De 0 à 25 000€/mois à 27 ans avec Maxence Rigottier

3

Salut à tous ! 🙂

Bienvenue dans cette nouvelle vidéo où je suis allé à la rencontre de Maxence Rigottier sur l’île de Malte.

Maxence est un infopreneur époustouflant puisqu’il génère à seulement 27 ans, avec ses 3 business en ligne, + de 25 000€/mois. Oui, vous avez bien lu. Je sais que lire ce genre de chiffres peut faire mal à la tête pour beaucoup de français mais c’est bien et bien le cas.

Vous verrez dans cette interview que Maxence est parti de 0, né dans un village sans Internet où il y a plus de cochons et chevreuils que d’habitants… Il a simplement su provoquer la chance et saisir les opportunités.

Enjoy !

De 0 à 25 000€/mois à 27 ans avec Maxence Rigottier

https://www.youtube.com/watch?v=IQufAijci_s

Les formations de Maxence que je recommande :

# BUSINESS

1. « Formation Patrimoine en Or« 
2. « Club Privé Vivre De Son Site Internet« 

# PARIS SPORTIFS

1. « Sécurisez tous vos pronostics + 1 technique avec 1 ROI de 5 à 10 %« 
2. « Club Privé Paris Sportifs« 
3. « Abonnement aux paris long-terme« 
4. « Abonnement aux paris sportifs Betfair »

formation-8-strategies

Retranscription texte de la vidéo :

Raph : Bienvenue sur cette nouvelle vidéo. Nous sommes en direct de Malte aujourd’hui avec Maxence. Merci de m’accueillir à Malte sur ton île. C’est un peu ton île maintenant. Maxence est un invité très sympa que je vous présente aujourd’hui puisqu’il a 27 ans, je ne trompe pas ?

Max : Absolument, parfait !

Raph : Tu génères 25 000 € par mois avec tes business en ligne. Tu en as trois, on va en parler. C’est le but de cette vidéo aujourd’hui. Avant tout cela, est-ce que tu peux te présenter un petit peu pour ceux qui ne te connaissent forcément pas encore sur ma chaîne Youtube ? On t’écoute.

Max : Absolument ! Merci Raphaël de me présenter sur ta chaîne Youtube. Avec grand plaisir. Actuellement, on est à Malte dans un appartement Airbnb. Ce n’est pas mon appartement à moi puisque j’y réalise des épisodes Youtube, j’y reviendrai plus tard.

J’ai 27 ans. Je suis né en 1989. J’ai grandi dans un petit village de moins de 85 habitants de 0 à 19 ans. C’est-à-dire un village où il y a des vaches, des sangliers, des chevreuils, des lapins et des cochons. Ou encore en 2016 – 2017 pour se connecter à Internet, vous avez une clé domino 3G. C’est une clé domino Orange où vous êtes limités. Mes parents paient 45 € pour 17 Go. Si la clé domino 3G ne vous suffit pas, vous avez la possibilité d’une parabole Nordnet où vous avez un abonnement d’une cinquantaine d’euros.

Ce n’est pas fameux. Ce n’est pas l’ADSL. Ce que je voulais préciser, c’est que je ne suis pas du tout une personne qui a grandi dans le milieu d’Internet. Je suis devenu geek par l’avenir. En gros, j’ai grandi : pas d’Internet, pas d’ordinateur, juste des vaches, des cochons donc, un petit village à 20 km de Châlons-sur-Saône en Saône-et-Loire. C’est pour vous donner une idée.

En fait, ce qui m’a amené à Internet est que dans la vie vous avez trois contraintes. Si vous visionnez cette vidéo, vous allez certainement être d’accord avec moi.

La première contrainte, ce sont les contraintes horaires. Quand il y a le petit réveil le matin qui sonne alors que si vous êtes indépendant financièrement à travers la bourse, l’immobilier, Internet, les paris sportifs, vous êtes libres de votre temps. Vous n’avez pas de souci de réveil. C’est votre choix si vous voulez en mettre un, mais vous n’êtes pas soumis pour aller à votre job.

La deuxième contrainte est la contrainte hiérarchique. Quand vous êtes à votre compte, vous ne l’avez plus comme contrainte. Typiquement si vous êtes salariés, vous avez soit un chef juste au-dessus de vous, soit un patron. La troisième contrainte est géographique. Si vous habitez à Malte, il y a de grandes chances que votre job soit à Malte. Si vous habitez à Châlons-sur-Saône en Saône-et-Loire, il y a de grandes chances qu’il soit proche de Châlons-sur-Saône.

En fait, ce que j’ai trouvé fabuleux, c’est comme cela que je suis arrivé sur Internet fin 2010, début 2011, c’est de me dire qu’il n’y a pas contrainte horaire, il n’y a pas contrainte hiérarchique et il n’y a pas contrainte géographique.

Géographiquement, on peut gérer le business depuis n’importe où. On est à Malte, tu as également ton business qui tourne. Cela tourne 24 h/24, 7j/7 sur tout le marché francophone, qu’il pleuve ou qu’il neige ou que ce soit un jour férié.

Je n’ai pas choisi Internet pour être indépendant financièrement. C’est juste ces trois contraintes que je ne voulais plus. C’est comme cela que je me suis lancé au début en 2011.

Raph : Tu avais quel âge début 2011 quand tu t’es lancé ?

Max : Là, je viens de fêter mes 27 ans, on est en 2016. Début 2011, j’avais exactement 21 ans et demi. Je suis né en août 1989. Je me suis lancé exactement, officiellement le 1er février 2011. J’avais 21 ans et demi.

Raph : Du coup, on a bien compris que rien du tout ne te prédestinait à Internet, absolument rien du tout. C’est clair. Mais jusqu’à 21 ans qu’est ce que tu as fait ? Tu as fait quelque chose. Tu étais étudiant ? Quand tu as découvert Internet, tu as compris tout de suite les opportunités que pouvait t’apporter Internet ? Comment as-tu vu qu’il y avait des revenus possibles ou un business ? Quel était le déclic en fait ?

Max : Alors en gros, je suis diplômé d’un BTS Assurance que j’ai réalisé à Lyon. Tout ce qui est assurance santé, automobile. Cela m’a donc servi pour une chose ce diplôme, c’est pour aujourd’hui, mon contrat d’assurance santé internationale que j’ai à Malte à travers le monde. Ensuite, j’ai fait une année en école de commerce. Je m’en souviens, il y a une vidéo sur ta chaîne Youtube : l’arnaque des écoles de commerce.

C’est incroyable, mais c’est lors de cette année en école de commerce que je me suis dit : « mais c’est tellement bidon », c’est là où j’ai pris la décision en 2010. C’était à l’école de commerce à Marseille, Euromed Management, et aujourd’hui, il s’appelle KEDGE Business School si je me souviens bien après fusion avec BEM Bordeaux. C’est là que je me suis dit : «  je ne veux pas faire un CDI jusqu’en 2070, je veux voyager, je veux m’épanouir. »

J’aurais très bien pu faire autre chose.

Raph : Vraiment, tu as dit stop aux études, l’école de commerce tu as arrêté, c’est cela ?

Max : Oui, j’ai fait un an de ce qui du coup devient un bachelor, mais en tout cas moi, je n’ai pas prolongé pour avoir le fameux Bac +5.

Raph : Cela aurait été long du coup. Mais sur Internet, comment as-tu commencé finalement ? Enfin as-tu eu un déclic ? Y a-t-il quelqu’un qui t’en a parlé ?

Max : Exactement. Comme je vous l’ai dit, en école de commerce en 2010, j’ai compris que je ne voulais pas du tout être un salarié. Donc, j’ai tapé dans Google bêtement, j’ai tapé exactement : « changer de vie » et je suis tombé sur le site d’Olivier ROLAND qui existe encore aujourd’hui qui s’appelle : « des livres pour changer de vie ».

En fait, c’est mon frère qui a lu toutes ces chroniques. À cette époque-là, il se faisait un défi de lire 52 livres en 52 semaines. Petit à petit, il comprenait un petit peu le développement personnel et le business. Cette personne, Olivier Roland, j’ai donc suivi sa formation qui s’appelle : « blogueur Pro » à l’époque. C’est une formation où il expliquait : comment vivre d’un blog donc, comment monétiser sa passion ? Et moi, j’étais passionné par rapport aux paris sportifs et je me suis dit ok.

Donc, je comprends qu’il faut avoir du trafic sur un site. Je comprends qu’il faut générer une communauté puis leur vendre des produits et services, mais comment fait-on pour avoir du trafic ? Comment fait-on pour créer un produit ? Moi, je n’ai jamais rien fait de ma vie. Je suis qu’un étudiant. C’est petit à petit au fil des mois que j’ai mis en place tout cela.

Mais au départ, vraiment j’ai tapé dans Google : « changer de vie ». Je fonce sur Olivier ROLAND. C’est mon frère qui m’a 100 % fait des résumés. C’est que lui, il était pareil. Il est dans la même optique que moi. Juste, il a 5 ans de plus que moi, mais il a un site sur la méditation. Voilà, c’est comme ça que j’en suis arrivé là.

J’ai démarré le 1er février 2011 un site sur les paris sportifs qui s’appelle : gagner-de-largent-grace-aux-paris-sportifs.fr. Ensuite, j’ai créé un autre site sur la course à pied qui s’appelle : blog-course-a-pied.com. Si je ne dis pas de bêtises, c’était fin 2011 – début 2012. Je crois que c’est en décembre 2011. Ensuite un troisième site sur le blogging webentrepreneuriat qui était début janvier 2015, le dernier. J’ai trois sites web. Donc, on va y revenir après.

Raph : Est-ce que la transition, elle s’est faite brutalement en mode : « j’arrête les études, je fais mon business » ou est-ce que tu as commencé parallèlement les deux ?

Max : Alors Raph, c’est excellent ta question. Ce que je vous conseille à 100 %, il y a un système en France qui est fabuleux, c’est-à-dire ce qu’on appelle : le Pôle emploi ou le chômage. J’avais étudié les choses à l’époque. Vous allez peut-être dire que le truc est impressionnant. En gros, j’avais vu, mais cela a peut-être changé. Je vous parle de 2010, mais connaissant la lenteur du système français, cela n’a certainement pas changé.

J’avais vu en fait que si l’on cotise un minimum, je crois que c’était 650 heures ou 610 heures au cours des 28 derniers mois, on peut toucher le chômage. Typiquement, si on a cotisé minimum six mois, on touche six mois de chômage. Moi, l’été, j’avais travaillé. Comme je vous ai dit, j’ai fait un BTS Assurance donc, j’ai travaillé chez MMA. J’ai travaillé pour la partie banque au CIC.

Quelques mois à chaque fois, j’ai fait les vendanges à la campagne comme je vous l’ai évoqué près de Châlons-sur-Saône en Saône-et-Loire. Du coup, j’ai touché le Pôle emploi en transition. Si je m’en souviens bien, je touchais 933 € par mois.

Raph : Pour pouvoir subvenir à tes besoins provisoirement.

Max : Du coup 933 € par mois, vous vous dites : « mais c’est vraiment faible. Tu devrais vivre comme un pouilleux. ». Évidemment, c’était des revenus assez faibles. Qu’est-ce que j’ai fait ? Assez rapidement, j’ai pris une colocation. Donc au début, j’avais la CAF. Toutes les aides qui existent encore donc, j’habitais à Marseille pour l’année de mon école de commerce.

Juste après quand je suis parti de Marseille début 2012, je suis allé rapidement chez mon frère au Japon. Il habitait au Japon à ce moment-là. Ensuite, je me suis installé à Malte. Je me suis installé à Malte en septembre 2012. Donc, j’étais soit chez mes parents au début soit chez mon frère. Je ne payais pas de loyer à Malte. J’étais dans une colocation au démarrage : 600 € – 110 m² – Internet, eau et électricité donc, 600 € pour l’ensemble de la colocation.

On était trois donc, je payais 200 € par mois. Je vous laisse imaginer que je vivais bien avec 800 à 900 €. Quand je dis que je vivais bien, ce n’est pas non plus la panacée, etc. Mais, j’ai toujours mis en priorité ma liberté plutôt que d’aller vendre mon temps à 10 € de l’heure comme beaucoup de Français.

Raph : Ok. Du coup si l’on revenait sur ton premier business. Est-ce que tu l’as créé dans l’optique directement de vendre ? Les produits, est-ce que tu les as faits immédiatement ou est-ce que tu as fait ce business par passion ? Je suppose que tu as investi également dans les paris sportifs ?

Max : Ouais, je vais y revenir. Principalement, le foot. Ensuite, deuxième stratégie qui s’appelle « les paris long terme » donc, c’est dû aux différents sports, mais c’est exactement le même principe que la stratégie de dividende en bourse que tu enseignes. Ensuite « betfair » qui est un point bien spécifique notamment des LAY 0-0. Ensuite, la quatrième stratégie sera des paris sur du rugby, du base-ball, du tennis et même également du foot. Donc, il y a quatre stratégies principales dans les paris sportifs et je mise sur ces quatre stratégies à 100 %.

Raph : Donc, ce que tu fais c’est que tu partages tes positions avec tes visiteurs et tes clients, c’est cela ?

Max : Ouais, il y a trois stratégies donc, mes propres pronostics, c’est mon club privé pari sportif. J’ai un club privé où je donne tous mes pronostics. Second service que je vends donc, 200 € l’année, pareil pour betfair 200 € l’année, tous mes pronostics LAY 0-0. Ensuite troisième service, ce sont mes pronostics long terme donc, là aussi c’est 200€ l’année.

Raph : D’accord. Moi, je ne suis pas du tout dans le milieu des paris sportifs. Est-ce que ce n’est pas tellement compliqué justement de vendre ce genre d’informations à des clients ? Parce que je suppose que si tout est rose, tout se passe très bien, tu gagnes de l’argent. Mais le jour où un pari n’est pas bon, les gens ne sont-ils pas tout de suite très agressifs, ou ils se retournent tout de suite vers toi en te jugeant responsable de l’échec ? Comment fais-tu ?

Max : Excellent. Là, tu as bien fait de poser cette question. En gros, moi tout ce que j’entreprends… Alors si vous n’avez pas encore parié, là cela peut être abstrait, mais tout ce que je fais, je sécurise les pronostics. En fait sur la même thématique, au lieu d’avoir deux malchances sur trois de perdre, on va plutôt avoir une malchance sur trois de perdre donc, on a deux chances sur trois de gagner au lieu d’une chance sur trois.

Ensuite comme je connais le sport grosso modo, on a 80 % de chance de gagner.

En fait, ce qui est important quelque soit l’investissement que vous fassiez que cela soit de l’immobilier, des paris sportifs, de la bourse, quelque soit le placement que vous faites, vous devez être à l’aise avec la mise.

Exemple concret de l’immobilier : il y a beaucoup de personnes qui se disent : « moi, j’aimerais avoir un immeuble, comment déjà peut-être avec un parking et un studio. » C’est pareil aux paris sportifs : « j’aimerais gagner 3 000 € par mois. » J’ai beaucoup de personnes qui me le disent. – « Ok. Il n’y a pas de souci. Tu peux gagner 3 000 € par mois. Mais est-ce que tu es prêt à faire des mises à 500 € – 600 – 700 € ? » « Non, je suis prêt à miser à 10 € parce que sinon je ne vais pas dormir la nuit. Je vais faire des cauchemars. »

Il n’y a pas de souci, mais c’est ce qu’il faut avoir en tête. Je fais de petites mises et petit à petit, je fais régulièrement de mises à 200 € – 300  € – 400 € – 500 €, mais il ne faut pas que cela change mon quotidien. Après, c’est exactement comme si on était un entraîneur de foot où on fait le bilan à la fin de l’année et non sur un match précis.

Raph : Donc, il y a une partie sécure et une partie un peu plus risquée. Est-ce qu’on peut parler de rendement avec les paris sportifs ?

Max : Absolument. Paris long terme, j’ai même garanti le résultat par rapport à cela. Je garantis minimum 20 % annuel. J’ai tout le temps fait au strict minimum 25 %. Typiquement un exemple : on se met entre 15 et 20 paris annuels donc du coup, vous mettez 1 000 € par pari. Admettons que vous avez 10 000 € à investir, vous mettez 1 000 € par pari. S’il y a 15 paris, vous avez misé 15 000 €, vous allez récupérer 19 000 €, 20 000 €. Donc, vous avez à peu près 30 % de rentabilité. Vous avez misé 15 000 €, vous avez récupéré 19 000 € donc, vous encaissez un bénéfice de 4 000 €.

Ce qui est bien dans les paris sportifs, c’est que c’est net d’impôt donc là, il n’y aucun souci. Zéro impôt, oui, même en France, c’est possible. Donc, c’est un grand avantage. Pourquoi ? C’est tout simplement parce que la taxe est faite à la mise et le grand avantage des paris long terme est que vous avez les mêmes cotes que la législation soit en France ou à l’étranger comme moi à Malte.

Ce que je conseille à des investisseurs comme toi ou des personnes qui ne connaissent pas les paris, la seule et unique stratégie que je vous recommande, ce sont des paris long terme parce que le reste, c’est plus technique. Donc là si vous avez dû mal à parier, cela peut devenir de la merde.

Raph : Cela fait partie des jeux considérés nets d’impôts comme avec la française des jeux, c’est un gain ?

Max : Ouais, exactement.

Raph : Très bien. Tu vends uniquement du conseil en fait avec des positions que tu appliques et que tu vends à tes clients, c’est vraiment ça ta monétisation sur ce site ?

Max : J’ai une dizaine de produits en paris sportifs, je crois que j’en ai 12. J’ai trois services avec de la vente de pronostics et neuf autres services qui sont plutôt des formations comme je vous l’ai dit juste avant.

Raph : Avec ce site, quel chiffre d’affaires tu dégages du coup ?

Max : 150 000 € en minimum annuel donc, si l’on divise par 12, cela doit faire 12 000 € par mois. Si on fait 12X12 = 144 000€. 12 000 €-13 000 € par mois. Alors cela dépend des mois, mais en moyenne 150 000 € annuels et cela ne fait que d’augmenter et augmenter.

Raph : Super. C’est super propre comme premier business. Ensuite, tu as créé le deuxième sur la course à pied. Donc là immédiatement dans ma tête, cela me paraît beaucoup moins évident pour monétiser. C’est également une passion il me semble ?

Max : Exactement. Le gros avantage que j’ai sur la course à pied, c’est que je reçois déjà entre 500 et 1 000 € par mois de matériel gratuit. Les paires de chaussures si vous courez, que vous payez certainement 150 € la paire. Moi, j’en reçois plusieurs par mois. Là, je vais recevoir l’intégralité d’une collection gratuitement. Ce que j’aime bien avec mon site de course à pied, en plus de faire de l’argent, c’est que je reçois entre 500 et 1 000 € par mois de matériels. C’est un petit peu comme si vous avez un business sur le blogging et que vous recevez une fois par trimestre un Mac. Vous seriez content de recevoir cela comme cadeau. C’est un peu le même genre.

Raph : Pourquoi les marques te font ce genre de cadeaux ? Qu’est-ce qu’elles espèrent en retour à t’envoyer ces produits ?

Max : En fait, c’est assez surprenant, mais les marques PUMA, MIZUNO, ASICS que vous connaissez certainement, elles sont vachement à la recherche de personnes qui vont pouvoir faire une petite chronique sur le site donc, avoir des avis extérieurs. Parce qu’aujourd’hui il y a neuf millions de pratiquants du running, juste quelques centaines de milliers de personnes qui sont licenciées donc il y a 8.5 millions de runneurs du dimanche. Donc du coup, les personnes comme cela vont lire des sites sur le sujet de la course à pied. Du coup, avoir un avis d’un mec comme moi, c’est utile pour les gens, je suis un peu monsieur tout le monde.

Monsieur tout le monde, il se dit : « Ok, lui, il a l’air d’avoir la même foulée que moi. » Alors que la star qui fait une pub ou qui parle d’un produit, il y a malheureusement un gap de niveau. On se dit : « moi je ne suis pas Usain BOLT si vous êtes au sprint. Moi, je fais juste la course le dimanche. Je fais mon footing une fois par semaine. Voilà, les marques y gagnent surtout en fait, elles ont des millions pour faire de la promotion et donner des produits gratuits, c’est comme si moi, je vous donne un centime d’Euro, c’est strictement rien. Il y a beaucoup de points positifs par rapport à cela.

La deuxième chose que j’apprécie, c’est le voyage de presse. Qu’est-ce qu’un voyage de presse ? C’est quand vous testez du matériel et que vous avez beaucoup de cadeaux, mais surtout vous avez un hôtel cinq étoiles, spa, hammam, restaurant donc, la chose la plus incroyable que j’ai réalisé avec mon site de course à pied, c’était avec PUMA.

C’était un voyage de presse en Corse. J’ai visité la Corse en hélicoptère. Je l’ai pris une fois dans ma vie l’hélicoptère grâce à PUMA, tous frais payés. Donc, merci. Si vous tapez dans Google : voyage de presse PUMA Maxence RIGOTTIER, vous aurez toutes les photos. Vous allez voir que c’est assez impressionnant.

Raph : Alors, pour quelle raison ils t’ont invité ?

Max : Il y a un fichier qui s’appelle : « data presse. » En gros à partir du moment où vous avez un minimum de 500 visites par jour sur votre site, une petite communauté, vous intégrez directement ce fichier dans le journalisme. Sur ce fichier, on reçoit différents emails en gros, si vous êtes intéressés pour avoir tel ou tel voyage de presse ou encore tel ou tel produit. En fait, j’ai intégré un fichier de journalisme spécialisé par rapport au running, du coup, je suis contacté par rapport à cela.

Raph : Mais c’est cadeau, ils ne te demandent rien en retour, pas un article ou une promotion ?

Marx : Ils me demandent à chaque fois si je vais écrire un article. Ce n’est pas un cadeau parce que j’ai quand même du temps à passer pour écrire un article, mais cela me prend deux à trois heures. C’est vraiment large trois heures, mais voila. Quand même cela vaut le coup, tous frais payés. À vrai dire, j’ai trois heures de boulot à faire et j’ai 3 000 € de valeur en contrepartie.

Raph : Du coup, hormis cela, est-ce que tu as des produits en vente, du coaching, etc. ?

Max : Avant, j’avais un produit sur les plans d’entraînement, mais j’ai arrêté puisque je vendais mon temps. Du coup, ce n’est pas du tout dans mon optique comme j’augmentais ma valeur horaire. Du coup, j’ai un produit sur la VMA et un autre produit par rapport au stage de course à pied que j’organise au Kenya. Là, c’est un produit que je vends à 1 000 € et j’ai 650 € de marge.

Raph : Alors c’est toi qui organise un voyage au Kenya ? Les membres de ton audience, tu les emmènes là-bas ?

Max : Principalement en fait, ce qui est assez fabuleux dans la course à pied est qu’on peut côtoyer les meilleurs athlètes du monde. Quand je dis les meilleurs athlètes du monde, c’est comme si au foot, vous iriez à Clairefontaine. C’est comme si au tennis, vous iriez à Roland Garros. C’est la même chose sauf que l’athlétisme, comme c’est un sport qui n’est pas forcément médiatisé ou très populaire, on côtoie les meilleurs athlètes du monde. Donc, j’ai pu côtoyer Asbel Kiprop, le triple champion du monde du 1 500 mètres.

Si vous ne courez pas, vous ne le connaissez pas. C’est logique. Mais si vous avez déjà couru, oui. Pour vous donner un ordre d’idée : c’est comme demain vous allez voir Rihanna ou Madonna pour de la musique. Comme si vous allez voir Zidane pour du football, Nadal ou Djokovic pour du tennis. C’est vraiment du très haut niveau.

Ce qui m’impressionne, je m’en souviendrai toujours, une personne, un multimillionnaire qui a fait énormément de belles choses au Kenya, qui est recordman du monde du 800 mètres, c’est un Kenyan David Rudisha.

Dans son grand Hummer, il m’avait ramené à un autre lieu d’entraînement, vraiment ultra sympathique, assez impressionnant. Je peux vous assurer que dans l’athlétisme français ou même dans les footballeurs, ils m’auraient craché à la figure, il n’y a pas cette simplicité.

Vraiment, j’étais impressionné surtout par cette humilité. On pourrait croire que le mec a la grosse tête sauf que non. Il est le recordman du monde des 800 mètres. Il est multimillionnaire. Il a impacté et a carrément des écoles à son nom au Kenya, vraiment le mec dans la contribution, chapeau ! C’est impressionnant.

Raph : Il est super sympa. Du coup, combien de clients emmènes-tu ? Est-ce une fois par an ?

Max : Là, pour le moment je fais une fois par an. Je le fais en grosso modo pour 12 à 15 clients.

Raph : OK ! Là-bas sur place, cela dure combien de temps ?

Max : C’est dix jours, on va se faire un petit safari. Surtout, ce qu’il faut savoir, vous allez être choqué par rapport à là où vous habitez. Au Kenya : pension complète, les plus beaux hôtels, piscine, un kiné qui vous masse tous les jours. Vous en êtes pour grand max : 50 € par jour. Même le linge, nourriture illimitée, tous les jours. Vue sur la vallée du rift, si vous connaissez le Kenya : 50 € par jour. C’est juste du délire parce que dans ce pays, le salaire moyen est de 90 € par mois.

Raph : C’est excellent !

Max : C’est gros et énorme.

Raph : 50 € par jour.

Max : Vous ne voyez aucun Kenyan hormis les meilleurs athlètes du monde. Ils ont les revenus grâce aux championnats en euros, il n’y a pas de souci.

Raph : OK ! Du coup, en chiffre d’affaires, ça donne quoi ?

Max : Je fais à peu près entre 1 000 € et 1 500 € par mois donc, 15 000 € l’année. C’est un petit peu comme toi vis-à-vis de ClubMedecine. C’est un site où je ne passe pas énormément de temps parce que j’ai déjà énormément de choses à faire à côté.

À 15 000 € annuels pour vous donner un ordre d’idée. 13 000 € à 14 000 € par mois en pari sportif. 1 000 € à 1 500 € par mois en course à pied.

Raph : Là, il y a 14 000 € à 15 000 € et tu as un troisième site qui est vivre-de-son-site-internet. Il est né de quel constat ce site ?

Max : C’est un constat qui vient du fait que j’ai tout bêtement investi au cours des trois dernières années environ 60 000  € dans des séminaires, coaching, ateliers et formations. J’ai fait énormément de formations. Dans les séminaires, on me disait toujours, comme j’avais déjà un certain niveau par rapport à mes deux autres sites : « Comment tu fais pour faire ceci ? Je ne sais pas faire les processus de vente, comment tu fais ? » Je voyais tout le monde faire des formations et moi, comme j’ai réalisé un club privé pari sportif en mars 2013, il y a déjà plus de trois ans et demi, je me suis dit que je vais faire la même chose dans le business.

Comme tout le monde a des formations en business, si vous vous intéressez un petit peu sur le sujet, il y a peut-être six ou sept personnes qui ont la même thématique que moi dans le blogging ou en entreprenariat, sauf que personne n’a fait de club privé.

C’est comme cela que j’ai lancé un club privé : vivre-de-son-site-internet. C’est 500 € l’année pour la cotisation et aujourd’hui, je m’approche des 100 membres. Puisque j’ai invité quelques membres, j’ai à peu près 80 membres payants, cela fait 40 000 €.

J’ai une autre formation aussi, je n’ai que deux produits en business qui s’appelle : « patrimoine en or. » Dans cette formation, pareil, là c’est encore plus par rapport aux séminaires. On vous l’a dit dans la vidéo, on est en direct de Malte et on me disait : « Ok Maxence. On a bien compris que tu es parti pour des raisons fiscales et juridiques, mais si tu te casses une dent alors, si tu es malade, comment tu fais pour ta santé ?

J’ai expliqué que j’ai un contrat assurance santé internationale APRIL, couverture dès le premier euro. Pour vous choquer, je vous invite à regarder dans les combien vous payez sur la partie sécu et mutuelle par mois ? Moi je paie 1 068 € l’année. Cela fait à peu près 90 € par mois.

Juste parce que j’aime bien raconter ces petites anecdotes, aujourd’hui si vous allez au médecin, en France, moi je peux me faire soigner également en France, il n’y a aucun soucis par rapport à cela, vous allez payer 23 €, vous allez être remboursé de 22 €. Donc, 15.40 € de la sécu et 6.60 € de votre mutuelle, vous avez l’euro responsable qui a été instauré le 1er janvier 2004.

Moi, avec mon contrat assurance santé internationale, je vais une fois par an chez le médecin en France pour avoir le certificat d’athlétisme en compétition. Je suis remboursé de 23 €. Je suis mieux remboursé que vous.

Vous vous dites certainement : « mais, il passe où le fric de la sécu ? ». C’est la même question que je me pose parce que je paie pour une équivalence de la partie sécu mutuelle moins de 100 €. Certes, je suis jeune. J’ai 27 ans. Je ne suis pas marié et je n’ai pas d’enfants. Mais je suis sûr que vous payez beaucoup plus et ayant fait un BTS Assurance, j’ai vu des contrats où les compagnies ont des marges gigantesques. Vous pouvez vous dire vraiment : « mais, il passe où le fric de la sécu ? ». C’est assez incroyable par rapport à cela.

Cela est la première partie. Le deuxième constat me disait : « comment créer une société à l’étranger ? Quels sont les documents sur le plan fiscal, résidence fiscale, etc. ? » Cela peut vous faire très peur. Pareil, je l’explique dans ma formation « patrimoine en or » et le troisième pilier, on me disait : « oui, mais maintenant ok ! Maxence tout est bon. Mais moi, ma retraite comment je fais ? » Évidemment, je vous invite à vous la faire vous-même.

Mes parents vont partir en retraite, ils cotisaient pendant 42 ans. À votre avis combien vont-ils gagner en retraite ? Ils vont gagner moins de 1 500 € par mois. Je peux donc vous assurer que c’est vraiment très faible. Cela pique. Ils ont payé toute leur vie des impôts en France. Ils ont travaillé « dur ». Ils n’ont peut-être pas forcément travaillé de la meilleure manière, intelligente, comme vous le savez, en vous créant des revenus alternatifs mais quand même. Moins de 1 500 € par mois en ayant cotisé 42 ans.

La seule chose que m’ont dit mes parents : « tu as fait le meilleur choix de ta vie de ne plus être en France par rapport à cela » parce qu’ils sont écœurés et touchés. Voilà, c’est pour vous donner un ordre d’idée.

Raph : C’est loin de la retraite dorée quoi ! Ce n’est pas ce que l’on imagine de la retraite avec seulement 1 500 € en terme de possibilités, je pense.

Max : Comme mes parents sont dans la campagne profonde, évidemment ils ne sont pas tentés à se dire : « je vais aller me faire un McDo ou du shopping » parce qu’il n’y a que des vaches, de la forêt à côté.

Raph : Il y a moins de tentations.

Max : On n’a pas trop de dépenses. Mes parents, ils vivent modestement. Mais clairement ? On ne va pas s’enrichir avec 1 500 € par mois. Je pense que vous êtes d’accord si vous visualisez cette vidéo. C’est juste pour vous donner un ordre d’idée. Ce site, ces deux formations, c’est pareil au niveau du prix : 500 €. Pour la partie retraite, qu’est-ce que j’explique ? Les paris sportifs long terme que j’ai expliqué juste avant par exemple.

J’ai fait intervenir quelques experts immobiliers parce que moi, je n’ai pas encore investi dans l’immobilier. C’est une chose que je vais faire, là c’est sûr, au cours des prochains mois. Bourse, pareil, même stratégie que toi : les dividendes. J’ai aussi tout ce qui est business Angel. L’objectif est de faire plus de 20 % annuel. Jusque-là, le club de Business Angel a réussi à le réaliser. Je suis très content et j’aime bien avoir en tête le tableau des intérêts cumulés.

Donc typiquement, vous apercevrez assez rapidement que vous allez être multimillionnaire quand vous mettez 10 % de côté vos revenus et ensuite, vous le faites fructifier à minimum 10 %.

Raph : Ok ! Dans ton club privé, qu’est-ce qu’on retrouve dedans ?

Max : Dans le club privé : vivre-de-son-site-internet, je vous mettrai le lien de la page de présentation. Je pense que si vous visionnez cette vidéo, vous êtes intéressés logiquement par deux produits. Éventuellement « patrimoine en or » où je parle de santé, création de société à l’étranger, retraite et le club privé : vivre-de-son-site-internet donc là, c’est vraiment vivre de son site web, sa chaîne Youtube ou sa page Facebook et créer un catalogue de produits par rapport à tout cela.

Raph : En fait, c’est un club dans lequel il y a plusieurs formations et où tu expliques ces choses-là, où tu es en interactivité avec tes membres. Est-ce cela ?

Max : Exactement ! Mais surtout aussi, j’ai du coaching tous les mois avec les différents membres. Donc, je coache personnellement et je donne les trois actions principales à réaliser sur son business. Cela vous donne un ordre d’idée à 100 %.

Raph : Ok !

Max : Je regarde juste l’heure pour l’interview, mais on peut encore continuer, il n’y a aucun souci.

Raph : Avec ce troisième site, quel chiffre d’affaires vas-tu dégager aujourd’hui ? Il est tout récent, tu m’avais dit 2015, est-ce cela ?

Max : Alors, j’ai démarré janvier 2015. J’ai investi pas mal sur ce site, j’avais des moyens financiers par rapport à mes deux autres sites web. J’avais mis de l’argent de côté.

J’ai démarré exactement le 8 janvier 2015 et je l’ai monétisé avec mon club privé vivre-de-son-site-internet le 12 novembre 2015. Pendant dix mois, j’ai investi 20 000 €. Vous allez peut-être dire : 20 000 € dans quoi ? J’ai fait des vidéos sur Youtube, dans le montage vidéo, les transcriptions de textes, les publications d’articles. Je voulais juste créer une audience.

Quand je dis 20 000 €, c’est à peu près 2 000 € par mois. Quand je l’ai monétisé à travers ce premier club, c’est en espace de dix mois que je l’ai monétisé donc, 80 inscriptions payantes : 80 X 500 € = 40 000 €. J’ai déjà récupéré mon investissement. Ensuite, pour « patrimoine en or », j’ai fait au moins 60 ventes à 500 € également, ce qui fait 30 000 €. En l’espace de dix mois où je n’ai rien vendu du tout, j’ai quand même gagné quelques centaines d’euros avec de l’affiliation, mais ce n’est que des bricoles. 100 € par mois : « que dalle ». Ensuite, en dix mois : 70 000 €. Si vous faites 70 000 € / 10 = 7 000 € par mois.

Raph : Si on récapitule : le premier, tu nous as dit 15 000 € par mois + 1 000 € pour le deuxième site et là, tu nous as dit 7 000 €.

Max : Cela fait 23 000 €. Cela change en fonction des mois. Pour vous donner les trois derniers mois. Juillet 2016 : 21 000 € – août 2016 : 24 000 € – septembre 2016 : 25 000 €. Voilà ! Cela vous donne un ordre d’idée. Juin 2016 : 13 000 € – mai 2016 : 19 000 € – avril 2016 : 18 000 €. Vous voyez, il y a une grosse moyenne de 20 000 € par mois. Dans l’année, sur 12 mois : 240 000 € à 250 000 €.

Raph : Tu as une bonne croissance !

Max : Ce qui est bien et surtout ce que j’aime bien, c’est que je me paie 120 000 € sur 200 000 €. Donc : 120 000 € in the pocket, dans ma poche, 50 000 € dans les séminaires et tout ce qui est délégation, 10 000 € que je paie pour mes affiliés puisque j’offre 50 % si j’ai des affiliés qui réalisent des ventes et ensuite : j’ai 10 000 € à 15 000 € par rapport à des grosses prestas. Notamment une que je suis en train de réaliser en ce moment, peut-être que vous voyez la qualité de la vidéo qui est carrément meilleure que d’habitude.

Raph : Ils ne vont pas être habitués sur mon site là. Ils vont se dire que c’est bizarre.

Max : Ils vont dire : « Raphaël, tu filmes avec ton iPhone ou c’est le canon G7X ? » Non ! C’est juste une grosse caméra de 25 000 €. :p

Raph : Je mettrais la photo de la caméra.

Max : Cela vous donne un ordre d’idée. C’est donc une grosse presta : 104 épisodes Youtube, des vidéos de lancement, on est à 15 000 € pour l’enveloppe globale donc, 11 000 € de presta plus tout ce qui est frais ensuite et des publicités payantes. C’est quelque chose que je veux vraiment mettre en place, la publicité payante, mais je n’ai pas encore réussi aujourd’hui à trouver vraiment un système bien rentable. 

Peut-être allez-vous un jour rejoindre un de mes programmes parce que vous avez apprécié cette vidéo, cela fonctionne. Par contre, « trafic froid » sur Facebook, cela marche. Moi, je n’ai pas encore trouvé les bons secrets pour pouvoir bien démultiplier mon entreprise. Au lieu de faire 200 000 € à 250 000 € annuels, je veux faire par exemple 500 000 €, 800 000 €, 1 000 000 € et plus…

Raph : Justement, jusqu’où vas-tu aller comme cela ? Tu es encore en pleine croissance actuellement ?

Max : Pour vous donner un ordre d’idée, je suis quelqu’un qui adore les chiffres. Aujourd’hui, je suis à plus de 130 000 € de patrimoine. J’ai eu 27 ans le mois dernier. Peut-être que toi aussi, tu as un patrimoine à peu près du même genre, mais tu as plus vis-à-vis de l’immobilier.

Pour mes 28 ans, je me suis dit : minimum 250 000 €. Je me suis dit : je double. 250 000 € à 28 ans, 500 000 € à 29 ans, 1 000 000 € à 30 ans. Mon objectif est que je sois millionnaire avant 30 ans, je ne vais pas vous faire une fixation. Si c’est à 31 ans, je ne vais pas aller me suicider. Avant 30 ans parce que je trouve que c’est quelque chose dans sa vie, vous êtes millionnaire avant 30 ans, c’est classe.

Raph : C’est classe !

Max : Voilà ! C’est classe ! On se dit : « waouh ! Ce mec-là n’est pas n’importe qui. » C’est plutôt un challenge personnel par rapport à cela. Vous êtes peut-être en train de vous dire : « Maxence, en trois ans : 200 000 €, 250 000 €, 1 000 000 €, il faut peut-être que tu te bouges les fesses et le cul. ». L’avantage d’un business, c’est qu’il faut voir quel est le rapport entre l’effet de levier. Et ça, ça change tout.

Raph : Tu as déjà un patrimoine qui est là donc, on peut travailler un patrimoine.

Max : Exactement !

Raph : Je te vois bien millionnaire avant 30 ans.

Max : Souvenez-vous toujours de cela. Cela va peut-être vous choquer. C’est beaucoup plus facile de passer de 1 000 € à 10 000 € par mois que de zéro à 1 000 €. Pourquoi 1 000 € à 10 000 € fois dix – 0€ à 1 000 € fois 1 000. C’est aussi bête que cela.

Si vous faites déjà 2 000 € par mois avec une chaîne Youtube, une page Facebook, un site web ou un mélange des trois, vous pouvez chercher des optimisations, vous avez déjà quelque chose. Vous avez certainement déjà quelques clients. Vous avez quelque chose d’existant. Quand êtes-vous à zéro, vous n’avez rien.

Raph : C’est cela !

Max : Donc, c’est plus compliqué.

Raph : Une bonne vidéo pleine de conseils. Est-ce que tu as un truc à donner, pour terminer, à tous les gens qui voudront se lancer, qui hésitent, qui pensent que ce n’est pas pour eux, qui pensent peut-être que ce n’est même pas possible pour eux, des gens qui sont des débutants et qui se disent : « Maxence, il a de la chance. »

Max : Il est jeune, il a baigné dans le domaine du geek.

Raph : C’est cela ! Les gens trouvent toujours de bonnes excuses pour ne pas le faire. Est-ce que tu aurais, je ne sais pas, un petit conseil ou quelque chose pour leur dire « faites-le », les motiver ?

Max : La première chose est de faire déjà quelque chose. Notamment, si vous êtes intéressés sur Internet, vous allez peut-être être plus attirés sur Facebook, peut-être que vous êtes plus attirés sur Instagram, peut-être que vous êtes plus attirés par écrire et faire un blog, peut-être que vous êtes plus à l’aise en vidéo donc, faire une chaîne Youtube. Ce que je vous invite à faire à 100 %, c’est du Youtube. C’est vraiment le canal numéro un.

Mais je sais qu’il ne faut pas aussi aller à l’encontre de son ressenti personnel parce qu’on va faire de la merde quand on est crispé, tendu ou stressé. Ce n’est pas magique en terme d’image perçue pour votre audience.

Il y a une petite application que tu aimes bien et qui s’appelle : Snapchat. Vous vous inscrivez sur Snapchat. C’est gratuit. Vous démarrez quelques Snaps. Pourquoi ? Cela dure dix secondes, et c’est effacé au bout de 24 heures. Il n’y pas un milliard de personnes qui va les regarder. Ne vous inquiétez pas. Même si je vous le souhaite. S’il y a un milliard de personnes qui regardent vos snaps, c’est que vous êtes célèbre.

Cela permet de commencer. Petit à petit, vous allez peut-être avoir le blocage de la caméra, c’est normal. Vous allez peut-être aussi bégayer, c’est logique. On a tous été comme cela. J’aime bien donner l’exemple du tennis. Au début, vous servez et tapez dans le filet, à côté de la balle. C’est 15 mètres à côté du court, c’est catastrophique. Puis vous progressez, vous tapez dans la balle, vous tapez et à un moment donné, ça commence à aller mieux. Pareil pour la vidéo, vous recommencez à faire des vidéos et à en refaire et il n’y a plus trop de bégaiements, de blanc. C’est normal ! C’est la pratique.

Vis-à-vis des excuses, j’ai grandi dans un petit de village de moins de 85 habitants. Il n’y avait pas Internet. Aujourd’hui, il n’y en a toujours pas d’ADSL. Je crois que c’est cela le plus choquant. Il n’y a toujours pas l’ADSL. Je vais rarement chez mes parents. Il faut que je m’organise parce que, par rapport à cela, vous devez être obligé d’avoir une parabole Nordnet ou une clé domino 3G. Les clés 4G marchent bien, mais ils sont limités à 17 Go. Si vous êtes sur le web, 17 Go, vous l’explosez en trois jours.

En gros, il faut faire toujours quelque chose. Il y a de différents coachs qui me l’avaient dit et je suis 100 % d’accord. Quand vous voulez atteindre un objectif, il y a beaucoup de personnes qui disent : « j’aimerais être millionnaire. Moi j’aimerais faire ceci et cela ». Dites-vous « ok ! Je vais le faire step by step. » Là, tu es à zéro.

En 2011, mon premier but était de me faire 1 000 € par mois. Quand j’étais à 1 000 € par mois, mon deuxième but c’était de me faire 2 000 € par mois et ainsi de suite : 3 000 €, 5 000 €. La même chose si vous êtes dans l’immobilier, je n’ai encore pas investi, c’est mon seul point faible, c’est ce que je vais faire.

Mon premier objectif est d’avoir un bien. Ce n’est pas un immeuble parce que je n’ai pas démarré. C’est cela la grosse erreur de beaucoup de personnes, c’est qu’ils voient les mecs dans les immeubles, les propriétaires, les personnes dans l’entreprenariat. Même moi, vous dites : « waouh, mais toi, Maxence, tu gagnes. Tu as fait encore 25 000 € de ventes. ». Cela vous impressionne, c’est normal.

Mais j’étais comme tout le monde. J’étais à zéro à un moment donné et cela a mis aussi plusieurs années et c’est vraiment le travail sur le long terme qui paie. C’est bien d’avoir une vision. Moi aussi, j’ai une vision, je veux être millionnaire, mais après je l’ai vachement décomposée quand j’étais à zéro. Je peux vous dire qu’être millionnaire, c’est comme aujourd’hui être multimilliardaire. Cela me paraît impossible.

Redécouper les étapes à 100 % ensuite c’est bing, bang, boom, cela joue en votre faveur. Surtout, évidemment, ne pas abandonner. Il y a beaucoup de gens qui abandonnent au moindre obstacle.

Raph : C’est clair ! C’est assassin !

Max : Assassin, comme les impôts et les taxes. Assassin !

Raph : Fragmenter le process, rendre la chose plus simple, moins grosse et cela roule, avec persistance, tant que ce n’est pas de l’acharnement bien sûr. Voilà !

Max : Et vous formez. Je crois qu’on vous a déjà dit. Tu l’as peut-être déjà dit cinquante fois. On va le répéter encore cent fois. Moi, j’aime bien dire par exemple : typiquement l’immobilier, je me suis formé, je ne suis pas encore passé à l’action. C’est mon point faible. Au moins, je sais que logiquement, je vais faire moins d’erreurs qu’un mec qui va démarrer et qui ne s’est jamais formé.

En fait, on ne sait pas quoi faire quand on ne s’est pas formé en amont. Je ne sais pas, c’est comme si demain, on vous dit : « allez au Japon. » Il faut que tu parles japonais. Si vous n’êtes pas formés avec un cours en ligne ou sur les bases avec un coach. Je suis désolé, vous n’allez savoir dire qu’un mot ou dire merci : « arigatô » que vous avez entendu dans une série. Un japonais arrive, vous ne comprenez rien, vous êtes désossés : « could you repeat more slowly please. » Le genre : « je ne comprends rien à ce que tu me dis. ». C’est la même chose.

Raph : Il n’a pas de magie.

Max : C’est exactement cela.

Raph : Ok Maxence ! Je te remercie pour tout cela. Quant à moi, comme d’habitude, likez cette vidéo, partagez-là avec quelqu’un qui mérite d’avoir ce contenu devant lui pour le motiver et le faire passer à l’action. Puis, on se dit à très bientôt pour la prochaine vidéo. Maxence encore merci.

Max : Merci. Suivez bien Raphaël. Cela fait bien plaisir d’avoir des jeunes motivés comme lui !

Raph : Je mettrais tous les liens en dessous. Tchao ! Tchao !

Max : À bientôt.

Si vous aviez Maxence à côté de vous, quelle est la question que vous voudriez lui poser sur son parcours ? 🙂

3 Responses

  1. Pierre et Gwen

    Hello

    Félicitations pour cette vidéo vraiment intéressant
    Nous suivons Maxence depuis quelques mois et comme à son habitude il n’a pas été avare de chiffres et de conseils !

    Après il faut aussi relativiser car pour quelqu’un qui fait la même chose en restant en France, il n’aura pas les mêmes marges de manœuvre financières… les prélèvements dont notre pays est friand se chargent de niveler tout ça vers le bas…

    En tous cas, super votre blog

    Quels sont vos principaux projets en ce moment ?

    A bientôt

    Répondre
    • Raphaël

      Bonjour Pierre et Gwen, les impôts sont un sujet sensible et important en France et long pourrait être le débat ! 🙂

      Actuellement, je finalise la sortie d’un livre papier appelé « Des bancs de la fac à l’indépendance financière » pour ce blog, et vous ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *