Il achète de l’Immobilier en INTERIM à 19 ANS (après + de 10 refus)

5

Salut à tous !

Bienvenue avec nous à La Baule où je rencontre David qui a une histoire bien sympa remplie de persévérance.

En effet, David a perdu son permis suite à une erreur de jeunesse et ce fut un mal pour un bien puisque cela lui a ouvert les portes de l’immobilier

Accrochez-vous, il a financé de l’immobilier en étant en… intérim !

David était motivé puisqu‘il tapait beaucoup de visites immobilières sans avoir de permis (du coup) et devant se déplacer comme il le pouvait (train, à pied…). Bref, il était chaud !

Découvrez tout de suite son interview !

Il achète de l’Immobilier en INTÉRIM à 19 ANS (après + de 10 refus)

https://www.youtube.com/watch?v=6FM8vmNvSjI

formation-8-strategies

Retranscription texte de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo. Je me trouve aujourd’hui en direct de La Baule donc vous voyez, on a de la chance, on a une jolie plage même si le soleil n’est pas trop là. Je suis en compagnie de David. David, salut !

David : Salut Raphaël, salut à tous !

Raph : Tu vas bien ?

David : Niquel, niquel !

Raph : Est-ce que tu peux te présenter un petit peu pour tout le monde et nous dire qui tu es ?

David : Bah je m’appelle David, j’ai 24 ans, je suis mécanicien automobile en CDI actuellement, je réside à Saint-Nazaire à quelques kilomètres d’ici et voilà, standard, smicard.

Raph : Classique ! Le soleil arrive, c’est niquel, c’est parfait ! Si on fait cette vidéo aujourd’hui, c’est évidemment pour vous parler de business, d’immobilier et donc, David a un rapport avec l’immobilier puisque tu investis dans l’immobilier !

David : Oui !

Raph : T’es jeune, tu nous as dit dans l’intro que tu avais 24 ans, c’est ça ?

David : Oui !

Raph : Comment t’as découvert l’immobilier si jeune, ça a été quoi pour toi ton déclic de te dire « je vais investir dans l’immobilier ».

David : Bah mes conneries de jeunesse m’ont en fait amené à devoir me prendre un appartement en location.

Raph : Ouais, tu peux détailler un peu plus ou tu veux pas trop en dire ?

David : Oui bah c’était un retrait de permis et du coup j’ai du prendre un appartement sur la ville où je travaillais.

Raph : Pour une question technique en fait ?

David : Ouais, c’est ça, voilà ! Et du coup, en me baladant, en remontant vers la résidence, j’ai vu qu’il y avait un panneau « à vendre » donc j’ai regardé un petit peu sur Leboncoin, par curiosité, le prix que ça valait. Et sur une simulation Internet, je me rendais compte que ça valait le même prix que mon loyer si je l’achetais.

Raph : Donc que tu remboursais une mensualité ou que tu payais un loyer, finalement c’était la même chose pour toi vis-à-vis de ce que tu sortais tous les mois.

David : Après je savais rien à l’époque de tout ce qu’il y avait à côté mais je me suis dit déjà : pourquoi louer finalement si je peux acheter au même prix ?

Raph : Ouais, et être propriétaire à la fin.

David : C’est là que j’ai commencé à m’intéresser à tout ça et après j’ai appris au fil du temps.

Raph : Donc là, tu t’es dit qu’il y avait possibilité pour toi d’être propriétaire, de commencer à investir dans l’immobilier… Tu voyais déjà la possibilité d’investir pour dégager de l’argent ou tu voyais seulement la possibilité d’être propriétaire ?

David : Directement pour l’idée de louer parce que je me suis rendu compte que j’étais en train de payer le loyer de quelqu’un.

Raph : Ouais, tu t’es dit qu’il s’enrichissait, pourquoi pas toi ?

David : Ouais, après pourquoi pas en avoir un en plus pour une résidence principale quoi !

Raph : Ok ! Donc finalement, ça a été un mal pour un bien !

David : Bah oui, clairement !

Raph : Toi aussi, ça a été une situation dans ta vie qui n’a pas été top top.

David : Heureusement que ça m’est arrivé finalement !

Raph : Heureusement, peut être pas mais les choses se sont passées comme ça et voilà ! Alors du coup, tu as compris que dans l’immobilier il y avait peut être des choses à faire mais comment t’as fait pour aller plus loin, pour avoir les bonnes informations, pour commencer quoi ?

David : Bah en fait j’ai sauté directement pratiquement dans la banque.

Raph : Direct ?

David : J’ai commencé à regarder les appartements sur quelques mois, 3-4 mois.

Raph : T’avais quel âge à cette époque là ?

David : J’avais 20 ans, 19-20 ans.

Raph : Donc jeune !

David : Ouais ! Et j’ai commencé à aller à la banque demander des crédits et là les refus sont tombés en masse.

Raph : Tu m’étonnes ! Parce que à l’époque t’avais quoi comme situation tu me disais ?

David : Intérim.

Raph : Intérimaire !

David : Depuis 4 mois justement. Intérimaire depuis 4 mois et sans permis.

Raph : Donc intérimaire, 19 ans, sans permis, t’arrives à la banque, tu dis que tu veux investir. Tu m’as même parlé d’un projet un peu fou tout à l’heure, t’avais demandé combien ?

David : Les gens vont rigoler haha. Un petit immeuble à 300 000€ à 800km de chez moi.

Raph : Donc voilà, le mec arrive en mode « je veux 300 000€ » à 19 ans pour un immeuble à 800km, c’est normal que le banquier, en tant qu’intérimaire, il refuse !

David : Avec le recul maintenant, ils ont du bien rigoler !

Raph : Ouais voilà mais finalement tout ça, ça t’a amené ici !

David : J’ai commencé à questionner à chaque fois les refus de crédit parce que j’en ai eu peut être 20 sur plusieurs projets.

Raph : Et t’étais quand même encore déterminé derrière !

David : Bah je savais que c’était possible parce que je payais le crédit de quelqu’un donc je me suis dit que ce mec là avait forcément dû l’acheter un jour ou l’autre !

Raph : En tout cas, tu as eu la bonne démarche de demander pourquoi on te refusait le crédit.

David : Bah oui, pourquoi on me refusait ?! Et le CDI revenait souvent !

Raph : Ouais, ok, classique !

David : Manque d’épargne aussi. J’ai du revoir à la baisse mes gros projets assez rapidement forcément.

Raph : Du coup, comment t’as fait ? On t’a donné les raisons pour lesquelles on ne te donnait pas le crédit. Qu’est-ce que tu as trouvé comme solutions pour réussir ?

David : Bah persévérer premièrement.

Raph : Ouais.

David : Parce que j’ai réussi à acheter mon premier appartement en intérim.

Raph : Donc ça c’est énorme ! Acheter un appartement en intérim, c’est possible !

David : Ca faisait 8 mois que j’étais en intérim, ouais, avec un salaire de smicard, basique quoi !

Raph : Tu touchais combien ?

David : 1300€.

Raph : Au bout du combientième de refus tu as trouvé ton financement en tant qu’intérimaire ?

David : Je m’en rappelle même plus parce que ça fait un bail et qu’il y a eu plusieurs projets depuis mais pour le projet en question, peut être 10 refus.

Raph : 10 refus et t’as persévéré et c’est passé en intérim.

David : Ouais, pour ce projet là en tout cas avant d’avoir l’accord. C’est sans compter tous les autres refus que j’ai eu derrière.

Raph : Comme quoi, il ne faut jamais se décourager finalement.

David : Non, c’est sûr !

Raph : Donc ça, c’était le premier. T’as du cashflow dessus, t’as acheté où ?

David : J’ai acheté à Chateaubriand, une petite ville juste dans le centre Nantes/Angers/Rennes.

Raph : Ouais, dans le pays de la Loire.

David : Petite ville de 15 000 habitants. Un studio standard.

Raph : T’as du cashflow, t’as du bénéfice dessus ?

David : Pour l’instant, c’est ma sœur qui est dedans, enfin ses APL sont dedans.

Raph : C’est elle qui paye le loyer finalement ?

David : Oui, ce sont les APL qui paient le loyer. Mais sinon oui, j’ai déjà fait des tests de marché et je peux avoir 100€ de cashflow brut.

Raph : Comment t’as fait pour faire en sorte que ce soit une opération rentable avec du cashflow positif ? Tu t’es formé derrière ?

David : Ouais, je m’étais formé avant. Du coup, avec les refus de crédits, je me suis rendu compte que les refus, c’était premièrement le CDI, le manque d’épargne et les projets aussi qui ne tenaient pas la route. Je voulais acheter des produits qui n’étaient pas rentables du tout.

Raph : Qu’est-ce que t’a dit à la banque qui t’a financé pour que ce projet passe si t’avais pas de CDI et pas d’épargne ?

David : Que c’était loué, que ça couvrait largement le crédit. Je lui avais sorti les offres de Leboncoin à l’époque des studios dans la ville et il n’y avait rien en-dessous de ma mensualité.

Raph : Ca l’a rassurée ça ?

David : Oui, elle s’est dit que même si j’avais pas de cashflow, j’aurais assez du montant du crédit pour rembourser au minimum.

Raph : Elle savait qu’elle pourrait être remboursée.

David : Même le banquier derrière n’est pas censé savoir qu’on avait en acheter 50 ou 100.

Raph : Dont cet argument a suffit à ta banquière pour t’autoriser le crédit en tant qu’intérimaire ?

David : Oui, ça a fini par passer avec la banque populaire.

Raph : Ok, ça a été dur quand même du coup ou ?

David : Bah du coup, au bout de 10, ouais ! Et avec eux, ça l’a fait, je sais pas pourquoi, ça s’est bien passé et voilà.

Raph : Ouais, c’est le feeling, ça reste de l’humain tout ça finalement.

David : C’était une bonne période aussi pour eux pour autoriser les crédits.

Raph : Ouais, il y a des périodes pour les crédits.

David : Ils ont un nombre en fait !

Raph : Ils ont un quota à respecter. En début d’année, le robinet est ouvert alors qu’en fin d’année, si on va voir une banque, c’est un peu plus compliqué parce les quotas sont déjà remplis et du coup, c’est un peu plus dur.

David : Il y a aussi le coup du directeur que je te disais tout à l’heure. Le directeur de la banque de Chateaubriand (petite ville de 15 000 habitants) était aussi directeur d’agence à côté de Nantes ou Nantes même je crois.

Raph : Là où les prix sont plus chers au m2.

David : Ouais, donc le montant ne lui a pas fait peur du tout. Il y a aussi ça qui a joué en ma faveur.

Raph : Parce que à Nantes, c’est 3000€/m2, c’est ça ?

David : Ouais, alors que où j’ai acheté, c’est 1000€/m2 quoi.

Raph : Forcément, le dossier que tu voulais faire passer à 1000€/m2, c’était tranquille pour lui !

David : Oui, c’était 35 000€ acté, c’était vraiment rien.

Raph : Ouais, avec 35 000€ à Nantes, ça existe même pas.

David : J’avais aucun crédit à l’époque donc là sur le premier, ça a été tout seul.

Raph : Ok, donc t’as acheté ton premier appartement !

David : Et, pardon je te coupe, mais du coup j’ai dit que j’étais en résidence principale aussi. Donc celui-là je l’ai acheté pour de la résidence principale.

Raph : Ca c’est l’astuce aussi. Les banques aiment bien le côté de dire que c’est pour sa RP, que c’est pour soi.

David : J’en avais pas donc ça passait.

Raph : Ca c’était un gros argument je pense pour la négociation. Je ne sais pas si vous avez déjà vu mais souvent quand on va voir les banques, l’argument qui revient le plus souvent pour refuser un dossier, c’est « vous n’êtes propriétaire de votre résidence principale ». L’astuce, c’est exactement ce que tu as fait, c’est de dire que c’est pour soi et après, finalement, on peut « changer d’avis », il n’y a pas de soucis pour finalement faire du locatif.

Donc ça c’était le premier ?

David : Ouais, le premier.

Raph : Là, tu m’as dit que tu en as 5, c’est ça ?

David : Ouais, c’est ça, 5 studios.

Raph : Donc là tu as actuellement 24 ans et t’as 5 studios. Les 4 suivants, comment t’as fait pour les acheter ? Intérim toujours ?

David : Euh non, après j’ai eu un CDI pour ça, pour en avoir d’autres parce que j’ai eu d’autres projets après et j’ai encore eu une quinzaine de refus pour plusieurs studios.

Raph : T’as mangé !

David : Ouais, j’ai mangé grave et du coup ils ont eu le temps de se vendre entre temps les studios et je perdais des opportunités à chaque fois.

Raph : Ah, c’était rageant ça !

David : Ouais, du coup, je me suis dit qu’il fallait que je me décide et j’ai quitté mon emploi en intérim qui était en plus minable. J’ai trouvé un emploi en CDI et là directement, j’ai enchainé sur des visites. J’ai trouvé d’autres appartements sur Saint-Nazaire à 10km de La Baule et je visite, visite, visite et j’ai fini par trouver des petits studios rentables dont plusieurs dans la même résidence et je me suis dit « pourquoi j’en achèterais pas 2 directement plutôt qu’un ? ».

Raph : En un seul crédit ?

David : Non, non, en plusieurs crédits mais je voulais aller à la banque proposer plusieurs projets. Je me suis dit que si je leurs demandais 3 ou 4 studios, ils allaient forcément m’en autoriser au moins 1 quoi.

Raph : Ah ok, tu voyais la quantité en espérant qu’il y en ait un qui passe dans le lot.

David : Voilà, je voulais essayer comme ça.

Raph : Ok.

David : Et du coup ils m’ont accepté les 2.

Raph : Sur les 2 que t’as présenté, les 2 sont passés ?

David : Ouais ! Les 2 sont passés et il y en avait un qui n’était pas loué et l’autre qui était loué.

Raph : Ok.

David : Sur celui qui n’était pas loué, j’ai fait un faux bail.

Raph : Ok, donc ça c’est une technique bancaire. Est-ce que tu peux en dire un peu plus ?

David : Bah en fait, j’ai fait un faux bail que j’ai photocopié 1 ou 2 fois et voilà, ça faisait comme un vrai bail avec un locataire en place.

Raph : Pourquoi la banque ça l’a rassurée ? Bah tout simplement parce qu’elle a vu qu’il y avait un locataire en place !

David : Voilà, elle voyait l’argent qui rentrait malgré qu’il n’y ait aucune preuve derrière matérielle ! Donc un faux bail pour le premier et quoi qu’il arrivait de toute façon, pour moi personnellement, je savais que le loyer du 2ème payait pratiquement le crédit des 2 à 50€ près.

Raph : Un seul appartement payait pour les 2 ?

David : Ouais, en gros ! Et voilà, ça s’est fait comme ça, j’ai acheté les 2. Dans les autres refus de crédit précédemment, il y avait toujours le manque d’apport ou le manque de trésorerie au cas où ça ne serait pas loué donc là je leur ai demandé de faire une création de trésorerie, c’est à dire que j’ai demandé un différé de 6 mois total.

Raph : Ok, c’est énorme ça !

David : Total, du coup, c’est passé et du coup j’ai crée de la trésorerie avec les loyers parce que le premier qui n’était pas loué à la base, je l’ai loué dans la foulée 10 jours après, le temps de mettre des meubles dedans. C’était loué directement.

Raph : C’est une bonne technique ce que t’as fait parce que finalement elle a voulu te mettre une bonne carotte la banque en te disant « vous n’avez pas d’épargne Monsieur, revenez plus tard ».

David : Bah on va créer alors !

Raph : Toi tu leur as proposé un différé de 6 mois et c’était torché, y’avait de l’épargne !

David : Bah oui, voilà !

Raph : Ils n’ont rien pu dire là !

David : Et les courtiers me disaient non quand je leur proposais déjà ça à l’époque !

Raph : C’est vrai ?

David : Ils me disaient « si vous avez besoin d’argent, la banque ne vous en prêtera pas ».

Raph : Finalement, c’est passé !

David : Finalement, c’est passé et ça l’a fait !

Raph : C’est vrai qu’il y avait aussi la situation du CDI qui était un peu plus saine.

David : Oui, oui, il y avait ça aussi je pense ! Et puis petit à petit, tu prends de l’expérience devant le banquier ou la banquière.

Raph : C’est clair, il faut y aller !

David : Au début, tu paniques complétement, comme lors de l’interview par exemple.

Raph : Mais non, ça se passe très bien là, c’est niquel ! :p

David : Et donc avec le temps, ça le fait quoi !

Raph : Y’a pas de secrets, c’est le terrain qui apprend.

David : Ouais ! Et donc ces 2 là sont achetés, ça s’est mis en location et donc il y avait un des deux studios, c’était un flic sur la région qui a été muté à Paris. Je voyais le bien baisser, je l’avais repéré, ça me paraissait pas rentable, il l’a baissé finalement au maximum et j’ai proposé encore 5000€ de moins. Donc il était à 40 000€, j’ai proposé 35 000€ et acté 38 000€ donc. Du coup, c’était juste le solde de son crédit.

Raph : Ca c’est niquel les mutations parce que souvent c’est des gens qui ont déjà un autre logement et qui en ont 2 en même temps même du coup ils doivent se débarasser du premier au plus vite.

David : Et comme il était vide, il avait pas envie de mettre un locataire dedans, il fallait que ça dégage en gros.

Raph : C’est ça, c’est ça ! Souvent quand c’est déjà vide un logement en vente, c’est que les mecs sont pressés pour vendre, ça leur coûte de l’argent.

David : Bah ouais, c’est ça ! Je l’avais vu baisser avant, je savais de toute façon que y’avait moyen…

Raph : T’avais surveillé !

David : A la première visite, il m’a dit qu’il était muté en plus donc il aurait pas dû dire ça, il s’est un peu tiré une balle dans le pied.

Raph : C’est clair, c’est clair, il a pas été très bon là-dessus sur la négo !

David : Et le deuxième que j’ai voulu acheter en même temps, lui il était loué et c’était un agent immobilier qui à titre perso se débarrassait de sa quarantaine de biens qu’il avait.

Raph : D’accord, ok.

David : Beaucoup de patrimoine sur la région et du coup il a revendu celui-ci.

Raph : Il a fait un arbitrage quoi.

David : Ouais, il vendait tout.

Raph : Est-ce que tous tes appartements là, les 4 autres dégagent du cashflow positif aussi ?

David : Ouais, ouais, les 4 autres, bah tous en fait même avec les APL de ma sœur, ça gagne un peu !

Raph : Ca c’est niquel ! Pour toi du coup la suite, c’est quoi ? Tu vois les choses comment, c’est quoi ton but dans tout ça ? On a pas parlé de ça mais pourquoi tu as décidé d’investir dans l’immobilier, qu’est-ce que tu as vu comme opportunité pour toi d’investir dans l’immobilier ?

David : La liberté tout simplement. La liberté de ne pas se lever tous les matins pour gagner 10€ de l’heure, ça marche pas.

Raph : Etre rentier quoi ?

David : Oui, voilà, c’est ça ! Les modèles perdants, on en a partout dans notre entourage.

Raph : Ouais, ouais, ouais

David : Les gens travaillent toute leur vie pour rien et ils attendent la retraite pour au final avoir encore moins que ce qu’ils avaient les 40 premières années.

Raph : C’est pas faux !

David : C’est un peu débile !

Raph : C’est pas faux du tout ! Donc voilà, devenir rentier et avoir un fonds d’argent « automatique ».

David : Ouais voilà et puis pouvoir bouger. Ce n’est même pas que financier, c’est plus géogRaphique. Pouvoir bouger sans être ici le matin à 9h.

Raph : Je vois ce que tu veux dire.

David : Et l’argent va en même temps avec tout ça.

Raph : Et du coup ton entourage, comment il a réagit à ça ? Est-ce qu’il a bien réagi à ta démarche ?

David : Panique totale !

Raph : Ils t’ont découragé ?

David : Au final, je me suis cassé en appart et je me suis mis un peu dans ma bulle.

Raph : Tu as rencontré des gens qui faisaient déjà ça !

David : Ouais, on s’est lancés entre potes un peu en même temps, on s’est tous motivés en même temps avec notamment Pierre qui est passé dans une de tes vidéos il y a quelques temps.

Raph : Ouais, j’avais fait une vidéo avec Pierre qui avait financé des appartements en CDD, sans CDI.

David : Ouais, on a acheté pratiquement en même temps avec notre pote qui a acheté une maison pour faire une plus-value.

Raph : Enorme, vous avez fait votre petit groupe Mastermind entre vous et vous vous êtes boostés.

David : Ouais, c’est ça !

Raph : C’est énorme !

David : Toutes les semaines, on se réunissait et on se donnait nos idées quoi.

Raph : Ca c’est ce qu’il faut faire, il faut s’entourer sinon on est vite découragé par notre entourage qui souvent ne comprend pas.

David : Bah oui parce que les parents, c’est dommage de le dire, mais ils reportent les peurs que eux ils ont sur nous.

Raph : C’est exactement ça !

David : C’est de la protection, ce n’est pas qu’ils ne croient pas en nous.

Raph : C’est ça, c’est ça ! Tu l’as très bien dit, c’est pas évident !

David : Donc voilà, je me suis mis dans ma bulle à moi et j’ai du passer outre ça.

Raph : C’est énorme !

David : Les 2 derniers appartements, ma sœur était venue visiter avec moi et elle m’avait dit « mais non, tu ne vas pas acheter ça ».

Raph : Ah ouais ? Et t’as acheté finalement ?

David : J’ai acheté et c’est très bien !

Raph : Finalement, ça tourne ?!

David : Oui, c’est même celui qui a le plus de cashflow !

Raph : Et pourquoi ta sœur t’avais dit ça du coup ?

David : Parce que ça lui paraissait déjà à moitié fou que j’en avais déjà 3.

Raph : Ouais, à ton âge !

David : Ouais, c’est ça !

Raph : C’est vrai qu’à 24 ans, tout le monde n’a pas 5 appartements comme ça.

David : Bah ouais, puis ça faisait grand ! C’était une grande résidence, ça lui paraissait peut être un peu dingue.

Raph : Elle était impressionnée.

David : Quand elle a visité, elle avait 19 ans.

Raph : Ouais donc elle était pas forcément mature.

David : Maintenant elle attend qu’une chose, c’est d’acheter aussi !

Raph : Donc tu lui as donné la fièvre d’acheter ?

David : Ouais !

Raph : C’est vrai ? Ca c’est vraiment cool ! Tu vas pouvoir l’aider comme ça du coup !

David : Oui, voilà, c’est le but !

Raph : Et peut être même acheter ensemble !

David : Oui, pourquoi pas une petite SCI.

Raph : Voilà, exactement ! Du coup, c’est quoi le futur pour toi ? Tu comptes racheter encore ?

David : Bah là, je démarre les visites bientôt.

Raph : Parce que là tu m’as dit que t’as fait une petite astuce. T’en avais marre, t’avais quitté ton taf en CDI et là tu reprends en CDI, c’est ça ?

David : Oui, j’étais pris quelques mois tranquille et là j’ai repris un CDI dans Saint-Nazaire pour pouvoir racheter ici.

Raph : Faire des crédits immobiliers ?

David : Ouais, faire de l’immobilier là, c’est juste l’immobilier qui m’a amené ici. J’ai trouvé un CDI facilement, la période d’essai est finie aujourd’hui donc y’a plus qu’à faire les visites et envoyer sur des achats. Je vais attaquer plus de la division maintenant.

Raph : La division qui est beaucoup plus puissante ouais. Donc voilà, c’est simple, la banque elle te demande un CDI, qu’est-ce que tu fais, bah tu prends un CDI !

David : Ouais, il faut être bête et méchant, enfin il faut être discipliné !

Raph : C’est ça ! Tu l’as fait réglo, il y a des gens qui font des faux CDI, des choses comme ça, bon là c’est encore plus poussé, on aura peut être l’occasion d’en parler dans d’autres vidéos mais en tout cas, la division de biens !

David : Pour gagner un peu de temps !

Raph : Oui, on mutualise tout en fait. On fait une seule opération mais dedans t’as plusieurs appartements !

David : Les frais de notaire, c’est une seule fois !

Raph : Voilà, les frais de déplacement, d’agence, bancaires, tout ce que tu veux donc c’est assez magique et donc du coup tu nous tiendras au courant de ce que ça donne cette opération.

David : Pas de problèmes.

Raph : Sur ce en tout cas, merci beaucoup pour la petite vidéo !

David : Bah de rien !

Raph : Nous on se dit à très bientôt, n’oubliez pas de liker, commenter, partager comme d’habitude si vous avez aimé cette vidéo et on se dit à très bientôt ! On ne va pas aller se baigner nous mais on va plutôt aller boire un coup peut être !

David : Non, ça va être un peu juste ! A bientôt, au revoir !

Raph : A une prochaine, ciao !

Et vous ? Quel est votre plus gros frein au niveau bancaire ? Avez-vous déjà été confronté à des situations compliquées dans la relation avec votre banque ? Dites-moi tout ! 🙂

5 Responses

  1. Danielle

    Bonjour Raphael et David,

    Cool comme d’hab une nouvelle vidéo inspirante.
    Par contre ce que j’ai noté et que beaucoup ne savent pas où n’exploitent pas c’est le différé total dont parle David. C’est une très bonne chose car tu ne payes ni les intérêts ni les amortissements, juste l’assurance de l’emprunt.

    Bonne journée à vous

    Répondre
  2. Remi

    Toujours très inspirantes et motivantes tes vidéos ! J’ai eu mon prêt sans problème pour mon investissement en colocation . Le financement pour mon double immeuble s’annonce un peu plus compliqué mais je ne lâche rien ! et cette interview me conforte dans l’idée qu’il faut persévérer !!

    Hésite pas si tu passe sur la Vendée , je serais ravis de te rencontrer !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *