10 QUESTIONS A UN MILLIONNAIRE (CEDRIC ANNICETTE)

Salut à tous,

dans cette nouvelle vidéo tournée en direct de la Guadeloupe, on rencontre Cédric Annicette. Un entrepreneur et investisseur devenu multi millionnaire alors qu’il partait de 0 (sans héritage et sans capital).

Je vous avais demandé sur Facebook 10 questions originales et atypiques à lui poser, il en résulte une petite vidéo avec des questions parfois… insolites ! 😀

  • Combien de leads faut-il pour lancer son produit ?
  • Quel sera ton prochain business ?
  • Est-ce que l’ecommerce avec le dropshipping, c’est le bon plan pour quitter la rat race ?
  • Est-ce qu’on peut être un joueur gagnant au poker ?
  • Comment vis-tu ta calvitie ?
  • Est-ce que tu as entrepris des choses pour de l’humanitaire ou de l’associatif ?
  • Est-ce que tu fais encore du crossfit ?
  • Si tu devais recommencer à zéro ?
  • Es-tu intéressé par l’investissement dans les oeuvres d’art ?

Allez vite la regarder et n’hésitez pas à poser d’autres questions dans les commentaires si vous voulez un épisode n°2 avec Cédric !

A bientôt,

Raph

10 QUESTIONS A UN MILLIONNAIRE (CEDRIC ANNICETTE)

https://www.youtube.com/watch?v=86nvmU8rZ4A

seminaire-club-millionnaire

livre-des-bancs-de-la-fac-a-lindependance-financiere

Retranscription texte de la vidéo :

Bienvenue sur cette nouvelle vidéo, on est en Guadeloupe, au mastermind de Cédric, Cédric est juste derrière ! Je vous ai demandé plutôt dix questions que vous aimeriez poser à Cédric, des questions sur tout et n’importe quoi, son business, sa vie privée, sur lui, vous m’avez répondu et Cédric va répondre dans cinq minutes à toutes les questions donc restez bien sur la vidéo, cela va être assez marrant.

Raph : Comme je vous disais, je suis avec Cédric Annicette, en direct de Guadeloupe, pour son mastermind, donc encore une fois merci Cédric de nous avoir invité, tous les partenaires.

Cédric Annicette : Pas de problème, merci à toi

Raph : Je pense que beaucoup de personnes te connaissent déjà, mais est-ce que rapidement tu peux fixer un petit peu la vidéo, nous dire qui tu es, qu’est ce que tu fais ?

Cédric Annicette : Je suis né en 1982, j’ai trente-quatre ans, je crois, cela change tous les ans.

Raph : Oui, c’est dur.

Cédric Annicette : Oui, trente-quatre ans, j’ai quitté la rat race, je suis devenu indépendant financièrement en 2010-2011, parce que j’avais plusieurs sources de revenus, business internet, immobilier, bourse un petit peu.

Raph : Oui

Cédric Annicette : Ce n’est pas mon pied de prédilection, donc j’ai créé plusieurs blogs notamment «  business attitude » sur la création de business, « forme attitude » sur la santé, c’est deux des grosses sources de revenus pour moi, voilà, je fais des masterminds, des séminaires.

Raph : Des trucs bien cool. Okay, donc je vous avais demandé sur la page Facebook dix questions que vous aimeriez bien poser à Cédric Annicette.

On en a dix finalement, voilà des trucs un peu originaux, un peu marrants, il y a un petit peu de tout, mais voilà on va commencer par un truc très terrain.

La première question, c’est David qui nous demande combien de « leads » pour lancer son produit, on en parler justement ce matin à la table ronde, selon toi, est-ce qu’il faut un nombre de leads ou il faut y aller tout de suite ?

Cédric Annicette : Moi, j’ai toujours procédé en ayant des leads, après il y a plusieurs sons de cloches, moi c’est ce que je sais faire, c’est dur parce que le problème c’es que… Sinon comment tu vas faire, comment tu vas savoir quel produit vendre si tu n’as pas de leads, c’est eux qui vont te dire ce qu’ils veulent. Moi comment j’ai créer mon premier programme sur Internet, c’était « Parking attitude », en 2008 je crois ou 2010, désolé pour les oiseaux encore une fois, ils font beaucoup de bruits, c’est un petit peu les racailles ici, 2010 ou 2008 « parking attitude », en fait comment j’ai eu l’idée, moi j’avais acheté un parking à l’époque et j’en parlais sur le blog et il y a une lectrice qui me dit Cédric est ce que tu ne pourrais pas écrire un e-book sur le sujet, moi franchement je te l’achèterai parce que c’est un sujet qui m’intéresse, okay, je vais le faire, du coup, tu vois, c’est les gens qui m’ont demandé le produit et au final il a bien marché et il se vend toujours aujourd’hui, voilà si tu pars de zéro, c’est un peu compliqué de créer un produit sans leads, son connaitre ton audience, moi je dirai mille.

Raph : Mille leads on peut commencer,

Cédric Annicette : Allez 500, 500, comme dirait Jeff Walker « a seed launch », un petit lancement qui va permettre de grossir, parce que même si tu fais un lancement en interne avec seulement 500 personnes, il y aura quand même ce bouche-à-oreille qui va se mettre en place, donc du coup, ta liste va grossir, même si tu es tout seul avec une petite liste, donc allez, disons 500 prospects.

Raph : Pour fixer la chose,

Cédric Annicette : Avec une bonne réactivité aussi.

Raph : Okay, très bien, prochaine question, c’est Steph, qui nous demande quel sera ton prochain business, est-ce que tu as un truc en tête ou est-ce que tu alimentes ce que tu fais ?

Cédric Annicette : J’aimerai bien, c’est toi qui me disais ça d’ailleurs, là on est à la « créole beach » Gosier et juste à côté il y a un hôtel désaffecté et il y a un truc là,

Raph : Bien dégueulasse.

Cédric Annicette : Pourquoi ne pas acheter un hôtel, un complexe ou construire un hôtel ou partir sur un truc comme cela.

Raph : Okay, très bien, il y a Kévin, qui me demande, est-ce que l’e-commerce avec le drop shipping, c’est un bon plan pour quitter la rat race ou qu’est ce que tu en penses ?

Cédric Annicette : Après, cela dépend par ce que tu entends par quitter la rat race, si c’est pour ne rien faire de la journée, glander, non, moi j’ai un proche à moi, c’est un ancien stagiaire, avec qui je suis très proche et donc il l’a fait sur thématique bien particulière et il génère quinze mille euros de profit par mois, attention, par contre il passe quatre heures par jour je crois,

Raph : À gérer le business,

Cédric Annicette : C’est plutôt cool, quatre heures pour quinze mille euros, mais il doit quand même tous les jours mettre les pubs à jour sur Facebook,

Raph : Gérer les commandes,

Cédric Annicette : Il est très fort, son business ce n’est pas le drop shipping, son business c’est Facebook, c’est du trading, à chaque trafic, donc oui parce que tu vas faire beaucoup de cash et oui par contre cela demande du travail, mais après voilà tu passes quatre heures par jour, tu peut-être dans un cadre comme celui-ci ou là ou tu veux vivre, à la montagne ou ou tu veux et bien vivre et faire du gros argent donc oui tu peux quitter la rat race avec.

Raph : Tout peut se déléguer finalement dans le e-commerce comme ça ?

Cédric Annicette : Dans ce cas-là, il faut que tu trouves un trafic manager, qui soit bon, tu vas le payé cher, mais voilà si le gars ramène le business, c’est juste que ta marge va baisser, mais pourquoi pas, mais je pense que c’est mieux de le faire toi-même, au moins au début, il faut toujours maitriser le truc toi d’abord.

Raph : Il faut savoir ce que c’est de le faire, oui. Okay, question un peu bizarre de Greg, est-ce qu’on peut être un joueur gagnant au poker ?

Cédric Annicette : Un joueur gagnant ?

Raph : Oui ! Qu’est ce que cela veut dire un joueur gagnant, je ne sais pas, le poker comme business, je ne sais pas ?

Cédric Annicette : J’avais un appartement à Paris, vers les Champs-Élysées, que je louais à la semaine et j’avais un client, un locataire régulier, c’était un joueur pro, un allemand, un jeune, qui avait gagné plus d’un million cinq cent mille dollars et donc il avait fait plus de gain que de … il était à plus d’un million cinq cent mille de profit, donc je pense que tu peux perdre une partie ou deux mais si vraiment tu as le mindset vraiment de pouvoir lire les gens et que simplement tu es meilleur qu’eux et que tu gardes ton sang froid, je pense que tu peux gagner de l’argent au poker, ce n’est pas un jeu de hasard, il y a coté psychologie.

Raph : Peut etre plus compliqué que l’immobilier quand même.

Cédric Annicette : Ah, c’est sur ! même Vikash Dhorasoo, le joueur de foot, il a fait du poker, Patrick Bruel aussi, je pense que si tu te, encore une fois il faut aller à fond dedans, il faut t’entrainer, il faut en manger, des heures et des heures et surtout avoir du sang froid et c’est un peu comme les régimes diététiques, on va dire les régimes ça ne marche pas, c’est des conneries, non, non, le régime marche, c’est les gens qui ne marchent pas, c’est les gens qui font de la merde, tu dois boire une soupe tous les jours, le gars il mange un donut au bout de trois jours, le régime fonctionne, okay, il peut te stresser, tu peux te sentir un petit peu affamé, mais si tu suis le régime cela marche, le problème c’est que c’est les gens qui sont défaillants.

Raph : Dans la tête, oui.

Cédric Annicette : Donc c’est pareil avec le poker et c’est pareil bien sûr avec la bourse, donc je pense que tu peux gagner de l’argent avec le poker.

Raph : Okay, encore une question très intéressante, très pointue, comment vis-tu ta calvitie ?

Cédric Annicette : Damn, je ne suis pas chauve, c’est juste que je me rase.

Raph : Il y a quelques poils qui trainent.

Cédric Annicette : Oui, ça traine, je me suis rasé il y a peut être trois jours, mais effectivement je commence à être un petit peu chauve là, un peu comme végéta, si vous connaissez Dragon Ball Z donc ça part un peu en motorola comme ça et à priori c’est quand on a beaucoup de testostérone.

Raph : C’est pour te rassurer cela non ?

Cédric Annicette : Oui, c’est une bonne question, non, après il faut s’accepter, ce qui est le plus drôle, j’en ai parlé ce matin, j’ai fait une vidéo, c’est qu’on me chambre parfois avec cela, mais je n’en ai absolument rien à foutre de ce que les gens pensent de moi ou ce qu’ils disent sur moi, cela ne me concerne pas, ce n’est pas ma réalité, parce que tu dois avoir aussi des rageux ou autre qui vont dire des trucs, mais ce n’est pas ta réalité, ne les écoutes pas, tu sais que tu apportes de la valeur,

Raph : On s’en fout

Cédric Annicette : Je m’en fous complètement de ce que les gens pensent de moi, moi j’aime bien ce côté un petit peu.

Raph : Un peu calvitie,

Cédric Annicette : Le matin tu te lèves,

Raph : C’est rapide,

Cédric Annicette : Tu as juste à penser au business, tu n’as pas à te dire comment je vais me coiffer, machin,

Raph : Mettre le gel et tout,

Cédric Annicette : Il a ses avantages oui.

Raph : Okay, Benjamin qui nous demande, est-ce que tu as entrepris des choses pour de l’humanitaire, associatif ? Humanitaire ?

Cédric Annicette : Je donne à mes associations tous les mois,

Raph : Okay, quels types ?

Cédric Annicette : Une association qui s’appelle « toit à moi » qui reloge les sans-abris, à la base c’était sur Nantes, maintenant c’est national, mais en en mode je reloge juste voilà c’est tout, non, dans le mode ou tu vas éduqué les gars, ils sont dans la rue, personne ne veut leur loués d’appartement, donc c’est un petit peu un cercle vicieux et tu vas les mettre dans un appartement et ils vont te payé dix euros ou cinq euros ou ce qu’ils peuvent te payer.

Raph : Okay, tu les engages, quoi.

Cédric Annicette : Ils ont une adresse, ils peuvent se raser le matin et ils retrouvent un taffe, c’est un cercle vicieux, tu es dans la rue, tu n’as pas d’adresse, quand tu n’as pas d’adresse, tu ne peux rien faire, c’est ridicule et juste après, ils vont trouver un emploi, encore une fois il faut que les mecs aient envie de s’en sortir, donc tu peux les accompagnés et maintenant c’est trois cents euros, maintenant c’est quatre cents euros et maintenant tu laisses ta place à un autre donc celle-ci et d’autres types types « médecins du monde » mais je parlais hier à Jeff qui est à fond dans le développement personnel et il me disait que j’allais finir dans l’humanitaire.

Raph : C’est vrai ? Avec des gros projets ?

Cédric Anncette : C’est ce qu’il ressent pour moi,

Raph : C’est ce qu’il ressentait, okay.

Cédric Annicette : Parce qu’une fois que tu as assez d’argent, que cela n’a plus de sens, c’est pour cela qu’actuellement sur ma thématique, moi c’est les questions courtes mais je fais des réponses qui partent un peu en sucette.

Raph : Oui, tu as raison.

Cédric Annicette : Sur ma thématique forme attitude donc fitness, je suis un petit peu moins actif dessus parce que je les fais, les 8% de masse grasse, je l’ai déjà fais, j’ai déjà documenté, j’ai déjà donné cela à des clients, je les ai accompagnés, ils ont atteint cela, c’est documenter sur blog et là c’est fait et sur le business je n’ai pas encore atteint ce niveau ou je me dis bon, j’ai cent millions d’euros.

Raph : Tu as encore faim ?

Cédric Annicette : Encore faim à mort, tu vois, mais un jour je vais atteindre ce niveau-là, je pense, peut-être à quarante ans, peut-être qu’après je serai dans l’humanitaire à fond, je ne sais pas, c’est ce qu’il me dit en tout cas, c’est ce qui sort. Maintenant, on verra, mais je donne un petit peu chaque mois,

Raph : Okay, justement pour rebondir sur ton blog, sur la santé, il y a quelqu’un qui me demande est-ce que tu fais encore du CrossFit ou pas du coup ou est ce que cela aussi tu as laissés ?

Cédric Annicette : Ce qu’il faut savoir c’est que j’habite à l’ile Maurice et je me suis rendu compte qu’en habitant dans un pays tropical, damn, c’est dur de se bouger les fesses, je ne sais pas si c’est parce qu’on est en tong ou parce qu’il fait chaud ou parce que l’on est feignant.

Raph : La réponse c’est quoi ?

Cédric Annicette : Premier truc que j’ai fait en arrivant à l’ile Maurice, cela fais quasiment deux ans, j’ai trouvé un gars, un maçon, je lui dis est-ce que tu peux me faire une dalle dans mon jardin, une dalle en béton, parce que j’avais mon container qui arrivait et j’avais mon rack de CrossFit, tu sais mon truc en métal ou j’ai ma barre pour faire des tractions, j’avais ma barre d’haltérophilie, j’ai du matos. Je crois que j’avais quatre tonnes cinq de matos, c’était plutôt les gars d’AGS qui ont fait le déménagement, qui ont fait la gueule.

Raph : Tu m’étonnes.

Cédric Annicette : Dès le début, je suis arrivé, on a fait la dalle, on a posé le truc, j’ai dû en faire deux fois, ce n’est pas cool, ce n’est pas bien, mais par contre je fais du kite surf, je fais beaucoup de kayak, c’est plus des sports par rapport à l’environnement, mais aussi il n’y a pas de salle là-bas, donc je voulais en lancer une mais je pense que c’est vraiment trop tôt pour Maurice.

Raph : Il n’y a pas le marché encore.

Cédric Annicette : Mais à la base, je voulais le faire juste pour moi, parce que je suis très feignant et j’en faisais au Plessis Bouchard dans le 95 et il y avait Alvarro, le coach, mon coach qui me surveillait, qui me poussait quoi, sinon je suis très feignant et à tel point que si le gars ne me regarde pas, je pose la barre.

Raph : Tu partais en courant.

Cédric Annicette : Je pose la barre et il me regarde là j’y vais tu vois quoi.

Raph : Mais tu avais du plaisir quand même à le faire du coup ou pas ?

Cédric Annicette : Oui carrément

Raph : Mais c’est bizarre.

Cédric Annicette : Mais c’est juste que je suis feignant dans le sens ou je vais faire neuf tractions mais je peux en faire dix, tu vois, mais si on ne me pousse pas, c’est pour cela que c’est bien d’avoir un coach qui va te pousser aussi, donc à Maurice le CrossFit pas trop.

Raph : Ce n’est pas cela.

Cédric Annicette : Mais plus le kite surf, c’est cool aussi, mais je reprendrai, je vais reprendre.

Raph : Un jour. Avant dernières questions, si tu devais recommencer à zéro aujourd’hui, qu’est ce que tu feras, par quoi tu commenceras ?

Cédric Annicette : Evénement comme aujourd’hui là, il faut rencontrer des gens qui l’ont fait, tu te rends compte que même si le gars est millionnaire, multi millionnaire et même je pense, même milliardaire, tu te rends compte que c’est un gars comme toi donc déjà d’office, tu te dis que toi aussi tu peux le faire, c’est un mindset, apprendre beaucoup, apprendre beaucoup, aujourd’hui si j’avais vingt ans par exemple et que tout ce que j’avais à offrir c’était mon temps et mes mains et éventuellement aussi mon « brain », ce que je ferai là, l’opportunité c’est Facebook, Facebook advertising, donc si tu veux il y a pleins de petits commerces, des dizaines de milliers, en France, en Belgique, en Suisse qui voudraient faire de la pub sur Facebook, pour attirer des prospects ou autres, mais qui soit n’ont pas le temps de le faire ou soit ne savent pas le faire du tout et qui seraient prêt à donner de bons billets pour que tu le fasses pour eux.

Raph : C’est clair.

Cédric Annicette : Tu vois et je pense que je partirai là-dessus, je deviendrai un expert sur Facebook et j’irai voir ces petits commerces-là, j’irai frapper à la porte, là tous les restaurants qu’il y a au Gosier et t’inquiètes que les gars te donneraient des billets.

Raph : Ils signent les chèques.

Cédric Annicette : Pour que tu les aides là-dessus, tu fais du boulot en direct, bien sûr après cela, je me mettrai aussi dans l’immobilier et après tu « get the ball rolling » tu dribbles, tu dribbles et cela grossit.

Raph : Okay, la boule de neige, okay, dernière question, es-tu intéressé par l’investissement dans tout ce qui est œuvres d’art ?

Cédric Annicette : Je ne l’ai pas fait personnellement, je n’ai aucune connaissance là-dessus, encore une fois quand tu n’as pas de connaissances, c’est là ou tu peux te faire…

Raph : Arnaqué.

Cédric Annicette : Voilà, après ce n’est pas forcément un centre d’intérêt pour moi,

Raph : Ce n’est pas une passion.

Cédric Annicette : Les montres, oui, voitures, oui, œuvres d’art ce n’est pas mon truc pour le moment, peut être un jour,

Raph : En vieillissant ?

Cédric Annicette : Le vin oui,

Raph : Tu as investi dans le vin ?

Cédric Annicette : Oui, j’ai des bonnes caisses, tous les ans, j’achète en primeur, trois-quatre caisses.

Raph : Que tu laisses vieillir dans une cave, dans le but de les revendre ou ?

Cédric Annicette : Des bouteilles à huit cents- neuf cents euros, hors taxes, tu ne paies pas la TVA, un bon billet tous les ans et en plus je suis amateur de vin donc si jamais, cela perd de la valeur, au moins c’est liquide, vraiment liquide.

Raph : Tu le bois.

Cédric Annicette : C’est l’actif le plus liquide au monde, donc vins, montres, parce que cela reste de l’or, il y a une mécanique, un mouvement.

Raph : C’est quoi ce que tu as au poignet comme modèle du coup ?

Cédric Annicette : Là, c’est une Rolex, cela vaut dix mille euros, c’est un petit cadeau, donc ça, c’est cool et c’est une première, mais il y en a d’autres, montre, ça, c’est un truc que je peux donner à mon père ou mon fils par exemple.

Raph : Un beau cadeau, oui.

Cédric Annicette : Oui, pourquoi pas,

Raph : En vieillissant.

Cédric Annicette : Par contre, il faudra que l’on m’amène le truc, il faudra que je trouve, c’est joli, j’aime bien, okay et que l’on me prouve qu’il y a une valeur vraiment.

Raph : C’est un milieu de requin j’ai l’impression.

Cédric Annicette : Parce que si en fait le truc je le trouve beau, je m’en fous qu’il vaille deux mille euros ou dix mille euros ou vingt euros tu vois, mais pourquoi pas, peut être qu’un jour oui, mais j’ai zéro connaissance là dedans donc c’est là ou je peux me faire arnaquer.

Raph : Arnaquer directement, oui, okay, okay, on a terminé les dix questions, je te remercie d’avoir répondu en tout cas, n’hésitez pas à lâchez un petit like, même à poser d’autres questions, peut être que lors d’un autre événement mastermind, on pourra faire la deuxième version, donc je te remercie Cédric, je te fais un petit check et puis à très bientôt, ciao.

Quelles autres questions voudrais-tu poser à Cédric Annicette ? Dis-moi tout dans les commentaires et il y aura peut être un second épisode ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge