140 000€ avec la LOCATION SAISONNIERE avec Sébastien ASCON

Salut à tous,

Bienvenue sur cette nouvelle vidéo où nous sommes à Lorient avec Sébastien qui va nous parler de location saisonnière !

Sébastien ASCON est un investisseur aguerri puisqu’il génère aujourd’hui 140 000€ de Chiffre d’Affaires avec ses appartements ! Il vous dit TOUT dans cette vidéo !

Où retrouver Sébastien :

• Son blog : http://louer-en-courte-duree.fr/
• Sa page Facebook : https://www.facebook.com/louerencourteduree/
• Sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCeBkQ6mSHhrH5OykyqFNfpw

140 000€ avec la LOCATION SAISONNIERE avec Sébastien ASCON

https://www.youtube.com/watch?v=ebPMvZKzE08

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription texte de la vidéo :

Raph : Salut à tous, bienvenue sur cette nouvelle vidéo, je me trouve aujourd’hui en compagnie de Sébastien Ascon, loueur en saisonnier sur Toulouse, donc avant que l’on commence cette vidéo, n’oubliez pas de bien lire la description ci-dessous sur YouTube afin de télécharger gratuitement tout un tas de cadeaux gratuitement. Sébastien, merci à toi, bienvenue sur la vidéo.

Seb : Salut Raph,

Raph : Je te serre la main, comment tu vas ?

Seb : Bonjour à tous, impeccable, merci !

Raph : Super. Est-ce que tu peux te présenter rapidement pour nous dire un petit peu qui tu es ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?

Seb : Oui, donc je m’appelle Sébastien Ascon, j’habite dans la région toulousaine, donc moi je suis ingénieur informatique de formation et j’ai commencé à investir dans l’immobilier, je m’y suis pris de passion, alors moi je suis plutôt spécialisé dans la location de courte durée,

Raph : Oui,

Seb : Je fais exclusivement cela sauf une petite colocation à côté, mais qui s’est faite par hasard, donc grosse activité sur la location courte durée et voilà donc moi j’ai quitté mon emploi il y a deux ans pour continuer à vivre de l’immobilier, continuer à investir évidemment et toucher des revenus en location courte durée,

Raph : Donc c’est-à-dire qu’aujourd’hui tu vis entièrement de ton patrimoine immobilier c’est cela ?

Seb : Exactement,

Raph : Combien de biens immobiliers tu as en location saisonnière plus ta colocation ?

Seb : On a donc neuf biens en courte durée et un petit bien en colocation,

Raph : Super. Est-ce que tu peux nous dire à peu près sur Toulouse combien cela représente en chiffre d’affaires ?

Seb : Oui, alors, sur les neufs biens en location courte durée, il y en a huit à Toulouse et un à Pau,

Raph : Okay,

Seb : Voilà et grosso modo cette année, on va faire cent quarante mille euros de chiffre d’affaires sur l’année,

Raph : Super. Donc neuf biens en saisonnier, directement je pense que dans la tête des gens qui nous regardent là, ils doivent se dire, comment on gère neuf biens en saisonnier ? Alors est ce que tu es encore sur le terrain tous les jours à faire du check-in, check-out, du ménage ou est-ce que tu as un petit peu délégué le process ?

Seb : Oui, alors j’ai délégué, par contre lorsque j’ai démarré comme toi, je faisais tout, check-in, check-out, ménage, linge, le salon de la maison c’était devenu,

Raph : La totale,

Seb : Une laverie permanente, c’était n’importe quoi, mais par contre tu vois, je ne regrette pas de l’avoir fait parce que cela m’a permis de comprendre comment est-ce qu’il fallait communiquer avec les clients, pourquoi est-ce que le ménage devait être impeccable, etc. et donc je me rappelle, à l’époque où je travaillais, entre midi et deux j’allais faire du ménage, le soir, le week-end, dimanche,

Raph : C’était intense, quoi

Seb : C’était la même chose, etc. Voilà, j’avais deux activités, mais voilà ce n’est pas quelque chose que je regrette, alors puisque tu me poses la question, c’est vrai qu’en multipliant les investissements après, voilà j’ai envie de passer à autre chose, plutôt m’intéresser à la stratégie pour continuer à développer l’activité donc je n’ai pas tout délégué, moi ce que je garde, c’est ce que j’appelle la partie amont ou la partie commerciale, ça c’est un petit peu plus pompeux.

Raph : Oui,

Seb : Mais je gère les annonces, la publication des photos, les contacts clients, l’encaissement des cartes bancaires, bref tout ce qui va se passer avant ce qu’il va se passer dans les appartements.

Raph : En amont, tu communiques encore avec eux

Seb : Exactement,

Raph : Sur tout cela, l’échange, okay,

Seb : Et derrière le relais est pris par des personnes avec lesquelles je travaille donc aujourd’hui j’ai trois prestataires de service, mais en vrai deux, parce qu’il y en a un qui ne souhaite plus travailler avec moi,

Raph : D’accord, pourquoi c’est à cause de toi ou ?

Seb : Je ne sais pas, je lui ai fait quelques remarques deux, trois fois sur le ménage,

Raph : Il n’a pas aimé,

Seb : Je ne sais pas si c’est à cause de cela ou si parce qu’il a voulu prendre trop d’appartements et aujourd’hui il n’est plus en capacité de tout absorbé, je ne sais pas, mais en tout cas il souhaite partir donc je vais me retrouver avec deux prestataires de service,

Raph : Okay,

Seb : Et ça, c’est important parce que cela me permet tu vois, les gens ont les clés de tous les appartements, ils ont chacun leur appartement, mais ils ont les clés de tous les appartements,

Raph : Si jamais ils ont besoin d’intervenir sur un autre appartement ?

Seb : Voilà,

Raph : Okay,

Seb : S’il y a une impossibilité voilà, il y a un back-up quoi, il y a une solution de secours,

Raph : Exactement,

Seb : Pour donner les clés, donc ses prestataires s’occupent du check-in, du linge et du ménage, après je ne fais pas de check-out comme toi,

Raph : Oui,

Seb : Puisque moi voilà, je travaille avec une boulangerie et sinon c’est boite aux lettres,

Raph : Okay donc les clés sont remises directement dans la boulangerie, ils viennent les chercher les là-bas et c’est tranquille,

Seb : Exactement,

Raph : Donc en gros, tu ne délègues vraiment que la partie terrain ?

Seb : Oui,

Raph : Et toi tu es en amont pour superviser un petit peu tout cela ?

Seb : Oui,

Raph : Aussi bien les prestataires que la gestion des réservations,

Seb : Exactement,

Raph : Et les clients qui vont arriver, etc. Okay, comment tu fais pour rémunérer tes gestionnaires ? Comment cela se passe un petit peu ?

Seb : Alors c’est des sociétés de conciergerie, donc c’est au forfait, il y a un forfait,

Raph : Forfait,

Seb : Il y a un forfait check-in, il y a un forfait ménage et il y a un forfait linge voilà, c’est comme cela que ça se passe,

Raph : Okay, tu ne pratiques pas, pardon je t’ai coupé, oui,

Seb : Non, vas-y,

Raph : Tu ne pratiques pas tout ce qui est à l’heure ?

Seb : Non,

Raph : Tout ce qui est le montant d’une nuit ?

Seb : Non,

Raph : En pourcentage, des choses comme cela, c’est vraiment un forfait pour une rotation complète ?

Seb : Oui, parce que c’est une bonne manière de maitriser les coûts quoi,

Raph : Exactement, tu sais combien cela va te couter en avance pour chaque rotation, pour chaque client ?

Seb : Exactement, et cela permet lorsque tu te projettes sur un nouvel investissement, tu peux déjà faire ton étude prévisionnelle de rentabilité, tu sais que

Raph : Cela va te coûter tant,

Seb : Cela va te coûter entre trente-cinq et quarante euros selon les apparts, voilà il n’ya pas de coûts cachés.

Raph : Okay

Seb : Voilà il n’y a pas de couts cachés.

Raph : okay, okay. Tu as une petite particularité aussi c’est que tes biens enfin du moins pour certain actuellement, tu les as acquis via une SAS ?

Seb : Oui,

Raph : Une société commerciale, est-ce que tu peux nous expliquer un petit peu le choix,

Seb : Oui,

Raph : De ce choix finalement,

Seb : Oui,

Raph : Une SAS pourquoi ?

Seb : Alors moi j’ai commencé à investir dans l’immobilier comme tout le monde en nom propre, en loueur meublé non professionnel et c’est en discutant avec mon expert-comptable qu’on en est venu à cette solution, alors la SAS pour plusieurs raisons, déjà moi j’ai un fils, donc pour transmettre le patrimoine,

Raph : Okay,

Seb : Ce sera plus facile,

Raph : Raison numéro un, la transmission, okay

Seb : Qu’avec du nom propre, je crois qu’aujourd’hui on est qu’à cent mille euros tous les quinze ans donc autant dire qu’il faudrait que tu es déjà transmis avant d’avoir commencé à investir dans l’immobilier, donc c’est très très compliqué. La seconde raison pour laquelle on a fait ce choix, elle est fiscale, tout simplement parce que l’imposition sur les sociétés elle est beaucoup plus favorable que l’imposition du loueur meublé non professionnel et ce qu’à remarquer mon expert-comptable c’est qu’au cours des vingt dernières années, l’imposition des particuliers à évoluer treize fois alors que celle des sociétés n’a évolué que sept ou huit fois donc

Raph : C’est plus stable,

Seb : C’est beaucoup plus stable donc cela permet davantage de maitriser, de piloter la fiscalité et la première tranche d’imposition elle est à trente-huit mille cent vingt euros en tout cas à l’heure où l’on tourne cette vidéo et tu as seulement quinze et demi pour cent d’imposition sur cette tranche, donc aujourd’hui quand tu investis en nom propre rien qu’avec les prélèvements sociaux, tu es déjà à cela et sans compter ta tranche marginale d’imposition donc c’est beaucoup plus favorable, voilà.

Raph : Sans compter qu’en société, tu peux également faire tout ce qui est système de déficit comptable,

Seb : Exactement

Raph : Avec les charges que tu as sur ton plan comptable

Seb : Comme en LMNP finalement ?

Raph : Exactement,

Seb : Mais tu peux passer d’autres charges comme des frais de formations, comme des déplacements comme un restaurant, comme un billet de train qui se justifie un peu moins lorsque tu fais du loueur meublé non professionnel,

Raph : Un peu plus de charges légitimes que tu peux passer en société c’est cela ?

Seb : Exactement,

Raph : Okay, donc ce sont ça les raisons, on sait notamment qu’en SAS, c’est un peu plus compliqué de se faire financer des biens immobiliers, notamment sur des durées un peu plus longues typiques telles que vingt ou vingt-cinq ans, je sais que cela a été le cas pour toi, tu as eu des financements sur vingt-cinq ans c’est cela ?

Seb : Oui, alors j’ai eu un premier financement, au moment où j’ai créé la SAS sur vingt-cinq ans, sans apports,

Raph : Okay,

Seb : Bon après, c’est vrai que lorsque je vais défendre mon dossier en banque, que j’y vais avec un pavé de quarante pages où j’explique tous les chiffres

Raph : Oui,

Seb : Avec plusieurs scénarios pour que le banquier il soit convaincu que quel que soit mon scénario d’exploitation, je vais gagner de l’argent avec mon investissement, je pense que cela aide à comprendre ce que je suis en train de faire, donc voilà, ça, c’est bien passé et sur un autre achat, c’est sur mon projet de colocation, c’est exactement la même chose, là cela passer sur quinze ans,

Raph : Oui,

Seb : Franchement, je gagnais déjà du cashflow sur quinze ans, j’ai dit que je voulais aller à vingt ans parce que c’était

Raph : Préférable pour ton cashflow, oui

Seb : C’était préférable pour avoir plus de cashflow donc écoute, cela est passé aussi, sans apport donc je touche du bois,

Raph : Sans apport également

Seb : Tu vois, j’espère que cela va continuer, mais je pense que déjà cela va dépendre de certaines personnes parce que c’est une relation humaine avant tout l’échange que tu vas avoir avec le banquier donc voilà, si le feeling passe, s’il comprend ce que tu veux faire, si tu lui permets de comprendre ce que tu fais et ce que tu vas faire avec des chiffres parce que les banquiers ils aiment les chiffres, il n’y a pas de raison que cela ne passe pas puis si cela ne passe pas ce que j’ai envie de dire ce n’est pas grave on va voir la banque d’à côté, puis la banque encore d’à côté, etc. quoi,

Raph : Oui, puis c’était un ensemble, tu avais déjà investi avec succès avant

Seb : Voilà,

Raph : Donc ils te connaissaient déjà, c’était la même banque peut-être ?

Seb : On avait déjà mis oui des biens dans cette banque,

Raph : Tu avais un bon dossier que tu leur as présenté, j’ai vu le dossier que tu présentes à la banque à chaque fois, c’est vrai que c’est un beau dossier quali de plusieurs dizaines de pages avec pleins de photos, c’est illustré donc c’est vrai que cela rassure, okay

Seb : Je voulais juste donner une particularité parce qu’on me demande aussi pourquoi tu as fait le choix de la SAS et pas de la SCI à l’IS lorsque tu fais de la location courte durée, parce que cela marche très bien avec une SCI à l’IS, mais la SAS me permet de vendre des prestations complémentaires si j’avais envie d’en vendre. La SCI ne te permettrait de ne vendre que des nuits, moi si demain j’ai envie de proposer des services de taxi ou des boissons payantes dans les appartements, la SAS me le permettrait, la SCI ne me le permettrait pas.

Raph : Tout ce qui est petit-déjeuner, etc. c’est cela ?

Seb : Alors cela j’essaie d’éviter, parce qu’après tu as la TVA qui te tombe dessus,

Raph : C’est cela, c’est ce que j’allais dire la TVA

Seb : Mais voilà, sur des petites attentions je pourrais,

Raph : Facturer cela totalement de manière légitime ?

Seb : Voilà, la SCI ne le pourrait pas.

Raph : Super. Est-ce que tu as prévu de continuer à investir sur Toulouse ? C’est quoi la suite pour toi alors ?

Seb : Alors la suite pour moi, c’est en tout cas, je suis en train de changer mon fusil d’épaule, j’arrête Toulouse, je trouve que l’immobilier est trop cher,

Raph : Ah oui ?

Seb : Ce que j’ai déjà dit plusieurs fois, c’est que quitte à avoir un projet à cent mille euros, je préfère acheter deux ou trois appartements dans une petite ville,

Raph: Okay,

Seb : Qu’un seul studio à Toulouse, parce qu’en termes de cashflow, je gagnerais trois fois plus de cashflow avec ces cent mille euros dans une petite ville qu’avec mes cent mille euros à Toulouse donc la stratégie suivante pour 2018, c’est plutôt acheter un immeuble pour faire la location courte durée,

Raph : Quand même courte durée, mais près de chez toi ou pas du tout ?

Seb : Non à distance, mais après près de chez moi, si je le trouve oui,

Raph : Oui,

Seb : Mais non, je pense que je vais, en ce moment, je suis bien à Tarbes, là où je suis né,

Raph : Okay,

Seb : À cent cinquante kilomètres de Toulouse, c’est par là que je vais aller,

Raph : Quand même dans le sud-ouest,

Seb : Oui,

Raph : Mais tu conserves quand même ton patrimoine actuel à Toulouse ?

Seb : Ah oui, oui bien sûr, oui, oui

Raph : Okay,

Seb : Parce qu’il est là, il ramène de l’argent,

Raph : Okay, je sais que tu as un blog également sur lequel tu parles de location saisonnière, est-ce que tu peux nous en dire un petit peu plus et nous donner l’adresse ?

Seb : Oui, alors le blog s’appelle « louer-en-courte-duree.fr », j’ai une chaine YouTube qui s’appelle aussi « louer en courte durée » et dessus je publie régulièrement des vidéos pour expliquer aux gens comment investir dans l’immobilier, comment faire de la location courte durée.

Raph : Super, écoutez, je mettrais l’adresse ci-dessous pour que vous puissiez aller voir, pleins de conseils, pleins de vidéos sur la location saisonnière donc voilà si c’est quelque chose qui vous intéresse allez voir Seb, il aura pleins de bons conseils pour vous, est-ce que tu as un dernier mot de la fin peut être à ajouter à tout le monde ?

Seb : C’est ce que je dis toujours, parce qu’on me pose souvent cette question, passer à l’action, voilà, tout le temps que vous perdez à réfléchir, c’est du temps que vous ne passez pas à gagner de l’argent et à investir dans l’immobilier,

Raph : Super, écoute, Seb, je te remercie,

Seb : Merci à toi,

Raph : Je te serre la main, je te dis à une prochaine,

Seb : À très bientôt,

Raph : Allez ciao,

Seb : Ciao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *