet. Et c’est ce que j’adore chez lui, il ne se prend pas la tête avec le politiquement correct et il a des résultats. Il manie parfaitement le branding (il me fait penser à SwaggMan, je ne sais pas si c’est un compliment pour toi Matt ;-)).

Le business de Mathieu, c’est la bourse et plus précisément le forex et les options binaires. Je dois vous avouer que ce sont des sujets sur lesquels j’ai quelques réserves et pourtant… regardez-bien la vidéo ! #ForexGang

200€/jour MINIMUM grâce au FOREX #ForexGang

https://www.youtube.com/watch?v=A7VySFfU9o8

La formation de Mathieu que je recommande :

Retrouvez la formation de Matt ici : https://goo.gl/v3tH7o

Il s’agit d’un lien affilié, c’est à dire que je toucherais une commission si vous passez par ce lien. En échange, je vous offre mon nouveau livre papier de 248 pages et d’une valeur de 28€ « Des bancs de la fac à l’indépendance financière » + ma formation sur la stratégie des actions à forts dividendes d’une valeur de 147€ (complémentaire à la formation de Matt). Pour cela, envoyez-moi votre confirmation d’achat à raphael[at]clubmillionnaire.fr pour recevoir vos bonus. 🙂

Vous pouvez retrouver un descriptif des bonus plus complets via les liens ci-dessous :
1. Description du livre
2. Description de la formation sur la Bourse 

formation-bourse-dividendes

Retranscription texte de la vidéo :

Raphaël : Salut à tous ! Je suis aujourd’hui avec Mathieu du Forex Gang, l’homme qui va vous apprendre à faire 200 euros par jour avec le Forex. Mathieu, salut !

Mathieu : Salut, Raphaël ! Comment tu vas ?

Raphaël : Comme je vous l’avais dit, je suis avec Mathieu du Forex Gang, un personnage atypique, comme vous l’avez vu, qui va vous apprendre comment faire 200 euros avec la bourse. Mathieu, est-ce que tu peux te présenter tout de suite ?

Mathieu : C’est vrai que quand on me voit sur YouTube, on a toujours cette impression de se dire : « Qui est ce rappeur ? C’est qui celui-là avec un t-shirt Fuck EUR/USD ? Est-ce qu’il va nous apprendre la bourse ? » Ce n’est pas le schéma classique et c’est vrai que j’ai fait exprès d’accentuer ce côté-là pour démontrer à n’importe quelle personne sur cette terre que n’importe qui peut devenir trader du jour au lendemain.

Raphaël : Donc, aujourd’hui, tu te considères comme étant trader ?

Mathieu : Vu que c’est mon activité principale et que je l’enseigne, oui, je me considère comme trader à partir du moment où j’arrive à faire 200 voire 500 euros par jour. Par conséquent, pour moi, je suis un trader.

Raphaël : C’est donc ce que tu fais ?

Mathieu : Oui, c’est ce que je fais avec le Forex Gang au sein duquel on est à peu près 350 membres.

Raphaël : Est-ce que tu peux nous dire ce qu’est le Forex Gang ? Mais avant, peux-tu nous dire ton passé, ton parcours, ton vécu, comment tu es tombé dans ce milieu, qui tu es ?

Mathieu : Je suis à la base informaticien. J’ai un BAC+5 dans l’informatique ; j’ai fait une certification Microsoft option administrateur réseaux et j’ai passé à peu près une dizaine d’années en CDI en tant qu’administrateur réseaux. J’avais mon bureau, je donnais des ordres, j’étais chef de projet, je touchais mes petits 2500 euros par mois et je payais les impôts qui allaient avec. Mais le problème est que, lorsque, par exemple, comme moi, tu es le seul agent informatique d’une boîte, tu dois attendre que tout le personnel prenne ses vacances avant de prendre les tiennes. En effet, souvent, quand tu vas prendre tes vacances, c’est le moment le plus nul de l’année et même si tu prends tes vacances, on te dit : « Mathieu, tu es seul à gérer l’informatique, donc tu peux les reporter l’année prochaine, on pourra te laisser partir au moins trois mois. » Du coup, cela m’a posé un problème dès le départ : me lever tous les matins, courir derrière un bus en plein hiver dans le froid pour me faire réprimander parce que je suis arrivé à 09:02 au lieu de 09:00, ça a commencé à me les briser et donc, je me suis dit que ce n’était pas fait pour moi.

En ce qui concerne la bourse, depuis les années 90, j’ai toujours été intéressé. Quand je regardais des reportages à la télévision où on montrait toujours des gens qui étaient toujours dans leur chambre avec « 10.000 écrans » et qui arrivaient à faire leur paye juste en regardant ces écrans… Je voyais plein de graphiques et ça m’a toujours intéressé. Lorsque j’achetais des livres à la Fnac à l’époque, les auteurs abordaient le sujet, mais ce n’était pas approfondi ; on ne pouvait pas devenir trader juste après ça. Et même pendant mon cursus scolaire quand j’allais voir les conseillers d’orientation pour leur demander comment on fait pour devenir trader, les gens me regardaient et on me disait : « Toi avec ta tête, tu veux aller où ? Tu sais très bien ce qu’on a prévu pour toi ! » [Rires] Du coup, je sentais déjà qu’elle-même ne savait pas ce que ça voulait dire qu’être un trader ; elles ont des directives où on leur dit que tel profil, vous les amenez là, tel autre, vous les amenez là.

Raphael : Trader, c’est de l’indépendance, tu mènes ton petit bateau alors que pour eux c’est plutôt le schéma salarié qu’ils préconisent.

Mathieu : Ils m’ont déjà fait comprendre que ce n’était pas fait pour moi mais j’ai continué à me renseigner sur ce métier et quand Internet s’est développé, c’est là que j’ai vu qu’il y avait des écoles qui permettaient de le faire sauf qu’il fallait avoir 20/20 partout, il fallait venir d’un certain  milieu, être un peu pistonné et avoir un bon dossier scolaire, ce qui n’était pas pour tout le monde, en l’occurrence mon cas, même si j’ai fait un cursus scolaire normal. En conséquence, j’ai abandonné l’affaire, par contre, j’ai continué à m’y intéresser en parallèle de mon métier et à me former en autodidacte. Un jour, je suis parti sur une terrasse de café et j’avais la même dégaine que celle que tu peux voir là. C’est là que je vois un mec qui a l’air surpris qui me regarde depuis cinq minutes – il ne comprend pas qui je suis parce qu’il me voit en train de lire un livre d’analyse technique qui s’appelle Naked trading et il voit que je porte aussi un gros t-shirt Fuck EUR/USD, donc, il ne comprend pas, c’est plus fort que lui, il faut qu’il vienne me voir et me parler. Je lui dis : « J’essaye d’apprendre le trading, j’aimerais en vivre parce que j’en ai marre de me lever tous les matins (métro-boulot-dodo-impôts et ennuis) donc, j’aimerais bien devenir trader indépendant et me former sur ça. » Et le monsieur me dit : « Ça tombe bien, je suis un ancien trader de la JP Morgan – c’était à New York – et si tu veux, je peux te montrer comment ça marche, des trucs. » Le mec, en fait, m’a bien kiffé, il a bien aimé mon délire, le « Fuck EUR/USD »

Du coup, il m’a formé sur ses techniques et stratégies, notamment sur le Forex (les devises monétaires) et c’est comme ça qu’après j’ai pu me lancer, trader tout seul chez moi en mettant la musique et en faisant mes premiers 200 euros par jour. Ça a été une rencontre décisive et sachez que dans votre vie, il faut saisir toutes les opportunités et quand une personne vient vers vous, il faut tout de suite accepter la rencontre, peu importe l’apparence. Moi, j’avais une apparence de dealer Harlem et l’homme était en costard-cravate mais à Manhattan, ça ne l’a pas empêché de venir me voir et de me parler.

Raphael : Qu’est-ce que tu faisais là-bas ? Tu étais en vacances ?

Mathieu : Oui, j’étais en vacances ; je voulais voir Wall Street et dans ma tête, je savais que si j’y allais, forcément, j’allais y rencontrer un trader qui allait me repérer.

Raphael : C’était le milieu pour, surtout que ta dégaine est repérable. Du coup, ça fait un bon moment que tu t’es formé puisque tu as commencé en 1990 et on est en 2016 aujourd’hui, donc, ça fait 26 ans.

Mathieu : Oui, je me suis cultivé pendant plus de 20 ans.

Raphael : Aujourd’hui, tu as quel âge ?

Mathieu : Aujourd’hui, j’ai 35 ans.

Raphael : Tu es en train de me dire qu’il y a 20 ans, t’avais la dizaine d’années et tu regardais déjà des choses comme ça ?

Mathieu : J’étais déjà intéressé par ça et il a fallu juste d’un seul reportage à la télé (sur M6, je crois) et c’était le déclic. Quand j’ai vu le mec, il avait 18 écrans et qu’on appelait ça la bourse – c’est comme ça que les journalistes l’appellent : 1.000 écrans, la bourse, il fait 1000 euros par semaine. A l’époque, c’était en Francs, donc, il fait 10.000 francs. Pourquoi veux-tu que je fasse comme mes parents à galérer dans les bus, les transports et autres pour au final tout redonner aux impôts ? Franchement, quand je vois comment mes parents ont trimé, ça ne m’intéresse absolument pas de trimer de la même façon. Ce que je veux, c’est de partir en vacances quand je veux, faire ce que je veux de mes journées ; une fois que j’ai fait mes 200 ou 500 euros, je fais ce que je veux de ma journée et je reste avec mes proches et ma famille. Si demain, je veux aller au Brésil, j’y vais ; si je veux aller en Thaïlande, pareil, je fais ce que je veux de ma journée, et surtout, je ne cours pas derrière un bus tous les matins dans le froid avec la pluie. Souvent, tu sais que le bus doit arriver à 9:15 et le bâtard arrive à 9:13. C’est tout ça que je ne voulais plus, donc, je me suis lancé à fond dans le trading et c’est comme ça que je me suis cultivé et que j’ai atterri dans ce milieu.

Raphael : Moi, j’ai l’intime conviction que tout ce qui est bourse, c’est vraiment un milieu d’autodidacte, les traders sont souvent vraiment des autodidactes qui se sont formés tout seul. Est-ce que tu confirmes cela ?

Mathieu : Je confirme parce que les gens qui ont un parcours scolaire classique, on ne leur donne pas les informations nécessaires, comme ces infos-là sont un peu cachées, le seul moyen que les gens ont de se renseigner, c’est d’être autodidacte et d’aller sur Internet.

Raphael : Tu trades sur tout ce qui est Forex, options binaires ; moi, ma stratégie en bourse, c’est vraiment l’opposé – je sais que tu connais – c’est la stratégie des actions à forts dividendes dont on a déjà parlé sur ce blog – je sais que tu en fais un petit peu. Je te l’ai dit tout à l’heure en off : tout ce qui était options binaires, Forex, avant que je te rencontre, je n’y croyais pas et c’est peut-être aussi le cas de vous qui regardez cette vidéo actuellement. Vous pouvez vous dire que c’est peut-être associé à tout ce qui est arnaque ou le pop-up qui apparaît sur un site Internet et qui vous dit : « Je m’appelle Julien, j’ai gagné 20.000 euros en 30 minutes  … » ou plein de trucs de ce genre. Il y a aussi des reportages sur M6 de gens qui se sont fait arnaquer. En tout cas tout ce qui est trading, Forex, options binaires, c’est un peu mal vu en France : est-ce que tu peux nous dire pourquoi ?

Mathieu : C’est parce que les gens sont inondés de pubs de brokers véreux qui cherchent à arnaquer les gens qui ne connaissent rien au trading et qui sont prêts à mettre toute leur paye pour espérer avoir un rendement de plus de 50%. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a des bons brokers et des brokers véreux.

Raphael : Ça me fait penser au milieu du MLM où il y a des vraies sociétés de marketing de réseau et tout ce qu’il y a de ponzi et d’arnaques. C’est la même chose ?

Mathieu : C’est un peu la même chose et c’est pour ça qu’il faut d’abord se former pour savoir ce qu’est un courtier, comment reconnaître un courtier véreux et comment reconnaître un bon courtier avec qui tu peux travailler. C’est à cause de ce genre de pubs que les gens ont une mauvaise image du Forex, des options binaires et du trading, mais ce qu’il faut savoir, c’est que lorsque tous les mois votre patron vous verse votre salaire sur votre compte bancaire, vous devez vous demander pourquoi on vous oblige à avoir un compte bancaire. Et la deuxième question qu’il faut vous poser, c’est : « Pourquoi les banques embauchent des traders ? » Une banque embauche des traders pour augmenter son capital et avec quel argent va-t-elle le faire ? C’est avec votre paye que vous mettez tous les mois à leur disposition. C’est cet argent qu’elle remet au trader pour trader sur le Forex, les CFD, les options binaires, etc.

Raphael : C’est vrai que beaucoup de Français ne savent pas que leur épargne sert à faire fructifier l’argent des banques – on a le rendement du livret A qui est à 0.75% net d’impôts et beaucoup se disent que c’est trop bien sauf que derrière, il y a les banquiers et les traders qui se font des rendements qui sont assez insolents et là ils se servent de votre argent pour s’enrichir et c’est vrai que les banques enregistrent des profits de milliards et milliards d’euros par an.

Mathieu : Regardez par exemple l’histoire de Jérôme Kerviel ; imaginez que dans le trade qu’il a perdu, il aurait eu le scénario inverse et imaginez tout l’argent que la société générale aurait gagné. Ils prennent l’argent des clients, que ce soit un compte pro, un compte particulier, un compte société et ils vont le trader et c’est comme ça qu’ils augmentent leurs capitaux. Le Français lambda qui a fait un parcours scolaire classique ne le sait pas, donc, tous les mois, naïvement il va mettre sa paye sur son compte bancaire, il va faire confiance à son banquier pour au final avoir 0.01% de rendement pendant que les traders se gavent.

Raphael : Tu es en train de me dire que tu fais la même chose que les traders des banques, c’est-à-dire que tu vas sur les marchés financiers, que tu y fais de la spéculation sur les devises, les matières premières ? Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus là-dessus ? Comment ça fonctionne ?

Mathieu : J’ai fait une vidéo où j’ai expliqué de manière simple qu’est-ce que c’est que trader. C’est le cas par exemple d’un épicier qui va acheter ses caisses d’oranges à Rungis et qui va les revendre au détail en faisant des plus-values sur chaque orange. Autre exemple : quand j’étais à New York, j’ai pris mes euros, je suis allé dans un bureau de change et j’ai acheté des dollars avec. Quand j’ai fait cela, c’est comme si j’exécutais un trade sur le Forex, c’est-à-dire que le Forex, c’est les devises monétaires et je fais de la plus-value en achetant et en revendant des devises monétaires (en fonction des cours des marchés et de l’actualité économique actuelle). C’est comme si j’achetais un appartement et je le revendais plus cher. Mais là, au lieu de le faire avec des appartements, je le fais avec des devises monétaires. Ça, les gens ne le savent pas. Quand vous allez échanger des sous dans un bureau de change, c’est comme si vous exécutiez un trade sur le marché du Forex. C’est pareil, sauf que moi, au lieu d’aller au bureau de change, je le fais directement sur une plateforme.

Raphael : Ce serait assimilable à du commerce avec une place de marché et des choses à échanger (tu achètes à ce prix, j’achète à ce prix-là), etc. Toi, quand tu te lèves le matin et que tu te connectes, comment tu sais quelle paire de devises tu vas trader, à la hausse, à la baisse ?

Mathieu : C’est simple. Dans un marché comme le Forex, sur ta plateforme, tu as toutes les paires de devises que tu peux trader et donc, tu les affiches une par une et tu fais ton analyse technique. Tu as pour cela plusieurs unités de temps, donc, tu peux le faire sur cinq minutes, une demi-heure, une journée, un mois, un weekend et selon ce qui va ressortir de ton analyse technique, tu vas voir s’il y a une opportunité ou pas de trade et, le cas échéant, de faire une plus-value, que ce soit à l’achat ou à la vente.

Raphael : Pour ceux qui ne connaissent pas forcément, analyse technique, concrètement, ça veut dire quoi ? Qu’est-ce que ça englobe ? En quoi est-ce que ça consiste ?

Mathieu : C’est un ensemble de confirmations avec ce qu’on appelle des supports de résistances (des termes un peu techniques), autrement dit des indicateurs qui vont te permettre de trouver une ou des opportunités.

Raphael : Donc, il se  passe des choses sur ton graphique et en fonction de ça tu fais ton analyse ? Est-ce qu’on peut dire que c’est purement rationnel ?

Mathieu : Le trading, c’est très émotionnel mais à force de t’entraîner et à force de trader en réel, tu vas maîtriser tes émotions, surtout lorsque tu vas voir que tu as entre 70 et 80% de réussite au niveau de tes trades exécutés. (C’est mon taux de réussite et ce n’est même pas moi qui me note mais mes élèves qui le font.) Je n’ai même plus besoin de regarder mes performances, ce sont mes élèves qui le font pour moi.

Raphael : Tes élèves, on en parlera juste après mais pour revenir au trading, tu disais que faisais 200 euros par jour. Qu’est-ce que ça implique en termes d’investissement, en termes de capital risqué ?

Mathieu : Ce qu’il faut savoir, c’est que dans le trading, plus on commence avec un gros capital, plus on va gagner d’argent. Tu peux commencer avec 10 ou 100 euros, mais pour générer des sous avec ce capital, avec un bon money management, tu ne vas pas tout de suite générer 200 euros par jour.

Raphael : Avec combien de capital peut-on générer 200 euros par jour alors ?

Mathieu : Pour générer 200 euros par jour, il faut que tu mettes sur ton compte de trading via ton broker ou via ton courtier entre 1500 et 2000 euros. Ce qui reste une somme assez honnête, sachant que moi, avec mon money-management que je conseille, par trade ce que tu vas risquer, c’est entre 3 et 5% de ton capital de 1500 à 2000 euros que tu as déposé. C’est un risque relativement faible mais, bien sûr, si tu ne respectes pas ces règles-là, tu peux perdre ton argent.

Raphael : C’est toi qui décide de passer des trades à 3-5% du capital ? Tu pourrais en passer des beaucoup plus risqués ?

Mathieu : Bien sûr parce que si je place mon trade et que le marché se retourne dans l’autre sens, je sais que j’aurais pris mes dispositions pour ne pas perdre plus de 3 ou 5% de mon capital.

Raphael : En général, plus le risque est grand, plus la récompense est grosse, mais là tu prends un petit risque en ne pariant que 3-5% de capital.

Mathieu : 3-5% de risque de mon capital, c’est dans le cas où je perds, mais si je gagne, c’est gros. Ce qu’il faut savoir, c’est que dans le trading, on est payé par le nombre de points ou le nombre de pips parcourus par le trade.

Raphael : Tu peux nous dire un peu ce que c’est que les « pips » parce que beaucoup ne vont pas savoir.

Mathieu : Considère ça comme des points ou des kilomètres sur une route. Plus ta voiture parcourt des kilomètres sans être stoppée, plus tu feras de l’argent, et moins ta voiture fera de kilomètres, moins tu feras de l’oseille.

Raphael : Donc, en gros, plus ton cours va à la hausse ou à la baisse, et plus tu te fais de l’argent tant qu’il n’y a pas de changement dans le marché ?

Mathieu : Que ce soit sur une tendance haussière ou baissière, c’est le nombre maximal de points que va parcourir ton trade qui va faire ta rémunération.

Raphael : Toi, aujourd’hui, tu génères environ 200 euros par jour avec le trading en t’étant bien formé et suite à ça, tu as décidé de transmettre tes connaissances et tu as ouvert un blog et tu fais pas mal de branding.

Mathieu : Déjà, je me suis demandé comment ils ont fait pour cacher ça au peuple jusqu’à aujourd’hui 2016 (bientôt 2017) et je me suis dit que le peuple d’en bas ne mérite pas de ne pas savoir comment faire de l’oseille facilement avec juste ton PC portable, une connexion ADSL, ta plateforme de trading. J’avais envie de créer une armée de traders que j’ai nommée justement le Forex Gang pour combattre la pauvreté. Je considère l’avoir presque réussi parce qu’on est aujourd’hui à peu près 350 membres. J’ai ouvert ce blog sur lequel je donne des conseils, j’ai fait pas mal de tutos YouTube qui ont bien fonctionné (les gens s’y sont bien accrochés). Les gens me disent : « Tu as pu simplifier l’aspect du trading en l’expliquant de façon simple ». Ce qui ressort de ces vidéos, c’est que j’ai vulgarisé et simplifié le trading.

Raphael : C’est vrai que quand tu nous en parles comme ça, en plus avec le personnage que tu as créé autour de tout ça, on se dit que c’est accessible, que ce n’est pas si compliqué et on a envie d’aller plus loin.

Mathieu : Je me suis regardé dans le miroir et je me suis dit : « Aujourd’hui, je suis trader et je fais 200 euros par jour, donc, c’est obligé qu’il y ait d’autres personnes qui n’ont pas du tout la dégaine d’un trader et qui peuvent faire comme moi, vivre du trading. » et donc, je me suis dit qu’il fallait que je crée le Forex Gang. Moi, je touchais 2.500 euros par mois pour supporter impôts locaux, impôts fonciers, impôts sur le revenu et je ne m’en sortais pas. En plus de ça, il y avait le crédit de ma voiture, le crédit de ceci, de cela et je me suis dit : « Si je ne m’en sors pas avec 2.500 euros, ceux qui touchent moins que moi, c’est encore pire ! ». Par conséquent, je me suis dit qu’il est temps que toute la France sache que l’on peut faire 200 euros par jour juste en faisant quelques trades sur le marché du Forex.

Raphael : Cette vulgarisation, ça a payé ? 350 membres en six mois ?

Mathieu : Je suis dépassé par le résultat parce que je ne pensais pas que j’allais fédérer autant de monde.

Raphael : C’est vrai qu’on a envie de s’identifier à toi ; on n’a jamais vu ça dans le milieu du trading : quelqu’un qui arrive comme ça, qui parle de la bourse avec un branding comme le tien, c’est un peu insolent.

Mathieu : De toute façon, je suis très dans la provoque, très dans l’insolence ; je suis toujours en train de dire : « Fuck le 49-3, fuck la loi du travail. » Le 49-3, c’est quand une loi n’est pas acceptée par le peuple et que ton premier ministre vient te dire qu’il la met quand même. Ça veut dire : « Ferme ta gueule et on fait passer la loi en force » et moi, je n’ai pas trouvé ça correct parce que quand le peuple te dit « non », il te dit « non ». C’est pour ça que je me suis dit : « Fuck le 49-3, fuck la loi du travail, on va faire le Forex Gang et tout le monde va savoir trader. » Et pour te dire, aujourd’hui, il y a à peu près 15 à 20 femmes au foyer qui tradent avec le Forex Gang tous les jours et qui font entre 200 et 500 euros par jour parce que quand tu es dans le Forex Gang, tu reçois des signaux tous les jours. Donc, non seulement tu te formes, mais en plus de ça, tu reçois mes trades.

Raphael : Tu as donc une partie « formation » pour que les gens apprennent un peu la théorie que tu as accumulée pendant 20 ans et en même temps, tu donnes les positions que tu appliques en même temps ?

Mathieu : Exactement !

Raphael : Tu as dit que tu as 60 à 80% de trades qui passent…

Mathieu : C’est pour ça que les gens, une fois qu’ils entrent dans le Forex Gang, ne veulent plus en sortir parce que c’est la première fois qu’ils entrent dans un système où il y a une personne qui va travailler pour eux, leur donner des positions même si le but est qu’ils soient indépendants financièrement. Disons que dans le Forex Gang, il y a à peu près 30% des traders qui ont quitté leur job et qui font ça à plein temps.

Raphael : Tu as donc créé beaucoup de valeur pour ces gens ?

Mathieu : Tous les jours, je reçois des messages d’amour : « Mathieu, je t’aime ; tu as changé ma vie, etc. » et moi, ça me fait chaud au cœur. Le dernier message que j’ai reçu, c’est : « Grâce à toi, je vais faire vivre trois familles en Algérie. » 

Raphael : Tu impactes vraiment le monde entier !

Mathieu : Mes clients viennent du monde entier. Il n’y a pas longtemps quelqu’un m’a dit : « Mathieu, grâce à toi, je suis passé de la Twingo à l’Audi Q7 » et qui me montre même la photo de sa Audi Q7 et je l’ai postée sur le groupe, c’est incroyable. Là, tu dis : « J’ai accompli ma mission. »

Raphael : Et du coup, quelqu’un qui veut commencer aujourd’hui à trader, en regardant la vidéo, il se dit : « Ça m’a l’air intéressant, le trading, je n’y avais jamais pensé ; je pensais peut-être aussi que ce n’était pas pour moi. » Qu’est-ce que tu lui conseilles ?

Mathieu : Ce que je lui conseille, c’est que s’il veut vraiment comprendre les mécanismes du trading, il va sur YouTube et il tape : « Comment devenir trader ? », il tombera sur ma vidéo – je suis premier de la liste – et il regarde toutes mes vidéos. Il y en a une de 1 heure et demie et une autre de 45 minutes. C’est des petites vidéos et le contenu, les concurrents le mettent payant, mais moi, je considère que si on veut enseigner le trading, il faut d’abord expliquer ce que c’est. J’ai fait beaucoup de vidéos (j’ai passé beaucoup de temps à les faire) et j’explique de A à Z comment fonctionne ce business, comment les banques s’enrichissent et comment les traders font pour augmenter leurs capitaux. Donc, une fois que la personne aura regardé ces vidéos, elle saura déjà comment ça fonctionne et par la suite, elle aura juste à m’envoyer un message sur Facebook ou à aller directement sur mon blog pour avoir plus d’informations et éventuellement se procurer la formation.

Raphael : Cette formation, je l’ai regardée, je ne connaissais rien à ce qui est Forex et trading et ça me donne une bonne intuition sur le fait que la formation est de qualité. Donc, le conseil que je vous donnerai c’est d’aller voir cette formation. Est-ce que tu as un dernier conseil à donner  de manière plus large à tous les gens qui voudraient se lancer dans l’indépendance.

Mathieu : Ne jamais écouter les personnes, que ce soit vos parents ou des membres de famille ou des membres de votre entourage, des gens qui veulent briser vos rêves, qui vont vous dire : « Le trading n’est pas fait pour toi ; va à l’école, fais ton BAC+12, ne t’inquiète pas, tu auras un bon métier et une belle retraite. » Ça, c’est old school, c’est has been ; aujourd’hui, la prochaine génération n’aura ni retraite ni job. Les jeunes d’aujourd’hui, quand vous sortez de l’école, sachez que vous êtes plus de 50.000 à postuler pour le même poste, donc, il y a de moins en moins d’entreprises qui tiennent la route ; il y aura de moins en moins de job, de moins en moins de métiers et la retraite, ce n’est même pas la peine d’y compter. Par conséquent, aujourd’hui, si vous avez une idée en tête, si vous avez une passion, si vous voulez faire quelque chose, allez jusqu’au bout de votre passion et de votre rêve parce que si vous ne le faites pas, le jour où vous serez sur votre lit de mort, vous allez regretter.

Ce que je peux conseiller, c’est que si vous voulez vous dirigez vers le trading, ne regardez pas les reportages à la télé qui ne feront que vous décourager, ils ne vous donneront que la superficie, la forme, mais pas le fond. Si vous voulez trader, faites en sorte de le devenir et écartez toute personne, que ce soit dans votre famille ou dans votre entourage qui va essayer de vous écarter de ce chemin. En effet, aujourd’hui, les gens qui s’enrichissent, ce sont les gens qui sont dans le trading. Ce qu’ils font, c’est que soit ils ont créé un gros business qui répond à un gros besoin ou alors ils sont dans le trading.

Raphael : De manière plus large, c’est de ne pas écouter quelqu’un qui  n’a pas les résultats qu’on veut avoir…

Mathieu : Il faut écarter toute personne qui veut essayer de vous dissuader de faire ceci ou cela.

Raphael : D’autant plus qu’on est jeune, on a toute la vie pour se relever quand on fait des erreurs …

Mathieu : J’ai plein de clients qui ont 18-20 ans et il y en a qui me disent : « Ma mère me dit : « arrête ça et va faire tes études ».» et ils me demandent de leur donner des conseils pour qu’ils puissent essayer de les convaincre. Je leur réponds que c’est simple, il suffit de lui demander si elle sait pourquoi elle doit mettre sa paye tous les mois dans son compte bancaire. Et une deuxième question serait si elle sait pourquoi la banque où elle met sa paye embauche des traders. Et tu verras que quand elle aura trouvé la réponse, elle va te dire : « Bravo mon fils, je veux que tu continues sur ton chemin. » Il y a un mec du Forex Gang qui a 21 ans qui est entré dans le groupe et il a commencé à faire ses premiers profits et il a dit : « Maman, il faut que je te montre une vidéo. » et aujourd’hui, elle trade avec nous dans le Forex Gang.

Raphael : Quelle est la suite pour toi ?

Mathieu : C’est de continuer à faire grandir cette armée et enseigner le trading sur le Forex à un maximum de personnes, tout en continuant à trader. Mon combat, c’est surtout contre l’Etat français qui essaye de maintenir les jeunes dans la pauvreté. Il faut des salariés, mais il faut que le salarié soit bien payé et non pillé par les impôts. Une fois que tu es salarié et une fois que tu as payé tous les impôts, il ne te reste plus rien pour tes loisirs, voyager, etc. La vie augmente mais les salaires ne bougent pas. Non seulement les patrons ont des charges de plus en plus onéreuses (ils sont piqués dans les deux sens) et en plus de ça, le salarié se fait piller par les impôts.

Raphael : Oui, on est dans un système qui arrive à sa limite : la fin de l’ère industrielle et le début de celle de l’information.

Mathieu : Moi, quand j’ai été licencié il y a deux ans, quand j’allais au Pôle Emploi, tout le monde tirait une tronche… mais logiquement, ça aurait dû être un endroit où tu retrouves du travail pour te relancer dans la vie avec des perspectives d’évolution. Quand je prenais le RER, je voyais les gens faire la tronche et pourtant, c’est des gens qui sont des salariés, mais ils ne sont pas heureux d’aller au travail. Combien de fois, toi, à l’époque où tu étais salarié, tu as simulé des maladies ou des gastros pour rester chez toi ?

Raphael : Je n’ai jamais été salarié, du coup, ce n’est pas le bon exemple.

Mathieu : Moi, en tout cas, je ne peux même pas dire combien de fois j’ai simulé des gastros pour rester chez moi ; je mets la musique, tranquille, on regarde des DVD. Là, aujourd’hui, je suis chez moi en slip sur mon canapé. Une fois que j’ai fait mon marché sur le trading, hop, série télé et après, je fais ce que je veux de ma journée.

Raphael : Et après, tu n’as pas de compte à rendre à personne à part à toi-même.

Mathieu : Il faut des salariés,  mais il faut que le salarié soit heureux. Normalement, quand tu es salarié, c’est pour être libre financièrement parce que quand tu es jeune, on te dit : « Va à l’école, tu auras un bon job et tu feras ce que tu veux de ta vie parce que tu auras une bonne paye. » Tu fais un BAC+12, tu as une bonne paye, mais tout est pillé chaque année.

Raphael : C’est vrai que c’est un débat super large avec beaucoup de choses à dire là-dessus. En tout cas, on a apporté dans cette vidéo aujourd’hui une solution qui, peut-être, vous correspond. Mathieu, je pense que ce que tu fais est top ; j’ai été vachement surpris parce que moi, comme je te l’ai dit dans la vidéo, tout ce qui était binaire, Forex…

Mathieu : Tu as bien aimé la formation ?

Raphael : Je n’ai pas tout regardé, mais j’ai vu tout ce qui est dividendes et c’est ce que je transmets personnellement à mes clients. Il y a beaucoup d’explications, c’est très détaillé et de bonnes vidéos.

Mathieu : Du coup, ça t’a conforté dans le fait que je ne suis pas un escroc ni un charlatan ?

Raphael : Aha, comme on a dit, tu joues à mort du branding et là tu es super fort parce que tu arrives à fédérer des communautés qui disent : « Lui n’est pas le mec en costard-cravate qui se prend la tête à donner des conseils sur la finance ; il est à la cool avec son bonnet, ses lunettes, son t-shirt. » et c’est ce que j’aime bien parce que moi aussi je n’aime pas faire mes vidéos en costard, je m’en fous.

Mathieu : J’ai remarqué que les gens en ont marre du politiquement correct et ils en ont marre du costard-cravate. Quand tu allumes BFMTV, tu vois tout le temps des mecs en costard-cravate qui vont donner des leçons de moral et les gens en ont marre.

Raphael : A la limite pour certains, le costard-cravate, c’est un signe de l’escroc.

Mathieu : Mais je ne te mens pas non plus que quand tu me vois avec mon t-shirt Fuck EUR/USD… Les gens au début me prennent pour un escroc mais quand tu cliques sur Play, tu ne peux que dire : « Ah oui ! … »

Raphael : C’est une question de feeling ; moi, quand je te parle, je ne ressens pas un escroc à côté de moi. Souvent, quand tu as des gens un peu louches qui te parlent de chiffres, de revenus et tout, tu sens vite que c’est des mythos parce qu’ils ne sont pas cohérents dans leurs propos.

Mathieu : Moi, par exemple, aujourd’hui, j’ai une chance et je remercie mes élèves pour ça parce qu’aujourd’hui, je n’ai même pas besoin de faire des pubs ; c’est-à-dire que quand les membres du Forex Gang font leurs gains, c’est eux-mêmes qui vont s’exclamer et dire : « Aujourd’hui, j’ai fait tant d’euros … ». Je fais des screens de ça et je les balance sur mon Facebook et les gens qui voient ça se disent : « Tous les jours, il y a un mec qui dit qu’il a fait 500 euros, comment est-ce possible ? ». Et c’est comme ça que les gens s’intéressent et c’est la meilleure pub ; quand ton client parle à ta place, c’est la meilleure pub.

Raphael : Je pense qu’on va conclure la vidéo là-dessus sauf si tu as quelque chose à nous rajouter. De toute façon, s’il y a des questions, posez-les dans les commentaires, je pense que Mathieu se fera un plaisir d’y répondre, je mettrai le lien de son blog, vous allez voir ses vidéos YouTube, sa formation si vous voulez aller plus loin. Je mettrai tout ça en description sur le blog ; n’oubliez pas de vous abonner à la chaîne pour recevoir en avant-première les prochaines vidéos. On se dit à très bientôt !

Que pensez-vous de Mathieu et de son #ForexGang ? Plus largement, que pensez-vous de cette méthode d’investissement en Bourse (spéculation, forex, devises, …) 🙂

3 Responses

  1. GLE JULES LEGER

    slt. suis M. GLE JULES LEGER de Côte d’Ivoire. j’Imagine qu’il serai moins facile de se joindre à vous et de bénéficier de vos aides dans le trading. j’ai plusieur fois coulé mes capitaux sur instaforex mais ils n’étaient de montant élévé. j’aime bosser en réel qu’en démo voila pourquoi. mais suis loin d’abandonner le trading car mon plus grand rêve c’est d’être indépendant par ce bisseness. je reconnais que je manque de formation nécessaire pour. Merci de me lire: cordialement………………..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge